Navigation – Plan du site

Pour une approche contextuelle et dynamique de l’agentivité

A contextual and dynamic approach to agency
Michel de Fornel

Texte intégral

1Le présent volume, issu de la collaboration d’anthropologues et d’anthropologues linguistes, se situe dans le prolongement du numéro 34 (2010) des Ateliers du LESC, intitulé « L’agentivité : ethnologie et linguistique à la poursuite du sens », et a pour objet l’agentivité des entités surnaturelles du monde amérindien. L’orientation privilégiée est celle de l’ethnosyntaxe, que l’on peut définir comme l’étude des constructions grammaticales qui encodent sur le plan sémantique des significations sociales et culturelles. Le thème de l’agentivité en anthropologie doit une grande partie de son efficacité au fait qu’il opère un décentrement du sujet humain intentionnel au profit d’une multiplicité d’agents, qu’ils soient humains ou non humains. Particulièrement dans le contexte du perspectivisme amazonien, il implique par rapport au point de vue objectiviste qui prévaut dans nos sociétés une double promotion puisque les êtres vivants sont conçus comme des humains et les objets sont traités avec un statut d’êtres vivants, voire d’êtres humains participant comme tels à la réalité sociale. Deux orientations s’opposent pour en rendre compte, l’une considérant qu’une telle agentivité est stable et s’inscrit dans un registre ontologique (animiste ou perspectiviste), l’autre au contraire qu’elle est instable et contextuelle : les animaux, les plantes ou les artefacts ne sont conçus comme des personnes que dans le cadre de rituels ou d’activités spécifiques de nature relationnelle. Pour que ces entités deviennent des agents, il faut un travail de perception et de catégorisation réalisé par des êtres humains au sein d’activités quotidiennes ou rituelles.

2Force est de constater que, quelle que soit l’orientation retenue, un principe de symétrie est mis en œuvre qui, s’il a contribué à l’abandon d’une conception du sujet souverain, n’a pas signifié pour autant l’adoption véritable d’un point de vue praxéologique centré sur les réseaux de relations entre les entités humaines et non humaines ainsi que sur les modalités d’interaction qu’un tel décentrement serait en droit d’impliquer. Une vision mentaliste de l’agentivité continue en effet à prévaloir, qui situe du côté des croyances et des représentations mentales le fondement de l’objectivité.

3Un tel constat ne devrait pas surprendre. Examinons l’une des théories anthropologiques les plus importantes de l’agentivité, celle d’Alfred Gell, qui dans Art and Agency : an anthropological theory (1998) rejette un point de vue classificatoire, lui préférant une perspective relationnelle et contextuelle :

All that is stipulated is that with respect to any given transaction between “agents” one agent is exercising “agency” while the other is (momentarily) a “patient”. This follows from the essentially relational, transitive, and causal implications of our notion of “agency”. To be an “agent” one must act with respect to the “patient” ; the patient is the object which is causally affected by the agent’s action. For the purposes of the theory being developed here, it will be assumed that in any given transaction in which agency is manifested, there is a “patient” who or which is another “potential” agent, capable of acting as an agent or being a locus of agency (1998 : 22).

Pour autant, cette théorie ne s’affranchit pas d’une orientation mentaliste : la thèse d’une abduction d’agentivité repose non seulement sur la distinction de base entre l’ordre des causes et l’ordre des raisons, mais aussi sur un modèle intentionnaliste de l’action. Selon Gell, l’attribution d’une agentivité sociale à un objet consiste en effet à traiter ce dernier comme un index d’une cause de nature sociale plutôt que naturelle, impliquant un agent doté d’intentions (et qui se fonde sur ces intentions pour évaluer ses actions). Elle nécessite donc l’intervention d’une cause mentale. Il importe alors peu de choisir entre une approche (comme celle de Davidson, 2001) qui voit dans les croyances et les désirs un antécédent psychologique plausible et une approche (comme celle de Bratman, 1999 ou Searle, 1983) qui donne un statut irréductible aux intentions elles-mêmes. L’important est que l’attribution d’agentivité comporte nécessairement l’identification d’une entité humaine ou non humaine dotée d’un état psychologique ayant causé l’index en question et pouvant l’expliquer en tant qu’événement du monde social.

