Navigation – Plan du site

L’imparfait des passés recomposés

Réflexions sur la perception du temps en archéologie et au musée
Dominique Michelet

Texte intégral

1La « plus grande exposition jamais réalisée » sur les Mayas, celle qui a fait courir les foules et a attiré de prestigieux visiteurs au Palazzo Grassi de Venise jusqu’en mai dernier et qui bat aujourd’hui tous les records d’affluence au Colegio San Ildefonso de Mexico, offre certes une réunion exceptionnelle d’objets, plus de six cents. Pourtant, le type de présentation choisi — et pas seulement parce que les objets en question sont répartis par thèmes — ne permet absolument pas de se faire une idée de la longue et complexe histoire préhispanique des peuples qui sont regroupés sous le nom de « Mayas », voire flirte avec la négation de l’existence d’une histoire de ces peuples.

2Regardons d’un peu plus près les contenus illustrant quelques-uns des dix thèmes retenus. Sous le premier titre, « L’homme et la nature », que trouve-t-on ? Une accumulation de représentations, surtout céramiques et zoomorphes, empruntées indistinctement à diverses périodes dans un intervalle de près de deux mille ans : grenouilles, crocodiles, poissons, tortues, oiseaux divers, coatis, cerfs, jaguars, singes, hibous, dindons, insectes, sans compter la fameuse rubrique, chère aux archéologues et hautement taxinomique comme on le sait, des « non identifiés ». Le bestiaire des potiers et potières mayas n’eût-il pas changé en près de vingt siècles qu’il n’eût pas été superflu de s’interroger sur les inévitables transformations dans les formes de représentation. Le second thème offert au visiteur concerne, lui, « Les cités ». Là, à peu d’exceptions près, les pièces exposées datent d’un intervalle plus court : 600-1 200 après J.-C. La période toutefois demeure assez longue et, surtout, elle englobe au moins une rupture majeure, celle qui se joue vers 900 après J.-C. entre les deux grands moments que les archéologues mayanistes désignent depuis longtemps respectivement comme le « Classique » et le « Postclassique ». En outre, il n’est pas absurde de se demander pourquoi ce qui a précédé et suivi l’intervalle privilégié dans l’exposition n’a pas été évoqué : n’est-ce pas dans des sites comme El Mirador et Nakbé que bien des composantes des cités mayas classiques furent mises au point avant le début de notre ère ? Mayapan, de son côté, enfermée dans son enceinte, n’est-elle pas, aux xive et xve siècles, une forme accomplie de cité ? Finalement, et pour abréger notre survol critique, remarquons que le comble de la confusion est probablement atteint avec la section « Voisins » : y sont rassemblés, en effet, des pièces évoquant les voisins plus ou moins immédiats des Mayas à des époques non précisées, mais aussi des objets-témoins des contacts que la région maya a eus avec l’extérieur plus lointain, et ce de 700 avant J.-C. (du temps des Olmèques) jusqu’au xiiie siècle de notre ère !

3Le mépris du temps largement affiché par cette exposition-phare n’est-il pas le signe que le temps du mépris (de l’Autre) est loin d’être révolu ?

Temps et archéologie

4Le contrôle du paramètre temporel, comme d’ailleurs celui du paramètre espace — a priori plus aisé, et cependant beaucoup moins évident qu’on le pense souvent —, est ou devrait être au premier rang des préoccupations de tout archéologue, souci constant, écharde dans sa chair.

