Navigation – Plan du site

Limites politiques et barrières sociales dans le monde maya classique

Réflexions à partir de quelques expériences archéologiques
Political Limits and Social Barriers in the Classic Maya World: Reflections Based on a Few Archaeological Experiences
Dominique Michelet

Résumés

L’archéologie des Basses Terres mayas à l’époque classique est riche de données susceptibles de nous renseigner sur plusieurs types de « frontières » sociopolitiques. Si la question des limites territoriales des entités politiques du monde classique constitue, depuis les années 1970, un objectif tout à fait conscient de la recherche, bien d’autres éléments des partitionnements sociopolitiques existent, mais ils n’ont pas reçu, le plus souvent, l’attention qu’ils méritent. L’examen de quelques informations, empruntées aux résultats de projets de recherche collective récents, indique que les démarcations formelles plus ou moins minces durent être rares, qu’il y aurait même eu peu de bornages explicites et que les seuils étaient dotés d’une épaisseur certaine, leur franchissement obéissant à des codes précis et/ou impliquant des comportements ritualisés.

Haut de page

Texte intégral

Préliminaires

1Le terme ou concept de « frontière » retenu par le GERM en 2009-2010 comme sujet d’étude de ses ateliers pluridisciplinaires consacrés au monde maya, passé et présent, doit s’entendre dans le sens que le dictionnaire TLFI1 considère comme figuré, ou large : « limite, point de séparation entre choses différentes ou opposées ». Le sens premier donné au mot par le même ouvrage de référence « Limite qui, naturellement, détermine l’étendue d’un territoire ou qui, par convention, sépare deux États » est, pour sa part, inscrit dans un registre politique strict, plus conforme, d’ailleurs, aux premiers usages historiques attestés du terme et enregistrés par le Centre national des ressources textuelles et lexicales2 : la frontière, c’est en effet d’abord le « front d’une armée », puis une « place fortifiée faisant face à l’ennemi ». Dans ces circonstances, le titre choisi pour les lignes qui suivent évite de façon délibérée le mot « frontière » et associe des synonymes de celui-ci à deux des champs au sein desquels des partitionnements ont pu/dû exister dans les sociétés que l’archéologie cherche à restituer, c’est-à-dire à comprendre. Dans cette présentation, il s’agira surtout de réunir, en les assortissant de brefs commentaires, quelques-unes des données au départ forcément matérielles, puisque archéologiques, qui ont été découvertes au cours de projets développés depuis plus de deux décennies par des équipes françaises et qui ont trait à ce que l’on peut également désigner comme des formes de segmentation politique ou sociale chez les Mayas de l’époque classique (300-900 apr. J.-C.).

  • 3 Comme le rappelle Taladoire (1998), en s’appuyant sur plusieurs auteurs, en américain au moins, le (...)
  • 4 Qui s’opposent malgré tout sur un point, frontier étant conçu comme « ouvert », tandis que boundary(...)

2En introduction à un volume collectif spécialisé sur la thématique dont on s’occupe ici, Green et Perlman (1995 : 3-13) justifient le double titre du livre qu’ils coordonnent (The archaeology of frontiers and boundaries) et exposent également quelques notions générales dont il n’est pas mauvais de se pénétrer à ce stade. En anglais comme en français, frontier renvoie à « front » et désigne donc la partie d’un tout, d’un territoire par exemple, qui fait face à un autre ; à ce titre, les études de frontières s’intéressent aux bordures, aux périphéries, des entités politiques notamment, mais, plus généralement aussi, des groupes sociaux, et à ce qui les caractérise3. L’anglais dispose, par ailleurs, du mot boundary. Ce mot dérive du terme bound, qui se traduit par « marque » ou « borne ». Or, sans qu’il soit besoin d’évoquer la, semble-t-il, fausse étymologie qui voudrait rapprocher boundary de to bind (« attacher, lier »), Green et Perlman constatent que les recherches consacrées aux boundaries s’intéressent, elles, de façon systématique aux interactions qui se jouent sur les bordures des systèmes ou des unités sociopolitiques. Ainsi, frontier et boundary4 renverraient à deux points de vue distincts et complémentaires d’une même réalité. Toute limite, qu’elle soit d’ordre politique ou sociale, sépare certes, mais aussi met en contact, et tout ce qui concerne la limite d’un groupe ou d’un espace culturel donné ne vaut pas seulement pour ce qui est compris dans le périmètre dessiné par cette limite (l’intérieur du groupe ou du territoire) ; c’est plutôt, et en fait toujours, la rencontre d’un intérieur avec un extérieur, l’expérimentation d’une altérité. Dans les registres politiques et sociaux que l’archéologie tente d’aborder par les vestiges matériels qui informent sur ceux-ci ou sont susceptibles de le faire, l’étude des limites politiques ou des barrières sociales concerne donc forcément la rencontre d’une identité avec une altérité.

3Comme Green et Perlman le font finalement aussi observer, l’archéologie a une pratique, aujourd’hui bien établie, d’analyse des agencements spatiaux (patterns) qui est riche d’enseignements sur les organisations et les segmentations sociopolitiques. Ainsi, les structures de l’habitat ou certains dispositifs architecturaux sont effectivement des éléments, en général bien conservés, qui sont sources d’informations sur certaines « frontières » à tel ou tel moment de l’échelle temporelle. Mais la compréhension profonde des limites, quelles qu’elles soient, pétrifiées dans ces catégories de vestiges, implique que l’on connaisse aussi la façon ou les processus selon lesquels les agencements qui permettent de les inférer ont été mis en place. Aux images des « patterns », qui ne sont d’ailleurs qu’illusoirement statiques, il convient donc de superposer, autant que faire se peut, une vision dynamique des choses, parfois seule capable de fournir les clés d’interprétation des organisations observées. Il reste enfin à admettre justement que, dans l’enquête archéologique, à la différence de l’ethnographique, les reconstitutions de limites auxquelles on procède (démarche etic), en dépit des indices matériels retrouvés — qui, eux, découlent bien de l’activité des populations étudiées —, restent, la plupart du temps, le fait des seuls observateurs-interprètes du passé que sont les archéologues ; qu’elles peuvent donc être loin des réalités initiales anciennes et, plus encore, de la pratique qu’en avaient les acteurs qui les instituèrent. Il faut ainsi admettre d’emblée que les limites politiques et les barrières sociales qui parcouraient le monde maya classique sont difficiles d’accès, déjà dans leur stricte matérialité, et, plus encore bien sûr, dans la représentation que s’en faisaient les Mayas d’alors, eux-mêmes, et dans l’expérience (ou la praxis) qu’ils en avaient (point de vue emic).
 

4Depuis le tournant des années 1950-1960, l’archéologie du monde maya classique a acquis progressivement des éléments — factuels, instrumentaux et théoriques — qui lui ont permis de tenter d’approcher quelques-unes des réalités spatio-politiques et spatio-sociales de cette civilisation et d’aborder notamment les questions des organisations politiques (Marcus, 1993) et des limites des entités qui ont vu le jour dans ce domaine, ainsi que de la structuration-segmentation sociale (Sharer, 1993 ; McAnany, 1993 ; Hendon, 2009 ; Taladoire, sous presse ; cf. aussi Wilk, 1988). Sur le pur plan archéologique, c’est sans conteste au projet de recherche lancé par l’université de Pennsylvanie à Tikal que l’on doit l’émergence des premiers nouveaux paradigmes. La mise sur plan intégrale non seulement du cœur du site, mais de la zone de 16 km2 qui l’englobe (Carr et Hazard, 1961 ; Haviland, 1970) et les travaux sur les structures de l’habitat réalisés dans le centre de l’établissement (Becker, 2003 ; Harrison, 2003 ; Haviland, 2003) et en périphérie (Fry, 2003) ont ouvert la voie à de nombreux développements à partir du cas de cette capitale majeure, de son territoire et de l’organisation interne de sa population.

