Navigation – Plan du site

Transitivité de l’action et ses expressions en trumai (langue isolée du Haut Xingú, Brésil)

Transitivity of action and its expressions in Trumai (isolated language of Upper Xingu, Brazil)
Aurore Monod Becquelin et Cédric Becquey

Résumés

Ce travail offre une approche préliminaire à la compréhension du système verbal complexe de la langue trumai, langue isolée du Haut Xingú (Brésil central). Constituée de plusieurs classes verbales transitives qui apparient de manière contrastive les rôles sémantiques agent-patient et les fonctions syntaxiques sujet-objet, la langue se caractérise également par le choix possible de l’un des deux alignements syntactico-sémantiques dans le cadre limité de certains procès/scénarios impliquant tous deux de l’agentivité.

C’est en partant de l’étude fine d’un corpus textuel représentatif que nous tentons de comprendre les motivations du choix de l’une ou l’autre construction au regard de l’agentivité et d’en dégager les principaux paramètres. Cet exercice nous contraint à traiter de l’interface entre langue et culture, lieu où le recours aux différentes acceptions du terme « agentivité », défini tant aux plans linguistique, ethnologique et ethnolinguistique, constitue autant de pistes pour l’interprétation de nos données (transitivité et agents, sémantique des verbes, position du locuteur sur les agents dont il parle, statut de paramètres comme animéité ou spécificité).

Haut de page

Texte intégral

It is well worth exploring the idea that a language’s morphosyntactic resources are related to cultural knowledge, attitudes and practices of its speakers.
Enfield, 2002 : 24.

Introduction

L’agentivité : définition provisoire

1L’anthropologie a fait son miel de « l’acte de langage », événement doué d’impacts sociologiques, depuis le fait de prendre la parole, jusqu’à la fonction performative avec ses effets perlocutoires. Linguistique, logique, philosophie du langage ont contribué à nourrir une acception de plus en plus large de cette expression, dont une des interprétations a parfois été associée à celle de l’« agentivité », terme linguistique et principalement grammatical.

2Utilisés en anthropologie, les termes « agentivité » et « agent » qualifient les relations douées d’effet entre des entités, parfois des entités surnaturelles et des entités humaines, qui, quel qu’en soit l’instrument — rituel, paroles… —, transforment la situation initiale. L’ethnographie montre des successions de rôles pour les mêmes entités et le même rôle pour des entités différentes : comment s’articulent les agentivités successives des humains, des maîtres des plantes, des chamanes ? « Qui » agit sur « qui » et sur « quoi » dans un rituel : l’officiant, le sacrifiant, le chamane, l’esprit-maître, les assistants et spectateurs, des objets, etc. ?

3Dans l’acception linguistique du terme « agentivité », il s’agit des ressources grammaticales et lexicales utilisées pour encoder la transitivité et apparier les fonctions syntaxiques de sujet et d’objet aux rôles sémantiques d’agent et de patient. Dans son article intitulé « Agency in language », Duranti énonce que toute langue possède des moyens grammaticaux et discursifs pour encoder l’agentivité — la construction des relations entre des agents, leur action et des patients — et que c’est cet encodage qu’il convient d’étudier. Il propose une définition de travail dont les paramètres sont le degré de contrôle d’un agent sur son action, le degré d’affectation des entités sur lesquelles s’exercent l’action et l’évaluation du résultat. À quoi il ajoute une double dimension : performance et encodage, mutuellement dépendants, liant l’interaction agentive entre les êtres (discriminant agent et patient) qui affectent l’expression dans la langue (sujet-objet), et réciproquement (Duranti, 2007 : 454). Toutefois, la centralité de la relation agent-patient vs la relation sujet-objet est dépendante de la langue : les cultures et les langues varient non seulement dans les moyens utilisés mais également dans « la place tenue par l’expression de l’agentivité dans les constructions grammaticales des langues étudiées en tenant compte des représentations et des croyances associées à ces entités fournies par les matériaux ethnographiques » (Fornel, 2010 : 6). Il faut donc évaluer, par et dans l’analyse des interactions, ce que propose la grammaire — là où se trouvent les contraintes qui permettent et limitent le choix de l’expression de ces interactions — et également, au niveau pragmatique, le contexte et l’intention de l’énonciateur.

4Toute interaction, qu’elle soit rituelle, conversationnelle, quotidienne et/ou routinière, demande donc une analyse linguistique autant qu’ethnologique permettant d’en inférer le sens dans le cadre de la langue et de la culture. Comme le soulignent Duranti (2007 : 452) et Fornel (2010), anthropologie et linguistique ne se conjoignent que difficilement dans l’étude de cet objet, chacune des disciplines opérant à partir d’une définition spécifique qui lui est nécessaire pour traiter de la question qui lui importe.

  • 1 Pour la discussion proposée par Enfield à propos de l’interface « describing grammar » et « describ (...)

5L’étude de l’agentivité, au double sens d’interaction et d’encodage grammatical, mène en parallèle les descriptions jusqu’à ce que des éléments issus de ces analyses montrent un lien entre un savoir, une pratique, et l’utilisation d’une certaine ressource grammaticale et lexicale. Cela requiert une précision terminologique pour tous les termes employés — termes qui ne sont communs qu’en apparence, comme « contrôle », « intentionnalité », « causalité »… L’analyse atteint alors un niveau cognitif, où se rejoignent des comportements, des croyances et des paroles, et la découverte de schémas abstraits, représentant des niveaux inconscients de la pensée. La difficulté repose sur la profondeur descriptive qu’il faut atteindre à partir des disciplines évoquées1.

  • 2 « The study of connections between the cultural knowledge, attitudes and practices of speakers, and (...)

6Le point de vue analytique adopté ici relève de l’ethnosyntaxe, considérant, à la suite de Jakobson ou de Enfield entre bien d’autres, que la grammaire a du sens. Pour la position adoptée, on peut se référer à l’introduction du volume I de l’Atelier Agentivité (Fornel, 2010 : 1-8). À titre de rappel, l’ethnosyntaxe est définie comme « l’étude des relations entre le savoir culturel, les attitudes et les pratiques des locuteurs, et les ressources morphosyntaxiques qu’ils utilisent dans le discours » (Enfield, 2002 : 3), autrement dit, l’interface entre grammaire et culture2. Il ne s’agit pas uniquement de comprendre comment les deux champs sont interconnectés, mais de quelles façons ils sont « inter-constitutifs » par les jeux et les débordements entre les pratiques, les préoccupations culturelles et les structures grammaticales et lexicales utilisées. Ce champ comprend aussi bien l’étude des contraintes sociales qui pèsent sur les choix grammaticaux que la symbolisation de scripts culturels dans les outils grammaticaux qui prennent ainsi valeur d’indices (Enfield, 2002 : 4-8).

Objectifs de la présentation

« Les variations dans le marquage de l’agent jusqu’à présent étaient en général considérées comme purement aléatoires, ou ce qui revient presqu’au même, dépendantes du bon vouloir du locuteur. »
Tournadre, à propos du tibétain (1996 : 374).

7La connaissance d’éléments pertinents de la culture trumai — traditions d’apprentissage, de mémorisation et de restitution dans différents genres, microhistoire d’événements narrés, statut épistémique des énonciateurs, degré de multilinguisme des locuteurs, statut ontologique des esprits… —, nécessaire à toute analyse ethnolinguistique, sera évoquée au cours du texte, mais nous donnons ici priorité à la description et à l’analyse linguistique.

8Le trumai dispose de plusieurs dispositifs morphosyntaxiques pour apparier les rôles sémantiques d’agent et de patient : il paraît donc en cela un bon exemple pour une analyse de cette relation. En effet, cette langue casuelle possède deux classes verbales transitives formant deux inventaires lexicaux séparés, permettant, soit d’encoder l’agent comme sujet (classe T2), soit d’encoder le patient comme sujet (classe T1) ; elle possède aussi un ensemble de « doublets » tels qu’à un même schéma d’action (ou scénario) correspondent deux verbes relevant de chacune de ces classes, ce qui forme un lieu stratégique de choix pour les locuteurs ; enfin, le trumai présente des verbes que nous appelons « fluides » qui admettent ces deux alignements sémantico-syntaxiques par l’intermédiaire de son système casuel (correspondant, typologiquement et en comparaison avec le marquage des verbes intransitifs, aux alignements dits ergatif/absolutif et nominatif/accusatif).

  • 3 « The ability that speakers have to present the same event or series of events in a different persp (...)
  • 4 Selon la définition donnée par Kuno et Kaburaki (1977), l’empathie reflète le point de vue du locut (...)

9Les questions posées sont les suivantes : comment analyser et comprendre la relation entre les deux constructions bi-actantielles du trumai et quel rapport précis chaque construction a-t-elle avec les rôles d’agent et de patient ? Ces constructions diffèrent-elles du point de vue de l’agentivité et dans quelle mesure ? Le champ d’analyse est la relation actantielle sujet-objet face aux rôles sémantiques agent-patient engagés dans une interaction et leur expression dans les textes. Ces analyses permettent-elles d’éclairer le statut respectif des êtres et des objets naturels ou surnaturels trumai ? de préciser à quels êtres et sous quelles conditions les Trumai accordent tel ou tel type d’agentivité ? de qualifier les actions engagées ou ces « degrés » que peuvent présenter les constructions grammaticales, modulant la dimension agentive — ce que Duranti appelle « mitigation of agency »3 — à partir d’autres paramètres comme points de vue, perspectives, ou encore empathie4 ?

  • 5 Nous remercions Emmanuel de Vienne d’avoir apporté toutes ses connaissances sur les Trumai et le tr (...)

10La première partie donne une description succincte du système verbal trumai. Dans la deuxième, nous discutons des possibles rapports qu’entretiennent les différentes constructions transitives de cette langue avec les rôles d’agent et de patient. Nous y proposons également les paramètres relatifs à l’agentivité susceptibles d’entrer en jeu dans le système verbal trumai, hypothèses que nous confrontons aux analyses de textes que nous donnons dans la troisième partie. C’est à ce point que l’emploi des doublets et des verbes fluides est scruté dans un corpus relevant de genres différents, paramètre crucial à prendre en compte pour leur analyse. Certains de ces textes illustrent différentes situations sur le plan de l’agentivité, asymétriques et/ou antagonistes (meurtre, guerre, sorcellerie, rencontres) ; d’autres sont plus neutres, parce qu’ils impliquent des relations anodines ou jugées moins conflictuelles par les Trumai eux-mêmes (ethnotextes5).

I Les expressions de l’action en trumai

Les Trumai

  • 6 Les Trumai ont longtemps vécu en contact avec un groupe, les Suyas, appartenant à la famille lingui (...)
  • 7 Il faut noter qu’un fort taux de multilinguisme est présent chez les Trumai. L’informateur principa (...)

11Les Trumai sont un des groupes habitant la région des rivières formatrices du Xingú, fleuve affluent de rive droite de l’Amazone (Mato Grosso, Brésil, fig. 1). Cette région a été parcourue à la fin des années 1880 par Karl von den Steinen, anthropologue allemand qui, au cours de plusieurs voyages, a rencontré les groupes amérindiens habitant la région et fourni de nombreuses informations ethnographiques et linguistiques. Après une période de relatif isolement, les expéditions se sont multipliées jusqu’à la création d’une réserve indigène en 1961, ne permettant en principe l’accès à ce territoire qu’à des équipes médicales régulières et aux anthropologues. Le « Parc Indigène du Xingú » est divisé en deux aires culturelles, septentrionale et méridionale. Cette dernière, baptisée par Galvão (1950) « aire du uluri » (du nom du cache-sexe féminin fait d’une pièce de liber), est aujourd’hui communément désignée comme la société du Haut Xingú. Elle rassemble dix groupes représentant quatre familles linguistiques : Tupi (Kamayura, Aweti), Caribe (Kalapalo, Kuikuro, Matipu, Nahukuá), Arawak (Waurá, Yawalapiti, Mehinaku) et Trumai6. Les similitudes culturelles entre ces groupes, notées dès von den Steinen, témoignent d’un long processus d’intégration régionale au gré des contacts, des intermariages et des relations économiques et rituelles (Basso, 1973). Ces similitudes vont de pair avec le maintien de frontières internes, notamment linguistiques, indispensables au fonctionnement de cette société multilingue et multiethnique (Franchetto et Heckenberger, 2001). Quain a été le premier anthropologue à travailler avec les Trumai en 1938, mais sa mort précoce n’a permis la publication que d’un ouvrage posthume (Murphy et Quain, 1955). Les premières études ethnographiques les concernant datent du milieu des années 1960. La langue et la culture trumai sont en fort déclin (Monod Becquelin et al., 2008), et la société trumai, culturellement et linguistiquement fragile, se perçoit elle-même comme en état critique7 (Vienne, 2011).

fig. 1 – Carte du Haut Xingú

fig. 1 – Carte du Haut Xingú

Aire septentrionale Haut Xingú :
Tupi : Juruna, Kaiabi,
 : Txukaxamai, Suya,
Trumai (années 1960)

Aire méridionale Haut Xingú :
Trumai (à partir des années 1970),
Tupi : Aweti, Kamaiura,
Caribe : Kalapalo, Kuikuro, Ikpeng, Matipu, Nahukwa,
Arawak : Waura, Mehinaku, Yawalapiti

(source : Instituto Socioambiental, 2002)

Le trumai

  • 8 Le trumai présente par exemple des traits phonétiques exceptionnels au regard des langues indigènes (...)

12Comme nous l’avons souligné, le trumai est encore peu décrit ; c’est une langue isolée rendant impossible toute comparaison avec d’autres langues de la même famille et aucune étude des phénomènes aréaux de cet ensemble plurilingue n’a été menée entre le trumai et ces autres familles ; elle possède également des caractéristiques phonologiques et syntaxiques originales8. La description la plus complète est la thèse de R. Guirardello, A Reference Grammar of Trumai (1999). Dans ce volume et dans des articles ultérieurs, l’auteure discute entre autres thèmes la notion de « sujet » appliquée au trumai dans une réflexion plus générale sur la typologie morphosyntaxique.

  • 9 Nous utilisons ici, comme étiquettes des cas, la terminologie la plus couramment utilisée, à savoir (...)

13Le trumai possède trois classes verbales majeures (cf. annexe 2). La première comprend les verbes intransitifs qui encodent leur argument unique au cas (absolutif) non marqué9.

(1)

axoditse

sa

Jeune.fille

danser

Nom (sans marque)

Verbe intransitif

La jeune fille danse

14Le trumai possède également deux classes de verbes transitifs. Dans une première construction impliquant les verbes transitifs 1 (T1), l’agent sémantique reçoit le cas marqué ergatif et le patient apparaît au cas non marqué, comme le sujet de l’intransitif.

Transitifs 1 (ergatifs)

Transitifs 1 (ergatifs)

(2)

Nituari‑k

Ararapï

chachxo

Nituari‑ergatif

Ararapï

peindre

Nom‑suffixe

Nom (sans marque)

Verbe transitif 1

Nituari peint Ararapï

(3)

Nituari

api

tsul taf‑us

Nituari

ramasser

tortue œuf‑accusatif

Nom (sans marque)

Verbe transitif 2

Nom Nom‑suffixe

Nituari ramasse des œufs de tortue

  • 10 Le cas ‑(V)tl marque le complément d’objet lorsqu’il s’agit d’un être humain et le bénéficiaire dan (...)

Dans le cas des verbes transitifs 2 (T2), l’agent (mais aussi expérient, stimulus, instrument, etc.) est exprimé comme le patient de la première construction, c’est-à-dire au cas absolutif non marqué. Le patient, quant à lui, est réalisé par un cas accusatif auquel correspondent trois formes différentes selon différents critères comme le nombre ou la définitude (cf. annexe 3). Ces marques accusatives sont également utilisées pour des cas obliques (spatio-temporels et bénéfactif10, cf. tabl. 1). Notons qu’il n’existe aucune marque de voix sur le verbe, à l’exception de la voix causative (cf. infra) et que les verbes T1 et T2 ne sont pas dérivés l’un de l’autre.

