Navigation – Plan du site

Le blanchiment du temps sale dans les musées d’anthropologie

Discussion de la communication de Ch. Hemmet
Antoinette Molinié

Texte intégral

1L’expression de « purification esthétique » que Christine Hemmet a proposée pour caractériser la tendance esthétisante de certains musées nous invite à réfléchir à la division entre les objets destinés au musée du quai Branly et ceux qui ont trouvé place au Louvre.

Ignorer le temps en éternisant

2En effet, l’exposition des « chefs-d’œuvre » au pavillon des Sessions attribue de fait une temporalité à deux catégories d’objets ainsi distribués : au Louvre les « chefs-d’œuvre » dont on sait qu’ils sont placés hors du temps ; au quai Branly les œuvres dans le temps. Bien évidemment, cette répartition ne sera pas tout à fait une ségrégation : au pavillon des Sessions les chefs-d’œuvre seront sans doute informés par écrans, logiciels et autres cédéroms qui leur concéderont une histoire ; et l’on exhibera au quai Branly des objets dont la beauté est incontestable. Il n’empêche que c’est la séparation elle-même des chefs-d’œuvre des œuvres qui sort les premiers du temps des secondes. Il n’est évidemment pas question de contester la promotion esthétique d’objets qui jusqu’à présent n’avaient pas droit au Louvre par leur caractère dit « premier ». Il s’agit plutôt de réfléchir à ce que signifie sur le plan de la temporalité cette répartition en « chefs-d’œuvre » dont l’histoire est d’une certaine manière confisquée et « œuvres » dont on exposerait la temporalité. Du moins peut-on espérer que l’évacuation au Louvre de l’achronisme des chefs d’œuvre aura la vertu d’introduire la temporalité au musée du quai Branly.

3Les exemples suggestifs proposés par Ch. Hemmet montrent qu’il y a beaucoup de façons d’ignorer le temps des objets des autres : celle qu’impose l’idéologie du chef-d’œuvre au Louvre n’en est qu’une parmi d’autres. Je propose à votre réflexion, outre celle que je viens d’exposer, trois autres manières d’évacuer la temporalité de la muséographie.

Ignorer le temps en modernisant

4La première a été exposée par Ch. Hemmet, témoin dans des musées asiatiques de la « destruction effrénée de toute trace du passé ». Elle nous dit qu’au musée national de Birmanie à Rangoon, pour faire des objets du quotidien des objets de musée on leur passe un vernis « modernisateur ». C’est, dit-elle, une idéologie du progrès qui conditionne ce type de présentation. Je voudrais lui poser une question. Comment ces musées concilient-ils la tendance à l’homogénéité qui caractérise la mondialisation des objets avec la spécificité et même la diversité culturelle qu’ils entendent exposer ? En clair comment se fait le choix entre des objets spécifiques et des objets « mondialisés », comme le paquet de Kleenex dont parlait M. Segalen ?

5Par ailleurs, je me suis demandé, en écoutant Ch. Hemmet, si la conception du temps qui préside au modernisme des musées asiatiques était tellement éloignée de la conception du temps qui organise les collections asiatiques du musée de l’Homme. En effet, ici les vitrines ont évacué l’ancien vers le musée Guimet pour ne garder que l’ethnographique. L’histoire de notre muséographie en donne certes une explication, mais cette séparation pose tout de même un problème de temporalité. Nous avons ainsi au musée de l’Homme pour le domaine asiatique une présentation du « moderne » et une absence de l’« ancien », mais pour des raisons symétriques et inverses de celles des musées asiatiques dont nous parle Ch. Hemmet : là-bas on valorise trop le « moderne » pour exposer l’« ancien », ici on valorise trop l’ancienneté des « grandes civilisations » asiatiques pour les présenter auprès de vulgaires objets ethnographiques. Ici comme là-bas, c’est l’historicité des objets qui fait les frais de deux idéologies inverses mais comparables. Cependant, le « modernisme » des musées asiatiques dont nous parle Ch. Hemmet devrait peut-être retenir davantage notre attention d’anthropologues : s’agit-il vraiment d’un « modernisme moderne » (celui des régimes communistes) ou d’une conception traditionnelle et spécifique du temps qui s’exprimerait ainsi dans l’exposition des objets ?

