Navigation – Plan du site

Les Dépravés de Dieu

Une jeunesse marocaine sous l’influence du cheytan
God’s Depraved Ones: Moroccan youth under the influence of the cheytan
Romain Simenel

Résumés

La transgression est-elle un trait structurant de la catégorie « jeune » au Maroc ? Comment le rapport à la religion, en l’occurrence à l’islam, intervient-il dans la distinction des catégories d’âge social ? À quel point la relation à Dieu diffère-t-elle selon que l’on soit « jeune » ou « homme d’honneur » ? Déconsidéré, voire rejeté par l’islam, le célibat, surtout s’il se prolonge, semble être l’angle de vue le plus pertinent pour explorer les limites de ce qui fait un jeune. Cet article part de l’analyse d’un rituel de traitement du célibat pratiqué dans de nombreuses régions du Sud-Ouest marocain — rituel qui permet de définir la catégorie « jeune » sous l’angle croisé des rapports de genre et de la religion —, avant de développer une réflexion plus générale sur les représentations liées à la jeunesse masculine – notamment dans le rapport qu’elle entretient avec la vie « licite » et le jugement divin. Il s’agit alors de démontrer que dans le Sud marocain, du point de vue religieux, les hommes sont des « deux fois nés ». C’est entre ces deux « naissances », la naissance biologique et le mariage, que se situerait la jeunesse. Elle serait un temps de transgression religieuse durant lequel les jeunes subissent l’influence du cheytan et de l’Occident avant de mieux redevenir musulman. Dépravés de Dieu, ces jeunes s’éloigneraient le plus radicalement possible d’un islam prescriptif pour mieux choisir d’épouser ensuite la religion par le cœur et devenir des hommes en marche vers le paradis grâce au mariage.

Haut de page

Texte intégral

1La transgression est-elle un trait structurant de la catégorie jeune au Maroc ? Comment le rapport à la religion, en l’occurrence à l’islam, intervient-il dans la distinction des catégories d’âge social ? À quel point la relation à Dieu diffère-t-elle selon que l’on soit « jeune » ou « homme d’honneur » ? Déconsidéré, voire rejeté par l’islam, le célibat, surtout s’il se prolonge, semble être l’angle de vue le plus pertinent pour explorer les limites de ce qui fait un jeune. En effet, au Maroc, comme dans beaucoup d’autres endroits du monde, les cérémonies de mariage revêtent le caractère d’un rite de passage d’une classe ou d’une catégorie d’âge à une autre (Van Gennep, [1909] 1981 : 124). Comme le rappelle Raymond Jamous, « le jeune homme quitte sa condition de célibataire irresponsable et fait ses premiers pas dans la carrière d’homme d’honneur » ([1981] 2002 : 258). En tant que rite de passage cependant, le mariage marocain est indissociable d’un ensemble varié de rituels, parmi lesquels ceux organisés par les célibataires dont il est le chaînon final ou l’aboutissement. S’agissant des jeunes dans le monde musulman, cette remarque conforte l’hypothèse selon laquelle il n’y aurait pas un rite de passage unique faisant passer une personne de la catégorie de jeune à la catégorie d’adulte, mais une série de rituels distincts à vocation communautaire (Fabre, 1996). Le rituel des célibataires, totalement complémentaire du mariage dont il constitue un préliminaire, s’avère très explicite quant à la définition de la catégorie de jeune en fonction de la religion et du rapport de genre. L’analyse d’un rituel de traitement du célibat pratiqué dans de nombreuses régions du Sud-Ouest marocain permettra d’aborder les représentations liées à la jeunesse masculine dans sa relation notamment au licite et au jugement divin.

  • 1 Selon les contextes, le terme aroumi (pl. : iroumin) en tachelhit, dialecte berbère du Sud marocain (...)
  • 2 La désignation brtgz sert à nommer d’antiques chrétiens, groupes de pécheurs venus de l’Océan à une (...)

2Dans le Sud-Ouest marocain, plus particulièrement le Souss (région d’Agadir), des femmes célibataires de tout âge, vieilles filles ou veuves, se retrouvent sur les sites d’anciens greniers à grain, d’habitations fortifiées en ruines ou encore de cimetières à l’abandon. Elles y organisent des rituels hebdomadaires dont l’objectif affirmé est de mettre un terme au célibat. Ces sites en ruines et ces cimetières abandonnés marquent les terres collectives aux confins du territoire des tribus et fractions du Souss, loin des hameaux et du regard de leurs habitants. Toutes ces constructions sont pleinement autochtones. Cependant, les ruines qui hébergent les rituels de « guérison » du célibat sont perçues localement comme les restes d’une ancienne occupation chrétienne, à laquelle une lutte (jihad) locale aurait mis fin. Ainsi ces anciens cimetières, bien que conformes à la configuration des cimetières musulmans, sont qualifiés de cimetières « chrétiens », iroumin1. Le terme iroumin désigne ici d’anciens chrétiens colonisateurs qui se distinguent en différents groupes identifiés : brtgz, sbbagnol, ingliz ou encore franciss. La référence aux chrétiens, et plus particulièrement à la catégorie des antiques brtgz, se retrouve un peu partout au Maroc2. Hauts lieux du jihad, ces sites frontaliers servent de domaine rituel réservé aux femmes célibataires et sont, en leur présence, strictement interdits aux hommes mariés. Seuls les hommes célibataires, que les femmes nomment chebab, les « jeunes », sont autorisés à s’approcher de l’espace rituel. Ces rituels de femmes célibataires sont ainsi l’occasion de rencontres libertines occasionnelles avec de jeunes hommes non mariés (15-35 ans environ). De tels sites rituels incarnent en tout point l’hétérotopie selon Michel Foucault (1984), à savoir une localisation physique de l’utopie à l’écart du monde commun, un lieu où les règles « ordinaires » sont suspendues.

