Navigation – Plan du site

Introduction

Claude François Baudez

Texte intégral

1Le 9e colloque de l’Association pour la recherche en anthropologie sociale (APRAS), intitulé « Regards anthropologiques sur le nouveau musée de l’Homme », s’était tenu le 7 mars 1998 au musée galerie de la Seita à Paris. L’APRAS, l’année suivante, a organisé une autre journée de réflexion sur le futur musée du quai Branly. Consacrée au thème « Temporalité et muséographie », elle eut lieu le samedi 27 novembre 1999 au même endroit, grâce à l’hospitalité de madame Marie-Claire Adès, directrice du musée de la Seita.

2Quand s’est tenu le colloque de mars 1998, la mission de préfiguration du musée de l’Homme, des Arts et des Civilisations était déjà constituée et animée par Germain Viatte et Maurice Godelier. Elle avait organisé des groupes de travail chargés de réfléchir sur les nombreux problèmes qui se posent à un nouveau musée des arts et des civilisations. Le gouvernement et la présidence avaient alors exprimé leur préférence pour l’installation du futur musée dans une nouvelle structure à édifier quai Branly, mais la décision finale restait à prendre. La communauté anthropologique était alors encore profondément divisée : certains collègues s’opposaient farouchement au projet et se réfugiaient dans un stérile statu quo ; d’autres restaient hésitants. Le but du colloque de mars 1998 fut d’abord de faire prendre conscience à l’ensemble de la profession de l’importance des enjeux et d’amorcer une réflexion. Notre appel fut largement entendu et le colloque a été un succès.

3Depuis, il a été décidé de construire un nouveau musée quai Branly, et l’établissement public dudit musée, sous la présidence de Stéphane Martin, a remplacé la mission de préfiguration du musée des Arts et des Civilisations. Les différents groupes de travail — auxquels ont participé des anthropologues — ont rendu leurs rapports, l’inventaire des collections du musée national des Arts d’Afrique et d’Océanie et du Laboratoire d’ethnologie du musée de l’Homme a commencé et l’architecte a été choisi. C’est pour prolonger la réflexion entreprise par ces groupes de travail et y faire participer l’ensemble de la communauté anthropologique que l’APRAS a organisé le colloque « Temporalité et muséographie ». Les organisateurs, Michèle Coquet, ethnologue africaniste ; Brigitte Derlon, ethnologue océaniste ; Antoinette Molinié, ethnologue américaniste et hispaniste ; et Claude Baudez, archéologue américaniste, se sont chargés également de discuter les interventions.

4Nous avons choisi le thème « Temporalité et muséographie » parce qu’il nous a paru être particulièrement d’actualité. S’il est un point que tous les groupes de travail de la mission de préfiguration avaient souligné, c’était la nécessaire prise en compte de la dimension historique des sociétés que la future muséographie aurait à présenter. On se refuse aujourd’hui à parler de sociétés sans histoire. Le futur musée lui-même ne peut pas échapper à l’histoire. Son contenu, en effet, loin d’obéir à la seule logique, résulte manifestement d’une suite d’accidents historiques et politiques. Comment expliquer autrement que l’on ait affaire à un musée des noirs, des jaunes et des rouges, mais sans blancs ? Pourquoi l’archéologie d’Asie n’y a-t-elle pas sa place, pourquoi celle d’Afrique y est-elle pauvre et celle d’Amérique y est-elle riche ? Pourquoi l’Afrique de l’Ouest est-elle bien mieux représentée que celle de l’Est ou du Sud ? En préambule à toute visite, il sera nécessaire de présenter le musée dans son contexte historique et d’en relativiser la portée. Il ne faudra pas cacher à nos visiteurs que si le musée de l’Homme de nos grands-parents était parfait pour nos grands-parents (mais obsolète pour nous), le musée de l’Homme de 2004, qui, souhaitons-le, nous apparaîtra parfait, sera obsolète pour nos petits-enfants. Le monde change et l’anthropologie également.

5Le débat annoncé sur la temporalité s’inscrivait aussi dans une réflexion plus large sur le temps, déclenchée par l’arrivée du troisième millénaire et qui s’est manifestée en 2000 par des expositions au Grand Palais (Visions du Futur), au Centre Pompidou (Le temps, vite...), et ailleurs.

6Le texte de l’appel à contributions que nous avons lancé en prévision du colloque ouvrait le débat et prenait position de la manière suivante :

Le futur musée des Arts et des Civilisations aura à présenter des objets qui proviennent de régions, mais aussi d’époques très différentes. Selon qu’ils appartiennent au passé lointain qu’aborde l’archéologie, au passé proche de l’ethnographie du xixe siècle et de la première moitié du xxe siècle, ou au présent, les artefacts ne correspondent pas aux mêmes types, n’ont pas le même état de conservation, n’ont pas été collectés dans les mêmes conditions, ne sont pas interprétés avec les mêmes moyens. En outre, les sociétés dont ils sont les témoins ne sont pas définies dans les mêmes cadres conceptuels : ainsi le mot « culture » n’a pas la même valeur pour l’archéologue et pour l’ethnologue. La muséographie devra tenir compte, dans ses découpages comme dans ses discours, de l’hétérogénéité des objets archéologiques, ethnographiques « traditionnels » et « modernes », dans leur typologie, leur inscription dans le temps et leur documentation.

7La situation des objets archéologiques dans le temps et dans l’espace est comprise dans de larges fourchettes. Ainsi les vitrines d’archéologie rassemblent certains objets d’âges et de lieux différents, dans le cadre conceptuel de larges unités culturelles comme la « phase », la « culture », ou la « civilisation ». Par ailleurs, les collections archéologiques comprennent rarement des objets en matériaux périssables. Cette condition limite considérablement les catégories d’artefacts présentés et par conséquent l’évocation de leurs anciens usagers.

