Navigation – Plan du site
Troisième partie : La nation prise entre deux feux

Figures nubiennes de l’ethnie, de la minorité, de la nation (Égypte, Soudan)1

Frédérique Fogel

Texte intégral

  • 1 Les matériaux réunis pour cet article proviennent de mon terrain de recherche en Nubie égyptienne ( (...)

1Peut-on parler d’ethnie, de minorité et de nation dans le cas des Nubiens, population frontalière entre l’Égypte et le Soudan ? Ces trois termes représentent-ils chacun un point de vue relatif sur une réalité globale, selon le niveau d’observation choisi ? Ou bien s’agit-il de trois réalités sociologiques sans lien d’interdépendance ? Dans le cas nubien, il apparaît que ces trois termes ne concordent que très rarement dans une même dimension spatio-temporelle, et recouvrent des réalités très disparates. Si l’État joue effectivement un rôle important en tant que créateur d’une identité assignée, les Nubiens en font un usage limité, opportuniste et paradoxal.

2Après une brève présentation de quelques éléments caractéristiques de la population et de la société nubienne, nous verrons comment l’État, en établissant une frontière politique et administrative, institue dans le même mouvement une séparation entre les communautés nubiennes qui changent ainsi de statut social relativement au contexte national. Puis nous examinerons le rôle de l’État en tant qu’aménageur économique, dont les actions peuvent nier l’existence d’une minorité ou, à l’inverse, ériger symboliquement une minorité en un peuple. Ce qui nous permettra finalement d’aborder quelques aspects du statut minoritaire dans les deux pays, et en particulier la question de la tradition réduite au folklore.

Une carte d’identité complexe

3Tels qu’ils apparaissent dans les stéréotypes nationaux, les Nubiens soudanais sont « chauffeurs de taxi ou Premiers ministres ». En Égypte, ils ont longtemps détenu le quasi-monopole des fonctions de gardiens d’immeuble et de serviteurs dans les grands hôtels, les consulats et les ambassades, évoluant dans le milieu cosmopolite jusqu’à la révolution de 1952. Beaucoup perpétuent la tradition, au Caire, à Alexandrie et dans les pays du Golfe ; d’autres travaillent dans l’administration et occupent d’autres postes dans les services ; rares sont ceux qui renoncent au statut de col blanc. Le contrepoint de cette personnalité urbaine revendiquée par les Nubiens et enviée par d’autres réside dans la désignation, encore d’usage actuellement dans certaines campagnes égyptiennes, de barbariin, c’est-à-dire d’« arriérés, de paysans, incapables de prier correctement ».

  • 2 Ces quatre groupes se dénomment (du sud au nord) : Danagla et Mahas au Soudan, Fadidja et Kenzi (pl (...)

4Du point de vue ethnologique, les Nubiens constituent une population en situation minoritaire dans les deux pays. Les quatre ethnies (groupes ethnolinguistiques2 avec des particularités culturelles, dont une très forte endogamie) sont installées depuis le xe siècle environ le long de la vallée du Nil, de part et d’autre de la zone frontalière actuelle entre l’Égypte et le Soudan. Leur langue véhiculaire est l’arabe. Ils sont musulmans, comme quatre-vingt-dix pour cent de la population égyptienne et soixante-dix pour cent de la population soudanaise.

5Historiquement, les Nubiens furent les vassaux de l’Égypte pharaonique. Entre le ve et le xe siècle environ, un État nubien, dont la capitale était située au nord du Soudan, a dominé par périodes l’imposant voisin égyptien. L’ethnohistoire nubienne se fonde en partie sur cette glorieuse époque, non pour revendiquer la recréation de cet État historique ou la création d’un État nubien sur ce modèle, mais pour se situer symboliquement à l’origine de tout peuplement dans la région.

6À la fin des années 1960, la construction du Haut-Barrage d’Assouan, qui parachève les travaux entamés au début du siècle par les Anglais, conduit à l’extension du lac de retenue qui submerge la Nubie jusqu’à la zone frontalière. Les habitants sont transférés dans des sites aménagés ad hoc : les deux ethnies égyptiennes au nord d’Assouan, et une ethnie soudanaise près de la frontière éthiopienne, au sud-est du Soudan (les terres de la seconde ethnie, situées plus au sud, n’ont pas été touchées).

