Navigation – Plan du site
Retour sur une « grande enquête » : les Baronnies des Pyrénées

Le paysage d’une « société à maison » bas-commingeoise vu au travers des archives cadastrales et photographiques : quand ethnologie et géomatique s’en mêlent

Anne Sourdril et Sylvie Ladet

Résumés

Le paysage d’une « société à maison » bas-commingeoise vu au travers des archives cadastrales et photographiques : quand ethnologie et géomatique s’en mêlent. L’utilisation d’outils tels que les Systèmes d’information géographique (sig) permet une nouvelle formalisation de données issues du dépouillement des archives, notamment cadastrales. L’objectif de cet article est de présenter un retour d’expérience de l’utilisation faite de ces outils, dans le cadre d’une recherche autour des transmissions des patrimoines et de l’organisation du territoire d’une société dite « à maison » du Bas-Comminges, et suite à la collaboration entre ethnologues, écologues et géomaticien du laboratoire Dynafor de l’inra de Toulouse. Si les sig apparaissent comme des outils de formalisation intéressants, ils permettent aussi une conservation et une mutualisation des données utiles dans le cadre de programmes de recherche pluridisciplinaire et/ou au long cours.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 La notion de projet fait ici référence à « un ensemble d’activités qui sont prises en charge, dans (...)
  • 2 La notion d’outil fait référence ici à « l’outil intellectuel (ensemble de modèles, méthodes, infor (...)
  • 3 La géomatique (géographie et informatique) est « une discipline ayant pour objet la gestion des don (...)
  • 4 La plate-forme sig construite sur le site du Bas-Comminges est un des outils scientifiques et techn (...)

1Dans le Sud-Ouest de la France, un programme de recherche interdisciplinaire et au long cours mêlant écologie, agronomie, géographie et ethnologie est mis en place à l’umr Dynamiques forestières dans l’espace rural (Dynafor) dans le but de comprendre l’évolution des caractéristiques écologiques d’un petit territoire du Bas-Comminges (Balent, 1996). Une étude ethnographique s’attachant à décrire les déterminants sociaux de l’organisation de ce territoire et des structures écologiques en résultant a débuté en 2003. L’étude du territoire entendu ici comme « les diverses formes de rapports à l’espace que les individus et les groupes sociaux ne cessent de produire et de transformer dans le cadre de leurs relations sociales » (Alphandery, 2004) implique de s’intéresser, dans une perspective synchronique et diachronique, à la manière dont les acteurs locaux s’approprient ce territoire. Nous nous sommes intéressées aux usages mais aussi à la propriété foncière, aux modes de faire-valoir des terres ou encore, et surtout, à la transmission des patrimoines. Étude de l’organisation du territoire donc et des modes d’appropriation de celui-ci sur le long terme depuis le début du xixe siècle. Nous avons collecté pour cette recherche, outre des données ethnographiques issues d’entretiens et d’observations participantes, divers archives et documents cartographiques classiques, comme les données cadastrales ou des statistiques agricoles, et d’autres plus originaux comme les photographies aériennes. Un traitement innovant de ces données diverses a été effectué via leur intégration et leur organisation au sein d’un projet1 Système d’information géographique (sig, défini ultérieurement). L’accès à des données et à des outils2 nouveaux pour la démarche ethnologique a été permis par la rencontre entre une ethnologue et une géomaticienne3 (Sourdril et al., 2006b), rencontre induite par l’intégration de cette étude au programme de recherche pluridisciplinaire mené sur une thématique centrale, un territoire donné, à des échelles imbriquées et avec des outils communs (plate-forme sig)4 (Deconchat et al., 2007).

2L’objectif de cet article, plus que d’exposer des résultats aboutis, est de présenter un retour d’expérience de la rencontre entre ces deux chercheuses, du dialogue et des adaptations à mettre en place pour faire correspondre données qualitatives et base de données quantitatives et de l’apport de cette collaboration pour l’ethnologie de l’espace. Nous évoquerons dans un premier temps le cadre de l’étude anthropologique, les caractéristiques de la société étudiée et des usages qu’elle fait de son territoire ; nous préciserons ensuite la méthode mise en place et les données nécessaires et disponibles pour l’étude de l’évolution du territoire ; nous verrons enfin comment et quels traitements de ces données sont possibles.

Une thématique : le devenir des liens entre une « société à maison » et son territoire

3Le terrain sur lequel porte notre recherche est constitué de deux villages contigus, Lussignac et Atignac, situés dans le Bas-Comminges à 80 kilomètres au Sud-Ouest de Toulouse. Le paysage de ces deux communes est constitué d’une vallée principale, la vallée de l’Abro du nom de la rivière qui y serpente, séparant deux zones de coteaux (voir figure 1). Ces derniers culminent entre 300 et 350 mètres et les versants (appelés localement paguère pour les versants nord et soulan pour les versants sud) plongent vers des ruisseaux. Sur l’ensemble des coteaux, des haies et de petites forêts sont intégrées dans un ensemble de champs, prés et friches où est pratiquée la polyculture-élevage. Le bâti est formé de maisons isolées ou regroupées en villages et hameaux ; Lussignac et Atignac peuvent être assimilés à une zone d’habitat dispersé (Dion, 1934).

Fig. 1 — Vue 3D des deux communes étudiées : Lussignac et Atignac.

4Le paysage agricole fragmenté et les éléments boisés qui caractérisent cette zone sont des objets d’étude de l’umr Dynafor depuis vingt-cinq ans. Ce laboratoire spécialisé dans l’écologie du paysage a été créé pour développer des recherches sur les dynamiques des formations boisées dans les paysages agricoles (Balent, 2005) ; y sont menées des études autour des pratiques de gestion forestière (du Bus de Warnaffe et al., 2006), de la biodiversité (Deconchat et Balent, 2004), de l’hétérogénéité spatiale, des déterminants sociaux des pratiques forestières et de la fragmentation du paysage (Sourdril et al., 2006a ; Sourdril et du Bus de Warnaffe, 2005) et des caractéristiques agronomiques de l’espace et des exploitations agricoles (Sauget, 1995 ; Thevenet, 2007).