15La coexistence de ces deux types de construction bi-actancielle n’est pas sans rappeler d’autres langues possédant ce type de scission lexicale qui constitue généralement des inventaires inégaux. Il se trouve qu’en trumai les deux ensembles de verbes représentant une action effectuée par un agent sur un patient sont numériquement presque équivalents et la classe de ceux que nous avons appelés T2, impliquant un patient à l’accusatif, est même plus importante. Constat qui remet en cause l’affectation typologique du trumai aux langues à alignement ergatif-absolutif comme cela a été fait jusqu’à présent (Guirardello, 1999 ; Dixon, 1994). Dans les analyses du trumai comme langue ergative, seule la classe T1 est considérée comme transitive et la classe T2 comme un ensemble de verbes « intransitifs étendus » dont le patient sémantique correspond à un argument en « extension to core » (Dixon et Aikhenvald, 2000 : 3). L’analyse de la répartition des classes verbales dans le lexique (fig. 2) impose donc une réinterprétation de la typologie morphosyntaxique du trumai : d’une part, la construction T1, ergative, n’est pas représentative de la tendance générale du système verbal de cette langue ; d’autre part, comme le rappelle Dixon (1994 : 123), la notion de verbes « intransitifs étendus » répond à la nécessité de décrire des sous-classes mineures de verbes dans une langue, ce qui n’est pas le cas en trumai.

fig. 2 – Répartition des classes verbales bivalentes dans le lexique

fig. 2 – Répartition des classes verbales bivalentes dans le lexique

16L’analyse de paramètres syntaxiques et discursifs attribués au sujet en linguistique typologique nous avait conduit à réinterpréter le système verbal dans une étude antérieure (cf. Monod Becquelin et Becquey, 2012), système que nous pouvons synthétiser de la façon suivante :

tableau 1 – Réinterprétation du système verbal trumai

rôles sémantiques

argument 1
sujet

argument 2
non sujet

intransitifs

agent/patient

marque Ø

transitifs 1

patient

marque Ø

ergatif ‑(V)k


transitifs 2


agent


marque Ø

accusatif, datif ‑(V)tl

accusatif (indéfini ?) ‑(V)s

accusatif (défini ?) ‑ki

Par ailleurs, il faut souligner que le trumai n’a pas de voix passive. Parce que nous considérons le verbe T1 comme transitif et l’argument à l’ergatif comme un complément direct, nous excluons les traductions de ces verbes par un passif et, en cas de non-expression de l’argument à l’ergatif, nous choisissons une traduction en « se faire » pour marquer cette différence (point qui sera discuté en conclusion).

Les doublets

17Outre la répartition de ces deux inventaires de verbes transitifs qui admettent exclusivement l’une ou l’autre construction dans le lexique, il existe en trumai des doublets. Il s’agit de paires de verbes transitifs lexicalement distincts qui désignent le même procès (ou scénario) impliquant deux participants et qui se construisent chacun selon la classe à laquelle il appartient. Par exemple pour référer à l’action « tuer », le trumai dispose de deux verbes :
– disi (transitif 1) : le sujet syntaxique correspond à « ce(lui) qui est tué » et l’agent est marqué au cas ergatif :

(4)

haits

hine

disi

1erg

3.masc.abs

tuer

je le tue [il se fait tuer de mon fait]

– fa (transitif 2) : le sujet syntaxique correspond à « ce(lui) qui tue » et le patient est marqué au cas accusatif :

(5)

ha

fa

hine‑tl

1abs

tuer

3.masc‑acc

je le tue

18L’inventaire de ces doublets est limité, mais ils sont néanmoins fréquents dans certains textes — les deux verbes d’un doublet peuvent même coexister dans le même texte pour décrire la même action, cf. exemple (6) et (7). Le choix entre l’une ou l’autre des constructions pose la question de sa motivation, et demande l’analyse du cotexte et du contexte.

Inventaire des doublets reconnus

transitif 1

transitif 2

naha

couper

chï

choku

atteindre

iki/chomta

damtsi

poursuivre

panlata

disi

tuer/battre

fa

etsi

emporter/emmener

umu

fada

faire fuir

chayo

kapan

faire

chuda

mapa

casser

ku’ku

otne/tsisi

brûler

isi

padi

attendre

fatlot

panu

échanger/troquer

elka

tako

mordre

make

distribuer

detne

tuxa’tsi

pousser

dama

19Exemple d’usage de doublets dans un même texte (« l’assassinat de Javaritï ») quand la même action « Les Kamayura/Juruna nous [les Trumai] tuent… » est exprimée de deux façons différentes :

   

action de tuer

Verbe transitif 2

orientation agentive

(6)

Yuruna wan

fa […]

hawan‑ki

Juruna pluriel

tuer

nous‑acc

   

Verbe transitif 1

orientation patientive

(7)

hawan

disi […]

kamayula wan‑ek

nous

se.faire.tuer

Kamayura pluriel‑erg

Les verbes fluides

20Une autre catégorie comprend des verbes que nous appelons « fluides » puisqu’ils peuvent se construire indifféremment comme transitif 1 ou 2. Ils constituent un inventaire plus important que les doublets, environ une trentaine identifiée jusqu’à ce jour, quantité non négligeable compte tenu de l’inventaire total des verbes (de l’ordre de 300).

Inventaire de verbes fluides reconnus

trumai

français

amal

conseiller

ami’in

répondre

analaTka

ouvrir

chapta

nettoyer (plantation)

homne/xomne

rencontrer, trouver

kihmi

chercher, aller prendre

kïtïw

râper, frotter

lan

couper superficiellement

ma’mai

fouiller

metsi

suivre

miro

couper en morceaux

naha

couper

ochen

décortiquer, piler

pata-pata

poser par terre

pechma

enfiler, introduire

pïrew

détruire, finir

pïTke

peler

taha

approcher

t’aka

réparer

tï’ami

tordre, presser

tïchï

égratigner

tïrïrïw

traîner

tsitsu

poser

tsiye

oindre, ensorceler

wakpita

expérimenter

wapchïma

embrasser

wen

arracher, déchirer

xoxan

laver

xu(t)ke

peler

xuTke

écailler (le poisson)

21Les alternances entre les deux structures actantielles que permettent les inventaires des doublets et des verbes fluides ne résultent pas d’une variation libre. Si les motivations du choix entre T1 et T2, qui constituent le cœur de cet article, nous échappent encore, une étude préliminaire (Monod Becquelin et Becquey, 2012) avait déjà mis en relief une certaine corrélation entre ce choix et des procédés discursifs et pragmatiques comme la topicalisation (cf. annexe 5). Cependant, ce dernier mécanisme se révèle être une explication insuffisante pour rendre compte de tous les faits dans les textes.

II Système verbal trumai

Transitivité et agentivité

22Cette partie concerne la façon dont un Trumai bilingue perçoit le contraste entre les deux constructions qu’offrent les verbes fluides ou les paires de « synonymes » (doublets) ainsi que les motivations de ce choix, s’il est possible d’en découvrir la systématicité. Nous y examinons également dans quelle mesure ce contraste est lié à l’expression de l’agentivité.

Perception trumai de la différence syntactico-sémantique avec un verbe fluide

23L’un des Trumai, maintes fois sollicités à ce propos, donne un indice de distinction dans la traduction de deux énoncés (8) et (9), jugés sémantiquement équivalents du point de vue de la référence à l’action accomplie et de son résultat ou localisation (cf. annexe 3).

Je nettoie la plantation/le capim (herbe de repousse de la forêt)

action de nettoyer

   

Construction transitive 1

orientation patientive

(8)

Haits

kuyan

chapta

1erg

capim (herbe de repousse)

nettoyer

   

Construction transitive 2

orientation agentive

(9)

Ha

chapta kain

kut’a‑ki

1abs

nettoyer foc

plantation‑acc

Ce locuteur a produit les traductions suivantes en portugais :
Transitif 1 : « eu estou capinando capim » et il ajoute « eu limpando » (« moi, je suis en train de nettoyer le capim, je suis en train de nettoyer »)
Transitif 2 : « eu estou capinando capim » (« je suis en train de nettoyer le capim »)

  • 11 Remarquons que le recours à la prosodie intonative du portugais (pour emphatiser ou focaliser « eu  (...)

24Autrement dit, l’informateur recourt à une intonation et à une paraphrase particulières seulement dans la construction T1 où l’agent haits « moi » est à l’ergatif, et le patient de l’action de « couper » est une végétation particulière, tandis que, dans la phrase T2, le patient est soit l’endroit où l’on coupe soit le résultat de l’action de « couper » (k’uta désigne aussi bien la plantation « propre » que la plantation « sale » couverte de capim). L’intensité prosodique est mise sur le pronom personnel dans la traduction en portugais11 et souligne que la différence entre ces deux énoncés pourrait être liée à une certaine emphase sur/mise en valeur de l’agent dans la construction T1. On peut se poser la question de savoir s’il s’agit d’une mise en valeur de l’agent ou si le choix entre ces deux constructions est motivé par des propriétés du patient.

  • 12 Il n’y a pas de marquage temporel sur le verbe trumai, mais des clitiques ou suffixes sur différent (...)

25Les deux phrases réfèrent à la même opération, soulignée par la traduction identique en portugais ; cependant le patient est réalisé par deux formes différentes kut’a « plantation » et kuyan « capim, herbe » ; peut-on mettre en relation le choix de construction avec des propriétés de l’objet (générique/spécifique) ou de l’action telles que définitude, résultat ou persistance de l’effet ? Dans un cas, c’est le lieu de l’action ou son résultat (9) — mais kuyan‑ki ha chapta serait possible —, dans l’autre, c’est le terme technique de ce qui est enlevé (8). L’une des formes aurait une orientation prospective : « je nettoie (ce qui deviendra) la plantation » et l’autre, une orientation accomplie : « je nettoie (en enlevant) l’herbe »12. Une autre hypothèse, exposée plus largement dans la partie suivante, serait que la construction T2 fait allusion à une opération routinière comme dans l’exemple (15) ci-dessous : ha chapta voudrait dire « nettoyer le capim », ce qui permet un second complément en ‑ki (cf. tableau 2).

26Remarquons encore que, lors de questionnaires lexicaux, l’orientation des réponses contraste les personnes selon que le verbe est un T1 ou un T2. Si l’on demande la traduction de esperar (attendre), T1, l’interlocuteur donnera la forme de troisième personne haits padin « il m’attend », et non ha padi hinek « je l’attends ». En revanche, pour le verbe T2 comer (manger), c’est la forme à la première personne ha ma « je (le) mange » qui est citée, et non ma‑n « il mange ».

27Un autre fait à prendre en compte pour évaluer le poids de l’agent dans la construction T1 est la construction causative. Celle-ci se forme en ajoutant un causateur à l’ergatif sans dégrader le causataire/l’exécutant qui peut être soit à l’ergatif soit au cas non marqué selon la classe du verbe « causativisé ». Cette construction est enchâssante et s’effectue grâce à une marque suffixée au verbe ‑ka signifiant que la proposition entière est soumise à un causateur.

(10)

[Ats’aek‑es

ha

sone]

bouillie.de.manioc‑acc

1abs

boire

Je bois de la bouillie de manioc

(11)

Hine‑k

[Ats’aek-es

ha

sone]‑ka

3masc‑erg

bouillie.de.manioc‑acc

1abs

boire‑caus

Il me fait boire de la bouillie de manioc

(12)

Haits

ats’aek‑es

sone‑ka‑n

1erg

bouillie.de.manioc-acc

boire‑caus3abs

Je lui fais boire de la bouillie de manioc

Les seuls exemples de verbes T1 recevant cette construction causative et présentant 2 arguments exprimés au cas ergatif nous sont donnés par Raquel Guirardello-Damian (2002 : exemple (30)). Il s’agit cependant d’une construction rare que nous n’avons pas trouvée dans nos textes :

Causateur

Causé

(13)

Amati‑k

chï_in

[Tata‑k

karakarako

taf-ø

kïţï]‑ka

ha-wan‑ki.

Amati‑erg

foc/temp

Tata‑erg

poule

œuf‑abs

donner‑caus

1abspl‑dat

Amati a fait que Tata nous donne des œufs de poule

28Cette construction causative invalide l’interprétation du trumai comme une langue tout-intransitive, interprétation alternative du système verbal trumai (Queixalos, com. pers.) ; en effet, s’il n’y avait pas de verbe transitif dans cette langue et si le seul argument nucléaire de toutes les classes verbales était l’argument non marqué, il n’y aurait pas besoin d’un ajout sur le verbe pour introduire un participant supplémentaire dans un rôle syntaxique oblique. Autrement dit, si la construction causative est nécessaire pour introduire un argument à l’ergatif sur un verbe intransitif pour former une construction T1, c’est bien parce que cette actant n’est pas inclus dans la structure argumentale de cette classe verbale. À l’inverse, cette construction est inutile avec les verbes T1, car l’argument au cas ergatif est déjà présent dans la structure argumentale.

Motivation sémantique du système à deux inventaires

  • 13 Corrélativement, il faudra montrer que dans une construction T1, les patients non marqués ne présen (...)

29Faut-il voir dans ces choix que permet le système verbal trumai une répartition des verbes des deux inventaires T1 et T2 selon une échelle d’agentivité où l’agent engagé dans l’une ou l’autre construction se situerait à différents degrés ? Holisky (1987), dans des considérations générales sur le rapport entre cas et agentivité dans les langues, insiste sur le fait que l’ergatif n’est pas forcément associé à une interprétation agentive et le nominatif à une interprétation non agentive. Pourtant l’auteur qualifie l’ergatif comme porteur d’agentivité « the ergative is the marked member of the opposition and is used to convey agentivity on the part of the subject » et « the nominative is neutral, expressing nothing in particular about agentivity » (Holisky, 1987 : 116, repris par van Valin et LaPolla, 1997). Or le lexique et les énoncés trumai permettent d’observer de hauts degrés d’agentivité sémantique (tuer, couper, flécher, etc.) associés aux verbes « accusatifs » T2 — ce qui rend difficile l’utilisation du qualificatif « neutre » — ; à l’inverse, des ensembles présentant sémantiquement peu d’agentivité (suivre, être surpris, imiter, etc.) sont rencontrés parmi les verbes « ergatifs » T113.

30Dans l’analyse de Raquel Guirardello-Damian, certains verbes fluides présentent des nuances sémantiques selon leur construction. Le choix viendrait d’une préférence pour la construction avec des verbes de type transitif 2 (alignement accusatif) lorsque l’action est routinière et le patient inanimé et/ou prévisible (14.b) :

tableau 2 – Interprétation des verbes fluides selon leur alignement

verbe

alignement ergatif

alignement accusatif

naha

couper

couper les tiges de manioc

ochen

râper

râper le manioc

pïTke

peler

enlever la peau du manioc

kïtïw

gratter

peler le manioc

tïami

presser, écraser

presser la pulpe du manioc

wen

arracher

plumer un oiseau

Elle donne deux exemples contrastifs dans ce sens (2003) :

(14)

a.

dinoxo‑k

ha

k’ad‑ø

naha.

fillette‑erg

1abs

main

couper

La fillette m’a coupé à la main

    

b.

ole

wacha‑s

hen

ha

naha.

manioc

tige‑dat

alors

1abs

couper une tige de manioc

Et alors j’ai coupé une tige de manioc [action routinière]

31Nous n’avons pas trouvé ce contraste assez souvent pour le généraliser à l’ensemble des verbes fluides. Des exemples recueillis à l’occasion d’une enquête sur ces verbes ne montrent pas cette différence de sens (A. Monod Becquelin, notes de terrain 2005).

Je lave mon vêtement

transitif 1

(15)

haits

ha mut

xoxan

1erg

mon vêtement

se.faire.laver

transitif 2

(16)

ha

xoxan

ha mut‑as

1abs

laver

mon vêtement‑acc

et sur le même modèle T1 (erg abs V)/T2 (abs V acc) dans des textes différents :

(17)

Haits aus xomne/Ha xomne kain aus‑ki

J’ai trouvé du miel

(18)

Trumai‑ik adistaxer pïrew/Trumai pïrew adistaxer‑tl

Les Trumai exterminent les indiens sauvages

(19)

Haits k’ate taha/Ha taha k’ate‑s

J’encercle les poissons

(20)

Haits atlat fax xuke xuke/Ha xuke xuke atlat fax yi‑ki

Je racle le fond de la marmite

Les agents y sont considérés comme équivalents et l’action comme aussi transitive dans les deux séries. « C’est la même chose », « c’est identique » disent les Trumai interrogés sur la nuance entre les deux formes, glosant par le terme mihin « c’est une seule (chose) », un seul sens, et non pas par le terme nawan qui signifie « semblable », c’est-à-dire « pas identique ».

  • 14 On pourrait imaginer que dans une phrase comme « il mange des œufs de tortue » le résultat est plus (...)