4Est-il possible de faire des non-humains, en particulier des entités surnaturelles et des médiations qu’elles peuvent emprunter, des agents de plein droit sans être obligé de recourir à la seule détermination de leur causalité intentionnelle propre ? Est-il possible de ne pas réduire l’abduction d’agentivité à une forme d’abduction de subjectivité ? Autrement dit, peut-on lui substituer un modèle conventionnaliste de l’agentivité, tout en conservant la perspective relationnelle et contextuelle qui constitue le véritable apport de Gell ? Oui, à deux conditions, nous semble-t-il : la première est de privilégier un modèle sémiotique à un modèle causal de l’index.

5Gell prend l’exemple de la fumée en tant que signe naturel du feu utilisé par Peirce pour illustrer la notion d’index. La traiter comme un « index artefactuel » d’une activité humaine spécifique, c’est considérer qu’elle est le résultat ou l’instrument d’une agentivité sociale, grâce à une inférence de type abductif. Pour qu’un signe soit un index, il doit entretenir une relation de contiguïté physique avec un objet de façon à attirer l’attention vers ce dernier. Le cas de la fumée illustre l’exemple d’une connexion de nature causale. Mais pour Pierce, le fait qu’un objet soit traité comme l’index de la présence d’un agent (et de façon générale d’un autre objet) suppose bien une relation existentielle, une « connexion dynamique » mais pas nécessairement une relation de type causal entre les deux termes. De la confusion entre processus causal et processus sémiotique résulte l’apparente nécessité d’un recours à un modèle causaliste et intentionnel de l’agentivité.

6La deuxième est d’accorder un rôle central au langage : si les non-humains agissent souvent sur les humains sans recours au langage, les humains ne cessent d’utiliser ce dernier comme outil de médiation et d’intercession, s’emparant non seulement des actes de langage mais de l’ensemble des ressources sémiotiques mobilisables que comportent les langues. Si l’on a pu soutenir que le rituel était « without meaning » (Staal, 1989), c’est parce qu’en contrepartie on pouvait insister sur l’importance des caractéristiques sonores, en particulier prosodiques (parallélismes, répétitions, idéophones, allitérations) des discours adressés. Or, contrairement à ce que pourraient laisser croire les approches du rituel en termes de performativité, la dimension conventionnelle et normative prime sur la dimension causale dans les énonciations rituelles, cette dernière n’étant en définitive que fort secondaire. Qu’une incantation ou qu’une prière rituelle puisse viser l’obtention d’un résultat (par exemple la guérison du patient) ne fait pas de doute ; pour autant, cet effet n’est que l’une des conséquences possibles de l’énonciation, autrement dit il s’agit nécessairement d’un effet perlocutoire dont la détermination ultime, si elle a jamais lieu, au sein d’un ensemble d’effets perlocutoires potentiels, ne peut être définie que rétrospectivement. L’essentiel est d’effectuer dans les formes une série d’actes illocutionnaires, implorant ou convoquant des non-humains. Restituer au discours rituel le statut illocutoire qui lui revient en propre — cette propriété assurant à elle seule son caractère conventionnel et normatif, et non causal — n’implique pas pour autant que l’on doive négliger de s’intéresser aux récits ex post rapportant par exemple une rencontre avec les esprits-maîtres car ces derniers sont typiquement des lieux d’attribution d’agentivité. En fait, il nous semble que l’étude de l’agentivité devrait prioritairement prendre comme point de départ l’analyse de l’ensemble des caractéristiques pragmatiques de la communication rituelle.

