Navigation – Plan du site

Montrer ou cacher le corps humain

Quelques réflexions sur la conception du corps et ses représentations dans les hautes terres du Mexique préhispanique au Préclassique et au Classique
Showing or Hiding the Human Body: A Few Reflections on Conceptions of the Body and its Representations in the Mexican Highlands from the Pre-Hispanic Period to the Preclassic and Classic Periods
Brigitte Faugère

Résumés

Les conventions utilisées pour représenter le corps à l’époque préhispanique traduisent une manière particulière de penser la personne humaine. Dans cet article, nous tentons, par une approche qui s’appuie sur que nous connaissons de la conception du corps à l’époque de la conquête espagnole à partir d’études ethnohistoriques et ethnographiques, d’examiner les significations possibles de sa représentation. Cette étude s’articule sur l’observation de ce qui est montré du corps ou, au contraire, sur ce qui est caché, au cours de deux époques différentes des hautes terres du Mexique central : le Préclassique et le Classique. Après avoir examiné le corps dans son ensemble, seront envisagés certains segments corporels particulièrement significatifs, puis ce qui est caché ou au contraire montré du corps par le biais de la parure ou de décorations et de traitements de la peau, ou encore ce que l’on a voulu montrer de l’intérieur du corps. Ces approches successives ont pour objectif de mettre en évidence que les conventions suivies pour figurer, ou pas, les différents segments et éléments corporels correspondent à un langage cohérent, significatif de la nature du corps et de sa perception, qui structure la pensée mésoaméricaine encore parfois jusqu’à nos jours.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je remercie sincèrement Danièle Dehouve ainsi que les deux évaluateurs de la version préliminaire p (...)
  • 2 Broda et al., 2001 ; Chamoux, 1989, 2011 ; Galinier, 1990 ; López Austin, 1980 ; Martínez González, (...)

1En Mésoamérique, les archéologues sont confrontés à l’existence d’une quantité quasi inépuisable de représentations anthropomorphes de toutes les époques dont les significations restent difficiles à établir1. Il est vrai que la conception de la personne humaine, la perception du corps humain et la recherche des significations possibles de sa représentation à l’époque préhispanique constituent des thèmes d’étude pour lesquels l’archéologie seule peut se révéler impuissante. Une étude approfondie de ces artefacts pour tenter d’approcher leur signification dans le cadre des sociétés préhispaniques qui les ont produites ne saurait, en effet, reposer exclusivement sur des classifications typologiques ou des analyses stylistiques, qui peuvent fournir des données chronologiques et culturelles mais n’offrent que peu d’accès à une compréhension de la signification des objets ou même de leur fonction. En revanche, les textes du début de l’époque coloniale et les études anthropologiques ont donné lieu à de multiples interprétations sur la perception mésoaméricaine du corps humain2. En ce sens, ce thème ouvre donc de belles perspectives de dialogue entre archéologues et anthropologues.

2À l’époque préhispanique, ces productions matérielles ont servi dans de multiples circonstances de la vie domestique et rituelle des Mésoaméricains. Selon les époques et les cultures, le corps humain est nu ou vêtu, l’accent peut être mis sur la qualité du travail et les détails de représentation de certaines parties anatomiques, ou sur la parure. On représente aussi le corps dans tous ses états : vivant, semi-décharné, laissant apparaître des parties du squelette et des organes, ou mort : entier ou sous la forme de fragments isolés (membres, pieds, mains, têtes, organes…). Il est bien évident que l’étendue de la signification de ces représentations anthropomorphes est très vaste, même si, dans une approche d’historien de l’art, un objet anthropomorphe complet est simplement interprété comme une production matérielle reproduisant — à différentes échelles, en double ou triple dimension — des individus vivants, des ancêtres, des morts ou encore des entités divines et leurs multiples avatars.

3Dans cet article, nous tenterons d’effectuer un premier pas dans une démarche qui vise à dépasser une analyse formelle pour approcher le point de vue des sociétés mésoaméricaines. Nous nous demanderons en quoi la conception de la personne humaine peut être retranscrite dans les représentations anthropomorphes, en nous appuyant sur des pièces archéologiques provenant de contextes chronologiques et culturels distincts des hautes terres du Mexique, mais toutefois suffisamment proches pour pouvoir être interrogées dans les mêmes termes. Pour ce faire, nous partons du postulat défendu par certains historiens des religions, parmi lesquels Alfredo López Austin et Miguel León Portilla, selon qui certains aspects de l’idéologie des peuples que les Espagnols ont rencontrés au moment de la Conquête sont très profondément ancrés dans l’histoire et que certains domaines de la mentalité des anciens Mésoaméricains peuvent être abordés par le prisme d’une analyse raisonnée des sources ethno-historiques de l’époque de la Conquête et du xvie siècle, y compris pour des périodes reculées de l’histoire de cette aire culturelle comme la période préclassique remontant bien avant le début de notre ère.

4Notre démarche reposera sur un examen de ce qui est montré et de ce qui est caché dans une approche globale, c’est-à-dire que nous nous pencherons sur ce qui est figuré avant tout dans le corps humain et, au contraire, sur ce qui est seulement ébauché, voire non représenté ou encore caché par des vêtements ou des éléments de parure, en nous appuyant sur des exemples appartenant aux périodes préclassique et classique du haut plateau central et de l’occident du Mexique pour lesquelles nous disposons de suffisamment de représentations anthropomorphes bien documentées.

5Le socle de cette étude sera principalement, comme cela a déjà été mentionné, les apports combinés de l’ethnohistoire et de l’ethnographie interprétés notamment par A. López Austin, qui permettent d’approcher la conception du corps des derniers groupes de l’époque préhispanique, en particulier des Mexica. Après avoir examiné le corps dans son ensemble, nous nous intéresserons à certains segments corporels qui nous semblent particulièrement significatifs, comme le visage ; puis à ce qui est caché ou au contraire montré du corps par le biais de la parure ou de décorations et de traitements de la peau ; enfin, nous nous pencherons sur ce que les artisans ont voulu montrer de l’intérieur du corps. Nous verrons en quoi la représentation de l’enveloppe corporelle peut servir en réalité à transcrire ou à refléter certaines composantes logées à l’intérieur du corps. Ces approches successives ont donc pour objectif de mettre en évidence que les conventions suivies pour figurer, ou pas, les différents segments corporels des représentations anthropomorphes préhispaniques correspondent à un langage cohérent et hautement significatif de la nature du corps et de sa perception, qui structure la pensée mésoaméricaine encore parfois jusqu’à aujourd’hui.

