Navigation – Plan du site

Agentivité grammaticale et agentivité intrinsèque

Aspects de l’ethnosyntaxe cachinawa (pano)
Grammatical agency and intrinsic agency: aspects of Cashinahua ethnosyntax (Panoan)
Eliane Camargo

Résumés

En cachinawa, l’agentivité présente des processus morphosyntaxiques intéressants surtout dans des constructions causatives. Celles-ci sont caractérisées par trois opérateurs causatifs, ‑ma, ‑{a}n, ‑man, dont le sémantisme présente une dimension plus large que celle d’une simple relation entre un causateur et un exécutant qu’il affecte. Ces opérateurs traduisent différents paramètres sémantiques tels le contrôle de l’action, l’intentionnalité, la permissivité, la connivence, le bénéfice et la contrariété. Les discours sur les relations entre les entités-yuxin des morts et celles des vivants donnent l’occasion d’examiner le sémantisme de ces opérateurs ainsi que l’agentivité intrinsèque de ces entités-yuxin sur l’humain, notamment sur le bedu yuxin, le principe vital immortel de l’individu. Cette agentivité est exprimée par des actions que ces entités effectuent au travers d’énergies, comme le muka et le pae, qu’elles manifestent. Il est à noter que ces entités, notamment celles des morts, sont rarement patientives comme peuvent l’être les humains.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Amazonie, Brésil, Pérou
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les textes présentés ont été élaborés dans le cadre du Projet de documentation de la culture et de (...)
  • 2 Les Cachinawa s’autodénomment huni kuin « Homme kuin ». Cette autodénomination, avec des variations (...)

1Cet article porte sur les différents opérateurs de causativité qui permettent de mieux appréhender l’agentivité en cachinawa1. L’étude se fonde sur des textes sur le monde des Cachinawa (Huni kuin2), concernant en particulier les interactions entre les vivants et les yuxin. Ceux-ci sont des esprits, des morts et des vivants. Bien que ces entités entretiennent des relations entre elles, bonnes ou mauvaises, dépassant les frontières de leur monde, les entités-yuxin des morts semblent être intrinsèquement agentives. Cette propriété leur est attribuée par des énergies qui leur sont propres. Nous examinerons ici deux de ces énergies : le muka et le pae. Toutes deux permettent la communication entre les yuxin des morts et ceux des vivants. La première, muka, permet au yuxin des vivants de se déplacer et d’aller vers le monde des humains non vivants, avec le risque de ne pas retourner chez les vivants. Cette énergie entre dans le corps du vivant et maîtrise son principe vital (bedu yuxin = œil/yuxin), l’individu est involontairement sous l’emprise du yuxin. La seconde, pae, amène l’individu également vers le monde des non-vivants, mais ici l’action de l’individu est intentionnelle. Il cherche le contact avec l’au-delà. Avec le muka, l’individu est inconscient et va vers le monde des non-vivants, alors que, avec le pae, l’individu est conscient et appelle l’Autre à venir à soi. Il aspire au contact avec le monde des yuxin. Dans les deux cas, le contact que l’individu entretient avec les yuxin des morts s’effectue par l’intermédiaire de son bedu yuxin qui est affecté par le muka du yuxin des morts.

2Ce texte vise à comprendre comment l’agentivité intrinsèque de ces énergies est traitée linguistiquement. L’agentivité est présente grammaticalement dans des contextes aussi bien nominaux que verbaux. Le marquage du cas ergatif et du cas nominatif est nécessaire à la relation actancielle indicatrice des rôles sémantiques. Cette morphologie casuelle permet de comprendre une partie des spécificités sémantiques portées par la causalité. Les constructions causatives étudiées ci-dessous impliquent toutes deux types d’agents : un causateur et un exécutant. Le cachinawa dispose de trois opérateurs causatifs qui se distinguent sémantiquement comme l’indique le tableau 1.

tableau 1 – Opérateurs causatifs

opérateurs causatifs

sujet causateur (glosé ceur)

exécutant (glosé exant)

causatif avec ‑ma

déclencheur de l’action

+contrôle l’action

causatif avec ‑{a}n

déclencheur de l’action et contrôleur
(spécificité : à son bénéfice)

contrôle l’action

causatif avec ‑man

déclencheur de l’action
(spécificité : induit involontairement l’action)

+contrôle l’action

  • 3 Depuis 2006, Mudu et Xane sont des collaborateurs actifs du programme de documentation cachinawa (D (...)

Ces opérateurs causatifs révèlent d’autres dimensions sémantiques quant aux relations entre le causateur et l’exécutant : le contrôle, l’intentionnalité, la connivence, la permissivité, que notre étude cherchera à appréhender, à partir de l’étude des interactions discursives. Les analyses se fondent sur des données de notre corpus, collecté au long d’une vingtaine d’années, et sur cinq textes rédigés par Mudu (Alberto T. Roque) et Xane (Texerino Kirino Capitan3) en 2010 sur les yuxin (cf. annexes). Les textes choisis décrivent l’interaction entre les entités qui transitent dans l’intermonde où a lieu la communication entre les yuxin des vivants et des morts. Malgré la forte pression chrétienne et ses actions prosélytes, la cosmologie cachinawa reste encore fortement ancrée dans le monde des entités/esprits-yuxin et la communication entre les yuxin des vivants et des morts.

3L’étude traitera ainsi deux sujets liés entre eux : l’agentivité grammaticale, étudiée à partir des opérateurs causatifs, et l’agentivité intrinsèque, caractérisée par des croyances et des pratiques relatives aux énergies inhérentes aux yuxin agissant sur les entités humaines, rendant celles-ci patients. Cette étude permettra d’illustrer des aspects relatifs à l’ethnosyntaxe dans une société amazonienne, celle des Cachinawa.

1. La langue

4Le cachinawa (hantxa kuin) est parlé par environ six mille personnes. Le groupe habite une vaste zone s’étendant de part et d’autre de la frontière entre le Brésil et le Pérou, dans une aire linguistique génétiquement hétérogène où cohabitent des groupes pano, arawak et arua. Le domaine de la panophonie s’étend sur une aire continue entre le Brésil, le Pérou et la Bolivie, avec des langues plus au moins différenciées, mais toutes conservant, à quelques détails près, des traits typologiques, lexicaux et morphosyntaxiques comparables.

  • 4 Cf. Camargo, 2004.

5Langue agglutinante à morphologie suffixale, l’ordre préférentiel des constituants est SOV. Le verbe ne reçoit aucune indexation de la personne. Comme tant de langues amérindiennes, le cachinawa présente un système de marquage actanciel scindé. La scission syntaxique s’effectue selon la nature pronominale ou nominale de ses arguments. La structure actancielle connaît trois alignements, à savoir4 : les pronoms personnels de 1re et 2e personnes impliquent une structure du type nominatif-accusatif (1a-b) ; la 3e personne du singulier s’aligne sur une structure neutre (2a-b), et la 3e personne du pluriel, les pronoms toniques, le pronom interrogatif « qui » tsu{a}, ainsi que les lexèmes nominaux suivent un alignement de type ergatif-absolutif (3a-c).

Le système nominatif-accusatif

6Le sujet d’un verbe intransitif et le sujet d’un verbe transitif reçoivent le même traitement morphologique, s’opposant à l’objet d’un verbe transitif. Ce système est utilisé pour les 1re(en, ea, nun, nuku) et 2e(min, mia, man, matu) personnes du singulier et du pluriel :

1a.

e-n

daya-a-ki.

(verbe intransitif)

1sg-nom

travailler-acc-ass

J’ai travaillé.

1b.

e-n

mia

uin-a-ki.

(verbe transitif)

1sg-nom

2sg-accf

voir-acc-ass

Je t’ai vu.

Le système neutre

7Toute fonction syntaxique d’un argument (sujet, objet) reçoit un même traitement morphologique (2a-b) ; aucun des rôles sémantiques n’est différencié morphologiquement. Ceux-ci sont clairement indiqués lorsqu’ils sont représentés par un groupe nominal (2c-d) et révélés également par la place des arguments. Ce système est utilisé à la 3e personne du singulier qui par ailleurs n’est pas réalisée phonologiquement, d’où ici le morphème zéro, ø, pour la représenter.

2a.

ø

daya-a-ki

3sg.s

travailler-acc-ass

Il/elle a travaillé.

2b.

ø

ø

uin-a-ki

3sg.a

3sg.o

voir-acc-ass

Il/elle l’a vu.

  • 5 Il est à noter que, selon la situation énonciative, cette forme pronominale, ha, peut apparaître da (...)

8La forme pronominale de 3e personne, ha, peut exprimer les trois rôles actantiels : celui de sujet d’un verbe intransitif (2c), celui de sujet d’un verbe transitif (2d) et, selon la situation de communication, celui d’objet (2e)5 :

2c.

ha

daya-a-ki

3sg.s

travailler-acc-ass

Lui/elle, [dont on parle,] a travaillé.

2d.

ha

ø

uin-a-ki

3sg.a

3sg.o

voir-acc-ass

Il/elle l’a vu.

2e.

ø

ha

uin-a-ki

3sg.a

3sg.o

voir-acc-ass

Il/elle l’a vu.

9La 3e personne, représentée par ha ou par le morphème zéro, ø, peut commuter avec une forme nominale dans le rôle de sujet d’un verbe transitif (2f) ou d’un objet (2g) :

2f.

huni-n

ø

uin-a-ki

homme-a

3sg.o

voir-acc-ass

L’homme l’a vu.

2g.

ø

huni

uin-a-ki

3sg.a

homme.o

voir-acc-ass

Il/elle a vu l’homme.

Le système ergatif-absolutif

10Le sujet des verbes intransitifs et l’objet des verbes transitifs sont marqués de la même façon, c’est-à-dire, ne portent pas de marque, s’opposant au sujet d’un verbe transitif. Ce marquage casuel s’exprime sur les noms :

  • 6 L’occlusive sonore /d/ en position intervocalique se prononce [r], comme un flap.

3a.

Madia6

daya-a-ki

Madia.abs

travailler-acc-ass

Maria a travaillé.

3b.

Madia-n

anu

pi-a-ki

Madia-erg

paca.abs

manger-acc-ass

Maria a mangé du paca.

3c.

anu-n

bimi

pi-a-ki

paca-erg

fruit.abs

manger-acc-ass

Le paca a mangé des fruits.

À la 3e personne du pluriel, habu :

4a.

habu dayaaki

Ils/elles ont travaillé.

4b.

habu-n ø uinaki

Ils/elles l’ont vu.

4c.

ø habu uinaki

Il/elle les a vu(e)s.

11Les exemples ci-dessous sont extraits du récit 1 (cf. annexes). Ils confirment que les cas nominatif et ergatif sont représentés par le suffixe ‑{e}n (5a, 5b, 5c), alors que les cas accusatif et absolutif sont exprimés par un morphème zéro (non réalisé explicitement) (5a, 5b) :

  • 7 Ces numérations renvoient aux récits cachinawa qui se trouvent en annexes. La première case décimal (...)

5a.

yuxin-en

ø

txiban-kin

(01.02)7

yuxin-erg

3sg.o

suivre-a=s/a

L’esprit-yuxin le suit.