7Dès lors, la dimension grammaticale ne peut pas non plus être négligée : il ne s’agit pas de placer l’anthropologue sous l’autorité du linguiste, mais de l’inciter à prendre en compte les moyens grammaticaux, variables selon les langues, servant à l’imputation d’agentivité. De ces éclaircissements grammaticaux, on peut attendre d’abord qu’ils contribuent à éviter que l’approche relationnelle reposant sur l’instanciation d’une relation agent-patient se voie systématiquement rabattue sur le modèle intentionnaliste d’une agentivité conçue comme une modalité du rapport à soi (le sujet se voyant comme la cause des actions) et aux autres (en attribuant à un événement extérieur un agent à l’origine de la série causale). Car l’enquête grammaticale prend comme point de départ le fait que la conceptualisation de l’agentivité est intimement associée avec les domaines fonctionnels de la transitivité et de la voix. Au lieu de faire dépendre l’analyse conceptuelle d’un ou deux types de phrases privilégiés (comme la distinction de Davidson entre phrase d’action intentionnelle et phrase événementielle), elle s’intéresse à l’ensemble des modes d’expression de l’agentivité et de la « patientivité », ce qui la conduit à tenir compte des multiples dimensions sémantiques (de type causalité, volition, animéité, contrôle) sous-jacentes aux constructions grammaticales transitives et intransitives. Enfin, l’enquête grammaticale permet de faire le partage, variable selon les langues, entre ce qui revient en propre à la syntaxe et ce qui est attribuable aux stratégies discursives des énonciateurs.

  • 1 Il va de soi que l’orientation défendue dans cette introduction n’engage que moi.

8Les contributions réunies dans le présent volume nous semblent pouvoir s’inscrire, à un titre ou à un autre, dans cette perspective1. Elles mettent d’abord en œuvre une anthropologie qui donne la préférence à l’étude des contextes où se déploient les transactions entre humains et non-humains, plutôt qu’au repérage des propriétés ontologiques de ces entités. Elles étudient ces transactions dans leur matérialité signifiante, en s’intéressant aux caractéristiques sémantiques et pragmatiques de la communication rituelle et, pour les contributions ethnosyntaxiques des linguistes qui ont participé à ce volume, aux propriétés grammaticales de l’agentivité que met au jour une étude des textes portant sur ce type de communication.

9La contribution de Valentina Vapnarsky « Le passif peut-il éclairer les esprits ? : agentivités, interactions et esprits-maîtres chez les Mayas » porte sur les relations entre les humains et les esprits (yùuntsilo’ob) chez les Mayas yucatèques du Quintana Roo. Le yucatèque est une langue qui fait jouer un rôle important à l’agentivité, tant au niveau morphologique (classes de racines) que syntaxique (ergativité). V. Vapnarsky s’intéresse plus particulièrement à l’emploi du passif qui permet en yucatèque (comme dans de nombreuses langues) d’éviter de mentionner l’agent. Elle examine plusieurs types de discours où les esprits sont impliqués à des degrés divers : un récit biographique et un conte rapportant un enlèvement par les esprits-maîtres, les recommandations d’un spécialiste rituel (hmèen), un rituel de prémices. La comparaison se révèle fort instructive : le premier se caractérise par un usage du passif (sans agent) dans les énoncés évoquant les agissements des esprits, usage sans aucun doute stratégique puisqu’il permet d’éviter de leur assigner une position d’agent, ce que confirme l’examen du conte. En raison de son caractère de récit (par opposition au discours, temporellement et spatialement situé, selon Benveniste), ce dernier permet d’utiliser des formes actives, le locuteur ne courant pas les mêmes risques de se mettre en danger (les esprits étant toujours à l’écoute et potentiellement menaçants !). Mais ce premier paramètre dégagé, c’est dans l’analyse des deux derniers discours que l’approche ethnosyntaxique révèle ses vertus heuristiques. Le premier met en valeur le pouvoir du chamane, qui, en raison de l’intimité qu’il entretient depuis de nombreuses années avec les yùuntsilo’ob, peut se permettre d’évoquer leurs actions en utilisant des phrases actives (et placer ceux-ci en position d’agents), alors même que ses recommandations portent sur le danger de les évoquer en dehors des contextes rituels. Le second examine un rituel de prémices où le hmèen invoque les esprits, son discours jouant de l’emploi de la deuxième et de la troisième personnes pour les amadouer et les faire venir près de l’autel. De cette analyse linguistique très riche, on retiendra en particulier la démonstration que la gestion de la relation avec les non-humains, en tant qu’elle repose sur des actions conversationnelles complexes comme les prières, implique nécessairement l’utilisation stratégique de moyens grammaticaux subtils, comme l’emploi d’un transitif factitif associé à un suffixe de statut ‑ik qui permet de contrôler stratégiquement le déplacement des esprits.

