Navigation – Plan du site
Les aléas d’une revisite de terrain

Grazalema revisitée : changement social et culturel dans un village de la sierra andalouse

Francisco Campuzano

Résumés

Grazalema revisitée : changement social et culturel dans un village de la sierra andalouse. Nous essayons, dans cet article, de préciser le contexte intellectuel et scientifique de l’étude de Grazalema par J. Pitt-Rivers ainsi que les conditions dans lesquelles cette enquête a été réalisée. La dictature franquiste qui soupçonnait toute présence étrangère, a, en particulier, compliqué singulièrement la tâche de l’ethnologue. Nous nous sommes également intéressés à l’impact de l’œuvre dans le milieu universitaire espagnol. L’originalité de la pensée de Julian Pitt-Rivers, l’absence d’études anthropologiques en Espagne, à cette période ont probablement été à l’origine de polémiques, parfois assez violente autour de ses travaux, polémiques que nous exposons dans ce texte. Toutefois l’œuvre de Julian Pitt Rivers, plus de cinquante ans après sa parution garde tout son intérêt.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les citations dans le texte ont été traduites par le traducteur.

1Dans cet article1, nous reprenons quelques-unes des conclusions des travaux effectués en 2005 et 2006 dans le cadre du projet de recherche ethnographique « Le terrain et son archivage ». L’objectif global de ce projet international était de « revisiter » certaines des sociétés ethnographiées par des anthropologues afin d’étudier leur évolution sociale et culturelle et d’évaluer l’impact des travaux des chercheurs sur celle-ci. Notre projet consistait également à montrer l’utilité des archives ethnographiques. Ces documents permettent en effet de comparer des situations passées et présentes et d’analyser les changements intervenus.

2Par ailleurs l’impact de ces travaux dans les sociétés locales concernées, devenues objets d’étude, permet d’introduire dans la recherche un élément intéressant de réflexivité. Le discours anthropologique sur la société étudiée est en effet incorporé à celui de la société sur elle-même. Ainsi, la façon dont la société réagit à ce discours, en se l’appropriant, en le modifiant ou en le rejetant, entraîne finalement une modification de la société elle-même. Dans ce sens, les « revisites » de terrains mettent en jeu une série de regards croisés : celui de l’anthropologue sur la société, celui de la société sur l’anthropologue et son discours, celui de l’anthropologue qui revisite le terrain sur la société étudiée et, sur les discours précédents, celui de la société présente sur le discours passé. Le tableau devient plus complexe encore si nous donnons la parole à d’autres anthropologues qui se sont intéressés à la société revisitée, ou bien au discours du premier anthropologue revisitant lui-même ses propres terrains au cours du temps. C’est le cas de Julian Pitt-Rivers qui revint souvent sur son terrain de Grazalema, écrivit et parla de ces revisites. Sur ce village, nous possédons également d’autres discours anthropologiques. En effet, la publication de l’œuvre de J. Pitt-Rivers, il y a maintenant plus d’une cinquantaine d’années, continue de susciter une polémique qui est bien le signe de sa vitalité.

3On pourrait aller jusqu’à affirmer que la revisite d’une société est indispensable à sa compréhension. Penser qu’il suffit d’un travail de terrain à un moment donné pour capter l’essence d’une société serait en ignorer son caractère changeant, réflexif et auto-poïétique.

4Les objectifs du projet portant sur Grazalema étaient d’évaluer l’impact de l’œuvre et de la personnalité de J. Pitt-Rivers sur la société locale, d’analyser les changements de celle-ci et de comparer les différents discours anthropologiques qui la concernent, celui de J. Pitt-Rivers, mais aussi ceux de Ginés Serrán Pagán et d’Oriol Prunés, en particulier. Il est évident que certains documents du Fonds Julian-Pitt-Rivers permettent d’étudier le contexte de la production de son œuvre ; à ce titre ils sont d’un grand intérêt pour la sociologie des sciences. De façon plus générale, ces données contextuelles sont particulièrement importantes pour une discipline comme l’anthropologie où le chercheur est partie prenante de sa recherche. Enfin la lecture de textes inédits ou de données inexploitées peut susciter de nouvelles pistes de recherche. Ainsi, de nouvelles hypothèses sur la situation contemporaine peuvent-elles trouver leur source dans les fonds.

5L’édition posthume par la Revista de Estudios Taurinos d’un texte extrait du Fonds Julian-Pitt-Rivers (2002a) montre la richesse et la fécondité des archives anthropologiques. Il s’agit de l’article « Capea en el Gastor » rédigé par l’anthropologue lors d’un séjour à Grazalema (1949-1952). Plus de cinquante ans après sa rédaction, on reste surpris par la beauté et la finesse de ce texte. Son intérêt réside plus particulièrement, pour nous, dans le fait qu’il permet de relativiser deux des critiques adressées à l’ouvrage The People of the Sierra. D’une part, J. Pitt-Rivers se serait désintéressé du paysage (Suárez Japón, 1982) et il aurait, d’autre part, attaché dans son livre trop peu d’importance aux fêtes taurines (Serrán Pagán, 1980), surtout si l’on considère la place qu’il accorda par la suite à ces festivités dans ses recherches. Or cet article offre une description magnifique du paysage ainsi qu’une analyse et une interprétation très fines du déroulement d’un jeu taurin populaire. Nous voyons ainsi comment des textes inédits trouvés dans des archives anthropologiques peuvent corriger des idées ou des jugements émis sur une œuvre.

Grazalema en 1948

6Grazalema est un petit village andalou situé à l’extrême nord-est de la province de Cadix, à la limite de la province de Malaga et à proximité de la ville de Ronda. Entouré de montagnes, le village présente l’habitat concentré typique des « villages blancs » de la sierra de Cadix.

7J. Pitt-Rivers arriva à Grazalema pour la première fois en 1948. Il commença son travail de terrain durant l’été 1949. À cette époque, une grande partie de la population, à Grazalema et dans tout le pays, vivait dans la misère et souffrait de la faim. En Espagne, la reconstruction après guerre fut beaucoup plus lente que dans le reste de l’Europe à cause de la guerre civile (1936-1939). Ailleurs, dès 1948, la récupération économique était déjà bien amorcée grâce au plan Marshall, et cette phase de prospérité allait être prolongée par l’application des politiques keynésiennes.

8La dictature militaire imposa en Espagne l’idéologie nationale-socialiste et une économie interventionniste avec des prétentions autarciques. La décennie des années 1940 fut l’une des plus sombres de l’histoire espagnole contemporaine Ce furent des années marquées par le rationnement, la contrebande – estraperlo – et la corruption. La guerre provoqua la dépression économique et la chute démographique. S’y ajoutèrent la perte des libertés et des droits individuels et collectifs ainsi que la pratique systématique de la répression politique à l’encontre des vaincus. Par ailleurs, la résistance antifranquiste resta active dans plusieurs régions montagneuses parmi lesquelles celles de Cadix et de Ronda. À Grazalema, le « maquis » ne fut supprimé qu’en 1951.

9La situation de Grazalema était aggravée par une crise économique antérieure datant du dernier tiers du xixe siècle. Alors que l’industrie des textiles en laine, très prospère, avait occupé jusqu’à 4 000 personnes et exportait ses produits en Amérique à partir du port de Cadix, ce secteur fut ruiné avec la révolution industrielle, l’introduction de nouvelles fibres comme le coton, et l’éloignement du village des voies ferrées. Après la guerre, les activités industrielles et manufacturières ayant presque disparu, la population vivait de l’élevage et des ressources forestières. L’agriculture était peu développée : les terres n’étant pas de bonne qualité, il fallait semer une grande superficie pour n’obtenir qu’une faible récolte. La chasse, la cueillette et l’élaboration de charbon végétal étaient les sources de revenus essentielles de nombreuses familles.

Julian Pitt-Rivers

10C’est dans ce contexte que J. Pitt-Rivers arrive à Grazalema. D’après plusieurs témoignages, ce jeune homme de 29 ans, grand et blond, d’allure élégante, était d’un abord facile. Il se liait avec aisance et naturel avec des gens de toutes conditions. Il était né à Londres en 1919 dans une famille de brillants universitaires d’Oxford qui s’étaient distingués par leur intérêt pour l’anthropologie. Après avoir participé à la seconde guerre mondiale puis avoir été instructeur du futur roi d’Irak, il reprit ses études. Dans les années 1940, la majorité des étudiants en ethnologie de cette université choisissaient des terrains africains, éventuellement indonésiens ou polynésiens. J. Pitt-Rivers, quant à lui, souhaitait réaliser son travail de terrain en Europe ou dans un pays arabe. Il pensait en effet que l’anthropologie devait permettre d’étudier tout type de sociétés et pas uniquement celles qui étaient alors désignées comme « primitives ».

