Navigation – Plan du site

Un âge au prisme des stratégies intellectuelles

À propos de trois ouvrages sur la jeunesse dans le monde méditerranéen
An age through the prism of intellectual strategies: regarding three books on young people in the Mediterranean world
Anne-Marie Peatrik

Texte intégral

  • 1 Laurent Bonnefoy et Myriam Catusse (éd.) 2013 – Jeunesses arabes. Du Maroc au Yémen : loisirs, cult (...)

1Les publications sur la jeunesse se multiplient, le numéro 42 d’Ateliers d’anthropologie témoigne à sa façon de l’engouement pour la thématique. Dans le cadre de cette livraison sur les « jeunes » dans le monde méditerranéen, pour prolonger les analyses et amorcer un questionnement comparatif, il a paru intéressant de confronter trois ouvrages1 traitant peu ou prou du même sujet, et de réfléchir à ce qui les lie ou les sépare, plus particulièrement du point de vue des modalités d’approche de cette catégorie d’âge et des stratégies intellectuelles qu’elle suscite.

2En raison même de leur facture bien différente, les trois ouvrages retenus, une monographie et deux collectifs, appellent une présentation sous l’angle de leurs formes respectives, point de vue inhabituel mais révélateur tant — s’agissant bien sûr des études sur la jeunesse — le contenant paraît imprimer sa marque sur la teneur des résultats.

Jeunesses transnationales

3Consacré aux mondes arabophones dans une vaste aire géographique courant du Maroc au Yémen, l’ouvrage collectif Jeunesses arabes, paru en 2013 sous la direction des deux politologues Laurent Bonnefoy et Myriam Catusse, interroge les jeunes générations à l’origine du Printemps arabe de 2011 qui ont ébranlé ou mis à bas les pouvoirs en place. Qui sont ces nouveaux acteurs, loin des poncifs sur l’endoctrinement, l’islamisme radical et le djihad associés à « la » jeunesse arabe ? Comment saisir ces jeunes — non seulement les quelques figures déjà connues de héros et de cyber-activistes mais surtout les autres plus nombreux et demeurés anonymes —, afin de mieux comprendre les ressorts de leur engagement ?

4Pour nourrir ces interrogations et tenter de répondre à cette vaste question, des spécialistes de ces sociétés et de ces régions, dans le champ des sciences sociales et politiques, ont été invités à saisir cette jeunesse dans le cadre de ses activités de loisirs et de temps libre — qui peut aussi être le temps vide du chômage — en considérant des individus ou des situations directement observables. Par ce changement d’échelle et suivant cette focale, les jeunes et leurs jeunesses apparaissent au travers de trente-huit portraits ou scénettes, de quatre à dix pages, illustratifs de leurs loisirs et révélateurs de tensions, entre aspirations et projections, et de situations concrètement éprouvées.

5Ce volume foisonnant de 370 pages, d’un format inhabituel au regard de la production académique, répond à un choix éditorial délibéré, porté par Thomas Delthombe, quasi troisième coéditeur du collectif (p. 11) : d’un côté, des vignettes de quatre pages proches des articles de journaux hebdomadaires, de l’autre des articles plus conformes à un régime d’écriture universitaire, délesté toutefois de références bibliographiques ; évoquées en point d’orgue par un « Pour en savoir plus », les références bibliographiques indiquent des prolongements érudits mis à disposition du lecteur. Cette fresque mosaïque, instructive et divertissante à parcourir, et son mode d’écriture narratif entendent répondre aux habitudes changeantes des lecteurs pressés, que découragent les gros volumes, invités à musarder d’un sujet à l’autre, et, au-delà des disciplines concernées, aux attentes d’un lectorat plus large attiré par une actualité brûlante. L’illustration de couverture, deux filles et un garçon qui « s’éclatent » en faisant de la planche sur une dune de sable, poursuit la même volonté d’ouverture. Les contributions sont réparties sous quatre titres évocateurs et autant de prologues (« Vivre son époque », « Enraciner l’avenir », « Se construire soi-même » et « Prendre la parole »), mais chaque texte peut se lire pour lui-même. Souhaitons que l’objectif de diffusion que s’était assigné l’éditeur ait été atteint. Les éditions La Découverte, on le sait, s’essaient à de nouveaux protocoles éditoriaux (Bomsel, 2013) à destination du « grand » public ; d’autant que ce collectif de quarante chercheurs donne à voir un vivier de spécialistes et prend des allures de vitrine pour les institutions impliquées et leurs réseaux.

6La limite du genre est que la réalisation d’un compte rendu en bonne et due forme d’un tel ouvrage est un exercice singulier ; d’où les remarques préliminaires quant à sa facture, d’où aussi une interrogation sur le régime de connaissance qu’il produit et dans lequel il s’inscrit.

