Navigation – Plan du site
Retour sur une « grande enquête » : les Baronnies des Pyrénées

Ethnographie des archives officielles de l’État civil : une société en filigrane

Claude Mercier

Résumés

Ethnographie des archives officielles de l’État civil : une société en filigrane. Les registres des actes d’État civil, classiquement consultés par les ethnologues du domaine français pour établir un système de parenté d’une localité, portent en eux des indications allant bien au-delà de cette seule opération. Au cours de la lecture d’un texte pourtant formaté par une loi, c’est toute une société qui s’y perçoit en filigrane. Apparaissent alors un mode d’organisation sociale particulier à une région et le fonctionnement qui lui est associé.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet article est dédié à André Pène. Fin connaisseur de la culture bigourdane, il a facilité autant (...)

1Dans les pays où l’oralité a cédé le pas à l’écriture, il est beaucoup d’archives utilisées par les historiens, mais également par les ethnologues1. Parmi les archives de France, les registres paroissiaux des baptêmes, mariages et sépultures de l’Ancien Régime, devenus les registres d’État civil des naissances, mariages et décès sous le Premier Empire, servent de façon classique à l’établissement, outre de généalogies, des systèmes de parenté d’une zone d’étude définie. Leur consultation composait une étape intermédiaire nécessaire à ma recherche en cours. Cependant, la lecture systématique de l’intégralité des actes des registres d’État civil du xixe siècle de la commune choisie pour notre étude a fourni des indications allant nettement au-delà des résultats attendus. C’est de ce potentiel que traite cet article.

  • 2 Comme le conçoit Bourdieu avec le concept d’habitus.

2Les registres d’État civil français sont issus du code napoléonien dit « de 1804 ». Ce code, dans la récente France déclarée « une et indivisible », norme la rédaction des actes de naissance, mariage et décès. Dès lors, la transcription de l’un de ces trois moments de la vie d’un Français, survenu au Nord ou au Sud, à l’Est comme à l’Ouest du territoire national, ne peut être exprimé qu’en fonction de ce cadre et ne devrait laisser aucune place à l’émergence de schèmes culturels des différentes régions françaises. Cependant, malgré une rédaction conforme au code napoléonien, les officiers d’État civil ont laissé (de manière inconsciente, semble-t-il)2 les marques particulières de leur culture régionale au fil de ces écrits officiels. Les registres deviennent ainsi, à l’insu de leurs rédacteurs, des marqueurs culturels régionaux laissant percevoir, en filigrane, une société, son organisation et son fonctionnement.

3Nous proposons de traquer et reconnaître ces schèmes culturels pour la région qui intéresse notre étude (les Hautes-Pyrénées) et le système d’organisation sociale dit « système à maison », propre au Sud-Ouest français dans une large partie de son territoire. Après un bref rappel des particularités du système à maison, nous verrons d’abord l’apport de l’analyse des actes d’État civil, relative aux manières de nommer les maisons. Nous envisagerons ensuite ce que les écritures officielles laissent transparaître du fonctionnement de la société du xixe siècle, au travers des relations de voisinage et de l’analyse de la hiérarchie sociale et de son évolution.

4Commençons par quelques indications à propos de la méthode employée.

Méthode

  • 3 Voir : Exposé de la recherche : situation et projet : société(s) et paysage(s) en Hautes-Pyrénées, (...)

5Est-il vraiment possible de parler de méthode ? En effet, le but premier de la consultation des registres d’État civil d’un village des Baronnies de Bigorre était bien autre que celui dont nous allons discuter3. Cependant, au gré de la lecture de ces registres sont peu à peu nées l’impression d’abord, puis l’intuition et enfin la conviction, qu’une société apparaissait progressivement, se dessinait graduellement au travers des marques discrètes mais patentes, laissées au fil des écritures, par leurs différents rédacteurs. Aussi nous pardonnera-t-on d’avoir manqué quelque peu de rigueur méthodologique, de ne pas avoir systématiquement noté toutes les informations dont nous allons nous servir avec une précision draconienne, de ne pas avoir annoté toutes les pages et les actes que nous allons exposer, et enfin de ne pas avoir consigné et indexé l’ensemble de ces notes et annotations en un corpus continu dans un cahier de terrain spécifique alloué à cette recherche. Alors plutôt que de méthode, nous parlerons de la découverte étonnée de l’inscription d’une culture dans une documentation officielle, et de l’envie de partager cette trouvaille.

6Méthode toutefois il y a eu, même si elle ne fut pas aussitôt mise en place. Nous apporterons donc quelques précisions quant à l’apport et aux limites de la méthode employée. Tout d’abord, la saisie informatisée des identités des personnes mentionnées dans les actes des registres a été effectuée sur un logiciel plus fréquemment utilisé par les généalogistes et les historiens que par les ethnologues. Il s’agit de Hérédis 7 Pro. Ce logiciel permet d’intégrer sur diverses zones de notes toutes les informations que l’on peut obtenir sur une personne. Des fiches individuelles ou familiales acceptent toutes les informations qu’un ethnologue est tenté de recenser. Tous les liens entre les individus peuvent être consignés. Pour chacune des informations notées il est possible de lancer une recherche croisée. De cette manière, on peut mettre en exergue toutes les personnes ayant une profession commune, un surnom identique, un titre semblable, ou encore celles qui ont été témoin d’un quelconque événement, mais également de combiner ces critères grâce à des opérateurs booléens. Il est également possible de vérifier très facilement les liens de filiation et les liens collatéraux de parenté. Il reste cependant encore impossible avec ce logiciel de traduire les liens collatéraux sous forme graphique, mais d’autres programmes informatiques pallient ce manque. Par contre, l’impression d’arbres généalogiques intégraux est réalisable sans difficulté. La totalité des informations concernant un groupe familial et intégrées dans la base de données peut également être éditée sous forme de chronique.

7Une fois imprimés sur papier, tous les liens évoqués peuvent alors être choisis et réunis en fonction de plusieurs critères (nécessitant des découpages et collages différents pour chacun d’entre eux). Nous avons expérimenté de retracer plusieurs liens interindividuels. Un premier assemblage est celui des liens d’alliance matrimoniale entre les maisons : un schéma classique à l’ethnologie appliqué à un logiciel, grâce à quelques contorsions informatiques. Un deuxième assemblage est celui des relations d’influence entre les maisons, en procédant au découpage et au réagencement des témoins de mariage centrés sur une maison (ou un groupe de maisons liées entre elles). Le troisième assemblage organise les maisons d’après la détention d’un des postes de pouvoir détenus par ses résidents. Enfin, un dernier assemblage nous a permis de classer les maisons d’après les métiers de leurs occupants mis en relation avec les positions de pouvoir détenues par les différentes maisons. Bref, bien que ce logiciel ne soit pas destiné à l’ethnologie, au prix de quelques contorsions et manipulations diverses, ses performances en font un allié précieux.

8La seconde méthode, quoique employée un peu tardivement, est plus classique. Elle a consisté à établir des prises de notes sur des carnets de terrain, puis de les retranscrire sur des fiches au format Word de façon à les rassembler en un seul corpus. Ce nouveau format a facilité les recherches rapides, selon les thématiques à aborder, révélées au fur et à mesure de la lecture des actes civils. Ainsi, un dossier « voisins » a été constitué, un autre, « liens clientélistes supposés », un suivant, « métiers », ou encore « filles mères », etc. Les notes de ces dossiers indiquent de façon rapide (abrégée et codée) les identités des personnes concernées, le(s) point(s) d’intérêt que les individus ou les situations présentent, les moyens de retrouver rapidement les originaux ainsi que les liens avec les collages mentionnés plus haut.

9Aucune note n’a été prise à partir des actes antérieurs à 1816. De 1816 à 1841, seuls les faits les plus marquants ont été recueillis, bien que de façon souvent lapidaire. Dès 1841, les thèmes envisagés ont été mieux renseignés, la collecte s’étant organisée autour des exemples les plus saillants. Notre recherche a été systématisée à partir des registres datés de quelques années avant la fin du Second Empire.

10À plusieurs reprises, nous référencerons notre travail à deux archives différentes de celles des États civils : les documents de description du parcellaire (les matrices cadastrales napoléoniennes et le terrier de l’Ancien Régime) et les registres de délibérations communales. Ces courts détours sont intimement liés à notre démarche centrée autour des archives officielles, même si elle s’écarte légèrement des registres d’État civil.

Le système à maison

11Claude Lévi-Strauss (2000 : 435) a défini le système à maison comme suit :

La maison est une personne morale, détentrice d’un domaine composé à la fois de biens matériels et immatériels, et qui se perpétue par la transmission de son nom, de sa fortune et de ses titres en ligne réelle ou fictive, tenue pour légitime à la condition que cette continuité puisse se traduire dans le langage de la parenté ou de l’alliance, ou le plus souvent les deux ensemble.

12Nous sommes ici dans une définition du système social aristocratique qui a longtemps prévalu en Europe. Mais en dehors de toute affiliation noble, les habitants des Pyrénées centrales et occidentales relèvent d’un processus analogue. Il suffirait alors de remplacer deux des termes de la définition donnée par Cl. Lévi-Strauss : « fortune » deviendrait patrimoine, et « titres », charge publique, honneur et prestige.

13Ce système rural montagnard a été amplement analysé par Frédéric Le Play, par l’expression de « la famille-souche » (1871) et par Georges Augustins (1989). Deux ouvrages, pour la région qui nous intéresse, lui sont entièrement consacrés (Chiva et Goy, 1981 et 1986). Pour l’essentiel, l’organisation sociale fondée sur le système à maison est caractérisée par le fait qu’un seul des enfants mariés héritait de l’intégralité du patrimoine et devenait le maître de maison. Le patrimoine, les rôles et les statuts sociaux qui y sont rattachés (Augustins, 1986 : 209), ainsi que le prestige associé à la position sociale de la maison, se transmettaient des anciens aux nouveaux maîtres de maison (les héritiers). Pour les membres de la communauté, les héritiers sont les représentants de tout leur groupe résidentiel. Tous les co-résidents sont appelés indifféremment du nom de leur maison. La transmission de l’héritage se faisait en principe au moment du mariage, acte fondateur qui avait valeur juridique. Dans la pratique, ce n’était qu’à la mort des parents que l’héritier pouvait jouir des rôles et des statuts de maître de maison (Fauve-Chamoux, 1994 : 182). Nous aurons l’occasion de nous pencher un peu plus en détail sur les fondements du système à maison le moment venu. Je propose de commencer notre incursion entre société et État civil par l’élément qui donne son nom au système : la maison.

Noms de maison

Le sobriquet

  • 4 Les termes en italiques, quand ils ne sont ni du latin, ni de l’anglais, sont les traductions en bi (...)
  • 5 Nous tirons les leçons d’une enquête effectuée dans la vallée contiguë à celle étudiée actuellement (...)

14En français, nous dirions qu’être d’une maison, c’est pouvoir se référencer à un « chez » (en so de)4. Les résidents de la maison que nous nommerons fictivement5 « Capitaine » se diront eux-mêmes et seront référencés et nommés par leurs co-villageois du terme de « en so de Capitaine ». Tous les résidents d’une maison, du plus jeune au plus âgé, sont désignés par ce nom unique et ce nom seulement. Dans le langage vernaculaire bigourdan, on parle de « ceux » de telle maison (choye de Capitaine) pour désigner l’ensemble du groupe résidentiel.