8Les objets ethnographiques d’hier sont avant tout les témoins de cultures, sinon disparues, du moins aujourd’hui transformées ; ils ont été acquis généralement dans un cadre colonial. Associés — parfois à tort — à une culture ou à une ethnie, leur provenance et leur âge sont relativement mieux établis, mais leur fonction est souvent douteuse ou inconnue. La documentation qui les accompagne est d’intérêt et de richesse très variables ; dans les meilleurs des cas, les artefacts proviennent de sociétés qui ont été étudiées et bénéficient autant du discours indigène qui les concerne que de celui de l’ethnographe.

9Les objets ethnographiques d’aujourd’hui, qu’ils soient en continuité ou en rupture avec les précédents, proviennent de sociétés dont les spécificités culturelles ne les empêchent pas de participer à la société globale ni d’être confrontés à la mondialisation. Ces groupes tentent parfois de récupérer la tradition, y compris dans les objets, pour se forger une identité culturelle. La classification sociale est amenée à utiliser des unités tantôt plus petites (le village, le bidonville, ou une communauté professionnelle), tantôt plus grandes (aires culturelles, transculturelles). À qui veut exposer le contemporain, le problème crucial est celui du choix : comme on peut pratiquement tout montrer, selon quels critères va-t-on opérer la sélection ?

10Les objets relevant de ces trois catégories sont d’autant plus difficiles à rassembler dans une même présentation qu’ils sont liés par l’histoire. Comment les mettre en relation géographique, temporelle et culturelle ? Les collections du musée des Arts et des Civilisations s’échelonnant de la préhistoire à nos jours, on peut se demander si le nouveau musée traitera séparément les grandes phases des civilisations (préhistoire, pré-contact, période coloniale, modernité), et comment seront suggérées les ruptures et les continuités. En résumé : comment exposer l’axe diachronique qui traverse des objets présentés, par nécessité, sur un axe synchronique ?

11Enfin, on ne pourra ignorer que tout musée est le produit de son époque. Comment la future présentation donnera-t-elle au visiteur les moyens de comprendre sa propre inscription dans le temps ?
  

12Les travaux du colloque se sont déroulés sous la présidence de Philippe Descola qui a d’abord donné la parole à Dominique Michelet, archéologue mésoaméricaniste, directeur de recherche au CNRS, qui a fait part de ses réflexions sur la perception du temps en archéologie et au musée. Claude Baudez, directeur honoraire de recherche au CNRS, a complété cette communication de ses commentaires.

13Anne-Marie Losonczy, directeur d’études à l’EPHE, s’est demandé, à partir d’exemples afro-américains, comment une muséographie pouvait représenter le caractère fluide de cultures dans lesquelles l’objet a un rôle secondaire sinon négligeable. Brigitte Derlon, maître de conférences à l’EHESS, a prolongé cette interrogation par de nouvelles réflexions.

14Karel Arnaut, chercheur de l’université de Gand, prenant pour exemple le musée africain de Namur, s’interroge sur la manière dont l’histoire — ici, coloniale — et ses différentes temporalités peuvent être construites et mises en scène en fonction de définitions spécifiques et locales, énoncées par les responsables et les utilisateurs mêmes du musée.

15Les organisateurs ont demandé à Martine Segalen, professeur à l’université Paris X-Nanterre et qui a longtemps fait partie des chercheurs du musée national des Arts et Traditions populaires, de nous faire profiter de son expérience en nous expliquant comment le MNATP avait abordé sinon résolu le problème de la modernité. Michel Colardelle, directeur de ce musée, a bien voulu compléter ultérieurement le précédent travail de son témoignage et de ses réflexions. Michèle Coquet, chargée de recherche au CNRS, a discuté les trois précédentes contributions.

16Nous avons demandé aussi à Christine Hemmet du musée de l’Homme de nous faire profiter de son expérience dans la création et l’organisation du musée d’Ethnographie de Hanoi. On pourra noter qu’ici comme dans le cas du MNATP le discours muséographique ne porte pas sur l’Autre mais sur les sociétés indigènes de la nation. Antoinette Molinié, directeur de recherche au CNRS, a commenté ce travail.

17Jean-Hubert Martin, alors qu’il était encore directeur du musée national des Arts d’Afrique et d’Océanie, a présenté un « Plaidoyer pour les vivants ». Pour lui, un musée d’arts et de civilisations doit faire une large place à la modernité et se détacher de la tentative nostalgique de faire revivre le passé. Il recommande de cesser de toujours montrer des sociétés mortes et de s’attacher à montrer des sociétés vivantes dans leurs capacités créatives. Le musée du quai Branly ne devrait pas reproduire la diachronie des musées occidentaux des Beaux-Arts, mais parler d’abord du contemporain et remonter des chaînes associatives.

18Si l’ensemble des communications présentées durant ce colloque pouvait contribuer à une muséographie respectueuse de la temporalité des œuvres exposées dans le futur musée, notre objectif serait atteint.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ateliers, n° 23 (mai 2001), pp. 5-9.

Référence électronique

Claude François Baudez, « Introduction », Ateliers [En ligne], 23 | 2001, mis en ligne le 06 novembre 2015, consulté le 23 mai 2017. URL : http://ateliers.revues.org/9935 ; DOI : 10.4000/ateliers.9935

Haut de page

Auteur

Claude François Baudez

Directeur honoraire de recherche CNRS, UMR 8096

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org