La conception du corps et sa représentation

La conception de la personne chez les Mexica

6Notre étude repose sur le principe que les représentations anthropomorphes reflètent, de toutes sortes de manières, la conception de la personne humaine et que cette conception peut être approchée grâce aux bribes de connaissance dont nous disposons, notamment de la pensée nahua. À propos de la définition de la personne humaine, Miguel León Portilla mentionne le fait que l’expression in ixtli in yóllotl « visage/cœur » revient à de multiples reprises dans les textes. Selon lui, cependant, les termes de « visage » et de « cœur » ne doivent pas être pris dans leur sens anatomique, mais métaphoriquement comme ce qui enlève à l’homme son caractère anonyme. Pour les anciens Mexicains, le visage est la manifestation d’une personnalité acquise par l’éducation et se rapporte à la nature intime et particulière de l’homme, en particulier en ce qui le sépare du monde animal et végétal. Selon le même auteur, le second terme, yóllotl « cœur », fait allusion à l’aspect dynamique du moi. In ixtli in yóllotl constitue donc un redoublement sémantique signifiant « une personnalité bien définie ayant des traits spécifiques (visage) et un élan dynamique (cœur) ». Dans la pensée nahuatl, « cœur » et « visage » représentent ainsi deux idées fondamentales relatives à l’être humain : il possède une physionomie intérieure et une source d’énergie et c’est cette association qui définit la personne, la personnalité (León Portilla, 1985 : 167).

7López Austin souligne, pour sa part, la relation entre macrocosme et microcosme, la physiologie humaine étant liée aux processus généraux de l’univers. La perception du corps à l’époque préhispanique doit ainsi être considérée selon plusieurs perspectives (López Austin, 1980 et 1997) :

  • le corps humain est un microcosme avec des séries de correspondances qui reflètent l’univers, ses différentes strates étagées entre l’inframonde, la surface terrestre et les niveaux célestes. Les organes eux-mêmes, comme les différentes parties du corps, sont liés à ces correspondances. Le tonalli, placé au sommet de la tête, est associé au ciel, le cœur à la terre et le foie à l’inframonde (fig. 1). Cette conception du corps permet de rapprocher la pensée mexica de l’ontologie analogiste de Descola : « Une des caractéristiques de la pensée analogique est de décliner à l’envie la thématique des correspondances entre le macrocosme, l’univers, et le microcosme, la personne humaine vue comme un monde en miniature » (Descola, 2010 : 174). Le même auteur souligne que « même si la figuration analogiste est parfois d’un saisissant réalisme, elle ne vise pas tant à reproduire avec fidélité un modèle naturel objectivement donné qu’à restituer la trame des affinités au sein de laquelle des entités réelles ou imaginaires se trouvent insérées et acquièrent de ce fait une qualité d’agent » (ibid. : 165.) ;

  • l’existence de forces animiques : il s’agit de substances vitales contenues dans le corps impulsant les processus qui donnent vie et mouvement à l’organisme et permettent la réalisation des fonctions psychiques. Il existe un « noyau » animique fixe, lié principalement au jour de la naissance, qui assigne un individu à une classe donnée (physique, sociale…) et des ensembles d’éléments hétérogènes qui personnalisent à leur tour chaque individu. Certaines essences sont stables dans le corps, alors que d’autres sont en transit, constituant ainsi une mosaïque intérieure, hétérogène et changeante, pour chaque personne. Certains êtres humains partageaient ainsi des « charges » intérieures, ce qui pouvait se refléter par des similarités dans leur apparence, dans leur comportement, dans leur appartenance sociale. D’autres charges étaient responsables de leurs particularités et de leur évolution dans le temps. Si les forces animiques majeures sont localisées dans le tonalli, le cœur et le foie, d’autres parties du corps, comme le cou, les épaules et les coudes, la taille et l’aine, les genoux, les mollets et les chevilles sont des centres mineurs (fig. 1) ;

  • le jeu des oppositions complémentaires : López Austin explique clairement que les êtres étaient perçus comme composés, d’une part, d’une matière de densité pesante et perceptible par les sens, et d’une autre imperceptible à l’être humain dans des conditions normales. Les êtres humains combinent les deux matières et appartiennent à la surface de la terre, alors que les divinités sont légères, imperceptibles et circulent dans les strates célestes supérieures ou dans celles du monde inférieur. La particularité des êtres terrestres provenait de leur composante intangible, leur matière subtile non seulement semblable à celle des dieux, mais d’origine divine (López Austin, 1997 : 25). La matière légère et invisible, contenue à l’intérieur du corps, était conçue comme la combinaison de deux types de forces : l’une lumineuse, chaude et sèche ; l’autre sombre, froide et humide. L’être humain, comme le cosmos, est formé de ces deux types de matières ;

  • le substrat chamanique, qui peut notamment être perçu au travers de la nature de certains composants du corps, qui sont eux-mêmes considérés comme indépendants les uns des autres. Le corps est en effet composé d’entités indépendantes qui peuvent agir par elles-mêmes. Comme les autres composantes du corps humain, le tonalli est indépendant du corps qui le porte, mais il est en même temps le porteur des prédéterminations liées à son jour de naissance. M.-N. Chamoux (1989) signale que, chez les Nahuas actuels de la région de Huauchinango, Puebla, le tonalli représente la part non humaine de l’homme, celle qui prolonge le monde des humains. C’est un être physique qui réside dans l’individu et la force, le rang, la personnalité de ce dernier dépendent de l’espèce de son tonalli. Cette face non humaine de chaque personne peut se révéler par des processus de transformations nocturnes, l’individu se transformant en son nahualli, qui peut être un animal — les plus prestigieux et forts étant les jaguars, pumas ou vautours —, mais peut également se matérialiser dans des éléments de la nature très divers, comme les pierres ou le feu.

fig. 1 – Les centres de forces vitales selon López Austin (1980)

fig. 1 – Les centres de forces vitales selon López Austin (1980)

Dessin S. Eliès (CNRS, UMR 8096)

Cette conception de la personne est associée à un sentiment très marqué de fragilité de la vie terrestre de l’homme. La mort peut advenir à tout moment, la vie sur terre étant conçue comme un épisode temporaire et également comme une sorte d’illusion (López Austin, 1997). Pourtant, dans la pensée nahuatl, « la personnalité humaine est perfectible, elle est douée d’un libre arbitre et elle peut par sa volonté et ses efforts parvenir au dépassement de soi… La personnalité humaine est source de création. Cette idée est confirmée par les idéaux éducatifs, esthétiques, éthiques » (León Portilla, 1985 : 181).