11À Bagdad, il s’était intéressé à l’influence réciproque des cultures islamique et européenne. Guidé par un « certain romantisme arabisant », pour reprendre ses propres termes rapportés par Joan Prat Carós (1989 : 22), il choisit de venir en Andalousie et de s’intéresser au contact entre ces deux cultures qui l’attiraient. Plus tard, il sera convaincu que, hormis l’architecture, l’Andalousie était l’une des régions les moins arabisées d’Espagne. Par ailleurs, comme il avait abordé au cours de ses études les sociétés africaines – comme celle des Nuer analysée par Evans Pritchard – dont l’appareil d’État était absent, il en vint à s’intéresser à l’anarchisme. Le fait que l’Andalousie ait été le berceau de l’anarchisme agraire à la fin du xixe siècle renforça sa décision d’y mener son enquête de terrain.

12J. Pitt-Rivers arriva à Séville durant l’hiver 1948 pour parcourir l’Andalousie. Les villages des montagnes de Ronda lui parurent les plus appropriées pour réaliser des études à l’échelle villageoise étant donnée leur taille. De plus il connaissait l’influence exercée par le mouvement anarchique dans cette région. Il choisit Grazalema qui lui plaisait et qui lui avait réservé un accueil chaleureux. Il mena son enquête de terrain de 1949 à 1952 à Grazalema où il résidait, tout en revenant à Oxford deux ou trois mois par an pour compléter sa formation anthropologique. C’est ainsi qu’en 1953, il obtint son doctorat. Par la suite, J. Pitt-Rivers est souvent revenu à Grazalema. Durant son premier séjour, il s’était déjà intéressé au phénomène taurin et assistait à des corridas organisées dans des villes ou des villages environnants. La tauromachie allait, par la suite, occuper une place importante dans ses recherches. Résultat de ce premier travail de terrain, la première édition de son ouvrage intitulé The People of the Sierra paraît à Londres en 1954.

The People of the Sierra

Le contexte théorique

13De la fin des années 1940 au début des années 1950, sous l’influence d’Edward Evans-Pritchard à Oxford et de Robert Redfield à Chicago, le paradigme fonctionnaliste est mis en question et l’anthropologie s’ouvre à des horizons nouveaux. C’est alors que sont publiés les premiers travaux portant sur des populations européennes et méditerranéennes.

14Dans un contexte marqué par la décadence de l’empire colonial britannique et l’acculturation progressive des sociétés dites primitives, Edward E. Evans-Pritchard comprend que l’anthropologie devrait s’occuper de tout type de sociétés, occidentales incluses. Il développe ainsi à Oxford l’étude des sociétés méditerranéennes, allant à l’encontre de l’inclinaison traditionnelle vers l’Afrique subsaharienne. À Oxford, sous son influence, un groupe de chercheurs composé de Jean Peristiany, Louis Dumont et Franz Steiner se forme et fonde les études anthropologiques méditerranéennes.

15J. Pitt-Rivers, quant à lui, utilise pour analyser les données collectées à Grazalema, les concepts et modèles qui viennent du structuralisme fonctionnaliste britannique ; il est particulièrement influencé par Simmel et MacIver, et, à travers ce dernier, par Tönnies. À cette même période, en Espagne, une des conséquences de la perte des colonies américaines fait que les recherches académiques restent principalement ethnographiques et folkloriques. Du reste, jusqu’à son institutionnalisation dans les années 1970, l’anthropologie sera pratiquée exclusivement par des érudits indépendants comme Julio Caro Baroja.

Le contexte méthodologique

16J. Pitt-Rivers ne disposait pas de méthodes de recherche adaptées à l’étude d’une communauté européenne. Il eut ainsi à élaborer les siennes propres. À l’époque de son étude, on ne traitait guère la dimension historique des sociétés dites « primitives » qui constituaient l’essentiel des sujets de la recherche anthropologique. Par ailleurs, la distance culturelle entre le chercheur et l’ethnographié était moindre en Espagne qu’en Afrique par exemple, puisque tous deux partageaient des expériences culturelles relativement proches. Cette situation de l’ethnologue posait deux problèmes : d’une part, des coutumes qui pouvaient lui sembler familières devaient être envisagées dans une perspective comparative plus large ; d’autre part, il était nécessaire de saisir les nuances de certains mots ou symboles qui auraient pu sembler communs au chercheur et à ses interlocuteurs.

17Cela impliquait de savoir que les normes, les traditions, les croyances et les valeurs de la société étudiée ne forment pas un corps d’éléments culturels connus et partagés par tous. C’est pourquoi la méthode d’enquête de J. Pitt-Rivers n’a pas consisté à relever ces éléments, mais à observer la conduite des membres de cette société. De plus, l’image que la société se fait d’elle-même est influencée par les relations qu’elle entretient avec d’autres cultures. Ces processus de diffusion multiplient les données considérées. L’étude d’une société occidentale présente le risque de se focaliser sur des problèmes ou des institutions spécifiques, et de perdre ainsi de vue la perspective globale indispensable.

18Enfin J. Pitt-Rivers s’est intéressé à l’histoire, à la culture et à la littérature espagnoles dans leur ensemble. Contrairement à d’autres anthropologues, il a tenu compte des informations apportées par des chercheurs locaux sur les traditions, le folklore, la géographie ou l’histoire.

L’objet d’étude

19Dans The People of the Sierra, J. Pitt-Rivers proposait de décrire et d’analyser la structure sociale du village andalou de Grazalema telle qu’il l’avait observée. Il souhaitait avant tout décrire la vie sociale, rendre compte au quotidien de l’ensemble complexe des relations interpersonnelles qui la sous-tendent. Cela ne l’a pas empêché d’émettre quelques hypothèses sur la nature de la société andalouse et d’en avancer d’autres relevant de la sociologie générale.

  • 2 La figure de ce brigand au grand cœur est importante dans l’imaginaire andalou. Note du traducteur.

20Pour atteindre son objectif, il a focalisé sa recherche sur les valeurs sociales : richesse et statut, sexe et parenté, autorité politique et code moral, nature et surnature. Ensuite, il a analysé les relations qui existent entre ces termes, considérant qu’elles pouvaient rendre compte de la structure sociale générale du pays. J. Pitt-Rivers n’a pas tenté d’analyser les croyances sous forme de système, mais d’identifier et de décrire celles qui participaient de la structure sociale. C’est ainsi que certaines figures typiques, comme le torero, les gitans, le bandolero2 ou la sabia (guérisseuse) sont analysées pour leur rôle structurant.

21La dimension historique, qui est peu abordée dans l’analyse de la société locale, est traitée de façon plus systématique à la fin du livre. L’anthropologue y propose une interprétation de l’histoire de Grazalema depuis la seconde moitié du xviiie siècle. Il prend soin de replacer cette histoire dans le contexte andalou et prête une attention particulière à l’apparition du mouvement anarchiste du xixe siècle.

22Au début de l’épilogue de l’ouvrage, l’auteur émet un certain nombre d’hypothèses que nous citons ci-dessous et qui peuvent être considérées comme les propositions fondamentales de son travail (1994 : 228) :

1. « Il existe une tension structurale entre les sanctions provenant d’une part de la communauté locale et de l’autre du gouvernement central du pays. Dans ce cas, la tension est palpable dans chaque champ du social, depuis les relations entre les sexes jusqu’aux techniques médicales, de l’institution de l’amitié jusqu’au bandolerismo. Elle est l’expression d’un conflit entre les valeurs d’autorité et d’égalité. »
2. « Ces mêmes valeurs opposées sont nécessaires tant à la structure de la société qu’au pays tout entier. »
3. « Cette tension est résolue par le biais d’une hiérarchie clientéliste et des conventions de secret et de fiction qui, comme nous l’avons montré, sont essentielles au système tel qu’il existe, bien que ces points fassent l’objet de critiques au sein de la communauté villageoise. »
4. « J’ai postulé que cette tension est liée à la divergence des valeurs et au degré de contact entre le gouvernement central et la communauté. Ainsi, cette tension augmente avec la différence de culture et de valeurs entre l’État et la communauté, avec la diminution de la distance spatiale entre la communauté et l’État et avec la pression politique exercée par l’État. »
5. « Le conflit suppose par définition l’existence d’une différence ainsi que l’existence d’un fonds commun acquis par contact… Ces deux facteurs ont considérablement changé ces derniers temps. »

23Ces hypothèses devraient être pertinentes pour différents moments de l’histoire de la région. Leur mise à l’épreuve de l’histoire des deux derniers siècles permet de vérifier si les changements dans la structure sociale sont liés au conflit entre l’État et la communauté.