5Une découverte qui fit grand bruit à son époque fut assurément celle des ouvrages d’art qui, sous forme de fossés associés à des levées de terre, évoquaient, sinon un imposant système défensif, au moins une délimitation de territoire : de fait, un aménagement de ce type se situe à 4,6 km au nord du centre de l’établissement, tandis qu’une autre branche, comparable, fut identifiée à 8,8 km au sud-est du même centre. Quoique n’écartant pas la possibilité d’appréhender le territoire de Tikal par d’autres méthodes (cf., en particulier, sa publication de 1974, où il cherche à délimiter les aires contrôlées respectivement par Tikal et Uaxactun en s’intéressant aux variations dans les densités des structures résidentielles qui parsèment l’espace), Puleston, à qui l’on doit surtout la découverte des fossés (Puleston et Callender, 1967), extrapola ce qui avait été réellement trouvé pour avancer l’idée d’une zone nucléaire de Tikal de 120 km2 parfaitement circonscrite, à l’est et à l’ouest, par des bajos(marécages saisonniers) et, au sud et au nord, par des fossés-levées complets (fig. 1a et 1b ; Puleston, 1983). Ainsi, l’entité politique peut-être la plus importante des Basses Terres centrales classiques, son cœur urbain, mais aussi une large périphérie résidentielle et agricole auraient pu être strictement délimités, à des fins supposées, à l’époque, défensives. L’existence de limites politico-territoriales de ce type ne fut pourtant jamais identifiée par la suite à aucun autre endroit — on ne saurait en effet confondre un système discriminant une large surface avec des dispositifs défensifs, parfois morphologiquement proches, mais qui ne circonscrivent que de strictes cités comme Becan (fig. 2), parmi un certain nombre d’autres : cf. Webster, 1976 et 1980 ; Arredondo, 2011. La reconstruction des limites, en principe fortement matérialisées, du « Grand Tikal » influença tout de même peu ou prou l’image que l’on se faisait des « frontières » politiques et/ou territoriales en pays maya classique ou, du moins, de certaines d’entre elles. Mais la réévaluation récente et approfondie des aménagements qui passaient pour avoir démarqué Tikal (Webster et al., 2007) change désormais la donne : elle montre en effet notamment qu’au sud le fossé continu tel que l’imaginait Puleston, en fait, n’avait pas existé ; à l’inverse, d’autres tronçons discontinus ont été retrouvés, à la fois à l’intérieur de la surface des 120 km2 (au sud-est) et aussi, assez loin à l’extérieur de celle-ci, à l’ouest (fig. 1c). Certaines des hypothèses avancées naguère doivent donc être sérieusement révisées. Les ouvrages détectés, qui apparaissent aujourd’hui incomplets, ne constituent pas la fortification réelle d’un territoire. D’où l’obligation de repenser le thème des limites de ce qui fut pris pour l’hinterland du site, puisque les fossés-levées ne protègent pas efficacement le secteur (sauf sans doute au nord). Pour sa part, l’extension de 120 km2 donnée à l’hinterland de la cité s’avère également être plus un artefact de la recherche qu’une réalité. Un modèle — d’une forme d’ailleurs quasi unique, on l’a vu — de limite spatio-politique, que l’on croyait présent à Tikal jusqu’à une date récente, est ainsi remis en cause. Est-ce à dire qu’il n’y eut pas de systèmes concrets délimitant les entités politiques diverses qui ont existé dans les Basses Terres mayas du Classique, voire pas d’espaces ou de territoires (nettement délimités) leur correspondant ?

fig. 1 – Les fosses-levées de terres autour de Tikal : a/ les éléments découverts et publiés par Puleston et Callender Jr. (1967) ; b/ l’extrapolation proposée par Puleston (1983) ; c/ les réalités après vérification (d’après Webster et al., 2007), en clair la zone des 120 km2 de Puleston

fig. 2 – Le site de Becan, comme un certain nombre d’autres centres, est pourvu d’un système défensif intégral qui le délimite (dessin de Pedro R. Dozal in Gendrop, 1983, d’après David F. Potter)

  • 5 De fait, elles comptent plus que les territoires.
  • 6 L’exercice développé dans les pages qui suivent se situe donc délibérément dans une perspective des (...)

6Des cartes de territoires du monde maya classique ont été produites depuis au moins les années 1970. Mais celle qui a eu la plus large reconnaissance est celle que Peter Mathews (1991) a mise au point et qui est censée évoquer l’organisation politique dans les Basses Terres en 790 de notre ère (ou 9.18.0.0.0 dans le système maya d’enregistrement du temps dit du « Compte long » ; fig. 3). Le fondement de cette cartographie s’appuie sur la répartition des lieux connus pour disposer, à cette date, d’un glyphe-emblème, c’est-à-dire, croit-on généralement et non sans raison, d’une identité politique et, partant, d’une certaine fraction d’autonomie. Les lignes de démarcation spatiale qui apparaissent sur la carte produite ont, quant à elles, été établies sous forme de polygones, en partie inspirés de la méthode de Thiessen — utilisée au départ par la géographie —, selon laquelle les limites entre centres plus ou moins équivalents hiérarchiquement peuvent, et même doivent, être pensées, théoriquement en tout cas, comme situées à équidistance entre eux. La carte obtenue a eu pour mérite d’illustrer la très vraisemblable grande complexité de l’organisation politique des Basses Terres mayas du Classique, une complexité longtemps sous-estimée. En revanche, dans la façon dont elle partitionne l’espace, elle n’est pas sans défaut, ni danger. Reconnaissons d’abord que les polygones ainsi obtenus sont, par nature même, des constructions fausses et constituent à peine des approximations. Mais leur définition graphique linéaire est, elle aussi, à mettre en cause. De fait, elle renvoie à la manière dont les frontières des États-nations modernes ou des unités administratives subcontemporaines du monde occidental ont été conçues, mises en place et peuvent effectivement être représentées. Mais, à ce jour, rien n’indique que les limites des entités politiques du monde maya classique, dont, par ailleurs, le moins mauvais analogue est peut-être la Cité-État de la Méditerranée ancienne (Grube, 2000), aient eu une parenté avec la frontière-ligne de démarcation. Le système de l’altepetl (Hirth, 2003), qui prévalait dans le Mexique central peu avant la Conquête, met au centre de ce qui définit ce type d’entité autant, sinon plus, la population que le territoire. Si ce système a une quelconque profondeur historique et une certaine validité pan-mésoaméricaine — ce qui reste toutefois à démontrer —, peut-être est-ce une raison supplémentaire pour penser que les limites politico-territoriales dans le monde maya classique, si elles ont existé, ne peuvent, en aucun cas, être assimilées à des lignes discriminant dans toutes les directions l’espace rattachable à un centre donné. En définitive, le rôle essentiel joué par les populations5 dans la définition du système de l’altepetl, rôle qui pourrait avoir été également important dans le fonctionnement des entités mayas du Classique, impose qu’une enquête sur les limites de celles-ci déborde le seul champ politico-territorial et s’intéresse aussi aux organisations sociales6.

fig. 3 – Carte de délimitation des entités politiques dans les Basses Terres mayas en 790 apr. J.-C. (d’après Mathews, 1991)

Limites politiques et barrières sociales à travers les prismes de quelques expériences de recherche

7Dans les paragraphes suivants, on souhaite seulement inventorier et commenter brièvement une partie de ce que l’on a pu entrevoir, mais, parfois aussi, tenter d’analyser tout à fait explicitement, en matière de limites politiques et de barrières sociales au cours de plusieurs programmes de recherche récents, le plus souvent collectifs. Ces indices et ces observations ne font évidemment pas système, mais ils peuvent alimenter une base de données et susciter la réflexion, point de départ de la mise au point, à terme, de clés de lecture plus globale des faits enregistrés.