  • 3 La proximité géographique du corpus étudié rend des comparaisons possibles et intéressantes.

8Sans pouvoir entrer dans les mêmes détails, une étude récente de Roberto Martínez González (2012) tente de dresser une première approche de la conception du corps des P’urhépecha, dont les ancêtres préhispaniques, installés dans les hautes terres du Michoacán, ont été les voisins et les rivaux des Mexica3. Cette étude montre notamment un certain nombre de convergences avec la conception mexica du corps et souligne, en particulier, l’importance de la tête qui exprime « le statut des personnes, leurs fonctions […] ; c’est la partie la plus visible du corps et la voir signifie accéder à la condition actuelle de l’essence de l’être » (ibid. : 177), mais aussi des pieds et de la peau. Les articulations (épaules, hanches et aines, chevilles et coudes), sièges de forces animiques chez les Mexica, figurent également parmi les mentions les plus fréquentes dans les lexiques p’urhé, fait qui met en évidence des similitudes au moins dans l’importance hiérarchique des segments corporels dans les deux cultures.

9Comment cette conception de la personne humaine a-t-elle pu se traduire dans les représentations du corps humain ? Retrouve-t-on dans ce que les artisans ont choisi de représenter, ou au contraire de schématiser, de déformer, de gommer ou de cacher, des indices que l’objet anthropomorphe transcrit cette conception particulière du corps ?

Les figurations anthropomorphes du Préclassique et du Classique dans les hautes terres du centre du Mexique

10Les artisans du haut plateau central mexicain ont produit au cours du temps toutes sortes de figurations humaines. Ces objets ont été fabriqués dans des matières premières qui se sont conservées au cours des âges (pierre, céramique, coquille, os principalement), mais il ne faut pas oublier qu’à l’époque préhispanique une part importante de ces représentations était également réalisée dans des matériaux qui résistent mal au temps : argile crue, bois et surtout toute une gamme de matières organiques (végétaux souples, comme les joncs ou le papier d’écorce ; feuilles ; pâtes ou résines végétales aptes à être modelées comme le copal et le caoutchouc ; préparations à partir de céréales ou de graminées comestibles, telles que le maïs ou l’amarante…). On peut peut-être voir ici une distinction importante entre les objets qui sont parvenus jusqu’à nous, qui devaient être pérennes, au moins un certain temps, et les objets périssables qui étaient le plus souvent des reproductions destinées à être détruites immédiatement après le rite, brûlées, voire consommées au cours des fêtes religieuses, comme de nombreuses descriptions de l’époque de la conquête en témoignent.

  • 4 L’étude du corpus de représentations miniatures en terre cuite du Projet Chupicuaro est, en effet, (...)

11Bien que nous envisagions une étude diachronique, nous devons limiter le corpus à un ensemble cohérent et nous nous appuierons ici sur les représentations anthropomorphes du Préclassique (du haut plateau central et du centre-nord du Mexique datées approximativement entre 800 av. j.-c. et le début de notre ère) et du Classique (principalement Teotihuacan, entre le début de notre ère et 600 apr. j.-c.). La période préclassique est caractérisée par la production de très nombreuses figurines anthropomorphes de terre cuite qui constituent donc un large corpus, assez bien documenté sur le plan des contextes4. Les fonctions de ces objets devaient être multiples. Trouvées en majorité fragmentées dans des contextes domestiques, plusieurs hypothèses existent sur leurs possibles fonctions. Parmi ces dernières, citons celles qui concernent les manipulations rituelles effectuées par des femmes, les curations, peut-être pour éviter les phénomènes de contagion quand l’essence du mal d’un patient peut se transmettre à ceux qui le touchent, et les rites au moment de l’accouchement (Marcus, 1998 ; Joyce, 2009). Mais il y avait aussi des représentations destinées à être vues, peut-être pour orner les autels domestiques et probablement aussi certaines à but funéraire. La découverte dans plusieurs régions de Mésoamérique (Oaxaca, zone olmèque, zone maya notamment) de groupes de figurines composant des scènes constitue un autre aspect intéressant (Marcus, 2009 ; Drucker et al., 1959). En zone maya, ces regroupements peuvent faire partie de caches ou de sépultures et pourraient exprimer une volonté de recréer symboliquement le cosmos et, dans le cas d’un contexte funéraire, de « donner vie », selon l’expression de C.-F. Baudez (1999 : 21), c’est-à-dire d’assurer au défunt la vie éternelle, ou bien encore de servir de référents visuels pour narrer des événements mythiques (McVicker, 2012). Un tel ensemble de figurines a été récemment découvert en contexte funéraire dans le centre-nord du Mexique et permet la reconstitution d’une scène regroupant différents protagonistes dans la culture Chupícuaro pour l’intervalle 400-100 av. j.-c. (phase Chupícuaro récent). La scène regroupe huit personnages féminins, dont un, sans coiffe et aux yeux simplement fendus, est en position dominante et fait face aux autres protagonistes (fig. 2). Ces derniers, qui se distinguent par des yeux à double perforation et des coiffes élaborées, sont disposés en rayon autour d’un récipient miniature orienté vers le personnage principal. Il est clair qu’il existe entre le personnage principal et les autres des différences de statut. Il est à noter que le dépôt de regroupements de figurines en contexte funéraire n’est pas nouveau et a été documenté depuis longtemps pour la culture Chupícuaro, les différentes représentations miniatures se trouvant alors rassemblées dans des récipients en céramique (Estrada Balmori, 1949 ; Porter, 1969). Dans le cas décrit précédemment, nous estimons que l’association de personnages féminins, mais aux statuts différenciés, recréait peut-être en miniature une cérémonie ou un mythe mettant en scène un personnage qui assiste à une scène rituelle collective ou l’anime. Il n’est pas impossible que les figurines retrouvées en contexte domestique, utilisées cette fois isolément, aient également renvoyé, pars pro toto, à la même signification (McVicker, 2012).