3Les matériaux présentés dans cet article ont été recueillis lors de multiples séjours de terrain entre 2002 et 2011 dans la région des Aït Ba’amran, mais aussi dans la région de Tiznit plus largement. Ils émanent de l’observation, de faits, de gestes et de paroles, permise par la participation progressive au rituel du traitement du célibat, mais aussi du recueil de discours sur ce rituel dans d’autres contextes, notamment au sein de l’espace domestique. Toutes les discussions ont été menées en langue tachelhit, dialecte berbère du Sud-Ouest marocain. Le principal rituel analysé est celui se déroulant non loin du douar de Tanulmi, situé à une dizaine de kilomètres de la commune de Lkhemis Tiourza. L’étude d’autres rituels similaires dans la région a pu enrichir le développement de la problématique. Mais celui de Tanulmi est d’autant plus important qu’il a, de manière étonnante, retenu l’attention d’un capitaine de l’armée d’occupation espagnole, Luis Saliquet Navarro, il y a de cela plus de soixante-dix ans (1941). Or, sa description correspond en tout point à l’observation réalisée entre 2002 et 2011, ce qui permet de postuler une certaine profondeur historique et stabilité sociale de ce type de rituel et, de ce fait, d’invalider d’entrée les interprétations exclusivement contemporanéistes.

Une complainte des désirs entre « veuves » et « jeunes hommes »

4Les femmes accomplissant ces rituels sont des célibataires, veuves, divorcées, ou ayant dépassé l’âge auquel les femmes ont l’habitude d’être demandées en mariage, une vingtaine d’années environ. La plupart de ces femmes présentent des lésions corporelles et des troubles psychologiques. Les problèmes psychologiques et corporels traités dans ces ruines frontalières, de l’insomnie à la dépression, du mutisme à la névrose, de l’acné aux verrues et aux furoncles, sont catégorisés localement comme des maladies portant la marque du cheytan (mauvais esprit), de celui qui s’est écarté du chemin de Dieu. Ces maux témoignent de l’emprise d’un djinn mécréant (kafir) sur la personne humaine qui parasite son comportement ou son métabolisme. Pour les Aït Ba’amran et bien d’autres tribus du Souss, ces maladies frappent plus particulièrement ceux qui ont transgressé des interdits religieux. Il s’agit généralement d’interdits anodins transgressés de manière involontaire, par ignorance ou par étourderie. Ces péchés religieux (dnoub) peuvent être liés à un premier usage non maîtrisé de la magie, de la violence ou à un manque de respect envers les parents ou les morts, mais le plus souvent ils relèvent de l’inadvertance rituelle comme celle d’oublier de dire « au nom de Dieu » (bismillah) avant de manger. Ces péchés sont révélateurs d’un moment de faiblesse que le djinn mécréant met à profit pour prendre possession d’une personne. Une fois contractées, ces maladies sont entretenues, dit-on, par le sentiment de honte (hchuma) éprouvé par celui qui a commis un tel péché et qui est habité par un djinn malveillant, un cheytan. La peau est le terrain privilégié pour le développement de ces maladies honteuses, et c’est particulièrement la peau des parties du corps visibles au quotidien, celle du visage et des mains, qui est atteinte. La spécificité des rituels de célibataires est justement le traitement des symptômes corporels et psychiques d’une honte accumulée de longue date, une honte vécue comme un véritable obstacle au mariage.

  • 3 Tout comme les humains, les djinns ont des religions. Certains sont mécréants et païens (koufar), d (...)

5Les femmes voient la présence de saints dans ces sites « chrétiens », sans pour autant que leur existence soit matérialisée — par un tombeau spécifique, un cairn ou un arbre — comme il est généralement d’usage. Elles n’adoptent pas non plus le comportement rituel de rigueur dans un lieu saint. Au contraire, elles y accomplissent des actes profanes, exposant au grand jour leur nudité, leurs sous-vêtements, y réalisant des soins d’hygiène corporelle, empruntant un vocabulaire voire un comportement sexuel proscrit dans la vie quotidienne ou encore s’adonnant à des séances de possession par des génies autochtones, les joad (djinns musulmans3 du lieu, bienveillants à l’égard des humains). Néanmoins, les femmes justifient leurs comportements rituels en affirmant que les joad occupants les sites dits « chrétiens » ont été convertis à l’islam par les saints. Ainsi, les femmes font bien la différence entre les sites saints canoniques et les sites chrétiens, mais elles se réfèrent à l’image du saint pour légitimer le fait d’y pratiquer des rituels jugés non orthodoxes par les hommes. Les rituels qu’elles accomplissent dans les ruines sont envisagés comme des recours extrêmes en cas de célibat prolongé. En effet, derrière la honte affichée des petits péchés religieux, il s’agit bien d’assouvir « chez les chrétiens » quelque chose de sale et de terriblement déshonorant : le désir éperdu de sexualité, une sexualité de célibataire pour l’heure infertile puisque justement accaparée par des djinns mécréants. Au Maroc, l’onanisme est en effet largement interprété en termes de sévices sexuels commis par un djinn sur une personne humaine (Simenel, 2014). Dans les ruines, derrière la figure du saint, se cache ainsi la dévotion que les femmes vouent toujours aux génies autochtones nichés dans des sites chrétiens afin d’exprimer des désirs que les saints de l’islam leur refusent d’assouvir.

  • 4 Dans le Souss, les mariages entre des hommes âgés et de très jeunes femmes sont nombreux, aussi est (...)

6Les jeunes hommes célibataires, quant à eux, viennent là pour s’adonner librement au voyeurisme, entretenir des propos salaces et vulgaires avec les femmes et, parfois, s’initier avec elles aux pratiques sexuelles. L’espace même du rituel leur est interdit, mais à sa périphérie des points de rencontre s’organisent çà et là autour d’arganiers massifs. À l’ombre de ces grands arbres, les « jeunes hommes » et les femmes s’interpellent en utilisant un vocabulaire interdit dans l’espace domestique tel que les mots « verge », « vagin », « clitoris », etc. Les interactions entre le groupe des femmes et celui des « jeunes », toujours teintées de transgression, commencent par des joutes verbales fondées sur l’emploi d’insultes sexuelles grossières pour aboutir parfois à des contacts plus rapprochés. Il n’est pas rare de voir de jeunes veuves4 s’en aller avec les jeunes hommes derrière un rocher pour quelques moments de plaisir. Pour désigner l’élu de leurs désirs, elles déroulent un petit tapis de prière sur lequel elles l’invitent à s’asseoir et lui offrent du thé. Le rituel des célibataires qui est décrit ci-après n’est pas un cas isolé au Maroc, bien au contraire ; les relations rituelles entre hommes célibataires et veuves sont généralement teintées de sexualité.