10Soulignons l’intérêt pour l’étude de la communication rituelle de procéder par une comparaison des discours, en permettant de ne pas se focaliser seulement sur l’attribution d’un prédicat intentionnel et en mettant au premier plan la dimension relationnelle de l’agentivité, constituée par le jeu dynamique et contextuellement variable des positionnements respectifs (incluant les autres chamanes et les membres de la communauté) dans l’espace interlocutif et dans le cadre de participation rituel.

11La contribution anthropologique de Perig Pitrou « Justice et agentivité distribuée chez les Mixe de Oaxaca (Mexique) : approche cosmopolitique » s’intéresse au mode de participation des entités non humaines dans l’exercice de la justice coutumière dans une communauté d’Indiens mixe. L’auteur se livre à une sociologie de l’institution judiciaire et examine en particulier les modes de coordination d’une pluralité d’acteurs, tels que le maire, le juge et les policiers. La démarche est praxéologique : P. Pitrou privilégie l’étude de l’institution en action, et il examine les mécanismes sociaux de résolution des conflits impliquant des non-humains, ce qui l’amène à prendre en compte les demandes d’aide et de protection qui leur sont adressées. Le monopole de la violence physique (et symbolique) que détient la justice ne peut s’exercer sans une participation des entités non humaines et, par conséquent, sans une activité rituelle importante pour les enrôler. Une approche intentionnaliste de l’action rituelle comme celle de Humphrey et Laidlaw (1994) n’est que de peu d’utilité pour comprendre les cérémonies qui se déroulent dans cette communauté, car elle met l’accent sur le fait que le rituel se caractérise par des actions non intentionnelles (par opposition aux actions de la vie quotidienne), leur identité venant d’une « ontologie stipulée ». De l’examen des discours rituels mixe, il ressort que ces derniers sont avant tout des dispositifs d’assignation de place : ce qui importe n’est pas tant que les énonciateurs en tant qu’agents se voient dépossédés du sens de leurs propres actions mais qu’ils parviennent à faire de certains non-humains des quasi-co-agents dans le traitement de leurs affaires judiciaires. P. Pitrou note ainsi que le discours adressé à « Celui qui fait vivre » comporte l’emploi du substantif ja putëjkïn, qui sert d’aide ou d’assistant œuvrant à côté du chef. On mesure alors l’intérêt que prendrait une étude de l’expression linguistique des positions actantielles de juge et de médiateur assignées à des non-humains dans un discours rituel qui a par moments le statut de véritables plaidoiries.

12Maurice Bloch (2004) a récemment soutenu que, pour concilier le fait que le rituel apparaît souvent dénué de sens aux acteurs alors même que ceux-ci sont néanmoins intransigeants sur la façon dont il doit se dérouler, il fallait considérer qu’était à l’œuvre un mécanisme de déférence (notion empruntée à Tyler Burge) à une autorité. Le rituel se caractériserait par trois propriétés : la citation (et la déférence), la conscience de la déférence et un manque de clarté quant à la source de cette déférence. L’article « De l’agentivité mythique et incantatoire : le mythe de Kawáirimi chez les Yucuna (Amazonie colombienne) » de Laurent Fontaine porte sur la comparaison entre deux versions du mythe de Kawairimi et un ensemble de strophes utilisées dans différentes incantations. Ces strophes sont constituées par des invocations à des entités surnaturelles dont on souhaite qu’elles exercent une action bienfaisante ou au contraire qu’elles neutralisent le pouvoir malfaisant et ne se comprennent que par référence à des épisodes mythiques. Comme le souligne L. Fontaine, une façon d’initier des novices au chamanisme consiste précisément à introduire des vers incantatoires lors d’une narration mythique. La déférence apparaît ainsi directement dépendante du truchement d’un dispositif interactionnel instaurant la dépendance épistémique : l’indexation des vers magiques à des segments narratifs mythiques constitue une forme d’exégèse pratique, cette contextualisation des entités invoquées dans les strophes par rapport aux péripéties du mythe ne pouvant que faciliter le rapprochement entre deux modalités d’agentivité « interne » (en rendant sensibles les similitudes et les différences entre les mêmes agents dans les deux types de discours).