fig. 2 – Reconstitution de l’offrande datant de la phase Chupícuaro récent (San Cayetano, Guanajuato)

fig. 2 – Reconstitution de l’offrande datant de la phase Chupícuaro récent (San Cayetano, Guanajuato)

Relevé B. Faugère, dessin S. Eliès (CNRS, UMR 8096)

12La fin de la tradition Chupícuaro correspond globalement sur le plan chronologique à la montée en puissance de Teotihuacan. Dans la région de Chupícuaro, comme dans la capitale du haut plateau central, de nombreuses figurines anthropomorphes sont encore produites, mais on observe des évolutions au cours de la séquence chronologique, avec la multiplication des représentations habillées pendant les phases les plus tardives. Parallèlement, le corpus archéologique s’élargit incorporant désormais les figures en pierre de plus grande taille et les représentations anthropomorphes sur les fresques. La multiplication des supports à partir de cette période pose de nouveaux problèmes à résoudre, concernant notamment les fonctions de ces représentations clairement de plus en plus diversifiées. Les conventions de représentations évoluent et deviennent plus variées, montrant de forts contrastes dans les choix faits par les producteurs, certaines étant figées et chargées de symboles, alors que d’autres sont plus réalistes. Un des intérêts à comparer ces représentations est de mettre en évidence les différences entre les figurines et productions animées, évoluant dans des environnements donnés et réalisant des actions déterminées, à celles qui sont figées et isolées et de nous interroger sur la nature et la portée de ces évolutions.

13Les exemples choisis dans ces deux ensembles seront donc utilisés pour discerner les parties du corps humain montrées, voire mises en valeur, de celles qui sont au contraire minorées ou cachées, et tenter de saisir en quoi une conception particulière du corps peut se traduire dans le langage iconographique.

Des pieds à la tête : le corps montré ou occulté

Corps nu/corps vêtu

14Une première observation générale permet de constater que, dans les hautes terres du Mexique, la façon de représenter l’être humain évolue au fil du temps : le plus souvent figuré nu ou suffisamment peu vêtu pour qu’on perçoive son corps entier au cours du Préclassique, il va progressivement se couvrir de vêtements et de parures à partir de l’époque classique. Cette évolution est à l’évidence particulièrement notable au sein des corpus de figurines de terre cuite dont l’abondance à Chupícuaro, comme à Teotihuacan, permet de mesurer le phénomène. Parallèlement se multiplient les représentations en pierre et, bien entendu, les peintures murales à Teotihuacan, parfois dans des dimensions monumentales. Les archéologues et les historiens de l’art ont tendance à expliquer ces évolutions par l’apparition de structures politiques de type « étatique » et de systèmes religieux qui se construisent, se complexifient et se formalisent (Pasztory, 2005). Pourtant, comme cela a été mentionné auparavant, subsistent à Teotihuacan des figurations anthropomorphes naturalistes, qui semblent occupées à des activités de la vie quotidienne et qui, dans ce cas, portent un simple pagne.

15Le corps nu reste ainsi l’une des caractéristiques les plus marquantes des corpus iconographiques préclassiques. Les abondantes figurines de terre cuite nues du haut plateau central et du centre nord du Mexique sont essentiellement féminines (fig. 3), et seulement exceptionnellement masculines (fig. 4a et b). Joyce Marcus a émis l’hypothèse que ces figures de terre cuite pouvaient être habillées à l’aide de vêtements miniatures en textile (Marcus, 1998), ce qui, en tout état de cause, n’a pas empêché les artisans de représenter le corps avec les détails anatomiques nécessaires à leur identification sexuelle. À la même époque, les hommes sont majoritairement représentés habillés, portant au moins un cache-sexe semblable au maxtlatl aztèque. À l’époque classique, les anthropomorphes complètement nus sont absents. On ne peut effectivement pas considérer que certaines figurines de terre cuite, précisément celles qui esquissent un mouvement, soient représentées nues et nous estimons qu’elles devaient porter des vêtements de textile ou de papier. Leur corps est, en effet, si schématique, composé de simples boudins d’argile grossièrement modelés et assemblés, qu’il ne fournit en réalité qu’une armature grossière destinée à supporter un visage, lui-même moulé. Les figurations réalistes des fresques du Tlalocan, qui semblent toutes masculines, portent elles-mêmes systématiquement un cache-sexe, ce qui confirme que la nudité complète n’était plus de mise dans la capitale du haut plateau central.

fig. 3 – Femmes nues. Région du lac de Cuitzeo

fig. 3 – Femmes nues. Région du lac de Cuitzeo

Clichés S. Oboukhoff (CNRS, USR 3225)

fig. 4 – Hommes nus, culture Chupícuaro

fig. 4 – Hommes nus, culture Chupícuaro

a) Collection Projet Chupícuaro
b) Groupe provenant du site de Cerro de la Cruz, Querétaro

a) Cliché B. Faugère ; b) Dessin S. Eliès (CNRS, UMR 8096)

16Quand le corps est caché par des vêtements, il s’agit donc de celui d’individus masculins au Préclassique, d’individus masculins et féminins au Classique. Dès le Préclassique moyen, des figurines de Tlatilco montrent, en effet, des hommes arborant des vêtements complexes et des masques (fig. 5a et b) qui renvoient vraisemblablement à leurs fonctions sociale et rituelle. Les masques couvrent la totalité ou une partie du visage et sont censés permettre à l’individu de présenter, ou d’acquérir, une nouvelle personnalité. Il est cependant parfois difficile d’affirmer à partir des objets archéologiques que certains personnages portent des masques, donc qu’ils participent à des performances où ils vont incarner un être différent, ou bien qu’ils sont en train de se transformer dans des processus chamaniques (fig. 5a).

fig. 5 – Exemples de figurines masculines habillées provenant du site de Tlatilco

fig. 5 – Exemples de figurines masculines habillées provenant du site de Tlatilco

Dessins S. Eliès (CNRS, UMR 8096)

17À la fin du Préclassique, les figurines, toujours majoritairement féminines, mais cette fois-ci au moins partiellement habillées, vont se généraliser avec une importance croissante des signes de prestige. Dans la région de Chupícuaro, les femmes comme les hommes cachent désormais le bas de leur corps par des jupes ou des cache-sexe (fig. 6).

fig. 6 – Figurine Purua avec jupe (phase Mixtlan : 100 av. j.-c. -250 apr. j.-c.)

fig. 6 – Figurine Purua avec jupe (phase Mixtlan : 100 av. j.-c. -250 apr. j.-c.)

