Navigation – Plan du site

Saya ou l’impossible virtuosité

Chronique d’un robot en démonstration
Saya or the impossible virtuosity
Chronicle of a robot in demonstration
Zaven Paré

Résumés

Saya est le nom d’un robot anthropomorphe développé par le professeur Kobayashi de l’université de Tokyo. Le professeur fait ici la démonstration de son robot-institutrice devant une classe d’élèves. Cette démonstration qui tourne mal fournit le point de départ pour l’auteur d’une réflexion sur la virtuosité des machines. Artiste et plasticien, ce dernier s’interroge sur la filiation entretenue par la démonstration de Saya avec le test de Turing et sur l’ambiguïté entre l’homme et la machine qui hante toute démonstration en robotique. Une relation s’établit ici, durant la démonstration, avec le public où tout le monde semble s’accorder spontanément sur le fait que le faux doit faire effet de réel. L’observation d’une démonstration qui échoue est une formidable opportunité pour saisir en quoi les démonstrations en robotique ont besoin de cette confusion ontologique (entre l’homme et la machine) pour produire des effets de virtuosité.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Zaven Paré a été lauréat du programme de recherche de la « Villa Kujoyama » (Cultures france/minist (...)

1Saya est le nom d’un robot anthropomorphe qui fait office d’institutrice1. Il est le produit d’un programme de recherche développé depuis quinze ans dans le département d’Ingénierie mécanique de l’université de Tokyo, par le professeur Hiroshi Kobayashi : « The aim is to develop something that is useful to society and humans in daily life. The robot teacher is the perfect application for a robot. » Ce robot-institutrice a été fabriqué en 2004, il s’agit du quatrième exemplaire de six générations de ce type de machines anthropomorphes. Les autres femmes robots assurent des fonctions de réceptionnistes ou de speakerines. Saya a trois têtes de rechange et un mécanisme pneumatique qui lui permet d’avoir six expressions : la surprise, la peur, le dégoût, la rage, la joie et la tristesse. Elle paraît posséder tous les moyens d’expression d’une institutrice. À première vue, cette sorte de robot renvoie à une forme de robotique que l’on appelle « épigénétique ». Selon sa définition, la robotique épigénétique essaye de reproduire une forme de capacité cognitive d’adaptation à un environnement ou à un utilisateur. La conception d’un tel robot est censée reposer sur sa capacité à s’adapter à un ou plusieurs utilisateurs. Il est donc développé dans un objectif de communication et de médiation. En réalité, ce robot est télécommandé et ne prétend pas être plus qu’une reformulation du test de Turing, avec cette fois-ci une dimension anthropomorphique assumée.

2Le test de Turing, décrit en 1950 dans Computing machinery and intelligence, est la variante d’un jeu qui fait deviner tour à tour à des joueurs si, à partir d’un certain nombre de questions, ils s’adressent à un homme ou à une femme. Ce jeu de devinettes autour du genre de la machine n’était pas sans ambiguïté dans le cas de Turing, lui-même homosexuel dans l’Angleterre puritaine d’après-guerre. Ce test se voulait d’abord un test d’intelligence artificielle mettant en confrontation verbale un humain avec un ordinateur et un autre humain à l’aveugle. Cela impliquait notamment que l’ordinateur et l’humain essaient d’avoir une relation qui ait toute l’apparence sémantique d’une conversation humaine. L’ambiguïté (ou le doute logique) à la source de la confusion entre l’homme et la machine était le problème sous-jacent abordé par le test. La simplicité et l’universalité de ce test tiennent au fait que la conversation se limitait à un échange textuel entre les protagonistes. Si la personne qui engageait la conversation n’était pas capable de discerner l’ordinateur de l’humain, on pouvait considérer que l’ordinateur avait passé le test avec succès. En quoi se livrer à un tel exercice avec un robot explicitement anthropomorphe est-il utile ? Peut-on, à travers un tel dispositif, questionner l’intelligence artificielle sous un nouvel angle ? Saya renvoie en effet à une question posée par le test de Turing : de quoi est-on, en fin de compte, capable de juger et comment juge-t-on ? Cette question est implicitement posée dans l’expérience, même si elle n’est jamais clairement énoncée, semble-t-il, par le démonstrateur. Rappelons qu’au départ le test de Turing se jouait à l’écrit, mais, une fois transposé avec un androïde, il peut donner l’impression que l’on s’adresse à un homme et non pas à une machine, sans que les questions aient la moindre importance. Si l’on convient effectivement qu’il s’agit d’une machine, les réponses du robot prennent une autre signification. On peut reconnaître au robot une certaine intelligence (si ses réponses sont pertinentes), soupçonner qu’il est télécommandé, ou bien tout simplement considérer qu’il est doté d’un très bon programme. Dans le cas où il répond de manière complètement décalée ou impropre, on peut en déduire qu’il ne fonctionne pas, qu’il est mal réglé, que ce n’est pas une bonne machine, ou, que, aux commandes, un technicien peu adroit n’appuie pas sur les bons boutons.