7L’adaptation au nouvel environnement géographique, économique, social, s’est effectuée sous des formes différentes selon les pays et selon les groupes ; près de quarante ans plus tard, le constat global conclut à l’échec de ce déplacement forcé. Les raisons en sont multiples, qui s’articulent autour d’un projet économique peu réaliste. Mais la raison majeure tient au fait que la société nubienne (en admettant cette expression globalisante qui recouvre plusieurs réalités socioculturelles contrastées) n’était déjà plus une société sédentaire, et cela depuis fort longtemps.

8Le trait sociologique prépondérant des Nubiens est en effet la migration, phénomène attesté depuis l’Antiquité. Au début du xxe siècle, la construction du « barrage des Anglais », suivie de deux surélévations, accélère l’émigration des Nubiens d’Égypte vers les villes du Nord — dans les années 1930, certains vont en Europe. Dès lors, les émigrés sont plus nombreux que les sédentaires, c’est-à-dire les résidents des villages nubiens, villages d’origine puis villages transférés. Les sédentaires, tout comme les émigrés qui reviennent au village à l’âge de la retraite, se comportent souvent comme des urbains à la campagne, préférant louer leurs terres à des paysans égyptiens plutôt que de les cultiver eux-mêmes. La typologie des formes migratoires est très étendue, autant concrètement que symboliquement, comme en témoignent les mythes de fondation. Les Nubiens ont participé aux migrations pétrolières dans les pays du Golfe arabo-persique à partir des années 1970. Côté égyptien, les revenus de l’émigration ont servi à maintenir les communautés villageoises et urbaines ; côté soudanais, les émigrés ont surtout investi dans le développement économique des villages non transférés. La guerre du Golfe, en 1990-1991, a fortement réduit cet axe migratoire.

9L’histoire sociale des Nubiens se déroule donc selon un processus ancien et continu de déplacement et de recomposition des communautés, qui sont dispersées sur différents territoires, avec différents investissements spatio-temporels, et cela dans les deux espaces nationaux et à l’étranger. En résumé, une société diasporique particulière. Aujourd’hui, dans ce contexte de plurilocalisation, il reste que l’identité nubienne générale et particulière est profondément liée dans ses constructions et dans ses expressions à un territoire mythique unique, originel, même si cette notion très complexe est soumise à des aménagements ponctuels, conjoncturels, voire opportunistes.

10« Terre de l’origine », ce territoire mythique appelé al-nubia ou balad el-nubia ne peut pas se confondre, dans l’esprit des locuteurs, avec les différentes implantations territoriales. Cette terre de l’origine donne lieu à la représentation globale et partagée d’un « peuple » nubien : cette conception indigène est fortement liée à l’antique royaume de Nubie, et donc située uniquement dans le passé. Sur le plan local, dans les différentes communautés nubiennes plurilocalisées, les discours identitaires se fondent sur des distinctions internes multiples, parfois paradoxales. Les groupes ont élaboré des ethnohistoires et des mythes parallèles, mêlant les références linguistiques, politiques ou religieuses qui justifient la diversité des compositions sociales.

11Ces processus de construction identitaire procèdent par opposition et relativement aux communautés voisines. Si les ethnies nubiennes sont bien des réalités locales, indigènes et ethnologiques, c’est dans le rapport à l’Autre, l’Autre proche et l’Autre lointain, qu’elles se situent. Pour certains groupes, l’identité ethnique se définit par référence à la ‘umma, la communauté musulmane, c’est-à-dire par appropriation d’un référent extérieur, global et lointain. L’État, en revanche, n’entend ni ne reçoit le discours ethnique et dénie toute réalité aux ethnies — plus exactement, il les instrumentalise dans des contextes très précis, nous le verrons plus loin. Les frontières identitaires, relatives par nature et travaillées par les groupes autant comme limites que comme lieux d’échange, sont, dans le cas nubien, à la fois déniées et renforcées par la frontière entre les deux États.