5b.

yuxin-en

ha-tu

iyu-mis-ki

(01.04)

yuxin-erg

3-indf.o

amener-hab-ass

L’esprit-yuxin amène n’importe qui.

5c.

hatidi-tu-n

ø

yuka-nun-bu,

hatidi-tu-n

ø

quelque-indf-erg

3sg.o

saluer-final-pl

quelque-indf-erg

3sg.o

   

yuka-a-bu-ma

(01.13)

saluer-acc-pl-neg

   

[litt. Quelques-uns demandent pour/après lui (= saluer), quelques-uns ne demandent pas]
Quelques-uns le saluent, d’autres non.

12Le sujet d’un verbe intransitif (glosé dorénavant s « actant unique »), tout comme l’objet (glosé dorénavant p, nos exemples traitant de patients de prédicats transitifs), ne reçoit aucun marquage formel :

6.

na

nuku-n

nabu

dama

mawa-ni-bu

(01.10)

dem

lpl-gen

famille.s

récemment

mourir-pse.indf-pl

Cette personne de notre famille-yuxin est décédée depuis peu.

13Lorsque la 3e personne du singulier est représentée par le pronom ha (10a), c’est souvent une valeur anaphorique qui est exprimée et intervient soit pour lever des ambiguïtés, soit pour emphatiser son rôle actanciel :

7a.

ha

ha-tu

haska

wa-kubidan-mis

(01.03)

3sg.a

3indf.dat

ainsi

faire-centrp.pl.cont-hab

Il lui/leur fait/procède continuellement de cette manière.

7b.

txai,

ø

yuinaka

tsaka-i

ka-a

(01.02)

loin

3sg.a

gibier.p

chasser-inf

aller-acc

Il est allé loin chasser du gibier.

Les autres cas

  • 8 Ce morphème casuel présente une allomorphie, motivée par des contraintes morpho-phonologique : ‑n s (...)

14Le cachinawa dispose par ailleurs d’une demi-douzaine d’autres suffixes casuels. Certains sont plurifonctionnels en particulier, ‑{a/e/i}n8, qui sert à indiquer le nominatif et l’ergatif, comme nous l’avons vu précédemment, mais également le génitif (8a), le locatif (8b), l’instrumental (9) , le vocatif.

8a.

e-n

nabu

yuxin-bain-i-dan

(01.01)

1sg-gen

famille.s

devenir/apparaître en yuxin-centrf.pl-pres-foc

Ma famille s’en va partout (sous forme) de yuxin.

15Le morphème du cas génitif à la 3e personne du singulier (8b) s’exprime de façon identique à celui de l’instrumental, ‑wen (9) :

  • 9 Lexème dérivationnel formé avec le lexème non autonome da- « éloigner » et ‑xunun « apparaître vite (...)
  • 10 Dans cet énoncé, le suffixe ‑en associé à ain « épouse », ainen, pourrait laisser entendre qu’il s’ (...)

8b.

ha-wen

ain-en

daxunun-a-ma-bia,

(01.18)

3sg-gen

épouse-loc

éloigner9-acc-neg-mais…10

Il ne s’éloigne pas de sa femme, mais…

9.

nupe-wen

ø

ka-a-ki

couteau-instr

3sg.s

aller-acc-ass

Il est parti avec le couteau.

16Le suffixe ‑n peut suivre le pronom ha, mais il ne peut remplir la fonction de l’ergatif dans ce contexte (cf. section 1.2, ex. 2a-2e). En (10), le suffixe ‑n représente bien le cas locatif :

  • 11 Ce terme désigne le « caoutchouc », ainsi que la torche fabriquée à partir de son latex, et par ext (...)

10.

bin11

ha-kidi

txaxa

wa-kin,

ha-n

a-xun-a :…

(02.19)

lumière

3-à.côté

briller

faire-a=a

3-loc

faire-appl-acc

Il a éclairé (avec une torche) jusqu’à lui (le yuxin) et en lui (chez le yuxin), il l’a centrée (pour le voir)…

2. Agentivité grammaticale : moyens d’expression de la causativité en cachinawa

17La grammaire du cachinawa possède des constructions causatives impliquant une causalité agentive, de la part d’un causateur (ceur) et une causalité effective, de la part d’un exécutant (exant).

La construction causative

  • 12 Les voix active, réciproque, réflexive et causative sont productives en cachinawa.

18La construction causative est une diathèse, i.e. une voix verbale12, qui décrit comment s’organisent les rôles sémantiques, dévolus aux actants, notamment d’agent et de patient, par rapport au procès verbal. L’opérateur causatif augmente d’un actant la valence d’un verbe, faisant intervenir un causateur distinct de l’agent effectif, l’exécutant, du processus verbal décrit :

tableau 2 – Modèle canonique de la causativité

valence verbale

du verbe de départ

augmentation actantielle avec le causatif

« ceur fait faire exant »

monovalente

deux actants

« ceur fait travailler exant »

bivalente

trois actants

« ceur fait manger X à exant »

trivalente

quatre actants

« ceur fait apporter X à exant pour Y »

19L’expression du causatif en cachinawa est représentée par deux procédés grammaticaux principaux : (1) le causatif syntaxique, caractérisé par l’emploi du verbe wa‑ « faire » dans une construction périphrastique, et (2) un procédé dérivationnel opéré par trois suffixes causatifs : ‑ma, ‑{a}n et ‑man. La causativité lexicale, telle qu’on peut la trouver dans des lexèmes comme tsaka « tuer », ne semble pas être très productive dans cette langue. Il est à noter qu’en cachinawa toutes les constructions causatives valent pour tous les verbes, intransitifs et transitifs.

20Avant de passer à l’analyse des constructions causatives sur les plans morphologique et syntaxique, observons que, dans une construction, qu’elle soit intransitive ou transitive, le sujet causateur reçoit le traitement morphologique casuel soit du nominatif s’il est représenté par un pronom de 1re et 2e personne du singulier ou pluriel, soit de l’ergatif s’il est représenté par un nominal ou par le pronom de 3e personne du pluriel, habu. L’exécutant ne reçoit quant à lui aucun traitement casuel spécifique. Avec l’opérateur causatif ‑an, l’exécutant est celui qui reçoit le marquage du cas ergatif ou nominatif, alors qu’avec ‑ma et ‑man l’exécutant est non marqué, comme l’illustre le tableau ci-dessous :

tableau 3 – Le marquage casuel de l’exécutant des constructions causatives en cachinawa

type de construction verbale

suffixe verbal

marquage des arguments

construction monovalente

Suj.verbe.intr.

construction bivalente

Suj.tr. {a/e/i}n

Objet Verbe.tr.

constructions causatives

avec ‑ma

Suj.ceur{a/e/i}n

exant

Objet Verbe.tr.‑ma

avec ‑an

exant{a/e/i}n

Suj.ceur

ObjetVerbe.tr.‑an

avec ‑man

Suj.ceur{a/e/i}n

exant

Objet Verbe.tr.‑man

21Le tableau 4 schématise les cas morphologiques et les traits sémantiques exprimés par ces constructions.

  • 13 Les cases blanches indiquent que la valeur est non pertinente.

tableau 4 – Cas et rôles sémantiques en cachinawwa13

  • 14 Dans certains cas, l’exécutant ne dispose pas de la permission d’effectuer l’action. Cela se réalis (...)

causateur

exécutant

suffixes causatifs

-ma

-an

-man

-ma

-an

-man

cas morphologique

+erg

+abs

+erg

+abs

+erg

+abs

traits sémantiques

contrôle

+

+

+

+

intention

+

+

+

+

<sous-classe de contrôle>

consentement

+

permission

+/−14

+

+

Cet aperçu ayant précisé l’architecture de l’ordre des constituants et de ses marquages morphologiques, passons maintenant à l’analyse de chacune des constructions causatives.

La construction causative syntaxique

22Dans une construction périphrastique à caractère causatif, le lexème wa‑ « faire » suit le verbe concerné et a pour fonction d’exprimer que le sujet causateur fait exécuter une action par un autre actant que lui-même.

Avec un verbe intransitif :

11a.

Madia

paxa-ai

Madia.s

fuir-inac

Maria s’enfuit.

11b.

Madia-n

ea

paxa wa-ai

Madia-ceur

1sg.exant

fuir faire-inac

Maria me fait m’enfuir.

Avec un verbe transitif :

12a.

huni-n

Madia

mana-mis

homme-a

Madia.p

attendre-hab

L’homme attend (toujours) Maria.

12b.

huni-n

Madia

mana wa-mis

homme-ceur

Madia.exant

attendre faire-hab

L’homme fait (toujours) attendre Maria.

23Certains informateurs n’acceptent pas la construction causative avec le semi-auxiliaire « faire » pour certains verbes intransitifs. Le verbe besten « (se) réveiller » en est un exemple. Ils préfèrent exprimer l’action de « réveiller quelqu’un » avec le verbe transitif uin « voir » suivi de wa‑ « faire », c’est-à-dire « faire voir » (14b) ; alors que la construction besten wa‑ « faire réveiller qqn », qui apparaît plus en avant en (42), extrait d’un contexte chamanique, est moins productive.

Avec un verbe intransitif :

13a.

Madia

besten-ai

Madia.s

(se) réveiller-inac

Maria se réveille.

13b.

Madia-n

besten

wa-ai

Madia-a

réveiller

faire-inac

Maria le/la réveille.

Avec un verbe transitif :

14a.

Madia-n

Mudu

uin-ai

Madia-a

Mudu.p

regarder/voir-inac

Maria voit Mudu.

14b.

Madia-n

Mudu

uin

wa-ai

Madia-ceur

Mudu.exant

regarder/voir

faire-inac

[litt. Maria fait voir à Mudu]
Maria réveille Mudu.

La construction causative morphologique

24Le cachinawa dispose de trois opérateurs causatifs qui distinguent si l’exécutant a un contrôle ou non sur l’action ainsi que si le causateur a l’intention ou non de déclencher l’action. Ces opérateurs s’associent directement à la racine verbale qui occupe la tête du syntagme verbal et augmentent la valence verbale.

La construction causative avec ‑ma

25La construction causative avec ‑ma correspond exactement au causatif tel que défini, à savoir indiquant que le sujet détermine une transformation affectant un autre actant : le sujet causateur (ceur) agit sur l’exécutant (exant) qui exécute l’action déclenchée par le causateur. La valence verbale change par la présence de l’opérateur causatif, comme il est illustré dans le tableau 5, l’exemple (15b) pour la dérivation causative d’un verbe intransitif, et dans le tableau 6, l’exemple (16b) pour la dérivation causative d’un verbe transitif :

tableau 5 – Dérivation causative d’un verbe intransitif

construction intransitive

transitivisation par l’opérateur causatif ‑ma

« Sujet Verbe »

« Sujet.Causateur Exécutant Verbe »

Madia

tsau‑a

Madia-n

Mudu

tsau-ma-a

Madia.s

s’asseoir-acc

Madia-ceur

Mudu.exant

asseoir-caus+contr.exant-acc

Maria s’est assise.

Maria a fait s’asseoir Mudu.

  • 15 Les numéros entre parenthèses correspondent aux énoncés dans lesquels ces verbes se trouvent dans l (...)