3Comme on va le constater, la transposition de ce test avec Saya est somme toute réalisée dans des conditions assez rudimentaires. Aucun soin, ni aucune attention particulière n’ont été portés à la dignité du mannequin durant le montage. Saya donne l’impression d’être une vieille marionnette ou un automate de foire.

Le corps

4Le corps de Saya est à l’origine celui d’un mannequin de vêtements en fibre de verre. Sa couleur est grisâtre et fanée, et la fibre de verre apparaît légèrement usée. Une impression de rigidité se dégage de sa posture d’institutrice. La partie haute du torse est largement ouverte pour recevoir la tête, dont l’accroche est renforcée par deux plaques métalliques au niveau des épaules. Le corps de Saya a vécu, sans doute sans cesse déménagé d’une école à l’autre comme un monstre de fête foraine. Il a perdu quelques doigts, raison probable pour laquelle ses mains sont discrètement rangées au-dessous du bureau. Ses jambes aussi sont abîmées, marquées par les nombreuses fois où l’on a dû lui fixer sommairement les pieds au sol avec un large ruban adhésif marron, pour éviter que son corps, déséquilibré par le poids de sa tête, ne bascule en arrière.

  • 2 Hadaly signifie « idéal » en turc, idéal « fabriqué ».

5Quant à sa tête, on est loin de la perfection du caoutchouc de l’Hadaly2 de L’Ève Future (Villiers de l’Isle Adam, 1886). Le plastique donne l’impression d’avoir mal vieilli. Sa peau en silicone s’est oxydée. Elle a jauni à la lumière du jour, comme brûlée par le temps. Cette peau ressemble à celle d’un poulet en caoutchouc d’un magasin de farces et attrapes, et sa paupière droite s’est fendue à force d’avoir cligné des yeux. Durant le montage du dispositif, j’aide l’équipe à refaire le maquillage de Saya. Elle a besoin de fond de teint. Il faut compenser le jaune canari de sa peau dramatiquement artificielle, sans pour autant la faire ressembler à une actrice de Théâtre Nô. Les assistants du professeur Kobayashi insistent pour que j’accentue la carnation de ses fines lèvres. L’intérieur de la bouche est nettement plus inquiétant, laissant la place à un trou noir.

6Saya porte un petit tailleur modeste, un peu strict et jaune pâle, ce qui ne met pas en valeur la pigmentation de sa peau. Il faudrait sans doute revoir sa garde-robe. On voit mal, avec cette allure, comment Saya pourrait se substituer à une enseignante en chair et en os, et pourtant… Dans une sorte de rituel d’habillage maladroit et gêné, l’un des jeunes assistants boutonne le soutien-gorge sur le mannequin et lui met ses chaussures. Saya porte des chaussures à talons plats et un soutien-gorge en grosse dentelle blanche. Le positionnement de la perruque est un autre moment assez curieux. Terne et sans coupe, la perruque vient masquer la terrible calvitie de l’institutrice. Il semble cependant que l’équipe du professeur Kobayashi tienne absolument à ce que les oreilles en silicone apparaissent, bien qu’elles soient d’une facture relativement approximative. C’est fort dommageable, car leur médiocrité compromet quelque peu le réalisme du reste du visage.