Une frontière étatique créatrice d’identités

12La Nubie géographique n’a jamais été autre chose qu’un désert coupé par le Nil. Si les pharaons égyptiens la considéraient comme un réservoir d’or et d’esclaves, la Nubie était surtout un pays lointain, sur la route du Soudan (bilad es-sudan, le « pays des Noirs »), sur la route de l’Afrique. Dans l’histoire récente, sous l’Empire ottoman, le vice-roi d’Égypte Mohammed-Ali entreprend en 1820 la conquête du Soudan. Suivront les expéditions vers les sources du Nil, l’expansion du commerce de l’ivoire, et l’extension de la conquête jusqu’à la mer Rouge. L’Angleterre occupe l’Égypte en 1882. L’année suivante commence la période mahdiste au Soudan. Entre 1896 et 1898 a lieu la reconquête anglo-égyptienne. En 1899, le traité anglo-égyptien établit un condominium sur le Soudan, et par là même une frontière administrative interne posée arbitrairement, sans fondement géographique.

13Cette frontière ne constituait pas un réel obstacle aux échanges entre les ethnies, ni à la circulation des personnes et des biens dans les deux sens. Ce qui a probablement changé à l’époque, c’est que les quatre ethnies nubiennes se sont trouvées assemblées deux à deux, en deux paires nationales, qui ont alors dû se tourner vers les capitales nationales. Pour les Nubiens d’Égypte, c’était la continuité de leurs habitudes de migration vers le nord. Ils se trouvaient de plus du côté du pouvoir. Pour les Nubiens soudanais, le sens de la migration ne s’inversait pas totalement, puisqu’ils étaient depuis longtemps déjà en relation avec Khartoum, mais s’accentuait certainement. De plus, ils devenaient une minorité périphérique au sein d’un ensemble politiquement dépendant.

14Jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, l’Angleterre gouverne l’Égypte et le Soudan directement ou indirectement. Les deux pays accèdent à l’indépendance respectivement en 1952 et 1956. La frontière devient alors une réalité politico-administrative tangible : la Nubie égyptienne comme la Nubie soudanaise sont situées géographiquement à la périphérie des deux États, ce qui accentue la position marginale donc minoritaire des Nubiens.

15Ce qui nous amène à la constatation suivante : à l’échelle régionale, les quatre ethnies nubiennes entretenaient auparavant des contacts privilégiés deux à deux, en paires linguistiques, la première paire étant constituée des deux groupes frontaliers, la seconde comprenant les deux groupes les plus éloignés géographiquement mais parlant la même langue. À l’échelon politique global, lorsque l’État crée la frontière, deux nouvelles paires sont constituées en fonction d’un critère territorial, des paires nationales qui prennent l’allure de minorités nationales. Ces minorités, séparées par une frontière politique, se confrontent chacune à une majorité nationale. C’est donc l’État qui, en créant une frontière, crée des minorités, et ouvre aussi la possibilité d’une conscience minoritaire et non pas ethnique.

16Autrement dit, si la frontière politique entre deux États est bien le lieu symbolique d’une confrontation entre deux entités étatiques, elle est aussi, dans le cas nubien, un vecteur identitaire par lequel la séparation des ethnies aboutit à la création des minorités. Les Nubiens sont présents de part et d’autre, institués en minorités potentiellement porteuses d’un discours minoritaire, c’est-à-dire le seul discours que l’État peut reconnaître et peut entendre.

L’État créateur et destructeur

17La construction du Haut-Barrage d’Assouan, dans les années 1960, a entraîné le déplacement forcé de plusieurs dizaines de milliers de personnes.

18Côté soudanais, seules les terres de l’ethnie frontalière ont été submergées, en grande partie, par les eaux du lac Nubie. L’organisation du transfert de la population a rencontré de nombreuses difficultés, liées notamment au fait que la zone de réinstallation aménagée par les autorités était située à plus de sept cents kilomètres de la Nubie, près de la frontière éthiopienne. Les Nubiens ont mis en place plusieurs formes de contestation, prolongeant les rituels d’adieu à la terre, refusant de monter dans le train de l’exil, repoussant les délais jusqu’à ce que l’armée intervienne. Un certain nombre de personnes ont effectivement refusé de partir, ont vu l’eau recouvrir leurs maisons, et en ont rapidement entamé la reconstruction sur les berges du nouveau lac de retenue. Parmi ceux qui sont partis, l’investissement dans les zones de transfert a été plutôt bref, d’autant que le territoire de cette nouvelle Nubie empiétait largement sur les parcours d’éleveurs nomades. De nombreux moyens ont été mis en place par les Nubiens eux-mêmes pour repartir à Khartoum, ou pour faire vivre une autre nouvelle Nubie, aux marges de l’ancienne.