32La répartition des classes T1, T2 et fluides en corrélation avec certains domaines conceptuels (arbitrairement définis) est donnée ci-dessous14.

fig. 3 – Répartition des verbes transitifs trumai selon quelques domaines conceptuels proposés par WoLF (Wordnet Libre du Français)

fig. 3 – Répartition des verbes transitifs trumai selon quelques domaines conceptuels proposés par WoLF (Wordnet Libre du Français)

En dehors des verbes de cognition et de perception (impliquant généralement expérients ou stimulus), qui font exclusivement partie de l’inventaire des verbes T2, tous les autres champs sémantiques impliquent à la fois des verbes T1 et T2.

33Un autre fait intéressant concerne la construction volitive et son interprétation : marquée par le suffixe ‑t(a)ke signifiant « vouloir », la volonté sera toujours interprétée comme celle de l’agent quelle que soit la classe verbale impliquée. Ainsi on dira :

(21)

ha

tako‑tke

kain

kasoro‑k

1abs

mordre(T1)‑vol

foc

chien‑erg

Le chien veut me mordre
(et non « je veux que le chien me morde/je veux être mordu »)

(22)

ha

ma‑tke

tsinon‑es

1abs

manger(T2)‑vol

piki‑acc

Je veux manger des piqui (fruits)

Le chien est marqué par le cas ergatif pour le T1 en (21), la première personne est non marquée pour le T2 en (22) et nous n’observons aucune corrélation avec l’une ou l’autre des classes. Il y a coréférence sémantique entre le sujet du volitif et l’agent, indépendamment de sa fonction syntaxique et l’on peut se demander dans quelle mesure sémantique et morphosyntaxe sont interconnectées.

La transitivité

34La transitivité syntaxique, définie par la capacité d’un verbe bivalent à mettre en relation un sujet et un objet, a été proposée à égalité pour les classes T1 et T2 du Trumai (Monod Becquelin, 1975a, 1976). Mais il faut ajouter que l’expression des arguments marqués par un cas morphologique n’est ni symétrique ni systématique dans les textes ; si le sujet syntaxique non marqué est obligatoire, l’explicitation lexicale de l’argument à l’accusatif est relativement fréquente alors que celle de l’argument à l’ergatif est rare.

35Au niveau sémantique, la transitivité est caractérisée par un certain nombre de propriétés. Dans les termes de Mithun, la transitivité sémantique implique un agent prototypique qui « accomplit », « effectue », « suscite » ou « contrôle » l’action, tandis que le patient en est « affecté » (1991 : 538). La transitivité dénote l’effet du contrôle sur le patient. Givón précise la relation entre les deux participants et le verbe :

(a) Agent : The prototypical transitive clause involves a volitional, controlling, initiating, active agent, one that is responsable for the event, its salient cause.
(b) Patient : The prototypical transitive event involves an inactive non-volitional, non-controlling patient, one who registers the changes-of-state associated with the event, its salient effect.
(c) Verb : The prototypical transitive clause involves a compact (non durative), bounded (non-lingering), realis (non-hypothetical) verb and tense-aspect-modality. It thus represents an event that is fast-moving, completed and real, perceptually and cognitively salient
(Givón, 1990 : 565-566).

36Lazard propose non pas une catégorie [transitive] à laquelle on répond pour un verbe donné « oui » ou « non », mais une catégorie scalaire (+ ou − transitif), avec, outre la nécessité de deux participants, les contrastes suivants : kinesis (+)/statif (−), aspect télique/non télique, caractère ponctuel/non ponctuel, volition forte/inexistante, affirmation/négation, mode réel/virtuel, agentivité forte/faible, affectation totale de l’objet/affectation partielle, individuation de l’objet (définitude…).

37Les paramètres cités en exemple font associer transitivité et agentivité différemment selon les auteurs, mais autour de trois ensembles notionnels : l’agent dont on souligne l’intention, la volonté, la décision comme cause du déclenchement de l’action, les degrés de participation causale ; l’action caractérisée par ses propriétés sémantiques, son effectuation, son degré d’achèvement, son bornage aspectuel ; enfin le patient et son affectation, son changement d’état, ou sa disparition.

38Pourtant transitivité syntaxique et sémantique sont reconnues comme non coextensives (Desclés, 1998). Ainsi, il est difficile de dire sur quel degré de l’échelle de transitivité se situerait chaque classe verbale ; la terminologie qui fait de la construction T2 une « intransitive étendue » (i.e. une intransitive avec un complément « extended to core » qui correspond au patient affecté) n’est pas satisfaisante. C’est pourquoi, nous avons recherché les motivations d’emploi des deux constructions sans préjuger de leur agentivité. Nous utiliserons ici « transitivité » en nous inspirant de la définition que donne Desclés : définition assez large et assez abstraite pour embrasser tous les degrés d’agentivité que sont susceptibles de présenter les deux constructions du trumai :

« Le contrôle est la capacité de déclencher et d’interrompre une activité ou une action. » La construction transitive n’est pas l’action d’un agent sur un patient, mais la construction mettant en relation un agent contrôleur et une situation cinématique qui elle, affecte un patient qui change d’état […] « C’est l’expression grammaticalisée d’un point de vue [souligné par nous] sur un changement (une activité ou une action) » (Desclés in Rousseau, 1998 : 164-166).

En insistant sur la notion de contrôle, il souligne qu’elle « n’est certainement pas ontologique, même si certaines entités ont une capacité assez naturelle à exercer un contrôle sur d’autres entités et sur des actions affectant ces dernières » (ibid. : 164-165), remarquant aussi que le contrôle peut être transféré ou annulé.

39Notre but, comme on l’a dit, est de comprendre si la transitivité sémantique — et en particulier le facteur agentif porté par l’agent — est identique dans les deux constructions. Peut-on distinguer, comme le fait Desclés, un agent anticipateur, un agent téléonomique, un agent intentionnel, un agent conscient (Desclés, 1994) ? Peut-on mesurer le « degré participatif » de l’agent (François, 2003 : 95, 132) ? La nature du patient et son affectation par l’action sont-elles décisives ? L’action doit-elle être caractérisée par son déroulement (borné, fini, ponctuel, etc.) ? Pour aborder ces questions, il faut recourir aux textes.

III Textes et contextes

40La distribution des constructions/verbes et leurs éventuelles motivations ont donc été analysées à partir de l’examen d’un échantillon de textes. C’est à eux que nous allons nous rapporter maintenant.

Les contextes

41Nous avons sélectionné plusieurs textes de genres différents, racontés par des narrateurs de statut et de sexe différents, enfin à des époques différentes : certaines versions d’un même mythe ont été recueillies à quarante ans de distance.

42Nous présentons tout d’abord deux ethnotextes sollicités expliquant la succession des activités pour faire une plantation de manioc d’une part, et la technique pour confectionner des arcs et des flèches d’autre part. Ces deux textes n’appartiennent pas au genre mythique et n’ont aucune des caractéristiques que nous mentionnons ci-dessous. Ils sont dits à des fins pédagogiques pour une étrangère en apprentissage de la langue.

43Les textes suivants sont clairement identifiables comme mythes, dainta, c’est-à-dire « une histoire des ancêtres ». L’identification se fait à l’aide de plusieurs critères. Le premier indice est la présence de formules démarcatives de début (par exemple : « ainsi disaient-ils », ou « voilà l’histoire d’autrefois », ou encore « c’est tout ce que je sais » et autres variantes) et de fin (par exemple : « c’est fini », ou bien « ainsi racontent-ils, dit-on »). Le deuxième indice est le contenu qui rapporte des faits « du temps où les animaux parlaient la langue des humains », c’est-à-dire les origines des humains, des objets et des rituels. D’autres indices procèdent des constructions variables des épisodes et de leur déroulement ; ces variations sont coextensives à la propriété des récits mythiques — c’est-à-dire le « droit d’auteur » d’un ensemble de versions attaché à une famille, qui produit une chaîne de transmission reconnaissable ; bien que moins documentée que la propriété des chants rituels pour lesquels la transmission fait l’objet de paiement, les particularités des versions sont décelées par les auditeurs trumai. Enfin, un dernier indice est que leur dispersion dans tout le Haut Xingú (sous des variantes propres à chaque groupe) en fait une part de la culture commune au même titre que les grands rituels interethniques, en contraste avec d’autres genres narratifs.

44Nous avons analysé le même mythe, « Origine de la lumière du jour », énoncé par différents narrateurs et à des époques différentes : il est d’abord raconté par le chef trumai, Nituari, respecté et apprécié comme le meilleur connaisseur et le plus talentueux conteur de toute l’aire du Haut Xingú (AMB, version 1966). La deuxième version date de 2005 et est racontée par une femme trumai d’âge moyen, Wayaku, qui a vécu une grande partie de sa vie au village trumai, elle a été ensuite mariée avec le chef du groupe kamayura (tupi), l’un des plus grands chamanes de la région, désormais avec un Waura (arawak) et elle réside de nouveau dans un village trumai ; elle est très bonne conteuse et polyglotte, sa langue maternelle étant le trumai. La troisième version a été racontée par une narratrice beaucoup plus jeune et bilingue trumai-portugais en 2004.

  • 15 Batracien non identifié ; pour E. de Vienne, il s’agirait d’une grenouille, en portugais, mais, (...)

45Le texte intitulé « Histoire de Minuri et de l’origine des taches de la lune » est également un récit mythique, qui s’appuie sur un double antagonisme, l’un entre Crapaud15 et Jaguar, l’autre entre Crapaud et les Serpents. Le premier se termine par la victoire du crapaud, l’autre par sa défaite : il est intéressant pour l’étude de l’articulation entre les deux épisodes et pour le traitement dans le mythe du thème du conflit.

  • 16 Cf. par exemple Taylor Descola (1997) sur l’oubli des ancêtres. Pourtant, chez les Trumai et d’autr (...)

46En présentant le récit de « La capture d’Aloari », chef trumai au début du xxe siècle, et « Récit de la guerre avec les Ikpeng », le texte qui suit immédiatement, nous sommes dans un genre que les anthropologues appellent le mythe-histoire. L’histoire d’Aloari rapporte des événements anciens non « encore » mythiques. Cet homme, qui précéda Nituari dans la fonction de chef, était déjà adulte lors de la visite de Quain en 1938. Son fils, âgé aujourd’hui d’une soixantaine d’années, y raconte son enlèvement par les Juruna, puis une guerre contre les Ikpeng (caribes, connus aussi sous le nom de Txicão). C’est un récit qui est en cours de typification dans le Haut Xingú. Il s’agit d’épisodes se rapportant à des faits concernant des personnages réels ; mais la tradition orale et la mémoire collective en Amazonie effacent une partie de la mémoire des ancêtres (sauf l’onomastique), et recalquent les événements advenus sur des schémas stéréotypés (ou mieux : typifiés, selon le terme de Zumthor). Il est intéressant de saisir ces « moments » et leurs transformations dans la vie du récit en les comparant avec des versions successives16.

47Nous avons enfin réanalysé un texte déjà étudié précédemment qui appartient à un genre que l’on peut appeler bio-historique : l’assassinat de Javaritï. Il s’agit de la narration d’un fait de vie récent (40 ans) — un assassinat ; il est raconté par un parent de celui qui est assassiné, dans une version politique destinée à contredire une autre version des faits. Le narrateur, Amatiwana, est le fils aîné de Nituari, et son récit, pour qui connaît la situation des Trumai à l’époque, marque une opposition forte à la politique de son père, confrontation quant à l’origine ethnique des meurtriers et donc à la politique d’alliance à venir dans cette société multiethnique. En contact avec le monde blanc depuis de longues années par effet d’une maladie évolutive nécessitant de longs séjours en ville et à l’hôpital, il est à la fois excellent connaisseur de la mythologie — par tradition paternelle — et en même temps intellectuellement atypique par sa vie partagée entre deux mondes. Le fait qu’il s’agisse d’un plaidoyer politique donne une importance particulière à l’évaluation et à la présentation par Amatiwana des rôles d’agresseurs et de victime.

48Si nous avons insisté sur le contexte de chaque exemple, c’est parce que des éléments prééminents dans la société interethnique du Haut Xingú ont des répercussions directes sur les précautions utilisées par les locuteurs lorsqu’ils parlent, racontent ou rapportent, en dehors même des contraintes de genres. Pour ceux-ci, nous observerons, par exemple, dans la conclusion, des différences entre des mythes ou des histoires plus personnelles.

  • 17 Un élément important pour une analyse ultérieure sera la considération des « discours » comme les « (...)

49En dehors de ces contraintes liées au registre utilisé, une extrême attention est portée à la formulation du message, et ce pour des raisons qui appartiennent au statut et à la circulation de la parole. Dans ces sociétés de tradition orale, des faits sociaux comme la stratégie des alliances matrimoniales et politiques ou les règles d’expression de l’antagonisme dépendent en partie de cette circulation de la rumeur. La rumeur constitue l’immense pouvoir politique des femmes dans ces sociétés. Les versions diverses qu’elles donnent de tout événement font partie de son interprétation ; l’une de ces versions sera choisie par un chef de faction, un responsable, un chef de maison, selon les circonstances, et pour accréditer de façon opportune tel ou tel choix politique et/ou matrimonial17. De même, contrairement au modèle idéal présenté par les Indiens du Haut Xingú eux-mêmes et appelé par les anthropologues la pax xinguana, l’antagonisme et la violence sont omniprésents et réglés par une multitude de prescriptions, de stratégies et de rituels qui s’étendent sur des mois et des années. Les comportements déroutent sans cesse l’observateur qui voit se succéder immédiatement accusations et protestations de « camaraderie » (‑pine) entre deux individus ou deux groupes. Dans la tradition orale et la conversation, dans les mythes comme dans les histoires personnelles, leur expression est permanente et nous nous interrogerons sur la formulation de l’antagonisme dans nos textes.

50Quant aux esprits évoqués, liés indissociablement dans l’interaction quotidienne aux humains et aux médiateurs que sont les chamanes, ils sont ontologiquement surpuissants, multiformes et dangereux. Cependant leur force peut être contrainte par l’action des sorciers et des chamanes, rencontres et rituels renversant sans cesse la hiérarchie de puissance. À notre connaissance, ils n’ont pas de propriété traduite dans la langue, en dehors du fait que, souvent sous une forme animale, ils sont sujets de verbes liés à ce monde animal (cris, comportements, etc.) puis au monde humain (langage, intentionnalité, ethos…). De même que les éléments naturels, ils ne sont en général pas possédables, ni de façon aliénable ni de façon inaliénable (comme les parties du corps, la majorité des termes de parenté, et les objets culturels de haute valeur). Certains pourtant admettent le possessif de troisième personne associé aux parties du corps — différent de celui utilisé pour la parenté — comme paye‑ake « son esprit auxiliaire », ou honTal‑ake « son esprit afflicteur ». Nous constaterons cependant dans les textes que leur nature ontologique n’implique pas de choix spécifique dans les constructions transitives et aucun phénomène d’obviation lié à une quelconque échelle d’animéité n’a été observé.

51Le formatage inconscient par les éléments obligatoires de la grammaire, et la mise en paroles consciente par la manipulation des usages, s’entremêlent pour construire la description de l’interaction dans les textes. Dans le domaine restreint du choix de la construction verbale des doublets et des verbes fluides, on peut cependant mettre au jour quelques paramètres qui permettent de distinguer les deux constructions aux plans de la transitivité de l’action, de l’agentivité respective des participants et de la dynamique impliquée.

Lecture des tableaux en couleurs

  • 18 Cf. également annexe 1. Pour obtenir une version plus lisible de ces tableaux ainsi que des tableau (...)

52Les tableaux en couleurs qui vont suivre18 comprennent la totalité des verbes du récit et leur catégorisation (T1, T2, intransitifs) ainsi que l’identification du choix de l’un des éléments des doublets ou de l’une des deux constructions des verbes fluides.
La colonne de gauche liste les actants dont les rôles syntaxiques sont marqués dans le suivi horizontal du récit.
Les numéros en haut des colonnes correspondent aux numéros des phrases du texte.
Les numéros en bas des colonnes correspondent aux numéros des verbes par ordre d’apparition, sans compter les répétitions à l’identique.

53Le code des couleurs utilisées est le suivant :
vert : sujet de verbe intransitif
rouge : argument au cas ergatif de T1
bleu clair : sujet (« abs ») de T1
bleu foncé : sujet (« abs ») de T2
noir : argument au cas accusatif-datif de T2
pointillés : choix (doublets ou labiles).