Saya, Kyoto, 2009 (© Zaven Paré)

Le nom

7Sur la veste du robot, on remarque tout d’abord un badge rectangulaire en acrylique où figure son nom. Saya est écrit en lettres majuscules comme s’il s’agissait d’un sigle. Le professeur Kobayashi explique que l’origine de son nom vient d’un choix arbitraire, mais la coïncidence veut qu’en malais « Saya » signifie « moi ». Cela semble bien l’arranger, la sémantique contribuant à la démonstration. Le nom personnalisé permet de mettre en valeur l’individualité d’une créature artificielle qui n’a pas l’air spécialement nouvelle, s’ajoutant à l’histoire déjà longue des automates. Mais le nom renforce l’incarnation du personnage. L’attribution d’un nom nous incite à lui prêter autre chose, une personnalité. Les noms des robots sont toujours intéressants. Il y a chez les roboticiens la volonté d’annoncer une intention de représenter un personnage, comme un individu particulier, en le nommant exactement de la même manière qu’un individu est nommé dans la vie courante. La présence du badge a donc son importance. Le problème de l’identité individuelle est en rapport étroit avec le statut épistémologique des noms propres, des prénoms et des surnoms. Hors de la littérature, peuplée de Galathées, d’Olympias et de mille autres créatures, il serait sans doute intéressant de faire l’historique des expressions verbales qui définissent l’identité particulière des machines anthropomorphes, à la manière de celle des individus de la vie sociale. Bien sûr, avant d’avoir des noms, les machines avaient des appellations. Ceux qui ne les campaient pas comme des entités totalement individualisées les nommaient par des abréviations techniques, des numéros de brevets ou de série. Il est à noter que, comme dans les genres de fiction littéraire plus anciens, la science-fiction choisit généralement des noms propres, ou des noms particuliers à connotation mythologique : Vénus ou Elektra par exemple. En japonais, Saya ne signifie rien, mais le fait qu’elle signifie « moi » en malais l’inscrit au sein de cette tradition déjà longue qui consiste à faire des robots des quasi-personnes.

La panne

8Avant l’arrivée du professeur Kobayashi, ses assistants manifestent une panique soudaine. Saya est en panne : le compresseur responsable des mouvements du visage, des expressions des yeux et de la bouche fuit. Un problème technique des plus simples semble condamner et invalider le projet d’expérience. Mais, heureusement, le professeur intervient et rétablit l’ordre dans la machine. Au cours de l’incident, j’en profite pour poser une question sur un point qui avait retenu mon attention lors d’une conversation avec le professeur Ishiguro, un autre roboticien qui développait des androïdes à l’université d’Osaka : « Qu’est-ce qu’une panne ? » J’ai souvent entendu dire, dans les laboratoires de robotique japonais, à propos d’un appareil qui était en panne, qu’il ne pouvait pas être en panne puisqu’il ne fonctionnait pas. « Peu importe le degré d’automation d’un système mécanique, il ne faut pas oublier qu’il dépend toujours et avant tout de sa commande de mise en marche », écrivait l’un d’entre eux (Mori, 1974 : 178). De toute évidence, une machine n’est pas faite pour tomber en panne. Il n’y a pas, pour ainsi dire, de raison pour qu’elle tombe en panne, puisqu’elle n’a pas été conçue pour cela. Il existe cependant des machines qui s’autoréparent, mais en général il s’agit de logiciels.

9Récemment, j’ai eu l’occasion d’ouvrir l’appareillage hydraulique attenant à une chaise de dentiste mise au rebut. Il s’y trouvait une mine de mini-connecteurs reliant une infinité de tubes en plastique de très petit diamètre, un vrai labyrinthe permettant à l’eau pressurisée d’accompagner le travail des outils de précision destinés aux soins dentaires. À première vue, la partie mère du dispositif mécanique qui actionne les mouvements de Saya paraît faite d’un agencement de tubes similaires, contenus dans un boîtier posé sur le sol derrière le robot. Cet appareil est relié à un petit compresseur à air comprimé maintenu dans une « salle des machines » improvisée dans la pièce voisine. Cette seconde salle de classe monopolisée pour l’occasion contient le bruyant petit compresseur, le « retour image » de la salle filmée et le contrôle synchronisé de la voix et des mouvements du robot grâce à un ordinateur portable. Sur son écran s’affiche le plan de la salle de classe avec les prénoms des élèves à l’endroit où ils sont assis et le menu des commandes de la machine programmant le contrôle de la voix et des mouvements. Les tubes reçoivent une commande électronique de l’ordinateur pour permettre d’actionner les mouvements du visage de Saya. Le dispositif du retour caméra disposé dans l’iris des yeux ne fonctionnant pas, une caméra a été disposée en retrait du robot au-dessus de l’armoire, afin d’obtenir une image panoramique de la disposition de l’ensemble des élèves.

