Navigation – Plan du site
Les aléas d’une revisite de terrain

Introduction : sur les traces de Julian Pitt-Rivers en Andalousie

Antoinette Molinié

Texte intégral

1Je voudrais avant tout remercier Françoise Pitt-Rivers de l’honneur et de la confiance faits au Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative en attribuant à la Bibliothèque Éric-de-Dampierre et à sa directrice Marie-Dominique Mouton la responsabilité des archives de son époux.

  • 1 Julian Pitt-Rivers se rend à Grazalema pour la première fois en 1948 et commence son enquête en 194 (...)

2Cette acquisition a permis d’ouvrir des perspectives nouvelles à la construction d’un véritable objet ethnologique à partir d’archives ethnographiques, soit le projet essentiel de notre programme d’aci. Nous avons en effet mené des recherches à la fois sur le contexte et l’impact de l’œuvre de Julian Pitt-Rivers et sur l’enquête qu’il mena en Andalousie dans les années 19501. Pour cela nous avons procédé à une revisite de son terrain à Grazalema dans la sierra de Ronda (Andalousie). Ces recherches ont été naturellement menées par le Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative associé à une équipe de l’université de Séville proche du terrain andalou avec laquelle nous avons travaillé en collaboration étroite. Notre démarche consistait à mettre en relation dans une perspective comparative d’une part, une ethnographie contemporaine et, d’autre part, l’analyse de matériaux ethnologiques de la région de Grazalema rassemblés dans les années 1950, qu’ils soient publiés ou archivés dans le fonds Pitt-Rivers. Cette recherche n’a pas seulement une perspective d’« observatoire ». Elle a également pour ambition de cerner l’impact d’une enquête ethnologique sur le terrain même où elle s’inscrit et d’examiner ce que devient la figure de l’anthropologue dans la mémoire qu’il contribue à nourrir.

3Par ailleurs, nous voulions évaluer les conditions de production des différents discours construits sur ce terrain : celui de J. Pitt-Rivers, anglais original s’intéressant à des détails de la vie quotidienne et en particulier ceux qui touchent à la délicate question des relations entre les sexes ; celui de son jeune détracteur « indigène » Ginés Serrán Pagán et enfin celui d’une équipe franco-sévillane liée étroitement à la fois au premier et au second. Comment se constitue dans chacun de ces cas le discours de l’ethnologue et quels rôles assument les ethnographiés dans leurs constructions et leurs interrelations ?

4Notre recherche comprend quatre volets : 1) Le contexte de la production de l’œuvre de J. Pitt-Rivers, son cadre intellectuel, ses conditions dans l’Espagne franquiste. Pour cela, nous avons recherché des éléments dans le fonds des archives mais aussi sur le terrain auprès des personnes ayant vécu cette époque et éventuellement ayant connu notre collègue. 2) L’impact de l’œuvre et la personne de J. Pitt-Rivers : en Espagne, de nombreuses cérémonies et publications ont célébré cette œuvre. Cependant elle a aussi déclenché des polémiques. Nous avons voulu établir le contexte de celles-ci, en faire un bilan et une évaluation. Enfin nous avons essayé d’en mesurer l’impact sur la société locale. 3) Une revisite du terrain de Grazalema. Il s’agissait de mener une enquête de terrain sur les thèmes abordés par J. Pitt-Rivers pour évaluer les changements. Grazalema a subi des transformations très profondes. Ce village tel que le découvrit J. Pitt-Rivers était comme un modèle de l’Andalousie rurale et traditionnelle. Il est devenu aujourd’hui un centre de tourisme vert au cœur d’un parc naturel protégé. Cependant une population permanente y demeure et ses liens avec celle qu’étudia jadis J. Pitt-Rivers sont, on le verra, particulièrement intéressants puisque sa rupture avec les valeurs du passé n’est qu’apparente. C’est ainsi que nous avons voulu faire une évaluation des changements et des continuités dans certaines données du fonds et dans les analyses proposées dans The People of the Sierra. 4) Les thèmes que J. Pitt-Rivers a laissés incomplets et ceux qui n’avaient pas d’existence à l’époque de son étude : il est curieux que J. Pitt-Rivers n’ait prêté que peu d’attention aux jeux taurins dans sa monographie fondatrice The People of the Sierra quand on sait l’importance qu’a eu la tauromachie dans son œuvre. Ce désintérêt est d’autant plus étonnant qu’il existe à Grazalema un rituel appelé « le taureau de la Vierge » qui mériterait en soi une recherche tant il a de l’importance pour la société locale. Nous avons entrepris cette étude.

5Aussi, il semblait indispensable d’évaluer l’impact du tourisme sur les modes de vie de Grazalema. L’ouverture de ce village a été très rapide et violente et elle n’a pas manqué d’affecter les valeurs méditerranéennes dégagées par notre collègue. Par ailleurs nous avons examiné comment des valeurs nouvelles comme la protection de la nature et l’écologisme s’articulent à la morale traditionnelle. Enfin les changements politiques ont été particulièrement marqués. Comment s’est faite la transition démocratique dans ce petit village si éloigné de la citoyenneté ? Comment sont vécues des institutions nouvelles comme le gouvernement autonome andalou par exemple ? Si Grazalema représentait pour l’extérieur la communauté andalouse traditionnelle avec ses bandits, ses mendiants et ses sorcières, il est aujourd’hui un modèle de tourisme écologique branché. Nous avons voulu étudier ces bouleversements et évaluer en même temps les permanences.

6Notre équipe de recherche était coordonnée par l’anthropologue Pedro Romero de Solís, Professeur à l’université de Séville. Ángel Martín est Professeur d’écologie également à l’université de Séville. Il a étudié pour l’équipe les modalités d’implantation du Parc Naturel de Grazalema et l’impact de ce dernier sur le paysage. Francisco Campuzano est doctorant à l’université de Séville et il a longtemps habité Grazalema. Il a mené une enquête très complète sur la société contemporaine de Grazalema dans une perspective de revisite du terrain de J. Pitt-Rivers. Il a également présenté une étude approfondie du contexte intellectuel des recherches de J. Pitt-Rivers et analysé la polémique développée autour de son œuvre. Enfin Manuel Guil, post-doctorant à l’université de Séville a mené une enquête sociologique sur un échantillon de 476 personnes à partir d’un questionnaire élaboré sur les thèmes abordés par J. Pitt-Rivers. Je voudrais souligner la proximité du terrain qui caractérise cette équipe sévillane et sa connaissance intime du travail de J. Pitt-Rivers. Pour ma part, ce fut une chance et un plaisir d’en assumer la responsabilité tout en poursuivant mon travail sur les rituels andalous.

Haut de page

Notes

1 Julian Pitt-Rivers se rend à Grazalema pour la première fois en 1948 et commence son enquête en 1949. Son travail est publié en 1954 (The People of the Sierra, Londres, Weidenfeld & Nicolson). La première version espagnole de cet ouvrage paraît en 1971. J’utilise ici la deuxième édition en espagnol (Un pueblo de la sierra : Grazalema, Madrid, Alianza Universidad, 1989 ; introduction de Honorio M. Velasco Maillo) qu’il a enrichie de plusieurs textes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoinette Molinié, « Introduction : sur les traces de Julian Pitt-Rivers en Andalousie », Ateliers du LESC [En ligne], 32 | 2008, mis en ligne le 26 juillet 2008, consulté le 18 août 2017. URL : http://ateliers.revues.org/1213 ; DOI : 10.4000/ateliers.1213

Haut de page

Auteur

Antoinette Molinié

LESC, CNRS/Université Paris X-Nanterre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org