Ignorer le temps en « antiquisant »

6La plupart des musées d’Amérique latine font d’ailleurs l’inverse de ce que Ch. Hemmet observe en Asie. Là-bas, pour qu’un objet soit beau, il doit être antique et solennel. Loin de vernir un objet pour le rajeunir, on le décapera à l’occasion pour le vieillir. C’est que l’antiquité des objets célèbre la profondeur de civilisations amérindiennes dont on regrette le caractère tardif. C’est aussi que la légitimité de nations particulièrement bigarrées passe par l’ancestralité fictive qu’énonce l’histoire officielle. En voici l’exemple péruvien :
– les Espagnols ont découvert la terre des Incas ;
– nous avons chassé les Espagnols de cette terre des Incas ;
– ergo nous avons droit à la terre des Incas dont nous descendons.

7Ce tour de passe-passe idéologique a bien sûr besoin de textes, de monuments, de discours, d’hymnes nationaux (l’hymne uruguayen célèbre les Incas qui n’ont jamais mis les pieds dans cette région !), mais aussi d’une mise en scène muséale. C’est ainsi qu’on célèbre dans les musées péruviens ou mexicains l’« Indien étatique » auquel s’identifie la nation. En revanche, on ignore l’« Indien sociologique » à la fois archaïque et misérable parce que situé dans un temps qu’on veut à tout prix ignorer : il est très rare de trouver, dans les pays andins par exemple, une exposition ethnographique proche d’une exposition archéologique. L’Indien s’est vu ainsi confisquer son passé par des métis à la recherche d’ancêtres glorieux.

Ignorer le temps en en célébrant les victimes (en le révisant)

8Christine Hemmet nous a parlé également du futur musée de Washington. Il devrait se présenter comme l’antithèse des précédents puisqu’il se fera « from the native perspective », celle-ci pesant dix millions de dollars pourvus en grande partie, comme nous le dit Ch. Hemmet, par les casinos d’une nation indienne du Connecticut ! L’actuel musée national de l’Indien de New York donne une idée de ce que sera le musée de Washington et quel sera son traitement du temps.

9Ici, l’Indien est l’auteur du musée puisqu’on vous donne les origines ethniques de l’anthropologue, du conservateur, du documentaliste et de la secrétaire... Pour chaque objet une étiquette donne le nom de l’artisan et de son ethnie ( ?), et même celui de l’auteur indien de la notice. Et cependant pas de date sur cette étiquette, alors que de toute évidence l’objet n’est plus fabriqué, si ce n’est pour des touristes. Ceci est probablement lié à une autre particularité. Il y a un sujet dont on ne parle pas dans ce musée, absent sur la liste des thèmes que vous pouvez aborder avec les Indiens-vidéos en appuyant sur un bouton : c’est bien sûr leur histoire, leur massacre par les parents de ceux-là mêmes qui appuient sur les boutons pour les interroger. De telle sorte que toutes ces belles images colorées sur écran, tous ces objets à la fois traditionnels et neufs, tous ces sons envoûtants de danses et d’invocations rituelles, apparaissent soudain comme un musée Grévin des Amérindiens, l’écran ayant simplement remplacé la cire. Ch. Hemmet sera peut-être d’accord avec moi pour craindre que le futur « musée du Louvre et de l’Holocauste » à Washington ne soit imprégné de révisionnisme.

10Ignorer le temps en isolant les chefs-d’œuvre. Ignorer le temps en modernisant les objets. Ignorer le temps en « antiquisant » les œuvres. Ignorer le temps en révisant le temps. Comment éviter tous ces modes de « blanchiment du temps sale » ? Peut-être en présentant une temporalité de l’objet, essentielle à l’anthropologue, dont on a peu parlé.

Le temps retrouvé

11Il s’agit du temps de l’objet tel qu’il se pose dans le système indigène qui le produit et le consomme : son régime d’historicité propre en quelque sorte. Le temps de sa conception et celui de sa production, celui de la périodicité de son utilisation, son inscription dans la longue durée et peut-être dans l’éternité telle qu’elle peut être pensée par la culture qui le produit. Comment exposer de la même manière, d’une part, un objet kwakiutl produit en douze ans et détruit en quelques secondes pour honorer une lignée dont la noblesse remonte au temps mythique d’un animal totémique, et, d’autre part, une statue ancienne, censée avoir existé « de tout temps », qui est dévoilée, touchée et invoquée quelques secondes dans le présent pour un vœu concernant le futur ?