13Gell remarquait déjà que dès lors que l’on considère que l’agentivité des humains et des non-humains ne s’exerce pas directement mais au travers de médiations, en particulier au travers d’objets, il est tentant de parler d’agents primaires et secondaires. Se pose un problème : comment éviter alors de faire des seconds des « instruments » au service des premiers, de telle sorte que leur caractéristique d’agents n’est plus guère qu’une façon de parler. La solution de Gell est de considérer que si ces médiateurs avaient bien le statut d’agents (secondaires) c’est qu’ils incorporaient objectivement un pouvoir ou une capacité d’agir. C’est au fond la même solution à laquelle se rallie Patrick Deshayes lorsqu’il étudie dans son article « Agentivité, devenir-chasseur et affects » le rôle des affects dans la relation entre le chasseur et son gibier chez les Indiens Huni Kuin (ou Cachinawa). Souhaitant insister sur la dynamique de cette relation, il oppose le devenir-chasseur de l’humain et le devenir-gibier de l’animal résultant de leur rencontre. C’est le mese, à savoir un certain état de vigilance qui fait le bon chasseur et qui passe aussi par l’utilisation des leurres pour tromper le gibier (le prédateur est pris pour de la nourriture). Surprendre le gibier est décrit par les Huni Kuin comme l’envoi d’une substance non matérielle, le date, qui fige de stupeur et permet qu’il soit fléché et que s’accomplisse son devenir-gibier. P. Deshayes décrit aussi les circonstances qui peuvent conduire à une inversion de la relation agent-agent, sous l’effet du muka de l’animal, et à la conversion d’identité de l’homme en animal (par exemple en anaconda). Dans tous les cas, mese, date et muka ne peuvent être conceptualisés de façon adéquate comme de simples affects, car, tout en apparaissant dans des circonstances bien précises (comme la chasse), ils possèdent néanmoins une stabilité temporelle et une directionnalité spécifique. Ce sont de plus des concepts dynamiques, qui induisent des changements drastiques d’état et renvoient à des actions, ce qui justifie qu’on les rapproche du domaine de l’agentivité. Pour P. Deshayes, le mese, le date et le muka constituent même de véritables agents (secondaires) en raison de la prégnance de leur rôle dans le mécanisme de transformation agentive. Il resterait à examiner les discours des Huni Kuin sur l’activité cynégétique pour interroger la traduction linguistique de ces catégories et déterminer s’il est possible de les voir entrer en résonance avec ce qu’on considère être sur le plan grammatical un agent secondaire. De façon générale, la notion d’agent secondaire n’est pas employée pour désigner un argument dans les constructions transitives des phrases (ou alors elle ne se distingue pas de la notion d’instrument). Par contre, cette notion est quelquefois utilisée pour référer à l’« exécutant » dans certaines constructions causatives de langues comme le japonais ou le hongrois, dans la mesure où cet « exécutant » est un « pivot » qui a sa part de responsabilité dans l’initiation ou la réalisation de l’action (le marquage casuel étant l’instrumental ou le datif).