7Les relations rituelles de sexualité entre célibataires hommes et femmes s’inscrivent donc dans le cadre d’une nette différentiation du traitement de la catégorie jeune en fonction du genre. Les plus âgés d’entre les hommes qui participent à ce rituel sont désignés par les femmes comme des jeunes, des chebab. Il peut même arriver qu’un homme veuf d’une cinquantaine d’années vienne assister à ce rituel et, malgré son âge, soit assimilé à la catégorie « jeune » par les femmes. En revanche, aucun homme marié n’est admis lors du rituel des célibataires. Mohamed Alahyane rappelle à propos de ce type de rituel que, selon les femmes, un homme marié qui transgresse par sa présence la loi des esprits du lieu se verra « manger sa capacité de procréer » (2004 : 56). S’agissant des femmes qui participent au rituel, les hommes célibataires les désignent toutes, quel que soit leur âge, par le terme générique de « veuves » (tidgilin ou tidgalaten), même si elles n’ont jamais été mariées et sont encore vierges. Il y a bien condensation rituelle puisque toutes les célibataires, tous âges confondus, forment le groupe des veuves. Par condensation rituelle, nous entendons la superposition, dans la performance du rituel, de relations normalement antithétiques dans le cours de la vie quotidienne (Houseman et Severi, 1998). Le rituel des célibataires traite ainsi de manière différente la catégorie d’âge selon les genres. Les critères de participation à ce rituel se distinguent en fonction des hommes ou des femmes, et déterminent deux catégories de genre : les « jeunes » du côté masculin, et les « veuves » du côté féminin. Dans le temps du rituel, le fait pour une femme de n’être pas mariée l’assimile à une veuve alors que pour un homme, cela fait de lui un jeune. Ainsi, chez les hommes, c’est clairement le statut de célibataire qui détermine la catégorie jeune, alors que chez les femmes, on est jeune tant qu’on ne dépasse pas l’âge du mariage en restant célibataire ; si cet âge est dépassé, on rentre directement dans la catégorie des veuves : la jeunesse des femmes est effacée au profit de leur statut social, celui de vieilles filles que les jeunes hommes associent à celui de veuve.

Le « jeune » dans la peau de la mariée

8Occasionnellement, les plus âgés des hommes célibataires, ceux qui ont largement dépassé l’âge moyen du mariage, entreprennent le même parcours rituel que les femmes cherchant à se marier. Il s’agit alors d’honorer puis de se faire posséder par les joad, les djinns musulmans qui occupent les sites chrétiens. Ces célibataires sont eux aussi atteints de problèmes psychiques et dermatologiques caractéristiques de leur célibat prolongé que les visites aux mausolées n’ont pas suffi à résoudre. Ils viennent, accompagnés par des femmes de leur entourage, accomplir le rituel dans les sites chrétiens. Pour un individu de sexe masculin, la participation à un tel rituel féminin dans un site chrétien est l’étape ultime d’un itinéraire rituel codifié qui l’a fait passer par divers lieux saints sans que ces visites ne lui aient permis de mettre un terme au célibat.

  • 5 À chaque fois que l’on commence une action ou que l’on passe une porte, un seuil, il est d’usage de (...)

9Tout comme la femme célibataire en quête d’un mari, veuve, divorcée ou vieille fille, le célibataire accomplit une première offrande aux joad, là où les femmes situent leurs demeures : un coin de ruine, une grotte ou un trou situé à proximité du site rituel. Cette offrande est constituée de sauce de couscous et de pâte à pain sans sel, les djinns en général n’aimant pas la nourriture salée. Elle est versée ou collée de la main gauche sur un coin de mur en ruine, sur les parois d’une grotte ou dans un trou. La sauce et la pâte proviennent d’un repas rituel préparé sur place par des femmes parvenues à la dernière étape du traitement de leur célibat (cf. infra). Lors de l’entrée dans la demeure des joad, certaines prescriptions sont à respecter, telle l’interdiction de prononcer un seul mot, y compris de dire « au nom de Dieu » (bismillah5) (Rachik, 1990).

10L’offrande alimentaire accomplie, le célibataire en quête d’un mariage s’endort au pied de la ruine ou dans la grotte et doit rêver de l’animal qu’il devra sacrifier. À son réveil, à la manière d’une femme se préparant au mariage, le célibataire prend une douche, se brosse les cheveux et les dents, se coupe les ongles, se rase, puis s’habille avec de nouveaux vêtements. Au milieu des sous-vêtements féminins, il prend soin lui aussi de laisser sur place ses anciens vêtements, ses rognures d’ongles ainsi que tous les ustensiles utilisés pour les soins du corps : gants, brosses, rasoirs. Ensuite le célibataire est accompagné par les femmes sur une ancienne aire de battage aujourd’hui réservée à des séances de possession particulières appelées artlulunt, littéralement « rouler sur soi-même ». Le célibataire s’allonge par terre, se repose un instant avant de se mettre soudainement à rouler sur lui-même, traversant de part en part l’aire de battage. D’après les femmes, ce sont les joad qui le font rouler et qui chassent de la sorte le djinn malveillant qui accaparait sa sexualité. Si, lors de son tournoiement, le célibataire entend des chants de mariage jaillir du sol, c’est qu’il se mariera très bientôt. Une fois revenu à lui-même, le célibataire, souvent affligé de boutons, de points noirs ou de verrues sur le visage ou sur les mains, entreprend de traiter ses problèmes cutanés avec diverses plantes médicinales poussant sur le site. Les boutons, points noirs et verrues sont souvent associés au célibat, ce sont ses principales caractéristiques corporelles. Le célibataire devra revenir trois jeudis ou samedis de suite pour que le rituel soit complet. La troisième visite est consacrée au sacrifice aux joad. Avec la viande de ce sacrifice, il préparera un repas rituel qui marquera la fin du traitement. Quelques éléments de ce repas, à savoir de la sauce de couscous et de la pâte à pain sans sel, seront utilisés pour servir d’offrande aux joad par d’autres femmes ou hommes célibataires qui en sont à leur première visite.