54Exemple : dans le premier texte, « Comment faire une plantation », à la phrase 11, le dix-huitième verbe T1 naha « couper » dont le sujet syntaxique est ïwïr « bois » (bleu clair) fait l’objet d’un choix (trait discontinu). Le dix-neuvième verbe T2 chï « couper » forme un doublet avec le verbe précédent, son sujet syntaxique (bleu foncé) yaw « gens » fait également l’objet d’un choix, ce qui est indiqué par le trait discontinu. Toujours dans la même phrase, la plantation apparaît associée au vingtième verbe en sujet d’intransitif (vert), puis elle est sujet syntaxique d’une construction causative (bleu clair) dont l’ergatif n’est pas présent, puis le même verbe est utilisé sans la construction causative ; à la phrase 14, la plantation apparaît à l’accusatif (noir) d’un verbe T2 dont le sujet est « les Trumai » sous le lexème yaw « les gens ».

11

ïwïr

i

naha.

yaw

chï-kma

hen,

mit’

hen

arbre

pied

couper

gens

couper-terminatif

puis

laisser

puis

  

T’a

chumuchu

hen,

plantation

être.étendu

puis

  

Le tronc d’arbre est coupé. On finit de couper, on laisse la plantation se reposer.

12

mit’

hen

T’a

chumuchu-n,

T’a

raxa-ka-n

hen.

laisser

puis

plantation

être.étendu-3abs

plantation

sec-caus-3abs

puis

on laisse la plantation se reposer, on fait sécher la plantation.

13

T’a

raxa-n-es

hen,

yaw

si.

plantation

sec-3abs-loc.temp

puis

gens

brûler

Quand la plantation est sèche, on la brûle.

14

kawixu.ami.aduru-s

hen,

yaw

si

de

kut’a-ki.

gronder.le.tonnerre-loc.temp

puis

gens

brûler

déjà

plantation-acc.

Quand le tonnerre gronde, alors, on a déjà brûlé la plantation.

15

yaw

si

de

kut’a-ki.

T’a

otne-kma-n

hen,

gens

brûler

déjà

plantation-acc

plantation

brûler-terminatif-3abs

puis

On a déjà brûlé la plantation. Quand la plantation a fini de brûler,

16

mit’

hen

nikik.

T’a

xutsa

chumuchu-n.

laisser

puis

neg

plantation

froid

être.étendu-3abs

on laisse, il n’y a plus rien. La plantation s’étend froide.

55Prenons un autre exemple pour illustrer les possibilités de lecture des tableaux en couleurs. On peut suivre la lecture de ce même texte horizontalement : Amatiwana intervient des lignes 1 à 16 puis 36. On y lit facilement ses rôles syntaxiques successifs : d’abord sujet d’intransitifs, puis sujet d’un transitif T1 (bleu clair), puis sujet d’un transitif T2 (bleu foncé) dont, cette fois-ci, l’autre argument est présent sous la forme d’un accusatif (noir) « je mange des galettes ». À la phrase 10, le contour discontinu exprime le choix d’un T2 dans le doublet « couper ». (Par exemple, comparer les deux premiers textes de description technique, l’un sans aucun argument à l’ergatif — absence totale de « rouge » —, l’autre avec de nombreux cas).
On peut aussi suivre la lecture verticalement si l’on veut s’intéresser à l’expression des obliques ou aux relations dans lesquelles agent/patient sont exprimés tous les deux et dans quelle construction. (Par exemple, les rôles successifs de Minuri vis-à-vis des différents protagonistes.)
Nous tenons à exprimer notre gratitude admirative à Sandrine Soriano pour avoir vaincu la complexité du travail de mise en forme nécessaire à la bonne lisibilité de cet article.

Les textes

56Pour chaque texte, le tableau et le contexte sont donnés puis les phrases du texte sont examinées et commentées ; un récapitulatif des verbes et de leurs constructions est présenté, enfin un paragraphe d’hypothèses interprétatives termine la présentation. Pour lire ce qui suit et pouvoir en faire une lecture critique et comparative, il est recommandé d’avoir sous les yeux l’annexe 1 (cliquer ici pour télécharger le fichier d’annexes).

Comment faire une plantation (Amatiwana à AMB, 1967)

57Ce texte, sollicité dès le début de l’enquête sur la langue trumai, décrit le travail de la plantation, la récolte des racines de manioc et la consommation des aliments préparés par les femmes. C’est un texte pédagogique destiné à l’ethnologue qui entendait encore très peu le trumai. Le texte comprend essentiellement des verbes à alignement accusatif (T2), sujet non marqué-objet marqué. Les sujets de ces verbes sont le locuteur, les Trumai, les femmes, et comme objet la plantation, les boutures, les racines. Les actions décrites sont le défrichage, le brûlis, la mise en terre des boutures de la part des hommes ; les femmes arrachent les tubercules, les râpent et préparent les divers aliments issus du manioc, selon la division sexuelle canonique du travail en usage dans ces sociétés amazoniennes.

58Il y a très peu d’endroits où le choix entre les deux constructions transitives est possible ; un premier choix [phrase 35] implique le verbe detne « distribuer/répartir » (T2, « accusatif ») en écartant l’autre verbe du doublet, (T1, « ergatif »). Dans cette partie [phrases 29-35], les femmes sont le thème et ont le rôle sémantique d’agent : elles refroidissent la soupe, incitent les hommes à manger et les nourrissent.

34

yaw

sone

hen

ats’aek‑es

de

di

tororom

hen,

tororom,

gens

boire

puis

bouillie.de.manioc‑acc

déjà

femme

refroidir

puis

refroidir,

On boit la bouillie de manioc que les femmes ont refroidie, refroidie,

35

kiki

paine‑s

hen

detne

hen,

detne

hen

homme

nombreux‑acc

puis

distribuer(T2)

puis,

distribuer(T2)

puis

et elles distribuent aux hommes nombreux, elles distribuent

Si une analyse en termes de topicalisation est ici possible, l’hypothèse de Guirardello-Damian, rapprochant le choix d’un verbe T2 au fait que sont décrites des actions habituelles, routinières, l’est également.

59En revanche, plus loin dans le texte [phrase 42], la même action de distribution/répartition de la nourriture est décrite par l’autre forme du doublet : « distribuer/répartir ». Bien que les femmes ne soient pas explicitement mentionnées, la relation qu’elles entretiennent avec l’action est un peu différente de même que leur rôle dans le discours : après avoir donné l’ordre à tous de boire la soupe, c’est cet aliment qui devient le nouveau thème, finalité de la description et objectif vital de tout l’effort de culture de la plantation. C’est la base de la nourriture des Trumai et des groupes du Xingú. À ce moment de la description, les femmes sont les pourvoyeuses, elles seules donnent et distribuent la soupe (le verbe T1 kïtï « donner » appartient au même domaine sémantique), répartition réglée sur la parenté et donc sur le lieu de résidence, ce qui en fait radicalement les porteuses de la mémoire généalogique du groupe. Notre interprétation est qu’elles ont en cela une fonction de responsabilité qui va au delà de la division sexuelle traditionnelle du travail routinier, même si les femmes responsables qui seraient au cas ergatif ne sont pas mentionnées lexicalement.

42

ats’aek

kawa

de

tach

bouillie.de.manioc

distribuer(T1)

aller

déjà

plus

  

ats’aek

hen

tach

kiki‑tl.

bouillie.de.manioc

distribuer(T1)

puis

plus

homme‑dat

  

la bouillie de manioc va se faire à nouveau déjà distribuer, la bouillie est à nouveau distribuée aux hommes.

43

ats’aek

kïtï(T1)

waptaman

ka’ne

toxlo‑ki

bouillie.de.manioc

donner(T1)

tourner‑3abs

dem

famille.étendue‑loc

la bouillie de manioc est donnée en faisant le tour dans ces maisons.

44

adï‑ukan

trumai‑s

han

ats’aek

assez-encore

Trumai-loc

cette

bouillie.de.manioc

  

kïtï(T1)

waptaman

hen

toxlo‑es‑in

donner

tourner ?-3abs

puis

maloca-loc-foc

  

Quand il y avait encore plein de Trumai, cette… la bouillie, elle était donnée en faisant le tour des malocas.

60Ce tableau montre que la spécificité du « tronc » comme partie du bois et de la « bouillie », préparation sucrée souvent associée aux fêtes, entraîne le choix d’un verbe T1 dont ils sont les sujets non marqués alors que les matières non travaillées, i.e. bois et manioc, sont compléments accusatifs de T2 — et généralement non exprimées. Cela supposerait que la fonction de sujet syntaxique dans une construction T1 permet de mettre en valeur une spécificité du patient, ou, autre hypothèse, une importance particulière de l’objet dans le récit en rapport avec la finalité de la narration. Notons que le verbe kïtïw « râper », que nous considérons comme fluide, se comporte, dans les textes présentés ici, quasiment exclusivement comme un verbe T1 dans sa forme rédupliquée kïtï.kïtïw et comme un verbe T2 dans sa forme simple kïtïw.

61Dans le cas de la bouillie, successivement ats’aek‑es et ats’aek, nous pouvons suggérer que c’est l’importance rituelle de cet aliment « distribué » qui est mise en valeur dans 42 en contraste avec l’aspect « consommé » dans la phrase 34 du texte. Remarquons que la spéciation du manioc en bouillie suit le processus technologique : ole « manioc », ole.wacha « bouture », noms spécifiques des différents maniocs (maisawarï, tara‑usi, etc.), produits de base (paratï « farine », torek « amidon », ale.su « jus cuit ») pour aboutir au produit fini distribué : ats’aek « bouillie » et incite au choix d’un T1.

Comment confectionner l’arc et la flèche (Amatiwana à AMB, 1966)

62Ce texte, raconté à la même époque que la confection de la plantation, est bien différent, quoique relevant aussi de la description technique, et adressé à la même interlocutrice. Il implique aussi un type d’agent générique : humains indéterminés : yaw « les gens », « on ». Mais de façon surprenante, on trouve beaucoup d’agents explicités et marqués par le cas ergatif : il n’est que de regarder la ligne supérieure horizontale du tableau ci-dessus pour constater que « les gens », c’est-à-dire les Trumai, sont majoritairement sujets syntaxiques de T2, dont plusieurs fois par le choix du verbe qui le permet, ou bien au cas ergatif répétitivement présent et de façon inaccoutumée. Dans deux cas seulement, le générique est sujet syntaxique patient d’un verbe ergatif dont le référent n’est pas exprimé. Les sujets des verbes T1 sont les matériaux très spécifiques utilisés pour faire des flèches et leur confectionner des extrémités, ce qui est cohérent avec la mise en avant de la spécificité des objets comme dans le texte précédent. On trouve le même terme générique (yaw) associé à des verbes T2 pour des actions où il n’y a pas de choix possible (couper, fendre, arracher, fabriquer), mais aussi à des verbes à choix, doublets ou fluides.

63Lorsque la tige est sélectionnée pour en faire un fût et devient ïch, elle est mise en valeur par sa spécificité et la relation entre la fabrication et l’artefact entraîne peut-être le choix d’une construction T1. C’est le cas à la phrase 3 avec le verbe fluide xu(t)ke, dont ïch « bois à arc » est sujet syntaxique et les gens à l’ergatif.

03

yaw-ak

ïch

xuke-n,

yenuk

ale

hen

chïchlaxma

daT-e

gens-erg

bois.arc

polir-3abs

ainsi

dit-on

puis

bois.dur

noir-3abs

On polit le bois.arc, ainsi, dit-on, l’arc-chïchlaxma, il est noir

64Aux phrases 16 à 20, autre endroit de choix possible, les « gens » sont en contraste avec leur forme précédente, sujets du verbe utilisé pour la fabrication d’un autre instrument, les flèches à poissons : chuda (T2), verbe sémantiquement peu spécifique et utilisé pour tout travail physique, manuel ou mental. Remarquons que l’autre terme du doublet, kapan, n’est jamais présent dans ce texte ; il est d’occurrence beaucoup plus rare, ce qui ferait douter du fait que les deux termes forment réellement un doublet. À partir de 27, les fabricants sont de nouveau à l’ergatif dans une longue séquence qui détaille les gestes techniques — amincir, placer, dessiner, disposer, coller, durcir… — attachés aux matériaux constitutifs de la flèche devenue fonctionnelle — fil, résine, etc.

65On remarquera aussi que cette alternance se reproduit dans la confection des flèches, encore que moins développée.

16

intsatske

hen,

yaw

hid-as

yaw

chuda

k’atewakwach.fi-s

Ensuite

puis

gens

flèche-acc

gens

fabriquer

flèche.à.poissons-acc

Et puis ensuite, on fait des flèches, des joncs à poisson

66Dans ce texte, quand l’action s’exerce sur un patient spécifique par un agent générique, le choix se porte sur la construction T1 et les éléments spécifiés sont sujets syntaxiques, comme dans le texte précédent. En revanche, les activités routinières ou peu spécifiques, dénotées par un verbe très général et accomplies par des agents génériques, utilisent la construction T2. On pourrait faire l’hypothèse que « les gens », sujets syntaxiques de T2, sont agents dans les premières constructions qui dénotent des actions sur la matière brute et qu’ensuite ils laissent la place de sujet syntaxique à l’outil spécifié qui prend forme. On voit aussi que la valeur « humain » vs « non-humain », ou « inanimé », n’entraîne pas une construction plutôt qu’une autre ; yaw peut être agent marqué de T1 ou non marqué de T2. En revanche, dans ce texte, on ne trouve pas d’inanimé agent de T1.

Origine de la lumière du jour (Nituari à AMB, 1966)

67Le mythe de l’origine de la lumière du jour est ici raconté par le chef trumai, Nituari. Il fait partie du cycle des jumeaux Soleil et Lune, qui souffrent de la nuit perpétuelle lorsqu’il faut pêcher et manger. Le texte abonde en dialogues entre les divers participants, style particulièrement significatif des bons conteurs, coupés de descriptions.

68Les descriptions concernent la préparation d’un tapir pourri dans la peau duquel les deux héros vont se dissimuler, le picorage de la charogne par divers oiseaux dont les urubus, la capture de l’un d’eux et enfin le récit du traitement qui lui est infligé afin qu’il révèle quel est l’oiseau dont la couronne de plumes fera venir la lumière du jour sur terre.

69Les dialogues se succèdent avec des partenaires variés dont la substitution marque le progrès de l’histoire au sein d’un déroulement répétitif. Le premier dialogue s’effectue entre Soleil et Lune ; le deuxième entre ces derniers et un messager (la mouche) ; une série de dialogues vient alors à se répéter avec diverses espèces d’oiseaux, sans succès parce que le messager est bègue ou « ne sait pas parler comme il faut » ; enfin, les urubus (urubus à plusieurs têtes — deux ou trois selon les versions — figurés par les tabourets sculptés réservés aux chefs) parviennent à comprendre ce que dit la mouche et discutent avec les autres oiseaux d’un plan de descente vers la nourriture offerte si opportunément.

70Après la description de la capture de l’Urubu, vient une autre série de dialogues : Soleil et Lune pressent Urubu d’envoyer un oiseau chercher la parure qui permettra à la lumière du jour d’advenir, mettant fin à cette désespérante obscurité ; ces mini-épisodes répétés se terminent tous par un échec jusqu’à ce que la couronne adéquate soit rapportée. Le village des oiseaux(-esprits) est à l’image des villages humains et les fêtes y sont exécutées de la même façon que chez les humains dans leurs villages d’en bas ; les oiseaux, anthropomorphes, sont donc parés de couronnes de plumes cérémonielles.

71Très peu de verbes font l’objet d’un choix, ils se rencontrent principalement à la fin de l’histoire. Le premier choix s’effectue cependant dès la première phrase du texte avec le verbe T2 chuda « faire, travailler, façonner », qui permet aux jumeaux Soleil et Lune d’être sujets sans être nommés, la référence s’opérant grâce à la marque du duel a qui les fait reconnaître : atetla‑a = les deux soleils = Soleil et Lune, associée à la marque personnelle de sujet à la 3e personne absolutive (V)‑n (phrase 001). Dans la situation initiale, ce sont donc les principaux acteurs, Soleil et Lune, qui sont introduits comme sujets syntaxiques et agents du verbe T2 dont on a déjà décrit le sens général. Ils sont à la fois les victimes — souffrant de l’obscurité perpétuelle du monde — et les instigateurs de toutes les péripéties du mythe qui permettront/causeront l’avènement de la lumière du jour.