7En termes géographiques, carte à l’appui (p. 5) et en partant de l’ouest, les trente-huit contributions se répartissent ainsi : Sahraoui (1), Maroc (2), Algérie (4), Tunisie (2), Lybie (1), Égypte (4) — soit 14 portraits émanant du Maghreb, si on inclut l’Égypte —, Israël (1), Palestine (4), Liban (3), Syrie (2), Jordanie (2), Irak (1), Arabie saoudite (3), Émirats arabes unis (3), Yémen (3), Tigrinya (1), autre (1). Si quelques États sont mieux dotés que d’autres en nombre d’articles, le souci d’une représentativité équitable est manifeste : il s’agit de mettre en scène la dimension transnationale et arabophone du propos, avec la dose inévitable d’artifice inhérente au fait que ces jeunesses ont des doubles chez des peuples voisins, locuteurs turcs ou persans. Il faut bien s’arrêter quelque part et le critère linguistique revêt une forme de pertinence. Les auteurs, toutefois, auraient pu le rappeler, même brièvement.

8Quant aux activités de temps libre et de loisirs, l’autre ressort intellectuel de l’ouvrage, l’éventail des cas évoqués revient à dresser un inventaire à la Prévert — librement transposé et condensé — qui aurait pu être transcrit dans un nuage de mots. Être in : dérapage, joy riding, hittisme, coffee shop du mall, web-série, buya-isme, ravissement soufi, salafisme ludion, protestation, fans de foot. Être rétro : cafés d’antan, fêtes calendaires, règles de l’hospitalité, tente de plein air, danse, chant en ligne, théâtre. Nouveaux soi : chambre individuelle, autodéfense, quat en solo, grands magasins, rap & rock, déambulation, suicide, sexe & bad trip. Nouveaux dits : blogs & blogs, remix culture, stand up comedy, café QG, Street Art, Jeune Artiste, rap, rock et jazz métis.

9La matière variée et abondante, délibérément hétéroclite, répond bien au projet de déconstruire les clichés sur « la » jeunesse arabe. D’autres images se forment, propres à induire de nouvelles interrogations. La population examinée, diversifiée et nombreuse, est qualifiée par le recours explicite au vocable « jeunesses », au pluriel donc afin de ne point gommer l’hétérogénéité des conditions sociales et géographiques, révélatrice des écarts parfois considérables qui les séparent. Et pour tenter de faire droit à cette myriade de modes d’existence que les pratiques de loisirs et le vécu des temps vides font apparaître, les éditeurs avancent les notions de « mondes » variés (p. 16), de « subculture » et d’« entre-soi alternatif » (p. 29, 278), parmi lesquels des pratiques religieuses particulières sont envisagées comme des subcultures. Décentrage rafraîchissant.

  • 2 Entre autres exemples, voir le programme de Cécile Van de Velde et de Camille Peugny (2013) accessi (...)

10On appréciera aussi une forme de retenue dans le maniement d’une catégorie en vogue chez nos contemporains, celle de « génération », laquelle a comme inconvénient de postuler une sorte d’unicité. Le lexème affleure dans les expressions « faire génération » (p. 18) — à entendre, je pense, entre les locutions verbales « faire semblant » et, l’obscure, « faire société » — et « nouvelles générations » (p. 15, 20), prudemment mise au pluriel. Seule la conclusion de l’introduction cède à la tentation, révélatrice de la grande ambition méthodologique des éditeurs (p. 23) : « Car au final, c’est bien la voix de cette génération que nous voulons faire entendre à travers cette série de portraits croisés. » Le portrait, comme outil des sciences sociales, a pris son essor méthodologique ces dernières années (Massard-Vincent et al., 2011). Seul le temps permettra de juger du bien-fondé du projet. Avec le passage des ans, il deviendra possible de tester l’hypothèse d’une « génération historique » à la Karl Mannheim ([1928] 1952) à propos de ces jeunes nés aux alentours de 1990, agrégés autour de diverses sous-cultures, propulsés acteurs du Printemps arabe de 2011 par on ne sait trop quelle énergie (c’est le thème de la recherche). L’ouvrage, dont la lecture encouragerait les réminiscences, pourrait même devenir une source de constitution de la mémoire générationnelle. La stratégie à la fois intellectuelle et éditoriale qui consiste à mobiliser le plus d’auteurs possible pour donner du contenu à ces « gros » objets que sont une catégorie d’âge ou une génération n’est pas sans faire écho aux collectes de réponses à des questionnaires en ligne sur des sites participatifs, produisant l’effet retour, bien connu des spécialistes, d’instauration de ladite catégorie2.

11Dans le cas présent toutefois, les répondants sont des chercheurs professionnels et, nonobstant le parti pris descriptif revendiqué, l’ouvrage est sous-tendu par un questionnement théorique et le souci de revisiter la notion d’engagement politique en dehors des pratiques, déjà bien balisées, des professionnels de la politique et des engagements partisans. Lisible en filigrane, ce propos devient l’objectif explicite du dernier volet « Prendre la parole » — le mieux enlevé en tant que tout cohérent, la qualité de politologue des coresponsables étant évidemment à l’œuvre —, mais aussi celui qui éclaire en retour l’ensemble des contributions dont les propos, parfois disparates, finissent par converger.