5Si la mise en ordre chronologique des vestiges (mobiliers ou biens immeubles, voire écofacts), autrement dit la reconstitution du temps comme succession, ne saurait constituer le tout de la démarche archéologique, le positionnement des témoins matériels des cultures disparues sur l’échelle du temps (absolue ou relative) n’en est pas moins une exigence préliminaire à toute interrogation sur les sociétés dont seule l’archéologie peut aujourd’hui nous parler (ce qui est le cas notamment pour presque tous les peuples d’Amérique au moins jusqu’au début du xvie siècle, voire beaucoup plus récemment pour certains d’entre eux). À partir du milieu des années 1940, aux États-Unis surtout, les archéologues ont été accusés par leurs collègues des départements d’anthropologie de réduire leurs ambitions à la seule approche que l’on a dénommée « historico-culturelle » (culture historical archaeology) et de s’adonner, pour ce faire, au traitement presque exclusif des vestiges — la céramique en particulier — sous un angle typologique. Comme on le sait, au début des années 1960, aux États-Unis toujours, cette critique culmina avec l’affirmation de l’archéologie « processuelle » comme seul salut. Si les accusations portées contre la démarche trop étroitement historico-culturelle étaient souvent fondées, rien dans les nouveaux cahiers des charges de la discipline mis au point par la « nouvelle archéologie » et encore moins dans ceux élaborés par les courants qui lui ont fait suite (l’archéologie « contextuelle » notamment) n’est envisageable sans le contrôle préalable des dimensions temporelles. Car il faut bien l’admettre : l’archéologie d’aujourd’hui comme celle de nos grands-pères (nos « maîtres » ?), sauf à renoncer à être elle-même, n’en fera jamais assez pour le placement dans le temps de son ou ses objets, qu’il s’agisse d’établir des synchronies ou de reconstituer des séquences temporelles de plus ou moins longue durée.

6Nos « outils » sont en effet imparfaits et donc perfectibles.
Du côté des chronologies, nous découpons le temps en phases dont les limites sont au départ très souvent déterminées par la succession de complexes d’objets ou de fragments de ceux-ci : les phases définies — au moins partiellement — sur la base des transformations des outillages lithiques peuvent s’étaler sur plusieurs millénaires ; celles qui s’appuient sur les changements céramiques sont rarement inférieures à trois siècles…

7Du côté des chronométries, partout où la dendrochronologie n’est pas possible, la technique standard, le 14C, appliquée strictement, débouche le plus souvent sur des incertitudes largement supérieures à cent ans. Il faut d’ailleurs ajouter qu’il peut exister des écarts non négligeables entre les dates fournies par les techniques archéométriques, y compris la dendrochronologie, et ce que l’on cherche à dater. Jeffrey S. Dean (1978), qui est un de ceux qui ont formalisé cette question, propose ainsi un exemple assez parlant en posant la question suivante : À quelles conditions peut-on dater la construction d’un édifice d’après les anneaux de croissance d’une des poutres de sa charpente ? La date d’abattage de l’arbre duquel provient cette dernière pourra certes peut-être être établie, si du moins la mise en forme de la poutre n’a pas supprimé trop d’anneaux de croissance. Mais il restera alors à prouver que l’arbre a bien été coupé au moment de la construction du bâtiment et qu’il ne s’agit ni d’une poutre de réutilisation, ni d’une poutre de remplacement. D’ailleurs, c’est rarement la date précise de construction d’un édifice particulier qui intéresse les archéologues. Quand ils obtiennent ce type de datation ponctuelle, généralement ils s’empressent d’y rattacher toute une série d’éléments estimés plus ou moins contemporains, mais qui représentent en réalité un intervalle, une durée.
  

8Pourquoi, s’interrogera-t-on peut-être, cette obsession du temps ?
S’agissant de l’établissement de synchronies, c’est en fait la compréhension du fonctionnement même des sociétés qui est en jeu, et ce, que l’on ait à traiter du sol d’un seul habitat, des différentes parties d’un site, ou même d’une région tout entière. À vrai dire, sauf dans les cas rarissimes d’événements du genre Vésuve-Pompéi, par la vertu desquels un moment donné du passé se retrouve pétrifié, offrant ainsi aux archéologues l’équivalent d’un instantané photographique — où, remarquons-le tout de même, la profondeur historique des éléments ensevelis peut être très variable —, les simultanéités reconnues par l’archéologie sont souvent approximatives, ce qui n’interdit pas, bien au contraire, de tenter de les établir. Examinons ici quelques exemples.

9L’unité résidentielle 14 du site de Xcochkax-centre (zone maya septentrionale), après fouille, même partielle, s’est révélée avoir connu plusieurs étapes de développement, alors que la totalité de son histoire n’a certainement pas excédé deux siècles. Or c’est précisément la comparaison des états successifs de ce groupe d’habitat, autrement dit de divers moments synchrones, qui permet de faire quelques-unes des inférences les plus intéressantes sur le groupe humain qui vécut à cet endroit : on comparera en particulier le plan de l’étape intermédiaire et celui de l’étape récente (fig. 1).

fig. 1 – Groupe résidentiel 14 de Xcochkax-centre, Campeche (Mexique) : étape intermédiaire et étape récente

fig. 1 – Groupe résidentiel 14 de Xcochkax-centre, Campeche (Mexique) : étape intermédiaire et étape récente

D’après M.‑C. Arnaud, in Michelet et al. 2000, fig. 4.4.