L’impact de l’œuvre

24The People of the Sierra peut être considéré comme l’étude d’anthropologie portant sur l’Espagne la plus diffusée au monde. Dans ses éditions successives, plus de 200 000 exemplaires ont été vendus et le livre a été traduit en plusieurs langues. Sa capacité à attirer l’attention des étudiants sur une culture différente associée à une écriture vive et agréable explique ce succès académique. Dans les universités, cet ouvrage est partout l’une des monographies classiques de l’anthropologie méditerranéenne.

25Néanmoins, comme le signale J. Pitt-Rivers lui-même dans l’épilogue de la seconde édition espagnole, son livre a été reçu par nombre de lecteurs comme une « hérésie ». Il s’agissait de « la première application des méthodes de l’anthropologie sociale britannique tentée par un membre de cette école sur une population européenne » (1994 : 238). À l’exception d’Oxford, le livre fut mieux reçu aux États-Unis qu’en Angleterre. Henk Driessen (1989 : 229) résume ainsi l’importance de cette œuvre :

Il y a 35 ans Julian Pitt-Rivers a introduit l’Espagne dans le champ de l’anthropologie anglo-américaine. Son œuvre est variée et étendue, mais son nom est principalement associé à The People of the Sierra. Cela n’est pas surprenant dans la mesure où ce livre jouit d’une grande renommée en dehors du cercle des spécialistes régionaux, et même en dehors de l’anthropologie culturelle. Sa seconde édition en particulier est fréquemment utilisée dans les cours d’introduction à l’anthropologie dispensés à des étudiants d’autres disciplines. Par ailleurs, ce livre a fait l’objet de nombreux comptes-rendus, il a souvent été cité, admiré et critiqué dans la littérature spécialisée sur l’Espagne et la région méditerranéenne, alors que celle-ci a pris un essor important ces vingt dernières années. Cette monographie sur l’Andalousie peut être considérée comme un monument, non seulement de l’ethnographie andalouse mais encore de l’anthropologie culturelle.

26Il est difficile de mesurer l’impact qu’eut l’ouvrage sur la société de Grazalema. La première édition ne parvint qu’à un groupe réduit d’amis auxquels il l’envoya. Aucun ne parlait l’anglais et ils pensaient qu’il s’agissait d’un roman. La portée de l’œuvre fut donc quasi nulle dans la société locale. Plus généralement, en Espagne le livre passa inaperçu. Seules quelques revues spécialisées en rendirent compte, ce qui ne manqua pas de rassurer J. Pitt-Rivers, très inquiet pour ses informateurs dont il révélait les attitudes compromettantes.

27La traduction en espagnol a changé cette situation. Le livre est devenu une référence obligée pour les apprentis sociologues espagnols (González Arpide, 1989 : 254). Comme l’écrit Honorio Velasco (1994 : 55) : « Nous apprenons à observer notre culture en lisant The People of the Sierra ».

La polémique

28Le livre de J. Pitt-Rivers sur Grazalema a suscité diverses critiques depuis sa parution il y a maintenant cinquante-trois ans. Avec le recul d’un demi-siècle, l’opinion générale est globalement positive. Peu nombreux sont ceux qui mettent aujourd’hui en cause l’œuvre, son caractère pionnier et son impact, et ceci d’autant moins qu’il s’agit de la première publication de l’auteur. Cependant The People of the Sierra continue de susciter des polémiques, preuve d’une vitalité que seules possèdent les œuvres classiques.

29D’après nos recherches, il a fallu attendre quatorze ans après la publication de la première édition de The People of the Sierra pour que s’expriment les premières critiques. En 1968, Juan Martínez Alier et Eric Hobsbawm citent tous deux J. Pitt-Rivers dans leurs ouvrages respectifs, La estabilidad del latifundismo et Primitive Rebels. Hobsbawm lui reproche de ne pas avoir porté assez d’attention au mouvement anarchiste, lequel a joué à Grazalema un rôle particulièrement important, ainsi qu’à l’échelle de l’ensemble de l’Andalousie. Les objections de Martínez Alier sont plus solides et nombreuses. Selon lui, J. Pitt-Rivers exagère l’isolement des villages andalous. Par ailleurs, il reproche à son analyse des origines du latifundisme un certain déterminisme écologique et il met en question l’homogénéité de la population villageoise, par exemple du point de vue des habitudes alimentaires. Enfin, il est en désaccord avec l’anthropologue britannique sur l’analyse du clientélisme, relativise son ampleur et propose une vision beaucoup plus conflictuelle des relations entre patrons et travailleurs.

  • 3 Les Maures étaient les musulmans espagnols baptisés après la Pragmatique des Rois Catholiques d’Esp (...)

30En 1974, J. Caro Baroja critique J. Pitt-Rivers à mots couverts dans la préface du livre de Enrique Luque Baena intitulé Estudio antropológico social de un pueblo del Sur. Dans un paragraphe qui a souvent été cité, J. Caro Baroja ridiculise un anthropologue anglais qui s’étonne quand il lui suggère de se documenter sur les rebellions mauresques3 avant d’étudier un village de la sierra andalouse.

  • 4 « Le rituel du taureau en Espagne. Quelques erreurs d’analyse et de méthode ».

31Cette même année paraît l’article de G. Serrán Pagán « El ritual del toro en España. Algunos errores de análisis y método »4 dans la Revista de Estudios Sociales. Cet auteur a été sans aucun doute le détracteur le plus systématique de l’œuvre de J. Pitt-Rivers sur Grazalema. Dans son texte, après avoir mis en exergue le fait que The People of the Sierra est l’ouvrage anthropologique le plus connu sur l’Espagne, il affirme que « l’importance du livre est due, non seulement à son caractère pionnier, mais également à la nouveauté d’une étude sur la société et la culture andalouses ignorées jusqu’alors » (1977 : 96).

  • 5 « La fable d’Alcalá et la réalité historique de Grazalema. Considérations sur la première étude d’a (...)
  • 6 Jeu taurin consistant à poursuivre dans les rues du village un taureau attaché à une longue corde ((...)