Verbes intransitifs relevés dans les textes en annexes : hiwe « vivre », « habiter », « exister » > hiwe-ma (exister-caus) « (faire) exister » : tsau « s’asseoir » > tsau-ma « faire asseoir qqn » ; bute « descendre » > butema « faire descendre » (03.22)15 ; dain « passer devant les yeux » > dainma « faire passer devant les yeux de qqn » (05.11) ; hiki « entrer » > hikima « faire entrer » (03.39) ; ixtxu « sauter, sautiller » > ixtxuma « faire sautiller » (03.21) ; kain « sortir » > kainma « faire sortir » (03.46) ; kuxi « courir » > kuxima « faire courir » (05.10), (05.40) ; naxi « se baigner » > naxima « faire baigner qqn » (05.04), (05.71), (05.73) ; pui « déféquer » > puima « faire déféquer » (05.71) ; puke « traverser » > pukema « faire traverser » (05.18).

15a.

Madiu

kuxi-a-ki

Madiu.s

courir-acc-ass

Mario a couru.

15b.

Madiu-n

Bimi

kuxi-ma-a-ki

Madiu-ceur

Bimi.exant

courir-caus+contr.exant-acc-ass

Mario fait courir Bimi.

tableau 6 – Dérivation causative d’un verbe transitif

construction transitive

augmentation de la valence verbale du verbe de départ par l’opérateur causatif ‑ma

« Suj. Objet Verbe »

« Suj.Causateur exant (Objet) Verbe »

Madia-n

Bimi

uin-a

Madia-n

Bimi

uin-ma-a

Madia-a

Bimi.p

voir-acc

Madia-ceur

Bimi.exant

voir/regarder-caus+contr.exant-acc

Maria a vu Bimi.

[litt. Maria a fait Bimi voir qqn/qqch.]
Maria a montré qqch. à Bimi.

Verbes transitifs relevés dans les textes en annexes : uin « voir », « regarder », « observer », « visiter » > uin-ma (il fait regarder) « montrer » ; pi « manger » > pi-ma (il fait manger) « nourrir » ; dunke « devancer qqn » > dunkema « faire devancer » (03.17) ; nuku « rencontrer » > nukuma « faire rencontrer » (03.19).

16a.

Madiu-n

Bimi

uin-a-ki

Madiu-a

Bimi.p

regarder/voir-acc-ass

Mario a regardé/vu Bimi.

16b.

Madiu-n

Bimi

ø

uin-ma-a-ki

Madiu-ceur

Bimi.exant

3sg.p

regarder-caus+contr.exant-acc-ass

Mario l’a fait voir/regarder à Bimi.

26Des extraits de récits (en annexes) montrent que les yuxin des morts sont toujours présentés comme des contrôleurs de l’action. Ils sont pour la plupart des causateurs. Avec l’opérateur ‑ma, le contrôle de l’action est assuré par le causateur avec le consentement de l’exécutant réalisant l’action qui est exprimée.

17.

yuxin

betsa

debu-yama-xun,

metxu-xun,

ø

yuxin

autre.ceur

mourir-ach-s≠a

saisir-a≠s

3sg.exant

    

kuxi-ma-ni

Kuxi-ma-bain-ki.

courir-caus+contr.exant-asp.indf

courir-caus+contr.exant-centrf.pl-ass

    

kiaki.

(05.09)

disc.rapp

    

Le yuxin d’une autre personne décédée l’a pris avec ses mains et l’a fait courir.
Ils l’ont fait courir partout, a-t-on dit.

18a.

yuxin-en

habia

yuda

kabi-tan

mia

yuxin-ceur

mais

corps

réel-tan

2sg.exant

    

uin-ma-ai

kiaki.

(04.25)

voir-caus+contr.exant-inac

disc.rapp

    

Le yuxin te fait voir (autrement) en transformant ton corps de vivant, a-t-on dit.

18b.

ha-wen

besu,

ø

mia

uin-ma-a-ma-dan

(04.26)

3-gen

face.a

3sg.ceur

2sg.exant

voir-caus+contr.exant-acc-neg-foc

[litt. Son visage, il te ne le fait pas voir]
Son visage, il ne te le laisse pas voir.

27Cet opérateur causatif peut également servir à exprimer la permissivité dont la responsabilité est attribuée au causateur :

19.

Bimi-n

Maya

kene-ma-ai.

Bimi-ceur

Maya.exant

écrire-caus+contr.exant-inac

Bimi permet à Maya d’écrire (car elle se sert du cahier/des papiers de Bimi).

28L’opérateur ‑ma s’associe au verbe « faire » (« fabriquer »), sans pour autant que celui-ci soit dans une construction causative périphrastique. En (20a), « X fait Y », alors qu’en (20b), « X fait faire Y à X’ » :

20a.

maiti,

Mudu-n

wa-ai

coiffe.p

Mudu-a

faire-inac

Mudu fait une coiffe.

20b.

maiti,

Mudu-n

Mana

wa-ma-ai

coiffe.p

Mudu-ceur

Mana.exant

faire-caus+contr.exant-inac

Mudu fait faire une coiffe à Mana.

Les exemples analysés suggèrent que le causateur a le contrôle de l’action et que l’exécutant la réalise de bon gré.

La construction causative avec ‑{a}n

  • 16 Il est à noter que l’opérateur causatif -{a}n s’associe aussi bien à un nom (cf. tabl. 8) qu’à un a (...)

29Dans une construction causative avec ‑{a}n, c’est l’exécutant qui reçoit le traitement morphologique d’ergatif, et se place en tête d’énoncé ; le causateur est ici traité comme un oblique16. Cet opérateur causatif signale que l’exécutant effectue une action à cause, ou pour le causateur, comme nous l’indiquons par les formules présentées dans le tableau ci-dessous.

tableau 7 – Le causatif ‑{a}n associé à des verbes monovalents et bivalents

monovalents

bu « aller » (pl)

bu-an « ceur fait aller exant pour ceur »

ixtxu « sauter, sautiller »

ixtxu-n « ceur fait sauter/sautiller exant pour le ceur »

kuxi « courir »

kuxi-n « ceur fait courir exant pour le ceur »

tsau « s’asseoir »

tsau-n « ceur fait asseoir exant pour le ceur »

uxa « dormir »

uxa-n « ceur fait dormir exant pour le ceur »

bivalents

bi « prendre »

bi-an « ceur fait exant prendre qqch. pour ceur »

dete « frapper »

dete-n « ceur fait exant frapperqqn pour le ceur »

pi « manger »

pi-an « ceur fait exant mangerqqch. pour ceur »

tsaka « tuer »

tsaka-n « ceur fait exant tuer qqn pour ceur »

wa‑ « faire »

wa-n « ceur fait exant faire qqch. pour ceur »

30En (21), le yuxin du vivant sous contrôle des yuxin des morts est contraint de sautiller :

21a.

(yuxin-en)

ø

ana

ixtxu-n-bain-a-bu

(yuxin-exant)

3sg-ceur

de.nouveau

sautiller-causcontr.exant-centrp-acc-pl

    

ka-ai-dan,

(03.24)

aller-inac-foc

    

[litt. Le yuxin.du.mort le (=yuxin.du.vivant) fait à nouveau sautiller pour lui (=le yuxin.du.mort)]
Les yuxin (re)partent (dans le monde des morts) en l’emmenant tout en le faisant sautiller (vers lui, le yuxin du mort).

21b.

« Hani

uin-nun ?

Tudi-di

bu-an-kan-we, »

voir-p=s

distal-imm

aller.pl-causcontr.exant-pl-imper

    

i-tan.

(05.29)

dire-mouv

    

« Où vais-je trouver (son yuxin) ? Faites-les s’éloigner un peu ! », demande-t-il en partant.

31Avec cet opérateur, le causateur déclenche une action qu’il contrôle, et l’exécutant la réalise. Ce dernier l’effectue contre son gré. L’action est réalisée en faveur du causateur.

22a.

Bimi-n

kuxi-xu-ki

Bimi-s

courir-ach-ass

Bimi a couru.

22b.

Bimi-n

mia

kuxi-n-xu-ki

Bimi-exant

2sg.ceur

courir-causcontr.exant-ach-ass

Tu as fait courir (contre son gré) Bimi pour toi.

23a.

Bimi-n

mia

bi-xu-ki

Bimi-a

2sg.p

prendre-ach-ass

Bimi te les a prises (tes affaires de sa propre initiative).

23b.

Bimi-n

mia

bi-an-xu-ki

Bimi-exant

2sg.ceur

prendre-causcontr.exant-ach-ass

Tu les as fait prendre par Bimi (contre son gré) pour toi.

32La notion d’effectuer une action en faveur du causateur est exprimée clairement dans l’énoncé (24b) où le causateur, Mana, fait de Mudu l’exécutant de l’action de frapper quelqu’un à sa place.

24a.

Mudu-n

Mana

dete-ai

Mudu-a

Mana.p

frapper-inac

Mudu frappe Mana.

24b.

Mudu-n

Mana

dete-an-ai

Mudu-exant

Mana.ceur

frapper-causcontr.exant-inac

Mana fait que Mudu frappe [en sa faveur, à sa place].

33Contrairement à ce qui se passe avec l’opérateur causatif ‑ma, qui exprime la notion de permissivité de la part du causateur et le consentement de la part de l’exécutant, avec ‑{a}n, c’est l’absence de permission qui est manifestée. L’exécutant réalise une action sans la permission du causateur, comme l’illustre (25b). La situation d’énonciation imaginée par le locuteur pour (29a) serait que l’exécutant, Bimi, se voit en présence des objets de quelqu’un, les cache ou les range sans que leur propriétaire s’en aperçoive. La situation a donc contraint Bimi à toucher aux affaires de quelqu’un d’autre sans sa permission expresse :

25a.

Ha-wen

mabu,

Bimi-n

adu-xu-ki

3sg-gen

affaires.p

Bimi-a

ranger-ach-ass

Bimi a rangé ses affaires.

25b.

Ha-wen

mabu,

Bimi-n

Xane

adu-n-xu-ki

3sg-gen

affaires.p

Bimi-exant

Xane.ceur

ranger-causcontr.exant-ach-ass

Ses affaires, Xane les a fait ranger à Bimi sans le vouloir.

34L’énoncé (26a) révèle le consentement de l’agent Maria, alors qu’en (26b) Maria se voit contrainte de faire l’action. Dans ce dernier cas, Mudu est le causateur, celui qui contraint : « Mudu fait Maria avoir des rapports sexuels avec lui ».

26a.

Madia-n

Mudu

txuta-mis-ki

Madia-a

Mudu.p

avoir.des.rapports.sexuels.avec-hab-ass

Maria a souvent des rapports sexuels avec Mudu.

26b.

Madia-n

Mudu

txuta-n-mis-ki

Madia-exant

Mudu.ceur

avoir.des.rapports.sexuels.avec-causcontr.exant-hab-ass

Maria est souvent contrainte d’avoir des rapports sexuels avec Mudu.