19Les choses se sont passées différemment côté égyptien. La zone aménagée de Nouvelle Nubie se situe à cent cinquante kilomètres au nord de l’ancienne Nubie, engloutie sous les eaux du lac qui porte ici le nom de Nasser. Durant la phase de planification et d’organisation du déplacement, le président Nasser a maintes fois rendu hommage au « peuple » nubien (al-nubiin) qui allait offrir ses terres, son pays, en sacrifice sur l’autel du progrès, sur l’autel de la patrie (watan).

20Apparaît alors un paradoxe intéressant : deux ethnies marginales, érigées en une minorité par l’instauration de la frontière, deviennent un « peuple » au moment précis où leur territoire, ancrage identitaire majeur, disparaît. Et, dans le même temps, ce sacrifice est manifestement la condition sine qua non de l’intégration des Nubiens dans la nation égyptienne : intégration géopolitique d’une zone jusque-là très éloignée du centre des pouvoirs, partiellement administrée, difficilement contrôlable ; intégration qui plus est d’un territoire que l’inondation fait disparaître, puisque c’est en disparaissant sous les eaux que la Nubie est reconnue.

21Cependant, la reconnaissance par le pouvoir étatique n’est que temporaire, et cette minorité n’acquiert pas à l’époque une véritable dimension politique, pas plus qu’elle n’en acquerra dans les décennies suivantes. Son existence décidée et déclamée, honorée par les plus hautes instances, n’a que peu de conséquences sur les pratiques et les représentations des Nubiens eux-mêmes. Par exemple, en prévision du transfert, l’administration égyptienne, qui avait besoin d’interlocuteurs pour les négociations, a contraint la population nubienne à se choisir des représentants : la demande formelle a reçu une réponse formelle, mais ces représentants ponctuels ne se sont pas transformés en leaders capables de porter un processus de reconnaissance à moyen ou long terme.

22Lors du transfert, pendant cette période de changement rapide, les revendications nubiennes ne se sont jamais situées au-delà du domaine matériel, c’est-à-dire dans une attitude pragmatique, face à une question de survie. L’État s’est alors présenté et a été perçu dans un premier temps comme un État providence, ce qui constituait le pendant à l’État destructeur, vecteur de catastrophe : les Nubiens ont d’abord attendu ce qui leur avait été promis (en terme d’installation et d’insertion économique régionale), puis, ne voyant rien venir, ils n’ont plus rien attendu. Tout en s’organisant dans les nouveaux villages, en investissant progressivement ce nouveau lieu et nouveau milieu de vie, ils ont recommencé à ne compter que sur eux-mêmes, et, comme avant, les hommes puis certaines familles ont repris le chemin de l’émigration.

23Les Nubiens en général n’ont jamais constitué une force politique porteuse d’un projet d’envergure nationale. Ils ne présentent pas de revendication politique propre. Reconnus temporairement et de manière opportuniste comme un « peuple » par le pouvoir, ils n’ont pas tenté de s’approprier cette reconnaissance et de la porter véritablement. De leur point de vue, leur existence en tant que peuple remonte et se limite à l’Antiquité, ce qui est fortement valorisant et valorisé, mais demeure à usage interne.

L’État face aux minorités

24Pour comprendre ce manque de teneur politique, on est tenté d’interroger brièvement les structures politiques de chacun des États et le statut national des minorités.

  • 3 Cf. Lavergne, 1989.