32En 1980, G. Serrán Pagán publie dans la Revista Española de Investigaciones Sociológicas « La Fábula de Alcalá y la realidad histórica en Grazalema. Replanteamiento del primer estudio de antropología social en España »5. L’auteur s’y emploie entièrement à formuler des critiques sur le livre de J. Pitt-Rivers, critiques que nous allons résumer en y apportant quelques commentaires :
G. Serrán Pagán reproche tout d’abord à J. Pitt-Rivers d’être allé sur le terrain avec des idées préconçues empruntées à Simmel et Tönnies, et d’avoir tenté de les illustrer dans un essai ethnographique (1980 : 84-85). J. Pitt-Rivers indique cependant que n’ayant pas jugé les outils théoriques dont il disposait suffisants pour comprendre les faits, il a dû en trouver d’autres lui-même.
G. Serrán Pagán affirme ensuite que le schéma théorique de l’ouvrage correspond à un modèle idéal et statique (art. cité : 89). J. Pitt-Rivers indique pourtant avoir fondé ses analyses sur des faits observés.
J. Pitt-Rivers est ensuite accusé de concevoir la communauté comme un tout homogène (art. cité : 85). G. Serrán Pagán exagère et dénature l’idée de l’auteur de Grazalema sur l’unité du village et le refus de l’inégalité et affirme, à tort, que ce dernier considérait qu’il n’y avait pas d’inégalités économiques et sociales dans le village.
J. Pitt-Rivers a-t-il pris comme acquise l’importance du mouvement anarchiste à Grazalema, sans voir que, dans les faits, il ne fut pas si important ? Conçoit-il l’anarchisme comme la cause principale du conflit supposé entre l’État et la société (art. cité : 89) ? Procédant une fois encore par exagération, G. Serrán Pagán va jusqu’à affirmer que, pour J. Pitt-Rivers, tous les habitants de Grazalema étaient anarchistes. Il déforme ainsi ses propos et les interprète mal. Pour l’anthropologue britannique, l’anarchisme n’était pas la cause mais l’une des manifestations du conflit entre l’État et la société. Dans un ouvrage récent, paru en 2005 et consacré à José Sánchez Rosa – l’un des personnages les plus importants de l’anarchisme andalou –, l’historien José Luis Gutiérrez Molina montre sans équivoque l’importance de Grazalema au moment même où le mouvement anarchiste était en germe dans la province de Cadix.
J. Pitt-Rivers n’a-t-il pas compris les conflits internes entre quartiers et classes ? (art. cité : 85). En réalité, il les a observés, mais il estimait que cet antagonisme n’était pas significatif. Sur ce point, G. Serrán Pagán lui-même semble exagérer l’importance des divisions entre jopiches et jopones, les quartiers du haut et du bas.
Les représentants de l’État sont les uniques ou principaux agents du conflit (art. cité : 85). De nouveau, Serrán Pagán simplifie les propos de J. Pitt-Rivers, lequel ne considérait pas que le « groupe dirigeant » était composé uniquement de fonctionnaires, mais également de personnes fortunées et influentes.
J. Pitt-Rivers donne l’image d’un village isolé et éminemment rural, où prédomineraient l’homogénéité et la solidarité mécanique (Gemeinschaft), alors qu’en réalité il s’agissait d’un centre urbain et industriel relativement important (art. cité : 87). L’anthropologue n’ignorait pas ces faits, mais la réalité qu’il étudia avait profondément changé depuis l’époque de l’industrie lainière.
A-t-il exagéré l’importance de figures stéréotypées comme les bandoleros, les gitanes et les sabias qui n’ont pas d’importance dans le village (art. cité : 111-112) ? De notre point de vue, il les analyse avec pertinence en tant que figures stéréotypées de l’univers idéologique et culturel du village.
J. Pitt-Rivers ne parle pas du rôle de l’Église (art. cité : 112). Cependant, il a réservé le thème de la religion et de l’anarchisme à des volumes ultérieurs. Dans son ouvrage, il pose néanmoins de nombreuses questions sur la religion, sur le rôle différentiel de l’Église entre le Nord et le Sud de l’Espagne, sur l’intégration du curé dans le groupe dirigeant ou encore sur diverses formes de religiosité populaire.
J. Pitt-Rivers n’aurait pas prêté l’attention nécessaire au toro de cuerda6 (art. cité : 111). Cette affirmation n’est pas exacte car ce point apparaît dans l’ouvrage bien qu’il soit mis au second plan.
G. Serrán Pagán, enfin, se montre très affecté par le fait que J. Pitt-Rivers qualifie les Andalous de « menteurs » (embusteros) dans son introduction (1994 : 32), sans voir qu’il s’agit là d’un éloge exprimé avec humour plus que d’une insulte. Cette accusation fut reprise avec encore plus d’indignation par un autre anthropologue espagnol, Isidoro Moreno Navarro (1984 : 98).

33Ce dernier défend avec ferveur l’origine autochtone de l’anthropologie andalouse et il dénonce la « double colonisation » à laquelle elle a été soumise : d’une part, la région a servi de terrain d’étude et, d’autre part, des modèles théoriques exogènes y ont été importés. Il affirme que la vision de J. Pitt-Rivers, « l’aristocrate anthropologue britannique » (art. cit. : 99), est erronée (art. cit. : 97) et reprend les critiques de G. Serrán Pagán. Le livre sur Grazalema serait une simple illustration des idées de Simmel ; l’homogénéité sociale et l’égalitarisme économique de la communauté n’existerait pas ; le conflit entre la communauté et l’État serait amplifié.

  • 7 « Deux versions antagoniques d’un village andalou : de Julian Pitt-Rivers à Ginés Serrán Pagán ».

34Enfin, les objections de Oriol Prunés sont publiées en 2000 dans son article intitulé « Dos versiones antagónicas de un pueblo andaluz: de J. Pitt-Rivers a Ginés Serrán Pagán »7. Elles sont en grande partie inspirées des remarques de G. Serrán Pagán. Oriol Prunés considère les données historiques de cet auteur objectives et incontournables. Nous ne partageons pas cette confiance. Si l’on considère par exemple le travail de G. Serrán Pagán sur le toro de cuerda, celui-ci serait célébré « depuis des siècles » (1977 : 96) à moins qu’il ne remonte à « plus de 2 500 ans » (2002 : 13).

35O. Prunés reproche à J. Pitt-Rivers de traiter les maquisards de bandoleros, terme dont la signification hors contexte est péjorative. Il trouve inacceptable que les résistants antifascistes soient qualifiés en France de résistants et en Andalousie de bandoleros. Or J. Pitt-Rivers note que les partisans de la guérilla antifasciste étaient appelés « les rouges » ou bien « ceux de la sierra » et qu’ils ont été actifs dans la zone de Grazalema jusqu’en 1951 » (1994 : 198). Il précise qu’il les appelle bandoleros parce que les villageois eux-mêmes en parlaient dans ces termes, ce qui est encore le cas de nos jours.

36Cependant, nous partageons l’avis de O. Prunés lorsqu’il affirme que J. Pitt-Rivers ne caractérise pas l’État espagnol de l’époque comme une dictature, mais simplement comme un État centralisé. J. Pitt-Rivers n’a pas montré clairement, même dans son épilogue de 1988, qu’à la fin des années 1940 et au début des années 1950, l’Espagne ne vivait pas simplement une période d’après guerre civile mais subissait une dictature détenant des milliers de prisonniers souvent soumis aux travaux forcés. À l’époque, on ne pouvait pas en parler. Depuis, les crimes commis durant l’époque franquiste n’ont pas été punis. Quant à la transition politique, elle n’a pas exhumé le passé. C’est seulement maintenant, des années après et à l’initiative des enfants et petits-enfants des victimes, qu’un mouvement citoyen œuvre pour la reconstitution du passé. Des fosses communes sont identifiées et des démarches pour la réhabilitation des victimes sont entreprises. Il aura fallu attendre 2006 pour que paraisse en Espagne une loi de « mémoire historique » (« Ley de la Memoria histórica »).

37Néanmoins, l’analyse plus générale du rôle de l’État que fait J. Pitt-Rivers est confortée par les faits qu’il présente : en effet, le conflit entre la communauté et l’État se reproduit indépendamment du type de pouvoir exercé.

La valeur de l’œuvre

38The People of the Sierra est unanimement reconnue comme une œuvre classique même par ses détracteurs. Ainsi, G. Serrán Pagán reconnaît que cet ouvrage « représente la première étude d’anthropologie sociale en Espagne » (1984 : 19). H. Driessen (1989 : 236) a, quant à lui, bien résumé les qualités de cette œuvre : « en dépit de toutes les critiques en grande partie justifiées, The People of the Sierra est toujours une monographie classique et un monument de l’ethnographie andalouse. Ce livre est exemplaire. »

39Il expose les qualités les plus remarquables de l’ouvrage de la façon suivante (1989 : 236) :
- « c’est la première étude structurale fonctionnaliste en milieu rural… »
- « elle conserve sa valeur comme document exemplaire de l’histo­riographie ethnographique. »
- « elle incite dans une certaine mesure à avoir une approche plus dynamique […] et tient compte d’une dimension historique, même si celle-ci est schématique et marginale. »
- « elle montre comment la structure sociale d’une communauté locale ne peut pas être comprise en dehors de son contexte régional et national. »
- « elle a joué un rôle de catalyseur dans les recherches postérieures en Europe et dans les régions méditerranéennes. Les thèmes centraux de l’ouvrage – les relations entre la communauté locale et l’État, le patronage, l’honneur et la vengeance – ont occupé une place importante dans l’ethnographie naissante de l’Europe et de la Méditerranée. »

40William A. Douglass (1989 :236) insiste sur la nouveauté de thèmes jusqu’alors absents de l’anthropologie :

[J. Pitt-Rivers] a créé un intérêt anthropologique pour certains thèmes comme l’honneur et le clientélisme qui sont encore aujourd’hui importants non seulement pour les études sur l’Andalousie mais encore sur l’Espagne et même sur le monde méditerranéen. Ces thèmes ont acquis une importance certaine dans les études latino-américaines et, en ce qui concerne le clientélisme, dans l’anthropologie mondiale non-marxiste.