5Centrée au départ sur les déterminants des pratiques forestières, l’étude d’ethnologie est passée d’une approche autour des pratiques des acteurs à une approche des dynamiques d’une société locale et de son territoire (Sourdril, 2007). Cette société locale du Bas-Comminges fonctionne suivant le modèle du « système à maison » et est caractérisée par la permanence de son organisation sociale et territoriale. Les sociétés paysannes dites « à maison » sont axées sur une entité sociale, la maison entendue comme « une personne morale, détentrice d’un domaine, composée à la fois de biens matériels et immatériels et qui se perpétue par la transmission de son nom, de sa fortune et de ses titres en ligne réelle ou fictive » (Lévi-Strauss, 1991) et dont la caractéristique est d’être transmise dans son intégralité à un héritier/successeur unique (Augustins, 1989). La maison est dans ce système confondue avec l’exploitation agricole (Bonnain, 1981). Le système induit ainsi une stabilité du territoire, des pratiques et des usages et un fort attachement au foncier (Augustins, 1981).

  • 5 Lussignac est situé dans une vallée qui reste assez isolée, où l’infrastructure routière est peu dé (...)

6La question que nous posons quant aux liens entre « société à maison » et territoire est celle de la permanence actuelle du système. En effet, les communes étudiées, si elles sont caractérisées par un isolement géographique5 qui a fait se maintenir des principes fondateurs du système à maison, ont aussi subi des changements importants ces dernières décennies et notamment depuis une dizaine d’années au travers d’une déprise agricole forte et de l’installation massive de nouveaux ruraux d’origine étrangère. Comment, dès lors, une société à maison structurellement stable a-t-elle fait face aux mutations du monde rural au cours du xxe siècle et plus spécifiquement ces vingt dernières années ? Quel devenir et quelle pertinence ont des niveaux d’organisation sociale et territoriale telle que la maison aujourd’hui ? Enfin la question en lien avec l’umr Dynafor : comment le système à maison produit ou non le paysage agricole fragmenté de ces villages bas-commingeois et a-t-il une influence sur les structures écologiques et les dynamiques des formations boisées ? Telles étaient les questions que nous nous posions et auxquelles nous avons pu répondre, en partie, grâce à l’intégration de nos données dans un projet sig.

Une méthode et des données : la reconstitution d’unités signifiantes sur le territoire à partir des archives

  • 6 Le terme « ripisylve » caractérise les formations boisées poussant en bordure de ruisseaux.

7Afin de répondre à ces questions nous avons décidé de reconstituer depuis le début du xixe siècle et jusqu’à aujourd’hui : 1/ les patrimoines des maisons présentes sur les deux villages, 2/ la surface des exploitations agricoles et le mode de faire-valoir des terres et 3/ le marquage (haie, ripisylve)6 et l’occupation (champ, pré, friche, bois, vigne) des parcellaires.

  • 7 Anne Sourdril a passé deux ans sur le terrain, elle y a effectué une étude monographique et conduit (...)
  • 8 Les états de section sont les premiers registres correspondant au cadastre napoléonien ; ils donnai (...)
  • 9 Les photographies aériennes sont disponibles à partir de 1942 et jusqu’à 2002 avec une périodicité (...)

8Nous avons mobilisé, pour élaborer nos reconstitutions, outre les informations issues de nos enquêtes et entretiens auprès des acteurs sur le terrain7, des archives cadastrales, agricoles et photographiques. En ce qui concerne la reconstitution des patrimoines fonciers et l’occupation du sol, nous avons travaillé à partir des trois cadastres et des matrices correspondantes : le cadastre napoléonien, datant de 1825 accompagné de son état de section et des matrices cadastrale de 1844 et 19128, le cadastre rénové en 1960 et sa matrice et le cadastre remembré et la matrice de 2003 (Maurin, 1992). Pour ce qui est de la reconstitution des exploitations agricoles nous avons utilisé des archives communales concernant les assolements pour la période 1980-1990, les déclarations de la Politique agricole commune (pac) disponibles à partir des années 1992, ainsi que des enquêtes de chercheurs ou contractuels de l’umr Dynafor déjà, en partie, intégrées dans la plate-forme sig (Gout, 2007 ; Sauget, 1995 ; Thevenet, 2007). Nous avons également utilisé, pour rendre compte du marquage et de l’occupation du sol, des photographies aériennes datant de 1942, 1971 et 20029 que nous avons photo­interprétées.

9Nous avons au départ effectué des cartographies papiers des reconstitutions qui nous intéressaient utilisant matrices, photocopies des cadastres et des photos aériennes et crayons de couleur (voir figure 2) ; puis nous avons informatisé ces cartes et intégré les données collectées au sig déjà disponible à Dynafor et dans lequel des cadastres et photographies aériennes avaient déjà été géoréférencés.

Fig. 2 — De la carte papier à la carte numérique (exemple pour Lussignac).

  • 10 Elle est constituée essentiellement de fonds cartographiques de type raster (série temporelle de ph (...)
  • 11 Il existe différents logiciels sig. Pour une description des principaux logiciels voir Lewis (2000)

10Mais le passage entre la forme papier et informatique n’est pas si facile. Si nous avons eu la chance de disposer pour informatiser nos données d’une base de données spatialisée10 gérée au niveau d’un logiciel de sig (Arcview 3.2, esri®)11, il nous a fallu néanmoins compléter les fonds cartographiques. En effet, certains de ceux qui nous intéressaient n’étaient pas intégrés dans la plate-forme, il a fallu aussi constituer une base de données géographique adéquate permettant d’intégrer l’ensemble des données qualitatives, définir des unités de base à renseigner et surtout travailler en équipe, l’ethnologue pouvant acquérir des notions de base de l’utilisation du sig mais certainement pas devenir géomaticien.