25Au Soudan3, la scène politique a été dominée depuis 1850 par deux grandes confréries religieuses (Ansar et Khatmiya), avec une implantation régionale définie. Organisées en formations politiques (Umma Party et Democratic Unionist Party), elles ont joué un rôle actif dans la lutte contre l’administration britannique et dans le processus d’autodétermination après la Seconde Guerre mondiale. Dès les élections parlementaires de 1953 apparaissent des partis régionalistes établis sur une base ethnique (Nouba, Beja). À l’indépendance, le débat sur la définition d’une nouvelle nation prône le dépassement des clivages ethniques et régionaux, et le Parti communiste soudanais prend sa place dans ce mouvement. Pendant près de trente ans, l’unité nationale nécessite le nivellement culturel et l’assimilation des différences. Mais dans les années 1980, le mot d’ordre est à l’unité dans la diversité, et les partis régionaux militent pour l’expression des cultures populaires et la défense des ethnies minoritaires. C’est dans ce contexte que commence en 1983 la rébellion du Sud. Aujourd’hui, le pays est en guerre depuis dix-sept ans, le Front national islamique est au pouvoir depuis 1989, l’on compte plus de quatre millions de personnes déplacées dans le pays et plus de trois cent cinquante mille réfugiés hors du pays.

26Bien que constituant une minorité ethnique et régionale, islamisée à partir du viiie siècle et partiellement arabisée, les Nubiens soudanais ne se sont jamais institués en tant que tels : certains personnages ont fait carrière au sein du Democratic Unionist Party et du Parti communiste. La diaspora politique soudanaise de tous bords est active, notamment en Grande-Bretagne, ce qui contribue aussi pour une part à la réification des statuts minoritaires.

27Actuellement, l’expression des cultures régionales est interdite par le régime islamiste : Amnesty International rapporte qu’en juin 1999 vingt-quatre étudiants ont été arrêtés lors d’un pique-nique autorisé sur le campus de l’université de Khartoum, pour « accoutrement indécent et comportement immoral », et ont été condamnés à des amendes et à quarante coups de fouet chacun. Les jeunes femmes portaient des pantalons et des T-shirts ; hommes et femmes se tenaient par la main pour interpréter une danse traditionnelle « nubienne ».

28La république arabe d’Égypte est à la fois solidaire et démarquée du monde arabe, de par les incidences de sa dépendance économique vis-à-vis des États-Unis et des accords politiques passés avec Israël (en 1979, ce qui lui a valu d’être exclue de la Ligue des États arabes pendant dix ans). Hosni Mubarak est président depuis 1981. L’État égyptien ne reconnaît pas l’existence de minorités culturelles. Seuls les chrétiens coptes (soit moins de dix pour cent de la population) forment une minorité religieuse reconnue. L’article 2 de la Constitution stipule que la sharia (loi islamique) est la principale source d’inspiration de la législation, et non l’unique source comme c’est le cas pour les régimes islamistes.

29Le système politique se présente comme une démocratie multipartite, où le ndp (Parti national démocrate) détient plus de quatre-vingt-dix pour cent des sièges à l’Assemblée — les ministres et les députés coptes sont présentés comme tels. Dans ce contexte, les discours politiques ne sont partisans qu’en relation avec des opinions politiques générales ou une option politico-religieuse (les Frères musulmans). Si le régionalisme a sa place, c’est en lien avec des enjeux économiques ou politiques qui se situent à l’échelle nationale : par exemple, la péninsule du Sinaï lors de la guerre de 1967 ; la région des oasis dans les plans successifs de développement ; la côte nord-ouest lors de la sédentarisation des Bédouins dans les années 1970. La seule exception notable au nationalisme univoque est l’existence du petit Unionist Democratic Party, qui se donne pour objectif l’unité politique de l’Égypte et du Soudan — le responsable de ce parti unioniste ne se présente pas et n’est pas identifié comme nubien.