La classe

10Après la préparation laborieuse du robot et du dispositif qui doit rendre la démonstration possible, voyons ce qui se passe une fois les élèves entrés dans la salle. Il s’agit d’une classe d’enfants de primaire très cosmopolite de l’École française du Kansaï. Les élèves ont des places assignées, leurs noms figurent sur des étiquettes collées sur les tables. Les tables sont disposées sur quatre rangées de cinq enfants, ce qui fait un effectif total de vingt. La machine est disposée de trois quarts face à eux. Elle a l’air plutôt raide, son cou est bloqué et elle parle sans réellement articuler les lèvres. Ses mouvements saccadés de la tête vers l’avant la font ressembler à une poule qui caquette. Il est difficile de percevoir une grande souplesse dans ses mouvements. Ses gestes mécaniques sont loin d’avoir la laxité ligamentaire propre aux mouvements d’une jeune femme. Tout ce qui pourrait lui donner une apparente douceur ne fonctionne pas, elle n’a rien d’apaisant, au contraire, sa posture et son attitude se doublent d’un improbable regard de poisson mort. Elle ne bouge pas les yeux, seules ses paupières clignent mais avec effort. On est visiblement devant une machine en fin de parcours.

11Saya se présente puis commence la classe accompagnée d’une projection vidéo faisant office de tableau d’école. Les enfants restent muets, ils n’entendent ni ne comprennent bien. Puis soudain, ils s’amusent du fait que l’un d’entre eux se risque à répondre à l’institutrice mécanique qui vient de lui poser une question, en s’adressant directement à lui par son prénom. Un bref échange de questions et de réponses s’ensuit. Une petite fille lève la main, mais la machine s’adresse à quelqu’un d’autre. Visiblement ça ne marche pas trop bien, mais peu importe. Plusieurs élèves lèvent alors le doigt, certains timidement, d’autres par goût de la provocation et l’on se retrouve vite un peu perdu ou dépassé. Personne ne sait plus trop qui pose les questions et qui répond. Il est difficile de savoir si une classe uniquement composée d’enfants japonais serait plus disciplinée dans une telle situation. Un élève demande à la machine si on peut lui poser des questions, si elle sait parler français par exemple. Un autre lui demande si elle peut marcher. Mais la machine ne semble pas entendre, pas plus qu’elle ne comprend la question. Le programme « réponses » ne fonctionne pas, Saya a été programmée pour poser des questions et faire son cours, avec des morceaux enregistrés et des exercices de mémoire qui paraissent légèrement redondants. Par la fenêtre du couloir, les assistants, dressés sur la pointe des pieds, tentent d’observer le bon déroulement des opérations .

12Après l’exercice des questions-réponses, l’institutrice enchaîne sur un commentaire qui marque une autre phase dans la démonstration. Cette fois-ci, elle accompagne de sa voix la vidéo d’un documentaire projeté sur le mur. Le robot se met alors à réciter un hymne aux robots. Le discours est apologétique, son titre aurait pu être : « Ces robots qui vous veulent du bien. » Un peu comme un exposé dans une foire commerciale avec une hôtesse d’accueil, sous la forme d’un reportage télévisé, la classe a droit à un bel inventaire des robots conçus pour le monde industriel, les chaînes de montage et autres milieux de travail ; l’évolution des robots et leurs progrès ; les machines exploratrices qui vont là où l’on ne va pas, là où l’on ne veut pas aller et là où l’on ne peut vraiment pas aller, comme les fonds sous-marins, par exemple. Ensuite, le reportage montre des appareils d’assistance à la personne, des robots de précision qui s’activent déjà en milieu chirurgical, ou de soutien et d’accueil prêtant assistance aux personnes déficientes ou du quatrième âge. « Le robot est bon », entend-on, « le robot aime l’homme », « les robots vont sauver la planète », « le robot est mon ami ». Parmi les images projetées, il y a aussi un jeu du type « Cherchez l’erreur », avec un robot qui tourne les pages d’un livre disposé dans un cadre d’écran de télévision ; un robot lâché dans un lieu public et dont l’habillage futuriste n’est pas du dernier cri ; une borne d’aide mobile qui est en général un objet sur lequel certains ont plutôt envie de frapper, sauf au Japon ; et un véritable outil utile de renfort musculaire présenté dans un programme télévisuel du type « Incroyable mais vrai » ou sorti tout droit d’un livre des records. S’ensuit une présentation d’autres robots, comme Asimo, inaugurant une autre série qui aurait pu être intitulée : « Nos amis font de la course à pied », ou encore « Nos amis en visite accompagnée ». Pêle-mêle sont présentés des jouets radiocommandés et, pour finir, notre ami le bébé phoque Paro développé par l’Institut national japonais des sciences et des techniques industrielles avancées (aist), efficace si l’on en croit le documentaire. Le lecteur l’aura compris, l’artifice de l’écran de projection a eu au moins deux effets : nous faire oublier les déficits de communication de Saya et plonger le spectateur dans un inventaire de créatures mécaniques et électroniques dont la diversité, quelque peu déroutante, ne visait qu’une chose : rendre familiers et aimables des objets futuristes.