Les Systèmes d’information géographique, des outils aux multiples facettes

11Ce travail entre géomaticienne et ethnologue a entraîné des questions multiples apparues dès le départ de notre collaboration. Que peuvent faire les ethnologues d’un sig ? Mais au fait qu’est ce qu’un sig ? Il existe des réponses multiples dans la littérature dédiée à la géomatique et la recherche d’une définition acceptée par tous est quasiment impossible tant elle varie en fonction des auteurs. Nous avons repris celle de l’université de géographie de Reno (Nevada, États-Unis) à savoir que le sig est « un outil unique intégrant des données diverses mais localisées dans le même espace géographique, relatives à la fois à la terre et à l’homme, à leurs interactions et à leurs évolutions respectives, quels que soient les domaines concernés : physiques, sociaux, économiques, écologiques, culturels, etc. Ce rassemblement permet d’élaborer les synthèses indispensables à la prise de décision dans tous les domaines aussi bien dans les situations de crise que dans les évolutions à long terme ». Ce qui nous intéresse dans cette définition est le fait que l’utilisation des sig peut permettre de faire émerger les liens et interactions dans une perspective synchronique et diachronique entre phénomènes sociologiques et organisation du territoire et permettre la synthèse d’informations provenant de sources et de domaines divers.

12Dans ce projet sig, l’intégration de données hétérogènes, qui ne proviennent pas dans le cadre de cette étude précise de domaines disciplinaires différents mais de sources de données variées, va nous permettre : 1/ de formaliser ces données à la fois dans leur géométrie, dans leur thématique et leur agencement temporel, 2/ de combiner ces données grâce aux outils d’analyse spatiale, 3/ de répondre aux interrogations des thématiciens par requêtes multi-critères et 4/ de quantifier et modéliser les dynamiques spatio-temporelles de processus complexes (Collet, 2005).

  • 12 Le géoréferencement est la définition du lien qui existe entre une couche et sa position à la surfa (...)
  • 13 La digitalisation est la saisie numérique d’un objet sous forme vectorielle. Classiquement ces obje (...)

13À Dynafor, si nous avons eu la chance de disposer d’une plate-forme sig existante où de nombreuses données étaient déjà structurées (photographies aériennes de 2002, cadastre rénové), notre objectif de reconstitution des entités spatiales a néanmoins demandé l’utilisation de bases cartographiques supplémentaires – parfois disponibles (photographies aériennes antérieures à 2002 sous forme papier) ou que nous avons dû collecter (cadastres napoléonien et remembré) pour les intégrer au projet sig. Nous avons ainsi été confrontées à de premiers problèmes spécifiques, à savoir le géoréférencement12, la digitalisation13 et la saisie de l’information de ces bases cartographiques, notamment des cartes anciennes (Joliveau, 2004).

  • 14 Les deux zones couvrent environ 400 hectares, représentent actuellement 48 maisons dont une trentai (...)

14Ce travail étant très long il nous a fallu trouver des compromis. En ce qui concerne le traitement du cadastre napoléonien nous avons choisi de travailler sur des parties seulement des communes et de nous concentrer sur quelques sections cadastrales et non le cadastre entier. Pour que notre travail soit cohérent nous avons choisi des sections caractéristiques des deux villages présentant des situations géographiques, topographiques et sociales représentatives, à savoir une zone en rivière et une zone en coteaux et où se situait l’ensemble des différentes formes de maisons et exploitations agricoles présentes sur les deux villages14 (voir figure 3). Ce choix demandait une bonne connaissance préalable du terrain d’étude.

Fig. 3 — Situation des deux zones choisies, à Lussignac la zone en coteaux et à Atignac celle en rivière.

  • 15 Il serait possible de reconstituer les transformations du plan mais dans le cadre de notre travail (...)

15Nous avons ensuite choisi de travailler au niveau de la parcelle cadastrale et donc d’effectuer la digitalisation à cette échelle, la parcelle cadastrale étant « un bon exemple de dynamique d’entités modifiables : découpages et composition des parcelles peuvent être modifiés (Lardon et al., 1999). Nous avons également décidé de ne pas retenir des données difficilement intégrables dans le projet sig. Nous souhaitions ainsi reconstituer l’occupation du sol et la propriété foncière à partir des données cadastrales pour les années 1880 et 1920 mais il n’y a plus de correspondances entre les matrices et plans entre 1840 et 1920 : en effet si la forme et les caractéristiques des parcellaires évoluent dans les matrices de 1840 et 1912 (changement d’affectation de l’occupation du sol, découpages ou fusion du parcellaire), ces évolutions ne sont pas retranscrites sur le plan. Nous avons tenté de reconstituer ces découpages ; nous avons réussi à élaborer des cartes des patrimoines fonciers, les parcelles découpées restant tout de même souvent la propriété d’un même individu ou d’une même maison. Mais pour l’occupation du sol, nos cartes sont restées très imprécises15. Nous avons donc préféré travailler l’information pour 1880 et 1920 dans la base de données externe au logiciel sig (utilisation d’Access, Microsoft) mais sans la cartographier.

  • 16 Nous avons procédé à un géoréferencement par rectification simple car notre zone d’étude a un faibl (...)
  • 17 Les agronomes choisiront par exemple l’îlot de la pac comme référentiel de base pour des études des (...)

16Ces compromis trouvés, il nous a fallu passer à l’étape suivante, à savoir l’intégration, le géoréférencement et la digitalisation des cadastres et photographies papier dans le logiciel sig. Nous avons scanné les cartes anciennes et nous les avons rectifiées par rapport à un support numérique géoréférencé16 (dans notre cas les photographies aériennes de 2002). Enfin nous avons digitalisé ces nouvelles données. Nous avons effectué une digitalisation régressive du cadastre, du plus récent au plus ancien. La première étape consistait à construire la couche vecteur polygonale correspondant à la digitalisation du cadastre remembré. Nous avons choisi comme polygone de base la parcelle cadastrale. La parcelle cadastrale était l’unité la plus en adéquation avec nos questionnements et nos sources de données17, mais c’est une unité mouvante entre les trois cadastres (voir figure 4).

Fig. 4 — Digitalisation et évolution parcellaire des trois cadastres étudiés : exemple d’une section cadastrale à Atignac.

  • 18 Les types d’occupation du sol changent suivant les différents cadastres : si la mention de lande es (...)
  • 19 Une maison peut être possédée par plusieurs propriétaires, et des terres d’une maison donnée peuven (...)
  • 20 La photo-interprétation consiste à observer une photographie aérienne à l’aide d’une loupe ou lunet (...)