12Cette temporalité indigène est extrêmement difficile à exposer mais je voudrais à ce propos revenir un instant au chef-d’œuvre, en le cherchant cette fois hors du Louvre.

13En effet, si la notion de chef-d’œuvre est de toute évidence le fruit de notre culture, n’existe-t-il pas, dans d’autres systèmes de pensée, des notions d’objet parfait et intemporel qui pourraient s’en approcher ? Je voudrais exposer en quelques mots à titre d’exemple ce qui me paraît être proche du « chef-d’œuvre » pour un Indien des Andes du sud.

14Les illa et les enqaychu sont de petites pierres très légèrement sculptées que l’éleveur ou le cultivateur des hauts plateaux dit ramasser dans la nature lorsque l’Éclair veut bien les lui envoyer. Il les garde jalousement chez lui dans des paquets rituels aux lieux mêmes que ces objets doivent féconder. On trouve déjà ce type d’objets dans les restes incas. Les Andins en possèdent souvent en secret. Ces objets se caractérisent par le minimalisme de leur figuration, mais surtout par leur puissante faculté de contenir de l’enqa, c’est-à-dire un principe générateur, qu’il soit pour l’élevage, l’agriculture ou le tissage. On dit que ces objets « sont enqa aussi bien qu’ils ont de l’enqa ». Ce principe enqa aurait donné son nom au souverain inca, principe générateur par excellence. Ces objets relativement abstraits ont donc un pouvoir important. On en parle comme des objets parfaits avec ce ton admiratif et mystérieux que nous prenons pour parler de nos chefs-d’œuvre. On met autant d’énergie à les cacher que nous mettons de soin à exhiber nos chefs-d’œuvre. Ils ont aussi une histoire qui ressemble parfois à celle des objets de nos collectionneurs. Qu’ils soient le produit d’une quête solitaire à une altitude inhumaine, d’une trouvaille miraculeuse (ils sont alors brûlants) ou d’un vol, ils sont individualisés par un récit, dans lequel d’ailleurs les visions jouent un grand rôle. Ils sont « nourris » chaque année avec de l’alcool, de la coca et de la graisse de lama lors du Carnaval. Ces objets portent en eux une continuité rare. Certains sont de facture inca. Mais la plupart des pièces anciennes sont abandonnées (à l’archéologue ou au touriste) : c’est que, pour être efficaces, l’illa et l’enqaychu doivent avoir été « nourris » chaque année depuis leur trouvaille, sans interruption. C’est ainsi qu’aujourd’hui on active un enqa inca que s’il a été honoré par un culte d’au moins quatre siècles. Ces objets ne trouvent leur caractère exceptionnel que dans le temps long et ininterrompu, un peu comme nos chefs-d’œuvre atemporels.

15Ne peut-on trouver dans de nombreuses cultures des conceptions comparables d’atemporalité de l’objet, proches de celle de notre chef-d’œuvre ? Lors du dernier colloque, j’avais proposé pour le futur musée du quai Branly une recherche en ethno-muséologie consacrée aux conceptions indigènes des expositions muséales dans différentes cultures. Je propose à présent une recherche sur le chef-d’œuvre emic qui apporterait beaucoup, non seulement à cette anthropologie comparative des musées qui reste à fonder, mais aussi à la mise à distance de nos idéologies muséales. Cette recherche pourrait déboucher sur une exposition temporaire qui associerait intimement la recherche à la muséologie et contribuerait concrètement à la muséographie de la temporalité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ateliers, n° 23 (mai 2001), pp. 95-100.

Référence électronique

Antoinette Molinié, « Le blanchiment du temps sale dans les musées d’anthropologie », Ateliers [En ligne], 23 | 2001, mis en ligne le 06 novembre 2015, consulté le 26 juin 2017. URL : http://ateliers.revues.org/9953 ; DOI : 10.4000/ateliers.9953

Haut de page

Auteur

Antoinette Molinié

Directeur de recherche CNRS, UMR 7535

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org