35Examinons les paradigmes entre le suffixe causatif ‑ma et ‑{a}n lorsque ceux-ci s’associent au verbe « faire » wa. L’énoncé (27a) présente une construction transitive du type SOV. Les énoncés (27b-c) sont des constructions causatives, avec les opérateurs ‑ma et ‑{a}n respectivement. En (27b), l’exécutant Mudu prépare des remèdes de bon gré pour Maria. Alors qu’en (27c), il est obligé de les lui préparer :

Agent avec contrôle de l’action

27a.

Madia-n

dau

wa-a-bu

Madia-a

remède.p

faire-acc-pl

Maria prépare des remèdes.

Exécutant avec contrôle d’action

27b.

Madia-n

Mudu

dau

wa-ma-a-ki

Madia-ceur

Mudu.exant

remède.p

faire-caus+contr.ceur-acc-ass

Maria fait Mudu préparer des remèdes.

Exécutant contraint d’effectuer l’action

27c.

Madia-n

Mudu

dau

wa-n-a-ki

Maria-exant

Mudu.ceur

remède.p

faire-causcontr.exant-acc-ass

Mudu a fait Maria préparer des remèdes pour lui.

  • 17 « The referent of the nominalization (usually inanimate) is one that non-volitionally, indirectly a (...)

36Pour le matsés, langue pano, D. Fleck considère que le suffixe verbal ‑anmës, correspondant à ‑an en cachinawa, codifie un type de causatif très atypique. Cet auteur interprète son usage comme indiquant que « le référent (souvent inanimé) de la nominalisation est tel que, sans le vouloir, indirectement et souvent de façon mystérieuse, il induit des victimes impuissantes à entrer dans un état non souhaité et continu »17. Cette analyse est très proche de celle que nous proposons pour ‑an en cachinawa.

La construction causative avec ‑man

  • 18 Si l’on pouvait confirmer qu’il s’agit d’une fusion morphologique « ma-an », on pourrait poser comm (...)

37La construction causative avec ‑man semble associer les deux suffixes analysés ci-dessus : « ‑ma‑n », que nous notons en un seul morphème ‑man18. Ce causatif sert à exprimer qu’un causateur déclenche une action sans intention, permettant à un exécutant de la réaliser. La situation décrite en (28) rend bien compte de cette situation : « Le causateur conduisait son canot sans permis ce qui a poussé l’exécutant (la police) à agir et à l’emporter ». L’énoncé (29) illustre également des maladresses du causateur, Mana qui s’est fait voler le couteau de Mudu par inadvertance. Dans les deux cas, l’action effectuée par le causateur n’est pas intentionnelle, elle affecte toutefois un exécutant qui la réalise :

28.

e-n

xaxu

bu-kin,

e-n

pudisia

1sg-gen

canot.p

apporter-a=a

1sg-ceur

police.exant

   

mebin-man-a

ik-aya

emporter-causcontr.ceur-acc

svintr-temporel

   

[litt. J’apportais mon canot quand je le fais emparer à la police]
Je conduisais mon canot quand la police s’en est emparée.

38L’énoncé (29) décrit une situation dans laquelle Mana fait ses devoirs et Mudu, un enfant, le dérange. L’énoncé exprime que Mana, le sujet causateur, est dépourvu de contrôle sur Mudu. Dans le contexte imaginé par le locuteur, Mudu serait ici un bébé qui ne tiendrait pas en place, ne cessant de se déplacer à quatre pattes. Mana, qui est censé garder son petit-frère, a des devoirs à faire, mais ne peut pas les faire car le bébé, ne tenant pas en place, l’empêche de travailler.

29.

Mana-n

Mudu

kene-man-ma-ai

Mana-ceur

Mudu.exant

écrire/étudier-causcontr.ceur-neg-inac

[litt. Mana s’est fait déranger ses études par Mudu]
À cause de Mudu, Mana n’étudie pas.

Cet énoncé suggère que l’utilisation de ‑man implique que le causateur n’a aucun contrôle sur l’action, ce qui permet à quelqu’un d’autre d’effectuer des actions non attendues. Les exemples illustrant le causatif ‑man montrent qu’il s’agit d’une causativité faible. C’est l’exécutant qui a le contrôle ; en saisissant l’occasion, il est maître de la situation.

39Avant de clore cette description, il convient de porter notre attention sur la morphologie actancielle ainsi que celle des constructions causatives, schématisées dans le tableau ci-dessous. Les exemples étudiés ont révélé qu’avec ‑ma le causateur permet à l’exécutant de réaliser l’action de bon gré. Avec ‑{a}n, le causateur détient le contrôle sur l’exécutant qui effectue l’action contre son gré. L’opérateur –man indique, au contraire, que le causateur déclenche une action par inadvertance, celle-ci est réalisée par un exécutant intentionnel.

tableau 8 – Paramètres sémantiques des constructions causatives

suffixe

ordre des constituants

marquage casuel

dimension sémantique

causateur

exécutant

‑ma

ceurexant

ceur - erg exant - abs

+perm

+contr, +bon gre, +consent

‑{a}n

exantceur

exant - erg ceur - abs

+contr

contr, bon gre, consent

‑man

ceur exant

ceur - erg exant - abs

contr

+contr, +intent

Le tableau 8 montre qu’en cachinawa l’exécutant peut recevoir le marquage de l’ergatif lorsqu’il se trouve dans une situation où est il contraint d’exercer une action (‑an). En revanche, dans les constructions causatives en ‑ma et en ‑man, c’est l’absolutif qui marque l’exécutant. Aucune des constructions causatives de notre corpus n’implique le cas datif (‑ki), illustré en (30a) et (31a).

30a.

E-n

mi-ki

dake-ai

(datif)

1sg-erg

2sg-dat

effrayer/(se)cacher(par peur)-inac

[litt. Je de.toi effraie]
J’ai peur de toi/Je me cache de toi.

30b.

E-n

mia

dake-ai

(absolutif)

1sg-erg

2sg.abs

effrayer-inac

[litt. Je t’effraie]
Je te fais peur.

31a.

E-n

mi-ki

kemu-ai

(datif)

1sg-erg

2sg-dat

saliver/avoir.envie-inac

J’ai envie de toi.

31b.

E-n

mia

kemu-ai

(absolutif)

1sg-erg

2sg.abs

saliver/avoir.envie-inac

[litt. Je t’envie]
Je me fâche contre toi.

Causatif/applicatif

40Un applicatif, comme le causatif, augmente la valence verbale, à la différence qu’il promeut un participant oblique (bénéfactif, instrumental, comitatif, etc.) à la fonction d’objet. Le cachinawa dispose d’un morphème applicatif ‑xun qui augmente la valence verbale des seuls verbes transitifs. Avec les intransitifs, le morphème ‑xun a une valeur de locatif centripète, « vers, à » :

32.

Tsau-xun

baxiku-we

Asseoir-centrp.loc

laisser.sur.place-imper

Laisse-le assis ici (vers ce côté-ci) !

41Le verbe intransitif tsau « s’asseoir » peut recevoir le morphème causatif ‑{a}n qui le transitivise : « faire asseoir quelqu’un ». Pour des verbes intransitifs, comme tsau, la présence du causatif confère une valeur de politesse (33b) :

33a.

Mudu

tsau-xu-ki

Mudu.s

s’asseoir-ach-ass

Mudu s’est assis.

33b.

Mudu-n

Tene

tsau-n-xu-ki

Mudu-exant

Tene-ceur

asseoir-causcontr.exant-ach-ass

Tene a fait s’asseoir Mudu (par politesse).

42Examinons deux exemples qui contrastent sur le type de morphème (applicatif/causatif) employé. Avec l’applicatif –xun (34a), Mudu apporte volontiers les affaires de Tene ; avec le causatif –an (34b), Mudu se voit contraint de les lui apporter.

34a.

Mudu-n

Tene

ha-wen

mabu

bi-xun-xu-ki

Mudu-a

Tene.benef

3-gen

affaires.p

apporter-appl-ach-ass

Mudu a apporté à Tene ses affaires pour quelqu’un de sa famille/de son entourage.
(C’est-à-dire, Mudu apporte à Tene les affaires de ce dernier.)

34b.

Mudu-n

Tene

ha-wen

mabu

bi-an-xu-ki

Mudu-ceur

Tene.exant

3-gen

affaires.p

apporter-causcontr.exant-ach-ass

Tene a fait que Mudu lui apporte ses affaires.

43À première vue, l’opérateur ‑an pourrait ressembler à l’applicatif. Cependant, le causatif ‑an montre le sujet causateur comme bénéficiaire d’une action que l’exécutant se voit dans l’obligation de réaliser pour lui, alors que dans une construction avec l’applicatif ‑xun l’exécutant effectue l’action de son plein gré, par politesse, par gentillesse. Les morphèmes causatif ‑an et applicatif ‑xun peuvent être combinés comme l’illustre l’énoncé ci-dessous, où tsau « s’asseoir » s’associe au locatif centripète ‑xun orienté vers le bénéficiaire :

35.

Kuki-dan

depi

ea

tsau-n-xun-we

Panier-top

coin

1sg.benef

asseoir-causcontr.exant-appl-imper

Le panier, mets-le moi dans le coin (je t’en prie) !

44Examinons un ensemble plus complet d’emploi des morphèmes causatif et applicatif. L’énoncé (36b) se distingue de (36a) par la présence de l’applicatif ‑xun associé à un verbe transitif, la construction renvoie l’action au bénéfice de Tene. L’exécutant (marqué du cas ergatif ‑{a/i/e}n) effectue l’action de bonne volonté :

  • 19 Xatxi est une céréale connue des Cachinawa. Ne disposant pas d’information ni sur sa classification (...)

36a.

Mana-n

xatxi hexe19

adu-xu-ki

Mana-a

riz.p

ranger-ach-ass

Mana a rangé le riz.

36b.

Tene

xatxi hexe,

Mana-n

adu-xun-xu-ki

Tene.benef

riz.p

Mana-a

ranger-appl-ach-ass

Mana a rangé le riz pour Tene.

45En (37a), Tene est le sujet causateur et le bénéficiaire de l’action, mais l’exécutant se voit contraint d’effectuer l’action pour des raisons d’ordre social. En (37b), au contraire, la suite morphémique –n‑xun oriente l’action vers le bénéficiaire qui en est également le sujet causateur :

37a.

Mana-n

Tene

xatxi hexe,

adu-n-xu-ki

Mana-exant

Tene.ceur

riz.p

ranger-causcontr.exant-ach-ass

Tene fait (que) Mana lui range le riz.

37b.

Mana

xatxi hexe,

Tene-n

adu-n-xun-xu-ki

Mana-exant

riz.p

Tene.ceur

ranger-causcontr.exant-appl-ach-ass

Tene fait Mana ranger le riz pour lui (Tene, en lui rendant à son retour).

  • 20 Tout comme dans (25b), le patient est représenté par un inanimé et la situation est celle où l’acti (...)

L’énoncé (37b) suggère que Tene était parti laissant ses achats de riz chez Mana (il présente la même configuration sémantique que (36b)). Avec l’opérateur causatif ‑{a}n, l’énonciateur exprime que Mana range le riz pour son beau-frère, Tene, à qui il le rendra à son retour, mais il n’a pas l’autorisation ou la permission explicite pour ce faire20. L’applicatif ‑xun associé à un verbe transitif, comme adu‑ « ranger qqch. », suggère que le bénéficiaire de l’action est le causateur en personne.