17Nous avons ensuite créé une base de données appelée « table attributaire » dans laquelle différents champs pour chaque parcelle cadastrale étaient renseignés, à savoir : le numéro de la parcelle cadastrale, la surface en hectares, le nom du propriétaire de la parcelle, l’occupation du sol18, le mode de faire-valoir, le nom de la maison et le nom de l’exploitation agricole à laquelle est rattachée la parcelle19. Dans la seconde étape, un dupliqua de cette couche contours est alors superposé sur l’image du cadastre rénové et seuls les polygones ayant changé de nature ou de forme sont modifiés, et cela jusqu’au cadastre napoléonien. L’intérêt de cette méthode est d’éviter l’apparition de polygones artefacts entre des couches créées séparément. La même méthode a été utilisée pour la digitalisation de la photo-interprétation20 des marquages de patrimoines sous la forme d’une couche vectorielle de type linéaire (Muraz et al., 1999).

  • 21 La base de données en exhaustif comportant plus de 1 600 parcelles à renseigner pour Lussignac et p (...)
  • 22 Le travail était plus aisé pour les dates extrêmes étant donné que nous disposons d’une liste ordon (...)

18Nous avons donc travaillé à partir des cadastres et des photographies aériennes comme bases de cartographie. La reconstitution des entités spatiales nous a demandé une formalisation de nos données au sein d’une base de données géographique, composée de plusieurs tables attributaires. Nous souhaitions au départ renseigner la base de données de manière exhaustive sur nos deux communes d’investigation, et pour un ensemble de huit dates allant de 1825 à 2003. Les premières tentatives nous ont montré que le travail pour compléter la base était faramineux21 et que, en outre, comme nous l’avons montré dans le paragraphe précédent, la digitalisation du cadastre napoléonien nécessaire pour intégrer l’information entre 1844 et 1960 nous demandait trop de temps ; nous avons donc réduit nos objectifs, choisi de travailler en exhaustif pour les périodes extrêmes à savoir 1825 et 2003 et de travailler sur nos deux zones représentatives pour les autres dates22. Concernant notre travail de photo-interprétation notre objectif était de comprendre comment évoluait le marquage du territoire par les éléments boisés (haies, ripisylves) et les surfaces des petites forêts privées depuis les années 1940. Nous avons également choisi de centrer notre photo-interprétation sur les deux zones mentionnées.

19La saisie et l’organisation des informations est longue et nécessite d’avoir défini les objectifs et la dimension spatiale de l’étude bien en amont pour que l’utilisation du sig soit possible et utile (Aldenderfer, 1996). Cela étant fait, le traitement des données est ensuite relativement aisé ; les différentes couches d’information étant superposables à la manière de calques, les possibilités de croisements des données et de requêtes thématiques sont très importantes et permettent l’élaboration de cartes recoupant différents thèmes rendant l’analyse du cadastre et de nos données à la fois souple et rapide.

Quand le sig contribue à la démonstration de la permanence de l’influence du système à maison sur l’organisation du territoire

  • 23 Il existe plusieurs logiciels de cartographie classiques appelés aussi de dao (dessin assisté par o (...)

20Un atout majeur du logiciel sig par rapport à un logiciel de cartographie classique23 est bien sa capacité de navigation dans la base de données et son interrogation tant dans sa dimension spatiale (carte) que dans sa dimension attributaire (tables). On peut donc établir des requêtes attributaires fondées sur des relations logiques et des requêtes spatiales ou sur une combinaison des deux pour sélectionner des objets ayant une caractéristique particulière. Encore une fois, les requêtes ne peuvent pas être faites au hasard et demandent en amont un effort d’organisation des données et de réflexion autour des hypothèses de la recherche. Dans le cadre de notre étude donc, l’enquête ethnographique effectuée préalablement et en même temps a contribué à définir nos questions et requêtes ; elle a également permis d’interpréter les résultats obtenus dont elle s’est nourrie.

  • 24 Nous présentons ici uniquement quelques résultats succincts permettant de montrer l’utilisation et (...)

21Des exemples de résultats24 auxquels nous arrivons via l’exploitation du sig sont 1/ une relative permanence des patrimoines fonciers, 2/ une instabilité de l’espace et des exploitations agricoles, mais une permanence de l’espace boisé – des petites forêts privées notamment et 3/ des changements quant au marquage du parcellaire mais une stabilité de celui-ci sur les limites des maisons.

  • 25 Notre enquête ethnographique nous a montré que la maison n’était, jusqu’au début des années 2000, m (...)
  • 26 Les remembrements ont eu lieu en 1986 à Lussignac et en 1992 à Atignac.

22Les différentes cartes produites indiquent une relative permanence du patrimoine des maisons comme nous le montre la reconstitution du patrimoine de la maison B (voir figure 5). Bien sûr, la permanence n’est pas totale et cette maison a vu son territoire s’agrandir par l’achat dans les années 1990 des terres d’une maison contiguë. Cet exemple illustre l’évolution du patrimoine des maisons en général. Ainsi, la surface de certaines propriétés fluctuent, de petites maisons disparaissent et certaines, mais cela est plus rare, peuvent être morcelées25. Pourtant un maintien et un renforcement de la compacité des propriétés sont observés ; la rénovation du cadastre en 1960, les remembrements26 ou des arrangements spontanés entre propriétaires ont contribué tout au long du siècle dernier à faire perdurer et consolider les maisons.

Fig. 5 — Évolution du patrimoine de la « maison » B entre 1920 et 2003.

  • 27 Au début du xxe siècle, le système de production des exploitations était axé sur un système de poly (...)

23Contrairement aux patrimoines fonciers, les exploitations agricoles sont très instables au cours du siècle dernier, comme nous le voyons sur l’illustration de la reconstitution rétrospective de l’exploitation A (voir figure 6). La Surface agricole utile (sau) de cette exploitation a augmenté ; les requêtes effectuées via le sig nous ont permis de mettre au jour l’évolution de l’occupation du sol, à savoir les transformations de la part des terres comparée à celle des prés et la permanence de la surface en bois. Cette situation particulière illustre la tendance globale des changements relatifs au système de production agricole et à l’occupation du sol dans les deux communes. Jusque dans les années 1980, ce qui est relativement tardif, les maisons sont restées des exploitations axées sur un système de polyculture-élevage valorisant autosubsistance et diversité des pratiques ; ensuite, l’exode rural, les nouvelles réglementations et politiques agricoles et la déprise ont induit un agrandissement et une spécialisation des exploitations. L’espace agricole est également mouvant ; si au début du xxe siècle les champs ont laissé la place aux prés suite à la hausse de l’élevage dans les exploitations, aujourd’hui, et notamment depuis les remembrements, la situation inverse se produit27. Contrairement à l’espace agricole, l’espace forestier est relativement permanent au cours du xxe siècle. Les petits bois qui parsèment le territoire des deux communes n’ont que très peu changé.

