Navigation – Plan du site
Archives ethnographiques et enjeux identitaires

Introduction : le Centre d’études d’Asie Mineure à Athènes

Maria Couroucli

Entrées d’index

Géographique :

Asie Mineure, Grèce
Haut de page

Texte intégral

1Le Centre d’études d’Asie Mineure (ceam) à Athènes est un lieu qui abrite un riche fonds d’archives ethnographiques sur la vie quotidienne des Grecs d’Anatolie au début du xxe siècle. Ces archives ont été collectées à la suite de l’Échange des populations entre la Grèce et la Turquie, après la guerre entre les deux pays de 1919 à 1922. Les deux États nations avaient alors poursuivi une politique d’homogénéisation à l’intérieur de leurs frontières : on avait « rapatrié » les uns et « expulsé » les autres. Un million deux cent mille « Grecs », c’est-à-dire des personnes appartenant à la minorité religieuse grecque orthodoxe de l’Empire ottoman (le Rum Millet) ont été rapatriés en Grèce, tandis que 350 000 musulmans appartenant à la minorité « turque » en Grèce, sont envoyés en Anatolie.

2Melpo Merlier, ethno-musicologue formée à Paris, organise avec l’aide d’un petit groupe de collaborateurs une première campagne d’enregistrement de chants populaires et récits des réfugiés d’Asie Mineure en 1930. Le Centre d’études d’Asie Mineure, qui gardera des liens étroits avec l’Institut français d’Athènes pendant près de quarante ans, poursuit ce travail de collecte jusque dans les années 1970, et mène en parallèle des travaux d’exploitation des données (organisation du fonds et publications).

3Ces archives constituent à la fois un instantané de la société ottomane à la fin de cette ère, ainsi qu’une photo de la Grèce des années 1930-1960 (période de la collecte), lorsque les réfugiés étaient encore regroupés dans certains quartiers des grandes villes et qu’ils étaient toujours habités par leurs cultures d’origine. Le projet de collecte du fonds est traversé par l’idée du « sauvetage », qui transparaît en lisant les comptes rendus des séminaires ainsi que la correspondance avec les institutions étrangères que nous avons consultées lors de nos séjours à Athènes : les Grecs de l’Asie Mineure ayant définitivement quitté leurs foyers, il s’agissait de « sauver » ce qui pouvait être sauvé après coup, c’est-à-dire le souvenir. C’est l’un des aspects les plus passionnants des archives du Centre micrasiatique.

4La collecte du matériel ethnographique qui constitue le fonds du Centre d’études d’Asie Mineure était une entreprise scientifique faisant appel à des méthodes de l’ethnographie française de l’entre-deux guerres, et menée par un groupe de chercheurs indépendants des institutions nationales. Le Centre était et demeure une fondation privée, recevant l’aide des institutions françaises et grecques ; très souvent, son personnel est bénévole. En effet, tout au long de la première période de son existence, lorsque le travail consistait à organiser et mener à bien la collecte des matériaux, le Centre a fait travailler des intellectuels qui se trouvaient, pour des raisons diverses, en dehors des institutions universitaires : enseignants du secondaire, retraités, écrivains – dont certains avaient un intérêt personnel pour les affaires « micrasiatiques ».

5Evi Kapoli (ci-après) explique en détail l’enchaînement des opérations successives qui ont abouti à la constitution du fonds tel qu’il se trouve aujourd’hui. D’abord conçue comme une entreprise de collecte de données musicologiques, elle devient ethnomusicologique en prenant en compte la contextualisation de la musique populaire dans son environnement social. Petit à petit naît l’idée de passer de la collecte de ce matériel spécifique à une entreprise de grande envergure, le sauvetage par l’archivage de données ethnographiques les plus complètes possibles d’une société et une culture disparues – encore vivantes dans la mémoire des déplacés. Cette présentation concerne aussi l’aspect « ressources humaines » du Centre, c’est-à-dire les énormes difficultés – financières notamment – de fonctionnement de celui-ci et du caractère spécifique de ses collaborateurs : quelques rares enseignants détachés de leur école ou lycée, mais surtout des bénévoles, formés pour la plupart ad hoc au travail ethnographique par Melpo Merlier elle-même, à travers des séminaires réguliers. Sa contribution met bien en évidence la manière dont le Centre est né et a pu fonctionner grâce à la persévérance de ses membres et malgré l’environnement hostile dans lequel il a toujours évolué.

6Le cas du fonds du Centre d’Asie Mineure nous intéresse aussi dans le cadre de cet atelier par son aspect comparatif : d’une part, on retrouve des thématiques de l’ethnographie moderne, comme les notions d’autochtonie, de déracinement, ou encore de la volonté de mettre par écrit une mémoire en train de se perdre. Mais aussi, plus près du corpus, on peut comparer ce fonds avec les archives Boratav déposées au Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, qui portent sur l’ethnographie de la Turquie, parfois même sur des régions identiques et avec des matériaux comparables de la culture orale : chansons, contes ou dictons.

7L’étude comparative du fonds offre une belle occasion de réfléchir sur la mémoire, l’histoire, et la mémoire sociale, sur les usages et enjeux de l’histoire et de la mémoire dans la politique scientifique ainsi que dans la politique tout court. L’intervention de Evangelia Balta porte justement sur la tension entre science et politique ; elle examine le caractère « sensible » de ces archives dans le cadre du débat sur les identités ethniques et nationales en Grèce et dans l’aire post-ottomane plus généralement (Balkans, Turquie). On aborde ici la question du positionnement du chercheur et du projet de recherche dans le contexte géopolitique du moment, ainsi que celle de la portée et l’utilisation possible de ces recherches, c’est-à-dire la question de l’indépendance du chercheur.

8Le cas du fonds des réfugiés d’Asie Mineure se prête ainsi à la comparaison avec d’autres cas discutés à plusieurs titres : méthodologie, enjeux politiques et nationaux, spécificités du travail ethnographique en rapport avec les archives, relations, enfin, entre tradition folklorique et ethnologie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maria Couroucli, « Introduction : le Centre d’études d’Asie Mineure à Athènes », Ateliers du LESC [En ligne], 32 | 2008, mis en ligne le 21 août 2008, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://ateliers.revues.org/1133 ; DOI : 10.4000/ateliers.1133

Haut de page

Auteur

Maria Couroucli

LESC, CNRS/Université Paris X-Nanterre

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org