Navigation – Plan du site
Archives ethnographiques françaises sur le Mali : regards croisés

Introduction : une revisite des archives Marcel-Griaule

Éric Jolly

Texte intégral

1Des archives ethnographiques pour qui ? Si cette question s’applique à tous les fonds, elle prend une importance et une complexité particulières lorsque les notes archivées sont le produit de missions occidentales réalisées sur un terrain africain pendant la période coloniale. Dans ce cas de figure, les populations ethnographiées ou les pays concernés par ces recherches ont rarement bénéficié d’un quelconque « retour », tant au niveau des informations que des documents recueillis. Dès l’origine de l’aci « Le terrain et son archivage », dirigée par Antoinette Molinié et Marie-Dominique Mouton, un volet a donc été consacré à cette problématique de la restitution ou du feed-back pour les notes ethnographiques issues de terrains lointains, dans un contexte colonial.

2Pour mener une telle réflexion, il était nécessaire, bien sûr, de s’appuyer sur un exemple concret, mais nous n’avons pas eu à chercher longtemps ni très loin : le Fonds Marcel-Griaule s’est imposé comme une évidence en raison de sa nature, de son histoire, de sa proximité et de son accessibilité. Consultable à la bibliothèque du Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (lesc) à Nanterre, il est constitué majoritairement de papiers de terrain et de photographies prises entre 1931 et 1956 en pays dogon et plus généralement au Soudan français (l’actuel Mali) par Marcel Griaule et les autres membres de son équipe. Comme l’a montré Gaetano Ciarcia1, la renommée internationale des Dogon, leur succès touristique et la patrimonialisation de leur culture dérivent en partie des travaux ethnologiques qui leur ont été consacrés avant l’indépendance du Mali. Le Fonds Marcel-Griaule se prête donc, plus qu’un autre, à une analyse sur l’intérêt et les enjeux – scientifique, économique, politique et identitaire – d’un hypothétique retour de ces documents ethnographiques dans le pays où ils ont été produits. Mais qui fallait-il solliciter pour engager une telle étude ? Privilégiant une réflexion croisée et dépassionnée autour de ces documents, nous avons fait le choix de nous limiter aux points de vue des chercheurs et des archivistes, tant du côté malien que français.

3À l’occasion du colloque intitulé « L’ethnologue aux prises avec les archives » organisé à Nanterre en janvier 2007, Aly Ongoïba, directeur des Archives nationales du Mali, a exprimé tout l’intérêt qu’il porte au Fonds Marcel-Griaule en raison de l’absence de notes de terrain au sein de l’institution qu’il dirige. En dépit des multiples missions ethnographiques effectuées par des chercheurs occidentaux dans l’ex-Soudan français, les rares traces laissées par ces expéditions dans les Archives nationales du Mali se réduisent en effet à des courriers, des circulaires ou des rapports rédigés par l’administration coloniale. S’il ne revendique aucun droit sur ces fonds occidentaux provenant de terrains maliens, à l’exception peut-être d’un « droit de regard », Aly Ongoïba plaide pour un partage ou une circulation d’idées, d’expériences  et de documents afin que le Mali comble en partie ses lacunes archivistiques, grâce à la collaboration d’institutions, de chercheurs ou de documentalistes étrangers. Dans la perspective d’un tel échange, le Fonds Marcel-Griaule lui paraît un choix judicieux en raison de la notoriété de l’ethnologue, mais aussi pour l’intérêt de plus en plus vif des Maliens pour leur histoire et leurs cultures. À titre personnel, cet archiviste dogon reconnaît d’ailleurs une bonne connaissance des œuvres majeures de Griaule et avoue être curieux de découvrir la face cachée de ce travail, en accédant aux notes de terrain.

4Au cours du colloque évoqué précédemment, deux ethnologues – l’un malien et l’autre français – ont également pris la parole pour évaluer l’impact présumé des archives Griaule sur la société dogon et sur les recherches maliennes, mais aussi, à l’inverse, pour envisager l’apport éventuel des chercheurs maliens à la compréhension ou à la valorisation de ce fonds. Dans le prolongement du dialogue franco-malien engagé en janvier 2007, leurs articles, plus complémentaires qu’antagonistes, soulignent les avantages, voire la nécessité, d’un feed-back malien sur ces archives tout en pointant les dangers de leur « récupération » patrimoniale à des fins touristiques ou identitaires. Fondées sur une bonne connaissance du Fonds Marcel-Griaule, leurs analyses respectives, présentées à la suite, s’inscrivent ainsi dans une ethnologie réflexive qui ne néglige ni l’histoire ni le point de vue des Autres. L’un des auteurs – Denis Douyon – est un ethnologue dogon travaillant sur sa propre société, tandis que le second – Éric Jolly, l’auteur de ces lignes – est un collègue français partageant le même terrain… et le même intérêt pour les archives Griaule.

Haut de page

Notes

1 G. Ciarcia, 2003, De la mémoire ethnographique. L’exotisme du pays dogon (Paris, Éditions de l’ehess, Cahiers de l’Homme).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Jolly, « Introduction : une revisite des archives Marcel-Griaule », Ateliers du LESC [En ligne], 32 | 2008, mis en ligne le 26 juillet 2008, consulté le 26 avril 2017. URL : http://ateliers.revues.org/1273 ; DOI : 10.4000/ateliers.1273

Haut de page

Auteur

Éric Jolly

CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org