46Avec un verbe ditransitif, ‑xun indique que l’action est orientée vers un bénéficiaire autre que le bénéficiaire apparent dans l’énoncé (Tene en (38c)). Ce quatrième actant n’est pas explicitement mentionné. Celui-ci serait l’intermédiaire de l’action réalisée au bénéfice de quelqu’un de l’entourage, notamment la famille nucléaire :

38a.

Mana-n

Tene-n

mabu

be-xu-ki

Mana-a

Tene-gen

affaires.p

apporter-ach-ass

Mana a apporté des affaires de Tene.

38b.

Mana-n

Tene

ha-wen

mabu

be-xun-xu-ki

Mana-a

Tene-dat

3sg-gen

affaires.p

apporter-appl-ach-ass

Mana a apporté des affaires à Tene (qui les transmettra à son bénéficiaire qui est qqn de la famille de Tene).

38c.

Mana-n

Tene

ha-wen

mabu

Mana-exant

Tene-ceur

3sg-gen

affaires.p

    

be-an-xun-xu-ki

apporter-causcontr.exant-appl-ach-ass

    

Tene s’est fait apporter des affaires (destinées à qqn de sa famille) par Mana.

47L’applicatif ‑xun peut suivre également le causatif ‑ma afin d’orienter l’action vers le bénéficiaire qui est sujet causateur (39b) :

39a.

Madia-n

ea

mitu

be-xun-kin.

Madia-a

1sg.dat

gibier.p

rapporter-appl-ass

Maria me rapporte du gibier.

39b.

Madia-n

ea

mitu

be-ma-xun-kin.

Madia-ceur

1sg-exant

gibier.p

rapporter-caus-appl-ass

Je me fais rapporter du gibier par Maria.

  • 21 Avec des verbes trivalents (be- « apporter qqch. à qqn », inan- « donner qqch. à qqn »), la présenc (...)

48Les suites morphémiques du causatif et de l’applicatif –an‑xun et –ma‑xun montrent l’orientation du bénéficiaire. Dans les deux cas, le bénéficiaire est le sujet causateur, cependant avec –an‑xun l’exécutant est contraint de réaliser l’action, alors qu’avec –ma‑xun les deux participants s’accordent quant à la réalisation de l’action21. Nous ne disposons pas dans notre corpus de la suite morphémique man‑xun.

3. Agentivité intrinsèque des énergies des entités-yuxin

49Après avoir exploré certaines marques grammaticales de l’agentivité en cashinawa, nous nous attacherons à la façon dont elles sont employées pour les actions impliquant des humains et des entités surnaturelles. Lorsque les relations actancielles concernent des entités humaines, celles-ci peuvent être aussi bien agentives que patientives. Il n’en est pas toujours de même lorsque ces relations concernent des entités surnaturelles, telles que les yuxin, notamment ceux des morts. Celles-ci sont vues par les Cachinawa comme agentives par nature. Elles maîtrisent les entités humaines ; procédé inéluctablement traduit en langue, soit par le rôle d’agent, indiqué par le cas ergatif dans des constructions transitives simples, soit par le rôle de causateur, analysé plus haut. Toute action effectuée par les yuxin des morts est agentive, impliquant une relation univoque :
« Yuxin des morts est agent affectant »,
« Yuxin des vivants est patient à l’égard des morts, mais agent à l’égard des entités humaines ».

50Dans la littérature concernant les Pano, les anthropologues s’accordent pour dire que le yuxin est lié de façon essentielle à la connaissance, chez les Cachinawa (Keifenheim, 2002 ; Kensinger, 1995 ; McCallum, 1996 ; Lagrou, 2007) ainsi que chez d’autres groupes pano comme les Sharanawa (Déléage, 2009) et les Chacobo (Villar, 2004). Dans le monde des esprits, l’esprit des morts, yuxin, agit sur celui des vivants, bedu yuxin (œil/esprit yuxin, litt. : « yuxin de l’œil »). Ce contrôle est régi par des énergies qui sont intrinsèquement agentives, car elles ont toujours le contrôle de l’action. Ce sont elles qui agissent, affectant des patients.

  • 22 Nixu renvoie aux « forces/énergies de la forêt », alors que niwexu renvoie aux « forces/énergies du (...)

51Les Cachinawa reconnaissent quatre énergies associées aux yuxin : le muka, le pae, le nixu22 et le niwexu. Les deux premières feront l’objet d’une brève analyse dans cet article. Le muka et le pae affectent d’abord le corps de l’individu, affaiblissant son xinan (sa « pensée »), ce qui libère son « principe vital ». Lorsqu’un individu est atteint de l’énergie muka des yuxin, ce sont les yeux que la famille de la victime protège en premier pour que son principe vital reste dans le corps de la victime. Des herbes médicinales sont égouttées dans les yeux de l’individu mukanisé. Celui-ci peut être conscient d’être affecté par le muka et demander à la famille de lui égoutter un remède anti yuxin dans les yeux :

40.

« Ea

betxex-xun-we,

yuxin dau-wen-dan »,

ak-a.

1sg.p

égoutter-appl-imper

yuxin remède-instr-top

dire-acc

« Égoutte-moi avec de l’herbe.yuxin », a-t-il demandé.

  • 23 Quatre espèces de la liane nixi (Banisteriopsis caapi) et des feuilles de la plante kawa « chacrona (...)
  • 24 Les Cachinawa distinguent différents chamanes, dont un nommé huni mukaya (homme/énergie.muka-attrib (...)

52Cette énergie muka assure la maîtrise de l’individu ; celui qui est mukanisé est sous son emprise. L’individu peut également être soumis au yuxin en ingurgitant le jus de la décoction de la liane nixi avec la feuille kawa23. Cette boisson agit sur l’individu, lui permettant d’accéder à la communication avec des yuxin et de se rendre dans leur monde. L’accès à l’énergie muka est involontaire, alors que celui à l’énergie pae, au contraire, est volontaire : l’individu va vers elle afin d’atteindre le monde des morts. Ces deux énergies font partie intégrante de la vie cachinawa : l’énergie pae se manifeste au travers de la boisson nixi pae. L’énergie muka est dégagée par des yuxin, attachés soit aux humains soit aux animaux morts. Le chamane, entité vivante, est quant à lui affecté par le muka24 ; il est mukanisé. Afin de mieux appréhender la nature des intentions que l’individu prête aux forces de la nature, nous présentons brièvement le cosmos où l’interaction entre morts et vivants est dynamique et dépasse les frontières spatiales. Après cette description, nous nous attacherons à explorer l’agentivité des entités-yuxin au travers de l’action de leurs énergies.

Des énergies puissantes et agentives

53Les Cachinawa conçoivent l’existence d’éléments intrinsèquement agentifs. Pour eux, les entités-yuxin des morts, manifestées par leur énergie, sont agentives. Ces énergies permettent à l’individu vivant d’accéder à l’au-delà. Le yuxin se sert de son muka pour chasser ; dès qu’il trouve sa proie-humaine, il injecte dans le corps de celle-ci son énergie, amollissant sa proie, ce qui lui permet de la maîtriser25. Quelquefois, le yuxin de l’individu ne revient pas dans son corps. Les entités humaines, pourvues d’un corps charnel (yuda), demeurent sous contrôle des yuxin-esprits. Dans une hiérarchie des entités, celles des morts affecteraient les vivants et non le contraire. L’entité dépourvue de cette énergie est sous une condition patientive face aux actions de ces énergies, susceptible d’être soumise à son effet à n’importe quel moment ou lieu, y compris dans la maison.

  • 26 La plupart du lexique cachinawa est polycatégoriel : des noms, des adjectifs peuvent occuper la têt (...)

54Le muka serait une substance énergisante propre aux yuxin. Ceux-ci l’injectent dans le corps des humains afin de les amener dans leur monde, ce qui permet aux individus mukanisés d’entrer en communication avec le monde des yuxin. Pae est l’énergie exhalée par cette substance. Si pae est une énergie des yuxin dégagée par des végétaux, muka est une énergie qui émane du corps des yuxin. Si un humain a une certaine maîtrise sur pae, du fait qu’il peut choisir d’ingérer ou non la boisson nixi pae qui l’amène au contact avec les yuxin, il n’a aucun pouvoir de contrôle sur le muka, l’amer de la boisson qui dégage l’énergie pae. Une fois atteinte par le muka, l’individu est sous l’emprise des yuxin. Cette relation d’assujettissement des entités humaines par rapport aux entités-yuxin est reflétée dans la langue, soit par le lexique soit par la grammaire. Le premier est représenté ici par les termes désignant pae et muka, le second par les constructions causatives analysées ci-dessus. Les termes pae et muka sont des prédicats verbo-nominaux pouvant occuper la tête d’un syntagme nominal ou verbal et recevoir tous les suffixes verbaux (aspect-temps, mode, nombre, etc.26).

L’énergie muka

55Le muka désigne une substance fondamentale formant et animant l’univers et la vie des yuxin. C’est l’énergie par excellence des yuxin. Ceux-ci l’injectent dans le corps des humains et les imprègnent ainsi de leur force d’action. Grâce à leur muka, l’individu affecté peut accéder à l’au-delà en développant sa perception auditive et/ou visuelle, ce qui lui permet d’établir des contacts avec les yuxin et le rend apte au chamanisme. L’individu affecté par cette énergie est d’ailleurs désigné en cachinawa par des termes équivalents à mukanisé ou yuxinisé. Dans le monde des morts, un tel individu peut se trouver impuissant à se libérer des yuxin des morts lorsqu’il ne les connaît pas. Dans ces situations, des yuxin de la famille décédée lui portent secours. L’énoncé ci-dessous illustre la réaction de ces derniers à l’égard des yuxin qui souhaitent amener le mukanisé en des lieux à éviter dans le monde des morts : les trous dans la terre ou les cachettes faites avec des paniers. En (41), les yuxin de la famille décédée interpellent ceux qui sont méconnus afin que ceux-ci ne fassent aucun mal au mukanisé de leur famille. La construction causative est exprimée par le suffixe ‑{a}n indiquant que l’exécutant est contraint de réaliser l’action : il accompagne les yuxin méconnus (voire « méchants ») contre son gré.

41.

Ea-dan

(ø/yuxin)

haska

wa-n-kan-ai.

1sg-exant-top

(3sg/yuxin.ceur)

ainsi

faire-causcontr.exant-pl.ceur-inac

    

Hene-kan-we,

ha-tu

wa-a.

(03.45)

abandonner-pl-imper,

3-indf

faire-acc

    

« C’est ça ce qu’ils me font faire (en disant :) ! Laissez-le ! » (dit le yuxin de la famille décédée au yuxin méchant).