10À un niveau un peu plus large, le projet Balamkú (zone maya centrale), en démontrant l’importante dispersion temporelle de la douzaine d’édifices qui sont aujourd’hui visibles en surface du groupe sud du site, conduit à une vision totalement inattendue des épisodes plus ou moins synchroniques successifs de l’occupation (fig. 2).

fig. 2 – Groupe sud de Balamkú, Campeche (Mexique).

fig. 2 – Groupe sud de Balamkú, Campeche (Mexique).

Quatre épisodes de son occupation : I. avant 300 de notre ère – II. vers 400 apr. J.‑C. – III vers 750 apr. J.‑C. – IV. vers 900 apr. J.‑C.

11Si l’on élargit encore le champ d’analyse, la reconstruction, grâce au projet Xculoc, de l’organisation politique d’une petite portion de la région maya-puuc vers 900 après J.‑C. (Michelet et Becquelin 1995, Michelet sous presse) repose, il faut le souligner, sur le postulat de la contemporanéité des sites à ce moment précis. Faute de coïncidence dans l’utilisation des édifices de pouvoir qui ont été décelés dans chacun des trois sites principaux de la micro-région, l’hypothèse formulée d’un morcellement politique extrême se dissoudrait d’elle-même.
  

12Du côté du contrôle de la succession temporelle, à présent, et du placement des vestiges, c’est-à-dire des événements mais aussi des processes, dans l’échelle du temps, le défi à relever est bien sûr tout autant incontournable. L’exigence qui s’impose en effet est fondamentale parce qu’elle est la clé de la reconstitution d’épisodes historiques particuliers, mais aussi parce qu’elle conditionne l’élucidation (éventuelle) des mécanismes de quelques-uns des grands changements dans l’histoire humaine, dossiers sur lesquels, qu’on le veuille ou non, l’archéologie est bien souvent notre seule voie d’approche : les débuts de l’agriculture, ceux de la sédentarité, de l’urbanisme, l’émergence des inégalités sociales, etc. Certes, il ne s’agit pas de confondre ici mise en séquence des événements et compréhension des phénomènes, comme si de la simple mise en ordre des données pouvait surgir spontanément la reconstitution des causalités. Pourtant, cette mise en ordre est bel et bien indispensable pour aborder le chapitre des tentatives d’explications.

13Pour se persuader de l’importance cruciale des chronologies, un seul exemple suffira : les nouvelles dates (ams) qui ont été calculées ces dernières années pour l’apparition des plantes cultivées dans le territoire qui sera la Mésoamérique bouleversent beaucoup d’idées reçues ; car les rectifications auxquelles on a procédé ne sont pas que chronologiques, elles affectent le modèle même qui avait été bâti pour rendre compte du passage de la prédation à la production et du nomadisme à la sédentarité… Si le maïs cultivé, notamment, n’a pas existé dans la vallée de Tehuacan avant 3 640 avant J.‑C., au lieu de 5 500 environ, si d’une façon générale la domestication des plantes a eu lieu, sauf exceptions, plus tard que ce que l’on a longtemps cru, c’est le contexte lui-même de la naissance de l’économie de production qui diffère. À date plus récente, en particulier, les populations étaient sans doute plus nombreuses, et la démographie aurait pu jouer alors un rôle qu’il était difficile de lui reconnaître plus tôt. Par ailleurs, ce rajeunissement rapproche aussi les débuts de l’agriculture de ceux de la sédentarité, et, de la sorte, la Mésoamérique s’aligne davantage sur un schéma connu ailleurs, dans d’autres parties du monde.
  