12L’enquête par fragments a révélé des formes de mobilisation politiques non conventionnelles qui prolongent bien souvent des activités de loisir en tant qu’elles produisent des « sous-cultures » singulières, des « entre-soi » parmi ces jeunes du monde arabe (p. 278), notions reprises ici. Sont ainsi mis en lumière le rôle et la portée concrète du cyber-activisme ou la façon dont des usagers ordinaires, munis de leurs outils de contournement de la censure, sont devenus des militants — voire la manière dont le temps libre des loisirs peut se muer en temps disponible pour l’engagement ou encore celle dont s’opèrent les « jeux de bascule entre loisirs, occupation professionnelle et engagement politique » (p. 319). Si le temps libre est parfois synonyme du temps vide du chômage, pouvant conduire au suicide, il peut également être celui du passe-temps artistique propre à développer des capacités esthétiques et des formes d’expression politique ; l’art devenu « engagé » pouvant alors déboucher sur une professionnalisation. En bref, l’ouvrage illustre la fécondité d’un questionnement sur les formes discrètes, subreptices, de la mobilisation politique.

Révolution dans un seul pays

13Avec le livre, publié en 2013 par Alcinda Honwana, Youth and Revolution in Tunisia (248 p.), l’écart avec le volume précédent est maximum du point de vue du procédé intellectuel, mais le questionnement est proche, puisqu’il s’agit aussi de cerner le rôle des jeunes dans le Printemps arabe.

14A. Honwana s’est fait connaître par ses recherches sur les enfants-soldats conduites après les guerres au Mozambique, son pays d’origine, en proie aux conflits de 1977 à 1992, puis en Angola (Honwana, 2005, 2006). Œuvrant depuis lors dans le champ élargi des études de la jeunesse en Afrique, cette chercheuse, dont la discipline première est l’anthropologie, réalisait une première synthèse sur les dynamiques de la jeunesse en Afrique lorsqu’a éclaté la crise tunisienne. Cette actualité l’a incitée à tenter une saisie presque sur le vif de la vague révolutionnaire qui, partie d’un mouvement de protestation locale, s’est transformée en une mobilisation de la jeunesse puis de la nation tunisienne (Honwana, 2012 : xi-xiv ; 2013 : 5, 11).

15Dans cette monographie consacrée à l’engagement et à la mobilisation des jeunes Tunisiens, la focale est donc mise par un seul auteur, non plus sur une vaste aire mais sur un seul pays à un moment particulier, celui où la révolution initiale s’est déclarée. La méthode d’enquête a procédé par entretiens libres et semi-directifs et groupes de discussion, réalisés avec l’aide de sept assistants et traducteurs dans diverses régions de la Tunisie en juin-juillet 2011 puis à nouveau en avril et en mai 2012.

16En sept chapitres à l’écriture fluide, l’ouvrage offre une bonne synthèse du déroulement de la révolution tunisienne, de l’immolation par le feu le 17 décembre 2010 à Sidi Bouzid de Mohamed Bouazizi à l’élection et aux travaux subséquents de l’Assemblée nationale constituante de la période de transition. Introduit par un tableau vigoureusement dressé des origines lointaines et proches de la crise révolutionnaire, le propos se clôt par une mise en perspective, plus particulièrement centrée sur les jeunes femmes, maillon important de la crise révolutionnaire, et un post-scriptum qui pointe l’événement notable, survenu au moment de l’achèvement de l’ouvrage, qu’est l’assassinat, le 6 février 2013, de Chokri Belaid, avocat militant des droits de l’homme et opposant à Ennahdha.

17Cet essai en histoire immédiate reconstitue les principales phases du processus en utilisant, outre les références nombreuses qui émanent des spécialistes de ces régions, les résultats des enquêtes menées auprès des jeunes dont les témoignages et opinions viennent éclairer leur engagement ou, à l’inverse, leur retrait de la scène politique et le passage à d’autres modes de mobilisation ou de politisation. Cette recherche centrée sur les jeunes relève aussi de la sociologie politique et des sciences politiques puisqu’elle examine les ressorts de l’entrée en politique de nouveaux acteurs, en termes d’âge, à l’occasion d’une crise exceptionnelle et d’un événement clé, peut-être fondateur.

18L’étude cerne plus particulièrement la jonction des différents courants de protestations, le rôle moteur des cyber-activistes, locaux et internationaux, les lieux et les milieux sociaux qui furent autant de scènes où se manifestèrent des acteurs notables de la mobilisation (cybercafés, plateformes d’appel international, étudiants, diplômés chômeurs ou sous-employés). De façon plus circonstanciée, A. Honwana interroge le contraste patent entre l’engagement des jeunes dans certaines phases et le reflux de leur mobilisation dans d’autres, en particulier la méfiance récurrente exprimée par ses interlocuteurs à l’encontre du processus électoral et de l’engagement partisan, au sens des partis politiques.