41Pour W. Douglass, « l’importance transcendantale [de ce travail] n’est pas de formuler un point de vue particulier sur l’Andalousie mais d’inclure celle-ci, et par extension l’Europe, dans l’anthropologie sociale des années 1950 et 1960. […] Ainsi The People of the Sierra est à l’anthropologie européenne ce que The Nuer de Evans-Pritchard est à l’anthropologie africaniste » (art. cité: 237).

42Dans son introduction à l’édition espagnole de 1994, H. Velasco a relevé la capacité de J. Pitt-Rivers à pénétrer la psychologie des acteurs et leurs motivations, à capter la réalité sociale en profondeur : « On a l’impression d’avoir acquis une telle connaissance de ce qui se passe dans le village que cela provoque à la fois satisfaction et inquiétude. Comme s’il avait pu observer les événements de l’intérieur, en connaissant les motivations des gens » (1994 : 18).

Validité actuelle du modèle et des hypothèses de Julian Pitt-Rivers

43Les hypothèses centrales de cette monographie peuvent s’énoncer, en les simplifiant, de la façon suivante :
- le village comme unité morale et comme identité « forte » ;
- la tension entre les valeurs de la société locale et celles de l’État central ;
- la résolution de cette tension par le biais du clientélisme et du secret ;
- l’existence d’une élite locale détentrice d’un pouvoir périphérique par rapport au groupe villageois et se présentant comme une unité morale de pairs ;
- l’importance de l’honneur personnel, familial et local.

44Nous pouvons évaluer la pertinence de ces hypothèses dans la société contemporaine, plus de cinquante ans après leur formulation.

Le village comme communauté morale au sens fort du terme

  • 8 Toro de la Virgen del Carmen. Note du traducteur.
  • 9 Romería de San Isidro. Note du traducteur.

45Comme l’affirme J. Pitt-Rivers en 1954 : « La communauté n’est pas une simple unité géographique ou politique, sinon l’unité sociale de référence dans chaque contexte » (1994 : 64). Le village est encore aujourd’hui centralisé. Les villageois perçoivent clairement leur spécificité et leur identité propres. Les fêtes populaires telle la course de taureaux de la Vierge du Carmel8 ou le pèlerinage de Saint Isidore9 demeurent des événements importants qui rassemblent la population pourtant dispersée dans d’autres villes, d’autres régions ou d’autres pays. Le village reste un pôle d’attraction pour ceux qui en sont originaires. Ses habitants distinguent immédiatement à leur accent les personnes originaires des villages proches de Ubrique, Zahara de la Sierra ou Benaocaz. La société villageoise exerce une autorité morale sur les individus en imposant à ceux-ci des sanctions de caractère informel qui échappent à la loi. Certes, celles-ci sont aujourd’hui moins contraignantes, mais elles demeurent efficaces. L’on constate aussi néanmoins une évolution des normes qui se traduit par une permissivité accrue. Le type de contrôle social dépend en grande partie de la taille du village ; tout le monde se connaît et les nouvelles circulent rapidement. Le recours à des surnoms entre membres de la communauté continue de refléter une opinion publique alerte et hautement articulée.

Affaiblissement de la tension entre l’État et la société locale

46La baisse de tension entre l’État et la société locale a plusieurs raisons. En premier lieu, elle est due à la diminution de la distance physique et de la différence culturelle entre les villageois et les décideurs politiques. Voici qui confirme la thèse de J. Pitt-Rivers. La création d’un État espagnol décentralisé, organisé sous la forme de communautés autonomes, a permis le transfert du règlement d’un grand nombre de questions aux instances régionales. Par ailleurs, le nouveau système politique hérité de la transition démocratique a lui-même délégué d’importantes compétences aux municipalités, dotant celles-ci de nouvelles attributions et capacités. C’est ainsi que le pouvoir s’est rapproché du citoyen. Ce rééquilibrage doit être nuancé par l’existence d’une tendance inverse. L’entrée de l’Espagne dans la Communauté économique européenne et dans le marché unique a impliqué que des décisions, dont certaines sont importantes par leurs conséquences, soient prises en des lieux plus éloignés qu’auparavant. En effet, la politique monétaire, les subventions à l’élevage et à l’agriculture ainsi que les directives environnementales sont adoptées à Bruxelles.

47Un second aspect a contribué à éliminer la tension avec l’État : la légitimité démocratique dont disposent actuellement les pouvoirs publics. Il s’agit d’une transformation fondamentale : la dictature militaire a fait place à une démocratie parlementaire où les citoyens jouissent de la liberté d’expression, d’association et d’opinion politique. De plus, l’État répressif s’est converti en un État social chargé d’assurer le bien-être de ses citoyens : il met à la disposition de ceux-ci des services sanitaires, sociaux et éducatifs ; il accorde des subventions pour réhabiliter les habitations, pour installer les commerces ou pour promouvoir l’élevage et l’agriculture ; il verse une indemnisation aux chômeurs, des pensions non imposables aux veuves, etc. En définitive, l’État est dorénavant perçu comme un pourvoyeur de ressources et de services.

48Une nouveauté est particulièrement importante : depuis la victoire du Parti socialiste ouvrier espagnol (psoe), le maire est mieux intégré au village car il n’est plus membre du groupe dirigeant mais simple villageois. Après le franquisme, dans un premier temps, le pouvoir municipal était proche du village car il était tenu par les promoteurs d’une alternative politique au groupe dirigeant. Par la suite, le pouvoir municipal s’est distancié des villageois, le maire se gardant le monopole des relations extérieures au village en assistant seul aux réunions du Conseil régional (Diputación provincial) et aux réunions du parti qu’il représentait.

49J. Pitt-Rivers a mis en avant l’importance de la municipalité ; elle est toujours un élément clef du tissu politique et institutionnel du pays. En d’autres termes, elle est l’unité politique élémentaire. Comme le signale l’anthropologue, le mouvement anarchiste n’a pas mis en question « la concentration du pouvoir politique au niveau municipal » (1994 : 53) ; celle-ci a été au contraire une pièce maîtresse de l’anarchisme ibérique. De fait, les bases idéologiques et sociales sur lesquelles s’est érigé l’anarchisme étaient celles d’une République fédérale. L’enracinement du communisme libertaire et du mouvement anarchiste en Andalousie, et plus particulièrement dans la province de Cadix, ne peuvent être compris sans considérer la République fédérale qui les a précédés.

50Malgré tout, la tension entre l’État et le village a persisté. Ainsi, le Parc Naturel a-t-il longtemps été perçu comme un élément étranger, imposé de l’extérieur, venant limiter et entraver les pratiques traditionnelles en milieu rural. Cette vision des choses correspond à la distinction opérée par J. Pitt-Rivers entre les coutumes du village et les ingérences de l’État.

Néoclientélisme et persistance des mécanismes de secret et de fiction

51Si l’on se penche sur les mécanismes de résolution des conflits entre l’État et la société locale, l’on peut parler d’un nouveau clientélisme et de la rémanence du recours au secret et à la fiction. Le nouveau groupe dirigeant est formé, au niveau politique, par la direction du Parti socialiste et de l’Union générale des travailleurs (ugt), son syndicat. Le maire y a une position particulièrement remarquée. Il en est de même pour la nouvelle classe d’entrepreneurs locaux qui remplace celle des anciens grands propriétaires fonciers dont la position, socialement et symboliquement dominante, s’est progressivement affaiblie. Cette nouvelle élite, constituée d’entrepreneurs issus des classes moyenne et basse ayant fait fortune, entretient de façon générale de bonnes relations avec le maire.