15Le terme « nom de maison » n’est pas employé localement ; les gens parlent du « sobriquet ». Rolande Bonnain (1986) montre comment un détail physique ou moral affuble un individu d’un sobriquet qui deviendra son nom de maison. Aucune des personnes de la société locale n’a su me donner une datation à cet usage relativement péjoratif.

16Les prescriptions du Code civil napoléonien ne font aucune référence à la possibilité de distinguer les gens selon un nom de maison. Une des difficultés est alors de repérer les différentes familles, alors que les patronymes sont relativement limités au sein d’un même village. Ainsi dans la commune pour laquelle nous avons étudié les actes civils, plus de dix familles non apparentées à l’époque considérée portent le même patronyme. Ce phénomène est répété pour une bonne dizaine de noms. Pour l’ethnologue, s’il ne connaît pas les noms de maison auxquels ces familles se rapportent, il devient très vite impossible d’établir le moindre système de parenté cohérent. Quant aux fonctionnaires en charge de l’État civil de cette époque, en dehors du village considéré, il leur est impossible de comprendre qui est qui, qui meurt, qui se marie, et de qui est l’enfant qui vient de naître. Pour sa part, l’agent du cadastre ne peut décrire qui possède quoi. Pour celui des impôts, il ne peut déterminer qui doit telle ou telle somme, etc. Autrement dit, les États civils deviennent des documents n’ayant plus aucune raison d’être.

17Il a donc fallu, pour les rédacteurs locaux, indiquer quelque chose qui n’était pas prévu par la norme nationale, mais indispensable pour mettre de l’ordre dans la rédaction et rendre compréhensibles et utilisables ces documents officiels. Plutôt que d’employer « chez » (en so de) qui est du registre oral local, les employés aux registres d’État civil ont donné pour chaque individu, le nom de maison comme « surnom », en ajoutant entre le patronyme et le nom de maison, « dit de », ou « dit », ou « de ». Ainsi, pour la très large majorité des actes où les noms de maison sont indiqués, chaque individu est rattaché à sa maison par une retranscription donnant par exemple : Dupont Bernard dit de Capitaine (ou encore Dupont Bernard de Capitaine). Ces formulations sont employées en lieu et place de en so de ou de choye de, sans toutefois pouvoir constituer une traduction fidèle du sens propre à la culture bigourdane.

Évolution du nom de maison

  • 6 Il est question ici de l’évolution du nom d’une maison, sans changement soudain de ce nom, tel que (...)

18Une découverte faite à la lecture systématique des noms de maison est que ce nom, dont on lit souvent qu’il est l’un des éléments stables de la société, n’est en rien permanent. Bien au contraire, il évolue et se modifie avec le temps6. Nous prendrons deux exemples révélateurs, mais qui sont loin d’être les seuls. Nous suivrons deux sobriquets, l’un créé depuis un temps non datable, l’autre en train de se créer pendant le xixe siècle, et de se fixer… pour un temps.

  • 7 La topographie des lieux, les métiers ou encore une caractéristique physique ou comportementale des (...)

19Les noms dans ce village des Baronnies sont souvent, mais non exclusivement7, des prénoms de femme. Il semblerait que les créateurs d’une nouvelle maison donnent le nom de l’épouse à leur maison. À moins que ce nom soit donné à la maison de façon externe, par les voisins, ce qui est la solution retenue par les habitants du village dans lequel s’est déroulée l’enquête de terrain. Dans les exemples que nous allons présenter, il s’agit de deux prénoms féminins.

  • 8 Ce qui suit n’a aucune forme d’implication sur le terrain. En revanche, le suivi du processus de tr (...)
  • 9 Mes remerciements au président de la Société de la basse montagne et à la mère d’un éleveur qui se (...)

20La première maison est appelée Brigitte8 en 1770. Il s’agit d’une mention faite sur le terrier du village (ancienne matrice cadastrale datant de l’Ancien Régime). Ce nom y est écrit par le noble du canton, auteur du dit terrier, qui pour autant que j’aie pu estimer, connaît et manie parfaitement les règles et subtilités de l’écriture française de l’époque. Toutefois, entre l’écrit et l’oral, une très nette différence peut être faite, au point que grâce aux registres d’État civil nous avons retrouvé des noms de maison oubliés, qui, une fois prononcés, ne disaient absolument rien aux personnes locales. Puis, quand nous montrions ce nom écrit aux personnes qui manient encore le langage vernaculaire et connaissent la gymnastique du passage de l’écrit en français à la prononciation en bigourdan, le rapprochement entre écrit et oral fonctionnait, la maison était retrouvée et il devenait possible d’en indiquer les ruines (ou l’emplacement approximatif) sur un plan. Ce passage entre écrit français et oral bigourdan semble avoir présidé à la transformation du nom de la maison Brigitte. En effet, dans les registres d’État civil, il n’est aucunement question d’une maison qui porterait ce nom. Les associations que nous9 avons pu faire entre les personnes nommées par le terrier et celles nommées par les actes d’État civil, ont eu tôt fait de nous mettre sur la piste de la bonne maison. Il s’agissait en réalité de la maison Bergide. En effet, ayant fait prononcer le prénom Brigitte à une dame qui parle encore couramment le bigourdan, nous nous rapprochions de façon assez nette de la retranscription des États civils. Les officiers en charge des registres ont simplement dû écrire en français ce qu’ils entendaient et prononçaient eux-mêmes en bigourdan. Le nom « Brigitte » prononcé en bigourdan est ainsi devenu, au gré de la retranscription française, Bergide à l’écrit.

21Mais là n’était pas encore la fin de l’évolution de ce nom de maison. Au terme du xixsiècle, deux écritures sont employées simultanément d’un acte à l’autre. Bergide, qui va bientôt disparaître, et Berguide, qui est le nom actuellement conservé. Le nom de maison originel ayant subi de telles transformations et le nombre de locuteurs du bigourdan s’amenuisant, les descendants de la maison Berguide m’ont tous déclaré que ce nom ne voulait rien dire, ou que l’on avait oublié sa signification avec le temps.

  • 10 Ce terme bigourdan se traduit par sorbier (Sorbus aucuparia), parfois appelé sorbier des oiseleurs, (...)

22Le second exemple d’évolution du nom de maison est celui qui va décrire l’une des femmes de la maison Sahüquèt10 et ses descendants. Cette jeune femme est fille mère. L’une de nos interprétations est que pour le prix de son silence quant à l’identité du père, elle sera gratifiée d’un bout de terrain et d’une maison faite d’une seule pièce de quelques mètres carrés. Quoiqu’il en soit, elle fonde une nouvelle maison, donc une nouvelle lignée qui tiendra jusqu’à nos jours. Cette jeune femme, au prénom de Liliane, est désignée toute sa vie du nom de sa maison de référence : Liliane en so de Sahüquèt.

  • 11 La tendance générale est à la normalisation francophone et à la simplification du nom avec le temps (...)

23Son fils unique est « tailleur de pierres ». Appelons-le fictivement Paul Sarrat. À son mariage, il est nommé du diminutif du prénom de sa mère additionné du nom de son métier. Il devient Paul en so de Liliane Tailleur. Tous les résidents de sa maison seront désignés ainsi. Ses enfants naissent avec ce nom de maison. Puis au fil du temps, l’héritier suivant étant sabotier, la désignation de tailleur perd de sa signification et allonge très certainement inutilement le nom de maison11. Le nom de maison se simplifiera en Liliane, puis Liane et enfin Lane, ce qu’il est toujours à ce jour.

24Nous avons vu plus haut que le système à maison exclut les cadets de l’héritage et les condamne à l’exil ou au célibat. Or se priver de ses frères et sœurs, c’est également se priver de main d’œuvre gratuite et facilement corvéable. En conséquence, dans un monde rural peu mécanisé, les héritiers ont dû chercher ailleurs l’aide indispensable à la survie. Les termes de l’échange sont devenus les moyens nécessaires du fonctionnement social. Les voisins tiennent ainsi la place dévolue à la parenté proche dans d’autres systèmes d’organisation sociale. Ils sont les alliés, ceux sur qui l’on compte en cas de besoin, pour un coup de main aux champs ou ailleurs, ceux qui sont là en cas de malheur. Les relations établies entre voisins sont codifiées à l’extrême et sont l’un des éléments forts et incontournables de l’organisation sociale pyrénéenne.

Les relations de voisinage

25Certaines expressions utilisées par les employés du registre d’État civil évoquent des situations qui correspondent pleinement aux pratiques traditionnelles du système à maison. Cependant ces situations restent difficilement exploitables pour notre objet d’étude, car elles font partie intégrante des prescriptions données par le Code civil napoléonien. Ainsi en va-t-il pour la précision des positions de « voisin » (véziau en bigourdan) et de « plus proche voisin » des témoins d’un défunt ou d’une défunte.

  • 12 Je renvoie aux nombreuses références sur ce sujet, notamment : Barandiaran et Manterola (éd., 1995) (...)

26En premier lieu, que signifie être « voisin » dans l’organisation sociale coutumière ? Les règles du système à maison codifient et organisent les relations entre les maisons et leurs résidents au sein du tissu social villageois. Ainsi les voisins situés géographiquement de façon contiguë à une maison de référence sont en position de relations d’entraides et d’échanges privilégiés et obligatoires avec cette maison. Dans une proportion importante de cas, autant en Pays basque, en Béarn, en Aure et en Bigorre (aire régionale du système à maison des Pyrénées françaises), les relations de voisinage attachées à cette coutume ne concernent pas uniquement deux maisons en position de contiguïté, mais un groupe de plusieurs maisons. La maison la plus proche détient la primauté relationnelle sur les autres, ses résidents sont déclarés en « plus proche voisin » ou « premier voisin »12. Lors d’un décès, ces voisins sont automatiquement et rituellement réquisitionnés pour assurer l’intégralité des pratiques administratives et religieuses concernant l’enterrement et aider aux travaux de la ferme. Se retrouver en position d’intermédiaire entre la maison du défunt et l’administration, et venir déclarer le décès auprès des autorités compétentes, fait ainsi pleinement partie du rôle attribué aux voisins par les normes coutumières. C’est donc logiquement au sein d’un tel système d’organisation sociale que l’on retrouve les voisins (et les plus proches voisins) dans le rôle de témoins, déclarant aux autorités compétentes le décès de l’un des résidents de la maison contiguë à la leur.

  • 13 Toutes les assertions du Code civil napoléonien (ou Code Napoléon) utilisées dans notre rédaction s (...)

27Cependant ce rôle recoupe celui prescrit par le Code civil napoléonien qui indique au livre premier13 intitulé « des personnes » : « L’acte de décès sera dressé par l’officier de l’État civil sur la déclaration de deux témoins. Ces témoins seront, s’il est possible, les deux plus proches parents ou voisins… » (article 78 du Code civil napoléonien, titre 2, chapitre iv). Les règles nationales étendant à l’ensemble du territoire français l’un des aspects particuliers de l’organisation coutumière régionale, il est difficile de considérer ce fait comme exemplaire de la marque particulière du système à maison. Pourtant si l’étude qualitative ne peut rien révéler du système coutumier, l’étude quantitative est toutefois révélatrice de sa prégnance. En effet, contrairement aux registres parisiens de la même époque, consultés par souci comparatiste, les transcriptions des actes de décès des Hautes-Pyrénées énoncent systématiquement, c’est à dire pour chaque décès, la présence des voisins en tant que témoins.