19Il est intéressant de relever que l’auteur poursuit son interrogation stimulante — sans l’expliciter, mais ses lecteurs la reconnaissent — sur la capacité d’action du jeune qu’elle avait formulée à propos de l’enfant-combattant : en tant qu’il s’est trouvé précipité dans la nasse d’une situation liminaire, il est arrivé à l’enfant-combattant de réagir et d’agir comme un « acteur tactique », à la façon de Michel de Certeau, traversant tour à tour des expériences complexes dont la connaissance et le décodage conditionnent les modalités de sa réinsertion. Transposée et adaptée au contexte qu’elle décrit, la question du jeune, acteur de son destin, ou encore celle de son « engagement », pour reprendre le vocabulaire des politologues, peut se reformuler ainsi : en quoi des jeunes, par-delà la vague de contestation et de révolution, continuent-ils d’être acteurs de quelque chose ? Comment agissent des jeunes qui, après avoir été des protagonistes clefs d’une crise institutionnelle, paraissent camper en marge de l’arène politique ? Un début de réponse se repère dans les jugements formulés par ses interlocuteurs à l’encontre des élites qui, à leurs yeux, agissent loin du vécu et des attentes concrètes de la jeunesse lorsqu’elles se focalisent sur les luttes d’appareil d’État ou instrumentalisent l’antagonisme laïcité/islamisme.

20D’une certaine façon, ce deuxième ouvrage prend le relais des interrogations de Bonnefoy et Catusse et s’interroge non plus seulement sur l’amont de la mobilisation mais sur son aval. Serait-ce l’effet d’une suspicion universelle des jeunes à l’endroit des pouvoirs en place, y compris les partis d’opposition ? Le flux et le reflux de la participation des jeunes sont certes frappants, pour autant jusqu’où vont ce reflux et cette labilité ? Ces jeunes, que caractériserait une attente prolongée de travail, du mariage et d’un accès à une forme de vie adulte — propre à la « waithood generation » selon la notion clef mobilisée par A. Honwana (2012 : 3-7 et 165-169 ; 2013 : 11-12) —, auraient-ils tendance, faute de perspectives, à se replier sur eux-mêmes ? Ou sont-ils encore des jeunes, acteurs certes privés de « stratégies » (à long terme), mais qui ne se créeraient pas moins des micro-environnements, à l’instar des réseaux et des pratiques associatives qui se sont multipliés dans les trois cent quatre-vingt maisons des jeunes disséminés sur le territoire tunisien (86-87, 112-120) ? Établies dans les années 1960 à l’époque de Bourguiba, ces maisons des jeunes ont abrité des activités génératrices de pratiques et de relations, micro-mondes ou entre-soi bien proches des subcultures identifiées par Bonnefoy et Catusse ou encore des « espaces intercalaires » de Breviglieri (cf. infra).

21On le voit, les méthodologies sont sensiblement différentes mais les questions et les références se croisent. On peut toutefois s’interroger sur les raisons qui poussent A. Honwana à demeurer dans un cadre d’interrogations général et un maillage théorique aussi flou que, par exemple, la notion de « société civile ». Après avoir identifié, au travers d’entretiens conduits à un niveau national ou macro-régional, la question fort intéressante de l’engagement intermittent des jeunes et avoir révélé le rôle des maisons des jeunes — ces lieux discrets de la mobilisation politique pour paraphraser Bonnefoy et Catusse et, ajouterions-nous, à l’écart des institutions familiales ou scolaires —, on pouvait s’attendre à quelques percées théoriques ou réflexives qui sortent des limites imposées par les catégories et les échelles d’analyse propres aux development studies — formatées par l’attente sociale — dans lesquelles l’auteur inscrit ses youth studies, pour le moment. Mis à part quelques militants bien connus, l’acteur selon A. Honwana, tel qu’il apparaît dans ces entretiens, demeure un agent vague, sans lieu, sans lien ni face. On regrette ici le portrait de Halima, la rebelle de Gafsa, campé par Amin Allal (Bonnefoy et Catusse, 2013 : 100-104). On peut toutefois penser que cet ouvrage n’est qu’une étape dans un programme plus compréhensif.

D’un Printemps à l’autre

22Le troisième et dernier volume recensé ici, paru en 2007, antérieur aux deux ouvrages précédents, introduit un décalage rétrospectif instructif. Plus proche du point de vue adopté dans le volume 42 d’Ateliers d’anthropologie, il présente cependant un point de départ et un développement qui s’ancrent de manières sensiblement différentes.

  • 3 Action concertée incitative (ACI) « Jeunes chercheurs » (2000-2004).

23Réalisée en conclusion d’un programme collaboratif3 mené sous la direction de deux sociologues, Marc Breviglieri et Vincenzo Cicchelli, cette publication regroupe les contributions d’une vingtaine de chercheurs, plutôt sociologues et politologues qu’ethnologues, autour de la catégorie jeune, envisagée cette fois-ci dans la double perspective de l’« adolescence » et, déjà, de son engagement politique vu sous l’angle de l’accès à l’espace public. Le périmètre géographique de ces adolescences « méditerranéennes » englobe principalement les deux rives de la Méditerranée occidentale : Maroc (1), Algérie (3), Tunisie (1), Égypte (1), Grèce (1), Italie (3), France (4), Espagne (1), Portugal (1), comparaison (3).