52Le clientélisme se manifeste dans le réseau des privilèges accordés par l’élite politique locale aux villageois sous la forme d’accès à certaines ressources municipales : formations, subventions, délivrances de permis de construire, licences et autorisations diverses, et plus particulièrement, attribution de journées de travail dans le cadre du Plan d’emploi rural (per). En Andalousie, le taux de chômage élevé en milieu rural s’est équilibré grâce à ce per et au régime agraire spécial de la sécurité sociale. Ce système permet à l’ensemble de la population d’atteindre un seuil minimal de revenu, limitant ainsi les conflits.

53Cette mesure a permis aussi l’intégration effective des syndicats dans les mécanismes d’attribution du travail, générant une forme de néo-corporatisme.

54Enfin, contribuant à atténuer les conflits entre l’État et la société locale, les pratiques du secret et de la fiction n’ont pas disparu. J. Pitt-Rivers a décrit comment l’activité des moulins à grain et à olives était dissimulée aux inspecteurs par l’ensemble du village. Quelque chose de similaire continue d’avoir cours dans le village où un secteur informel s’est développé. Ainsi, les fausses déclarations d’activité dans le but de percevoir les allocations chômage, les arrangements pour obtenir les signatures nécessaires à l’obtention des subsides agraires, les revenus non déclarés comme ceux provenant de location saisonnière aux touristes sont autant de pratiques connues de tous, y compris des autorités municipales.

Constitution d’un nouveau groupe dirigeant

55Lors des premières élections municipales qui portèrent le parti socialiste au pouvoir, les notables de la période franquiste (rentiers, dirigeants du mouvement fasciste et autorités publiques ont perdu une grande partie de leur influence. Antonio Mateos, maire de Grazalema jusqu’à il y a peu, a été l’un des maires andalous les plus stables. Des scandales sur des projets d’urbanisme dénoncés par les écologistes l’ont amené à renoncer à son mandat en 2005, laissant ainsi la place à la première mairesse du village, sa propre nièce, également membre du parti socialiste.

56L’homogénéité des notables pré-démocratiques était fondée sur la religion catholique et la fidélité au régime franquiste. Après avoir été écartés du pouvoir municipal, ils ont perdu leur influence et sont demeurés très attachés à leur mode d’exploitation des ressources. Leurs revenus provenaient de la terre, en général peu productive et très partiellement mécanisable, mais également de l’élevage bovin. Alors que leurs propriétés s’avéraient de moins en moins rentables, ces familles n’ont pas su saisir les nouvelles opportunités qui s’offraient au village. Leurs fils, nombreux à avoir eu la possibilité d’aller étudier en dehors du village, se sont généralement établis à Séville, Jérez, Algeciras, Ronda, etc. Ils sont ainsi venus grossir la classe moyenne à l’échelle régionale. Souvent, il y a eu des ruptures générationnelles ; les enfants de ces familles vivant dans des environnements plus modernes ont adopté des idéologies politiques et des formes de vie opposées à celles de leurs parents.

57On peut dire que la nouvelle « élite » au pouvoir est plus hétérogène que la précédente. Tout d’abord elle compte quelques idéologues qui jouent un rôle actif dans la diffusion des idées et des aspirations démocratiques et socialistes. Par ailleurs, une fois au pouvoir, ce groupe rend progressivement au maire son indépendance. La nouvelle élite est composée des commerçants, d’entrepreneurs de transports, d’employés relativement qualifiés, etc. Elle se caractérise par son aspiration à la démocratie et par sa volonté à la conquérir, s’opposant ainsi aux notables franquistes qui voyaient ce changement comme une menace pour leurs intérêts. Cette nouvelle élite est plus dynamique que la précédente. Elle cherche des ressources et des fonds publics pour le village (emplois, formations, installations sanitaires, aides financières, infrastructures, etc.). Elle est mieux intégrée au village qu’elle conçoit, contrairement aux notables franquistes, comme un ensemble de pairs.

Principaux changement et continuités

58Dans cette dernière partie, nous passerons en revue les changements et les continuités observés ces dernières années à Grazalema.

Le boom touristique

59Le village a été le siège d’un véritable boom touristique ces quinze ou vingt dernières années. Le tourisme est devenu la principale activité du village, notamment dans le secteur de la construction. Il représente dorénavant l’une des sources principales de revenu de l’économie andalouse. Le tourisme balnéaire traditionnel a ouvert la voie, à l’intérieur des terres, à un tourisme lié aux paysages, à la nature et à la culture rurale. Depuis que le village s’est radicalement tourné vers l’activité touristique, l’économie villageoise a cessé d’être basée sur les allocations de chômage, les emplois communaux, les travaux temporaires en dehors du village (construction ou hôtellerie) ou des travaux agricoles. Un ensemble considérable de personnes travaille maintenant dans des bars, restaurants, hôtels ou boutiques de souvenirs. L’affluence d’un nombre croissant de visiteurs a eu pour effet une forte hausse des ventes de charcuterie et autres produits carnés dans les commerces du village. La location de centaines de maisons durant les vacances, les fins de semaine et les jours fériés, génère un revenu encore plus important. Elle induit également une activité immobilière intense et permet à de nombreux villageois de trouver un emploi. De nombreuses maisons inhabitées ont ainsi été réhabilitées pour la location ou la vente. Le plus souvent, l’on construit des logements dans les patios situés à l’arrière des maisons, espaces autrefois dévolus aux animaux domestiques ou utilisés comme jardins potagers. Parallèlement, la qualité de l’offre a également augmenté avec la construction de nouveaux hôtels.

60Bien que le développement touristique se soit révélé très positif pour le village, les emplois qu’il crée ne sont ni stables, ni bien rémunérés. Les jeunes du village continuent de partir travailler dans d’autres localités de la région. S’il y a des emplois à saisir dans le secteur du bâtiment et de la construction à Grazalema, les salaires y sont toujours inférieurs à ceux de la côte.

61À Grazalema, la clef du succès touristique réside dans la beauté de l’environnement naturel et du patrimoine architectural. Les maisons, bien conservées, présentent les différents styles de construction traditionnels. La mise en valeur par le secteur public de la Route des villages blancs (Ruta de los pueblos blancos) et la fondation du Parc naturel ont constitué des facteurs essentiels de cette réussite. La mention du nom du village dans celui du parc, Parque Natural Sierra de Grazalema, a servi d’image de marque à la localité. Actuellement, le parc est l’un des espaces protégés les plus visités d’Andalousie. Le nombre et la qualité des infrastructures touristiques ont singulièrement augmenté, même si elles restent insuffisantes en période de forte affluence. Si l’on excepte Ronda, Grazalema dispose dans la région du meilleur parc hôtelier, tant d’un point de vue quantitatif que qualitatif. Dans ce processus, l’amélioration des voies de communication avec les villes de Séville, Jérez et Cadix est un élément important.

La population

62La population de Grazalema a fortement diminué tout au long des cent vingt dernières années, passant de 7 549 habitants en 1860 à 2 195 en 2001. L’émigration est la cause principale de cette chute démographique, particulièrement importante entre 1900 et 1920. Après une légère stabilisation pendant les années 1940 due à l’impossibilité d’émigrer, la population n’a pas cessé de diminuer jusqu’aux années 1980, époque à laquelle elle s’est stabilisée, quoiqu’en diminuant encore lentement. Pendant la seconde moitié du xxe siècle, de 1950 à 2001, la population du village a encore baissé de 45 %.

63Cet abandon des zones rurales a été comblé en partie et temporairement par le nouveau tourisme rural. Grâce à celui-ci les anciens jardins potagers et les moulins ont été transformés en résidences secondaires ou destinés aux locations touristiques.

Les habitations

64Les maisons ont été aménagées, et presque toutes comptent désormais avec l’eau courante, le tout-à-l’égout et une salle de bain. Beaucoup d’anciens logements ont été rénovés tandis que de nouveaux ont été construits, parfois avec un deuxième étage. En conséquence, la surface moyenne des logements a augmenté. Ces maisons conservent le style « typique » du village : elles sont couvertes d’un toit de tuiles arabes, les fenêtres sont ornées de ferronneries, les façades blanchies à la chaux. Ces normes architecturales imposées par la municipalité correspondent également au goût des villageois. Aujourd’hui, la population est consciente du fait que le maintien de cette architecture a été un facteur essentiel du développement touristique.