28L’un des deux voisins peut être également parent du défunt, les villages pyrénéens du xixe siècle étant des lieux d’interconnaissance où le jeu des relations d’alliance font des co-villageois des parents plus ou moins éloignés. Si pour l’acte d’État civil parisien le témoin est désigné en tant que parent du défunt, dans le cadre du système traditionnel pyrénéen et dans les retranscriptions officielles, c’est en tant que voisin qu’il a été réquisitionné à l’occasion du décès. Les actes civils pyrénéens le mentionnent d’ailleurs souvent en tant que parent et voisin du mort.

29Cette même indication est faite lors des actes civils de mariage et concerne les témoins. Or, aucun énoncé du Code civil concernant les actes de mariage (tant au titre 2, chapitre iii : « des actes de mariage », qu’au titre 5 : « du mariage ») n’oblige l’officier en charge des registres d’État civil à porter cette indication. L’officier, ainsi que le mentionne l’article 76 du Code Napoléon (titre 2, chapitre iii) doit simplement attester des « prénoms, noms, âge et professions et domicile des témoins, et leur déclaration s’ils sont parents ou alliés des parties, de quel côté et à quel degré ». À aucun moment il n’est fait référence à la relation de voisinage entre l’un des époux et ses témoins.

30Pourtant, si les actes de mariage de la commune concernée par notre étude révèlent bien les noms et prénoms des témoins, leur profession, leur lieu de résidence et leur lien de parenté avec les époux, ils ne s’arrêtent pas à ce simple énoncé, et citent systématiquement la position des témoins en tant que « voisins » de l’un ou l’autre des mariés. Mention de voisinage que l’on trouve, mais de manière bien plus exceptionnelle, dans les registres parisiens de la même époque. Cette précision, faite de façon récurrente, correspond à la seule autre mention possible donnée par le Code civil : celle d’allié. Et c’est tout « naturellement », ou culturellement devrait-on dire, que le voisin est assimilé par les rédacteurs locaux à « l’allié » selon les prescriptions du Code Napoléon. Indiquer le voisin de façon systématique comme un allié montre le caractère d’importance de cette mention pour les rédacteurs de ces actes, et pour la culture pyrénéenne. Cette indication, respectant le code d’État civil à la lettre, tout en en augmentant le degré de précision, donne à voir l’un des schèmes culturels du système traditionnel : l’importance donnée aux voisins comme des « alliés » et intermédiaires quasi obligés entre une maison et l’administration.

31Seuls les actes de naissance ne signalent pas la position de voisin des témoins, mais une lecture systématique des actes du xixe siècle a montré que les deux témoins réquisitionnés lors de ces rédactions sont toujours les mêmes, parfois renouvelés lors de l’élection d’un nouveau maire ou lors du décès de l’un des deux témoins. Ces témoins officiels des naissances au village sont deux conseillers municipaux (ou consuls adjoints selon les époques).

32En résumé, une approche quantitative mettant en comparaison deux applications régionales, l’une bigourdane et l’autre parisienne, oriente les résultats obtenus en faveur de la reconnaissance de schèmes culturels du système à maison, par la récurrence systématique de la mention faite du voisin et du plus proche voisin à chaque acte de décès. Cette orientation est renforcée de façon qualitative par la précision de la position de voisin donnée également à des parents venus déclarer le décès de l’un de leur proche. Ces critères marquent l’importance du voisinage dans le système à maison, importance confortée par l’emploi qui est fait des fonctions de témoins, voisins et alliés lors des cérémonies de mariage.

33En outre, la précision des identités des témoins également voisins a l’avantage méthodologique de permettre à l’ethnologue et à l’historien de recomposer l’habitat du village pour la période analysée, et de classer les individus en sous-groupes géographiquement différenciés. Pour le moment, nous avons pu vérifier grâce à la lecture des actes civils que la société étudiée correspondait bien aux critères marquants du système à maison. Mais si nous avons pu déterminer son organisation, nous avons encore bien peu décelé de son fonctionnement. C’est ce que nous allons tenter maintenant d’élucider au travers de la mise au jour de sa stratigraphie sociale.

Hiérarchie sociale

  • 14 Il est ici nécessaire d’indiquer la signification de ce terme local. Pour cela, nous citerons un pa (...)

34Au sein d’un système traditionnel d’organisation sociale, les maisons et leurs membres sont structurés selon un ordonnancement très strict. En ce qui concerne le classement des maisons, G. Augustins décrit les villages du système à maison comme un « réseau de maisons hiérarchisées entre elles » (Augustins, 1989 : 197), au sommet duquel se trouvent les « bonnes maisons »14. Gérard Lenclud (1983) et Emmanuel Le Roy Ladurie (1982) montrent également que la compétition est intense entre les maisons, afin de parvenir aux meilleures places de la hiérarchie sociale du village.

  • 15 Ce nom connaît des variations d’un village à l’autre.

35En ce qui concerne les individus, les normes du système ne reconnaissant comme héritier qu’un enfant et un seul, induisent l’organisation d’une hiérarchie au sein de la phratrie, avant même la naissance des frères et sœurs. L’héritier, le plus fréquemment le premier enfant mâle de la phratrie devient le chef de la maison « cap de maïdou »15, et possède, de ce fait, toute autorité sur l’ensemble de son groupe résidentiel. Vis-à-vis de l’extérieur, il représente également l’ensemble des individus vivant sous son toit.

36Nous avons démontré ailleurs que les notions de prestige et d’honneur forment la toile de fond sur laquelle viennent s’inscrire les moindres faits et gestes de chacun des membres de la communauté d’interconnaissance. Elles jouent un rôle considérable dans l’attribution et la reconnaissance des places de chacun au sein du système hiérarchique villageois (Mercier, 2008 à paraître). C’est de l’importance de la hiérarchisation sociale et du prestige donné (ou non) et reconnu (ou non) pour chacun des individus composant la société du système à maison, dont nous allons nous occuper et que nous allons essayer de déceler au travers des archives.

37La première question qui se pose à l’ethnologue à la lecture des registres d’État civil dans le contexte particulier du système à maison est celle de la possibilité d’identifier les « bonnes maisons », éléments forts de la culture locale. Il est bien évidemment possible de se reporter aux registres des matrices cadastrales de l’époque considérée et d’établir le constat de propriété de chacun des individus. Les gros propriétaires terriens ont, selon de grandes probabilités, un fort potentiel de faire partie d’une maison en position hiérarchiquement enviable. Cependant, les matrices cadastrales ne citent que très rarement l’appartenance des individus aux maisons. Pour être réalisables et rentables, la lecture et l’analyse des matrices cadastrales ne peuvent se faire que dans un second temps de la recherche. Il n’est pas possible, en effet, d’ouvrir les folios des propriétaires au hasard. Il est avant tout nécessaire d’identifier clairement les acteurs sociaux et d’établir les liens de chacun d’entre eux avec l’élément incontournable de la culture régionale : la maison. Autrement dit, la première démarche à suivre est celle de l’établissement du système de parenté du village et le référencement des individus à leur maison respective.

38Or, il est bien évident que le code napoléonien ne nous dit rien de cet aspect et que le formatage des directives données quant à la retranscription des actes de naissance, mariage et décès, ne saurait faire apparaître une différence de traitement entre deux individus proclamés égaux dans les textes. Cependant, les officiers en charge de l’État civil ont laissé des indices de l’organisation structurellement hiérarchisée de leur société. Plusieurs exemples développés ci-après permettent de le démontrer. Le premier est la mise en avant de titres honorifiques d’un individu et du traitement social que ces titres entraînent quant aux résidents de sa maison. Le deuxième concerne le prestige lié à l’exercice de charges publiques. Ils impliquent le problème des métiers exercés et celui de la hiérarchie socioprofessionnelle examiné ensuite. Il nous restera enfin à analyser les moyens employés par certains afin de conserver la stratification sociale en l’état, puis d’observer les forces opposées visant à ébranler l’ordre établi. Afin de comprendre les indications discernables dans les archives, il sera nécessaire d’effectuer des allers-retours entre présent et passé. Nous décentrerons parfois notre attention des registres d’État civil afin de mieux y retourner.

Titres honorifiques et civilités

39Peu avant la première moitié du xixe siècle, un fils aîné, futur héritier, épouse une jeune fille. Nous les nommerons François et Louise. Les registres d’État civil indiquent pour chaque acte l’identité et la fonction du rédacteur : maire ou maire-adjoint. Grâce à notre étude de parenté et des recherches sur les liens entretenus entre maison et pouvoir, nous savons que François appartient à une maison dont les occupants ont plusieurs fois été élus à la mairie. Le père était le maire précédent. L’oncle paternel, qui rédige l’acte de mariage, est alors adjoint au maire et deviendra le prochain maire. Le cousin patrilatéral est l’un des futurs maires. Ces premières indications nous donnent tout loisir d’imaginer que nous sommes face à une « bonne maison ». Nous apprenons que le père est agriculteur et la mère ménagère. Le métier de François n’est pas renseigné – nous reviendrons plus tard sur la problématique des dénominations des métiers et des indications qu’elles portent.

40Qu’en est-il de Louise ? Le dépouillement systématique des actes d’État civil nous apprend qu’elle est la seule fille de la phratrie. Elle a un frère aîné qui sera l’héritier de sa maison et sera renseigné en tant que cultivateur, et un frère puîné qui deviendra militaire. Nous ne pouvons, à ce stade, rien imaginer de la position hiérarchique de sa maison, si ce n’est qu’ayant pris connaissance de la bibliographie existante sur les relations matrimoniales dans un système à maison (voir, notamment, Augustins, 1989, et Le Roy Ladurie, 1982), il est fort à supposer que Louise se mariant à un jeune homme issu d’une maison « en vue », doit, selon de fortes probabilités, être également d’une « bonne maison ».

41De quelle marge de manœuvre dispose le rédacteur pour retranscrire des indices de l’appartenance de Louise à une bonne maison, tout en respectant à la lettre les directives nationales ? L’article 34 du Code Napoléon (titre 2, chapitre i) dispose : « les actes d’État civil énonceront l’année, le jour et l’heure où ils seront reçus, les prénoms, noms, âge, profession et domicile de tous ceux qui y seront dénommés ». L’article 76 alinéa 3 du Code civil napoléonien (titre 2, chapitre iii concernant le mariage) précise qu’il sera indiqué « les prénoms, noms, profession et domicile des père et mère ».

42Le père de Louise est militaire à la retraite. Sa mère est femme au foyer, ce qui en terme de l’époque se dit ménagère. L’officier d’État civil aurait pu se cantonner à une transcription simple que l’on trouve de façon générale pour l’ensemble des actes des registres de la commune, et énonçant par exemple : Dupont Bernard, militaire retraité, âgé de x années, domicilié à tel village. Idem pour la mère.