Leçons choisies du Puuc

  • 7 Cf. Michelet, Becquelin et Arnauld, 2000.
  • 8 Pour une utilisation de points de ce genre à une époque postérieure, cf. Okoshi, 2010, mais il ne s (...)

8L’étude7 d’une portion de la région puuc occidentale entre 1986 et 1991 a concerné un espace de taille réduite : un arc de cercle orienté grosso modo ouest - sud-est, d’à peine plus de 5 km d’extension et le long duquel se trouvent trois établissements principaux, Xculoc, Xcochkax et Chunhuhub (fig. 4). Ces sites semblent bel et bien avoir plus ou moins coexisté sous la forme où ils apparaissent de nos jours peu avant l’abandon du secteur, c’est-à-dire avant le milieu du xe siècle de notre ère. Même si Xculoc contient quelques éléments (notamment un terrain de jeu de balle) que ne possèdent pas les deux autres, les trois centres disposent chacun, à ce moment-là, d’un édifice à la fois résidentiel et politique majeur, ce qui laisse penser qu’ils ont été des sièges de pouvoir contemporains plus ou moins équivalents et autonomes (Michelet et Becquelin, 1995 ; Michelet, 2002). La prospection par transect qui a été réalisée entre les trois établissements avait pour but, en particulier, de tenter de repérer des signes qui auraient pu manifester des limites des territoires contrôlés par chacun, ce pour disposer d’une autre image que celle générée par la méthode des polygones de Thiessen mise en œuvre dans la région du Puuc oriental par Dunning (1992). Mais rien de tel n’a vraiment été relevé, pas même à vrai dire des changements notables et évocateurs dans les densités des habitats intersites. L’ensemble de maisons dénommé Kalak’uitz, localisé à peu près à mi-chemin entre Xculoc et Xcochkax et qui pourrait avoir fonctionné avec le groupe Chumbeek-est, distant de moins de 200 m (une unité cérémonielle standard isolée, avec un petit soubassement pyramidal), paraît ainsi représenter le début du développement d’un futur nouveau site, sur un lieu a priori plus ou moins libre ou, à tout le moins, non revendiqué par l’un des deux centres voisins au point de bloquer le processus de développement d’un nouveau centre. Des limites territoriales anthropiques, matérialisées d’une manière ou d’une autre, n’ayant pas été décelées, on peut évidemment se demander si des bornages d’une autre nature n’auraient pas pu être mobilisés, par exemple des points « remarquables » de l’environnement8. Ajoutons encore qu’il n’est pas exclu que le recours à des limites de territoires ait été, d’une façon générale, ici comme ailleurs, d’abord fonction du degré de tension dans l’occupation des terres (agricoles surtout, bien sûr), la fondation de Kalak’uitz-Chumbeek témoignant peut-être justement plutôt d’une tension réduite.

fig. 4 – La microrégion de Xculoc et les établissements qui y ont été étudiés (Michelet et al., 2000 : fig. 1.1)

9La région puuc et la microrégion de Xculoc, en particulier, ne sont pas, malgré tout, entièrement dépourvues de dispositifs de séparation ou, à l’inverse, de mise en relation entre entités, cela toutefois le plus souvent à d’autres niveaux que celui des territoires. Ainsi, Sabloff et Tourtellot (1991) suggèrent que des monticules pseudo-pyramidaux de pierres amorphes relativement volumineux (de grands chich), répartis en bordure du site de Sayil, pourraient avoir servi à délimiter l’espace propre de l’établissement, voire peut-être à l’inscrire dans un espace sacralisé, surtout si des rituels étaient pratiqués à ces endroits. Sayil est un centre au demeurant parcouru, du nord au sud, par une longue chaussée qui relie des édifices palatiaux situés à chaque extrémité de cette chaussée avec la (les) zone(s) publique(s) et communautaire(s), cérémonielle(s), localisée(s), elle(s), dans la partie centrale. Le bord nord de Xculoc lui-même possède, à l’instar d’autres sites du Puuc (Kabah, Labna), un arc voûté qui marque l’entrée principale, sinon la seule, du centre du lieu : il se trouve à l’extrémité d’une chaussée unissant ce centre à un groupe résidentiel situé plus au nord et isolé, et il se situe au sommet d’une éminence dont la pente nord fut pourvue d’un escalier. Les accès aux sites puuc, du moins à certains d’entre eux, et à leur centre spécialement, comportent donc bien des lieux d’entrée, de passage, plus ou moins aménagés, qui comptent, voire qui auraient toujours compté, même là où ils ne sont pas reconnaissables. L’enjeu de ces accès construits aurait été l’affirmation de l’identité politico-résidentielle de la communauté formée par les habitants du site, une communauté accessible sous conditions, pas forcément économiques (sur le modèle des octrois), ni même seulement politiques.

10Sur un autre plan, le projet Xculoc a aussi permis de découvrir, dans les trois sites principaux étudiés ainsi qu’à Chumbeek-est (cf. supra et fig. 5), des systèmes de places fermées à vocation très probablement religieuse que l’on a qualifiés de « polygones cérémoniels » (Michelet et Becquelin, 1995). Ces espaces, à la fois sans doute capitaux et à l’accès parfaitement restreint, existent aussi ailleurs dans la région puuc (à Sayil justement), mais ils n’ont pas fait l’objet d’observations particulières, y compris de la part de ceux qui les mirent sur plan. D’après les exemples de la zone de Xculoc, on peut estimer qu’ils sont cernés architecturalement, peut-être non pas tant pour que leur fréquentation soit réservée à quelques individus au statut particulier (des spécialistes des rituels, avant tout), mais parce qu’ils constituent le cœur même de la communauté et le lieu qui la fonde (c’est ce que semble manifester Chumbeek-est) : un lieu doté d’ailleurs, en son centre, d’un autel et d’une colonne, axis mundi local. Le contrôle (ou la fermeture) de l’espace serait affaire, ici aussi, d’identité et d’identification. Car à l’espace identitaire par excellence pourraient n’avoir eu accès que ceux qui auraient été ou se seraient identifiés.

fig. 5 – Polygones cérémoniels : a/Chumbeek-est ; b/unité 9a de Xcochkax-centre (d’après Michelet et al., 2000)