Les voies de communication

65Le tracé des voies de communication n’a quasiment pas été modifié depuis 1950. Si les routes sont toujours aussi étroites et sinueuses, leur état a fait l’objet d’une amélioration considérable tant du point de vue de la qualité de l’infrastructure que de la signalisation. La densité du trafic a augmenté, plus spécialement lors des périodes touristiques. Les chemins traditionnels, dont certains d’origine romaine ou médiévale, ont disparu ou sont en très mauvais état. Quelques-uns sont néanmoins utilisés pour la randonnée.

Changements culturels

66Beaucoup des spécificités culturelles sont tombées en désuétude, ou même ont disparu. C’est le cas des droits d’usage sur l’eau, des formes de coopération, du type d’exploitation des fermes, du compérage, du vêtement, des habitudes alimentaires, des particularités linguistiques ainsi que de la rivalité et de l’hostilité entre villages voisins et, de façon plus générale, des formes de sociabilité.

67Le rôle de la femme dans la société espagnole a subi un changement fondamental par suite de l’égalité légale désormais acquise entre hommes et femmes. Désormais elles participent au marché du travail, ont accès à la contraception, peuvent divorcer. Grazalema a suivi cette tendance générale bien qu’à un rythme plus lent. Aujourd’hui, l’honneur, la dignité ou la virilité ne sont plus les valeurs fondamentales qu’elles étaient du temps de Pitt-Rivers. Quant à la virginité pré-nuptiale, elle n’est plus essentielle pour les jeunes filles qui considèrent cette coutume comme obsolète. La crainte du qu’en-dira-t-on assure néanmoins une certaine continuité avec les normes morales de la communauté.

68Les garçons et les filles vont ensemble à l’école où ils sont traités de la même façon, ce qui contribue à ce qu’ils se perçoivent de même. Les relations sexuelles ont souvent lieu avant le mariage et dans les jeunes couples, l’on peut observer une répartition plus équilibrée des tâches domestiques. Les femmes sont sorties de la sphère domestique et ont désormais accès à la politique. Leur conduite est beaucoup plus libre. La jeune mairesse incarne ce changement.

69Par ailleurs, l’affluence massive de touristes a provoqué le désenchantement de l’ailleurs. Aussi, des horizons se sont ouverts à ceux qui ont désormais la possibilité de se déplacer et de voyager.

70La société locale est insérée dans une société de consommation, et pourtant certaines spécificités culturelles demeurent intactes. Par exemple, les objets échangés restent associés aux personnes qui les ont possédés et leur valeur ne peut être évaluée en termes purement monétaires. Par ailleurs, la possession d’argent ne représente pas en soi une source de prestige social.

71La perception des divisions sociales et de la hiérarchie a considérablement changé, comme les critères permettant de distinguer les individus. Si, comme le notait J. Pitt-Rivers, la « distance » et le respect de rigueur entre les villageois de classes sociales différentes étaient jadis peu marqués, ils le sont encore moins aujourd’hui. En effet, beaucoup de membres de la nouvelle « élite » locale sont issus de la « plèbe », pour reprendre le terme anglais plebs utilisé par l’auteur.

72Au sein de la famille, les relations entre parents et enfants ont été profondément modifiées : elles sont devenues moins rigides et moins distantes. Si à l’époque de J. Pitt-Rivers, les enfants vouvoyaient leurs parents, aujourd’hui ces relations, comme celles qu’entretiennent les enseignants avec leurs élèves, ont évolué. Le temps est révolu où les maîtres faisaient régner une discipline de fer et avaient recours à des châtiments corporels.

L’économie locale

73Des études récentes montrent que les échanges économiques entre municipalités voisines restent très faibles, comme la coopération entre les entreprises. L’unité régionale, acquise d’un point de vue culturel, est démentie d’un double point de vue fonctionnel et économique. Actuellement, le centre urbain de Ronda perd peu à peu de son influence régionale au profit d’autres pôles d’attraction comme Jérez de la Frontera.

74Les entreprises artisanales et manufacturières ont progressivement perdu leur importance devant l’afflux de produits de provenances diverses. Ce point est important car, aujourd’hui, le système de production local est bien moins diversifié qu’auparavant ; il n’est plus centré sur les nécessités de la population et ne se préoccupe plus de profiter au mieux des ressources locales. L’immense majorité des biens de consommation est, quant à elle, produite ailleurs.

75Dorénavant les hommes travaillent dans le secteur de la construction, de l’hôtellerie ou des services. Ces dernières années, la municipalité est devenue le principal employeur du village. Le secteur primaire – activités agricoles et d’élevage – a lui aussi perdu en importance. La surface cultivée a également diminué par suite de la faiblesse des rendements obtenus et de la difficulté à mécaniser le travail sur ces sols abrupts. La pénibilité des tâches et le développement d’alternatives plus rentables ont rendu cette activité peu attractive. Aussi les jeunes aspirent à des emplois mieux rémunérés. Dans le domaine de l’élevage un certain nombre de changements sont encore à constater. Des races bovines plus précoces, au développement plus rapide et pouvant mettre bas plus fréquemment ont été privilégiées car elles présentent un meilleur rendement. Des activités forestières comme la préparation de charbon de bois ou la récolte de branches de genêt pour la vannerie ont disparu. Néanmoins, d’autres se maintiennent comme l’écorçage et l’on constate un regain de la demande de bois grâce au tourisme.

76Le changement le plus remarquable quant à la répartition des richesses consiste en une augmentation importante des revenus des familles les plus modestes. Le niveau de vie actuel n’est pas comparable avec celui des années 1940. Le train de vie des familles de l’ancien groupe dirigeant a diminué tandis que d’autres personnes ont su développer de nouvelles activités, devenant négociants ou entrepreneurs dans le bâtiment et le tourisme.

Conclusion

77L’œuvre de J. Pitt-Rivers sur Grazalema est désormais un classique de la littérature anthropologique. Elle continue cependant de susciter discussions et polémiques. Notre revisite du terrain a permis de montrer l’ampleur des changements intervenus au village tant d’un point de vue politique qu’économique et social, ainsi que la reproduction de certains traits culturels. Ce travail a également servi à montrer la pertinence actuelle de quelques-unes des analyses de J. Pitt-Rivers, sur la tension structurelle entre les valeurs de la société locale et l’État central, la résolution de celle-ci par l’intermédiaire du clientélisme et du secret, ou encore l’existence d’une élite locale périphérique au village conçu comme un groupe de pairs.

  • 10 Le concept de vergüenza que l’on peut traduire par « honte » renvoie à l’« honneur sexuel » que doi (...)
  • 11 Le mot anglais correspondant est grace traduit en espagnol par gracia. Il s’agit d’un concept auque (...)

78Les concepts d’honneur, de vergüenza10 et de « grâce »11 développés par J. Pitt-Rivers ont été retenus dans les travaux ultérieurs et replacés dans le domaine du sacré, cette « sphère mentale où l’extraordinaire s’oppose à l’ordinaire […] parce qu’elle réside en un lieu plus profond que la conscience et que ses racines se développent au fond de chacun, rejetant la logique quotidienne » (Peristiany et Pitt-Rivers, 1993 : 17). Il est vrai que les conceptions de l’honneur et de la grâce ont une dimension religieuse. Celle-ci s’exprime de manière privilégiée dans les rituels et en particulier dans la tauromachie. C’est ainsi qu’il est important d’observer que les fêtes taurines se reproduisent à Grazalema sans grandes modifications contrairement à d’autres coutumes que nous venons de passer en revue.

  • 12 Pitt-Rivers utilise le terme desconsagración. Note du traducteur.