43Cependant le procédé dithyrambique de désignation des civilités des parents de Louise et l’abondance de détails autour de l’énoncé de la profession du père montrent la qualité de la maison dont provient la jeune fille. L’adjoint au maire, futur oncle par alliance, ne donne pas directement les noms et prénoms des père et mère de Louise, ni même de Louise, mais les fait précéder des mentions « Monsieur, Dame et Damoiselle », avec les majuscules qui conviennent. Ce qui n’est employé qu’exceptionnellement au cours des différents actes civils et ne peut être que remarqué.

44Nous apprenons de plus que Monsieur père est « capitaine retraité, chevalier de la légion d’honneur ». Nous sommes face à deux termes, dont aucun ne définit un métier, mais dont les deux désignent d’une façon habile une position sociale, tout en pouvant fort bien être intégré à l’énoncé napoléonien de « profession ». Le premier terme « capitaine » désigne un grade, soit un échelon statutaire à l’intérieur de la carrière militaire. Le second est un titre, une décoration prouvant une valeur et la reconnaissance publique qui lui est liée. Sa citation n’est pas prévue par la loi, donc aucunement obligatoire. Ce luxe de précision, grade et titre honorifique, liés et accolés de façon habile, est ici employé en lieu et place de la profession du père. Effectivement, le lecteur de l’acte civil comprend bien la carrière militaire embrassée par le père de Louise, et en connaît même le succès, sans que jamais ne soit énoncée la stricte désignation de son métier : militaire. Pourtant ce métier est clairement nommé du terme de militaire par les prescriptions aux actes civils. L’intégralité du chapitre v du titre 2 du Code Napoléon leur est consacrée sous l’intitulé : « des actes de l’État civil concernant les militaires hors du territoire de la République » et plusieurs articles évoquent la situation des militaires face au mariage (permissions accordées à titres exceptionnels) ou à la mort (rédaction des actes de décès des militaires morts sous les drapeaux).

45Ces précisions et détails, enrobés d’un flou très certainement calculé quant à la dénomination de la « profession » du père de Louise, classent immédiatement l’individu au sein d’une échelle de valeur sociétale. Il fait partie de l’élite du village et est reconnu en tant que tel par ses pairs, en l’occurrence l’adjoint au maire, officier d’État civil. Les civilités honorifiques (Monsieur, Dame et Damoiselle) finissent de fournir des indications précises sur la valeur de la maison. Nous sommes « entre soi » et les bonnes maisons épousent les bonnes maisons.

46D’ailleurs le traitement fait quant au « métier » du père n’est pas un fait isolé et il est possible d’établir une grille de la hiérarchie sociale de l’époque grâce aux formulations et traitements des charges publiques et des professions.

Les charges publiques : source de prestige et récompense des alliés

47Les maires du xixe siècle possèdent, hormis un seul, une signature que nous qualifierons d’imposante par rapport à l’ensemble des signatures laissées par leurs concitoyens. D’une part cette signature prend une place conséquente, d’autre part, elle est additionnée de boucles, pleins et déliés, arabesques de toutes manières, la mettant invariablement en valeur à une époque où peu de villageois savent écrire. La fonction du maire est systématiquement accolée à sa signature.

  • 16 Selon les endroits, cela se décline en « société de montagne » ou « syndicat de montagne » ou encor (...)
  • 17 Ce fonctionnement que l’on retrouve au xixe siècle grâce à l’établissement du réseau de parenté est (...)

48Écartons-nous quelques temps des archives afin que l’observation du présent éclaire les traces du passé inscrites dans ces manières de signer. Les plus hautes fonctions dans les villages hauts-pyrénéens ne sont pas nombreuses : il s’agit de maire, maire-adjoint, et président des sociétés gérant les estives16. Néanmoins, les fonctions de maire et président de ces sociétés ne sont jamais réunies dans les mêmes personnes, mais d’après mes observations de terrain, elles sont toujours distribuées à des personnes issues de maisons en relation d’alliance17.

49G. Augustins (2006) décrit combien la charge de maire était valorisante dans les années 1970. Les observations réalisées lors de nos différents terrains pyrénéens pendant les cinq dernières années le corroborent. La population ne nomme d’ailleurs plus par son prénom ou son nom de famille, celui d’entre eux qui était le copain d’école, celui que l’on a connu petit et vu grandir, celui pour qui on a finalement voté, mais tous l’appelle « le maire ». Les alliés avec considération, les opposants sur un ton de dénigrement masquant difficilement une jalousie parfois exacerbée. Pourtant, en dépit des considérations et jalousies, le respect est pour la fonction de maire, distributrice du prestige de la plus haute position de la hiérarchie villageoise. D’ailleurs, la femme du maire est appelée « la mairesse ». Cette façon de dire ressemble curieusement à celle employée, il y a quelques temps, pour nommer un individu possédant un titre de noblesse, le titre du mari s’étendant à sa femme.

50Ici, la charge de maire est quasiment héréditaire, les pères maires forment les fils afin qu’ils soient dans la meilleure posture pour être élu leur tour venant. Quand, certainement par souci de donner le change, ce n’est pas le fils, il s’agit immanquablement du neveu. Procédés que l’on met au jour pour le village du xixe siècle qui nous occupe et toujours observés durant nos différents terrains.

51Bien que la fonction de maire soit une charge élective conçue par la République dans un système de méritocratie, il est possible de distinguer le détournement de ce fonctionnement démocratique au profit d’agissements plutôt aristocratiques. La détention de la charge publique agit comme la possession d’un titre de noblesse et « anoblit » littéralement son détenteur. Cet anoblissement s’étend à l’ensemble du groupe familial et le prestige qui en découle, mis en valeur par le respect donné au détenteur de la charge, place la maison du porteur du titre de maire au sommet de la hiérarchie villageoise. Il est ainsi culturellement « normal » que l’aîné soit l’héritier ; parmi l’ensemble des héritiers, il est toujours culturellement « normal » que ceux des meilleures maisons soient aux places les plus hautes de la hiérarchie locale, et tout comme le statut d’aînesse, il n’est pas culturellement anormal que les meilleures places soient héritées donc héréditaires.

  • 18 Selon les critères du système à maison, nous pourrions parler de clientélisme, selon des critères r (...)

52Ce qui serait intolérable ailleurs est ici presque intégré et inhérent au système à maison qui, rappelons-le, est, comme l’a défini Claude Lévi-Strauss, d’essence assez proche du système aristocratique. Sans faire trop de surinterprétation, notre connaissance du terrain nous incline à proposer que c’est de cette position sociale au sein de la hiérarchie du village que rendent compte les signatures imposantes des maires du xixsiècle. Ayant l’occasion de nous pencher ultérieurement sur le système de réseau de clientèle des détenteurs du pouvoir, nous ne ferons qu’évoquer brièvement les charges dont ils gratifient leurs alliés. Ces charges sont à la fois la récompense de la fidélité des occupants d’une maison envers une maison mieux placée, mais également un des moyens de « tenir » certains villageois dans une position de dépendance18. Elles procurent des revenus supplémentaires à ceux de l’activité principale, fournissent, de ce fait, les moyens de « tenir la maison », c’est-à-dire de conserver en totalité les terres et bâtis hérités des aïeux pour les transmettre aux générations futures.

  • 19 Il est néanmoins à signaler que la lecture des délibérations communales a révélé tout au long du xi (...)

53Parmi les charges publiques du xixe siècle, nous trouvons entre autres : « garde de la société syndicale », « garde champêtre » et aussi « cantonnier », lesquelles procurent un salaire et un emploi stables dans une société sans aucune sécurité sociale19. De fait, il s’agit de toutes les charges-métiers dont le recruteur est le maire ou les présidents des sociétés syndicales de montagne.

  • 20 Il convient de préciser que l’attribution de l’intégralité des emplois cités à des villageois entre (...)

54Si nous poursuivons notre examen des personnes en charge de fonctions publiques (fonctions qui se professionnalisent au fil du temps) jusqu’à nos jours, les postes de secrétaire de mairie, cantonnier, employé communal polyvalent – parfois appelé localement le « valet commun » – et personnels de cantine scolaire, personnels employés par la société syndicale des montagnes et la cuma, personnels d’accueil aux sites touristiques, sont attribués aux personnes du village qui, d’une façon ou d’une autre, sont liées aux détenteurs du pouvoir local20.

Classement socioprofessionnel

55Le mariage de François et Louise évoqué plus haut précède celui de deux jeunes gens que nous appellerons Pierre et Jeanne. Les deux mariages ont lieu à peu de temps d’intervalle et sont célébrés par le même adjoint au maire. Le premier mariage est retranscrit sur trois pages, le second sur deux seulement.

56Pierre et Jeanne sont d’extraction sociale modeste, le père de Jeanne est brassier, c’est-à-dire qu’il vend la force de ses bras à la tâche, et sa mère est ménagère. Pierre est journalier : il vend sa force de travail à la journée.

57Les noms et prénoms de tous les participants à ce mariage ne sont précédés d’aucune mention particulière, pas de monsieur ou madame, avec ou sans majuscule. Alors que Damoiselle Louise (premier mariage) est décrite comme étant « sans profession » (la position sociale de sa maison l’abstient vraisemblablement de tout travail), Jeanne est déclarée « sans autre métier que celui de brassière ». Autrement dit, « brassière », qui fournit bien un revenu que l’on imagine sans trop de peine relativement faible, n’est pas pensé par notre rédacteur adjoint au maire, comme un métier, c’est-à-dire un exercice convenable pour se procurer un pécule, puisque c’est à défaut de toute autre possibilité qu’il déclare Jeanne comme brassière. Alors que la précision de Louise comme « sans profession » semble lui donner un vernis social supplémentaire.

58Nous ressentons, par ces formulations brèves mais efficaces, quel peut être le bas du classement hiérarchisé des professions pour notre officier en charge de l’État civil. Le bas de l’échelle sociale est représenté par les brassiers et brassières, des laissés-pour-compte, des sans grade ni prestige : les habitants des maisons pauvres. À l’opposé se trouvent les jeunes filles dédouanées de l’obligation de travailler grâce à la position sociale occupée par leur maison.

59Il nous a été loisible d’établir une comparaison assez exemplaire entre ces deux traitements d’un même acte civil, à peu de distance, et rédigé par une seule et même personne. Nous pourrions poursuivre cet examen sur l’ensemble des actes, détailler chacun d’entre eux sur l’ensemble du xixe siècle, ce qui nous entraînerait vers un descriptif, certes minutieux, mais long et finalement assez rébarbatif parce que redondant. Il aurait également fallu noter de façon systématique tous les éléments concernant cet axe de recherche, or, nous avons découvert ces éléments au fur et à mesure de notre étude. C’est pendant le dépouillement progressif de ces archives que ces faits ont débordé de la masse des informations habituellement contenues dans des registres d’État civil et que l’intérêt du décryptage culturel au travers des normes nationales a émergé.

60Si le manque de collecte systématique empêche de citer tous les exemples lus, si le temps considérable nécessaire à l’analyse de l’ensemble des registres d’État civil pour le xixe siècle (six mois à plein temps) est un frein quant au renouvellement de sa réalisation, il est néanmoins possible d’exploiter les prises de notes faites tout au long de la lecture et d’en faire une synthèse.