Fig. 6 — De l'instabilité d'une exploitation, exemple de l’exploitation A.

  • 28 Des maisons ne possédaient pas de bois. Dans ce cas elles se fournissaient en bois de chauffage ou (...)

24La dispersion des éléments boisés dans le territoire est fortement conditionnée par le système à maison. En effet, les maisons devaient être autosubsistantes et leur territoire devait regrouper l’ensemble des occupations du sol nécessaire à la vie de la maisonnée (Augustins, 1981) ; chaque maison, ou presque, possédait donc une parcelle de bois pour sa production de bois de chauffage notamment28, ce qui a induit ce paysage agricole fragmenté qui caractérise le Bas-Comminges.

  • 29 Ceux qui apparaissent sont situés généralement autour des bâtiments d’exploitation ou d’habitation, (...)

25Cette fragmentation du paysage est également due à la présence de haies et ripisylves sur le territoire dont le traitement est aussi conditionné par le système à maison. Nous avons ainsi photo-interprété le marquage du territoire sur les photographies aériennes à trois dates, digitalisé les informations obtenues dans le sig et lancé une requête pour déterminer les limites qui se sont maintenues, ont disparu ou sont apparues entre 1942 et 2002. Puis nous avons superposé ces marqueurs avec le contour des patrimoines des maisons (voir figure 7) ; nous nous sommes rendu compte que les marqueurs qui se maintenaient étaient situés en limites des maisons et que ceux qui disparaissaient étaient situés à l’intérieur des patrimoines29. Cela traduit donc l’importance du marquage des unités foncières de référence sur le territoire.

Fig. 7 — Photo-interprétation des marqueurs sur le territoire.

26Ces résultats, présentés ici très brièvement, nous indiquent trois choses : d’une part que le système à maison organise toujours fortement l’organisation du territoire de ces deux communes du Bas-Comminges ; d’autre part, ils permettent de présenter des éléments de réponses aux questions globalement posées par les écologues de l’umr Dynafor à l’ethnologue au début de la recherche concernant les déterminants sociaux de la fragmentation du paysage des deux communes de référence ; enfin ces résultats et la méthode pour les faire émerger nous montrent quels apports l’utilisation du sig peut avoir pour l’enquête ethnographique et pour le traitement des données archivistiques, et comment sig et ethnographie se complètent. Si l’utilisation des sig conduit à une analyse fine et rapide des données, elle permet aussi la création de nouvelles données permettant la validation, l’infirmation ou la mise au jour de nouveaux résultats, de nouvelles hypothèses ou de nouveaux questionnements (Liverman et al., 1998).

Conclusion : sig, sciences sociales et pluridisciplinarité

  • 30 Nous pourrions ainsi envisager d’effectuer de nouvelles études sur l’évolution du parcellaire, des (...)

27Le sig apparaît comme un moyen d’organiser le traitement des données issu du dépouillement des archives. Il permet de les analyser, de les confronter à d’autres données de terrain et de formaliser le tout. Il rend aussi possible le traitement des données des chercheurs en sciences sociales à des échelles différentes ; enfin, dans le cadre de recherches pluridisciplinaires, il permet la fédération de données différentes à une période précise mais aussi sur le long terme (Stonich, 1996). Il y a déjà une vingtaine d’années en France, les ethnologues constataient et pressentaient les progrès en matière de traitement informatique des données spatiales (Centre d’ethnologie méditerranéenne, 1982 ; Lambin, 1988) qui permettraient la multiplication et la diversification de « cartes de travail [pouvant] être des adjuvants spécifiques pour la solution de problèmes anthropologiques » (Bromberger, 1984). Aujourd’hui les sig, ainsi, en plus d’être des adjuvants, des outils de visualisation, de stockage sont aussi des outils d’interprétation, de quantification, de mutualisation et de comparaison. Comparaison entre données de disciplines différentes mais aussi comparaison de données d’un même chercheur à différentes dates. Le sig peut aussi permettre de stocker des matériaux de l’ethnologue et de contribuer à l’élaboration sur le long terme d’études comparatives sur un même terrain30. Il ne faut pas oublier néanmoins que le sig est un outil pour l’ethnologue, un moyen au service de l’enquête ethnographique (Wright et al., 1997) ; pour être utilisé de manière efficace, le sig doit en outre être précédé d’une solide réflexion sur les attentes et la dimension spatiale de l’étude de l’ethnologue (Aldenderfer, 1996).

28Si l’on se réfère à l’expérience internationale (Burrough et Rachael, 1998), il apparaît que les principales avancées concernant la prise en compte des conditions écologiques et humaines se sont fortement appuyées sur des outils scientifiques et techniques fédérateurs qui ont permis d’établir un lien tangible entre les différents compartiments des systèmes étudiés, et plus particulièrement de modéliser les systèmes d’interactions entre dynamiques écologiques et dynamiques sociales (Blanc-Pamard et al., 2005). Cette approche conduit aujourd’hui à proposer une démarche méthodologique fondée sur le couplage entre modèles physiques et humains, en utilisant les sig comme plates-formes d’interopérabilité entre ces modèles. Le projet sig que nous avons construit est un outil intellectuel visant à donner des éléments de réponse à un problème ayant une dimension spatiale dans un contexte organisationnel précis.

Haut de page

Bibliographie

Aldenderfer, M.
1996 Introduction, in M. Aldenderfer et H. Maschner (éd.), Anthropology, space, and Geographic Information Systems (Oxford, Oxford University Press) : 3-18.

Alphandery, P.
2004Territoires en questions : pratiques des lieux, usages d’un mot, Ethnologie française, xxxiv, 1 : 5-12.