14C’est précisément à la voie causative que s’intéresse Eliane Camargo dans son article « Agentivité grammaticale et agentivité intrinsèque : aspects de l’ethnosyntaxe cachinawa (pano) ». Il semble que le cachinawa possède trois types de constructions causatives morphologiques : la première comporte l’opérateur causatif ‑ma et est utilisée pour signifier que le sujet causateur (ou l’agent) est déclencheur de l’action et que l’exécutant a un certain contrôle de l’action ; la deuxième est identique à la différence que l’exécutant n’a pas de contrôle de l’action (opérateur causatif ‑(a)n) ; la troisième constitue une sorte de cas limite du point de vue de la causativité, puisque l’agent n’est qu’un facteur déclenchant du processus causal, l’« exécutant » étant responsable et accomplissant l’action dans sa totalité (opérateur causatif ‑man). E. Camargo étudie de façon détaillée les propriétés sémantiques fort complexes de ces constructions et montre en particulier que la différence d’emploi des deux premières constructions peut aussi être liée à la présence ou à l’absence de consentement de la part de l’exécutant. Son analyse s’appuie sur un corpus de textes écrits par des locuteurs cachinawa et portant sur les yuxin, les esprits des morts et des vivants. Elle permet de mieux comprendre les caractéristiques de l’agentivité qui leur sont attribuées sur le plan discursif ainsi que le rôle assigné au muka, déjà évoqué dans la contribution de P. Deshayes. L’analyse des phrases causatives s’y révèle fort intéressante et constitue une sorte de test des propriétés agentives et « patientives » des humains et des non-humains : dans des textes qui s’attachent pour l’essentiel à une explicitation des interactions avec les yuxin au travers du rappel d’anecdotes significatives, les humains peuvent se retrouver dans des positions alternativement agentives et « patientives », à la différence des yuxin qui sont toujours des agents.

15Le texte qui clôt ce volume porte sur les relations entre le système verbal trumai, la transitivité et l’agentivité. La langue trumai, une langue du Haut Xingu, au Brésil, que l’on a pu décrire comme ergative, présente une caractéristique peu courante dans les langues. Elle ne comporte pas seulement deux types de classes de verbes prenant respectivement un marquage morphologique ergatif et accusatif (sur le plan morphologique, toutes les langues ergatives sont scindées en fonction de dimensions variables, personnes, aspect, etc.). Elle présente une classe de verbes fluides qui peuvent entrer dans l’une ou l’autre de ces classes. L’examen des contrastes et l’enquête auprès des informateurs semblent indiquer des contextes d’emploi différents, en rapport avec l’expression de l’agentivité aux niveaux syntaxique et sémantique, mais leur détermination précise se révèle fort problématique. Aurore Monod Becquelin et Cyril Becquey dans leur article « Transitivité de l’action et ses expressions en trumai (langue isolée du Haut Xingú, Brésil) » se livrent à une enquête minutieuse, à la fois quantitative et qualitative, sur ces types de constructions transitives, à partir d’un corpus important de textes (récits mythiques, ethnotextes, etc.) recueillis sur une période de quarante ans. Il ressort de cette enquête passionnante que le choix de l’une ou de l’autre construction est sensible à des visées communicatives et argumentatives, en particulier liées au point de vue du narrateur. Comme l’indiquent les auteurs de l’article, l’enquête doit se poursuivre, à partir d’autres textes, afin de comprendre le jeu complexe des motivations sémantiques et pragmatiques à l’œuvre dans l’encodage grammatical de l’agentivité en trumai.

Haut de page

Bibliographie

Bloch, Maurice
2004 Ritual and deference, in H. Whitehouse et J. Laidlaw (éd.), Ritual and memory : Toward an comparative anthropology of religion (Walnut Creek, AltaMira Press) : 65-78.

Bratman, Michael
1999 Faces of intention (Cambridge, Cambridge University Press).

Davidson, Donald
2001 Agency, in D. Davidson, Essays on actions and events (Oxford, Oxford University Press): 43-61.

Gell, Alfred
1998 Art and agency : An anthropological theory (Oxford, Clarendon Press).

Humphrey, Caroline et Laidlaw, James
1994 The archetypal actions of ritual (Oxford, Oxford University Press).

Searle, John
1983 Intentionality : An essay in the philosophy of mind (New York, Cambridge University Press).

Staal, Frits
1989 Rules without meaning. Ritual, mantras and the human sciences (New York, Peter Lang).

Haut de page

Notes

1 Il va de soi que l’orientation défendue dans cette introduction n’engage que moi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel de Fornel, « Pour une approche contextuelle et dynamique de l’agentivité », Ateliers d'anthropologie [En ligne], 39 | 2013, mis en ligne le 20 décembre 2013, consulté le 17 août 2017. URL : http://ateliers.revues.org/9505 ; DOI : 10.4000/ateliers.9505

Haut de page

Auteur

Michel de Fornel

Directeur d’études EHESS, Institut Marcel Mauss-UMR 8178, CNRS/EHESS (Paris)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org