14L’archéologie a donc bien, au premier rang de ses objectifs, la reconstitution de séquences locales et/ou régionales. La mise en parallèle de ces dernières et les comparaisons que l’on peut faire entre elles conduisent, tôt ou tard, à s’interroger sur d’éventuelles régularités dans le changement culturel et à rechercher des évolutions types. À un autre niveau, plus modeste en apparence — mais est-ce bien sûr ? —, elles engagent à s’interroger sur la possibilité d’établir des schémas temporels applicables à plusieurs régions, en particulier au sein des aires culturelles, voire à tenter de déceler ce qui, dans ces aires, pourrait avoir unifié l’histoire des régions qui les composent. Sur ce dernier point, il existe au moins un concept (censé renvoyer à une réalité, naturellement) que les archéologues américanistes manient depuis longtemps et que Willey et Phillips ont, en leur temps (1958), théorisé : c’est celui d’« horizon » (on désigne par ce mot tout épisode de durée a priori plutôt limitée et au cours duquel plusieurs régions, sous l’effet de phénomènes variés, auraient partagé divers éléments, ce dont témoigne la culture matérielle). S’agissant des schémas qui cherchent à embrasser les aires culturelles tout entières, on reprendra l’exemple de la Mésoamérique avec le découpage général longtemps admis en cinq grandes périodes : Lithique ou Paléo-indien, Archaïque, Formatif ou Préclassique, Classique et Postclassique. En fait, le découpage ainsi établi est, au moins implicitement, plus une division en étapes du développement culturel qu’une partition strictement chronologique. Or ces étapes, si tant est qu’elles aient eu lieu partout, ont de fortes chances de ne pas avoir été concomitantes dans toutes les régions ; pensons seulement au cas du « Classique » en zone maya et sur le haut plateau central mexicain : respectivement 300‑900 après J.‑C., d’un côté, 0‑700 pour ce qui est de Teotihuacan, de l’autre. Si la partition traditionnelle de l’histoire mésoaméricaine devait donc être abandonnée ou modifiée pour vice d’imprécision, que pourrait-on lui substituer ? P. Tolstoy (1978) suggère, en marchant sur les pas bien plus anciens de John H. Rowe au Pérou, que la plus fine et la plus solide des séquences régionales — en l’occurrence celle du bassin de Mexico — soit choisie comme référence et que les phases d’occupation des autres régions soient positionnées par rapport à cette dernière. Pourtant, la codification du temps qu’il propose tient compte aussi de l’unité de l’aire culturelle mésoaméricaine puisque son schéma, reprenant encore en cela un modèle péruvien plus ancien, voit alterner des horizons — autrement dit des moments où des tendances plus ou moins centripètes s’exercent — et des « périodes intermédiaires » caractérisées par moins de relations entre les régions…
  

15Les temporalités construites par les archéologues, quelles que soient les difficultés qu’elles soulèvent et les imperfections qu’elles comportent, sont donc essentielles. Mais l’aveu de la fabrication de ces temporalités nous renvoie vers un autre sujet, sur lequel l’archéologie seule est rarement armée : l’attention qu’il conviendrait de porter aux temporalités propres des sociétés anciennes étudiées. Leur prise en compte ne saurait être écartée d’un revers de la main sous prétexte qu’elles nous échappent le plus souvent. Il y a en effet fort à parier qu’elles sont le sésame de la compréhension de nombreux comportements ou productions des sociétés en question : en Mésoamérique, la conception de temps cycliques et les rituels qui leur étaient associés, ou les liens entre mesure du temps, développement de systèmes d’écriture et formes d’organisation politique sont autant d’exemples, parmi d’autres, de l’importance des temps « émiques ». À un niveau beaucoup plus universel, pensons encore, par exemple, aux relations entre les perceptions autochtones du temps et les stratégies d’acquisition des denrées alimentaires, cela, aussi bien dans les mondes agricoles que dans la plupart des sociétés de chasseurs-cueilleurs. L’existence de ces temporalités indigènes et les difficultés souvent insurmontables qui existent pour les cerner à partir des seules données de l’archéologie ne sauraient toutefois servir de prétexte à une critique radicale et, partant, au rejet des tentatives, par les archéologues, de mise en ordre chronologique.

Les temps de l’archéologie au musée

16Les considérations qui précèdent ne sont pas inutiles, croyons-nous, quand se présente, comme aujourd’hui, l’occasion/l’obligation de réfléchir prosaïquement — trouvera-t-on peut-être — à la façon de donner à voir demain, dans un nouveau musée, les cultures du monde ou, plus exactement, des trois cinquièmes et demi de celui-ci. Dans ce contexte, le problème de la prise en compte du temps n’est certes pas l’apanage empoisonné de ceux qui auront à concevoir la présentation des sociétés du passé, lointain ou proche, mais il se pose tout de même avec une acuité particulière pour l’exposition des cultures précolombiennes — qui ne sont connues pratiquement que par l’archéologie —, puisque leur histoire, pour s’en tenir aux plus complexes d’entre elles, s’est écrite sur près de trois millénaires.