Ansquer, G. et Chevalier, J.
2005Top@gri, le sig avec la « brique réglementaire » de l’agriculteur, Conférence Francophone esri, 5-6 octobre 2005, Issy-les-Moulineaux.

Augustins, G.
1981Maison et société dans les Baronnies au xixe siècle, in I. Chiva et J. Goy (éd.), Les Baronnies des Pyrénées, tome i, Maisons, mode de vie, société (Paris, Éditions de l’ehess) : 21-117.
1989Comment se perpétuer ? Devenir des lignées et destins des patrimoines dans les paysanneries européennes (Nanterre, Société d’ethnologie).

Balent, G.
1996La forêt paysanne dans l’espace rural. Biodiversité, paysages, produits (Versailles, inra, coll. Études et recherches sur les systèmes agraires et le développement, 29).
2005Dossier de demande de reconnaissance d’une unité de recherche auprès du ministère de la Recherche. Dynamiques forestières dans l’espace rural (umr 1201) (Castanet-Tolosan, inra).

Bergeron, M.
1992Vocabulaire de la géomatique (Québec, Office de la langue française).

Blanc-Pamard, C., Milleville, P., Grouzis, M., Lasry, F. et Razanaka, S.
2005Une alliance de disciplines sur une question environnementale : la déforestation en forêt des Mikéa (Sud-Ouest de Madagascar), Natures, Sciences, Sociétés, 13 : 7-20.

Bonnain, R.
1981Les « bonnes maisons » : perception, expression et réalité de la stratification sociale d’un groupe villageois, in I. Chiva et J. Goy (éd.), Les Baronnies des Pyrénées, tome i, Maisons, mode de vie, société (Paris, Éditions de l’ehess) : 123-168.

Bromberger, C.
1984Des cartes ethnologiques : pourquoi faire ?, Terrain, 3 : 84-87.

Burrough, P. et Rachael, M.
1998 Principles of Geographical Information Systems (Oxford, Oxford University Press).

Centre d’ethnologie méditerranéenne (Aix-en-Provence)
1982Bilan et perspectives de la cartographie ethnologique en Europe : actes de la table ronde (Aix-en-Provence, 25-27 nov. 1982), Technologies, idéologies, pratiques, 4.

Collet, C.
2005Analyse spatiale, géomatique et Systèmes d’information géographique, Revue internationale de géomatique, xv, 4 : 393-414.

Deconchat, M. et Balent, G.
2004Critères et indicateurs de gestion durable des forêts : la biodiversité, Revue forestière française, lvi, 5 : 419-430.

Deconchat, M., Gibon, A., Cabanettes, A., du Bus de Warnaffe, G., Hewison, M., Garine, E., Gavaland, A., Lacombe, J., Ladet, S., Monteil, C., Ouin, A., Sarthou, J., Sourdril, A. et Balent, G.
2007 How to set up a research framework to analyze social-ecological interactive processes in rural landscape, Ecology and society, 12, (1).
([en ligne] http://www.ecologyandsociety.org/vol12/iss1/art15/)

Dion, R.
1934Essai sur la formation du paysage rural français (Tours, Arrault et Cie).

du Bus de Warnaffe, G., Deconchat, M., Ladet, S. et Balent, G.
2006 Variability of cutting regimes in small private coppice forests of South-Western France, Annals of forest sciences, 63 : 915-927.

Ghozzi, F., Davtian, G. et Thomassin, P.
2004Apport d’un sig à l’étude d’un cadastre dit « napoléonien », Géomatique expert, 38 : 33-38.

Gout, J.
2007L’étude des structures spatiales des exploitations : un moyen de mieux comprendre la diversité des pratiques de gestion agricole dans les territoires ruraux, Mémoire d’ingénieur, umr Dynafor, École d’ingénieur de Purpan (Toulouse).

Joliveau, T.
2004Géomatique et gestion environnementale du territoire. Recherches sur un usage géographique des sig, Mémoire d’Habilitation à diriger des recherches en sciences humaines, université de Rouen, 2 vol.

Lambin, E.
1988L’apport de la télédétection dans l’étude des systèmes agraires d’Afrique : l’exemple du Burkina Faso, Africa. Journal of the International African Institute, 58, 3 : 337-352.

Lardon, S., Libourel, T. et Cheylan, J.-P.
1999Concevoir la dynamique des entités spatio-temporelles, Revue internationale de géomatique, 9, 1 : 45-65.

Levi-Strauss, Cl.
1991Maison, in P. Bonte et M. Izard (éd.), Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie (Paris, Presses Universitaires de France) : 434-436.

Lewis, R. B.
2000 ArcView 3.2a, MapInfo 6.0 and Manifold 4.5: A comparative review of Geographical Information System Software, Field Methods, 12, 4 : 358-377.

Liverman, D., Moran, E., Rindfuss, R. et Stern, P.
1998 People and pixels. Linking remote sensing and social science (Washington D.C., National Academy Press).

Maurin, A.
1992Le cadastre en France. Histoire et rénovation (Paris, Éditions du cnrs).

Muraz, J., Durrieu, S., Labbe, S., Andreassian, V. et Tangara, M.
1999Comment valoriser les photos aériennes dans les sig, Ingénieries, 20 : 39-57.

Sauget, N.
1995Agro-écosystème et société : la diversité des façons de produire des agriculteurs dans les coteaux de Gascogne, Thèse de doctorat, Université de Paris X-Nanterre (sous la dir. de M. Jollivet).

Sourdril A.
2007Des pratiques des acteurs aux dynamiques de la société. « Société à maison » et territoire en Nord-Comminges (communication orale présentée au Séminaire général du lesc, 22 mai 2007).

Sourdril A. et du Bus de Warnaffe G.
2005Pratiques, structures écologiques et représentations sociales dans les forêts paysannes du Canton d’Aurignac (Haute-Garonne), in M. Taabni (éd.), La forêt : enjeux comparés des formes d’appropriation, de gestion et d’exploitation dans les politiques environnementales et le contexte d’urbanisation généralisée, Actes du Colloque International (Poitiers, 16-17 octobre 2003) (Poitiers, Laboratoire icotem, Maison des sciences de l’homme et de la société, Université de Poitiers) : 236-244.