Les bons métiers des bonnes maisons

61Nous trouverions tout d’abord que, non pas les bonnes, mais ce que nous nommerons les « meilleures maisons », sont celles dont les résidents n’ont plus besoin d’exercer de métier. Ainsi, les mentions de « rentier » ou « rentier propriétaire » figurent-elles en bonne place dans le palmarès du classement socioprofessionnel.

  • 21 Une lignée de vétérinaires sur plusieurs générations constitue, à ma connaissance, les seuls membre (...)

62À niveau égal viennent les maisons dont les héritiers ont opté pour un choix de professions, qui, bien que liées d’une manière indirecte à la terre, commencent à s’en écarter sensiblement : on ne remue plus la terre, le contact n’est plus direct. Ces personnes exercent les professions libérales de l’époque, et en plus, afferment ou emploient brassiers, journaliers et laboureurs sur leurs terres. Nous trouvons là des « artistes vétérinaires » et des « barbiers », des géomètres, des notaires. Il est fort compréhensible que le vétérinaire21 dans une société où l’élevage tient une place considérable, se trouve dans une position pivot. Nous retrouvons tous ces vétérinaires aux postes clés du pouvoir. Ils sont maires et maires-adjoints.

  • 22 D’après mes données concernant les terrains effectués en Pays basque et en Hautes-Pyrénées, selon l (...)

63Le barbier, chirurgien-médecin de l’époque, a effectué deux mariages en gendre successifs. Il est conseiller municipal et remplace l’un des témoins manquants quand les besoins s’en font sentir. Les notaires, que l’on ne trouve pas sur le territoire de la commune observée, sont issus des villages avoisinants. Ils occupent une position très attractive pour les filles des bonnes maisons de notre commune, qu’ils épousent de façon régulière. Le géomètre réalise un mariage en gendre. Il contracte mariage avec une fille native d’une bonne maison, et il consolidera son patrimoine par des achats constants de terres, au moment où certains de ses voisins, en faible posture économique, feront le choix de l’exil. Ce géomètre deviendra conseiller municipal. Ses descendants et les occupants de sa maison22, jusqu’à aujourd’hui, seront « cultivateurs » et « éleveurs » et ils assureront également les fonctions de président et garde de la société syndicale, charges exercées en alternance avec les résidents de l’une de leurs maisons voisines. On assiste ensuite à la montée en puissance des « instituteurs » à partir de la Troisième République et leur appartenance systématique aux bonnes maisons (ce qui du reste est toujours d’actualité pour le corps enseignant). Ces instituteurs sont invariablement enrôlés par le pouvoir local pour le siècle qui nous occupe. Enfin, les bonnes maisons sont celles dont les occupants sont plus traditionnellement « cultivateurs » ou mieux : « propriétaires cultivateurs ». Ces mentions désignent des personnes qui possèdent la terre et les moyens de l’exploiter (cultivateur), ou de la faire exploiter (propriétaire cultivateur). Être cultivateur, c’est d’abord et avant tout être reconnu comme propriétaire terrien, donc héritier.

64Tous ces gens, à divers degrés et à différents moments, sont des participants au pouvoir local. Ils sont le point culminant de la hiérarchie sociale, ils sont les bonnes maisons, ils possèdent tout à la fois terres et argent, pouvoir et prestige. Entre eux et les « petites gens » sont intercalés les villageois exerçant des professions artisanales qui prennent de plus en plus d’importance au xixe siècle.

Les métiers de l’artisanat

65Les métiers de l’artisanat, au sein de la culture du système à maison, étaient exercés, au siècle qui nous intéresse, par une classe bien précise d’individus : ceux qui n’ont pas de terres parce qu’ils n’en ont pas héritées. Ils sont les cadets restés au village et ayant choisi de fonder une famille en dépit de leur position de puîné. N’ayant pas reçu de patrimoine, ils ont dû fonder une maison et trouver de quoi subvenir à leurs besoins. L’exercice de ces métiers se transmet souvent de génération en génération, surtout pour ceux nécessitant un investissement lourd (forge, moulin). C’est à nouveau le droit de primogéniture mâle qui est favorisé lors de cette transmission.

66À la lecture des registres, nous pouvons distinguer deux types de profession artisanale. Cette distinction est fondée pour un premier groupe sur la proximité des personnes qui les exercent avec le pouvoir et la relation de ces métiers avec une place incontournable dans l’exercice des activités d’agriculture et d’élevage. Quant au second groupe, ils sont souvent déconnectés de la terre tout autant que du pouvoir en place. En revanche, l’analyse d’autres documents, en particulier une lecture rapide des registres des délibérations communales, montre qu’ils font régulièrement (mais non obligatoirement ou systématiquement) partie du groupe politique d’opposition.

67Pour le premier groupe, nous avons déjà évoqué parmi ceux qui le composent les vétérinaires, barbiers, géomètres et notaires, soit les éléments types au sommet de ce classement. Il faut également citer les charrons (les fabricants et réparateurs des charrettes), les meuniers qui font souvent partie du conseil municipal et les forgerons – l’un d’entre eux fut maire au tout début du xixe siècle, et ses descendants, également forgerons, seront adjoints au maire et conseillers municipaux. Il convient aussi d’évoquer les professions d’aubergistes et de « cabaretiers » exercés dans des lieux opportuns de rencontres, donc des lieux de possible communication pour le pouvoir de l’époque. Ces personnes sont très souvent citées sur les registres d’État civil. Deux aubergistes sont les témoins des actes de naissance de la plupart des enfants nés au cours du siècle et ils sont régulièrement choisis comme témoins de mariage.

68Dans le second groupe, nous citerons les « tailleurs d’habits » et « fabricans ou faiseus de cuillers, de manches d’outils et de chaises » qui sont les tourneurs sur bois de l’époque, les « scieurs de long », les sabotiers, les tailleurs de pierres et les « escarpeurs » (ouvriers qui grimpent aux parois afin de préparer l’excavation des plaques de minerai) ainsi que toutes les professions en relation avec l’extraction de minerais. Les personnes exerçant ces métiers ne font pas toutes partie du groupe d’opposition, mais leur représentation est néanmoins très importante.

69Il faut encore signaler, avant d’aborder les places les plus modestes de la hiérarchie sociale locale, que l’on trouve dans les actes civils la mention de « laboureur » qui apparaît appartenir à la classe moyenne. Le laboureur est celui qui possède une paire de bovins et les outils nécessaires aux labours (attelage et charrue). Cependant cette position n’est qu’une étape de la vie des fils aînés, qui, en attente de recevoir leur héritage, travaillent pour leur père et leur maison, grâce au bétail de celle-ci.

Les petits métiers des petites gens

70Nous ne possédons malheureusement que peu de renseignements sur ceux que nous nommerons « les petites gens » effectuant les emplois précaires de l’époque. Ceux-ci n’apparaissent souvent qu’au seul moment de leur naissance (quand ils sont nés au village), parfois à l’occasion de leur mariage et plus rarement au moment de leur mort, quand ils n’ont pas dû choisir le chemin de l’exil. Ils sont rarement désignés comme témoins au mariage, à moins d’être de proches parents de l’un des mariés. On répertorie aussi tous les domestiques, valets, servants, brassiers, journaliers, chiffonniers, charbonniers, au masculin comme au féminin. Il est remarquable que ces petites gens, quand elles se marient, choisissent des témoins faisant partie de la strate sociale intermédiaire. Seuls les employé(e)s domestiques choisissent leurs patrons « haut-placés ».

71Une mention spéciale doit être faite pour les vachers et bergers, qui bien qu’étant un métier de très faible apport, est en fait une occupation professionnelle qui correspond plus à la place réservée aux cadets au sein de la phratrie qu’une profession stricto sensu. Il ne nous a cependant pas été possible de discerner un traitement spécifique dans les archives indiquant leur position toute particulière donnée par la culture pyrénéenne.

72Nous mentionnerons également le fait que quelques individus sont décrits comme « vagabonds » et/ou « ayant perdu la raison ». Deux exemples ont été relevés et notés, mais ils sont plus nombreux. Dans la seconde partie du siècle, une femme est décrite comme sans ressource ni parent et « folle », et un vieil homme est déclaré « mendiant ». Leurs apparitions et descriptions dans les registres d’État civil se font uniquement au moment de leur décès. Ces individus sont signalés comme étant pris en charge tour à tour par plusieurs des maisons du village. Cette société ultra hiérarchisée, dure envers elle-même, semble néanmoins savoir faire preuve de charité envers les plus démunis.

Mobilité sociale

73À la lecture du chapitre précédent, évoquant les possibilités de discerner le phénomène de hiérarchisation sociale de la société par les traces qu’ont pu en laisser les rédacteurs de l’État civil, il m’est apparu que l’on pouvait penser cette société villageoise comme une entité stratifiée et inchangée à tout jamais et depuis toujours. Or, en ethnologie, il est bien connu que « toujours » n’existe pas. Les sociétés pyrénéennes référencées au système à maison ont certes des tendances fixistes très nettes et font tout ce qui est imaginable pour se reproduire à l’identique, mais des soupapes existent, et les gens malins savent les trouver et s’en servir. Ceci vaut pour l’organisation hiérarchique.

74Quelle est l’apparente reproduction hiérarchique de la société ? Le fils aîné d’un notable, qui est l’héritier, a toutes les chances de se retrouver dans une position égale à tout point de vue à celle de son père. Une fille de notable a également toutes les chances de devenir femme de notable. G. Augustins (1989) a montré tous les processus de transmission et les jeux d’alliance matrimoniale au sein du système à maison, pour que les fils et les filles deviennent ce que les pères et les mères étaient. Aussi n’existe-t-il pas, apparemment, de mobilité sociale possible.

75Cette société encourt peu de risques d’éclater par voie interne, puisque les éventuels dissidents et réclamants, en fait, les cadets, sont pour la plupart, appelés à quitter le village. Ceux qui restent sont soumis à l’aîné qui leur concède en général quelques bêtes pour subvenir à leurs besoins personnels, maigre concession visant à la paix sociale. De plus, les cadets restant au village dans la maison de leur aîné passent une grande partie de l’année à garder les troupeaux en estive, loin du village. Les cadettes quant à elles, vivant dans une société d’hommes à une époque où la femme doit se tenir à la place définie par le père puis par le mari, n’ont sans doute pas même idée d’une rébellion possible. Aussi la société du système à maison dans sa plus stricte application est-elle bien verrouillée, ceux qui tiennent le haut du pavé reproduisant les élites du lendemain.

76Pourtant, une société ne pourrait fonctionner si aucun espoir d’amélioration de ses conditions de vie n’était permis. Bien sûr les élites ont distribué les cartes de façon à être assurées de rafler les meilleures mises. Les voies pour obtenir les places éminentes de la hiérarchie locale sont bel et bien verrouillées et les tenants du pouvoir s’arrangent pour passer le flambeau de génération en génération.

77Ainsi, malgré une extraction modeste, il existe plusieurs moyens d’approcher le pouvoir, de faire partie, non pas des happy few, mais de leur entourage proche. Il devient aussi possible, à partir du xixe siècle, de miser sur le mérite fourni par la réussite économique. Les meilleures maisons auront tôt fait d’investir cette voie nouvelle à l’exemple des vétérinaires évoqués plus haut. Quelques débrouillards emprunteront également cette voie afin de faire de leur maison une « bonne maison ». N’ayant que peu ou pas les moyens de se former aux professions nécessitant l’investissement d’une formation universitaire longue, ils exploreront les double, voire triple activités, sans compter leur temps et leurs efforts mais en comptant leurs gains.