11Dans le cas du traitement rituel du célibat dans les ruines des chrétiens, les vêtements, les brosses, les divers accessoires de bains, mais aussi les cheveux, les poils, les ongles et la souillure de la peau que l’on retire en se douchant portent en eux les péchés commis dont on se déleste sur place. La prescription de mise pour qui est venu se décharger de la sorte de sa honte consiste à repartir du site sans se retourner sous peine de voir son passé avilissant le rattraper. De la sorte, le djinn mécréant qui avait jeté son dévolu sur le célibataire reste coincé dans le site rituel après avoir été délogé par les joad ; la personne enfin libérée est présumée en mesure de se marier. Néanmoins, selon l’explication des femmes, les péchés commis ne sont pas pour autant effacés, car ils ont été notés définitivement par les deux anges (moulouk, sing. maleïka) postés sur les épaules de tout un chacun. Seuls la honte ressentie à l’égard de ses fautes et les stigmates corporels qu’elle provoque sont ainsi laissés aux frontières. Il s’agit pour le participant de se soulager pour la vie terrestre d’un poids de culpabilité qui n’en pèsera pas moins lourd dans le décompte post-mortem, mais qu’il est désormais possible de racheter par un comportement d’adulte. Cependant, la honte des péchés commis et les stigmates corporels étant considérés comme la principale cause du prolongement du célibat, il faut d’abord que le célibataire se libère de cette atteinte psycho-physiologique pour espérer trouver une conjointe. Pour ce faire, il doit au préalable être « pris » par un joad. Cette configuration rituelle est pourtant totalement marginale et interdite pour un individu de sexe masculin dans une société musulmane où la possession est uniquement tolérée pour les femmes ou les descendants d’esclaves, même si le djinn est musulman.

12Pour les femmes, le rituel des célibataires est de nature initiatique, véritable mise en scène des préparatifs de la fiancée à la cérémonie de mariage. Pour les hommes, le rituel des célibataires est un rituel d’initiation sexuelle. Il prend donc une signification différente selon les genres. Cependant, en dernier recours, ce rituel peut aussi constituer pour un célibataire endurci une étape initiatique vers le mariage. Pourtant, il n’y a qu’une forme de parcours rituel pour les célibataires, et celui-ci est conçu pour les femmes et non pour les hommes. Un jeune homme accomplira de fait toutes les étapes rituelles correspondant aux préparatifs de la mariée. Ainsi lorsqu’un homme décide d’accomplir le rituel des célibataires, il se met donc, tout comme les femmes, dans la peau d’une jeune mariée. Après avoir été un « jeune » dans le rituel, le célibataire se voit traité comme une jeune mariée. Dans ce cas, le célibataire n’utilisera pas de paroles transgressives à l’encontre des femmes, bien au contraire, son attitude est celle du respect et de la soumission. Tout au long de l’itinéraire rituel, le célibataire se laisse faire à la manière d’un possédé, et il est totalement pris en charge par les femmes. À l’affrontement rituel des jeunes hommes et des veuves, se substitue la solidarité entre célibataires des deux sexes. Outre le fait que les hommes célibataires participant au rituel sont véritablement accompagnés par les femmes de leur parenté, le sacrifice clôturant le rituel des unes sert à fournir l’offrande introductive aux autres, et vice versa. Le célibat prolongé est ainsi l’occasion d’une solidarité rituelle entre individus de sexes opposés dans la quête du mariage. Il n’est d’ailleurs pas rare de voir ces liens de solidarité rituelle entre sexes opposés aboutir à de réels liens maritaux, et c’est peut-être aussi un des moteurs de la forte participation à ce genre de rituels à l’allure de culte transgressif, faisant office de lieu de rencontre. Il reste à comprendre comment le fait d’accomplir sciemment un des pires péchés religieux en islam — celui de s’adonner à des rites hétérodoxes en sanctifiant des génies autochtones au sein, de surcroît, de sites dits chrétiens — permet de guérir du célibat, alors que celui-ci trouve soi-disant ses racines dans de petits péchés religieux commis par inadvertance.

Les ruines de chrétiens ou le domaine de la transgression ultime

  • 6 On désigne par le terme Chleuhs, les populations berbérophones du Sud-Ouest marocain parlant le tac (...)
  • 7 Cf. l’article de R. Jamous dans ce volume.

13Pour devenir un homme, un jeune célibataire endurci doit passer par la frontière des genres et des religions, il doit incarner la tension religieuse entre un islam local et un paganisme local en participant au rituel des célibataires. Tout à la fois espace forclos du désir et lieu improbable de l’enracinement des anciens habitants, les sites chrétiens frontaliers sont un refuge pour les corps solitaires des jeunes célibataires encombrés de pulsions récurrentes, le lieu où, par le souvenir du jihad, ils se débarrassent de leurs travers et soulagent leur esprit de la honte, espérant ainsi revenir dans le droit chemin de Dieu. Point le plus extrême de la relation symbolique et psychologique établie par la société musulmane entre jeunesse masculine et transgression, le rituel des célibataires illustre la tension religieuse rémanente du passage de la catégorie des jeunes à celle des hommes mariés. Cette tension est également portée à son paroxysme lors de la cérémonie du mariage. Le comportement transgressif des jeunes hommes dans le rituel des célibataires fait écho à celui qu’ils adoptent au cours de la cérémonie de mariage. Comme l’a décrit Raymond Jamous ([1981] 2002), les acolytes du marié se livrent en public à l’évocation plus ou moins insinuée de la sexualité par leurs propos et les gestes osés adressés aux danseuses. Ce faisant, ils tournent en dérision les valeurs de l’honneur qui fondent la dignité de leurs pères pour mieux se les réapproprier. Dans le Sud-Ouest marocain et plus particulièrement chez les Chleuhs6, ces danseuses sont considérées comme des prostituées que l’on désigne bien souvent comme les tidgillin, les veuves. Les termes et l’attitude employés par les jeunes à l’égard des danseuses lors de cette séquence de la cérémonie de mariage sont en tous points similaires à ceux qu’ils emploient pendant le rituel des célibataires vis-à-vis des femmes présentes. À l’inverse lors de la cérémonie de mariage, le marié adopte un comportement très respectueux à l’égard des femmes et évite toute interaction avec les danseuses ; il incarne en effet progressivement la figure du sultan7. Son attitude est alors pleinement dictée par son rôle, même si, quelques mois plus tôt, ce même homme fanfaronnait de manière blasphématoire lors du mariage d’un de ses amis.