Sourdril, A., du Bus de Warnaffe, G., Deconchat, M., Garine, E. et Balent, G.
2006a From farm forestry to farm and forestry in South-Western France as a result of changes in a “house-centred” social structure, Small-scale forest, economics, management, and policy, 5, 1 : 127-144.

Sourdril, A., Ladet, S. et Deconchat, M.
2006bDe la stabilité du territoire d’une « société à maison » commingeoise : quand ethnologie et géomatique s’en mêlent (communication orale présentée aux Journées de iale France 2006 « Le paysage à la croisée des sciences de la nature et des sciences humaines », université de Rennes 1, Rennes, 7-10 novembre 2006).

Stonich, S.
1996 Integrating socioeconomic and geographic information systems: a methodology for rural development and agricultural policy design, in M. Aldenderfer et H. Maschner (éd.), Anthropology, space, and Geographic Information Systems (Oxford, Oxford University Press) : 78-96.

Thevenet, C.
2007Contribution aux recherches sur les changements de l’utilisation agricole des terres dans les coteaux de Gascogne (site-atelier de la Vallée de la Nère) (Toulouse, Dynafor inp-ensat).

Wright, D. J., Goodchild, M. F. et Proctor, J. D.
1997 gis: Tool or science? Demystifying the persistent ambiguity of gis as “tool” versus “science”, Annals of the Association of American geographers, 87, 2 : 346-362.

Haut de page

Notes

1 La notion de projet fait ici référence à « un ensemble d’activités qui sont prises en charge, dans un délai donné et dans les limites de ressources imparties, par des personnes qui y sont affectées dans le but d’atteindre des objectifs définis » afnor (Association française de normalisation).

2 La notion d’outil fait référence ici à « l’outil intellectuel (ensemble de modèles, méthodes, information) permettant de répondre à une question conceptuelle » (Joliveau, 2004).

3 La géomatique (géographie et informatique) est « une discipline ayant pour objet la gestion des données à référence spatiale par l’intégration des sciences et des technologies reliées à leur acquisition, à leur stockage, leur traitement et leur diffusion » (Bergeron, 1992).

4 La plate-forme sig construite sur le site du Bas-Comminges est un des outils scientifiques et techniques fédérateurs, coordonné par Sylvie Ladet ; cette plateforme participe à établir un lien tangible entre les différents compartiments des systèmes étudiés. Elle est évolutive, modulaire.

5 Lussignac est situé dans une vallée qui reste assez isolée, où l’infrastructure routière est peu développée. La première ville importante, la première gare ou la première route nationale sont distantes de plus de 30 kilomètres.

6 Le terme « ripisylve » caractérise les formations boisées poussant en bordure de ruisseaux.

7 Anne Sourdril a passé deux ans sur le terrain, elle y a effectué une étude monographique et conduit des entretiens axés sur les pratiques forestières, les transmissions des patrimoines, l’évolution de l’agriculture et les relations d’entraide familiale et de voisinage.

8 Les états de section sont les premiers registres correspondant au cadastre napoléonien ; ils donnaient une liste des sections cadastrales et des parcelles propres à chaque section et pour chaque parcelle des informations comme la référence cadastrale, sa contenance, son occupation du sol et son propriétaire. La matrice cadastrale, quant à elle, n’est pas organisée par section et parcelles mais par propriétaire « récapitulant par propriétaire les renseignements relatifs aux propriétés bâties et non bâties que celui-ci possède dans la commune ». Entre 1825, date de constitution du cadastre napoléonien et 1960 si les registres parcellaires (matrices) ont été mis à jour, le plan lui est resté tel quel (Maurin, 1992).

9 Les photographies aériennes sont disponibles à partir de 1942 et jusqu’à 2002 avec une périodicité décennale ; nous avons choisi de privilégier trois dates clés et des photographies lisibles, la qualité des photographies n’étant pas la même tous les dix ans (photo plus sombre, en noir et blanc…). Les photos aériennes de 2002 sont extraites d’un produit ign appelé bdortho qui comprend des images numériques des photos en couleur avec une résolution finale au sol de 50 centimètres et un positionnement géographique très précis (orthorectification).

10 Elle est constituée essentiellement de fonds cartographiques de type raster (série temporelle de photographies aériennes de 1942 à 2002 de l’ign, carte topographique de l’ign ; modèle numérique de terrain de l’ign, image satelittale de SpotImage), de fonds cartographiques de type vecteur (limites administratives de l’ign, réseaux, parcellaires obtenus par l’inra).

11 Il existe différents logiciels sig. Pour une description des principaux logiciels voir Lewis (2000).

12 Le géoréferencement est la définition du lien qui existe entre une couche et sa position à la surface de la terre définie par un système de coordonnées de référence (Ghozzi et al., 2004).

13 La digitalisation est la saisie numérique d’un objet sous forme vectorielle. Classiquement ces objets sont de trois types : points, lignes, polygones.

14 Les deux zones couvrent environ 400 hectares, représentent actuellement 48 maisons dont une trentaine sont celles d’acteurs enquêtés.

15 Il serait possible de reconstituer les transformations du plan mais dans le cadre de notre travail de thèse, le travail était trop long pour l’usage que nous voulions en faire.

16 Nous avons procédé à un géoréferencement par rectification simple car notre zone d’étude a un faible relief. Nous minimisons les déformations des données dues au relief.

17 Les agronomes choisiront par exemple l’îlot de la pac comme référentiel de base pour des études des exploitations agricoles sur des périodes récentes. Les îlots pac sont des parcelles agricoles définies pour les aides liées aux surfaces ; ils sont depuis très récemment intégrés par les agriculteurs et les chambres d’agriculture dans des sig, ce qu’on appelle la « pac graphique » (Ansquer et Chevalier, 2005).

18 Les types d’occupation du sol changent suivant les différents cadastres : si la mention de lande est présente dans la matrice cadastrale de 1920 ou de 1960, cette catégorie n’existe plus dans les matrices postérieures. Néanmoins nous voulions uniformiser les catégories et nous avons regroupé différents types d’occupation du sol ensemble ; il y a tout d’abord les champs ou terres (T) ; les prés, pâtures (P) ; les landes ou friches (F) ; les sols, bâtiments ou maisons (M) ; les vignes hautes ou vignes basses (V) ; les bois taillis, bois résineux, bois simples (B).