13Que se passe-t-il après la projection ? Les enfants, assis à leur table, demeurent respectueux bien qu’un peu perplexes, Saya vient de se coincer la tête en essayant de commencer à entonner une petite chanson. On ne peut pas dire qu’elle a accompli là sa meilleure performance, mais tout cela lui donne du charme et un brin de personnalité. Saya est vraiment unique et je vais m’évertuer à le démontrer.

14En fin d’exposé, les enfants se libèrent lorsqu’on les invite à s’approcher de Saya, pour venir la toucher et notamment pour lui retirer le scalp. Saya a une large fente derrière le crâne au-dessus de la région occipitale. À cet endroit la peau artificielle est épaisse et recouvre un amas de fine tuyauterie qui commande les expressions du visage. Cette partie de l’anatomie de la tête de Saya ressemble à celle d’un écorché. Les enfants finissent par rire, alors que cette fois, ce n’est pas drôle du tout. Mais ils restent encore un peu gênés sans doute, car ils se regardent les uns les autres pour savoir qui sera le plus téméraire. Les petites filles touchent la peau de Saya comme s’il s’agissait d’une super-poupée.

15Avec la classe d’adolescents, l’ambiance est plus décontractée, ils semblent se moquer de la chose et la trouvent plutôt pathétique. Ils rient, mais le burlesque ne l’emporte pourtant jamais sur le grotesque. Saya n’est pas vraiment crédible, on ne séduit pas facilement des adolescents. La démonstration est pénible. Le professeur Kobayashi le comprend et la séance s’achève plus vite que précédemment. La veste du tailleur que les assistants avaient fermée avec tant de précautions est déboutonnée par le professeur Kobayashi laissant paraître les dessous de l’institutrice. Saya reste immobile et muette. C’est un moment assez curieux et presque gênant. Puis le professeur retire le soutien-gorge du robot, révélant sa poitrine low-tech, hideuse et tronquée. Celle-ci a carrément été sciée pour y placer deux hauts parleurs. La voix de Saya sort de sa poitrine et non de sa bouche. Deux autres haut-parleurs ont tout de même été placés au sol sous le bureau pour assurer une meilleure acoustique, à moins que ce ne soit tout simplement pour suppléer les haut-parleurs de son buste, défaillants eux aussi.

Le masque

16Les élèves sont invités à enlever le visage de Saya. Une fois encore, on peut entendre des rires gênés dans la salle, mais les raisons qui poussent les humains à rire sont parfois complexes. C’est que la démonstration n’a jamais cessé d’hésiter, maladroitement, entre la science et le théâtre. La représentation qui ne pouvait être finalement autre chose qu’une représentation de théâtre, ou une théâtralisation de la technologie, reste sous-jacente, mais n’est pas suffisamment masquée pour ne pas faire sourire, à l’intérieur du cadre froid de la démonstration scientifique. Là où, semble-t-il, cela ne fonctionne pas, c’est que Saya n’est rien d’autre qu’un masque. L’anti-virtuosité du test se résumerait-elle à un jeu de masques ? Que reste-t-il de l’expérience lorsque celui-ci tombe ? Saya ressort du jeu réduite à sa plus simple condition d’automate. Seule la volonté de réaliser le test justifie les moyens, aux dépens de la multitude de qualités et de subtilités accidentelles qui ont jailli dans le ratage, et qui ont été ici laissées de côté par le démonstrateur. Le fait qu’une telle situation se produise sous l’apparence d’une expérimentation scientifique pose question. Le professeur aurait pu tirer partie de cette situation pour nous parler de l’ensemble des accidents, des problèmes et des défauts rencontrés qui sont à la fois techniques et esthétiques, mais qui sont intéressants parce qu’ils sont flagrants aux yeux du public. Même un prestidigitateur aurait fait mieux, lui qui est habitué à nouer avec son public une connivence bien particulière et à lui faire accepter la convention, la supercherie, la tricherie ou les chausse-trappes, pour aller au delà. En dépit du malaise du professeur, une relation avec le public s’est tout de même établie, une relation curieuse car tout le monde semble s’être accordé spontanément et sans que rien ne soit dit sur le fait que le faux doit faire effet de réel. On peut se demander si, mal assumé, le dispositif n’a pas continué de progresser en prétendant être ce qu’il n’était pas (un dispositif expérimental et de laboratoire) tout en ratant ce qu’il aurait dû être, une mise en scène de spectacle auquel l’auditoire était invité à participer par un jeu de questions et de réponses.