24Résultat tangible d’une opération et d’un financement étalés sur plusieurs années, ce volume de  445 pages atteste un moment de collaboration internationale active et de riches échanges. Du point de vue de la forme, le protocole éditorial est classique. Les 19 chapitres, entre 13 et 17 pages — pas très longs mais denses —, offrent une problématique explicite et des résultats ou des interprétations. L’ensemble de la livraison, placé sous la bannière d’un titre indiquant de manière élégante et efficace la thématique, Adolescences méditerranéennes. L’espace public à petits pas, est divisée en quatre grands volets (p. 9-16) : « S’exposer » (ou encore « les arènes et les formes de la présence en public ») ; « S’affirmer » (en somme « les modes de résistance politique et l’origine de la conscience identitaire ») ; « Se projeter » (soit « les migrations internationales et l’insertion socioprofessionnelle ») ; « Faire dialoguer les civilisations » (en bref, le domaine de la comparaison).

25Le déroulé du propos annoncé dans la préface se défait toutefois quelque peu à la lecture. Le sentiment d’une certaine juxtaposition s’installe. C’est le lot inévitable des recherches collaboratives, dira-t-on, et il n’est pas interdit d’envisager que l’objet « jeunesse » y soit aussi pour quelque chose. L’ouvrage tire son intérêt de son caractère exploratoire, en tout cas, c’est ce qui fait sa force et ce qui subsiste, alors que des années se sont écoulées depuis sa réalisation.

  • 4 Enclenché, rappelons-le, par la mort d’un lycéen fauché par une rafale d’arme automatique dans l’en (...)

26Conçu bien avant le Printemps arabe de 2011, l’ouvrage faisait déjà écho à des mobilisations politiques conséquentes, entre autres le Printemps noir kabyle de 20014. Les responsables du volume envisagent l’engagement citoyen ou politique comme un marqueur de la sortie de l’enfance et de l’avancée vers l’état d’adulte, soit un laps de temps qui serait celui de l’adolescence, synonyme d’un éloignement progressif de la sphère familiale et des premiers petits pas entrepris dans le domaine ou l’espace public (aux sens mêlés de A. Arendt et de J. Habermas). Pour le coup, et en n’oubliant pas que ce dernier ouvrage est antérieur aux deux précédents présentés dans cet essai, l’accent mis sur la nature de l’engagement prend une teneur supplémentaire.

27Pour donner une idée de ce que recouvrent ces petits pas franchis à l’adolescence, et puisque ce sont bien les stratégies intellectuelles qui nous intéressent ici, les contributions gagnent à être regroupées selon les modes d’approche privilégiés par chacun des auteurs.

28Les études qui font la part belle aux descriptions « situées », chères aux ethnologues, dessinent un premier ensemble. L’espace public peut s’entendre comme les lieux publics, distincts des espaces privés et domestiques. Il en va ainsi du stimulant chapitre 1 (Dris) sur les mots de la ville arabe et de l’espace public — en ce cas Alger — entendus comme un espace concret à parcourir, semé d’embûches à contourner et de codes à maîtriser. Cette contribution, placée en ouverture, paraît annoncer une percée en anthropologie urbaine. En réalité, l’ouvrage n’exploite guère ce filon, à l’exception du chapitre 8 (Hadibi), sur les espaces de loisirs et du temps libre fréquentés avant et après le Printemps noir kabyle, et du chapitre 12 (Kinzi), consacré à l’espace public en Kabylie conçu comme arène où agissent les assemblées traditionnelles et d’innombrables associations à caractère culturel. Dans cette même veine, il faut évoquer un autre article « situé », le chapitre 2 (Alaoui & Jarvin) consacré aux cafés fréquentés par des lycéens du 12e arrondissement de Paris et à la figure tutélaire de cet espace intercalaire de recréation et d’émancipation qu’est le serveur.

29Formant un deuxième ensemble, des contributions traitent des jeunes en ce qu’ils sont investis dans des mouvements associatifs ou des collectifs s’y apparentant : jeunes des associations de type Droit au logement, dont l’activisme protestataire et spectaculaire repose sur la maîtrise par ses adhérents de compétences particulières (sang-froid et esprit pratique) indispensables lors des séquences — provoquées — d’affrontement et de tensions aiguës (chap. 5, Doidy) ; à l’appui de la défense de leur langue régionale, jeunes (de 16 à 30 ans) des associations de Majorque à la fois ludiques et revendicatives, qui prônent un militantisme associatif à l’encontre du militantisme politique (chap. 9, Gomila Grau) ; coexistence de jeunes d’origine sociale très différente comme modalités de leur passage à la vie adulte, saisie à travers observations et entretiens réalisés à Salerne (Italie du Sud) dans des structures d’accueil et d’insertion de jeunes petits délinquants où œuvrent des jeunes bénévoles qui les encadrent (chap. 13, Merico). Peuvent être également regroupés ici les travaux sur deux micro-milieux, des « tribus » au sens des sociologues de la jeunesse. Étudiées chez des jeunes Lisbonnais, les pratiques de tatouages et de piercing sont envisagées comme une forme radicale d’appropriation et de soustraction de son propre corps à l’ordre social, et partant de revendication politique (chap. 3, Ferreira). Ou encore les amateurs de jeux vidéo de compétition en ligne, observés par le truchement d’élèves ingénieurs ayant accès à des plateformes : leur analyse prend à rebours les présupposés sur les jeux internet en montrant que les joueurs expérimentent une forme de socialisation et d’apprentissage de la civilité, et les ressorts d’une politisation (chap. 4, Auray).