19 Une maison peut être possédée par plusieurs propriétaires, et des terres d’une maison donnée peuvent être exploitées par un exploitant qui n’est pas le propriétaire de la parcelle ou de la maison, c’est pour cela que nous renseignons également les modes de faire-valoir (faire-valoir direct ou indirect – fermage).

20 La photo-interprétation consiste à observer une photographie aérienne à l’aide d’une loupe ou lunette stéréoscopique et à dessiner sur un calque transparent posé par-dessus les éléments qui nous intéressent. Les informations produites sur les calques sont ensuite intégrées au sig.

21 La base de données en exhaustif comportant plus de 1 600 parcelles à renseigner pour Lussignac et plus de 1 000 pour Atignac.

22 Le travail était plus aisé pour les dates extrêmes étant donné que nous disposons d’une liste ordonnée des parcelles avec les noms de propriétaires et l’occupation du sol notamment pour 1825 et 2003 dans les états de section et matrices cadastrales, alors que les matrices aux autres dates sont ordonnées par folio de propriétaire rendant la saisie des parcelles dans la table attributaire plus aléatoire et donc plus longue, d’autant que pour Lussignac, par exemple, il y a plus de 1 100 parcelles dans le cadastre napoléonien, plus de 1 600 parcelles dans le cadastre rénové et dans le cadastre remembré. La mention des maisons et des exploitations agricoles n’est bien sûr pas faite dans les matrices cadastrales. Ce sont nos propres enquêtes auprès des acteurs sur le terrain qui nous ont permis de renseigner les champs correspondants dans la table attributaire.

23 Il existe plusieurs logiciels de cartographie classiques appelés aussi de dao (dessin assisté par ordinateur). Citons par exemple Adobe Illustrator ou Photoshop.

24 Nous présentons ici uniquement quelques résultats succincts permettant de montrer l’utilisation et l’utilité du sig pour notre étude et pour le programme de recherche dans lequel cette étude s’insère.

25 Notre enquête ethnographique nous a montré que la maison n’était, jusqu’au début des années 2000, morcelée que lors de conflits liés au partage ; ces conflits existent mais sont relativement rares.

26 Les remembrements ont eu lieu en 1986 à Lussignac et en 1992 à Atignac.

27 Au début du xxe siècle, le système de production des exploitations était axé sur un système de polyculture céréalière d’autosubsistance. Ensuite s’est développé l’élevage des veaux sous la mère avec des troupeaux de race locale, les Gasconnes. C’est à partir des années 1960 que l’élevage a changé passant progressivement à la production laitière et à l’élevage de broutards avec des troupeaux de charolaises ou limousines aux rendements en viande plus importants que les Gasconnes. Aujourd’hui, l’agrandissement des exploitations et des troupeaux et la volonté de maintenir une certaine autosubsistance dans la production de nourriture pour le bétail induit une augmentation des terres cultivables (même si elles sont parfois conduites en prairies temporaires) et un recul des prés et pâtures (Thevenet, 2007).

28 Des maisons ne possédaient pas de bois. Dans ce cas elles se fournissaient en bois de chauffage ou de bois d’œuvre lorsqu’il y avait des coupes dans les forêts communales.

29 Ceux qui apparaissent sont situés généralement autour des bâtiments d’exploitation ou d’habitation, parfois certains apparaissent en renforcement de marqueurs préexistants en limites de patrimoines. Pour des résultats plus précis sur ces questions, voir Sourdril (2006).

30 Nous pourrions ainsi envisager d’effectuer de nouvelles études sur l’évolution du parcellaire, des patrimoines fonciers ou les exploitations agricoles sur ce terrain du Bas-Comminges dans une dizaine d’années et en réutilisant les données que nous avons déjà stockées ; la société locale subit en effet actuellement des changements importants suite à une déprise agricole forte et à l’arrivée massive d’une population de nouveaux ruraux étrangers qui vont, nous semble-t-il, contribuer à déstabiliser le système dans les prochaines années. Cette réutilisation des données pose tout de même le problème de la propriété et du partage des données ; si dans le cadre de cette étude les données cadastrales ou agricoles sont issues de documents officiels et donc non confidentiels, d’autres données nominatives subissent un codage pouvant ne pas être explicite dix ou vingt ans après si un autre chercheur s’y réfère.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Fig. 1 — Vue 3D des deux communes étudiées : Lussignac et Atignac.
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/3332/img-1.png
Fichier image/png, 297k
Légende Fig. 2 — De la carte papier à la carte numérique (exemple pour Lussignac).
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/3332/img-2.png
Fichier image/png, 142k
Légende Fig. 3 — Situation des deux zones choisies, à Lussignac la zone en coteaux et à Atignac celle en rivière.
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/3332/img-3.png
Fichier image/png, 329k
Légende Fig. 4 — Digitalisation et évolution parcellaire des trois cadastres étudiés : exemple d’une section cadastrale à Atignac.
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/3332/img-4.png
Fichier image/png, 49k
Légende Fig. 5 — Évolution du patrimoine de la « maison » B entre 1920 et 2003.
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/3332/img-5.png
Fichier image/png, 58k
Légende Fig. 6 — De l'instabilité d'une exploitation, exemple de l’exploitation A.
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/3332/img-6.png
Fichier image/png, 73k
Légende Fig. 7 — Photo-interprétation des marqueurs sur le territoire.
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/3332/img-7.png
Fichier image/png, 147k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Sourdril et Sylvie Ladet, « Le paysage d’une « société à maison » bas-commingeoise vu au travers des archives cadastrales et photographiques : quand ethnologie et géomatique s’en mêlent », Ateliers du LESC [En ligne], 32 | 2008, mis en ligne le 21 août 2008, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://ateliers.revues.org/3332 ; DOI : 10.4000/ateliers.3332

Haut de page

Auteurs

Anne Sourdril

UMR 1201, Dynamiques forestières dans l’espace rural, INRA /
Université Paris X-Nanterre

Sylvie Ladet

UMR 1201, Dynamiques forestières dans l’espace rural, INRA

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org