Le test

17Que le lecteur ne se méprenne pas sur l’objectif de cette description. Elle ne vise pas à remettre en question les conditions de la démonstration en robotique, ni le dispositif de la machine. Au contraire, en tant que fabricant de machines de spectacle et démonstrateur, je me sentais moi-même concerné par toutes les difficultés rencontrées lors de cette expérimentation. Et si j’ai noté ce qui ne fonctionnait pas, aussi bien lors des préparatifs que lors de la mise en route ou du déroulement des opérations de la machine, c’est que le montage de mes propres machines est parfois difficile aussi, ou tout simplement précaire, ce qui m’a fait éprouver une certaine empathie pour l’institutrice. Du montage à la panne et de la panne à la performance publique, il y a sûrement matière ici à une mise à distance ironique de mon propre travail. Mais surtout, comme spectateur et témoin, je souhaite saisir l’occasion de cette démonstration ratée pour identifier les facteurs qui auraient permis à Saya d’entretenir avec ses élèves une relation apaisée, fondée sur le respect et le partage des connaissances plus que sur la curiosité morbide. Je n’ai pas encore tiré toutes les leçons de cette démonstration, mais l’une de ses vertus est de nous ramener sans aucun doute à l’histoire de l’intelligence artificielle et à l’un de ses moments fondateurs, le fameux test de Turing.

18Qu’aurait-il fallu pour que le test de Saya soit bien un test d’intelligence artificielle et de quoi, finalement, Saya fut-elle le test ? Les réactions des élèves et la relation qu’ils ont établie avec une machine qui leur donne l’impression de parler à un humain ont bien mis à l’épreuve la faculté de Saya à imiter la conversation humaine. Dans le test de Saya apparaissent superposées les confrontations verbales et visuelles d’un humain avec un robot, tout en sachant que ce robot est en partie télécommandé. Il s’agit en quelque sorte de la transposition de la question : « La machine peut-elle penser ? » sur le mode « Un robot peut-il penser ? » Mais, pour que ce test puisse dignement être apparenté au test de Turing et être validé sous cette forme, il aurait fallu a priori que les élèves ne soient pas capables de dire visuellement s’ils parlaient à un robot ou à un humain.

  • 3 Robot du professeur Hiroshi Ishiguro, Advanced Telecommunications Research Institute International, (...)

19Actuellement, ce type de test n’est pas possible avec Saya, mais il pourrait sans doute être envisagé avec certains robots comme ceux du professeur Ishiguro par exemple (concepteur du Géminoïde3), dont le contact oculaire, la qualité des expressions, la qualité de la reproduction de l’épiderme et de l’implantation capillaire sont inquiétants de vérité (Paré, 2010). Mais est-ce bien la question ? Si l’intelligence s’incarne dans la machine, il s’agit moins dans le cas de Saya d’un ordinateur qui passe un test d’intelligence artificielle que de tester la combinaison de la représentation humaine, une effigie à laquelle est donnée une certaine motricité, avec une mécanique qui fonctionne selon le logiciel d’un ordinateur. On passe de l’apparence sémantique humaine de l’ordinateur du test initial de Turing à une figure anthropomorphe dotée d’une intelligence artificielle. La simplicité et l’universalité du test initial ne sont pas conservées, mais cette nouvelle proposition permet en fait de tester une combinaison d’équipements qui, sans une véritable mise en situation, sans protagonistes affectés, ne pourrait être vérifiée dans l’isolement d’un laboratoire. Dans les conditions de laboratoire, ce type de machine sert normalement de plateforme à divers champs d’expérimentation, de la robotique aux sciences cognitives ou des sciences de la communication aux sciences de la télécommunication. Dans la plupart des laboratoires de robotique que j’ai visités, j’ai constaté que les expériences portent sur de courtes durées, de vingt minutes à un peu plus d’une heure, ainsi que sur un échantillonnage de population limité. Les « cobayes » humains, après avoir parcouru des couloirs en général remplis d’équipements techniques impressionnants, sont confrontés à ces androïdes dans le cadre froid d’une salle vide. Ces rencontres sont généralement soigneusement décortiquées ensuite par les roboticiens qui s’interrogent peu sur l’effet que peut produire leur environnement quotidien sur le visiteur.