17Parmi les propositions générales exprimées dans le cadre des groupes de travail de la mission de préfiguration du futur musée, quelques principes avaient été exposés concernant la présentation des cultures de la Mésoamérique précolombienne, principes auxquels il n’y a pas lieu de renoncer et qu’il convient donc de rappeler ici succinctement :
– l’ensemble préhispanique doit être traité-exposé à part ; il y va tout bonnement de la reconnaissance de la spécificité radicale des cultures indigènes autochtones ;
– la présentation de ces cultures devrait inclure, avant d’entrer dans le détail, une section introductive initiatique donnant au visiteur, d’emblée, les grands repères temporels et géographico-culturels dont il ne saurait se passer ;
– dans les parcours de découverte qui seront offerts au même visiteur au-delà de l’espace initial, mais aussi dans l’espace initial lui-même, le rappel systématique de la position spatio-temporelle de chaque élément exposé s’impose et il doit être effectué sous une forme à la fois simple et efficace…

18À ces premières règles, il n’est pas interdit d’adjoindre quelques commentaires et recommandations supplémentaires.

19Les cadres ou repères chronologiques utilisés par l’archéologie étant ce qu’ils sont (imparfaits, comme on l’a vu), il faut bannir toute forme d’exposition susceptible d’ajouter à la confusion.

20Le rapprochement physique de deux objets, ou plus, éloignés dans le temps (comme dans l’espace d’ailleurs), ne devrait intervenir que là où il s’agit d’illustrer des continuités avérées ou, au contraire, éventuellement, des ruptures, que ces dernières soient formelles ou, à l’inverse, qu’elles concernent le sens de signes apparemment stables : voir la loi panofskienne de la disjonction et, en Mésoamérique, les deux mille ans d’un motif comme celui du serpent à plumes, par exemple.

21Le futur musée, outil pédagogique, doit aider à comprendre, et à comprendre en particulier l’histoire des peuples. À cet égard, le recours aux schémas chronologiques-évolutifs généraux du genre de ceux qui ont été évoqués plus haut pour l’aire mésoaméricaine peut être utile, mais faciliter la compréhension ne saurait vouloir dire simplifier au détriment de la complexité. L’honneur d’un musée des cultures, pour ne pas dire son obligation première, est en effet de révéler les différences, celles qui se sont inscrites dans le temps comme les autres.

22De nombreuses expositions archéologiques n’échappent pas, quand elles accordent une place éminente à la dimension temporelle de la succession des cultures, à une présentation implicitement ou explicitement évolutionniste, et bien souvent d’un évolutionnisme peu nuancé. Ainsi, à peu près partout, l’histoire de l’humanité ne pourrait prendre la forme que du passage de la barbarie à la civilisation. Bjornar Olsen (1999), entre autres, a bien analysé cette rhétorique du progrès qui a sous-tendu trop d’expositions historico-archéologiques : celle du début des années 1990 sur l’âge de la pierre au musée national danois, par exemple, où la lutte contre la forêt servait de paradigme du progrès…, comme si l’histoire avait toujours avancé dans une seule direction, sans parenthèse, erreur, ni rupture, ou celle organisée en 1994 à Lillehammer à l’occasion des jeux olympiques d’hiver, qui retraçait douze mille ans d’histoire de la Norvège, en gommant le fait qu’il existait encore, au début du xxe siècle, des communautés de chasseurs au nord-ouest du pays. L’indispensable attention portée à l’inscription chronologique des cultures doit donc esquiver cet important écueil, en particulier par l’évitement de parcours obligatoires chronologiques, lesquels sont toujours susceptibles de suggérer l’unilinéarité de l’évolution.

23Enfin, l’intrusion du temps présent, celui de l’actualité des recherches, doit être inscrite d’emblée dans le projet muséographique. C’est une des conditions élémentaires pour que le musée vive et échappe à cette pétrification dont tant d’institutions muséales de simple conservation ont été les victimes.
  