30Dans ce cadre national, les Nubiens égyptiens sont des citoyens ordinaires. Ils sont musulmans « comme les autres », arabophones en général et nubianophones dans le privé (la question de la translittération des langues nubiennes n’est pas tranchée, il n’existe pas de programme scolaire en nubien, les quelques bulletins « communautaires » paraissent en arabe, ou en anglais dans la diaspora soudanaise). Aucune dimension idéologique de type communautariste n’est réellement à l’œuvre : les communautés sociologiquement identifiables sont essentiellement fonctionnelles dans le domaine de la solidarité entre migrants et entre migrants et sédentaires, notamment entre citadins et villageois. Si les associations nubiennes de ce type, fondées sur l’identité villageoise ou tribale selon les ethnies, sont nombreuses et influentes en ce qui concerne la dynamique interne des groupes, il n’existe pas d’expression politique nubienne institutionnalisée en parti ou en syndicat. Les Nubiens égyptiens n’ont aucune revendication politique, aucune velléité de séparatisme. Le « communautarisme » nubien correspond à un mode de représentation identitaire opportuniste et englobant : « la » communauté nubienne binationale est une référence ethnohistorique, voire un sentiment commun limité dans l’histoire récente à l’affaire du Haut-Barrage ; de chaque côté de la frontière, l’ensemble nubien existe en réaction à l’ensemble national ; à l’intérieur de chaque ensemble national, les distinctions sont fortes entre les groupes ethniques, et dans chaque ethnie entre les unités sociales (tribus, parentèles, villages…). Si les Nubiens votent pour un Nubien, exclusivement, c’est parce qu’il a construit son assise politique au niveau régional. Une fois élu, le député pourrait porter des doléances jusqu’au sommet de l’État, mais, à ce stade, le député nubien est un député comme les autres, possédant sa clientèle locale, régionale, et agissant au sein du ndp. De façon générale, les Nubiens égyptiens sont assez peu sensibles à l’option fondamentaliste.

En Égypte, la création de minorités folkloriques

31Sous Nasser (1952-1971), la reconnaissance étatique du peuple nubien qui passe, nous l’avons vu, par le sacrifice de la population sur l’autel de la nation, s’inscrit dans une politique des minorités inspirée du modèle soviétique. L’Égypte socialiste est alors composée de minorités folklorisées, les « peuples de la Nation », qui bénéficient d’une scène régionale et nationale. L’idée générale est que l’identité nationale est constituée par le rassemblement de cultures différentes, mais présentées comme équivalentes car soumises au même traitement de folklorisation. Un gros effort pédagogique est entrepris pour que chaque « culture » étatiquement définie présente ses coutumes et ses traditions sur un même schéma : artisanat, vêtements, musiques, chants, danses. Chaque région dispose alors d’une Maison de la culture placée sous l’égide du ministère de la Culture, qui encourage différentes manifestations folkloriques.

32Cette folklorisation entraîne de facto la perte du sens local et la plupart des gens ne se reconnaissent pas dans ces manifestations institutionnelles. Cependant, si les activités traditionnelles folklorisées, sorties de leur contexte, sont dévalorisées par les acteurs, l’objectivisation des cultures minoritaires n’entraîne pas l’abandon des traditions. La mise en scène des danses de mariage dans une salle de spectacle n’altère pas leur actualité dans le cercle familial ou tribal. Ces institutions folkloriques perdurent sous des formes amoindries, notamment en ce qui concerne les Bédouins, et il est intéressant de noter que seul le folklore nubien reste une institution à l’échelle nationale, dans une version essentiellement destinée aux touristes, et à l’échelle internationale comme produit d’exportation.

  • 4 Il est bien question ici de la culture matérielle, et jamais de la population… Cf. Säve-Söderbergh, (...)

33Dernier aspect de cette pseudo-valorisation culturelle, l’intervention de l’unesco apparaît comme un révélateur identitaire extérieur. Face à la construction du Haut-Barrage d’Assouan, l’organisme international a lancé une gigantesque campagne de sauvetage archéologique des monuments de Nubie — tandis que l’American University in Cairo menait, à bien moindre échelle et avec des subsides bien moins importants, une étude ethnologique d’urgence avant le transfert de la population. La culture nubienne, identifiée au pays qui portait les traces de l’Antiquité, s’est trouvée portée au rang de patrimoine mondial4, ce qui a modifié son statut sur le plan national. Récemment, le projet trentenaire d’édification d’un musée de la Nubie s’est enfin concrétisé, à Assouan, grâce à des crédits internationaux.