56Avant d’arriver au monde des morts, l’individu, homme ou femme, serait susceptible d’être sous l’emprise d’un yuxin des morts et de son énergie. Les Cachinawa relatent que le yuxin injecte (invisiblement) son énergie dans le corps du vivant, transformant sa perception visuelle et auditive. Le vivant acquiert la capacité de voir le monde des yuxin et tous ceux qui y habitent. À partir du moment où l’individu est atteint du muka, il voit le yuxin de sa famille proche (nabi kayabi) décédée, comme celui de son kuka (beau-père pour un homme et fils pour une femme), ou de son hutxi (frère aîné, grand-père paternel). Ce sont des membres de la famille proche qui aident l’individu mukanisé à retrouver son corps charnel et à revenir dans le monde des vivants :

42.

Haska

wa-a

mawa

daka-ken,

ha-wen

nabi

kayabi,

ainsi

faire-acc

mourir

allonger-s≠a

3sg-gen

famille.proche

véritable

    

ha-wen

kuka-menkain,

ha-wen

nabi

kayabi,

3sg-gen

kuka-inter.mod

3sg-gen

famille.proche

véritable

    

ha-wen

hutxi-n

besten

wa-mis-bu

kiaki.

3sg-gen

kuka-a

réveiller

faire-hab-pl

disc.rapp

    

C’est ainsi que ça se passe : il meurt et (c’est) sa famille proche, soit son kuka, soit son hutxi, par exemple, qui le fait se réveiller (dans le monde des vivants), dit-on.

  • 27 Le huni mukaya, dont le corps est mukanisé, sert de truchement entre les entités des deux mondes : (...)

57Lorsque l’individu arrive à son village d’un pas lent, un membre de sa famille touche immédiatement son corps afin de constater son apathie, qui est signe de la présence du muka. Celui-ci doit être extrait du corps de l’individu atteint, afin qu’il ne s’y développe pas. Dans le cas contraire, l’individu commence à communiquer avec tous les yuxin, développant ainsi chez l’individu mukanisé l’aptitude à devenir un huni mukaya27 :

43.

muka

bene-i,

muka

ewa-i

yuxin

hantxa-i

Muka.s

développer-pres

muka.s

grandir-pres

yuxin.dat

parler-inf

    

tae-iki,

ha-wen

yuda

medan

muka

bene-i

keyu-tan,

débuter-med

3-gen

corps

dedans

muka.s

développer-inf

tout-p=a

    

yuxin-be

hantxa-i

tae-mis-bu-ki.

yuxin-soc

parler-inf

débuter-hab-pl-ass

    

Le muka se développe, il grandit (dans le corps du mukanisé), il (le mukanisé) commence à parler avec des yuxin.

58Le muka agit sur le corps et provoque des modifications. L’une des premières est celle de la salive, grâce à laquelle la personne yuxinisée peut parler avec tous les yuxin et écouter tous les défunts de sa famille. L’individu subit le muka et seule l’intervention d’autres yuxin (par l’intermédiaire du huni mukaya) peut le faire sortir de cet état contrôlé par l’énergie agentive. Les textes en annexes ne font pas référence directement au muka, mais cette énergie est sous-entendue, car, pour qu’un corps puisse côtoyer des yuxin, ceux-ci lui injectent du muka permettant au mukanisé d’aller dans le monde des entités-yuxin.

59Notons que le lexème muka désigne également « amer » (44) ; saveur attribuée à la substance énergisante muka, d’où la répugnance et la crainte de ce goût.

44.

mexu

mabex

muka-ki

noire

bouillie.s

amer-ass

Le café est amer.

L’introduction du muka s’effectue également par l’amertume énergisante du souffle. Il suffit que quelqu’un souffle sur un produit à ingérer, comme la bouillie, pour que l’amertume y reste, et le muka entre alors dans le corps. L’énoncé ci-dessus illustre cette conduite par une bouillie douteuse par son amertume. Le causateur fait en sorte que l’exécutant souffle dedans (pour que l’amertume imprègne son corps le rendant chamane) :

45.

Mudu-n

ea

muka

wa-n-iki-ki

Mudu-exant

1sg.ceur

amer/muka.p

faire-causcontr.exant-med-ass

Mudu fait du muka pour moi.

L’énoncé (45) contient une construction causative en ‑{a}n, exprimant que l’exécutant se trouve dépourvu de contrôle d’action. La présence du médiatif ‑iki indique que l’énonciateur ne prend pas en charge ce qu’il énonce. Le causateur ea « moi » agit sur l’exécutant, Mudu, qui effectue l’action consistant à « faire du muka » pour le causateur, ce qui littéralement correspondrait à « Je lui fais faire du muka pour moi. » Mudu est une entité vivante et le muka est une substance énergisante des yuxin. Cette manipulation résulte vraisemblablement de l’intervention d’un yuxin. Qui pourrait être ce yuxin ? Quelqu’un de la famille du sujet causateur. Si celui-ci a un « père.défunt », ce serait probablement lui le causateur absent. La lecture des Cachinawa serait donc la suivante : « quelqu’un dit que le yuxin du père défunt du causateur a, par l’intermédiaire de ce dernier, agi sur Mudu pour que celui-ci souffle du muka dans la bouillie que boira le causateur, le mukanisant », le plus agentif des causateurs étant le yuxin.

60L’entité-yuxin peut être l’un des actants présents lexicalement. Cependant, comme entité agentive par nature, son rôle d’exécutant n’est pas d’être affecté par le causateur, mais bien d’en être complice. Les énoncés ci-dessous sont des constructions causatives avec l’opérateur ‑man, indiquant que le causateur déclenche une action par inadvertance. Le causateur en (46) est un chamane, huni mukaya, une entité qui négocie avec les yuxin, alors qu’en (47) c’est un yuxin proprement dit qui met en marche l’action. En (46), l’entente se réalise entre le chamane (causateur) et le yuxin (exécutant). En (47), la connivence s’effectue entre une entité humaine (causateur, mia 2sg) et le yuxin :

46.

ø,

Bimi-n

bake-bu

muka-man-ø-iki-ki,

3sg.exant

Bimi-gen

descendant-pl

mukaniser-causcontr.ceur-3sg-med-ass

    

huni mukaya-tu-n-dan

huni mukaya-indf-ceur-top

    

[Il a fait injecter du muka aux enfants de Bimi, l’un des chamanes/huni mukaya]
L’un des chamanes a fait injecter du muka aux enfants de Bimi.

47.

Yuxin-in,

mi-n

haibu

pe

hiwe-bia-ken,

mia

yuxin-exant,

2sg.gen

partenaire.s

bien

vivre-conj-a≠a,

2sg.ceur

    

muka-man-xu-ki

mukaniser-causcontr.ceur-ach-ass

    

Ton ami vit bien, (grâce à ton intervention auprès d’)un yuxin (pour que celui-ci) lui injecte du muka.

Dans les deux cas, la relation s’effectue entre deux entités mukanisées : l’entité-yuxin et l’entité humaine mukanisée. La relation entre le causateur et l’exécutant est hiérarchisée, un mukanisé est toujours plus agentif qu’un non-mukanisé. En (47), il ne s’agit pas d’un exécutant involontaire, cette hiérarchie est ici neutralisée, bien qu’il y ait un causateur déclencheur de l’action, affectant un yuxin qui la réalise de bon gré.

L’énergie pae

61Le pae est l’énergie intrinsèque de la boisson hallucinogène nixi pae, connue sous le nom d’ayahuasca. Elle permet à l’individu d’accéder au monde des yuxin. Sa consommation peut résulter de motivations diverses : distraction (la possibilité de rencontrer de belles femmes), contact familial (la nostalgie des défunts de la famille), recherche de soins curatifs (demander à des yuxin comment guérir un malade). Les paroles des chants sont des agents affectant l’homme qui est sous l’effet de l’énergie de la boisson. Elles agissent par l’intermédiaire des « chanteurs d’ayahuasca », yuan. Selon les textes, les paroles contrôlent l’évolution de l’énergie chez l’individu. Les paroles des chants, immuables, servent à appeler cette énergie ainsi qu’à la contrôler. La force de cette verbalisation performative conduit l’individu aux yuxin et lui permet de contrôler l’énergie qui agit sur lui.

62Examinons quelques emplois du lexème pae dans la langue. Bien qu’il se trouve en tête d’énoncé, en (48), le syntagme nominal nixi pae (liane.nixi/énergie) est l’objet syntaxique marqué du cas absolutif. Le syntagme nominal représentant l’agent reçoit le cas ergatif ‑{a}n :

48.

nixi pae,

huni-n

ak-a-ki

nixi pae.p

homme-a

boire-acc-ass

De l’ayahuasca, l’homme en a bu.

Dans le syntagme nominal, on se réfère à la boisson, non à l’énergie qui en émane. Cette dernière apparaît dans le syntagme verbal. Le lexème pae occupe la tête du syntagme verbal, recevant des suffixes verbaux. L’énoncé ci-dessous décrit une situation dans laquelle un individu est affecté par le muka, qui ne peut être injecté que par un yuxin ou un chamane (huni mukaya). Des membres de la famille proche de l’individu mukanisé viennent à son secours et l’aident à retrouver le chemin du retour vers son domicile. Lorsque la famille du chasseur mukanisé le voit s’approcher d’un pas nonchalant, elle l’allonge dans un hamac où il tombe comme mort, sans énergie :

49.

disi-n

ø

ain-a,

ø

daka-ai,

hamac-loc

3sg.s

mettre-acc

3sg.s

(s’)allonger-inac

    

ø

pae-a-ma

3sg.s

paeniser-acc-neg

    

[litt. Il est mis dans le hamac, il est allongé, il n’est pas paenisé]
Il est mis dans le hamac. Il s’allonge sans énergie.

L’agent n’est pas représenté lexicalement : la première proposition suggère que des membres de sa famille l’ont mis dans le hamac. La deuxième proposition exprime que le mukanisé y est allongé. La troisième, caractérisée par le prédicat verbo-nominal pae, indique que l’individu est dépourvu d’énergie. Observons que, dans ce contexte, les Cachinawa emploient pae comme synonyme de muka pour désigner « énergie vitale ». Ici, l’individu est dépourvu de son énergie car son bedu yuxin « principe vital » n’est pas encore revenu dans son corps.

63Dans une construction causative, un yuxin, normalement le causateur de l’action, peut également être l’exécutant, lorsqu’il y a de la complicité entre lui et une entité mukanisée. Sa présence lexicale n’est pas nécessaire ; l’entité est évoquée par les lexèmes désignateurs de son énergie, muka. Il en est de même avec pae. C’est le cas en (50), où le yuxin-causateur est exprimé par la liane nixi, car l’esprit-yuxin se manifeste par la liane nixi, permettant à celui qui la boit d’accéder aux yuxin :

50.

e-n

nixi

pae-n-ai

1sg-exant

liane.nixi.ceur

paeniser-causcontr.exant-inac

[litt. La liane.nixi me fait paeniser]
J’ai des hallucinations.

64Dans un syntagme verbal, pae est toujours suivi par le causatif ‑{a}n exprimant que l’exécutant est contraint de réaliser une action contre son gré. L’énoncé (50) évoque une prise involontaire de la boisson. Ce qui indique que l’absorption de la boisson est motivée par un causateur et que celui-ci est un yuxin. Si on examine les énoncés ci-dessous, on observe que les actants se placent différemment s’il s’agit d’un pronom (de 1re et 2e personne du singulier et du pluriel) ou d’un nom.