  • 8 Depuis une quinzaine d’années, des groupes islamistes, principalement salafistes, sillonnent les ca (...)

14Aux yeux de leurs pères, la participation des jeunes au rituel des femmes célibataires relève de la transgression. Ces derniers considèrent en effet que ces sites chrétiens ne sont en rien marqués du sceau de la sainteté, et ils assimilent l’activité rituelle s’y déroulant à un paganisme d’autant plus répréhensible qu’il est accompagné d’une sexualité hors mariage totalement prohibée au quotidien. Ces hommes respectables ne manquent pas non plus de souligner le caractère profane des gestes rituels, la non-formulation de l’expression « au nom de Dieu » (bismillah), qui est pourtant un préalable à toute offrande, l’emploi de la main gauche pour déposer le sacrifice, alors qu’il est d’usage d’utiliser la main droite, la nudité ou encore la possession de jeunes hommes par des djinns. Les hommes mariés, qui se refusent à accepter que l’on puisse vénérer des saints de la sorte — qui plus est dans des sites chrétiens —, ont ainsi l’habitude de se rendre une fois par mois dans ces ruines pour brûler les vêtements, peignes, cheveux et autres reliquats de la honte des célibataires. Cette habitude est justifiée par leur souci de cacher aux yeux de l’extérieur des pratiques jugées non orthodoxes. Néanmoins, cette destruction récurrente des vestiges des rituels féminins s’apparente, elle aussi, à un rituel, et il ne viendrait jamais aux hommes l’idée d’interdire aux femmes de pratiquer leur rituel dans ces sites. Ils ne font qu’en effacer les traces, rassemblant les sous-vêtements et les cheveux des célibataires, empreints de désir, avant d’y mettre le feu. Si les hommes mariés se doivent de refuser l’idée de la confusion entre des sanctuaires musulmans et ces vestiges chrétiens et de gommer les traces des rituels profanes réalisés par des femmes désespérées, ils défendent néanmoins les « veuves » contre les actes de propagande menés par les mouvements islamistes visant à interdire ce type de rituel et à imposer la prière musulmane comme seul mode de démarche votive8. L’homme d’honneur est celui qui ne craint pas l’impureté associée au paganisme. Lui seul peut débarrasser les lieux rituels de l’impureté, et permettre que ces derniers continuent précisément de remplir leur fonction : produire des hommes d’honneur capables, en bons musulmans, d’enfanter et de mener le jihad. Toutefois, la participation d’un vieux célibataire à ce rituel reste très mal perçue par les hommes mariés, y compris par ceux qui y ont participé dans leur jeunesse.

15Le rituel dans les ruines des chrétiens permet aux célibataires endurcis de camoufler des travers d’ordres sociaux sous couvert de la transgression religieuse ultime : la participation à un culte aux génies autochtones. Ce faisant, les jeunes s’éloignent ostensiblement de la religion musulmane au point d’apparaître aux yeux de leurs pères comme des petits mécréants (koufar). En reliant le rituel du célibat à celui du mariage, on comprend que le jeune doit verser dans la transgression jusqu’à apparaître mécréant (kafir) pour redevenir un homme et un vrai musulman par le mariage. Sous cet angle, le mariage apparaît donc comme un rituel de conversion au cours duquel le jeune « mécréant » endosse, pour un soir, la plus haute charge religieuse — celle de commandeur des croyants —, et, pour la vie, sa responsabilité de musulman. Mais quelle est la logique religieuse qui sous-tend le rôle de la transgression dans la définition de la catégorie « jeune » et le passage à la catégorie des hommes mariés ? L’étude des pratiques et des discours transgressifs de ces jeunes au quotidien permet d’apporter les premiers éléments de réponse.

De la transgression au paradis

  • 9 Hormis les jeunes, certains personnages marginaux comme les poètes peuvent aussi se comporter de ma (...)
  • 10 De manière générale, au Maroc, les jeunes ne vivent pas dans les douars. Vers l’âge de 13 ans, l’ad (...)

16Comme l’a bien montré Raymond Jamous ([1981] 2002), dans la société marocaine, citadine et rurale, la transgression est caractéristique des jeunes hommes9. Les jeunes du Souss ne se limitent pas au temps rituel pour adopter un comportement provocateur quant aux normes religieuses. Au quotidien, la transgression des jeunes se manifeste dans la surconsommation de produits haram, de produits désignés illicites par la religion. « Sex, drugs, alcohol and rock’n’roll », c’est un peu le leitmotiv quotidien de ces jeunes qui passent le plus clair de leur temps dans les souks où la nuit leur appartient10. Et quitte à franchir les frontières de l’illicite, ils préfèrent cumuler toutes les infractions au cours de mêmes soirées, des soirées qu’ils qualifient de « rouges ». Entre eux, les jeunes n’hésitent pas à se moquer de l’islam ou faire des blagues salaces sur les prophètes. Cependant, si ces jeunes affichent pleinement dans leurs échanges verbaux une attitude provocatrice à l’égard de la bienséance et de la religion, ils n’en justifient pas moins constamment leur attitude par l’influence qu’exercent sur eux les iroumin, à savoir dans ce contexte les « Occidentaux ». En résumé, selon eux, tout est de la faute des Occidentaux, en l’occurrence des touristes, qui viennent dans la région depuis le début des années 1970. La transgression émane toujours d’une influence aroumi, et en cela elle prend l’allure d’une subversion, d’une contagion qui atteint les jeunes. Ainsi, d’après les dires des plus anciens parmi les jeunes de la région de Mirleft et de Sidi Ifni, la consommation de haschich débuta dans la région sous l’impulsion des hippies occidentaux qui avaient l’habitude de s’installer sur les plages et qui, en partant, n’hésitaient pas à jeter par les vitres ouvertes de leurs voitures des barres de résine de cannabis que les jeunes s’empressaient de ramasser alors qu’ils n’étaient encore que des enfants. C’est comme cela, disent-ils, qu’ils se mirent à en fumer. Il en va de même pour l’alcool ou les comportements sexuels : ce sont les touristes occidentaux qui leur auraient servi de modèle. Au sujet de la sexualité, les jeunes n’hésitent d’ailleurs pas à affirmer que le sida fut importé au Maroc par les Occidentaux. Mais si les jeunes imputent autant la responsabilité aux Occidentaux pour expliquer leur surconsommation de produits illicites ou l’adoption d’une sexualité libérée, n’est-ce pas parce qu’ils entendent se construire comme des « martyrs culturels » ? En regard des représentations véhiculées par leurs discours, tout se passe comme si les péchés transgressifs des jeunes relevaient d’une vérité inavouable, sauf lorsqu’elle est magnifiée en une tragédie imputée à l’Occident.