*

* *

34En conclusion, et pour revenir à la question de départ sur les relations entre ethnie, minorité et nation, je dirais que le cas nubien propose plusieurs éléments de réflexion. Il montre que l’identité locale se construit à partir d’éléments divers, provenant à la fois des contacts avec l’Autre proche, ici les autres ethnies, qu’avec l’Autre lointain, qui est ici représenté à des degrés différents par l’antique royaume nubien, la communauté musulmane, la nation égyptienne ou soudanaise. Les représentations locales de l’identité sont, pour une part, internes et autonomes et, pour une autre part, largement informées par des réalités relevant de la sphère du global, qui s’imposent comme des contraintes fortes.

35La frontière modifie à la fois le statut relatif des ethnies nubiennes, au niveau local, et le statut global de ces ethnies qui deviennent des minorités nationales. La construction du Haut-Barrage, tout en entraînant la disparition du territoire, conduit à la reconnaissance étatique des Nubiens comme peuple. La politique nationale crée une minorité folklorique. Ou encore, le classement au patrimoine mondial des monuments antiques s’élevant sur les terres nubiennes dissocie la culture de la population.

36Dans ces États-nations où la dimension pluriculturelle n’apparaît qu’à des moments précis, particuliers, de manière opportuniste, la Nubie n’occupe le devant de la scène nationale que dans ces situations de crise, lorsque les intérêts locaux entrent en conflit avec les intérêts nationaux. Les identités dont il est ici question sont bien des identités d’interaction, affectées par l’événement, et relevant d’un « bricolage » en construction perpétuelle, en redéfinition permanente. Une hypothèse serait que l’ethnie comme représentation correspond à un point de vue interne à usage interne ; alors que la minorité peut correspondre à un point de vue interne destiné à l’extérieur, ou encore à la congruence entre l’autoreprésentation et l’image renvoyée de l’extérieur, en ce que le discours de minorité est le seul que l’État peut entendre et reconnaître, puisqu’il en est à l’origine. Les peuples ne se pensant pas d’emblée comme des minorités, la minorité est une création de l’État, et dans ce cas, le global définit le local.

Haut de page

Bibliographie

Desroches-Noblecourt, Christiane
1960 La campagne internationale pour la sauvegarde des sites et monuments de Nubie, Le Courrier de l’unesco (Paris), XII, 2 : 8-10.

Fogel, Frédérique
1997 Mémoires du Nil, les Nubiens d’Égypte en migration (Paris, Karthala).

Lavergne, Marc (éd.)
1989 Le Soudan contemporain. De l’invasion turco-égyptienne à la rébellion africaine (1821-1989) (Paris/Amman, Karthala/cermoc).

Säve-Söderbergh, Torgny
1992 Victoire en Nubie. La campagne internationale de sauvegarde d’Abou Simbel, de Philæ, et d’autres trésors culturels (Paris, unesco).

Haut de page

Notes

1 Les matériaux réunis pour cet article proviennent de mon terrain de recherche en Nubie égyptienne (Fogel, 1997), et de sources bibliographiques et documentaires.

2 Ces quatre groupes se dénomment (du sud au nord) : Danagla et Mahas au Soudan, Fadidja et Kenzi (pl. Kenuz) en Égypte. Les Danagla et les Kenuz parlent la même langue, appelée dongolawi au Soudan et mattoki en Égypte ; la langue commune des Mahas et des Fadidja porte le nom des groupes qui la parlent, mahassi et fadidja. Le classement linguistique les situe dans la famille africaine nilo-saharienne.

3 Cf. Lavergne, 1989.

4 Il est bien question ici de la culture matérielle, et jamais de la population… Cf. Säve-Söderbergh, 1992. Seule exception : Desroches-Noblecourt (1960) évoque les habitants au début de l’un de ses nombreux articles sur la campagne archéologique de Nubie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ateliers, n° 26 (décembre 2003), pp. 255-267.

Référence électronique

Frédérique Fogel, « Figures nubiennes de l’ethnie, de la minorité, de la nation (Égypte, Soudan) », Ateliers [En ligne], 26 | 2003, mis en ligne le 09 juin 2011, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://ateliers.revues.org/8734

Haut de page

Auteur

Frédérique Fogel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org