11Sur le sujet finalement des barrières sociales dans les établissements enregistrés et analysés, l’examen des plans de sites montre nettement que ceux-ci sont constitués systématiquement de peu de bâtiments individuels isolés, mais, le plus souvent, de groupements de structures (conjuntos), bien discriminés par leur localisation sur des affleurements rocheux retouchés en plates-formes ou par l’aménagement, autour d’eux, de murs de délimitation, de contentions de terrasses ou de plates-formes. Ces ensembles, de composition qualitative et quantitative fluctuante, et dont le nombre d’occupants varie des quelques membres d’une seule famille nucléaire à des groupes sociaux beaucoup plus importants et peut-être pas forcément toujours apparentés, partitionnent certes les populations locales en unités de corésidence distinctes aux statuts sociaux et aux ressources économiques incontestablement divers ; mais les essais de catégorisation des habitats des sites principaux par rangs n’ont pas été, à ce jour, très probants, en dépit des écarts séparant les extrêmes (Becquelin, 2006). S’il a existé dans ces trois sites, un temps durant au moins, des familles dirigeantes qui revendiquèrent une place bien à part, ce que le recours à l’iconographie de la royauté sacrée illustre à Xculoc et Xcochkax, les autres unités d’habitat forment plutôt un continuum, des plus aisées aux plus humbles. Le lissage apparent de la courbe des différences entre les habitats (courbe qui a été construite d’après les énergies investies dans l’édification des bâtiments) pourrait certainement être modifié par de nouvelles analyses. Il reste que les indices de barrières sociales hermétiques sont rares ou inexistants (familles dirigeantes mises à part) : un constat qui s’accommode plutôt bien avec des formes d’organisation lignagère. La mise en évidence, à une date récente (Becquelin, Michelet et Benavides, 2011), d’une possible structuration du site de Xcalumkin en deux moitiés à l’époque pré-puuc (650-715 apr. J.-C.) représente enfin une autre forme de segmentation sociale — dualiste donc —, rarement évoquée dans le monde maya classique jusqu’à présent (cf. cependant Bazy, 2010 et Tourtellot et al., 2003), mais peut-être pas aussi exceptionnelle qu’il n’y paraît.

Balamku et ses alentours

12Les travaux effectués à Balamku (Becquelin et al., 2005) ont porté principalement sur un des trois groupes monumentaux du cœur du site, le Groupe Sud, ainsi que sur une zone d’une quarantaine d’hectares tout autour. Ce groupe, qui fut quasi certainement le premier du site à abriter (avant 500 apr. J.-C.) la famille des dirigeants qui parvinrent, localement, à se proclamer rois et à instituer le culte de leurs ancêtres (D5-10 fut leur résidence, D5-5 leur temple-pyramide), ne totalise pourtant pas plus d’une douzaine de bâtiments (fig. 6) ; encore faut-il préciser que l’édification et l’occupation de ces structures se succédèrent dans le temps, ce qui, du même coup, réduit plus encore le nombre des édifices en usage à chaque étape de l’histoire. On comprend donc que les recherches réalisées sur ce groupe et sur sa périphérie immédiate, quoique riches d’enseignements, n’aient pas fourni beaucoup de matière susceptible a priori d’alimenter nos réflexions sur la question des limites sociales et politiques. À l’apogée du secteur, au Classique ancien, c’est-à-dire au temps des débuts de la royauté locale, deux observations peuvent malgré tout être faites.

fig. 6 – Le Groupe Sud de Balamku avec, en grisé, les édifices du Classique ancien (dessin D. Michelet, Projet Balamku dr)

13Quoique constituant alors (vers 350-500 apr. J.-C.) le cœur du site, le Groupe Sud paraît n’avoir compris, fondamentalement, que quatre édifices. D’une part, le temple-pyramide principal (D5-5) et la résidence royale (D5-10), l’un et l’autre ayant connu plus d’une phase de construction et chacun ouvrant sur une place distincte, mais reliées entre elles par un système d’emmarchement. D’autre part, située à quelques dizaines de mètres à l’est-nord-est et en contrebas des places principales, une autre paire d’édifices, similaires mais beaucoup plus modestes : D5-6bis — ce qui reste d’une résidence ou, plutôt surtout, de sa plate-forme basale — et o11 — un petit soubassement tronco-pyramidal qui faisait face à D5-6bis et au sommet duquel aucun reste de superstructure n’était conservé. Ce doublon, il est vrai fortement inégalitaire, de paires de bâtiments qui concentrent tout le pouvoir des familles de rang supérieur (la structure résidentielle pour les vivants, le temple-pyramide pour les morts), évoque, ou bien un système bicéphale, ou bien, plutôt, une distinction du type aîné-cadet. On remarquera que l’une et l’autre famille (ou branche de famille) sont disposées dans l’espace de façon à la fois proche mais aussi éloignée, puisque les orientations des bâtiments leur permettaient pratiquement de pouvoir s’ignorer. Des barrières (matérialisées par les différences de niveaux et les orientations) ont donc bel et bien existé entre ces unités, quoiqu’il faille, dans le même temps, les considérer comme liées entre elles, socialement (relations de parenté ?) autant que spatialement (du fait, malgré tout, de leur proximité).

14La deuxième observation qui vaut d’être faite ici est relative au sort des bâtiments du Classique ancien (et surtout de D5-5) lorsqu’ils furent abandonnés (vers 500 de notre ère) et que le centre du site se déplaça d’environ 200 m plus au nord, à la suite, peut-être, d’un changement dynastique. Le premier temple-pyramide construit, lieu d’inhumation des ancêtres royaux (sans doute divinisés), fit l’objet en effet d’un enfouissement partiel particulièrement soigné. Celui-ci affecta toute la partie supérieure de la pyramide à partir du palier médian et, naturellement, tout le temple ultime. Contrairement à ce que l’on avait d’abord envisagé avant la fouille, le recouvrement de D5-5 n’eut apparemment pas pour objectif de préparer l’édification, par-dessus celui-ci, d’un nouveau bâtiment de même nature, plus grand. Il s’agissait plutôt, semble-t-il, de soustraire le premier édifice de la réalité politique et idéologique, tout en le mettant sans doute à l’abri d’éventuelles profanations (du saccage des sépultures des premiers ancêtres royaux, tout particulièrement). Ce qui paraît donc avoir été en jeu, quels qu’aient été les auteurs de l’ouvrage (membres ou proches de la première lignée royale, ou bien successeurs et adversaires de celle-ci), c’est le pouvoir, pas seulement symbolique, mais aussi sans doute effectif, du lieu. Dès une date ancienne, il arrivait ainsi que l’on bâtit des obstacles (ou édifiât des barrières) pour protéger des reliques, mais aussi, et peut-être surtout, pour se protéger de la puissance dont elles étaient porteuses.