51a.

e-n

ø

pae-n-a-ki

1sg-exant

3sg.ceur

paeniser-causcontr.exant-acc-ass

[litt. Le yuxin/l’énergie de la boisson m’a fait m’enivrer]
Je suis ivre.

  • 28 Dans cette construction, la traduction française par un réfléchi est appropriée parce que le causat (...)

51b.

ø

Mudu

pae-n-a-ki

3sg.exant

Mudu-ceur

paeniser-causcontr.exant-acc-ass

[litt. Mudu a fait intervenir le yuxin pour le paeniser]
Mudu (s’)est enivré28.

En (51a), le causateur (yuxin) affecte l’exécutant (pronom personnel de 1re personne, en) pour qu’il effectue l’action de s’énergiser (par la boisson) et vienne ainsi vers lui (le yuxin). Cet énoncé suggère que, pour un Cachinawa, l’action de boire de l’ayahuasca résulte d’une invitation ou d’une incitation.

65Le référent désigné par le nom peut jouer un rôle de causateur dans cette construction. Il ne s’agit pas de n’importe quel nom. Le nom propre, Mudu, peut commuter avec le nom huni « homme » qui désigne également ayahuasca. Huni causateur signifie qu’il affecte l’exécutant, l’enivrant et le menant vers son monde :

52a.

ø

huni

pae-n-a-ki

3sg.exant

ayahuasca.ceur

paeniser-causcontr.exant-acc-ass

[litt. L’ayahuasca lui a fait énergiser]
Il (s’)est enivré.

Ce lexème conserve le sens d’ayahuasca lorsqu’il est objet du verbe boire :

52b.

ø

huni

ak-ai

3sg.a

ayahuasca.p

boire-inac

[litt. « Il ayahuasque »]
Il boit de l’ayahuasca.

66L’énoncé (53) est un extrait du récit 3. Il fait mention d’une mort par noyade. Celle-ci n’est pas une conséquence directe d’un corps pris par l’énergie du pae. En effet, si c’était le cas, le corps de la victime n’échapperait aux attaques ni des poissons tutu ni des crustacés, comme l’énoncé l’explique :

53.

pae-n-a

inun

pae-n-a-ma,

hene-n

énergiser-causcontr.exant-acc

et

paeniser-causcontr.exant-acc-neg

fleuve-loc

    

hasa-kain-a

xantxu-n

inun

tutu-n

pi-a,

(03.29)

noyer-centrf.sg-acc

crabe-a

et

tutu.poisson-a

manger-acc

    

Énergisé ou non (avec l’ayahuasca), la personne qui se noie dans le fleuve est mangée par des crabes ainsi que par le poisson tutu.

  • 29 Xia désigne les boissons alcoolisées qui présentent la même force énergétique incontrôlable du pae.

67Une personne qui meurt, que ce soit ou non sous l’effet de l’énergie pae (ayahuasca, alcool29), par noyade par exemple, garde l’aspect corporel dans lequel elle est décédée : celui d’un corps « abîmé d’avoir été mangé » par des poissons et crustacés. Ce qui se passe avec l’exécutant semblerait être en dehors de son contrôle, et être dû au fait d’avoir sombré dans l’ébriété. Pour les Cachinawa, une noyade, un décès est toujours attribué aux yuxin parce que le corps humain (yuda) est sous l’emprise des énergies des yuxin qui emportent son principe vital au monde des morts, permettant d’accéder aux yuxin qui sont dans le monde céleste, le nai udi inka anu (ciel/là/inka/abl).

  • 30 Dans le monde cachinawa, ainsi que dans d’autres sociétés amérindiennes, la maladie est provoquée p (...)

68Le tableau 9 illustre les derniers exemples concernant l’agentivité intrinsèque. Les exemples sélectionnés laissent entendre que lorsqu’un nom comme pae « énergie pae » est verbalisé par le suffixe ‑n dans paen « énergiser/paeniser », il exprime que « celui qui effectue l’action la subit ». Prenons l’exemple de la nivrée effectuée avec la liane axa. L’agent, ie le poisson, qui boit le jus toxique de l’axa s’intoxique ; il est lui-même affecté par la toxine de l’axa qui agit sur l’entité qui la boit. En ce qui concerne les herbes médicinales, dau, considérées des anti-yuxin, elles agissent sur celui qui les absorbe. Ainsi, l’agent exécutant est le « poison » qui affecte un patient, le poisson en (54a) et le yuxin du malade30 en (54b) (tableau 9) au bénéfice du causateur : celui qui a utilisé la liane axa pour avoir des poissons (54a) et celui qui a bu de l’infusion, le malade. Le terme nominal donne le sens d’« agir sur soi-même » ; sans intervention du suffixe de la voix réfléchie au sein du syntagme verbal.

tableau 9 – Des noms verbalisés par le causatif ‑{a}n

nom

verbalisation avec ‑n

valeur sémantique

54a. axa « liane toxique »

> axan « intoxiquer avec de la liane axa »
« s’intoxiquer »

Celui qui boit le jus d’axa est atteint par la toxicité.

54b. dau « remède »

> daun « guérir avec des herbes »
« se guérir »

Celui qui boit de l’infusion ou qui utilise le dau guérit.

54c. pae « énergie »

> paen « énergiser avec du pae/paeniser »
« se rendre ivre »

Celui qui boit des breuvages amers est atteint par le pae.

Ces quelques exemples suggèrent que la verbalisation d’un nom avec le suffixe ‑{a}n exprime que celui qui effectue l’action est sous l’emprise ou la direction d’un sujet causateur.

*

* *

  • 31 Il ne s’agit ici que d’une relation entre yuxin des morts et yuxin des vivants. Il se peut que dans (...)

69L’analyse de cet ensemble d’énoncés du cachinawa a eu pour but d’expliciter les dimensions sémantiques véhiculées par certains des morphèmes lexicaux (pae, muka) et grammaticaux (‑ma, ‑{a}n, ‑man) de cette langue. Les exemples étudiés montrent que le traitement morphologique casuel ne suffit pas à caractériser l’agentivité, en particulier les opérateurs causatifs ne traduisent pas uniquement une relation entre le causateur et l’exécutant, ils expriment également des notions telles que l’intention et la permissivité. Les exemples illustrent que l’entité humaine est agentive ou patientive, alors que l’entité-yuxin des morts est intrinsèquement agentive dans sa relation avec l’entité-yuxin des vivants ; elle ne joue pas le rôle de patient31. Elle détient la maîtrise de l’action, le rôle d’agent, porteur d’intention et de connivence mais jamais affectée par un autre agent. Hiérarchiquement, elle occupe la place la plus haute de l’agentivité. L’entité-yuxin est un agent prototypique, car il est caractérisé par l’ensemble des dimensions sémantiques de l’agentivité. Celles-ci se retrouvent dans les constructions causatives qui présentent une morphosyntaxe particulière. Chacun des trois opérateurs causatifs exprime une relation de cause à effet entre le causateur et l’exécutant, à savoir :
a) le causatif prototypique ‑ma. Le sujet causateur agit sur l’exécutant qui effectue volontiers l’action ;
b) le causatif bénéfactif {a}n. Le sujet causateur agit sur l’exécutant qui effectue l’action contre son gré. Cette action a le causateur comme récipiendaire/bénéficiaire du procès verbal ;
c) le causatif adversatif man. Le sujet causateur déclenche une action sans intention ce qui laisse de la marge à l’exécutant pour contrôler la situation et effectuer l’action à son propre bénéfice. L’action est déclenchée soit par inadvertance du causateur, soit parce que celui-ci est démuni de tout contrôle.
Les entités-yuxin (des humains et des non-humains) couvrent la sphère des entités qui peuplent le cosmos. La relation que les Cachinawa entretiennent avec elles met en évidence leur manière de conceptualiser l’agentivité.. Les propriétés agentives de ces entités en relation aux entités-humaines sont révélées dans la morphosyntaxe de la langue qui associe des faits de culture et des faits de langue.

Haut de page

Bibliographie

Camargo, Eliane
2003 Classes lexicales : frontières peu tranchées en caxinaua, Faits de langues, 21 : 25-39 [n° thématique : J. Landaburu et Fr. Queixalós (éd.), Méso-Amérique, Caraïbes, Amazonie, 2].
2004Manifestações da ergatividade em caxinauá (pano), Liames, 5 : 55-87.
2012
Mandar, constranger e negligenciar : os diferentes papéis semânticos do ator enquanto sujeito causador. Aspectos da causatividade em caxinau. Communication présentée au 54e. Congrès International des Américanistes, Vienne, 15-20 juil. 2012, Symposium 611 : Lenguas indígenas de América. Estudios descriptivos-tipológicos y sus contribuciones para la lingüística teórica.

Déléage, Pierre
2009 Le chant de l’anaconda : l’apprentissage du chamanisme chez les Sharanahua (Amazonie occidentale) (Nanterre, Société d’ethnologie).

Deshayes, Patrick et Keifenheim, Barbara
1994 Penser l’Autre : chez les Indiens Huni Kuin de l’Amazonie (Paris, L’Harmattan).

Fleck, David W.
2003Causation in Matses (Panoan, Amazonian Peru), in M. Shibatani (éd), The grammar of causation and interpersonal manipulation (Amsterdam et Philadelphie, John Benjamins) : 373-415 [Typological studies in language, 48].

Keifenheim, Barbara
2002 Suicide « à la Kashinawa », le désir de l’au-delà ou la séduction olfactive et auditive par les esprits des morts, Journal de la Société des américanistes, 88 : 91-110.

Kensinger, Kenneth
1995How real people ought to live : The Cashinahua of Eastern Peru (Prospect Heights, Waveland Press).

Lagrou, Elsje
2007A fluidez da forma : arte, alteridade e agência em uma sociedade amazônica (Kaxinawa, Acre) (Rio de Janeiro, TopBooks).

McCallum, Cecilia
1996Morte e Pessoa entre os kaxinawa, Mana, 2 (2) : 49-84.

Villar, Diego
2004La noción de yoshini entre los chacobo de Bolivia : una interpretación, in M. S. Cipolletti (éd.), Los mundos de abajo y los mundos de arriba. Individuo y sociedad en las tierras bajas, en los Andes y más allá (Quito, Abya Yala) [Tomo en homenaje a Gebhard Baer en su 70 cumpleaños].