001

kale

tsile

‘a

chuda‑n

ale

ole.xe‑s

kajabi

ainsi

dit-on

duel

faire‑3abs

dit-on

manioc.pourri‑acc

kajabi

   

paine‑kte

ole.xe‑hak

de

nombreux‑gen

manioc.pourri‑tel

déjà

   

Ainsi, dit-on, que les deux (Soleil et Lune) ont fait du manioc pourri, du manioc pourri de kajabi

72Le deuxième choix implique xodaka, l’aurore, sujet syntaxique d’un T1 (etsi phrase 097), apportée par « les deux » : soit deux oiseaux de la famille des vautours, soit plutôt l’Urubu à deux têtes. C’est la lueur fugitive de l’aurore apportée qui est choisie comme sujet et préfigure déjà la situation finale du mythe.

097

xodaka

etsi

lakoktsi-n

mlo

le

aurore

transporter

vers.le.bas-3abs

tout.de.suite

dit-on

   

hin-ak-a

y-ik

tsile,

3abs.masc-erg-duel

démarcatif-erg

dit-on

   

Le vautour à deux têtes fait descendre tout de suite l’aurore, dit-on.

73Dans la partie suivante, l’Urubu est choisi comme sujet syntaxique et patient de T1 (râper). La référence à l’Urubu se fait toujours indirectement : par association d’idée avec la nourriture pourrie qui est la nourriture spécifique de ces oiseaux, par la forme d’un pronom personnel à la troisième personne ergative duelle (en référence à ses deux têtes), par synecdoque (anaware « fontanelle » et kuTa « tête ») ainsi que par les qualificatifs anak « estimable », dayi « grand » ou yaw xu’kat « puissant » qui ne laissent pas de doute sur l’identité du participant.

74À la phrase 109, par exemple, c’est la fontanelle de l’Urubu qui est le sujet patient du verbe fluide kïtï.kïtïw « râper », systématiquement utilisé avec une construction T1, ici et dans les quatre occurrences qui suivent (les agents responsables de cette torture, à savoir les jumeaux, ne sont jamais mentionnés dans cette partie). À la phrase 115, ce sont les couronnes de plumes qui sont sujets patients. Artefacts importants dans la société du Xingú, enfermées dans la vannerie contenant le trésor ornemental de chaque homme, après une forme à l’accusatif comme objet du verbe T2 api « prendre », elles sont sujets du verbe T1 (phrase 115, 127, 131) etsi « apporter » — verbe qui forme un doublet avec le verbe umu, lequel n’apparaît jamais dans ce texte. À partir de la phrase 115 et jusqu’à la fin du mythe, les épisodes où la couronne de plumes est apportée (etsi) suivis de la description de la torture d’Urubu (kïtï.kïtïw) se répètent trois fois (115-124, 127-129, 131-139) faisant alterner les couronnes et l’Urubu comme sujets syntaxiques créant un effet de symétrie persuasive.

107

esatke

omaT-e

kud

husa-n

ale,

fil

rouge-3abs

tête

attacher-3abs

dit-on

Ils attachèrent les têtes (du vautour) avec un fil rouge

108

– ma !

kale

allons !

dit-il

– allons-y ! dirent-ils

109

tsïk tsïk tsïk

tsïk tsïk tsïk

anaware

kïtï.kïtïw

ale,

tsïk tsïk tsïk

tsik tsik tsik

tsik tsik tsik

fontanelle

râper

dit-on

tsik tsik tsik

tsïk ! tsïk ! tsïk ! ils (Soleil et Lune) râpent le sommet du crâne tsïk ! tsïk ! tsïk !

114

kok,

kok,

pech

kyuda-n

ale

kok

kok

aller.vite

vers.l’amont de la rivière-3abs

dit-on

   

ure.ure

silo-ki

api

kakda-n

perroquet

couronne.de.plumes-acc

prendre

de.bon.matin-3abs

   

et il s’envola dit-on. tsirikok… Il se dépêcha et prit aussitôt la couronne de plumes du perroquet

115

Inlots

men

hine

silo

etsi

lakoktsi-n

ale.

de là

irr

3abs.masc

couronne.de.plumes

transporter

vers.le.bas-3abs

dit-on

   

[…]

tsïk tsïk tsïk

kuTa

kïtï.kïtïw

tsik tsik tsik

tête

râper

   

De là ils font descendre la couronne de plumes. […] La tête est râpée

124

tach

hine-atl

kuTa

kïtï.kïtïw

ale

à nouveau

3abs-acc

tête

râper

dit-on

Ils se remirent à lui frotter la tête.

127

in-lots

hen

silo

etsi

lakoktsi-n

ale

de là

puis

couronne.de.plumes

transporter

vers.le.bas-cisl-3abs

dit-on

Et de là-bas il la rapporta, dit-on.

75Soleil et Lune apparaissent une seule fois comme sujet-agent choisi du verbe T2, chuda, au sens très général qui signifie « travailler », face à un patient spécifique mais qui n’appartient pas à la culture trumai, le manioc pourri ; dans tout le reste du texte, ils sont agents (ergatifs) non exprimés de T1 : du point de vue de la narration, ils sont initiateurs et acteurs d’une action répétée avec médiation d’un instrument, la pierre. Urubu et les plumes porteuses de lumière sont les véritables thèmes de ce texte, acteur indirect — l’oiseau — et cause non intentionnelle — l’artefact de plumes — qui génèrent le processus de l’apparition de la lumière, et sont choisis comme sujets syntaxiques.

Origine de la lumière du jour (Wayaku à E. de Vienne, 2005)

76Le récit de Wayaku est assez différent de la précédente version et intéressant à comparer. Comme dans bien des narrations, il enchaîne plusieurs épisodes mythiques dont l’ordre n’est pas toujours le même, au gré du conteur et du contexte. Ici l’origine du jour et la transformation des humains en « animaux de l’air » (kodetl, incluant mammifères et oiseaux) sont suivis de plusieurs épisodes : l’origine d’un couple humain à partir de bois, la multiplication des populations à partir de flèches magiques, la répartition des armes entre les groupes du Xingú, une tentative ratée pour acquérir l’immortalité grâce à un bain d’eau bouillante dans une grande marmite (à l’origine des mues) et la mortalité humaine. Nous examinerons uniquement la première partie de la narration relative à l’origine du jour. La confrontation des tableaux en couleurs montre immédiatement trois configurations à comparer : le traitement des oiseaux (très « rouge » dans ce deuxième texte), le traitement de tsirikok assez semblable et la position du vautour à deux têtes identique dans les deux cas. Examinons le détail.

77L’une des principales différences narratives avec la version précédente concerne l’implication des épouses de Soleil et Lune. Au début du texte, les femmes préparent le manioc et le seul verbe faisant l’objet d’un choix est le verbe fluide kïtïw « râper » qui prend la construction T2, conformément à l’interprétation avancée par Guirardello-Damian d’une tendance à utiliser ce type de construction pour les actions routinières (en contraste avec le même verbe redoublé qui prend la construction T1 lorsqu’il s’agit de râper non pas le manioc mais la tête d’urubu).

12

chahnihnis de a kïTïw xodaka lan hak de oles de.

Parce qu’elles deux râpent le manioc sans relâche de nuit.

115

« Aloke tach ! » kale. Tsïkï tsïkï… Kuta kïTï kïTïw ale itak yide, atetla-anak de

– « retournes-y vite ». Soleil et Lune (lit. : les deux soleils-erg) frottent ses têtes avec la pierre [il s’agit de l’urubu à deux ou trois têtes].

78À partir de la phrase 58, les oiseaux vont mettre sel et piment sur la carcasse pourrie pour la rendre mangeable. Dans le dialogue, les constructions T1 sont choisies faisant du sel et du piment les sujets syntaxiques, les oiseaux-agents, les urubus, apparaissant sous la forme du pronom de première personne plurielle ergative kawan-ek « nous » (phrases 59-63). Notons que dans la nourriture quotidienne des Trumai, ces ingrédients sont les condiments nécessaires à la consommation, leur manque afflige les indiens et leur utilisation est strictement réglementée par un grand nombre de prohibitions et de recommandations alimentaires. Cette construction et la répétition du même personnel à l’ergatif sont-elles liées à la forme du dialogue en discours direct avec une première personne plurielle insistante, ou bien l’ergatif serait-il choisi pour induire la responsabilité des urubus dans l’attribution de ce qui rendrait éminemment comestible (sel et piment) ce qui est immangeable (le pourri), contrastant avec la relative non-explicitation de l’argument à l’ergatif dans l’ensemble de notre corpus ? Voici la conversation entre urubus :

59

“yakïr” kale. “Yakïr etsi tenuk kawan-ek

du sel. Prenons donc du sel,

60

Yakïr” kale. “Mo xen xen-ka-n ahak

du sel, pour faire pourrir ce qui pue

61

mo pom pom-ka-n ahak” kale “mo pom pom-ka-n ahak kawan-ek” kale.

pour rendre goûteux ce qui pue, disent-ils. Pour qu’on rende goûteux le plat.

62

“Yakïr etsi kawan-ek, chïchïk etsi kawan-ek.

Prenons du sel, prenons du piment,

63

mo ats’ae ts’ae-ka-n ahak kawan-ek” kale.

pour saler ce qui pue.

79Après sa capture, Urubu est désormais invariablement le sujet syntaxique patient (phrases 91-135, six occurrences du verbe fluide kïtïw, construction T1), tandis que Soleil et Lune, responsables directs du martyre du vautour à deux têtes, sont, dans cette même partie, des agents à l’ergatif, très peu ou pas du tout exprimés.

91

Itak de, kut kïtï.kïtïw n ahak de.

Une pierre pour lui frotter la tête.

92

Inuka hen tsile da yi kud kïtï.kïtïw kawan ale.

Et alors on dit qu’ils vont frotter la tête du grand.

93

– “Ma !” kale. Amunke kud le amunke tadif le.

– « Allons ! » dit-il. Chaque frère, dit-on, prend une tête, dit-on.

94

“Kïtsï kïtsï kïtsï…”

80Dans la chaîne de causalité narrative, les femmes sont présentées comme étant les victimes de la situation initiale du tout obscur, en contraste avec la première version de ce mythe ; elles vont être les instigatrices de la quête du jour en se servant de leurs maris, Soleil et Lune. La plainte des femmes incitant les héros à aller à la quête d’un bien culturel est un embrayeur fréquent de séquences mythiques chez les Trumai : origine de l’eau propre, origine des organes sexuels masculins, origine du feu… (Monod Becquelin, 1975b ; Villas Boas, 1970) et dans la mythologie du Xingú en général. On notera ici que cette variante est racontée par une femme. Elles n’apparaissent plus dans la suite du récit et sont ici sujets agentes du verbe spécifique « râper ». Nous retrouvons encore une association des sujets et des thèmes spécifiés ainsi que des agents peu présents dans le cas de ces constructions en T1. Remarquons encore le contraste entre le manioc et le manioc « pourri » qui, ainsi qualifié, devient sujet syntaxique d’un verbe T1.

81Dans un deuxième temps, les condiments sont les sujets syntaxiques. Quatre occurrences du verbe etsi « apporter », combiné à des constructions causatives en ‑ka — dont les causateurs sont les « oiseaux nombreux » (kodetl paine) —, donnent un effet rhétorique très particulier par l’accumulation des agents exprimés sous forme de pronoms personnels ergatifs.

82La dernière partie est dominée par l’urubu sujet-patient de l’action du verbe fluide orienté en T1, comme dans la première version. Les sujets-patients sont tous des instruments de ruse ou la victime principale qui acquiert ainsi le privilège d’une origine mythique de sa calvitie. Comme dans le premier mythe, les créateurs ne sont pas mentionnés explicitement.

Origine de la lumière du jour (Matsilake à E. de Vienne, 2004)

83Cette troisième version est racontée par une femme trumai d’âge moyen, mariée depuis plusieurs dizaines d’années à un Kajabi fonctionnaire du poste indigène depuis la création du territoire du Xingú par les Villas Boas. Son savoir provient d’une autre ligne de transmission que celle qui comprend Nituari et Amatiwana ; elle se targue de sa parenté avec un ancien chef trumai, précédant Nituari, du nom d’Aloari (Murphy and Quain, 1955). Elle se concentre sur l’enchaînement des actions qui vont donner naissance au jour sans aucune diversion. Cette fois, c’est Soleil et Lune qui s’inquiètent de la nuit éternelle pour leurs propres enfants, et vont, sur les conseils de Mawutsini, le créateur, prendre la peau de « grand-père Tapir » pour la remplir de manioc pourri et attirer les urubus.

17

Hi ayen chï waki hen in-ak etsi-ke, kale. Arukuru, han, huuch tenuk akuru a…

(Mawutsini) – envoyez votre grand-père (urubu) pour qu’il la rapporte (la lumière) dit-il. Un panier, (prenez) deux grands paniers…

Suit une répétition du même verbe T2 chuda « faire », un verbe souvent rencontré et peu spécifique :

21

Inis hen a chuda-n ale hen.

Alors ils le firent tous les deux.

22

– Ma ! Hukele, kale. A chuda-n ale hen.

– Allons-y, il a raison ! dit-il. Ils le firent tous les deux.

Le gros oiseau — ou, par synecdoque, sa tête — devient sujet patient du verbe « râper », kïtïw, topique jusqu’à la fin de l’histoire, de même que les couronnes de plumes successives qui sont référencées par les mêmes verbes que précédemment : etsi ou adi (100).

84Nous ne donnons pas de tableau récapitulatif, cette version n’apportant aucun élément nouveau par rapport aux versions précédentes. Il s’agit ici d’une épure de la structure du mythe, avec les éléments essentiels — personnages et actions —, peu inventive, fidèle au modèle ancien mais sans les excursus des deux premières versions. Le sujet patient est évidemment le même que précédemment, l’urubu ; les jumeaux sont également peu présents comme sujets agents ou patients.

Histoire de Minuri et de l’origine des taches de la lune (Nituari à AMB, 1967)

85Ce très long mythe appartient encore au cycle de Soleil et Lune, les deux jumeaux héros civilisateurs, petits-fils du créateur Mawutsini. Il comprend deux épisodes majeurs de la mythologie du Xingú. L’affaire qui nous occupera dans ce récit est la relation qu’entretient le héros, Minuri, d’abord avec Jaguar, son beau-père, puis avec le collectif des serpents.

86Dans le premier épisode, il met en scène le crapaud walatu — dont le nom mythologique kamayura est Minuri — et Jaguar, celui qui a dévoré la mère des jumeaux Soleil et Lune. Il s’agit d’un conflit qui concerne le paiement que doit offrir un homme (Jaguar) à la famille de sa femme (la sœur de Minuri), lors de la naissance du premier enfant ; le beau-frère de Jaguar, Minuri, vient réclamer son dû (un arc). Jaguar tue les différents partenaires qui lui sont envoyés afin de récupérer la dette impayée et apparaît comme sujet syntaxique et agent de cinq occurrences du verbe (o)fa « tuer » (T2). Ses « gens » (i.e. sa faction) attendent les victimes pour les manger : tamanoirs et tatous ne sont pas carnivores mais ils font partie du peuple de Jaguar. Après que le crapaud a réussi à déjouer les manœuvres de Jaguar pour le dévorer, vient une articulation extrêmement fréquente dans le cours des mythes qui est le cheminement d’un lieu à un autre : « Il sortit de la forêt et se dirigea vers le village des serpents. » Le conteur décrit les ultimes tentatives de Jaguar pour piéger Minuri sur ce chemin et les ruses de ce dernier pour démasquer sa présence en laissant des fourmis qui piquent les pattes du félin.

87Le second épisode se rapporte à l’origine des taches de la lune. Arrivé chez les serpents, Minuri leur fait croire que s’ils lui confient leur flèche il les délivrera des indiens qui les exterminent ; une partie des serpents la lui donne — désormais reptiles non venimeux —, une autre refuse et l’attaque. Il les rend furieux en les narguant avec des plaisanteries sexuelles à propos de leurs épouses, jusqu’à être blessé par eux : le sang de ses blessures par les flèches des serpents macule l’astre nocturne.

88Les vingt premières lignes racontent comment Jaguar tue les demandeurs et comment Minuri prie en chantant pour s’éviter un tel sort. Dans la phrase 49, Minuri est traité comme sujet-agent du verbe T2, discours rapporté des gens de Jaguar « il est venu attendre (son paiement) ». Verbe repris en 82 lorsque les deux adversaires s’épient et s’attendent l’un l’autre. En revanche, de 50 à 158, Minuri est majoritairement sujet choisi de T1 et sémantiquement victime, ainsi que sa famille, c’est-à-dire sa sœur et ses autres parents.