78Nous envisagerons donc tour à tour, par le biais des archives, comment le xixe siècle fonctionne comme un temps charnière entre deux règles d’organisation socio-économique intégrées au système à maison : soit le passage d’une société organisée selon des principes aristocratiques (naissance et privilèges) à une société organisée selon des principes bourgeois (rationalité économique et méritocratie).

Pouvoir et opposition

79Nous avons vu que les propriétaires des bonnes maisons possèdent à la fois terres, argent, pouvoir et prestige. Dans le système à maison, ces termes fonctionnent en boucle. La possession du pouvoir et de la terre, base d’une bonne assise économique, fournit une partie des caractéristiques nécessaires à la reconnaissance par les villageois du prestige de l’un d’entre eux. Cette reconnaissance les place en bonne position pour obtenir et/ou conserver le pouvoir et être en mesure de maintenir, voire d’augmenter son assise économique et sa position au sein de la hiérarchie. Tout ceci suppose un préalable : que les principes traditionnels de la primogéniture mâle conduisant à l’héritage soient respectés.

80Au village, seules quelques maisons sont en position de tenter la compétition pour les meilleures places. Elles se répartissent en deux groupes : celles qui possèdent déjà le pouvoir et le conservent jalousement, quitte à l’échanger entre cousins pour donner le change, et un groupe d’opposition apparaissant au cours du xixe siècle, et limité spatialement à un quartier décentré de la commune.

81Le problème à résoudre pour les résidents du premier groupe est alors simple : cantonner l’opposition à un quartier et un seul. Ainsi convient-il de posséder des alliés sur lesquels compter au moment des élections. Or, il nous est apparu envisageable de discerner les réseaux clientélistes à la lecture des actes d’État civil, par des méthodes quantitative et qualitative. Nous traiterons nos données grâce à la méthode qualitative ; quant au quantitatif, une fois encore, il aurait fallu prévoir ce que l’on allait trouver, plutôt que le découvrir à mesure que l’étude avançait. Dans ce cas, nous aurions pu quantifier précisément les données, dresser le réseau relationnel du village sur des moments clés du xixe siècle et en donner une représentation graphique. À défaut, nous en indiquerons la méthode. Il s’agit de repérer et de répertorier systématiquement les témoins des mariages et de les comptabiliser. Nous excluons de cette recherche les témoins des décès, qui dans le système à maison sont les voisins, et les témoins des actes de naissance qui sont pour tout le xixe siècle les adjoints au maire ou deux conseillers municipaux. Une fois comptabilisés, un schéma retraçant le nombre et la force des liens entre les maisons du village donne une bonne indication de l’organisation géographique du pouvoir.

82Portant notre attention sur les témoins aux mariages, nous observons que les mêmes individus sont choisis de façon régulière par une majorité des villageoises et des villageois, toutes strates sociales confondues. Ce qui ne signifie pas pour autant que tout le monde sélectionne les mêmes personnes et que seule une maison détient l’intégralité du pouvoir local. Si l’on reporte les choix de témoins des jeunes mariés (effectués par eux-mêmes ou leurs parents) sur une carte communale, on s’aperçoit très vite que deux groupes se distinguent nettement.

83Le premier, qui détient tous les postes clés du pouvoir, est situé au centre du territoire communal. Les maisons et les terres de ce groupe (maires et présidents des sociétés syndicales de la haute et de la basse montagne) sont en bordure de rivière et jouxtent (ou se mêlent à) tous les hameaux où des personnes exercent des charges publiques (gardes des sociétés syndicales, gardes champêtres, conseillers municipaux, etc.). Le second groupe habite un hameau que nous nommerons fictivement Coumelade. Ce groupe et ce hameau sont décentrés au Nord-Est de la commune sur un plateau qui domine le village. De ce plateau, l’accès au village est fastidieux, le dénivelé étant important (environ 300 à 400 mètres sur une distance de trois à quatre kilomètres). Par contre l’accès au hameau du village voisin se fait en pente douce en une quinzaine de minutes de marche. Le choix des conjoints, hormis quelques exceptions, se fait au hameau du village voisin, et peu dans la commune d’appartenance. À l’intérieur de ce groupe, deux maisons d’une même famille d’origine détiennent une grande proportion de terres. Leurs occupants, se tenant aux strictes règles d’héritage du système à maison, ne diviseront jamais leurs terres. L’une des deux maisons augmente même de manière considérable ses possessions tout au long du xixe siècle. Les habitants de cette dernière maison se sont trouvés de façon régulière à la tête du parti d’opposition.

84Les actes civils portent en eux une indication forte de ce fonctionnement. Ils montrent que les habitants du hameau Coumelade choisissent comme témoins de leur mariage les résidents de ces deux maisons, qui ne sont que très peu choisis par les habitants des autres hameaux de la commune. À l’inverse, ces derniers ne choisissent que très rarement les résidents des deux maisons du quartier Coumelade pour témoins. À une exception près (exception qui a dû faire sensation à l’époque puisque l’un des neveux de l’opposant politique à la mairie a épousé une des filles du maire en place), il en va de même pour le choix des époux.

  • 23 Actuellement une très forte implantation de néoruraux commence à modifier les données politiques. I (...)

85Si l’on se reporte à la situation actuelle qu’il nous a été possible d’observer en trois mois de terrain, on se rend compte que les oppositions, tant dans la lutte pour le pouvoir que dans le choix des affinités, fonctionnaient jusqu’aux dernières élections23 exactement de la même manière et pour les descendants de ces mêmes maisons. Les habitants du village l’expriment d’ailleurs ainsi : « entre ceux de Coumelade et ici, il y a toujours eu des rivalités. Ils ont la tête dure là-haut ». Et ceux de Coumelade disent : « ils sont toujours dans l’ombre, ceux du trou ! » Propos évoquant dans les deux cas des traits supposés de caractère.

Mobilité sociale traditionnelle

  • 24 La source n’est ici pas les registres d’État civil, mais les délibérations communales.

86G. Augustins (1989) a largement démontré le fonctionnement de cette mobilité. Aussi, nous ne ferons que l’évoquer brièvement par un cas exemplaire. Pour un cadet, le seul moyen d’éviter à la fois l’exil et le célibat est de devenir héritier par sa femme, soit de contracter un mariage en gendre. Ce qui est vrai pour un cadet l’est d’autant plus pour un enfant trouvé. Nous avons évoqué plus haut un « barbier ». Cet homme est déclaré sur son acte de mariage comme ayant été un « enfant trouvé à Tarbes ». Sans parent, donc sans maison ni héritage, notre barbier va effectuer deux mariages. Sa première femme est issue d’une maison de « cultivateurs » (donc d’héritiers) située dans le premier tiers de la côte menant du centre du village au quartier Coumelade. Les résidents de cette maison, sans jamais être aux commandes directes du pouvoir local, feront de temps à autres partie du conseil municipal24. La position de cette maison au sein du réseau clientéliste des tenants du pouvoir donne à notre homme la possibilité de participer à son tour au conseil municipal. Quelque temps après le décès de sa première femme, notre barbier se remarie. Son choix s’est porté sur l’une des descendantes du premier maire-forgeron du xixe siècle, que nous avons déjà eu l’occasion d’évoquer. Or, cette maison est toujours très proche du pouvoir par différents liens d’alliance (matrimoniaux entre autres). Le moment du second mariage du barbier coïncide avec son apparition régulière et fréquente en tant que témoin dans las actes de naissance et de mariage.

87L’enfant trouvé, n’héritant par définition de rien, n’aurait pas dû, au sein du système à maison, être considéré au point de représenter ses co-villageois. Or, partant d’un contexte difficile, sa réussite est éclatante. Si son métier de barbier peut être considéré comme l’un des tenants de sa réussite sociale, il doit sa réussite politique à ses deux femmes et aux positions entretenues par leurs deux maisons respectives au sein du réseau clientéliste local.

88Nous avons évoqué le xixe siècle comme une époque charnière. Penchons nous maintenant sur la réussite de la seconde maison.

Nouvelle mobilité sociale

89Les registres d’État civil révèlent l’existence et l’ascension sociale d’une maison qui n’auraient jamais dû exister au sein du système à maison stricto sensu. Elles existent par les moyens mis en œuvre pour éviter l’exil puis l’exode rural, d’où les récurrences constatées dans les archives officielles des naissances et des mariages de ses résidents au fil des générations. Elle connaît une ascension remarquable si l’on en croit la lecture systématique des actes civils, lesquels montrent que les habitants de cette maison sont régulièrement et de plus en plus choisis comme témoins aux mariages de leurs voisins. Les registres d’État civil sont donc porteurs d’indices d’un phénomène qu’il convient d’éclairer. Cette explication ne se trouvant pas dans les registres d’État civil, supports écrits de la mémoire, nous les laisserons afin de cerner préalablement les faits nécessaires à l’analyse.

90Quittons la place de l’église au centre du village. Après une marche vigoureuse, nous voici au quartier Coumelade. Nous avons déjà évoqué la maison « Lane ». Au sein du système d’organisation sociale pyrénéen, sa réussite apparemment invraisemblable n’a jamais pu être concrétisée par une victoire à un poste suprême du pouvoir local (maire ou président de l’un des syndicats de montagne). Les Sarrat, résidents de la maison Lane, tiennent encore le rôle d’opposants.

  • 25 Ce phénomène n’est pas spécifique aux Pyrénées et dépasse largement l’aire régionale étudiée.

91Quel est le trajet particulier suivi par les différents héritiers, permettant à leurs descendants de se positionner en compétiteurs à la place de maire ? Peu après la Révolution française naît Liliane de la maison Sahüquèt. Bien qu’étant l’aînée de la phratrie, elle a peu de chance d’hériter, puisqu’elle a des frères qui sont des héritiers-cultivateurs tout désignés. Surtout, au début du xixe siècle, Liliane donne naissance à un enfant sans qu’il y ait de père déclaré. Le traitement réservé aux filles mères est alors peu enviable25. Les actes civils du village en offrent une retranscription fidèle : les déclarants de la naissance des enfants naturels sont dans la très grande majorité des cas non pas un proche parent (père de la jeune fille mère ou son frère, voire l’oncle cadet) mais la sage-femme (que l’un des maires nomme « l’accoucheuse ») et qui n’est en aucun cas une proche parente. Pour la plupart, le seul lien que l’on puisse trouver entre la sage-femme et la fille mère est le village qu’elles habitent toutes deux. Dans les rares exemples où la déclaration de naissance hors mariage est faite par un proche, il s’agit invariablement de la grand-mère. Ce sont d’ailleurs les deux seuls moments où des femmes apparaissent comme témoins dans des déclarations d’actes civils du xixe siècle. Que les résidents de la maison ne viennent pas reconnaître l’enfant montre ostensiblement que l’on ne se déplace pas pour un bâtard. La faute, reconnue publiquement, est rejetée sur la jeune mère et suit l’enfant. Dans ces conditions, il s’avère difficile de trouver sa place au sein de la société villageoise et plus encore à l’intérieur de la hiérarchie locale. L’exil est le plus souvent la solution : les enfants nés de père inconnu réapparaissent rarement dans les actes civils du village. Souvent, à moins de contracter rapidement un mariage, c’est même leur mère qui disparaît après la naissance.