Cliché S. Oboukhoff (CNRS, USR 3225)

  • 5 Malheureusement, le manque de contexte de ces pièces ne permet pas de déterminer si elles étaient d (...)

18À Teotihuacan, la plupart des anthropomorphes arborent des vêtements complets, jupe et blouse ou quexquemitl, et des coiffes variées. Ceux qui sont le moins vêtus, des hommes avec un simple cache-sexe ou dont le corps très grossièrement modelé est asexué et devait, comme cela a été dit précédemment, être couvert de costumes en matériaux périssables, s’inscrivent dans des groupes au sein desquels ils participent à des activités dans des environnements donnés. Les fresques de Tepantitla (dites du Tlalocan) en sont un exemple frappant : à l’intérieur et autour de la montagne d’abondance, les différents personnages nagent, jouent, dansent et se livrent à certaines activités rituelles, comme le jeu de balle. Il est inutile de revenir ici sur les différentes interprétations qui ont été données de cette scène (par exemple Pasztory, 1976 ; López Austin, 1994 ; Baudez, 2012) ; il nous importe, en revanche, de mettre en contraste les participants à des scènes collectives au caractère narratif, dont le corps est au moins partiellement montré, alors que se multiplient en parallèle les représentations habillées, dont les plus monumentales sont à l’évidence destinées à être exposées par elles-mêmes et où le costume va imposer une nouvelle lecture, cette fois plus clairement de type analogique. Parmi les figurines de terre cuite aussi, certaines pièces représentent une figure féminine à tête conique et cheveux en bandes horizontales ponctuées de ce que K. Taube interprète comme étant des lignes de grains de maïs et d’autres de grandes coiffes semblables à la barbe du maïs5. Le même auteur suggère que ces figures seraient peut-être une forme ancienne de la divinité Chicomecoatl ou de la Xilonen aztèques (Taube, 2009). D’autres encore, qui représentent une jeune femme portant des oiseaux quetzal et des fleurs dans sa coiffe, pourraient correspondre à une forme ancienne de Xochiquetzal (ibid., 2009). Ces interprétations issues de Teotihuacan renvoient à l’identification et à la fonction de ces représentations anthropomorphes qui restent des aspects très controversés (cf. notamment Headrick, 2007). Néanmoins, le fait de couvrir le corps de costumes et d’ornements de prestige, de signes distinctifs du costume associés à certaines fonctions sociales ou rituelles renvoie à la nécessité de création d’images visibles par elles-mêmes, composées d’un assemblage de concepts.

19L’art officiel transcrit dans les fresques comme dans la sculpture monumentale s’éloigne en effet nettement de la figure humaine réaliste (Pasztory, 2005). Dans les processions, les prêtres ou les guerriers sont hiératiques, leur corps caché par de lourds costumes et bijoux. Les symboles peuvent être assemblés sur un support anthropomorphe géométrisé, comme dans le cas de l’entité divine nommée Grande Déesse (fig. 7), dont les seules parties du corps visibles restent une bouche découvrant les dents et des mains partiellement humaines, pourvues de longues griffes recourbées. Par l’accumulation de symboles, ces représentations nous semblent d’une lecture complexe, mais elles ne font que traduire, cette fois-ci clairement, un mode de pensée analogiste.

fig. 7 – Fresque de Teotihuacan : la Grande Déesse

fig. 7 – Fresque de Teotihuacan : la Grande Déesse

Dessin S. Eliès (CNRS, UMR 8096)

La tête et le visage

20Dans son ensemble, le soin apporté à la représentation de la tête et du visage dans les productions précolombiennes est particulièrement notable, et plus encore pour les productions de terre cuite du Préclassique. À Chupícuaro, un soin extrême est apporté à la tête et à la coiffure, alors que le corps est souvent laissé schématique, en particulier les membres inférieurs et supérieurs qui ne sont la plupart du temps que simplement ébauchés.

21Au sein d’un même type (fig. 8), il existe une grande variété pour la représentation des cheveux et des coiffes ; on croit reconnaître les multiples manières de se coiffer (qui ont dû exister), frange ou raie au milieu, mèches pendant sur les épaules ou coupées au niveau des oreilles et une grande variété de coiffes, bandeaux et turbans. Les visages sont finement modelés mais inexpressifs, de forme ovale avec des joues pleines ou triangulaires. De grands yeux fendus sont placés de façon oblique dans le visage, et parfois même très oblique. Réalisés en relief, par l’application d’une pastille d’argile qui est ensuite imprimée ou perforée, les yeux peuvent être simplement fendus, présenter un centre par un plissement de la pâte ou une double perforation (Faugère, sous-presse). Les modèles de plus grande taille ont les yeux en losange ou de forme rhomboïde, dits « en diamant », dont la forme, à l’instar de conventions iconographiques du Mexique central, pourrait faire référence aux quatre côtés de la terre (cf. fig. 13). La bouche, charnue et parfois entrouverte, est formée grâce à la même technique, une pastille poinçonnée. Exceptionnellement, les bouches peuvent être ouvertes et laisser voir les dents, notamment dans certains exemplaires de figurines pleines de grande taille (au-dessus de 18 cm, cf. fig. 13) et dans les statuettes creuses. Ces façons de représenter les yeux et la bouche sont dans la plupart des cas contemporaines, ce qui indique que ces conventions devaient désigner des fonctions ou des états de la personne différents. C’est en tout cas ce que semble démontrer l’offrande des huit figurines regroupées en scène précédemment citée.