89À partir de la phrase 161 — où Jaguar est pour la première fois du mythe nommé fe’de « jaguar » [désormais un jaguar ordinaire que l’on tue et dont le chef porte une coiffure et des bracelets confectionnés à partir de sa peau] — s’opère un revirement de situation : Jaguar est présenté pour la première fois comme la victime de Minuri, qui a obtenu le paiement pour son neveu, l’arc noir. Il est alors réalisé comme sujet-patient du verbe T1 disi « tuer ».

90C’est ensuite de nouveau au tour de Minuri d’être présenté comme victime quand il vient chercher des flèches pour se défendre. Il est alors sujet-patient des verbes T1 tako « manger » (phrases 223, 251, 253, 254, 256, 258), disi « tuer » (phrase 226), etsi « emmener » (phrase 260) et iki « atteindre, flécher » (phrase 353), les serpents étant les agents de toutes ces actions, qu’ils soient exprimés lexicalement au cas ergatif (phrases 223, 256 et 258) ou sous-entendus. Plus que tout autre personnage du récit, les serpents sont encodés par l’ergatif. Cet épisode marquerait, malgré le caractère bravache et provocateur de Minuri, sa défaite : après son combat avec les serpents, il ne subsiste plus que sous la forme des taches sanglantes de la lune.

91Dans ce texte, l’acteur principal, Minuri, est systématiquement choisi comme sujet dès lors qu’il est personnellement impliqué, dans des rôles d’agent ou de patient, ce qui soutient l’hypothèse d’un procédé de topicalisation.

92Les autres choix impliquent les acteurs récurrents : Jaguar et les serpents. Lorsque Jaguar est agent, il est sujet syntaxique de T2, un agent unique, bien identifié, contrôleur de ce qui survient (i.e. de l’action et du changement opéré par cette action de dévoration). Les serpents sont, eux, toujours agents de T1 à l’ergatif. Se dessine alors une hiérarchie de traitement entre les différents protagonistes : sauf quand il se mesure aux êtres inférieurs ou aux objets (vers ou marmites), Minuri est sujet patient de verbes T1. La différence entre ses adversaires est que Jaguar est sujet agent de verbes T2 et les serpents agents non sujets de T1. Si Jaguar et le collectif des serpents sont traités de façon différente, c’est peut-être parce qu’empathie ou respect se nouent davantage envers le jaguar, prédateur fort considéré et dont la peau sert de marque de chefferie, au contraire des serpents craints et associés aux êtres surnaturels dangereux.

La capture d’Aloari (Aruyavi à E. de Vienne, 2004)

93Aloari est un chef trumai (vivant encore quand l’anthropologue B. Quain faisait son enquête), qui avait été fait prisonnier lors d’un raid par les Ikpeng ou Txikão. Ces faits sont relatés par son fils dans le cadre d’un récit plus général concernant les relations des Trumai avec leurs voisins.

94Les relations entre Trumai et Suya/Juruna sont décrites alternativement par des verbes T2 faisant l’objet d’un choix dont les sujets sont tour à tour les ennemis en cause, Suya/Trumai, Trumai/Suya, Trumai/Juruna, impliquant une similarité dans l’action décrite par le verbe fa « tuer » et produisant un effet de symétrie. Fait intéressant, la possibilité de choix d’une expression en T1 (disi) n’est jamais utilisée (phrases 1 à 17).

9

Tsiuya wan fa iwadaktsi Trumai wanki.

Les Suya suivaient les Trumai pour les tuer.

13

wan fan tsiuya wanki

ils (les Trumai) tuaient les Suya.

95En revanche, dès qu’entre en scène Aloari, ha ao « mon père », il constitue le véritable topique de ce texte, « l’homme en captivité », et reste sujet syntaxique patient de verbes T1 (tsinu, etsi), jusqu’à la fin de la narration. Les Suya comme les Juruna (à partir de la phrase 23) sont des agents de verbes T1 et l’on peut penser qu’ils sont « responsabilisés » par le narrateur dans/par l’utilisation des ergatifs récurrents dans le discours émis, discours filial, rappelons-le.

18

Hay hen ha ao tsinu t’atske tsile tsiuya wanek.

C’est ce que j’ai entendu. Puis mon père a été enlevé par les Suya, dit-on.

20

Tsinu lahmun. Aloari, amunke tadif tam

il a été emporté. Aloari, et un autre, un frère avec lui

21

Kale de wan etsi lahmun ale, Tsiuya wanek.

C’est ainsi qu’ils l’ont emporté vers l’aval, les Suya.

[…]

25

Inis Yuruna wanek nuk ka’le ha ao etsi

Alors mon père a été emporté là-bas par les Juruna.

31

Inis hen tach ha ao han hen tach tsile Tsiuya wanek.

Alors une fois de plus mon père a été emporté par les Suya.

47

wan homnen ale. Inis hen wan hane hen tach Trumai wanek hen wadin, ha ao wadi.

Ils l’ont trouvé, raconte-t-on. Alors ils le reprennent, il est ramené par les Trumai, mon père.

96Dans ce court récit, l’alternance T2 et T1 dans la description des conflits entre les groupes ne semble pas significative d’autre chose que d’un regard qui se porte alternativement sur un camp et sur l’autre : les rapports de force sont décrits de façon « objective ». Nous pouvons observer que lorsqu’une action implique les groupes collectifs antagonistes, tous sont sujets syntaxiques et agents de verbes T2, quel que soit le groupe, c’est-à-dire que le narrateur n’a pas de traitement différent pour sa propre ethnie et pour celles de ses ennemis. Ce choix favorisant un rôle sémantique plutôt qu’un participant contraste avec le texte précédent ; il est peut-être à mettre au compte d’une motivation différente selon le genre narratif ou tout du moins, s’agissant des rapports de force entre groupes ethniques, concernant une histoire collective et non particulière.

  • 19 Un cas curieux est celui du verbe fluide homne qui serait utilisé d’abord en T1 puis en T2, mais il (...)

97Mais dès lors qu’il s’agit de l’oncle du narrateur, victime, celui-ci est invariablement sujet syntaxique de verbes ergatif T1, et les ennemis explicitement nommés et exprimés par le cas ergatif, cas d’un argument très souvent omis ; ce traitement enlève toute ambiguïté à l’attribution de la « responsabilité » des faits et la souligne. Dans cette partie, le choix de la victime comme sujet syntaxique, choix que l’on peut qualifier ici de topical, est en cohérence avec le thème du récit sollicité19. Il y a donc ici un phénomène d’empathie qui influence ce choix du protagoniste principal, véritable topique : il n’est que de regarder dans le tableau en couleurs la prééminence des marques bleu clair objets de choix, relativement aux colorations en rouge présentes presque également chez les trois groupes ennemis.

La guerre avec les Ikpeng (suite du récit d’Aruyavi à E. de Vienne, 2004)

Xinguanos

98Le premier choix implique les femmes et les jeunes filles qui sont sujets de verbes T1 et proies des Txikão. Si seul le verbe etsi est l’objet d’un choix, il convient d’observer que, comme avec les autres verbes T1 de ces premières phrases (puma « cacher », tsinu « placer »), l’agent à l’ergatif est fortement exprimé et répété, bien qu’il soit évident à identifier (phrases 4 à 14). Là encore, on serait amené à imputer à ces ergatifs une agentivité responsable ou intentionnelle pour expliquer le choix opéré.

99La séquence suivante présente la poursuite puis l’attaque des Txikão par les Trumai. Les Txikão deviennent alors sujets non agents et les Trumai sont marqués par le cas ergatif du verbe T1 kapan, cinq fois répété, au sens familier de « se faire quelqu’un, éliminer quelqu’un ».

100Lors de l’assaut, les Trumai sont sujets du verbe T2 chomta, tandis que les Txikão, victimes des flèches, sont sujets patients du verbe T1 fada. Les sujets syntaxiques des deux constructions successives ne réfèrent pas aux mêmes participants. Il s’agit d’un changement de perspective, le narrateur aurait pu utiliser l’autre terme du doublet choku au lieu de fada conservant le même sujet syntaxique agent de T2, les Trumai. Il y a ici un net changement de topique et le balancement reconnu déjà dans le texte précédent entre les deux partis en présence.

56

Wan chomtan ale, wan chomtan Txikão fada le, wan fadan, wan fadan, wan fadan

Ils (les Trumai) lancèrent des flèches, ils lancèrent des flèches, les Txikão reçurent des flèches, ils reçurent des flèches, ils reçurent des flèches.

101Selon un schéma semblable, les ornements sont sujets non agents du verbe T1 (han « prendre, emporter »), ce qui souligne probablement leur importance et leur spécificité dans la culture xinguano.
Par la suite les Ikpeng sont sujets patients des verbes T1 ; les actions de « tuer » ou de « voler » ont comme agents implicites les Trumai qui seraient à l’ergatif s’ils étaient exprimés (jusqu’à 69).
Dans la phrase 69, les Ikpeng sont à nouveau sujets mais maintenant agents lorsqu’ils tirent leurs flèches (T2 chomta) sur les Trumai. Lorsque l’oncle du narrateur (Aloari) est atteint au bras par les flèches, celui-ci est sujet patient de T1 (iki).
Le texte balance ensuite entre la bravoure trumai, « ils ont tué » (T2 fa), et le sort de la jeune fille, « elle est enlevée » (T1 etsi), perdue pour les Trumai (T1 homne).

78

Homne tak de chïn, amunke ilakan etsi t’akefkan.

Ils ne l’ont pas trouvée, elle aurait été emmenée dans un autre village.

79

etsi t’ake. Amunke ilakaki etsi t’ake fkan. Yenuk yets homne tak chïn inakwanek, Trumai wanek.

emmenée. Elle aurait été emmenée dans un autre village. C’est pourquoi les Trumai ne l’ont pas trouvée.

102D’une structure assez similaire au précédent, ce récit reflète la mise en valeur réciproque et successive des deux protagonistes de la relation : les Ikpeng et les Trumai, avec des doublets comme chomta/fada. D’abord les femmes trumai, raptées, puis les Ikpeng, menacés, sont sujets-patients respectivement des ravisseurs ikpeng et des Trumai méditant leur vengeance.

103Au tournant du texte, quand une femme surprend les Trumai guettant les Ikpeng, ces derniers deviennent les victimes d’un épisode dont les Trumai sont vainqueurs (ou disent l’être) : non seulement ils tuent leurs ennemis mais ils leur volent leurs parures de plumes de toucan. À leur tour les Ikpeng vont se venger, devenant sujets-agents et blessant l’oncle du narrateur. Dans une séquence de plus en plus rapide, les Trumai reprennent le dessus mais les jeunes femmes ne seront pas retrouvées, et ainsi se clôt l’histoire.

104Nous pouvons tout d’abord remarquer qu’ici il s’agit d’une histoire particulière attestée où Trumai et Ikpeng sont des individus spécifiques, bien que non nommés. Ce qui ressort du choix entre les deux alignements est la grande majorité faisant des patients les sujets syntaxiques : c’est notamment le cas des Ikpeng qui sont, à une exception près sur 15 verbes à choix, des sujets dès qu’ils ont un rôle de patient, alors qu’ils ne sont pas dans la fonction de sujets quand ils sont agents. Dans un rapport inverse, les Trumai ne sont jamais choisis comme sujets patients ou sujets-non-agents (nous prenons ces deux termes comme équivalents) et apparaissent toujours comme sujets agents dans des actions chargées d’agentivité forte face à des patients réellement affectés (homne, chomta, fa). Par ailleurs, les deux groupes sont agents ergatifs au même titre lorsqu’il y a symétrie ou réciprocité des actions.

105Cette lecture des choix d’alignements pourrait plaider pour une motivation politique de ce texte visant tout d’abord à faire des Ikpeng les patients/victimes/vaincus face à des Trumai puissants. Ce schéma agentif semble appuyé par la dernière partie de ce texte (phrases 81-86) où le narrateur rappelle que ces événements réalisés par les anciens Trumai (trumai Tïway) relèvent d’un temps où ces derniers formaient un groupe puissant et redouté par leurs voisins (Ikpeng, Suya), une situation en fort contraste avec la réalité sociologique actuelle des Trumai.

L’assassinat de Javaritï (Amatiwana à AMB, 1967)

106Le texte de l’assassinat d’un Trumai, raconté par le fils du chef quelques années après l’événement, a été partiellement analysé et commenté dans un article précédent et il offre deux conclusions (Monod Becquelin et Becquey, 2012). 1. nous avons dégagé la manifestation d’une continuité épisodique du topique (ou chaînes topicales), soulignant que le changement de topique est systématiquement associé à un nouvel épisode narratif ; 2. le récit apparaît comme la narration d’un événement dramatique, mais sa construction reflète un autre genre : l’argumentation politique. Dans ce texte, le choix des participants agents ou patient comme sujet syntaxique semble, plus qu’ailleurs, destiné à présenter une interprétation personnelle (« subjective ») des faits. Le narrateur parle moins à l’ethnologue qu’il ne produit une prise de position antagoniste à celle de son père, en rejetant les alliances politiques consécutives à son identification de l’ethnie coupable de l’assassinat.

107Dans la première grande partie (8-20) alterne des points de vue marqués par des constructions parfaitement symétriques : à tour de rôle, chaque groupe, d’assaillant devient assailli et réciproquement. Ensuite les Trumai sont, à peu d’exceptions près, des sujets agents. Dans la partie suivante, centrée sur Javaritï, la victime apparaît comme sujet patient. À la charnière du récit, on observe un retournement concernant le traitement des participants agents, les Kajabi, passant d’une construction à l’autre. Présentés d’abord comme agents à l’ergatif, responsables (et intentionnels ?) (de 58 à 72, c’est le narrateur qui parle : disi‑n hiwan‑ek « vous le tuez »), les Kajabi deviennent, dans le discours direct émis par la victime, des agents sujets, alors qu’on aurait pu imaginer la poursuite des constructions en T1 (de 75 à 78, on aurait * ha disi hiwan‑ek « vous me tuez »). À la fin de la plaidoirie (86-94), les sujets agents sont les ennemis, Kamayura et Kajabi.

108Le texte est coupé en deux : dans une partie, à l’instar de la première partie sur la capture d’Aloari, le choix se porte sur les agents successifs d’attaques, actes violents collectifs exécutés par les Trumai puis par les Kajabi. Dans la seconde partie, relative à une histoire particulière où un homme trumai est tué, le choix du sujet se porte alors quasi systématiquement sur cette victime. La sélection de Javaritï comme sujet syntaxique est cependant entrecoupée à deux reprises par des accusations proférées par ce dernier et rapportées au discours direct, faisant des Kajabi les sujets-agents du verbe T2 fa « tuer », l’accusateur étant relégué à la fonction d’objet au cas accusatif. La visée politique de ces basculements de choix entre la victime — dans les parties descriptives de son assassinat — et les Kajabi — dans les accusations faisant d’eux les responsables de ce meurtre — semble prendre ici une dimension ethnolinguistique observable. En effet, le recours à l’assassinat d’un parent provoquant chez les auditeurs l’empathie, dans le but de porter une accusation polémique qui justifiera une guerre contre les Kajabi et dédouanera les Kamayura, suit notre lecture des formes choisies. Depuis le moment de l’accusation (phrase 55) jusqu’à la fin, les seuls sujets syntaxiques en position d’agents de T2 seront les Kajabi et les Kamayura, et en position de patient à l’accusatif, Javaritï. La transition prend la forme du discours direct : kawan fa, kawan poyo « allons nous venger et tuer », disent les Trumai, auquel répond à la fin l’assertion des meurtriers Kajabi : hawan in de fake hiwanki « c’est bien nous qui vous avons tué » ; et pour être bien compris, les Kajabi ajoutent en interpelant le narrateur (dans la version d’Amati, contraire à celle de son père Nituari qui rend responsables les Kamayura) : hele nuk poyo tak hiwan ? « Pourquoi donc ne vous vengez-vous pas ? ». Ce verbe conforte le choix du T2 fa.