  • 26 Voir, entre autres, Hervieu et Viard (2001) et Bleton-Ruget (2002).
  • 27 La manière dont elle s’est procuré ces biens n’est pas indiquée et demeure encore difficilement déc (...)
  • 28 Jacques m’a été décrit comme ayant laissé le souvenir d’un individu au caractère marqué.

92Pourtant, nous nous trouvons là à une période charnière. Les filières de migration habituelles se sont taries peu à peu. Les cadets, défiant tout à la fois leurs aînés et les règles traditionnelles poussant au départ, s’installent au pays en colonisant les communaux. 1871 sera pour notre village la date du pic maximum de population. Entre les dates de la fin du Premier Empire (et la possibilité de recrutement dans l’armée napoléonienne) et le début de la Troisième République (marquant le début du passage de l’exil à l’exode rural)26, certains des membres de la société locale inventent d’autres logiques. Parmi ceux-ci figure Liliane qui, bien que fille mère, reste au pays. Les sources cadastrales indiquent qu’elle s’est procuré27 un lopin de terre sur lequel se trouve un bâti de quelques mètres carrés. Cet humble logement va devenir une nouvelle maison. À l’instar de celles que nous avons analysées plus haut, la maison de Liliane en so de Sahüquèt prendra pour nom le diminutif de son prénom, au moment où son fils unique en héritera. C’est ainsi que la maison devient « Liane », nom qui au fil du temps va se transformer en « Lane ». Son premier enfant, que nous appellerons Pierre, est tailleur de pierres. De façon concomitante, il fabrique et vend des sabots et cultive un espace allant s’agrandissant. En effet, les matrices cadastrales montrent que ses gains sont investis dans l’acquisition de terres. La pluriactivité est également le lot de son fils que nous nommerons Jacques. Selon les registres d’État civil, Jacques est « cultivateur ». Cela pourrait indiquer qu’à la troisième génération et en cas de réussite de la maison, la « faute » de la grand-mère s’estompe et que le petit-fils peut être cité comme cultivateur, donc être reconnu à part entière par ses co-villageois comme « héritier » des terres de son père et de sa grand-mère. Cependant, si pour l’État civil le petit-fils est décrit comme cultivateur, les documents montrés par les descendants de Jacques, lors de l’enquête de terrain, prouvent une activité tous azimuts. À l’instar de son père, il fabrique des sabots, mais il innove en se déplaçant dans toute la région afin d’étendre son aire de vente et d’agrandir sa clientèle. Il ajoute rapidement à cette activité première le commerce de tout ce qui peut être négociable. Jacques se procure ainsi l’argent qui lui permet de poursuivre l’œuvre de son père, en achetant les parcelles des personnes contraintes à l’exode. Il semble posséder un certain charisme28 : ses apparitions dans le registre des délibérations communales ne sont pas rares et se font en termes appuyés.

  • 29 Cette pratique, contournant la loi française pour se couler dans le moule traditionnel, a été analy (...)

93Le fils de Jacques aura une vie calquée sur celle de son père : travail acharné, investissement dans la terre et opposition à la mairie. Enfin, des deux fils de ce dernier, le premier n’a pas d’enfant, et le second est le premier à ne plus pratiquer la pluriactivité. Il est mécanicien à une époque où ce métier prend une place d’importance dans les milieux agricoles. Cette activité professionnelle lui permet de « tenir la maison », autrement dit, de conserver la totalité les terres rassemblées par ses ancêtres dans le patrimoine domestique. À ce jour, le dernier descendant à hériter du patrimoine est l’aîné mâle de la famille. Il n’a pas hérité directement de l’ensemble du patrimoine, mais à sa part, il a ajouté une partie non négligeable de celles détenues par ses frères et sœurs, rachetées ces dernières années29. Il loue lesdites terres au seul agriculteur de Coumelade encore en activité. Enfin, il est à la tête du parti d’opposition à la mairie, qui réunit toutes les voix du quartier de Coumelade sans exception. Il est également très courtisé par un nouveau parti d’opposition constitué de quelques néoruraux.

94Nous sommes ici face au développement et à l’assise d’une maison qui n’aurait pu se dérouler de cette manière au xviiie siècle. L’évolution de cette maison, à l’époque charnière du xixe siècle, tient à la faculté de ses occupants d’avoir su jouer sur deux registres à la fois. L’un relève du registre économique et de la méritocratie procurés par la Révolution à l’égard de la bourgeoisie qui l’a fait naître, et l’autre renvoie au registre traditionnel et à la place privilégiée que procurent, sur la possession de terres, la naissance et l’assise du prestige. La maison Lane accomplit ainsi la fusion de l’ancien et du nouveau fonctionnement et marie deux rationalités différentes. L’une traditionnelle, où la naissance place un individu unique à la tête de l’ensemble d’un patrimoine reposant sur la possession de terres indivisibles, source de prestige favorisant l’accès au pouvoir. Et l’autre, moderne, où la position sociale se conquiert par l’investissement économique découplé de l’exploitation des terres familiales, et plaçant, en cas de réussite par l’opiniâtreté économique, la maison en position de prétendre à la conquête du pouvoir. Dès lors, les descendants de Liliane ne pouvant rien attendre du système en place bousculent les règles de la société de laquelle ils sont issus pour se frayer un chemin vers les meilleures positions. Ils verrouillent à nouveau le système une fois la conquête accomplie, et tâchent d’attirer à eux les clients qui seront nécessaires à la finalité de leur ouvrage, tout en évitant de disséminer le patrimoine entre les frères et sœurs prétendants à l’héritage. Il ne s’agissait donc pas de mettre à bas les règles d’organisation traditionnelle, mais de jouer des nouvelles potentialités légales nationales pour conquérir une place enviable au sein de l’environnement social, traditionnel et local.

Conclusion

  • 30 Tel que l’analyse Rolande Bonnain (1986).

95Si notre méthode fut quelque peu empirique, elle est cependant porteuse de bourgeons prometteurs. Grâce à la lecture des registres d’État civil, au prix parfois d’un rapide détour dans d’autres archives – toujours suscité par le questionnement né de la lecture des États civils –, il nous a été possible de vérifier d’abord que nous nous trouvons bien dans un système d’organisation sociale connu sous le nom de système à maison. Noms de maison et relations de voisinage sont bien observables et renseignés dans les actes civils. Nous avons mis au jour que le nom de maison supposé stable (quand il ne change pas soudainement)30 est en fait l’objet d’une évolution permanente. Nous avons ensuite décelé l’existence et le fonctionnement de la hiérarchie sociale en vigueur au xixe siècle dans le village analysé, et ce, malgré le formatage égalitaire du moule républicain. Il nous a enfin été possible d’identifier une énigme posée par l’évolution d’une maison dont les traces figurent dans les registres d’État civil, puis de la résoudre, de façon à éclairer le changement social contenu dans les rédactions concernant cette maison et ses occupants tout au long du xixe siècle.

96À notre étonnement, puis à notre satisfaction d’ethno-historien, ces simples descriptions de naissances, mariages et décès d’individus disparus il y a longtemps nous ont permis d’identifier un système d’organisation sociale particulier à une région de France et d’en déterminer son fonctionnement. Ceci est d’autant plus patent que ces écrits, traversés par une culture régionale, sont contraints par la loi nationale. Ainsi c’est toute une société en filigrane qui est contenue et décrite dans ces archives officielles et sa mise au jour mérite bien l’application de la méthode présentée dans cette contribution.

Haut de page

Bibliographie

Augustins, Georges
1981 Maison et société dans les Baronnies au xixe siècle, in I. Chiva et J. Goy (éd.), Les Baronnies des Pyrénées, tome i, Maisons, mode de vie, société (Paris, Éditions de l’ehess) : 21-117.
1986 Un point de vue comparatif sur les Pyrénées, in I. Chiva et J. Goy (éd.), Les Baronnies des Pyrénées, tome ii, Maisons, espace, famille (Paris, Éditions de l’ehess) : 201-214.
1989 Comment se perpétuer ? Devenir des lignées et destins des patrimoines dans les paysanneries européennes (Nanterre, Société d’ethnologie).
1990 Les transmissions entre générations dans les sociétés paysannes européennes, in H.-P. Jeudy (éd.), Patrimoines en folie. Conférences du séminaire « Patrimoines » tenu en 1987-1989, au Collège international de philosophie (Paris, Édition de la Maison des sciences de l’homme, coll. Ethnologie de la France, cahier 5).
2006 Les marques urbaines du prestige : le cas d’Evora au Portugal (Nanterre, Société d’ethnologie, coll. Recherches thématiques, 9).

Barandiaran, José Miguel (de) et Manterola, Ander (éd.)
1995Atlas etnográfico de Vasconia: ritos funerarios en Vasconia, tome ii (Bilbao, Etniker Euskalerria eta Eusko Jaurlaritza).

Bleton-Ruget, Annie
2002 La France et ses paysans : 130 ans d’histoire nationale, in J.-P. Sylvestre (éd.), Agriculteurs, ruraux et citadins : les mutations des campagnes françaises (Dijon, crdp de Bourgogne, Educagri) : 19-34.

Bonnain, Rolande
1981 Une économie de la sociabilité : entraide, échanges et relations de voisinage dans un village pyrénéen, in I. Chiva et J. Goy (éd.), Les Baronnies des Pyrénées, tome i, Maisons, mode de vie, société (Paris, Éditions de l’ehess) : 169-183.
1986 Les noms de maison dans les Baronnies (1773-1980), in I. Chiva et J. Goy (éd.), Les Baronnies des Pyrénées, tome ii, Maisons, espace, famille (Paris, Éditions de l’ehess) : 123-156.

Chiva, Isaac et Goy, Joseph (éd.)
1981 Les Baronnies des Pyrénées, tome i, Maisons, mode de vie, société (Paris, Éditions de l’ehess).
1986 Les Baronnies des Pyrénées, tome ii, Maisons, espace, famille (Paris, Éditions de l’ehess).

Douglass, William
1969 Death in Murélaga (Seattle, University of Washington Press).
1975
Echalar and Murélaga: opportunity and rural exodus in two Spanish Basque villages (London, Hurst).

Fauve-Chamoux, Antoinette
1994 Mariages sauvages contre mariages-souches, in M. Segalen et G. Ravis-Giordani (éd.), Les cadets (Paris, cnrs, coll. Ethnologie) : 181-194.

Goblot, Edmond
1984 La barrière et le niveau : étude sociologique de la bourgeoisie française moderne (Brionne, G. Montfort, coll. Imago Mundi).

Hervieu, Bertrand et Viard, Jean
2005 L’archipel paysan, la fin de la république agricole (Paris, Éditions de l’Aube, coll. L’Aube poche essai) [2001].

Instructions générales de l’État civil
Code napoléonien dit de 1804 [en ligne] http://www.assemblee-nationale.fr/evenements/code-civil-1804-1.asp (consulté le 12 novembre 2007).

Lenclud, Gérard
1983 Une société prise à son piège. Reproduction sociale et violence en Haut Gévaudan, Études rurales, 89-91 : 299-308.