30Vient ensuite un troisième groupe constitué par les recherches centrées sur les représentations et les jugements de valeur propres à révéler d’autres facettes de « l’engagement » des jeunes. La teneur de la relation éducative est centrale dans une recherche conduite parmi des lycéens (Salerne, sud de l’Italie), à l’aide d’entretiens semi-directifs et de groupes de discussion, sur la relation à leurs enseignants et la question de la confiance comme condition de l’autonomie du sujet (chap. 10, Pendenza). Les représentations et les préférences politiques des jeunes Grecs sont explorées quant à elles par la technique de l’association de mots, à partir de questionnaires conduits en 1996 et en 2001 auprès de garçons et de filles entre 17 et 28 ans, dans deux grands centres urbains, Athènes et Thessalonique (chap. 7, Geka).

31S’inspirant des études longitudinales de cohortes, des entretiens conduits de manière répétée au fils des ans auprès d’un petit nombre d’interlocuteurs s’attachent à suivre sur un laps de temps donné la modification des jugements. Des jeunes de Casablanca, entre 13 et 19 ans, ont ainsi été interrogés sur leurs communautés imaginées et les représentations qu’ils se font de l’ailleurs, et sur l’impact sur leurs jugements d’événements tournants comme le 11 septembre 2001 ou encore les cinq attentats-suicides du 16 mai 2003 au Maroc (chap. 11, Bennani-Chraïbi). L’étude par le menu de la trajectoire de six jeunes Tunisiens, sans diplôme ni emploi, âgés de 17 à 22 ans au début de l’enquête en 2001, au cours d’entretiens étalés sur trois ans, a permis de suivre la ligne brisée de leurs aspirations, de leurs échecs et leurs accomplissements, de leur mise à l’épreuve entre compromis et arrangement, révélateurs d’une « économie de la frustration » autour de l’horizon de l’expérience matrimoniale, de l’expérience religieuse, et celui de l’attente et du départ (chap. 15, Nachi).

32À l’antipode de cette micro-sociologie, avec des intentions toutefois complémentaires, on relève les enquêtes, centrées sur les migrations, réalisées à partir d’échantillons représentatifs. Pour nourrir une réflexion comparative sur les modernités — au sens de la pluralité des cheminements du changement social — une analyse puisant dans diverses enquêtes d’opinion, conduites au nord et au sud de la Méditerranée à propos des structures familiales et des structures religieuses, a mis en évidence l’impact nouveau de la scolarisation (chap. 17, Bontempi). Une enquête auprès d’un échantillon représentatif des jeunes adultes (entre 24 et 34 ans) en Italie — 1 601 jeunes Italiens et 800 jeunes immigrés (400 Roumains et 400 Marocains) — a révélé leurs attentes contrastées, voire antagonistes, du politique et de la citoyenneté (chap. 18, Cotesta).

33Seule dans sa catégorie mais bien savoureuse rétrospectivement, l’étude par Boutaleb (chap. 6) des discours présidentiels en Égypte à partir des années 1990 a mis au jour l’intérêt croissant et même l’engouement manifestés par les instances dirigeantes à l’endroit de la jeunesse égyptienne (« moitié du présent et tout de l’avenir »), entendue toutefois au sens de la très épaisse strate d’âge des 15 à 35-40 ans, ce qui, au-delà de la vacuité des propositions des politiques, recouvre des incongruités aux conséquences multiples et durables. « À être assimilés aux adolescents, les trentenaires avancés se voient exclus de la maturité politique et sont difficilement pris au sérieux. Tout semble fait pour contenir et circonscrire le plus grand nombre dans l’état de jeunesse » (p. 157).

34Cela nous amène à examiner in fine la pièce clef des dispositifs intellectuels de l’ouvrage, la contribution de Marc Breviglieri, l’un des deux coéditeurs, dont le titre annonce toute l’ambition : « Ouvrir le monde en personne. Une anthropologie des adolescences. » Présenté en introduction, cet essai très dense aurait pu l’être en conclusion puisqu’il récapitule les travaux antérieurs de l’auteur autant qu’il se nourrit des recherches de l’ACI. En bref, le chercheur entend établir l’adolescence en tant que catégorie descriptive et analytique à partir d’une sociologie pragmatique de la jeunesse croisée avec, voire fondée sur, la psychologie du développement d’Eric Erikson. Breviglieri se livre à une « opération de qualification de l’adolescence », âge de l’existence qui s’origine dans les changements physiologiques et recouvre, c’est le postulat, « le franchissement de [la] ligne de démarcation entre le monde proximal familier et le domaine public, dessinant de la sorte un arc expérientiel remarquable » (p. 20). S’attachant à la caractérisation de cette transition et de la perception de ces expériences, puisant dans le langage de l’épreuve prédictible de l’initiation et des rites de passage, combiné à celui de l’imprévisibilité propre à l’exploration et au tâtonnement, Breviglieri mobilise la grammaire et le vocabulaire de l’action tirés de la sociologie pragmatiste de Thévenot et Boltanski (espace probatoire, moi dubitatif, l’agir responsable) pour fonder ce qu’il appelle une anthropologie de l’adolescence. Il est impossible de décortiquer ici tous les tenants et aboutissants de cette pragmatique psycho-interactionniste du passage selon Breviglieri. À l’exception de quelques articles (en particulier le chapitre 14 où Stavo-Debauge analyse les parcours d’insertion de jeunes dans des missions locales en application de la loi Aubry de 1998 sur le parrainage), les auteurs, on l’a vu, s’ils se sont bien attachés à mettre la focale sur cette phase et à utiliser des éléments de cette grammaire, s’y sont aussi employés en suivant chacun leur propre pente méthodologique.