15Un autre aspect des limites, cette fois à nouveau de nature territoriale puisqu’il s’agit de l’espace potentiellement contrôlé par Balamku aux diverses phases de son occupation, a été délibérément abordé dans le cadre du projet de recherche (cf. Nondédéo, 2003). À l’est du site, le centre politique important et plus ou moins autonome le plus proche est Nadzca’an : il est distant de Balamku de 12 kilomètres environ et a connu apparemment les deux mêmes grands épisodes d’apogée : au Classique ancien et à la fin du Classique récent-début du Classique terminal. Une recherche spécifique sur la zone qui s’étend entre les deux établissements et, tout spécialement, sur l’habitat qui s’y trouve (onze ensembles distincts) a été réalisée pour tenter de vérifier si, d’aventure, il n’existerait pas une limite visible entre des secteurs soumis à l’un et/ou à l’autre des deux centres. Pour disposer d’informations adéquates, une bande de terrain de 500 m de large suivant la ligne droite la plus courte entre les deux grands sites a d’abord été prospectée de façon à repérer tous les villages et hameaux se trouvant dans son emprise, et les établissements rencontrés ont été cartographiés. Dans un second temps, un programme de sondages stratigraphiques a également eu lieu qui a permis de dater les occupations des onze groupes d’habitat inventoriés sur la totalité de cette bande de terre. Selon Nondédéo (2003 : 135-136), l’espace étudié peut être divisé en trois parties. Sur les trois kilomètres les plus proches de Balamku, d’un côté, et de Nadzca’an, de l’autre, les ensembles d’habitat présents, et où l’on dénote l’existence de quelques édifices importants, sont clairement reliés aux centres qu’ils avoisinent, et cela sur la totalité de la séquence chronologique. Dans les six kilomètres centraux, en revanche, les sept établissements découverts ne regroupent, eux, que de modestes structures. Avec les albarradas(ou murets de pierre sèche formant enclos) que six d’entre eux comportent, et qui délimitent les unités résidentielles et des terrains attenants ayant pu être utilisés pour diverses activités, dont l’agriculture, il s’agit nettement de sites ruraux. Ces derniers, fondés au Préclassique récent-Classique ancien, ne montrent aucune affinité avec l’un ou l’autre des centres dominants de l’époque. La zone rurale centrale qu’ils définissent paraît ainsi avoir été politiquement neutre et peut-être même assurait-elle une transition/connexion entre les secteurs appartenant plus étroitement à chaque centre : la topographie, d’ailleurs, semble indiquer que c’est par cette zone — non inondable — que pourrait avoir passé le meilleur chemin pour relier les deux sites principaux. L’abandon progressif de cette zone centrale rurale par ses habitants au Classique récent, au profit des secteurs résidentiels situés plus près des cités, a créé un vide qu’on pourrait prendre pour un no man’s land (fig. 7). Pourtant, le dépeuplement constaté n’est pas obligatoirement l’indice de tensions entre les centres de pouvoir et ne traduit donc pas davantage la constitution d’une zone-frontière. Si tel avait été le cas (ce pour quoi justement les arguments manquent), on ne pourrait que constater que la limite politico-territoriale supposée n’a rien d’une ligne de démarcation : ce serait, au contraire, un espace « limitrophe » d’une certaine largeur ou épaisseur. En fait, en lieu et place de signes de démarcation que l’on aurait pu s’attendre à trouver pour délimiter les territoires attachés à chacun des centres et que l’on pourrait imaginer mitoyens, c’est l’absence de tout vestige qui aurait marqué l’émergence de la limite…

fig. 7 – La zone entre Balamku et Nadzca’an au Classique ancien et au Classique récent (d’après Nondédéo, 2003 : fig. 103 et 104)

Rio Bec

  • 9 Cf. par exemple Nondédéo, 2004 ; Nondédéo et al., 2010.

16Si, à Balamku, la problématique des « frontières » n’a été abordée de front que tardivement et par le biais de la question des relations entre ce site et son plus proche voisin d’importance politique comparable (Nadzca’an), la thématique des limites s’est imposée immédiatement avec le projet Rio Bec9 (2002-2010). Présente en fait à des niveaux divers et variés de la recherche qui a été développée à cet endroit, elle ne peut faire l’objet ici que d’une présentation schématique, laquelle tentera de n’oublier aucun aspect essentiel, mais ne peut prétendre qu’à susciter la réflexion.

  • 10 Nondédéo et al., à paraître.

17Considéré dans les années 1980 comme la possible capitale d’une des (huit ?) grandes régions des Basses Terres mayas classiques, Rio Bec est, en fait, un établissement fuyant, atypique, et dont les membres du projet récent ont longtemps pensé qu’il n’avait possédé ni centre bien défini, ni périphérie, ni limites (Nondédéo, 2004). Au moment où le secteur d’étude — 100 km2, au centre desquels 159 hectares furent plus intensivement travaillés — acquit sa personnalité — spécifiquement sur le plan architectural avec le développement du « style » Rio Bec (Gendrop, 1983) entre 550 et 950 apr. J.-C., mais ce ne fut pas qu’une affaire de style —, il n’existait, dans cette portion d’espace, qu’un habitat rural simple et plusieurs dizaines de groupes monumentaux dispersés, de taille globalement assez limitée10 (moins de 10 structures en général par groupe). Cette organisation de l’habitat, qui est bien différente de celle des cités du Petén de la même époque (cf. Arnauld et Michelet 2004), évoque plus une société régie par un système de Maisons qu’une cité-État sous gouvernance royale. Ce n’est, en définitive, qu’à une date récente que la cartographie de la distribution spatiale des groupes monumentaux, après répartition de ceux-ci en classes hiérarchiques — sur la base de plusieurs paramètres combinés —, a commencé à suggérer, d’abord, l’existence de possibles périphéries. Celles-ci ne sont pas discernables par une baisse dans la densité des groupes, mais, plutôt, par la position hiérarchique inférieure que présentent ces derniers à certains endroits : un phénomène observable notamment dans le quadrant nord-est de l’espace des 100 km2 étudiés (fig. 8). La même approche spatio-qualitative des groupes monumentaux a également montré que la section des 159 hectares centraux, où, on le savait d’emblée, se trouve une concentration notable de groupes importants, pouvait effectivement avoir constitué le cœur de quelque chose. Une entité (?) qui, si elle paraît se laisser approcher en partie aujourd’hui, demeure cependant floue, notamment en ce qui concerne ses limites.

fig. 8 – Rio Bec : délimiter un site sans limite ? (d’après Nondédéo et al., à paraître)

18Politiquement, l’entité Rio Bec, s’il en a vraiment existé une, n’a jamais pris l’allure d’une cité, place centrale d’un territoire, qui auraient été, l’une et l’autre, placés sous l’autorité d’une famille royale comme on l’a vu. Et pourtant, les travaux effectués ont permis d’inventorier plusieurs stèles et inscriptions, spécifiquement dans les Groupes II, V, B et à Kajtun (fig. 8). Or, parmi les fragments de textes lisibles, trois glyphes ont l’aspect et occupent la position de glyphes-emblèmes. Ceux-ci sont présents sur des monuments sans date visible, mais ils sont stylistiquement rattachables au Classique récent (la stèle 3 du Groupe V, la 1 du Groupe II, la 1 de Kajtun), et Lacadena (2007) suggère qu’il pourrait s’agir du même : B’olon[i]l Ajaw. Ce glyphe, à connotation politico-territoriale, désignerait l’entité royale dans laquelle une Maison plus puissante et/ou plus ambitieuse que d’autres — sans doute celle dont le centre résidentiel formait le Groupe V — aurait cherché à se transformer et qu’elle aurait tenté d’imposer aux autres, mais sans succès durable. Du point de vue du sujet débattu dans ces pages, il n’est pas anodin de constater que les lieux où l’on a trouvé les glyphes-emblèmes sont, en plus du Groupe V, le Groupe II et Kajtun qui étaient pratiquement abandonnés au Classique récent. Cela paraît suggérer qu’ils demeuraient, sur le plan symbolique, assez puissants (en raison de leur importance passée) pour être choisis comme emplacements d’un marquage spécifique de la part de la Maison qui voulait se faire admettre comme royale. On peut à cet égard, il est vrai, hésiter entre opération de marquage de lieux emblématiques — c’est le cas de le dire ! — ou tentative de captage de la puissance spirituelle et politique de lieux de nature ancestrale, à des fins de légitimation.