Le Play, Frédéric
1871 L’origine de la famille selon le vrai modèle signalé par l’histoire de toutes les races et de tous les temps (Paris, Téqui).

Le Roy Ladurie, Emmanuel
1982 Montaillou, village occitan de 1294 à 1324 (Paris, Gallimard, coll. Folio Histoire) [1975].

Levi-Strauss, Claude
2000 Maison, in P. Bonte et M. Izard (éd.), Dictionnaire de l’ethnologie et de l’anthropologie (Paris, Presses universitaires de France, coll. Quadrige).

Mendras, Henri
1992 La fin des paysans (Arles, Éditions Actes Sud, coll. Babel essai) [1967].
1995 Les sociétés paysannes. Eléments pour une théorie de la paysannerie (Paris, Gallimard) [1976].

Mercier, Claude
2006 Regards d’une société pyrénéenne sur le phénomène d’enfrichement (Castanet-Tolosan, inra-sad) [rapport d’enquête].
2008 (à paraître) Pratiquer la friche : couvert végétal spontané, relations interindividuelles et système à maison, Ethnographiques.org, Institut d’ethnologie de Neuchâtel, n° 16.

Ott, Sandra
1981The Circle of Mountains: a Basque shepherding community (Oxford, Oxford University Press).

Sylvestre, Jean-Pierre (éd.)
2002 Agriculteurs, ruraux et citadins : les mutations des campagnes françaises (Dijon, crdp de Bourgogne et Educagri).

Haut de page

Notes

1 Cet article est dédié à André Pène. Fin connaisseur de la culture bigourdane, il a facilité autant que possible la recherche de terrain menée durant l’automne et l’hiver 2005. La rédaction a été faite au printemps suivant.
Mes remerciements vont à Armelle Lorcy, doctorante en anthropologie américaniste (centre erea du Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, Université Paris X-Nanterre) pour la lecture et les commentaires qu’elle a eu l’amabilité de faire de ce document, et à l’umr 7186 du CNRS pour l’aide logistique apportée pendant les mois de terrain.
J’exprime également tous mes remerciements aux habitants et aux descendants des villageois de la commune étudiée qui ont toujours su trouver du temps pour répondre à la curiosité de l’ethnologue. Un grand merci au conservateur et au personnel des Archives départementales des Hautes-Pyrénées, au receveur principal de l’Hôtel des impôts de Tarbes, au directeur et aux employés du service du cadastre de l’Hôtel des impôts de Tarbes. Tous, selon leurs moyens et leurs compétences, ont tout mis en œuvre pour faciliter la recherche.

2 Comme le conçoit Bourdieu avec le concept d’habitus.

3 Voir : Exposé de la recherche : situation et projet : société(s) et paysage(s) en Hautes-Pyrénées, in ACI « Le terrain et son archivage », projet n° RES 0016 du réseau national des msh.

4 Les termes en italiques, quand ils ne sont ni du latin, ni de l’anglais, sont les traductions en bigourdan.

5 Nous tirons les leçons d’une enquête effectuée dans la vallée contiguë à celle étudiée actuellement. Lors de cette précédente recherche, les noms des acteurs locaux avaient été encodés. Un retour de l’étude a été fait sous la forme du rapport produit pour l’inra (Mercier, 2006). Si l’apport théorique a été ignoré par la majorité des habitants, chacun des lecteurs locaux a essayé de reconnaître et d’attribuer tel verbatim à tel individu de la société locale, risquant de créer ou renforcer des querelles existantes. Ainsi, pour notre étude actuelle, tous les prénoms, noms de familles et noms de maisons n’ont plus été codés, mais changés. Les désignations des métiers permettant trop facilement de repérer certains individus ont également été modifiées. Ceci afin de préserver l’anonymat et la tranquillité des descendants des personnes citées dans les registres d’état civil qui ont servi à notre étude. Cette décision a été prise, sachant qu’un chercheur saura de toute façon se repérer par l’analyse comparative des sources citées et les présents écrits.

6 Il est question ici de l’évolution du nom d’une maison, sans changement soudain de ce nom, tel que l’a étudié Rolande Bonnain (1986).

7 La topographie des lieux, les métiers ou encore une caractéristique physique ou comportementale des créateurs des maisons fournissent également les noms de maison. Ainsi, le sobriquet « Pé de la pène » sera celui d’une maison construite au « pied d’une paroi rocheuse » (traduction française du nom de la maison en bigourdan), « la Moule » (« moulin ») la maison d’un meunier, etc. À ce sujet, voir Augustins (1981 : 50-51) et Bonnain (1986 : 179-200).

8 Ce qui suit n’a aucune forme d’implication sur le terrain. En revanche, le suivi du processus de transformation du nom étant important pour la compréhension, c’est le seul exemple où nous nous servirons du nom réel.

9 Mes remerciements au président de la Société de la basse montagne et à la mère d’un éleveur qui se sont prêtés volontiers à cet exercice situé entre oral et écrit.

10 Ce terme bigourdan se traduit par sorbier (Sorbus aucuparia), parfois appelé sorbier des oiseleurs, arbre que l’on trouve localement sur les hauteurs.

11 La tendance générale est à la normalisation francophone et à la simplification du nom avec le temps. Des noms de maison voient leur orthographe évoluer, tel « Izabelle » au xviiie siècle changée en « Isabelle » à mesure du xixe siècle, qui se simplifie en « Belle ». La maison Belle n’est plus habitée de nos jours.

12 Je renvoie aux nombreuses références sur ce sujet, notamment : Barandiaran et Manterola (éd., 1995) ; Ott (1981) et Douglas (1969 et 1975) pour le Pays basque, Bonnain (1981) et Augustins (1981) pour les Hautes-Pyrénées.

13 Toutes les assertions du Code civil napoléonien (ou Code Napoléon) utilisées dans notre rédaction sont tirées du livre premier.

14 Il est ici nécessaire d’indiquer la signification de ce terme local. Pour cela, nous citerons un passage d’un article en préparation : « La qualité principale d’une bonne maison est sa capacité à pérenniser, voire à augmenter, son patrimoine foncier, de façon à assurer sa viabilité au travers des générations successives de ses résidents. Les règles successorales inégalitaires du système à maison (Augustins, 1989) couplées aux pratiques matrimoniales où le choix du conjoint était, dans une large mesure (de façon très prononcée jusqu’à la première partie du xxe siècle) déterminé par le “mariage des terres” (Augustins, 1981) n’avaient pas d’autre but. Une bonne maison s’inscrit donc d’abord dans la durée. Cette capacité requiert déjà des qualités personnelles des membres de la maison tels que tempérance, économie, abnégation personnelle au profit du groupe résidentiel, vaillance au travail, connaissance et respect du code social. Elle réclame ensuite la mise en place de stratégies d’influence (détention du pouvoir politique et possession d’un réseau de clientèle) de la part des résidents de la lignée (Bonnain, 1986). Rolande Bonnain montre également qu’une “bonne maison”, c’est aussi une “belle maison”, c’est à dire une maison qui a été de tous temps entretenue, améliorée et dans laquelle règne l’ordre (art. cité). Nous pouvons préciser qu’une bonne maison, c’est également de belles terres, c’est à dire des terres entretenues, améliorées et où règne l’ordre » (Mercier, 2008 à paraître).

15 Ce nom connaît des variations d’un village à l’autre.

16 Selon les endroits, cela se décline en « société de montagne » ou « syndicat de montagne » ou encore Association foncière pastorale (afr).

17 Ce fonctionnement que l’on retrouve au xixe siècle grâce à l’établissement du réseau de parenté est observé à l’heure actuelle. Dans deux cas observés lors de notre précédente étude, et où le président de l’afr n’est pas un allié du maire, les maires ont déplacé les fonctions de l’afr vers la cuma (Coopérative d’utilisation de matériel agricole) gérée par la mairie (Mercier, 2006).

18 Selon les critères du système à maison, nous pourrions parler de clientélisme, selon des critères républicains, de trafic d’influence et de népotisme.

19 Il est néanmoins à signaler que la lecture des délibérations communales a révélé tout au long du xixe siècle la pratique récurrente d’avantages « en nature » (bois, nourritures, hébergements) et/ou financiers aux indigents et nécessiteux se trouvant sur le territoire de la commune. Faut-il y percevoir le moyen d’une forme détournée et indirecte de clientélisme ?

20 Il convient de préciser que l’attribution de l’intégralité des emplois cités à des villageois entretenant un lien avec des détenteurs du pouvoir n’est pas trouvable telle quelle à l’intérieur d’un seul village, mais ce constat résulte de l’ensemble des observations faites dans le canton. La présentation produite correspond à la construction théorique d’une commune-type virtuelle introuvable dans la réalité. Cette réalité est bien plus complexe et mixe les populations endo- et exogènes à l’attribution des postes municipaux. De plus, les récentes créations de communautés de communes déplacent les pratiques de népotisme à l’échelon de l’intercommunalité, inventant de nouveaux liens clientélistes qui se superposent ou détruisent ceux qui les précédent. Les nouveaux réseaux ne reposent plus sur le village mais s’étendent sur l’intercommunalité (voire le canton) et prennent une place importante dans le jeu politique communal. L’étude de ce phénomène est en cours.

21 Une lignée de vétérinaires sur plusieurs générations constitue, à ma connaissance, les seuls membres de cette profession pour l’ensemble des villages en contiguïté avec celui qui nous occupe.

22 D’après mes données concernant les terrains effectués en Pays basque et en Hautes-Pyrénées, selon les normes de la société traditionnelle, les personnes issues de la culture pyrénéenne venant à occuper une maison, même sans aucun lien de parenté avec leurs prédécesseurs, paraissent devoir continuer de représenter les générations qui les ont précédées, et sont pensées en continuité avec le passé de la maison. Cette façon de procéder trouve son terme le plus tardif pendant la première partie du xxe siècle. À ma connaissance, une étude sur ce sujet manque encore à ce jour.

23 Actuellement une très forte implantation de néoruraux commence à modifier les données politiques. Il est néanmoins constatable que les néoruraux, maintenant deuxième parti d’opposition, tentent de rallier à leur cause le groupe d’opposition historique des habitants du quartier Coumelade.

24 La source n’est ici pas les registres d’État civil, mais les délibérations communales.

25 Ce phénomène n’est pas spécifique aux Pyrénées et dépasse largement l’aire régionale étudiée.

26 Voir, entre autres, Hervieu et Viard (2001) et Bleton-Ruget (2002).

27 La manière dont elle s’est procuré ces biens n’est pas indiquée et demeure encore difficilement décelable au stade actuel de la recherche.

28 Jacques m’a été décrit comme ayant laissé le souvenir d’un individu au caractère marqué.

29 Cette pratique, contournant la loi française pour se couler dans le moule traditionnel, a été analysée par Augustins (1989).

30 Tel que l’analyse Rolande Bonnain (1986).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Mercier, « Ethnographie des archives officielles de l’État civil : une société en filigrane », Ateliers du LESC [En ligne], 32 | 2008, mis en ligne le 19 août 2008, consulté le 24 mai 2017. URL : http://ateliers.revues.org/2832 ; DOI : 10.4000/ateliers.2832

Haut de page

Auteur

Claude Mercier

Université Paris X-Nanterre, Maison de l’archéologie et de l’ethnologie (René-Ginouvès)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org