  • 11 La période hippie est d’autant plus restée une référence pour plusieurs générations de jeunes dans (...)

17Mais ce qui est plus remarquable encore, c’est que si les jeunes s’adonnent à la transgression sous couvert d’une influence occidentale, ils n’en gardent pas moins en ligne de mire leur salut post-mortem et une certaine image du paradis ; la transgression et le paradis sont intimement liés dans leurs représentations religieuses. Là où il me fut le plus donné à comprendre la dichotomie spirituelle islam/christianisme ou islam/Occident qui anime ces jeunes, c’était au cours de longues discussions tenues avec eux dans leurs chambres. Autour d’un tajine préparé par leurs soins, ces discussions commençaient toujours par le témoignage de leur fascination pour le monde des hippies, de ces jeunes occidentaux rebelles qu’ils admirent pour leur attitude affranchie de tout respect de la loi. Une fascination qui se manifeste notamment par la présence de posters de Bob Dylan, de Jimi Hendrix ou de Bob Marley affichés sur les murs de leurs chambres ; autant de héros de la transgression dont ils affirment qu’ils seraient venus passer des vacances dans leur région du Sud marocain11. En cela, ces jeunes reproduisent le discours historico-centrique de leurs aînés pour qui tous les prophètes et grands personnages de l’histoire ont séjourné ou se sont installés sur ces terres. Néanmoins, les jeunes gardent rancune contre ces hippies, héros de la transgression, car ils les considèrent comme les instigateurs de leurs perversions en même temps qu’ils les admirent. En cela, Bob Dylan, Jimi Hendrix et les hippies apparaissent comme les dignes successeurs des antiques brtgz et sbagnol, colons chrétiens contre lesquels, dit-on, les saints de la région menèrent le jihad et dont les ruines frontalières sont les traces les plus tangibles.

Se repentir pour se convertir

18De nombreux jeunes du Souss et du Sahara trouvent dans certains hadiths, écrits rapportant les paroles et les actes du prophète Mohammed, une mise en perspective de leurs pratiques transgressives et de leurs consommations illicites. Ces jeunes expliquent en effet que plusieurs hadiths leur ont fait comprendre que tout ce qui est interdit dans la vie sur terre leur sera autorisé au paradis, et notamment tout ce qui est apporté par les Occidentaux. Selon eux, le paradis est un paysage verdoyant traversé par des rivières d’alcool, boisé d’arbres dont les fruits sont des barres de haschich, sans oublier des centaines de vierges gambadant comme des gazelles et ouvertes à toutes sollicitations à caractère sexuel. Les jeunes sont intimement convaincus que tout ce que l’influence occidentale leur impose d’illicite de leur vivant, la religion musulmane leur offre de manière licite dans la vie après la mort. L’illicite est ainsi pour eux une erreur de jeunesse, une illusion qui leur donne néanmoins un avant-goût du paradis. Mais ce paradis, et ils en sont bien conscients, ils doivent l’acquérir au prix d’un comportement religieux exemplaire qu’ils adopteront après le mariage et grâce auquel ils auront la possibilité de s’affranchir de leurs péchés de jeunesse. Dans cette société, l’itinéraire de vie masculin est ainsi composé de deux catégories d’âge uniquement : celle des jeunes et celle des hommes, ou plus précisément, celle des célibataires et celle des hommes mariés et pères de famille. Le passage de l’une à l’autre, marqué par le mariage et, le plus rapidement possible, par la naissance d’un enfant, s’apparente à une véritable conversion religieuse tant les jeunes cherchent à transgresser la religion musulmane, alors que les pères de famille s’évertuent à racheter auprès de Dieu leurs péchés de jeunesse. Le divorcé n’a d’ailleurs pas de place dans la société, on dit de lui en hassaniya (langue arabe parlée au sud du Souss et au Sahara) qu’il est « le déchet des gens » (’geb nâs), par opposition aux hommes mariés qui sont, dit-on, « les gens ordinaires » (bhal nâs). Et pour cause : quand on quitte la catégorie jeune, on ne peut y revenir pour trop longtemps, car ce serait illogique d’un point de vue religieux, cela reviendrait à dire que l’on peut s’affranchir de l’islam pour y retourner quand on veut. Aussi, le divorcé doit tout faire pour que son célibat ne soit pas remarqué, faute de quoi son statut de musulman pourrait en pâtir.