fig. 8 – Exemples de traitement du visage pour les types Munguia (600-400 av. j.-c.) et Chupícuaro (400-100 av. j.-c.) Tableau de la classification typologique des figurines du Projet Chupícuaro

fig. 8 – Exemples de traitement du visage pour les types Munguia (600-400 av. j.-c.) et Chupícuaro (400-100 av. j.-c.) Tableau de la classification typologique des figurines du Projet Chupícuaro

B. Faugère, dessins D. Salarzar

22L’importance donnée au visage par rapport au corps à cette période reculée de l’histoire de la Mésoamérique peut-elle être rapprochée de la place que les Mexica attachaient au visage ? Chez ces derniers comme chez les P’urhépecha, en effet, le visage est la partie du corps par laquelle s’expriment les vertus de l’individu, mais c’est là aussi que surgit la force vitale de l’haleine. C’est la partie la plus noble du corps, peut-être aussi parce que le tonalli, lié au soleil et à la chaleur, est placé au sommet de la tête. Le visage est aussi le reflet de la personnalité attachée au jour de naissance et de la position sociale de l’individu. Les yeux occupent également une place importante, selon López Austin citant un texte nahuatl : « la pupille est notre flambeau, lumière, clarté, avec laquelle on vit » et aussi « elle illumine, elle illumine les gens, elle enflamme, elle dirige » (1997). La bouche, quant à elle, est le lieu de l’haleine, du souffle vital ; c’est aussi bien entendu l’orifice qui permet de s’alimenter et l’un des points de circulation entre intérieur et extérieur du corps. Si la façon d’arranger la chevelure peut avoir une signification sur la position ou le statut de l’individu, comme chez les Mexica et les P’urhépecha, les ornements de tête sont évidemment aussi essentiels. R. Martínez González souligne qu’ils suivaient à l’époque de la Conquête des codes bien établis dans les formes adoptées et dans l’utilisation de certaines matières premières, comme certains types de végétaux, de cuirs, de textiles, de plumes ou d’éléments métalliques (2012 : 171).

23À Teotihuacan, le soin porté aux visages des figurines de terre cuite s’atténue. La très grande uniformité dans les conventions de représentation des visages est sans doute liée à l’emploi massif des moules qui reproduisent à l’infini des visages triangulaires au front large bordés de grandes boucles d’oreilles circulaires. En revanche, les coiffes sont variées et contribuent, au même titre que les vêtements, à indiquer le statut du personnage figuré. Sur tous les types de supports, figurine en terre cuite, en pierre ou fresque, la parure et le vêtement deviennent, à la place du visage, le langage employé pour qualifier la personne représentée.

Le corps et la parure

24Au Préclassique, où prédominent les corps représentés nus, toutes les figurines de terre cuite montrent des éléments de parure caractéristiques sur le torse et les membres. À Chupícuaro, la parure se compose d’éléments comptés : outre les boucles d’oreilles, on trouve systématiquement un collier, un ou deux bracelets et, pour les hommes uniquement, des ornements portés au niveau des jambes (fig. 4b et 9). Selon les époques, les colliers couvrent entièrement le cou de plusieurs rangs serrés, ont une forme arrondie ou en V, dans ce dernier cas avec en général un pendentif central (cf. fig. 3). Les colliers de forme arrondie, probablement les plus courants dans le type Chupícuaro (400-100 av. j.-c.), sont très variés ; ils peuvent aller d’un simple cordon avec un pendentif central simple ou double, être composés de perles successives, parfois entrelacées, ou encore de perles et de pendeloques.

25Les bracelets sont portés dans la plupart des cas sur les deux bras et semblent couvrir en rangs serrés l’ensemble de l’avant-bras. Un ornement particulier est constitué d’un élément qui semble matelassé porté sur le bras gauche (fig. 9b). Ces attributs ont été interprétés comme des protections pour la pratique du jeu de balle (Oliveros, 1972), ce qui reste à démontrer en l’absence de terrain de jeu de balle local à cette époque.

26Enfin, certaines représentations masculines portent une bande au niveau d’un ou des deux genoux, qui pourrait consister en un élément de costume lié à une fonction particulière. De même, certains montrent une pastille sur le pied (fig. 9b), indiquant peut-être une sorte de sandale ou bien un signe distinctif soulignant l’importance de ce segment corporel, particulièrement marqué chez les P’urhépecha de l’époque de la Conquête (Martínez González, 2012).

fig. 9 – Éléments de parure portés par des figurines Chupícuaro

fig. 9 – Éléments de parure portés par des figurines Chupícuaro

Cliché B. Faugère

27Les figurines sans vêtements de Teotihuacan ne portent, en revanche, pas de parure corporelle, ce qui contribue à appuyer l’idée qu’elles devaient, au moment de leur utilisation, avoir le corps recouvert d’habits en matériaux périssables. L’utilisation d’éléments indépendants assemblés sur un support anthropomorphe est d’ailleurs documentée dans les offrandes de la pyramide de la Lune, une statuette de pierre verte ayant notamment été trouvée accompagnée d’un lourd collier de perles indépendant, également en pierre verte (Sugiyama et López Luján, 2006). La mise en association d’objets dans un cadre rituel renvoie une fois de plus à la relation entre le tout et la partie, déjà évoquée pour les groupes de figurines, qui permet à certains objets isolés de porter une valeur symbolique connue dans le cadre d’interactions. Quant aux figurines ou autres représentations habillées, la parure fait partie intégrante du costume, les lourds colliers pouvant descendre jusqu’à la taille et les bracelets recouvrir une partie des bras. Il est clair que le prestige, mais aussi l’essence même des personnages figurés, s’affirme alors essentiellement par le vêtement et les bijoux.