19À défaut d’une identité politique claire, même l’existence d’une entité sociale et territoriale Rio Bec, qui correspondrait à un site (c’est-à-dire, en définitive, une communauté) disposant d’un espace bien défini, demeure, comme il a été dit, en suspens. Pourtant, à l’intérieur des secteurs étudiés, les traces de fractionnement abondent. Elles ont été observées au moins à deux niveaux distincts. Dès les premiers travaux archéologiques d’envergure réalisés dans la région (Thomas, 1981), on a su que les anciens habitants du secteur avaient opéré un exceptionnel remodelage des paysages, une opération largement destinée à aménager les terroirs agricoles, tout spécialement par la mise en place de multitudes de terrasses. Au sein des 159 hectares qui ont fait l’objet d’une prospection intégrale dans le cadre du Projet Rio Bec, il est apparu, sans vraie surprise donc, que toute la surface couverte comportait de nombreuses traces d’aménagements, a priori surtout agricoles. Un programme spécifique de recherche (Lemonnier et Vannière, à paraître) a non seulement confirmé les premières observations faites, mais aussi précisé les choses. À Rio Bec, il semble que l’essentiel des ressources alimentaires de la population ait été obtenu par une exploitation agraire de type infield. La production agricole était organisée au niveau de chaque maisonnée ou groupe domestique. Autour de chaque unité résidentielle, il y a un espace d’une extension comprise entre 0,25 et 4 hectares de terres cultivables aménagées, et systématiquement délimitées, soit par des pentes naturelles ou des carrières, soit, surtout, par des talus linéaires qui auraient pu jadis supporter des palissades, les camellones (fig. 9). Cet extrême partitionnement de l’ensemble des terroirs, qui met des limites à chaque unité de production agraire, liée chaque fois à une unité d’habitat, s’expliquerait par le type même d’agriculture pratiquée (intensive et probablement pérenne) et, sans doute également, par la densité de la population, quand bien même celle-ci vivait de façon fondamentalement dispersée.

fig. 9 – Rio Bec : un espace fragmenté (dessin E. Lemonnier sur fond relevé par P. Nondédéo et D. Michelet, Projet Rio Bec dr)

20Dans un autre registre, et s’agissant de tenter de restituer les relations sociales au quotidien dans l’espace des 159 hectares analysés, leur étude s’est appuyée, d’une part, sur les dynamiques des structures de l’habitat — qui peuvent effectivement rendre compte de phénomènes de fission ou d’expulsion et, à l’inverse, d’absorption —, mais aussi sur l’existence de dispositifs architecturaux. Plusieurs d’entre eux s’avèrent en effet avoir servi à organiser ces relations, notamment en instituant des « barrières » sociales. Ainsi les différences de niveaux qui, dans toutes les maisons, des plus modestes aux plus élaborées, sont présentes et règlent la relation visité-visiteur, ce qui a été désigné ailleurs comme principe de la « scène de réception » (Arnauld et Michelet, 2010). Tout se passe comme si, dans toute la société maya locale de l’époque, l’acte de visiter quelqu’un dans son domicile était rythmé, et soigneusement codifié à la fois, par une série de franchissements (fig. 10) : accès au sommet de la plate-forme basale par une simple marche ou tout un escalier, accès au seuil de la porte d’entrée par une autre marche ou un nouvel escalier, passage du seuil et, finalement, station dans l’espace d’accueil, soit très réduit, soit véritable antichambre, mais que le visité domine toujours. Il en coûte donc toujours de parvenir à établir une communication visiteur-visité, et ce n’est jamais l’affaire d’une mince barrière.

fig. 10 – Rio Bec : architecture et relations sociales (dessin N. Latsanopoulos, édifice 7N2, structure principale du Groupe D, Projet Rio Bec dr)


*

* *

21En dépit de leur aspect de patchwork, il n’est pas impossible d’extraire quelques enseignements généraux des pages qui précèdent et dans lesquelles on a surtout cherché à répertorier des cas expérimentaux de rencontres avec la question des « frontières » sociopolitiques, en plusieurs lieux et espaces du monde maya classique. On en retiendra ici trois qui ne sauraient constituer, à ce jour, guère plus que des hypothèses :
– dans les Basses Terres mayas du Classique, les démarcations formelles, et plus ou moins minces (camellones autour des champs ou des unités d’habitation, fossés et talus de protection, voire murailles), ne sont pas légion. Ce type d’ouvrage, qui pourtant existe, n’aurait été adopté que dans des cas exceptionnels « de force majeure » : là où des compétitions vives ou une tension importante s’exerçaient, qu’il se soit agi du domaine foncier ou des relations politiques ;
– dans ce même univers, il semble qu’il ait existé, plus souvent, des limites non marquées par des systèmes de bornage édifiés pour la circonstance, mais plutôt par des repères naturels ou culturels définissant des « frontières » ou zones frontières dotées d’une certaine « épaisseur » ; l’épaisseur dont il est question tient certes au fait que toute limite, comme le rappelle à juste titre Desclés dans le présent numéro, possède a priori invariablement une face interne et une autre externe. Mais il y a plus, et autre chose, dans l’usage que l’on fait ici du mot « épaisseur ». Que l’on pense seulement aux multiples éléments de connexion — et de séparation à la fois — par lesquels devaient passer les visiteurs pour se rendre depuis l’extérieur d’un édifice (de type palatial ou bien plus ordinaire même) jusqu’au personnage (royal, noble ou non) qui les recevaient « en audience » : escaliers divers, espaces et seuils ;
– en tout état de cause, le franchissement de ces dernières paraît s’être inscrit souvent (toujours ?) dans un contexte fortement codifié et ritualisé, car les seuils sont aussi, voire avant tout, des lieux où des forces invisibles mais puissantes auraient été à l’œuvre.

Haut de page

Bibliographie

Arnauld, Marie-Charlotte et Michelet, Dominique
2004 Nature et dynamique des cités mayas,Annales, Histoire, Sciences sociales, 59 (2004/1) : 73-108.
2010 Casas monumentales de Río Bec, raíz del particularismo regional : variantes y variaciones, in A. Monod Becquelin, A. Breton et M. H. Ruz (éd.), Figuras mayas de la diversidad (Mérida, Universidad Nacional Autónoma de México, Centro Peninsular en Humanidades y Ciencias Sociales) : 409-431.

Arredondo, Ernesto
2011 Une perspective sociopolitique de la guerre maya, in J.-C. Meléndez et D. Michelet (éd.), Mayas, de l’aube au crépuscule au Guatemala. Collections nationales du Guatemala (Paris, musée du quai Branly/Somogy) : 71-75.

Bazy, Damien
2010 Relation entre place publique et espaces privés dans les cités mayas des Basses Terres centrales et méridionales du Préclassique au Classique terminal, thèse de doctorat, université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Becker, Marshall J.
2003 Plaza plans at Tikal : A research strategy for inferring social organization and processes of culture change at Lowland Maya sites, inJ. A. Sabloff (éd.), Tikal : Dynasties, foreigners & affairs of State (Santa Fe, School of American Research Press) : 253-280 [School of American Research Advanced Seminar Series].