Haut de page

Annexe

Abréviations

abs

absolutif

acc

aspect accompli (associé au verbe)

accf

accusatif (associé à un pronom)

ach

achevé

appl

applicatif

asp

aspect

ass

assertif

benef

bénéfactif

+bon gre

de bon gré

bon gre

de mauvais gré

caus

causatif

centrf.pl

mouvement centrifuge au pluriel

centrf.pl.cont

mouvement centrifuge au pluriel, continuatif

centrf.sg

mouvement centrifuge au singulier

centrp.loc

mouvement centripète locatif

centrp.pl

mouvement centripète au pluriel

centrp.pl.cont

mouvement centripète au pluriel, continuatif

centrp.sg

mouvement centripète au singulier

ceur

causateur

conj

conjonction (mais)

+consent

avec consentement

consent

sans consentement

+contr

avoir le contrôle de l’action

+contr.ceur

action sous le contrôle du causateur

+contr.exant

action sous le contrôle de l’exécutant

contr

dépourvu du contrôle de l’action

contr.ceur

causateur sans contrôle de l’action

contr.exant

exécutant sans contrôle de l’action

dat

datif

dem

démonstratif

disc.rapp

discours rapporté

erg

ergatif

exant

exécutant

final

finalité

foc

focalisateur

gen

génitif

hab

aspect habituel

imm

immédiatif

imper

impératif

inac

inaccompli

indf

indéfini (pronom)

inf

infinitif

instr

instrumental

+intent

avec intention

intent

sans intention

inter.mod

interrogatif modalisé

intr

intransitif

litt.

littéralement

loc

locatif

med

médiatif

mouv

mouvement

neg

négatif

+perm

avec permission

perm

sans permission

pl

pluriel

pres

présent

pse

passé

sg

singulier

soc

sociatif

str

sujet d’un verbe transitif

svintr

substitut verbal intransitif

top

topicalisateur

a

agent d’un prédicat transitif

s

sujet d’un prédicat intransitif

p

patient d’un prédicat transitif

a=a

Agent de la principale et de la subordonnée

p=a

Patient de la principale est Agent de la subordonnée

p=p

Patient de la principale et de la subordonnée

p=s

Patient de la principale est actant unique de la subordonnée

s≠a

Actant Unique de la principale différent de l’Agent de la subordonnée

a≠a

Agent de la principale différent de l’Agent de la subordonnée

s≠p

Actant Unique de la principale différent du Patient de la subordonnée

Haut de page

Document annexe

  • Annexes (application/pdf – 251k)
Haut de page

Notes

1 Les textes présentés ont été élaborés dans le cadre du Projet de documentation de la culture et de la langue cachinawa (2006-2010), financé par le programme DoBeS de la Fondation Volkswagen, dans une convention entre LESC-CNRS et MPI-EVA de Leipzig. Cf. http://www.mpi.nl/DOBES/projects/cashinahua. Tous mes remerciements à Anne-Gaël Bilhaut, Aurore Monod Becquelin, Bernard Comrie, Laurent Fontaine, Michel de Fornel, Philippe Erikson et Valentina Vapnarsky pour les commentaires et suggestions fructueuses apportés à cette étude ainsi qu’aux auteurs des textes en langue vernaculaire et des dessins, Alberto Roque Toribio, Noeda Puricho et Texerino Kirino Capitán. Marcelino Piñedo nous a infatigablement parlé de sa culture et du monde des yuxin. Aldemir Mateus, du fleuve Humaitá, nous a fourni des renseignements précieux sur l’interprétation cachinawa des effets de l’ayahuasca. Qu’ils reçoivent également mes remerciements.

2 Les Cachinawa s’autodénomment huni kuin « Homme kuin ». Cette autodénomination, avec des variations phonétiques, est commune à plusieurs groupes panos. Le terme kuin désigne la « fumée » et renvoie, métaphoriquement, au tabac, comme le suggère le mythe Kue pama miyui « Histoire du fruit pama (Quiina florida, Fam. Quiinaceae) » qui raconte l’origine du groupe comme provenant du tabac. Dans le groupe nominal huni kuin, ce terme, relevant du système catégoriel cachinawa, a la fonction d’épithète et devient, dans ce contexte, intraduisible (cf. Deshayes et Keifenheim, 1994 ; Kensinger, 1995). Selon la situation de communication, kuin exprime le « Soi » d’un individu ou d’un groupe d’individus, d’une famille ou des familles, des villageois d’une communauté ou des villageois des différentes communautés cachinawa et, selon la situation d’énonciation, il peut regrouper différents groupes pano ou non pano, ayant à l’esprit son alter. Celui-ci peut être un non-kuin, kuinma (kuin-ma, kuin-négation), ou, selon la situation, l’alter le plus extérieur : nawa, l’étranger, l’inka, le Blanc.

3 Depuis 2006, Mudu et Xane sont des collaborateurs actifs du programme de documentation cachinawa (DoBeS).

4 Cf. Camargo, 2004.

5 Il est à noter que, selon la situation énonciative, cette forme pronominale, ha, peut apparaître dans un rôle soit anaphorique soit cataphorique.

6 L’occlusive sonore /d/ en position intervocalique se prononce [r], comme un flap.

7 Ces numérations renvoient aux récits cachinawa qui se trouvent en annexes. La première case décimale renvoie au numéro du récit (de 1 à 5), la seconde renvoie au numéro de l’énoncé.

8 Ce morphème casuel présente une allomorphie, motivée par des contraintes morpho-phonologique : ‑n s’associe à un nom à noyau syllabique, en syllabe finale (huni‑n), ‑an s’associe à un mot à coda syllabique, ayant les voyelles /a/, /e/ et /u/ comme noyau : kamanan « chien » ; amenan « cabiai » ; samum‑an « abeille » (sp.) ; la variante ‑in s’associe à un mot à coda syllabique, dont le noyau est représenté par la voyelle /i/ : yaix‑in « tatou » (gén., sp.), et ‑en peut s’associer à un mot à coda syllabique, dont le noyau est représenté par la voyelle /e/ suivi de la consonne /n/ : yuxin‑in ou yuxinen.

9 Lexème dérivationnel formé avec le lexème non autonome da- « éloigner » et ‑xunun « apparaître vite et disparaître aussitôt », désigne « apparaître rapidement et disparaître aussitôt sans s’éloigner de son corps ».

10 Dans cet énoncé, le suffixe ‑en associé à ain « épouse », ainen, pourrait laisser entendre qu’il s’agit d’un agent, mais le verbe de la proposition est un intransitif, daxunun (« s’éloigner et revenir vite vers son corps/qqn »). Dans ce contexte, le yuxin, l’actant unique, part et revient rapidement chez sa femme, à ses côtés, là où elle se trouve, ayant le locatif marqué par le morphème ‑n associé à ha.

11 Ce terme désigne le « caoutchouc », ainsi que la torche fabriquée à partir de son latex, et par extension sémantique « lumière ».

12 Les voix active, réciproque, réflexive et causative sont productives en cachinawa.

13 Les cases blanches indiquent que la valeur est non pertinente.

14 Dans certains cas, l’exécutant ne dispose pas de la permission d’effectuer l’action. Cela se réalise lorsque l’objet est représenté par un élément inanimé, comme l’illustre (27b).

15 Les numéros entre parenthèses correspondent aux énoncés dans lesquels ces verbes se trouvent dans les textes en annexe.

16 Il est à noter que l’opérateur causatif -{a}n s’associe aussi bien à un nom (cf. tabl. 8) qu’à un adjectif tout en les verbalisant. Dans ces deux classes lexicales, la fonction de ce suffixe causatif est d’indiquer que l’exécutant réalise une action au bénéfice du sujet causateur (Camargo, 2012).

17 « The referent of the nominalization (usually inanimate) is one that non-volitionally, indirectly and often mysteriously causes helpless victims to enter some undesirable, enduring state » (Fleck, 2003).

18 Si l’on pouvait confirmer qu’il s’agit d’une fusion morphologique « ma-an », on pourrait poser comme hypothèse que le contrôle exercé par le sujet causateur, aussi bien avec ‑ma qu’avec ‑an, est dans cette coexistence morphologique affaibli, voire annulé.

19 Xatxi est une céréale connue des Cachinawa. Ne disposant pas d’information ni sur sa classification ni sur son nom scientifique, je reporte les informations recueillies auprès du groupe. Celui-ci exprime que le riz ressemble à sa graine, hexe, d’où la composition xatxi hexe pour désigner le « riz ».

20 Tout comme dans (25b), le patient est représenté par un inanimé et la situation est celle où l’action de l’exécutant ne relève que de sa responsabilité, le causateur n’étant pas au courant de l’action que l’exécutant effectue avec ses affaires : « ranger ses affaires » en (34b) et « ranger son (sac) de riz » en (36b).

21 Avec des verbes trivalents (be- « apporter qqch. à qqn », inan- « donner qqch. à qqn »), la présence de l’applicatif oriente le bénéfice vers un membre/ou des membres de la famille du sujet causateur qui ne sont pas explicites dans l’énoncé, le bénéficiaire n’est pas apparent lexicalement.

22 Nixu renvoie aux « forces/énergies de la forêt », alors que niwexu renvoie aux « forces/énergies du vent ». Notons que chacun de ces termes est composé par la base nominale à laquelle l’énergie est attribuée : ni « forêt » dans nixu, et niwe « vent » dans niwexu.

23 Quatre espèces de la liane nixi (Banisteriopsis caapi) et des feuilles de la plante kawa « chacrona » (Psycotria Viridis), contenant du DMT, sont utilisées dans la préparation de ce breuvage hallucinogène.

24 Les Cachinawa distinguent différents chamanes, dont un nommé huni mukaya (homme/énergie.muka-attribut « homme à qui la propriété du muka est attribuée »). L’individu atteint par le muka est susceptible d’être en communication avec le monde des yuxin et de négocier avec ces derniers, notamment le retour du principe vital dans son enveloppe charnelle.

25 Cf. Deshayes dans ce volume.

26 La plupart du lexique cachinawa est polycatégoriel : des noms, des adjectifs peuvent occuper la tête d’un syntagme verbal, comme l’illustrent muka et pae (Camargo, 2003).

27 Le huni mukaya, dont le corps est mukanisé, sert de truchement entre les entités des deux mondes : le terrestre et le céleste. La définition proposée par Villar (2004 : 191) pour les Chacobo est compatible avec celle que l’on peut donner pour les Cachinawa : « [Personaje] que trasciende las categoriás, que vive en un mundo fluido y por ello “ve” las cosas con mayor profundidad y agudeza (personnage qui transcende les catégories, qui vit dans un monde fluide et pour cela “voit” les choses avec plus de profondeur et d’acuité). »

28 Dans cette construction, la traduction française par un réfléchi est appropriée parce que le causateur déclenche une action qui s’effectue sur lui.

29 Xia désigne les boissons alcoolisées qui présentent la même force énergétique incontrôlable du pae.

30 Dans le monde cachinawa, ainsi que dans d’autres sociétés amérindiennes, la maladie est provoquée par des entités extérieures, par des yuxin qui envahissent le corps et affaiblissent le yuxin du vivant. L’infusion d’herbes médicinales sert à combattre le yuxin extérieur afin de redonner de l’énergie au yuxin du vivant, c’est-à-dire de la personne malade.

31 Il ne s’agit ici que d’une relation entre yuxin des morts et yuxin des vivants. Il se peut que dans une relation entretenue entre yuxin des morts, les attributions d’agentivité et de patientivité soient différentes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eliane Camargo, « Agentivité grammaticale et agentivité intrinsèque », Ateliers d'anthropologie [En ligne], 39 | 2013, mis en ligne le 20 décembre 2013, consulté le 26 juin 2017. URL : http://ateliers.revues.org/9251 ; DOI : 10.4000/ateliers.9251

Haut de page

Auteur

Eliane Camargo

Chercheur associé, Centre EREA du LESC (UMR 7186, université Paris Ouest Nanterre La Défense/CNRS)
camargo@vjf.cnrs.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org