19Dans ce cadre, la référence aux Occidentaux permet aux jeunes de disculper l’éducation islamique qu’ils ont reçue de toute implication dans leurs comportements transgressifs : ils sont certes déjà musulmans quand ils commettent leurs péchés, cela, ils ne peuvent le nier, mais ils ne sont musulmans que par naissance, ils n’ont pas sciemment choisi la voie de l’islam. La transgression de la religion, l’attitude païenne qu’ils adoptent sous couvert de l’influence occidentale, leur donne la possibilité d’entrer pleinement dans la voie de l’islam par le cœur en même temps qu’ils accèdent au statut d’homme, d’effectuer une véritable conversion religieuse au crépuscule de leur jeunesse, et d’obtenir ainsi la possibilité d’un accès au paradis, tout comme les chrétiens convertis à l’islam auquel le salut post-mortem est garanti. L’idée selon laquelle un non-musulman qui n’aurait pas eu la chance d’être éduqué à l’islam par ses parents serait certain de gagner le paradis par le simple fait d’exprimer sa foi en Dieu et en son prophète est en effet unanimement acceptée dans la région du Sud marocain. Un musulman converti est d’office un « vrai musulman » contrairement au musulman de naissance. C’est ainsi que les jeunes tentent de revêtir, aux yeux de Dieu, la peau de véritables mécréants dans l’optique de faire passer leur repentir à venir pour une véritable conversion. Une fois marié, un homme ne pourra en revanche plus guère se cacher derrière l’influence occidentale pour justifier ses penchants transgressifs, de même qu’il ne pourra plus se soulager du poids de la culpabilité face aux péchés commis en visitant les sites saints ou chrétiens. Il est désormais dans la position de racheter ses péchés par le repentir religieux en faisant face à Dieu. Le mariage n’assure pas le paradis, mais il éveille la conscience de la culpabilité et inaugure la relation « commerciale » avec Dieu qui déterminera le destin post-mortem (Simenel, 2010b).

Le mariage comme rituel de conversion

20L’étude du rôle de la fiancée (tislit) lors du mariage marocain permet de mettre au jour sa fonction de rituel de conversion. Dans le rituel du mariage chez les Aït Ba’amran, et la quasi-totalité des tribus du Souss et du Haut Atlas, bien plus que le fiancé (isli), la fiancée incarne la figure de la baraka et de la sainteté. Après avoir été portée sur un trône de la maison de son père à celle de son futur mari, la fiancée est installée dans un coin de la pièce (zawiya), sur une natte ronde (tagertilt) dont l’usage est réservé au mariage. La fiancée est alors accoutrée d’un ensemble d’attributs de la baraka et de la sainteté. On dispose notamment sur sa tête un bouquet de basilic, appelé « la petite coupole du mausolée » (talqubit), entouré d’un chèche blanc d’homme. La fiancée doit alors rester immobile, sauf pour distribuer un cadeau béni (lhadia) composé de dattes et de bonbons. Tout le long de la cérémonie, elle est appelée « la sainte » (tagurramt) ou « la reine » (tasultant ou tagelit), de même que l’on s’adresse au fiancé en le qualifiant de « roi » (agelid ou sultan ; Jamous, [1981] 2002). Néanmoins, avant le règne de Mohammed VI, il n’était pas d’usage de connaître ni le nom, ni l’existence de la femme du roi ; le titre de reine n’a d’ailleurs jamais existé dans la Royauté marocaine. Aussi faut-il davantage voir dans les termes que l’on traduit par « reine » (tasultant ou tagelit) une référence à la figure de la sainteté et aux valeurs religieuses qu’à la royauté.

21En soulignant le rôle essentiel joué par la fiancée — laquelle fait entrer l’homme dans la religion, et non l’inverse —, une telle analyse renouvelée du mariage marocain met au jour une fonction inattendue de conversion religieuse. La femme est la garantie de la religiosité musulmane de l’homme. Elle incarne les valeurs de la religion dont le mari va avoir la responsabilité. Cela se manifeste notamment dans l’évolution du comportement du fiancé au cours de la cérémonie : il arrive en homme d’honneur accompagné d’une bande de jeunes qui jouent le rôle de vizirs et ne cessent de fanfaronner autour de lui ; il achève la cérémonie en imam conduisant la prière avec les hommes. Le mariage marocain est à la fois un pacte avec la tribu, car le marié devient alors membre de la communauté (jma’a), et un pacte avec la religion, étant donné qu’il devient responsable de sa femme et des valeurs religieuses qu’elle véhicule. C’est à ce moment qu’il devient aux yeux de sa communauté un vrai musulman à l’image du sultan. Mais si le jeune doit revêtir la figure du sultan pour devenir un homme musulman, la fiancée doit manifester celle de la sainteté pour devenir une épouse et une mère de famille.

22Plus qu’une simple confirmation, le mariage est bien vécu comme une forme de « conversion » à l’islam, en tant que marque de religiosité et non de religion, c’est-à-dire de mise en conformité avec la manière qu’ont les hommes musulmans du Maroc de vivre leur religion (à savoir selon le rite malikite). Certes, l’enfant est musulman à partir du 7e jour, lorsqu’il se voit attribuer un prénom de tradition islamique, mais la religion est alors un fait, et non un état. C’est ce passage d’un état de fait religieux à un état pratique de religiosité, célébré lors du mariage, qui marque la fin de la jeunesse.

*

* *

23D’un point de vue spirituel, les hommes du Sud-Ouest marocain sont ainsi des « deux fois nés ». Entre ces deux naissances, la naissance biologique et le mariage, il y a la jeunesse : le temps de la transgression religieuse, où ils subissent l’influence du cheytan et/ou des Occidentaux, qui leur permet ensuite de mieux redevenir musulman. Dépravés de Dieu, les jeunes s’éloignent le plus radicalement possible d’un islam prescriptif pour mieux choisir d’épouser ensuite la religion par le cœur et devenir des hommes en marche vers le paradis grâce au mariage. Selon cette logique, plus forte est la transgression, plus spectaculaire sera la conversion ; et l’on ne s’étonnera pas ainsi de savoir que, dans cette société, les plus délinquants parmi les jeunes deviennent souvent les plus fervents religieux, et que nombre d’entre eux sont passés au préalable par l’ultime transgression : le rituel des célibataires.