La peau, les peintures et les tatouages, les scarifications

28Les peintures corporelles, les tatouages et les scarifications que les Mésoaméricains avaient l’habitude de porter sont évidemment très significatifs de la conception du corps, en particulier si l’on observe leurs emplacements qui désignent de façon particulière telle ou telle partie anatomique. Même si nous ne ferons ici qu’effleurer un sujet très vaste, qui demanderait une étude approfondie, l’emplacement, les couleurs et les motifs utilisés constituent un langage subtil où se mêlent des conventions stylistiques et des aspects liés au corps et au statut de la personne. Par définition, ces observations ne peuvent être réalisées que sur les objets représentant des corps nus ou partiellement nu, sauf évidemment en ce qui concerne le visage. Une autre difficulté est liée au fait que la plupart des figurines anthropomorphes préclassiques ont été peintes post-coction et que les pigments utilisés n’apparaissent dans le meilleur des cas que sous forme de trace dans les parties en creux. Quelques exemples suffisamment bien conservés illustrent cependant une focalisation sur les yeux, un centre sensoriel important, et sur le crâne, en particulier dans sa partie centrale où est censé se trouver le tonalli (fig. 10). Il est à noter d’ailleurs que la popularité de la coiffure en bandeau avec la raie au milieu met l’accent sur cette même partie du crâne et qu’elle est parfois très accentuée, donnant à la tête une forme de cœur, et/ou peinte (cf. fig. 8).

fig. 10 – Figurine Chupícuaro avec traces de peinture

fig. 10 – Figurine Chupícuaro avec traces de peinture

Cliché S. Oboukhoff (CNRS, USR 3225)

Concernant le corps, nous ne nous appuierons ici que sur les exemples de représentations anthropomorphes peintes pré-coction, sur les pastilles posées sur le corps qui pourraient représenter des déformations de la peau obtenues par scarification et sur l’emplacement de certaines incisions.

29Les statuettes creuses Chupícuaro sont connues pour leur surface polie recouverte de riches décors polychromes géométriques. Ces décors couvrent systématiquement le torse, le haut des cuisses et des hanches (fig. 11), parfois les épaules et les bras comme dans le cas de la statuette exposée au Pavillon des Sessions du musée du Louvre. Ces décors sont composés de carrés, assez souvent emboîtés à différentes échelles, et de lignes ondulées pour ce qui concerne les cuisses et les hanches. On considère fréquemment que le décor apposé sur cette partie du corps pourrait figurer un vêtement, alors que le vêtement caractéristique pour les femmes est la jupe et non la culotte. En revanche, l’emplacement de ces décors correspond bien à celui des forces animiques majeures et mineures (cf. fig. 1), notamment le centre du torse où se trouve un des centres majeurs, le cœur (yóllotl) associé à la force vitale et à la surface de la terre, et la tête avec la fente frontale siège du tonalli.

fig. 11 – Statuette creuse Chupícuaro

fig. 11 – Statuette creuse Chupícuaro

Cliché S. Oboukhoff (CNRS, USR 3225)

30La mise en valeur des épaules se matérialise par des motifs peints ou par l’application de fines pastilles d’argile disposées à espace régulier notamment sur les figurines de terre cuite. Ces pastilles d’épaule, fréquentes dans l’occident du Mexique, pourraient évoquer de possibles scarifications et souligner un rôle particulier de ce segment corporel.

31Enfin, d’autres figurines présentent des incisions aux articulations et en particulier dans le bas du ventre et en haut des cuisses (fig. 12) qui pourraient avoir correspondu dans la vie réelle à des scarifications ou à des peintures corporelles et viseraient peut-être également à rehausser cette partie du corps, siège de certaines forces animiques (cf. fig. 1).

fig. 12 – Corps figurines Purua

fig. 12 – Corps figurines Purua

Dessin F. Bagot (CEMCA)

Extérieur et intérieur du corps

32Nous souhaitons évoquer ici ce que l’enveloppe corporelle est censée couvrir ou cacher. Si la peau est considérée comme recouvrant un ensemble hétérogène de composants individuels, certains de ces composants peuvent être parfois représentés sur quelques objets, comme dans le cas du fameux Mictlantecuhtli partiellement décharné, localisé dans les fouilles du Templo Mayor de Tenochtitlan, qui montre le foie, un centre animique majeur associé à l’inframonde, pendant depuis la cage thoracique. Pour ce qui concerne les productions plus anciennes du Préclassique et du Classique, les exemples semblent moins parlants, mais on note tout de même un intérêt à indiquer certains orifices, lieux de communication entre intérieur et extérieur du corps. En revanche, on ne peut évoquer le corps au Préclassique sans mentionner l’omniprésence de l’état gravide, au point que la supériorité numérique des figurines féminines pourrait s’expliquer par la nécessité de représenter la femme enceinte. Montrer la femme enceinte, c’est exhiber une enveloppe corporelle déformée par un contenu, le fœtus considéré comme un futur humain. Enfin, nous aborderons ici le cas des fameuses figurines dites host de Teotihuacan qui sont creuses et qui comportent une ou plusieurs ouvertures permettant de voir ce qu’il y a à l’intérieur du corps.

Les orifices

33La représentation des orifices qui permettent un passage entre l’extérieur et l’intérieur du corps nous semble très significative de la conception du corps à l’époque préhispanique. Notons dès à présent qu’en dehors de la fente pubienne pour les femmes, les orifices de la partie inférieure du corps, et en particulier l’anus, ne sont jamais représentés, ce qui correspond vraisemblablement à une notion dégradante attachée à ces parties du corps. En revanche, le nombril, orifice fermé au moment de la naissance et considéré dans la philosophie des anciens Mexicains comme le centre de la dignité de l’individu, est systématiquement figuré par une perforation plus ou moins profonde. Sur le visage, les orifices sont liés aux sens et sont considérés par López Austin (1980) comme des points par lesquels peuvent filtrer les forces animiques contenues à l’intérieur du corps. Ces points de circulation sont clairement représentés, les oreilles sont systématiquement soulignées par des ornements, les yeux et la bouche soigneusement modelés et les narines apparaissent dans la plupart des cas comme de fines perforations sous le nez. Le fait que certains de ces orifices soient parfois figurés de manière peu réaliste, comme par une double perforation (fig. 12), pourrait indiquer qu’ils reflètent une réalité intérieure différente de ce que le regard autorise. Par ailleurs, la bouche, assez fréquemment représentée entrouverte, peut laisser voir des dents acérées (fig. 13), ce qui renvoie à la fonction dévoratrice — bien connue dans les conventions iconographiques du Mexique central comme chez certains groupes actuels — des entités divines ou des êtres surnaturels à connotation terrestre.

fig. 13 – Tête de figurine de type Chupícuaro (400-100 av. j.-c.) montrant une bouche avec des dents pointues

fig. 13 – Tête de figurine de type Chupícuaro (400-100 av. j.-c.) montrant une bouche avec des dents pointues

Cliché B. Faugère

Le corps gravide : l’enfant dans la mère

  • 6 Entre autres Halperin et al., 2009 ; Joyce, 2009 ; Marcus, 1998, 2009.