24« Musée vivant », c’est effectivement un objectif central, mais les objets exposés, eux, ne seraient-ils pas irrémédiablement morts ? On connaît les lignes de Victor Segalen sur le sujet — « Tout musée est un tombeau » (Journal des îles, 1995 : 451), « le mot “musée” fleure les choses mortes ; les cadavres, l’embaumement et tout un monde de sépulcre » (Quelques musées par le monde, 1995 : 724) — et la solution extrême qu’il préconisait pour la statuaire chinoise : qu’elle retourne à la terre pour s’y dissoudre, en contribuant de la sorte à la perpétuation de la vie. Pourtant, le même Segalen décrit le dégagement d’une sculpture, par l’archéologue qu’il fut aussi, comme une résurrection, et la critique poétique des œuvres qu’il a tentée, toute tendue vers la restitution des gestes du sculpteur, est bel et bien un acte de frémissante création…

25L’archéologie traite de sociétés disparues, mais de sociétés qui ont été un jour vivantes. C’est le devoir précisément de ceux qui ont à organiser l’exposition des témoignages matériels des peuples du passé que de faire que le visiteur capte, par l’esprit et par les sens, conceptuellement et émotionnellement à la fois, la vie qui les a jadis habités.

Haut de page

Bibliographie

Dean, Jeffrey S.
1978 Independant dating in archaeological analysis, Advances in archeological method and theory, vol. I : 223-255.

Michelet, Dominique
ss presse Del proyecto Xculoc al proyecto Xcalumkín : interrogaciones acerca de la organización política en la zona puuc, Estudios de cultura maya (México, UNAM).

Michelet, Dominique et Becquelin, Pierre
1995 Elementos políticos y religiosos de un sector de la región puuc occidental : su identificación e interpretación, in C. Varela T., J. L. Bonor V. et Y. Fernández M. (éd.) Religión y sociedad en el área maya (Madrid, Sociedad española de estudios mayas) : 109-134.

Michelet, Dominique, Becquelin, Pierre, Arnauld, Marie-Charlotte et al.
2000 Mayas del Puuc. Arqueología de la región de Xculoc, Campeche, México (México, CEMCA-Gobierno del estado de Campeche).

Michels, Joseph W.
1973 Dating methods in Archaeology (New York, Seminar Press).

Olsen, Bjornar
1999 ¿El fin de la historia ? Arqueología y museos en un mundo globalizado, Arqueología, 21 : 119-136.

Schmidt, Peter, de la Garza, Mercedes et Nalda, Enrique (éd.)
1998 Maya (Milan, Bompiani).

Segalen, Victor
1995 Œuvres complètes, édition établie et présentée par H. Bouillier, vol. I (Paris, Robert Laffont) [Bouquins].

Tolstoy, Paul
1978 Western Mesoamerica before a.d. 900 », in R. E. Taylor et C. W. Meighan (éd.), Chronologies in New World Archaeology (New York, Academic Press) : 241-284.

Trigger, Bruce G.
1989 A history of archaeological thought (Cambridge, Cambridge University Press).

Willey, Gordon R. et Phillips, Philip
1958 Method and theory in American archaeology (Chicago, The University of Chicago Press).

Willey, Gordon R. et Sabloff, Jeremy A.
1993 A history of American archaeology (New York, W. H. Freeman and Cº) [3e éd.].

Haut de page

Table des illustrations

Titre fig. 1 – Groupe résidentiel 14 de Xcochkax-centre, Campeche (Mexique) : étape intermédiaire et étape récente
Crédits D’après M.‑C. Arnaud, in Michelet et al. 2000, fig. 4.4.
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9937/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Titre fig. 2 – Groupe sud de Balamkú, Campeche (Mexique).
Légende Quatre épisodes de son occupation : I. avant 300 de notre ère – II. vers 400 apr. J.‑C. – III vers 750 apr. J.‑C. – IV. vers 900 apr. J.‑C.
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9937/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 405k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ateliers, n° 23 (mai 2001), pp. 11-23.

Référence électronique

Dominique Michelet, « L’imparfait des passés recomposés », Ateliers [En ligne], 23 | 2001, mis en ligne le 06 novembre 2015, consulté le 30 mars 2017. URL : http://ateliers.revues.org/9937 ; DOI : 10.4000/ateliers.9937

Haut de page

Auteur

Dominique Michelet

Directeur de recherche CNRS, UMR 8096

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org