Becquelin, Pierre
2006 De Xculoc a Xcalumkín : estudio tipológico comparativo de sitios del Puuc occidental, in A. Barrera Rubio et R. Gubler (éd.), Los mayas de ayer y hoy, t. I (Mérida, Gobierno de Yucatan Cultur-Consejo Nacional para las Artes y la Cultura-Instituto Nacional de Antropología e Historia) : 275-285.

Becquelin, Pierre, Michelet, Dominique, Arnauld, Marie-Charlotte, Pereira, Grégory, Pierrebourg, Fabienne de, Taladoire, Éric, Nondédéo, Philippe, Fauvet-Berthelot, Marie-France, Reveles, Javier et Benavides C., Antonio
2005 Balamkú : la historia del sitio vista desde el Grupo Sur y su periferia, in Los Investigadores de la Cultura Maya, 13, t. II (Campeche, Universidad Autónoma de Campeche) : 317-332.

Becquelin, Pierre, Michelet, Dominique et Benavides C., Antonio
2011 ¿Una organización dualista en Xcalumkín antes del inicio del estilo Puuc temprano?, Mexicon, XXXIII (2) : 38-46.

Carr, Robert E. et Hazard, James E.
1961 Maps of the ruins of Tikal, Guatemala (Philadelphie, University Museum, University of Pennsylvania) [Tikal reports, 11].

Dunning, Nicholas P.
1992 Lords of the hills : Classic Maya settlement in the Puuc region, Yucatán, Mexico (Madison, Prehistory Press) [Monographs in World Archaeology, 15].

Fry, Robert E.
2003 The peripheries of Tikal, in J. A. Sabloff (éd.), Tikal : Dynasties, foreigners & affairs of State (Santa Fe, School of American Research Press) : 143-170 [School of American Research Advanced Seminar Series].

Gendrop, Paul
1983 Los estilos Río Bec, Chenes y Puuc en la arquitectura maya (Mexico, Universidad Nacional Autónoma de México, División de estudios de posgrado, Facultad de arquitectura).

Green, Stanton W. et Perlman, Stephen M.
1995 Frontiers, boundaries, and open systems, in S. W. Green et S. M. Perlman (éd.), The archaeology of frontiers and boundaries (New York, Academic Press) : 3-13.

Grube, Nikolai
2000 The City-State of the Maya, in M. H. Hansen (éd.), A comparative study of thirty City-State cultures. An investigation conducted by the Copenhagen Polis Center (Copenhague, Det kongelige danske videnskabernes Selskab) : 547-565 [Historisk-filosofiske Skrifter, 21].

Harrison, Peter D.
2003 The central acropolis, in J. A. Sabloff (éd.), Tikal : Dynasties, foreigners & affairs of State (Santa Fe, School of American Research Press) : 171-206 [School of American Research Advanced Seminar Series].

Haviland, William A.
1970 Tikal, Guatemala and Mesoamerican urbanism, World Archaeology, 2 (2) : 186-198.
2003 Settlement, society and demography at Tikal, in J. A. Sabloff (éd.), Tikal : Dynasties, foreigners & affairs of State (Santa Fe, School of American Research Press) : 111-142 [School of American Research Advanced Seminar Series].

Hendon, Julia A.
2009 Maya home life. Daily practice, politics, and society in Copan, Honduras, in L. R. Manzanilla et C. Chapdelaine (éd.), Domestic life in prehispanic capitals. A study of specialization, hierarchy, and ethnicity (Ann Arbor, University of Michigan, Museum of Anthropology) : 105-129 [Memoirs of the Museum of Anthropology, University of Michigan, 46].

Hirth, Kenneth G.
2003 The Altepetl and urban structure in prehispanic Mesoamerica / El altepetl y la estructura urbana en la Mesoamérica prehispánica, in W. T. Sanders, A. G. Mastache et R. H. Cobean (éd.), Urbanism in Mesoamerica / El Urbanismo en Mesoamérica, vol. 1 (Mexico/University Park, Instituto Nacional de Antropología e Historia/The Pennsylvania State University) : 57-84.

Lacadena Gracía-Gallo, Alfonso
2007 La epigrafía de Río Bec, communication présentée au VIIo Congreso internacional de mayistas, Mérida (8-14 juillet).

Lemonnier, Éva et Vannière, Boris
à paraître Agrarian features, farmsteads and homesteads in the Rio Bec nuclear zone (Mexico), Ancient Mesoamerica.

Marcus, Joyce
1993 Ancient Maya political organization, in J. A. Sabloff et J. S. Henderson (éd.), Lowland Maya civilization in the eighth century A.D. (Washington, D.C., Dumbarton Oaks Research Library and Collection) : 111-183.

Mathews, Peter
1991 Classic Maya emblem gyphs, in T. P. Culbert (éd.), Classic Maya political history. Hieroglyphic and archaeological evidence (Cambridge, Cambridge University Press) : 19-29 [School of American Research advanced seminar series].

McAnany, Patricia
1993 The economics of social power and wealth among eighth-century Maya households, in J. A. Sabloff et J. S. Henderson (éd.), Lowland Maya civilization in the eighth century A.D. (Washington, D.C., Dumbarton Oaks Research Library and Collection) : 65-89.

Michelet, Dominique
2002 Del proyecto Xculoc al proyecto Xcalumkín : interrogantes acerca de la organización política en la zona puuc, Estudios de cultura maya, XXII : 75-86.

Michelet, Dominique et Becquelin, Pierre
1995 Elementos políticos y religiosos de un sector de la región puuc occidental : su identificación e interpretación, in C. Varela T., J. L. Bonor V., et Y. Fernández M. (éd.), Religión y sociedad en el área maya (Madrid, Sociedad española de estudios mayas) : 109-134.

Michelet, Dominique, Becquelin, Pierre et Arnauld, Marie-Charlotte
2000 Mayas del Puuc. Arqueología de la región de Xculoc, Campeche (Mexico, Centre français d’études mexicaines et centraméricaines/Gobierno del Estado de Campeche).

Nondédéo, Philippe
2003 L’évolution des sites mayas du sud de l’État du Campeche, Mexique (Oxford, Archaeopress) [Bar International Series, 1171 ; Paris Monographs in American Archaeology, 12].
2004 ¿Existe el sitio de Río Bec? Nuevos datos sobre el patrón de asentamiento de esta zona arqueológica, in XII Encuentro internacional Los investigadores de la cultura maya, vol. 1 (Campeche, Universidad Autónoma de Campeche) : 54-67.

Nondédéo, Philippe, Patrois, Julie, Lacadena García-Gallo, Alfonso, Arnauld, Marie-Charlotte, Taladoire, Éric et Michelet, Dominique
2010 De la autonomía política y cultural de la provincia de Río Bec, Estudios de cultura maya, XXXVI : 305-334.

Nondédéo, Philippe, Arnauld, Marie-Charlotte et Michelet, Dominique
à paraître Rio Bec settlement patterns and local socio-political organization, Ancient Mesoamerica.

Okoshi Harada, Tsubasa
2010 La formación de las entidades políticas en las Tierras Bajas mayas del Posclásico tardío : una nueva perspectiva, in A. Monod Becquelin, A. Breton et M. H. Ruz (éd.), Figuras mayas de la diversidad (Mérida, Universidad Nacional Autónoma de México, Centro Peninsular en Humanidades y Ciencias Sociales) : 507-536.