35Au moins disposons-nous ici d’une théorisation forte et explicite sur les jeunes et la jeunesse, ce qui est rare dans les travaux sur les âges de la vie. Aux yeux des ethnologues comparatistes que nous sommes, un biais très stimulant se décèle dans ces propositions qui, pour le dire vite, paraissent occidentalo-centrées et questionnent le contenu « anthropologique » revendiqué à leurs propos. L’anthropologie peut bien sûr s’entendre de très nombreuses manières. Il est toutefois difficile d’oublier que l’adolescence est une catégorie chargée d’histoire, apparue et promue au tournant du xxe siècle aux États-Unis en tant que catégorie à problèmes et, partant, comme objet d’études (Galland, 2001 : 37-46). Et si les transformations physiologiques entre l’enfance et l’âge de la procréation sont inscrites dans la nature humaine, les interprétations qu’en ont faites les sociétés et les cultures sont en revanche extrêmement variées (Peatrik, 2003). Dans ces conditions, qu’en est-il des adolescences « méditerranéennes » ? Serions-nous en présence de la discordance familière aux ethnologues entre catégorie « etic » (sortie avec de bonnes raisons du chapeau du chercheur) et catégorie « emic » en usage dans ladite population qui reste à étudier ? L’adolescence selon Breviglieri serait d’autant plus etic qu’elle paraît désengagée de toute forme concrète de sociation.

36Or — est-ce bien connu ? — les petits pas franchis à l’adolescence sont tout à la fois conditionnés par : les institutions familiales, la conception du corps et de la personne (l’ontogenèse), la disposition de l’habitat, les formes de l’éducation, le régime politique, toutes composantes variant et covariant d’un endroit (d’une époque) à un(e) autre. Que faire par exemple des sociétés où l’entrée dans l’espace public commence dès lors que l’enfant est sevré, tardivement il est vrai en ce cas (Peatrik, 1999, 2001) ? Ou encore de la catégorie « jeunes » des sociétés arabes qui commence à la puberté et pousse sa frontière jusqu’à la quarantaine, voire au-delà ? La catégorie « adolescence », même mise au pluriel, peine à embrasser un tel empan.

37Les auteurs ont bien conscience d’une forme de déphasage : « Une telle confrontation [au sens de comparaison] nous invitait à nous élever au-dessus des histoires particulières rencontrées lors des enquêtes de terrain et à nous interroger sur la réceptivité des sociétés méridionales à une anthropologie de l’adolescence capable de refléter l’avènement d’une certaine modernité » (p. 13). Scolarisation et mondialisation aidant, il est vrai que l’adolescence selon les sociétés occidentales commence à devenir une catégorie reconnue dans d’autres pays — adolescent(e) ou teenager sont des vocables qui se diffusent —, mais cela en tant que nouvelle catégorie emic, en conflit ou en continuité avec les définitions locales des jeunesses et des âges de la vie. Que reste-t-il alors de cette adolescence sortie de la famille des pragmatistes ? Une grille de lecture et d’investigation toujours utile à mobiliser, ne serait-ce que pour tester les décalages et les convergences et faire son miel des tiraillements heuristiques qui s’y produisent. Mais il y a plus, à condition de réintituler le propos de l’auteur. Cette pragmatique de l’adolescence n’est pas une pragmatique d’un état ou d’une catégorie d’âge, mais la pragmatique d’une limite d’âge. À ce titre, elle est à verser au dossier peu fourni, car fort complexe, des délimitations d’âge. Dès lors, on dispose là d’un idéal type propre à nourrir des comparaisons.

*

* *

38Ces trois ouvrages en sciences sociales, choisis au gré des événements et du dernier Printemps arabe, dont les deux volumes collectifs fédèrent pas moins de cinquante contributeurs, sont illustratifs de l’état de l’art dans les recherches sur la jeunesse et la montée en force des études sur cette nouvelle « classe dangereuse » des sociétés en voie de développement. Après les états africains dont les jeunesses dès les années 1980 interrogeaient les pouvoirs issus des décolonisations, et qui ont suscité depuis une kyrielle ouverte de références, c’est maintenant le tour des jeunesses des nations arabes et des peuples voisins. La pyramide des âges et les effets des « populations jeunes » ou « rajeunies » des démographes ne manquent pas d’imprimer leurs marques sur ces enchaînements mais, pour le moment, la question de l’engagement de ces nouveaux acteurs dans les affaires publiques focalise l’attention des chercheurs.