79Pour J. Pitt-Rivers, les rites sont à comprendre non à travers les paroles, mais à travers l’action. Il faut s’intéresser à ce que le rite fait et non à ce qu’il dit : « ce qu’il signifie sans rien dire » (2002b : 211). Il complète cette conception par la notion de « contre-rite » : « l’essence même d’un contre-rite est l’inversion » (2002c : 311). Le contre-rite permet de conjurer l’effet d’un rite, « comme s’il s’agissait de défaire un sort, d’annuler ce que le rite avait mis en place » (2002c : 311). J. Pitt-Rivers applique ce concept aux fêtes taurines : « l’on peut dire que tous les sacrifices taurins sont des contre-rites » (2002c : 314). Dans la séquence rituelle, la mise à mort du taureau s’oppose à celle du mouton et viendrait symboliser la revendication des valeurs opposées de soumission et de générosité chrétienne : « c’est ainsi un rituel de “désacralisation”12 collective » (2002c : 311). D’autre part, pour J. Pitt-Rivers, les rites sacrificiels taurins supposent la récupération par les hommes des forces instinctives de l’animal dont leur condition de civilisés les a privés (1984 : 245-249 ; 2002b : 233). Cet argument nous paraît essentiel pour comprendre les fêtes populaires taurines. L. Antunes Capucha (1998 : 305-306) se prononce en ce sens lorsqu’il affirme que, durant ces fêtes, les hommes doivent réagir instinctivement face aux forces de la nature incarnées par le taureau. Il ajoute qu’ainsi, ils reviennent à une situation antérieure à l’établissement de l’ordre social et culturel. Selon cet auteur, sans ce retour cyclique, la culture, conçue comme une mise à distance et un contrôle de la nature, serait intolérable.

80Notre monde vit un processus accéléré de globalisation dans lequel les entités sociales et les spécificités s’estompent. Les rites taurins populaires tels que le toro de la Virgen à Grazalema se reproduisent avec force dans la péninsule ibérique malgré une opposition séculaire féroce, contribuant ainsi à la valorisation d’un patrimoine susceptible de régénérer les identités locales.

Haut de page

Bibliographie

Antunes Capucha, Luis M.
1998 Mosaico de las fiestas de toros en Portugal, Demófilo, Revista de cultura tradicional de Andalucía, 25 (Séville, Fundación Machado) : 285-312.

Caro Baroja, Julio
1974 Prólogo, in E. Luque Baena, Estudio antropológico-social de un pueblo del Sur (Madrid, Tecnos).

Davis, John
1977People of the Mediterranean: an essay in comparative anthropology (Londres/Boston, Routledge & Kegan Paul).

Douglass, William A.
1989 La aportación intelectual de Julian Pitt-Rivers, El folklore andaluz. Revista de cultura tradicional (2ª época), 3 (Séville, Fundación Machado) : 235-238.

Driessen, Henk
1989 Julian Pitt-Rivers, Andalucía y etnografía. Una perspectiva personal, El folklore andaluz. Revista de cultura tradicional (2ª época), 3 (Séville, Fundación Machado) : 229-233.

González Arpide, José Luis
1989 Julian Pitt-Rivers y la antropología del Mediterráneo (experiencias parisinas), El folklore andaluz. Revista de cultura tradicional (2ª época), 3 (Séville, Fundación Machado) : 254-255.

Gutiérrez Molina, José Luis
2005 La tiza, la tinta y la palabra. José Sánchez Rosa, maestro y anarquista andaluz (1864-1936) (Ubrique/Madrid, Editorial Tréveris, Libre Pensamiento).

Hobsbawm, Eric J.
1959Primitive Rebels. Studies in Archaic Forms of Social Movement in the 19th and 20th Centuries (Manchester, Manchester University Press).

Luque Baena, Enrique
1974 Estudio antropológico social de un pueblo del Sur (Madrid, Tecnos).

Martínez Alier, Juan
1968 La estabilidad del latifundismo. Análisis de la interdependencia entre relaciones de producción y conciencia social en la agricultura latifundista de la Campiña de Córdoba (Paris, Ruedo Ibérico).

Moreno Navarro, Isidoro
1984 La antropología cultural en Andalucía: estado actual y perspectiva de futuro, in Salvador Rodríguez Becerra (éd.), Antropología cultural de Andalucía (Seville : Consejería de Cultura de la Junta de Andalucía).

Peristiany, Jean et Pitt-Rivers, Julian Alfred
1993 Honor y gracia (Madrid, Alianza universidad) [traduction en espagnol de Honour and Grace in Anthropology, 1992 (Cambridge, Cambridge University Press)].

Pitt-Rivers, Julian Alfred
1994 Un pueblo de la sierra: Grazalema (Madrid, Alianza Universidad) [traduction en espagnol de The People of the Sierra, 1954 (Londres, Weidenfeld & Nicolson)].
2002a Capea en El Gastor,
Revista de estudios taurinos, 14-15 « Homenaje Antropología de la Tauromaquia: Obra taurina completa de Julian Pitt-Rivers » (Séville, Fundación de estudios taurinos) : 25-44.
2002b Fiestas populares de toros,
Revista de estudios taurinos, 14-15 « Homenaje Antropología de la Tauromaquia: Obra taurina completa de Julian Pitt-Rivers » (Séville, Fundación de estudios taurinos) : 209-240.
2002c Taurolatrías: La Santa Verónica y el Toro de la Vega,
Revista de estudios taurinos, 14-15 « Homenaje Antropología de la Tauromaquia: Obra taurina completa de Julian Pitt-Rivers » (Séville, Fundación de estudios taurinos) : 277-322.

Prat Carós, Joan
1989 Entrevista con Julian Pitt-Rivers, El folklore andaluz. Revista de cultura tradicional (2ª época), 3 (Séville, Fundación Machado) : 21-38.

Prunés, Oriol
2000 Dos versiones antagónicas de un pueblo andaluz : de Julian Pitt-Rivers a Ginés Serrán Pagán, Demófilo. Revista de cultura tradicional de Andalucía, 33-34 : 65-84.

Romero de Solís, Pedro
2002 Introducción, Revista de estudios taurinos, 14-15 « Homenaje Antropología de la Tauromaquia: Obra taurina completa de Julian Pitt-Rivers » (Séville, Fundación de estudios taurinos) : 11-24.

Serrán Pagán, Ginés
1977 El ritual del toro en España, Revista de estudios sociales, 20 : 87-99.
1980 La fábula de Alcalá y la realidad histórica en Grazalema. Replanteamiento del primer estudio de antropología social en España,
Revista española de investigaciones sociológicas, 9 : 81-115.
1984 
Cultura e historia de Grazalema. Replanteamiento de la Antropología en un pueblo andaluz (Málaga, Editorial Confederación de Cajas de Ahorros).
2002 
El toro de Grazalema. La fiesta de toros más antigua de España (Madrid, Editorial Pueblos blancos).

Suárez Japón, Manuel
1982 El hábitat rural en la Sierra de Cádiz. Un ensayo de geografía del poblamiento (Cádiz, Diputación Provincial de Cádiz).

Velasco Maillo, Honorio M.
1994 Introducción, in Julian A. Pitt-Rivers, Un pueblo de la sierra: Grazalema (Madrid, Alianza Universidad).

Haut de page

Notes

1 Les citations dans le texte ont été traduites par le traducteur.

2 La figure de ce brigand au grand cœur est importante dans l’imaginaire andalou. Note du traducteur.

3 Les Maures étaient les musulmans espagnols baptisés après la Pragmatique des Rois Catholiques d’Espagne du 14 février 1502. Note de l’auteur.

4 « Le rituel du taureau en Espagne. Quelques erreurs d’analyse et de méthode ».

5 « La fable d’Alcalá et la réalité historique de Grazalema. Considérations sur la première étude d’anthropologie sociale en Espagne ».

6 Jeu taurin consistant à poursuivre dans les rues du village un taureau attaché à une longue corde (cuerda). Note du traducteur.

7 « Deux versions antagoniques d’un village andalou : de Julian Pitt-Rivers à Ginés Serrán Pagán ».

8 Toro de la Virgen del Carmen. Note du traducteur.

9 Romería de San Isidro. Note du traducteur.

10 Le concept de vergüenza que l’on peut traduire par « honte » renvoie à l’« honneur sexuel » que doit conserver une femme pour préserver celui de l’homme dont elle dépend (époux, père ou frère). Note du traducteur.

11 Le mot anglais correspondant est grace traduit en espagnol par gracia. Il s’agit d’un concept auquel Pitt-Rivers et Peristiany ont consacré leur ouvrage Honor and Grace en 1992. Ce livre fut traduit en espagnol un an plus tard sous le titre Honor y Gracia. Note du traducteur.

12 Pitt-Rivers utilise le terme desconsagración. Note du traducteur.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francisco Campuzano, « Grazalema revisitée : changement social et culturel dans un village de la sierra andalouse  », Ateliers du LESC [En ligne], 32 | 2008, mis en ligne le 21 août 2008, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://ateliers.revues.org/1732

Haut de page

Auteur

Francisco Campuzano

Université de Séville

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org