109Un dernier fait intéressant est que la responsabilité attachée à l’accusation formelle ne va pas de pair avec une construction où l’agent serait à l’ergatif lorsque la désignation se précise (le groupe de Tapioka), contrairement à ce que nous avions avancé pour le texte d’Aloari (les Kajabi) et de Minuri (les serpents). On peut probablement rapporter ce fait à l’évitement de la dénonciation précise, vue dans le Xingú comme un acte de sorcellerie que la rumeur propage et qui peut se retourner contre les accusateurs.

IV Vers quelques éléments de conclusion en formes de questions et d’hypothèses

The view that general knowledge arises through generalization from observed instances is untenable.
Frits Staal, 1993 : 8.

110Après la présentation et l’analyse des données, rappelons les questions qui se sont posées au cours du texte.
Nous nous sommes tout d’abord interrogés sur la façon d’analyser et de comprendre la relation entre les deux constructions bi-actantielles du trumai. Quel rapport précis chaque construction syntaxique a-t-elle avec les rôles sémantiques d’agent et de patient ? Ces constructions diffèrent-elles du point de vue de l’agentivité et dans quelle mesure ?
Autour des concepts d’agent, de patient et d’action, peut-on mesurer le « degré participatif » de l’agent ou le « degré d’affectation » du patient (effectueur, responsable, cause, expérient, stimulus…). D’autre part, l’action est-elle caractérisée par son déroulement (borné, fini, ponctuel, etc.), avec une conséquence sur le choix possible de la construction ?
Ces analyses permettent-elles d’éclairer le statut respectif des êtres et des objets naturels ou surnaturels trumai au plan de l’agentivité ; qu’observe-t-on, dans les textes, quant à l’articulation entre le traitement syntaxique et les agentivités successives des agents (humains, esprits/animaux, objets saillants culturellement) ?
Nous nous sommes aussi interrogés sur la manière de qualifier les actions engagées et ces « degrés » que peuvent présenter les constructions grammaticales, modulant la dimension agentive à partir d’autres paramètres comme points de vue, perspectives, ou empathie.
Dans le cas où un choix peut être effectué par le locuteur, nous avons trouvé quelques relations relativement stables conditionnant l’emploi d’un verbe T1 vs T2. Nous considérerons ces éléments l’un après l’autre.

Topicalisation, saillance et mise en valeur

111Comme nous l’avions déjà remarqué (Monod Becquelin et Becquey, 2012), l’implication du choix dans/par un procédé de topicalisation semble effective et peut expliquer une majorité des occurrences rencontrées dans les textes (cf. en exemple l’annexe 4). C’est notamment le cas dans les mythes et les histoires personnelles. Nous avons pris le terme topique dans son acception la plus générale, c’est-à-dire l’expression de ce qui est donné comme thème du discours. En contraste, mais avec les mêmes conséquences sur le choix des verbes (préférence T2), les termes « mise en valeur » ou « saillance » sont plutôt utilisés lorsque l’on observe des faits de symétrie qui semblent annuler momentanément la préséance topicale : dans des cas d’antagonisme, soit les deux partenaires sont équivalents et sont marqués symétriquement et alternativement par les mêmes choix, soit c’est le topique qui prévaut et induit le changement de construction pour un même agent. Il semble donc que le jeu saillance réciproque/topicalisation soit un des procédés rhétoriques narratifs en trumai dans certains types narratifs. D’autres facteurs peuvent également intervenir, comme le passage du discours direct au discours indirect.

Spécification

  • 20 « The absolutive would be the most core argument type, since it occurs in all clase types. The erga (...)

112Un deuxième élément semble amener le choix d’une construction plutôt que d’une autre : le critère de spécification ou individuation. Principalement rencontrés dans les ethnotextes, au sein de descriptions d’actions techniques et/ou non routinières, les objets dotés de spécificité, de définitude, d’individuation ou surtout d’importance culturelle élevée, sont largement choisis en fonction de sujet syntaxique non agent de T1. Cette corrélation contraste avec le traitement de produits non spécifiés, indéfinis ou génériques qui correspondent à des arguments à l’accusatif, c’est-à-dire compléments d’un verbe T2. La spécification est un meilleur candidat au statut d’actant privilégié (sujet) qu’un générique. Ce traitement différentiel est particulièrement visible dans le texte « comment faire une plantation » où bois et manioc sont réalisés comme sujets syntaxiques de verbes T1 quand ils sont travaillés, alors qu’ils sont compléments de verbes T2 quand il s’agit des matières brutes. Dans ce dernier cas, l’objet est marqué par le paradigme ‑s, ‑ki ou –tl, que Guirardello-Damian appelle « location-goal », en en faisant un ensemble périphérique par rapport aux cas centraux (« core argument ») que sont l’ergatif et l’absolutif — dans une théorie qui tient le trumai comme une langue fondamentalement ergative20. Notons que cette spécificité/spécification peut prendre plusieurs formes : taxinomie (nom d’espèce, nom propre, ethnonyme, lien de parenté, etc.), artefacts (la partie travaillée de l’objet, par exemple, ou le produit fini du travail d’élaboration), objets d’attention culturelle (plumes, ornements…).

Degrés d’agentivité : pourquoi l’absence relative de l’expression de l’argument à l’ergatif ?

113La comparaison des trois versions du mythe de création de la lumière du jour montre les choix constants des adjuvants, causes indirectes de la venue du jour (l’urubu, les plumes), comme sujets syntaxiques, avec une remarquable absence de l’expression nominale des initiateurs, les deux astres diurne et nocturne : les agents qui seraient, dans ces constructions, à l’ergatif, ne sont pas mentionnés. Cet agent « absent » est, dans notre interprétation, davantage marqué par la responsabilité que lui octroie le narrateur plus que par toute autre relation essentielle avec l’action qui se déroule. Dans ce type de société, la responsabilité est davantage conçue comme une accusation que comme un pouvoir. Il ne serait alors pas étonnant que cette dimension de responsabilité, forme d’agentivité que nous attribuons à l’argument marqué par l’ergatif, soit évoquée explicitement le moins possible. Le fait que le participant agent n’est pas choisi comme sujet syntaxique n’implique pas une diminution de sa valeur agentive, mais relève d’une appréciation de l’agentivité par le narrateur, du regard qu’il porte sur les agents dont il parle. Autrement dit, l’agent, au cas ergatif, peut être choisi pour insister plus sur sa responsabilité que sur son rôle d’effectueur. Distinction particulièrement pertinente pour décrire le rôle de causateur qui, nous le rappelons, est toujours réalisé comme un ergatif au sein de la construction enchâssante en ‑ka. L’interprétation ethno-sémantique des verbes causatifs, « faire faire quelque chose à quelqu’un », peut alors être rapprochée de celle des verbes ergatifs dont on a argumenté qu’il ne fallait pas les traduire par un passif, mais qu’il convient mieux de les traduire par des constructions du type causatif réfléchi/moyen (padin « se faire attendre », xoxan « se faire laver »). Notons, enfin, que ce rapprochement fait entre verbes causatifs et verbes T1 éclaire d’un jour nouveau l’existence d’un certain nombre de verbes ergatifs qui se terminent en ‑ka et qui pourraient être d’anciennes formes causatives figées/lexicalisées (pikan « submerger », dakan « pousser »).

Le statut du patient des T2

114Une autre question clé est celle du patient dans la construction T2 de type accusative au regard du sujet non-agent/patient des constructions T1. Le participant patient, quand il n’est pas sujet syntaxique, présente des différences de marquage relatives à la définitude, au nombre, à la spécification et à d’autres paramètres à considérer via le paradigme des marques accusatives (cf. annexes 2 et 3). Patient sans ambiguïté dans ce cas, on ne peut/veut inférer l’identité de ce rôle lorsqu’il est sujet syntaxique non marqué de verbes ergatifs T1. On pourrait argumenter dans certains cas que même dans une construction T1 avec agent à l’ergatif, le sujet syntaxique n’est pas dépourvu d’agentivité. Dans ha padi hine‑k « il m’attend », celui qui se fait attendre est, dans la culture des Xinguanos, le maître du temps dans le rituel d’approximation qui règle toute visite ; le visiteur « attendu » s’arrête plusieurs fois et s’annonce vocalement pour indiquer la distance à laquelle il se trouve du centre du village, sous peine d’être pris pour un ennemi et fléché : « je me fais attendre par lui » traduction meilleure que « il m’attend ». Il est clair que l’évaluation du degré d’agentivité respectif des deux constructions ha padi hine‑k « il m’attend » vs ha fa hine‑tl « je le tue » ne pourra vraiment se conclure qu’après une analyse des cas accusatifs marqués dans les textes.

Visée communicative et stratégies argumentatives

115Nous avions aussi posé, dans le cours de la discussion, des questions relatives aux genres narratifs et aux objectifs des récits. Dans les textes politiques, si certains passages échappent à la prééminence de la topicalité — topicalité le plus souvent suggérée/imposée par la question de l’enquêteur : c’est « l’histoire de… » qui est demandée au narrateur —, le texte peut offrir une présentation alternative et équitable des forces. La règle étant que, quelle que soit la construction choisie, T1 ou T2, la forme sera la même pour l’un et l’autre camp. Mais la répétition d’une construction est également utilisée comme un procédé fortement suggestif/subjectif pour souligner le rôle d’agent ou de patient de l’un des participants. Dans le texte « la capture d’Aloari », le choix des Ikpeng comme sujets syntaxiques quasi exclusivement quand ils sont patients et des Trumai quand ils sont agents dans des actions chargées d’agentivité semble suivre une volonté du locuteur d’écraser les Ikpeng et de glorifier les Trumai anciens.

116Cette importance donnée à ce que nous appelons « responsabilité », attribuée à l’effectueur de l’action décrite par le narrateur, est cohérente avec la mise en scène de la parole dans ces sociétés. On doit compter, à chaque intervention, avec ce que Allan Bell (1984) appelle audience design, à savoir ce qui cerne l’audience lorsqu’un Xinguano parle : son interlocuteur — adressee —, un ou des auditeurs — auditors —, des passants — overhearers — et des oreilles non repérées soit visuellement soit socialement (comme les enfants, toujours présents) — eavesdroppers. Toute parole est dangereuse, non seulement pour son pouvoir performatif mais aussi parce qu’aussitôt entendue elle se propage. Des genres comme « la parole des chefs » ou « la rumeur » se fondent sur l’omniprésence d’auditeurs divers et la propagation du dire. C’est pourquoi inclure des accusations — une responsabilité d’autrui — peut entraîner sorcellerie ou mort. Comme l’exprime Duranti, « Whether or not speakers are conscious of how they are framing a different event, we know that languages have constructions that allow the choice between mentioning or not mentioning who is responsible for a given event or causal chain of events » (Duranti, 2001 : 282). Parmi les procédés qui permettent ce que l’auteur appelle « mitigation of agency », nous proposons d’envisager ce paramètre comme une explication pertinente pour comprendre l’usage de l’une ou de l’autre construction dans des cas comme ceux que nous venons de citer.

  • 21 Sur un échantillon de 230 verbes T1 et T2 (extraits de textes), 86 % des sujets sont animés contre (...)
  • 22 « The ability that speakers have to present the same event or series of events in a different persp (...)

117D’autres questions restent ici sans réponse parce qu’elles nécessitent une comparaison et des calculs sur un plus grand nombre de textes. Par exemple, au plan de la distinction animé/inanimé, il ne semble pas y avoir de contrainte : on trouve un inanimé générique comme « quelque chose » tsifan‑ek à l’ergatif aussi bien que des inanimés sujets syntaxiques face à des compléments (accusatifs ou ergatifs) animés — esprits, humains génériques ou collectifs21 (ethnonymes, groupes). Par ailleurs, nos observations semblent montrer que le statut respectif des êtres et des objets naturels ou surnaturels trumai n’infléchit pas ou peu le choix d’une construction verbale, nommément les esprits de l’air et de l’eau, les maîtres des animaux, les masques. Dans un mythe précédemment étudié, celui des Yamorikuma, les femmes humaines sont traitées de la même façon que les esprits monstrueux en lesquels elles sont tranformées (Monod Becquelin, 1987). De même, nous n’avons pas trouvé de différence flagrante — mais là encore il faut d’autres analyses de textes — entre le sexe des narrateurs, en dehors du fait qu’une femme donnera plus d’importance à la présence des femmes dans le mythe ou d’importance à leur tâche de distributrice dans un texte technique. Pour moduler des paramètres comme la perspective ou l’empathie du narrateur dédoublé22, phénomènes qui sont très présents dans la tradition orale trumai, il faut analyser un très grand nombre de textes, ce qui reste à poursuivre et explique que l’interprétation reste préliminaire.

118Les anthropologues analystes de l’agentivité du rituel distinguent l’émergence d’agent de l’émergence d’action et différentes formes d’agentivité ainsi que différents degrés d’intentionnalité (voir des analyses comme celles de Bloch, 2005 ; Houseman, 2012). Cette distinction a-t-elle un sens dans le type d’analyse que nous faisons ? En face des propriétés de l’agent, comment s’opère l’affectation du patient par une action dont la propriété serait le bornage ou le non-bornage ? Une enquête se révèle nécessaire pour répondre à la question qui se pose de ce point de vue : quand on énonce je tue le jaguar, est-il davantage mort dans la phrase T1 haits fe’de disi que dans la phrase T2 ha fa fe’deki ? Cette question a du sens si l’on rappelle à ce propos que la construction causative, exclusivement du type T1, s’applique non seulement aux verbes, mais également aux adjectifs : « rendre dur, sec, pointu, rouge… », ce qui donne un caractère perfectif à l’énoncé.

119Nous avons réuni, sur plus de quarante ans, les matériaux pour de telles analyses. En trumai, le recours à ces alternances d’alignements est une des voies d’accès à la pragmatique. La grammaire offre des choix pour nuancer délicatement le point de vue du narrateur en sélectionnant l’un des schèmes bi-actantiels. À l’instar de la topicalisation, selon le genre narratif et le contexte interactionnel, ces schèmes offrent au locuteur la saveur d’une évaluation de l’action décrite.

Haut de page

Bibliographie

Basso, Ellen B.
1973 The Kalapalo Indians of Central Brazil (New York, Holt, Rinehart and Winston).

Bell, Allan
1984 Language style as audience design, Language in society, 13 : 145-204.

Bloch, Maurice
2005 Ritual and deference, in M. Bloch, Essays on cultural transmission (Oxford, Berg) : 123-138 [London School of economics monographs on social anthropology, 75].

Croft, William et Cruse, D. Alan
2003
Cognitive linguistics (Cambridge et New York, Cambridge University Press) [Cambridge textbooks in linguistics].

Desclés, Jean-Pierre
1994 Relations casuelles et schèmes sémantico-cognitifs, Langages, 113 : 113-125.
1998 Transitivité syntaxique, transitivité sémantique, in A. Rousseau (éd.), La transitivité (Villeneuve d’Asq, Presses universitaires du Septentrion) : 162-180.

Dixon, Robert M. W.
1994
Ergativity (Cambridge, Cambridge University Press).

Dixon, Robert M. W. et Aikhenvald, Alexandra Y.
2000
Changing valency : Case studies in transitivity (Cambridge, Cambridge University Press).

Duranti, Alessandro
2001
Performance and encoding of agency in historical-natural languages, in K. Henning, N. Netherton et L. C. Peterson (éd.), Texas linguistic forum 44 (Austin, University of Texas Press) : 266-287.
2007
Agency in language, in A. Duranti (éd.), A companion to linguistic anthropology (Oxford, Blackwell) : 461-473.

Enfield, Nicholas
2002
Ethnosyntax (Oxford et New York, Oxford University Press).

Fornel, Michel de
2010 L’agentivité en ethnosyntaxe, Ateliers du LESC, 34, en ligne : http://ateliers.revues.org/8633.

François, Jacques
2003 La prédication verbale et les cadres prédicatifs (Louvain et Paris, Peeters).

Franchetto, Bruna
2000 Rencontres rituelles dans le Haut-Xingu : la parole du chef, in A. Monod Becquelin et P. Erikson (éd.), Les rituels du dialogue : promenades ethnolinguistiques en terres amérindiennes (Nanterre, Société d’ethnologie) : 481-509.

Franchetto, Bruna et Heckenberger, Michael (éd.)
200l
Os povos do Alto Xingu : história e cultura (Rio de Janeiro, Editora da Universidade Federal do Rio de Janeiro).

Galvão, Eduardo
1950
O uso do propulsor entre as tribos do Alto Xingu, Revista do Museu Paulista, NS 4 : 353-368.

Givón, Talmy
1990
Syntax : A functional-typological introduction, vol. 2 (Amsterdam, John Benjamins).