39L’intention initiale de cet essai bibliographique était de tirer parti des écarts disciplinaires qui ne manqueraient pas d’apparaître dans le traitement de la catégorie « jeunes ». Les recherches, à quelques exceptions près, paraissent peu problématisées, d’où le recours à la notion floue et plus commode de « stratégies intellectuelles », d’où encore la conclusion que, confrontés à un objet d’étude aussi singulier qu’une catégorie d’âge, la priorité paraît plutôt d’affiner les outils propres à chaque discipline pour mieux comprendre de quoi il retourne et de qui on parle. Ce genre de propos, à teneur méthodologique et un tantinet austère, apporte une note discordante dans la célébration de la fusion multidisciplinaire. C’est bien pourtant par le détour d’une anthropologie critique de la jeunesse et des âges de la vie que l’on passera d’une phase de juxtaposition des données à un réel essor de la connaissance sur cette dimension de l’existence humaine.

Haut de page

Bibliographie

Bomsel, Olivier (éd.)
2013 Protocoles éditoriaux : qu’est-ce que publier ? (Paris, Armand Colin).

Bonnefoy, Laurent et Catusse, Myriam (éd.)
2013 Jeunesses arabes : du Maroc au Yémen, loisirs, cultures et politiques (Paris, La Découverte).

Breviglieri, Marc et Cicchelli, Vincenzo (éd.)
2007 Adolescences méditerranéennes : l’espace public à petits pas (Paris, L’Harmattan).

Galland, Olivier
2001 Sociologie de la jeunesse (Paris, Armand Colin) [3e édition].

Honwana, Alcinda
2005Innocent and guilty : Child-soldiers as interstitial and tactical agents, in A. Honwana et F. De Boeck (éd.), Makers and breakers : Children and youth in postcolonial Africa (Trenton NJ, Africa World Press) : 31-52.
2006 Child soldiers in Africa (Philadelphia, University of Pennsylvania Press).
2012 The time of youth : Work, social change, and politics in Africa (Sterling VA, Kumarian Press).
2013 Youth and revolution in Tunisia (Londres, Zed Book).

Mannheim, Karl
[1928] 1952The problem of generations, in Essays on the sociology of knowledge (Londres, Routledge & Kegan) : 276-322 [traduit de l’allemand].

Massard-Vincent, Josiane, Camelin, Sylvaine et Jungen, Christine (éd.)
2011 Portraits : esquisses anthropologiques (Paris, Éditions Petra) [Anthropologiques].

Peatrik, Anne-Marie
1999La vie à pas contés : génération, âge et société dans les hautes terres du Kénya (Meru Tigania-Igembe) (Nanterre, Société d’ethnologie).
2001Vieillir ailleurs et ici : l’exemple des Meru du Kénya, Retraite et société, 34 (2001/3) : 151-165 [n° thématique : Images de la vieillesse].
2003L’océan des âges, L’Homme, 167-168 : 7-24.

Van de Velde, Cécile et Peugny, Camille
2013 « Génération quoi : qui sont les jeunes de 18-34 ans ? », enquête interactive en ligne : http://www.lemonde.fr/societe/visuel/2013/09/19/generation-quoi-qui-sont-les-jeunes-de-18-34-ans_3473730_3224.html, publié le 19/09/2013, consulté le 12/08/2015.

Haut de page

Notes

1 Laurent Bonnefoy et Myriam Catusse (éd.) 2013 – Jeunesses arabes. Du Maroc au Yémen : loisirs, cultures et politiques (Paris, La Découverte, 373 p.) ; Marc Breviglieri et Vincenzo Cicchelli (éd.) 2007 – Adolescences méditerranéennes. L’espace public à petits pas (Paris, L’Harmattan, 445 p.) ; Halcinda Honwana 2013 – Youth and revolution in Tunisia (Londres, Zed Book, 248 p.).

2 Entre autres exemples, voir le programme de Cécile Van de Velde et de Camille Peugny (2013) accessible, entre autres, sur le site du journal Le Monde : « Génération quoi : qui sont les jeunes de 18-34 ans ? » (http://www.lemonde.fr/societe/visuel_interactif/2013/09/19/generation-quoi-qui-sont-les-jeunes-de-18-34-ans_3473730_3224.html, consulté le 12/08/2015).

3 Action concertée incitative (ACI) « Jeunes chercheurs » (2000-2004).

4 Enclenché, rappelons-le, par la mort d’un lycéen fauché par une rafale d’arme automatique dans l’enceinte d’une gendarmerie et une polémique dévastatrice pour les autorités sur l’âge de la victime.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Marie Peatrik, « Un âge au prisme des stratégies intellectuelles », Ateliers d'anthropologie [En ligne], 42 | 2015, mis en ligne le 17 novembre 2015, consulté le 25 septembre 2016. URL : http://ateliers.revues.org/10032 ; DOI : 10.4000/ateliers.10032

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Peatrik

Directeur de recherche émérite CNRS, LESC–UMR7186, université Paris Ouest Nanterre La Défense/CNRS
anne-marie.peatrik@mae.u-paris10.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org