Puleston, Dennis
1974 Intersite areas in the vicinity of Tikal and Uaxactun, in N. Hammond (éd.), Mesoamerican archaeology : New approaches (Austin, University of Texas Press) : 303-311.
1983 The settlement survey of Tikal (Philadelphie, University Museum, University of Pennsylvania) [Tikal reports, 13].

Puleston, Dennis et Callender Jr., Donald W.
1967 Defensive earthworks at Tikal, Expedition, 9 (3) : 40-48.

Sabloff, Jeremy A. et Tourtellot III, Gair
1991 The ancient Maya city of Sayi : The mapping of a Puuc region center (Nouvelle-Orléans, Tulane University) [Middle American Institute Research Publication, 60].

Sharer, Robert J.
1993 The social organization of the late classic Maya : Problems of definition and approaches, in J. A. Sabloff et J. S. Henderson (éd.), Lowland Maya civilization in the eighth century A.D. (Washington, D.C., Dumbarton Oaks Research Library and Collection) : 91-109.

Taladoire, Éric
1998 El Centro-Norte como frontera del Occidente, in Antropología e historia del Occidente de México, XXIV Mesa Redonda de la SMA, vol. II (Mexico, Sociedad Mexicana de Antropología) : 891-908.
sous presse El territorio y patrón de asentamiento de Toniná, in Memoria de la Sexta Mesa Redonda de Palenque (Mexico, Instituto Nacional de Antropología e Historia).

Thomas Jr., Prentice M.
1981 Prehistoric Maya settlement patterns at Becan, Campeche (Nouvelle-Orléans, Tulane University) [Middle American Institute Research Publication, 45].

Tourtellot III, Gair, Estrada Belli, Francisco, Rose, John J. et Hammond, Norman
2003 Late classic Maya heterarchy, hierarchy, and landscape at La Milpa, Belize, in V. L. Scarborough, F. Valdez Jr. et N. Dunning (éd.), Heterarchy, political economy, and the ancient Maya : The three rivers region of the East-Central Yucatan Peninsula (Tucson, University of Arizona Press) : 37-51.

Webster, David
1976 Defensive earthworks at Becan, Campeche, Mexico (Nouvelle-Orléans, Tulane University) [Middle American Institute Research Publication, 41].
1980 Spatial bounding and settlement history at three walled Northern Maya sites, American Antiquity, 45 (4) : 834-844.

Webster, David et al.
2007 The great Tikal earthwork revisited, Journal of Field Archaeology, 32 (1) : 41-64.

Wilk, Richard R.
1988 Maya household organization : Evidence and analogies, in R. R. Wilk et W. Ashmore (éd.), Household and community in the Mesoamerican past (Albuquerque, University of New Mexico Press) : 135-151.

Haut de page

Notes

1 Trésor de la langue française informatisé, http://atilf.atilf.fr/tlf.htm, consulté le 14/06/2010.

2 http://www.cnrtl.fr/etymologie/frontiere, consulté le 14/06/2010.

3 Comme le rappelle Taladoire (1998), en s’appuyant sur plusieurs auteurs, en américain au moins, le terme frontier renvoie à quelque chose de dynamique, non figé : c’est, par exemple, un front de colonisation, perméable et en mouvement.

4 Qui s’opposent malgré tout sur un point, frontier étant conçu comme « ouvert », tandis que boundary implique le bornage, la mise en place de limites.

5 De fait, elles comptent plus que les territoires.

6 L’exercice développé dans les pages qui suivent se situe donc délibérément dans une perspective descriptive et analytique, mais concrète, en quête de réalités spatiales, de sens supposé politique ou social, telles qu’elles ont pu exister dans le monde maya classique. Cette perspective est dans la ligne de celle suivie souvent en géographie humaine et s’inscrit également dans ce que l’on pourrait appeler une « archéo-anthropographie » des rapports sociaux. Ce point de vue n’est évidemment pas radicalement imperméable aux ouvertures que propose une approche abstraite comme celle que J.-P. Desclés met en avant dans ce numéro. Toutefois l’applicabilité de sa propre lecture des frontières au domaine maya ancien et surtout à la façon dont les populations concernées pensaient celles-ci reste entièrement à prouver.

7 Cf. Michelet, Becquelin et Arnauld, 2000.

8 Pour une utilisation de points de ce genre à une époque postérieure, cf. Okoshi, 2010, mais il ne s’agit évidemment pas là d’une spécificité maya.

9 Cf. par exemple Nondédéo, 2004 ; Nondédéo et al., 2010.

10 Nondédéo et al., à paraître.

Haut de page

Table des illustrations

Légende fig. 1 – Les fosses-levées de terres autour de Tikal : a/ les éléments découverts et publiés par Puleston et Callender Jr. (1967) ; b/ l’extrapolation proposée par Puleston (1983) ; c/ les réalités après vérification (d’après Webster et al., 2007), en clair la zone des 120 km2 de Puleston
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9207/img-1.png
Fichier image/png, 820k
Légende fig. 2 – Le site de Becan, comme un certain nombre d’autres centres, est pourvu d’un système défensif intégral qui le délimite (dessin de Pedro R. Dozal in Gendrop, 1983, d’après David F. Potter)
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9207/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 520k
Légende fig. 3 – Carte de délimitation des entités politiques dans les Basses Terres mayas en 790 apr. J.-C. (d’après Mathews, 1991)
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9207/img-3.png
Fichier image/png, 563k
Légende fig. 4 – La microrégion de Xculoc et les établissements qui y ont été étudiés (Michelet et al., 2000 : fig. 1.1)
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9207/img-4.png
Fichier image/png, 341k
Légende fig. 5 – Polygones cérémoniels : a/Chumbeek-est ; b/unité 9a de Xcochkax-centre (d’après Michelet et al., 2000)
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9207/img-5.png
Fichier image/png, 514k
Légende fig. 6 – Le Groupe Sud de Balamku avec, en grisé, les édifices du Classique ancien (dessin D. Michelet, Projet Balamku dr)
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9207/img-6.png
Fichier image/png, 197k
Légende fig. 7 – La zone entre Balamku et Nadzca’an au Classique ancien et au Classique récent (d’après Nondédéo, 2003 : fig. 103 et 104)
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9207/img-7.png
Fichier image/png, 884k
Légende fig. 8 – Rio Bec : délimiter un site sans limite ? (d’après Nondédéo et al., à paraître)
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9207/img-8.png
Fichier image/png, 395k
Légende fig. 9 – Rio Bec : un espace fragmenté (dessin E. Lemonnier sur fond relevé par P. Nondédéo et D. Michelet, Projet Rio Bec dr)
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9207/img-9.png
Fichier image/png, 766k
Légende fig. 10 – Rio Bec : architecture et relations sociales (dessin N. Latsanopoulos, édifice 7N2, structure principale du Groupe D, Projet Rio Bec dr)
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9207/img-10.png
Fichier image/png, 179k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dominique Michelet, « Limites politiques et barrières sociales dans le monde maya classique », Ateliers d'anthropologie [En ligne], 37 | 2012, mis en ligne le 05 décembre 2012, consulté le 30 juillet 2014. URL : http://ateliers.revues.org/9207 ; DOI : 10.4000/ateliers.9207

Haut de page

Auteur

Dominique Michelet

Directeur de recherche CNRS, ArchAm-UMR 8096, Université de Paris 1/CNRS
dominique[point]michelet[at]mae[point]u-paris10[point]fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org