20Dans la salle de classe, nous n’étions plus dans l’environnement technologique intimidant du laboratoire. Saya apparaissait du coup fragilisée, sans l’infrastructure qui la supporte. Allait-elle survivre à ce changement de cadre auquel elle était tout de même destinée ? De la préparation du corps de la machine à sa mise en situation, puis de l’arrêt en marche du robot à sa remise en marche, on a assisté à un véritable lever de rideau et à un tragique tomber de masque. À la réflexion, je ne crois pas que la démonstration n’ait pas fonctionné à sa façon. Certes, elle n’a pas rempli l’objectif de la démonstration du professeur Kobayashi, mais elle a dévoilé une tension quasi viscérale dans le rapport entre les hommes et les machines, entre d’un côté la performance technique (qui se déroule ici devant les yeux des élèves) et de l’autre l’appareillage technologique (camouflé dans les coulisses ou ce que l’on a appelé la « salle des machines »). Le cours donné par l’institutrice Saya est, de ce point de vue, un ratage des plus classiques. Ce que l’on pourrait appeler ici « virtuosité » n’est pas à proprement parler une propriété naturelle de la situation observée et encore moins, on l’aura compris, un effet automatique de la présence d’un lourd appareillage technique. Même devant toute la précarité que l’on a décrite ci-dessus, la virtuosité est synonyme ici d’une tension réussie, entre le degré de difficulté technologique, les mouvements du visage, la pompe et le programme, tous ces éléments devant se combiner dans une sorte d’équilibre optimal par la technique de la mise en scène, pour entretenir la confusion entre l’homme et la machine. Et celle-ci tire partie d’autres paramètres qui en déterminent les conditions plus ou moins favorables : la convention du cours, la constance des élèves, et une certaine idée que la technologie est là pour favoriser le progrès quels qu’en soient le prix, l’effort et le résultat.

Haut de page

Bibliographie

Mori, Masahiro
1974
The Buddha in the robot (Tokyo, Kosei Publishing).

Paré, Zaven
2010 O robô e a maçã (Rio de Janeiro, 7 Letras).

Turing, Alan
1950
Computing machinery and intelligence, Mind (Oxford), LIX (236) : 433-460.

Villiers de l’Isle-Adam, Auguste de
[1886] 1992 L’Ève future (Paris, Flammarion).

Haut de page

Notes

1 Zaven Paré a été lauréat du programme de recherche de la « Villa Kujoyama » (Cultures france/ministère des Affaires étrangères – Institut franco-japonais du Kansaï). Cet article a été rendu possible grâce à l’invitation de l’École française du Kansaï et de Monsieur Paul Dumouchel, professeur à la Graduate School of Core Ethics and Frontier Sciences, Ritsumeikan University de Kyoto.

2 Hadaly signifie « idéal » en turc, idéal « fabriqué ».

3 Robot du professeur Hiroshi Ishiguro, Advanced Telecommunications Research Institute International, Kyoto.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Saya, Kyoto, 2009 (© Zaven Paré)
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/8877/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 831k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Zaven Paré, « Saya ou l’impossible virtuosité », Ateliers d'anthropologie [En ligne], 35 | 2011, mis en ligne le 10 juin 2011, consulté le 31 mars 2017. URL : http://ateliers.revues.org/8877 ; DOI : 10.4000/ateliers.8877

Haut de page

Auteur

Zaven Paré

Artiste et docteur de l'université de Metz, boursier de la Japan Society for Promotion of Sciences (jsps) dans l´Intelligent Robotics Laboratory du Professeur Hiroshi Ishiguro à l´université d´Osaka

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org