Grimm, Scott M.
2005
The lattice of case and agentivity, MSc in Logic, Institute for Logic, Language and Comutation, University of Amsterdam.

Guirardello, Raquel
1999
A reference grammar of Trumai, tese de doutorado, Linguistics Department, Rice University (Texas).

Guirardello-Damian, Raquel
2002
Caso e relações gramaticais em Trumai, in F. Queixalos (éd), Ergatividad na Amazonia, t. 1 (CNRS/IRD/UnB).
2003
Classes verbais e mudanças de Valência em Trumai, in F. Queixalos (éd), Ergatividad na Amazonia, t. 2 (Centre d’études des langues indigènes d’Amérique, CNRS and Laboratório de Línguas Indígenas/IRD/UnB) : 195-214.

Heine, Bernd et Kuteva, Tania
2002
World lexicon of grammaticalization (Cambridge, Cambridge University Press).

Holisky, Dee A.
1987
The case of the intransitive subject in Tsova-Tush (Batsbi), Lingua, 71 : 103-132.

Houseman, Michael
2012 Le rouge est le noir : essais sur le rituel (Toulouse, Presses universitaires Le Mirail).

Kuno, Susumu et Kaburaki, Etsubo
1977 Empathy and syntax, Linguistic enquiry, 8 : 625-672.

Mithun, Marianne
1991
Active/agentive case marking and its motivations, Language, 67 (3) : 510-546.

Monod Becquelin, Aurore
1975a La pratique linguistique des Indiens Trumai (Haut Xingu, Mato Grosso, Brésil), t. I (Paris, SELAF) [Langues et civilisations à tradition orale, 9].
1975b La pratique linguistiques des Indiens Trumai (Haut Xingu, Mato Grosso, Brésil), t. II : Les aventures de Soleil et Lune, et autres mythes trumai (Paris, SELAF) [Langues et civilisations à tradition orale, 10].
1976 Classes verbales et constructions ergatives en trumai, Amerindia, 1 : 117-143.
1987 « Les femmes sont un bien excellent » : vision des hommes, être des femmes dans le Haut Xingu, Anthropologie et sociétés, XI (1) : 121-136 [numéro spécial : Enjeux et contraintes, discours et pratique des femmes].

Monod Becquelin, Aurore et Guirardello-Damian, Raquel
2001
Histórias trumai, in B. Franchetto et M. Heckenberger (éd.), Os povos do Alto Xingu : História e cultura (Rio de Janeiro, Editôra UFRJ) : 401-443.

Monod Becquelin, Aurore et Becquey, Cédric
2012
Valence and transitivity in Trumai : An unusual type of split ?, in G. Authier et K. Haude (éd.), Ergativity, valency and voice (Berlin, De Gruyter Mouton) : 289-322.

Monod Becquelin, Aurore, Guirardello-Damian, Raquel et Vienne, Emmanuel de
2008Working together : Interface between researchers and the native people in the Trumai case, in D. Harrison, A. Dywer et D. Rood (éd.), A world of many voices : Lessons from documented endangered languages (Amsterdam et Philadelphie, John Benjamins) : 43-66.

Murphy, Robert et Quain, Buell
1955
The Trumai Indians of Central Brazil (Seattle et Londres, University of Washington Press).

Rousseau, André (éd.)
1998 La transitivité (Lille, Presses universitaires du Septentrion).

Seki, Lucy
2000
Gramática do Kamayurá : Língua Tupi-Guarani do Alto Xingu (São Paulo, Editora da UNICAMP).

Staal, Frits
1996
Ritual and mantras : Rules without meaning (New Delhi, Motilal Banarsidass)

Taylor Descola, Anne-Christine
1997 L’oubli des morts et la mémoire des meurtres. Expériences de l’histoire chez les Jivaro, Terrain, 29 : 83-96.

Tournadre, Nicolas
1996 L’ergativité en tibétain moderne, approche morphosyntaxique de la langue parlée (Louvain/Paris, Peeters/Bibliothèque de l’information grammaticale).

Van Valin, Robert et LaPolla, Randy
1997
Syntax : Structure, meaning and function (Cambridge, Cambridge University Press).

Vienne, Emmanuel de
2011 Traditions en souffrance. Maladie, chamanisme et rituel chez les trumai du Mato Grosso (Brésil), thèse de doctorat, EHESS (Paris).

Villas Boas, Orlando et Villas Boas, Claudio
1970
Xingu, Os índios, seus mitos (Rio de Janeiro, Zahar).

Haut de page

Annexe

Abréviations

1abs

personnel/possessif 1re personne

imp

impératif

2abs

personnel/possessif 2e personne

inch

inchoatif

3abs

marque extralocutive de la
3e personne de l’absolutif –e/‑n

irr

irréel

loc

locatif spatial

abs

absolutif

loc.temp

locatif temporel

acc

accusatif

masc

masculin

actu

actualisateur

neg

négatif

all

allatif

onom

onomatopée

ass

assertif

parf

parfait

caus

causatif

pl

pluriel

cisl

cislocatif

pos

possessif

com

comitatif

rep

répétitif

dat

datif

T1

transitif 1

dem

démonstratif

T2

transitif 2

erg

ergatif

tel

télique

foc

focalisateur

temp

temporel

fut

futur

vol

volitif

gen

génitif

Haut de page

Document annexe

Haut de page

Notes

1 Pour la discussion proposée par Enfield à propos de l’interface « describing grammar » et « describing culture », nous renvoyons à l’introduction de son ouvrage Ethnosyntax (2002).

2 « The study of connections between the cultural knowledge, attitudes and practices of speakers, and the morphosyntactic resources they employ in speech » (Enfield, 2002 : 3).

3 « The ability that speakers have to present the same event or series of events in a different perspective, from a different stance, and with different emphasis on different participants » (Duranti, 2001 : 282).

4 Selon la définition donnée par Kuno et Kaburaki (1977), l’empathie reflète le point de vue du locuteur, celui depuis lequel il décrit l’état des choses et qui peut aller jusqu’à son identification avec un participant. « Empathy is perspectival and as such is subject to alternative construals… Choosing the passive “Bill was hit by John”, instead of the active “John hit Bill”, implies speaker empathy with the subject referent, namely Bill » (Croft et Cruse, 2003 : 61).

5 Nous remercions Emmanuel de Vienne d’avoir apporté toutes ses connaissances sur les Trumai et le trumai dans les versions antérieures de cet article et de nous avoir libéralement donné accès à tous ses textes. Nous remercions également Valentina Vapnarsky de ses lectures successives et attentives ainsi que de ses remarques patientes et pertinentes, Francesc Queixalos pour son enthousiasme en trumaiologie et le groupe de travail « Agentivité » devant lequel nous avons pu présenter nos données pour toutes leurs observations.

6 Les Trumai ont longtemps vécu en contact avec un groupe, les Suyas, appartenant à la famille linguistique Gê.

7 Il faut noter qu’un fort taux de multilinguisme est présent chez les Trumai. L’informateur principal de A. Monod Becquelin, source de la grande majorité des textes qu’elle a recueillis depuis les années 1960, était totalement bilingue trumai-kamayura. Notons que le kamayura, langue tupi-guarani, n’est pas une langue ergative mais possède quatre classes verbales : transitive, intransitive active, intransitive stative (appelée « descriptive » par l’auteure) et copule (Seki, 2000 : 65). Les informateurs de R. Guirardello étaient également locuteurs du portugais. Ceux d’Emmanuel de Vienne sont quasiment bilingues trumai-portugais.

8 Le trumai présente par exemple des traits phonétiques exceptionnels au regard des langues indigènes d’Amérique : le phonème /T/ (apico-alvéolaire occlusive, apparemment produite par la langue aplatie contre le palais et la pointe poussée en avant entre les alvéoles et les dents, doit encore être définie phonétiquement), ainsi qu’un autre phonème rare en Amérique méridionale, l’affriquée latérale alvéolaire /tl/ [t], [ɬ] (Monod Becquelin, 1975a ; Guirardello, 1999).

9 Nous utilisons ici, comme étiquettes des cas, la terminologie la plus couramment utilisée, à savoir absolutif, ergatif, accusatif.

10 Le cas ‑(V)tl marque le complément d’objet lorsqu’il s’agit d’un être humain et le bénéficiaire dans le cas de verbes trivalents de type « donner », « distribuer », « dire quelque chose à quelqu’un », etc. Les suffixes ‑s et ‑ki, outre le complément d’objet des verbes T2, sont par ailleurs des locatifs spatio-temporels :
Atetla-s, misu nik
Soleil-loc, eau neg.nom
Pendant la saison sèche, il n’y a pas d’eau
ha ka.chï misu-ki
1abs aller eau-loc
je vais à la rivière
Si la relation entre le paradigme des accusatifs avec le cas datif et les cas locatifs est évidente, nous assumerons ici que ces cas répondent à des fonctions syntaxiques distinctes selon la construction dans laquelle ils sont engagés. Ils marquent le complément du verbe dans la construction T2, le datif dans une construction trivalente et des cas obliques locatifs dans tous les autres contextes. Remarquons également que les réinterprétations des marques locatives, principalement l’allatif, et du cas datif comme marques casuelles de l’objet d’un verbe sont des phénomènes rencontrés dans l’évolution de nombreuses langues du monde (Heine et Kuteva, 2002). Cette identité de forme peut alors être mise sur le compte d’une évolution de la langue trumai où les formes sources et cibles d’un changement linguistique coexistent pour marquer des traits syntaxiques différents. À l’exception de la construction causative (cf. infra), cette langue ne possède pas de morphologie diathètique. Il existe néanmoins deux inventaires de verbes qui permettent un choix de l’un ou l’autre des participants impliqués dans une même scène (ou scénario) comme sujet syntaxique, les « doublets » et les « verbes fluides ».

11 Remarquons que le recours à la prosodie intonative du portugais (pour emphatiser ou focaliser « eu ») a un équivalent en trumai, qui utilise en même temps d’autres moyens comme la focalisation : haits kain chapta‑ke « c’est moi qui ai nettoyé ».

12 Il n’y a pas de marquage temporel sur le verbe trumai, mais des clitiques ou suffixes sur différentes catégories grammaticales dont le verbe (de « aspect rétro-perspectif », ‑ukan « aspect prospectif ») prenant souvent valeur de temps : ha ma‑ukan « je mange encore, je vais manger encore », ha ma de « j’ai déjà mangé, j’aurai déjà mangé ». Indépendamment de la transitivité, un verbe orienté agent est généralement associé à l’aspect accompli et un verbe orienté patient à l’inaccompli. Si ce phénomène mérite une étude qui est encore à faire, nous pouvons déjà dire que cette association ne constitue pas une contrainte forte, de « déjà », par exemple, pouvant apparaître associé avec des verbes T1 aussi bien que T2.

13 Corrélativement, il faudra montrer que dans une construction T1, les patients non marqués ne présentent pas obligatoirement une agentivité « ontologique » moindre que le sujet de ces verbes : soit des sujets de T1 inanimés et des patients animés.

14 On pourrait imaginer que dans une phrase comme « il mange des œufs de tortue » le résultat est plus « achevé » — disparition des œufs — que dans la phrase « il peint le dos de son fils » ou encore « il peint un dessin de tapir ».

15 Batracien non identifié ; pour E. de Vienne, il s’agirait d’une grenouille, en portugais, mais, d’après le conteur, la traduction serait sapo grande et sa description est la suivante : « c’est un crapaud aux petits yeux et à la grande bouche, avec une sorte de grumeau de chaque côté ; noir, son dos est “mangé” et ressemble à des détritus. Il a un doigt de plus que les autres ».

16 Cf. par exemple Taylor Descola (1997) sur l’oubli des ancêtres. Pourtant, chez les Trumai et d’autres peuples du Xingú, la reprise des noms de grands-parents à petits enfants est un élément fondamental de la mémoire généalogique, bien plus profonde qu’on a pu le dire (Monod Becquelin et Guirardello, 2001).

17 Un élément important pour une analyse ultérieure sera la considération des « discours » comme les « discours de chef » — genre spécifique des paroles formelles prononcées à l’aube par les chefs pour ordonner, réprimander ou conseiller la collectivité qui se trouve sous son pouvoir —, ainsi que les rumeurs accusatrices de sorcellerie qui sont un genre moins formalisé et plus difficile à cerner et à enregistrer (Franchetto, 2000).

18 Cf. également annexe 1. Pour obtenir une version plus lisible de ces tableaux ainsi que des tableaux récapitulatifs, il faut soit cliquer sur « original » sous chaque tableau, soit se reporter à l’annexe 1 (cliquer ici pour télécharger le fichier d’annexes).

19 Un cas curieux est celui du verbe fluide homne qui serait utilisé d’abord en T1 puis en T2, mais il se peut aussi que la transcription soit fautive.

20 « The absolutive would be the most core argument type, since it occurs in all clase types. The ergative would be less core, but it still would be in the nucleus, since the kind of clause where this argument occurs is transitive (i.e. the clause codifies an event where two participants are involved) » (Guirardello, 1999 : 297).

21 Sur un échantillon de 230 verbes T1 et T2 (extraits de textes), 86 % des sujets sont animés contre 14 % non animés. Pour 27 verbes T1, 92,5 % des ergatifs sont animés et 2 sont non animés. En tant qu’objets de verbe T2, 41,75 % (43/103) sont animés vs 58,25 % non animés.

22 « The ability that speakers have to present the same event or series of events in a different perspective, from a different stance, and with different emphasis on different participants » (Duranti, 2007 : 465). Cf. également Kuno et Kaburaki, 1977.

Haut de page

Table des illustrations

Titre fig. 1 – Carte du Haut Xingú
Légende Aire septentrionale Haut Xingú :Tupi : Juruna, Kaiabi, : Txukaxamai, Suya,Trumai (années 1960) Aire méridionale Haut Xingú :Trumai (à partir des années 1970),Tupi : Aweti, Kamaiura,Caribe : Kalapalo, Kuikuro, Ikpeng, Matipu, Nahukwa,Arawak : Waura, Mehinaku, Yawalapiti
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9478/img-1.png
Fichier image/png, 56k
Titre Intransitifs
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9478/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Transitifs 1 (ergatifs)
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9478/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Transitifs 2
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9478/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre fig. 2 – Répartition des classes verbales bivalentes dans le lexique
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9478/img-5.png
Fichier image/png, 24k
Titre fig. 3 – Répartition des verbes transitifs trumai selon quelques domaines conceptuels proposés par WoLF (Wordnet Libre du Français)
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9478/img-6.png
Fichier image/png, 31k
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9478/img-7.png
Fichier image/png, 78k
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9478/img-8.png
Fichier image/png, 48k
Titre Récapitulatif
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9478/img-9.png
Fichier image/png, 15k
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9478/img-10.png
Fichier image/png, 49k
Titre Récapitulatif
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9478/img-11.png
Fichier image/png, 18k
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9478/img-12.png
Fichier image/png, 55k
Titre Récapitulatif
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9478/img-13.png
Fichier image/png, 17k
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9478/img-14.png
Fichier image/png, 57k
Titre Récapitulatif
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9478/img-15.png
Fichier image/png, 16k
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9478/img-16.png
Fichier image/png, 127k
Titre Récapitulatif
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9478/img-17.png
Fichier image/png, 47k
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9478/img-18.png
Fichier image/png, 41k
Titre Récapitulatif
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9478/img-19.png
Fichier image/png, 15k
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9478/img-20.png
Fichier image/png, 76k
Titre Récapitulatif
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9478/img-21.png
Fichier image/png, 28k
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9478/img-22.png
Fichier image/png, 97k
Titre Récapitulatif
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9478/img-23.png
Fichier image/png, 44k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurore Monod Becquelin et Cédric Becquey, « Transitivité de l’action et ses expressions en trumai (langue isolée du Haut Xingú, Brésil) », Ateliers d'anthropologie [En ligne], 39 | 2013, mis en ligne le 20 décembre 2013, consulté le 29 mars 2017. URL : http://ateliers.revues.org/9478 ; DOI : 10.4000/ateliers.9478

Haut de page

Auteurs

Aurore Monod Becquelin

Directeur de recherche émérite CNRS, LESC–UMR7186, université Paris Ouest Nanterre La Défense/CNRS
aurore.monod@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur

Cédric Becquey

Doctorant, Laboratoire de phonétique et de phonologie-UMR 7018, université Paris 3 Sorbonne nouvelle/CNRS
cedric.becquey@free.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org