24Fort des connaissances sur le comportement des jeunes à l’égard de Dieu, notamment leurs transgressions réalisées sous le sceau des iroumin, chrétiens ou Occidentaux, une relecture finale du rituel des célibataires s’offre à la réflexion. Outre le fait que le rituel des célibataires, tout comme le mariage, met en scène des interactions sociales qui lui sont propres, entre jeunes hommes et veuves, il concentre en lui la quintessence de la relation entre transgression et salut post-mortem. Parce que ce rituel est la transgression ultime, il met les célibataires au pied du mur et leur interdit tout retour en arrière ; l’étape rituelle du paganisme appelle un rituel de conversion, à savoir le mariage. Seul le mariage peut permettre de remettre à zéro le compteur des péchés. Entré dans une nouvelle phase de sa vie, l’ancien célibataire devra désormais soigneusement comptabiliser ses bienfaits dans l’optique de pouvoir entrer au paradis au jour du jugement dernier.

Haut de page

Bibliographie

Alahyane, Mohamed
2004 Études anthropologiques en Anti-Atlas occidental (Lakhsass) (Rabat, Institut royal de la culture amazighe) [Études, 4].

Fabre, Daniel
1996 Faire sa jeunesse au village, in G. Levi et J.-C. Schmitt (éd.), Histoire des jeunes en occident, t. 2 : L’époque contemporaine (Paris, Le Seuil) : 51-83.

Foucault, Michel
1984 Dits et écrits. Des espaces autres (conférence au Cercle d’études architecturales, 14 mars 1967), Architecture, Mouvement, Continuité, 5 : 46-49.

Houseman, Michael et Severi, Carlo
1998 Naven or the other self : A relational approach to ritual action (Leiden, E.J. Brill).

Jamous, Raymond
[1981] 2002 Honneur et baraka : les structures sociales traditionnelles dans le Rif (Cambridge/Paris, Cambridge University Press/Éditions de la MSH).

Rachik, Hassan
1990 Sacré et sacrifice dans le Haut Atlas marocain (Casablanca, Afrique Orient).
1997 Roumi et Beldi, Égypte Monde arabe, 30-31, en ligne : http://ema.revues.org/1656.

Saliquet Navarro, Luis (Capitaine)
1941 Los merabettnes del llano de Tagragra, Mauritania : 249-252.

Simenel Romain
2010aL’origine est aux frontières : les Aït Ba’amran, un exil en terre d’arganiers (Sud Maroc) (Paris, Éditions de la MSH/CNRS) [Les chemins de l’ethnologie].
2010b Le grand commerce de la baraka : les moussems du Sud Marocain, in F. Mermier et M. Peraldi (éd.), Mondes et places du marché en Méditerranée (Paris, Karthala) : 215-226.
2010c Beldi/Roumi, une conception marocaine du produit de terroir, l’exemple des Aït Ba’amran de la région de Sidi Ifni, Hesperis-Tamuda, XLV : 167-176 [numéro spécial : M. Berriane (éd.), Patrimoine et patrimonialisation au Maroc].
2014 La creencia en los genios. Reflexiones sobre el onanismo desde la dualidad (sur de Marruecos), in D. Karadimas et K. Tinat, Sexo y Fe. Lecturas anthropologicas de creencias sexuales y prácticas religiosas (Mexico, El Colegio de Mexico) : 173-182.

Van Gennep Arnold
[1909] 1981 Les rites de passages (Paris, Picard).

Haut de page

Notes

1 Selon les contextes, le terme aroumi (pl. : iroumin) en tachelhit, dialecte berbère du Sud marocain, équivalent du terme arabe roumi, peut vouloir dire chrétien ou occidental, voire les deux (Simenel, 2010c). Comme le rappelle Hassan Rachik (1997 : 293), « le mot roumi, qui dériverait de al-roum (Byzance), désigne le chrétien et tout ce qui est originaire de l’Occident ». D’après le même auteur, par opposition « le mot beldi signifie littéralement “du pays” (balad) et s’applique à tout ce qui est exclusivement “local” et “indigène” » (ibid.). Rappelons qu’en tachelhit, aroumi est le seul terme pour qualifier le « chrétien ».

2 La désignation brtgz sert à nommer d’antiques chrétiens, groupes de pécheurs venus de l’Océan à une époque imaginaire où celui-ci mouillait les montagnes de l’Atlas (Simenel, 2010a : 102), et renvoie en même temps à la conquête portugaise des côtes marocaines entre le xve et le xviiie siècle.

3 Tout comme les humains, les djinns ont des religions. Certains sont mécréants et païens (koufar), d’autres sont juifs (oudey) ou encore musulmans (muslimin). L’une des fonctions mystiques des saints dans le Souss est précisément de convertir les djinns à l’Islam.

4 Dans le Souss, les mariages entre des hommes âgés et de très jeunes femmes sont nombreux, aussi est-il logique de constater l’existence d’un nombre assez important de jeunes veuves.

5 À chaque fois que l’on commence une action ou que l’on passe une porte, un seuil, il est d’usage de dire bismillah, « au nom de Dieu ».

6 On désigne par le terme Chleuhs, les populations berbérophones du Sud-Ouest marocain parlant le tachelhit, un des trois dialectes berbères du Maroc.

7 Cf. l’article de R. Jamous dans ce volume.

8 Depuis une quinzaine d’années, des groupes islamistes, principalement salafistes, sillonnent les campagnes marocaines afin d’interdire la tenue de rituels comportant des sacrifices aux djinn ou visant à l’adoration des saints.

9 Hormis les jeunes, certains personnages marginaux comme les poètes peuvent aussi se comporter de manière transgressive, notamment par la parole.

10 De manière générale, au Maroc, les jeunes ne vivent pas dans les douars. Vers l’âge de 13 ans, l’adolescent quitte souvent le domicile de ses parents pour aller vivre au souk la plupart de son temps.

11 La période hippie est d’autant plus restée une référence pour plusieurs générations de jeunes dans ces régions, que, depuis les années 1960-1970, la venue de jeunes occidentaux a diminué.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Simenel, « Les Dépravés de Dieu », Ateliers d'anthropologie [En ligne], 42 | 2015, mis en ligne le 17 novembre 2015, consulté le 02 juillet 2016. URL : http://ateliers.revues.org/10017 ; DOI : 10.4000/ateliers.10017

Haut de page

Auteur

Romain Simenel

Chargé de recherche IRD, PALOC–UMR 208, IRD/Museum national d’histoire naturelle
romain.simenel@ird.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org