34La forte proportion de représentations féminines dans les figurines de terre cuite préclassiques peut s’expliquer, selon nous, par la volonté de représenter l’état gravide (fig. 14). Le fait que certaines femmes sont également accompagnées d’enfants en bas âge montre les préoccupations liées à la grossesse, à l’accouchement et aux premiers mois de la vie. Pour la plupart des auteurs6, la fréquence du thème de la maternité renvoie à la fonction des miniatures anthropomorphes de terre cuite, à leurs possibles usages curatifs particulièrement utiles lors de cette période de grande vulnérabilité pour la mère et l’enfant, avec une forte mortalité. Cependant, nous souhaiterions proposer ici une autre interprétation. López Austin (1980) souligne que la figure de la mère suprême, la terre, était aussi un symbole de mort, l’accouchement étant assimilé au moment de l’agonie. Représenter la femme gravide revient à évoquer l’idée de cycle de vie, celle de la naissance d’un nouvel être qui va prendre le relais des vies antérieures.

fig. 14 – Femme enceinte, culture Chupícuaro

fig. 14 – Femme enceinte, culture Chupícuaro

Cliché S. Oboukhoff (CNRS, USR 3225)

35La présence d’un enfant dans le ventre déformé de la mère pourrait en effet constituer une clef interprétative essentielle. Le même auteur (López Austin, 1997) souligne que, dans les croyances, de mauvaises expériences faites par la future mère pouvaient causer préjudice à l’enfant à naître. Plus que de protection liée aux conséquences médicales de l’accouchement, il s’agirait alors de protéger l’enfant à naître dans son intégrité d’être humain. En effet, la naissance de l’individu est le moment où celui-ci se charge des essences divines qui vont le caractériser et déterminer une partie de son destin. Ce qui est montré dans ces figurines, ce serait alors l’enfant caché dans le ventre de sa mère, un nouvel être qu’il faut protéger car il perpétue les cycles de la vie.

Montrer l’intérieur du corps : les figurines gigognes dites « Host » de Teotihuacan

36Certaines figurines appartenant à la culture de Teotihuacan ont la particularité de présenter une ouverture, sur le thorax et sur les membres, dégageant une trappe qui permet de voir à l’intérieur du corps. Bien que peu nombreuses, ces pièces sont extrêmement intéressantes, car elles montrent une enveloppe corporelle habitée par des entités autonomes qui sont représentées sous la forme de personnages entiers, richement vêtus. Dans l’exemplaire illustré figure 15, le revers de la trappe aménagée dans le thorax est décoré d’une figure féminine dont la coiffe, les vêtements et les bijoux dénotent un statut particulièrement prestigieux.

fig. 15 – Figurine « host » de Teotihuacan

fig. 15 – Figurine « host » de Teotihuacan

Dessin S. Eliès (CNRS, UMR 8096)

37Un autre exemple fameux a été localisé en zone maya dans le dépôt 69 du site de Becan (Ball, 1974) : il comportait, pour sa part, des figurines et d’autres artefacts miniatures dans l’ensemble du corps creux, c’est-à-dire dans la tête, le thorax et les quatre membres. Notons d’emblée que, dans un cas comme dans l’autre, le corps contenant, assis, est véritablement représenté comme une enveloppe : il est nu et asexué, sans pieds ni mains, et son visage n’apparaît que comme une face au masque absent et aux yeux vides. La figurine de Becan contient dix figurines, six rondelles de coquillage, quatre bivalves et un récipient double miniature. Dans la tête ont été placées deux figurines, la plus grande de l’ensemble représentant le dieu de l’orage, dont la coiffure pourrait évoquer le glyphe de la montagne orné d’un miroir (Bonnafoux et al., 2011), tandis que la seconde, un personnage de pied portant un oiseau dans sa coiffe et exhibant un miroir en pectoral, était placée à l’arrière de la tête. À l’intérieur du thorax, la figurine adopte une forme de tête du même dieu de l’orage, mais émergeant d’une gueule de jaguar emplumé. Plus bas, au niveau de l’abdomen, une tête de rapace nocturne surplombant une rondache croisée de javelines, qui est elle-même ornée d’une étoile et d’un motif central de main, appartiendrait au complexe guerre-sacrifice (Bonnafoux et al., 2011). Deux porteurs de miroirs, de face, dont la coiffe est, cette fois-ci, rectangulaire, se retrouvent dans les membres supérieurs ; ils sont accompagnés de deux personnages casqués de profil. Dans les membres inférieurs à côté de figures de profil portant des heaumes à mentonnières étaient déposés les artefacts miniatures. Du point de vue de leur répartition, il est particulièrement notable que les figurines de la tête et du thorax se distinguent des autres par leur importance et que celles des membres fonctionnent systématiquement par paires. Ces êtres miniatures supérieurs qui habitent à l’intérieur du corps peuvent-ils être considérés comme la manifestation dans le système de pensée analogique, où la personne humaine est perçue comme un monde miniature, des charges hétérogènes qui se logent à l’intérieur de son corps ? Comme le soulignent très justement Bonnafoux et al. (2011), parmi les dix personnages contenus dans la figurine de Becan, les plus richement ornés étaient précisément placés dans la tête et au niveau du cœur et du foie, les centres animiques majeurs. La figure dominante du dieu de l’orage et celle du personnage à coiffe d’oiseau, placées dans la tête, pourraient faire référence au concept de l’« air » et être associées au tonalli. La figure de ce même dieu de l’orage, mais cette fois émergeant d’une gueule de jaguar, placée au niveau du cœur, serait liée au concept de yóllotl, le monde central du Tlalocan et de l’eau. Tandis que la dernière figurine, liée au complexe guerre-sacrifice, serait la matérialisation de l’ihíyotl, logé dans le foie. Par ailleurs, les deux figures de l’abdomen pourraient également se référer à la composition de la matière légère et invisible contenue à l’intérieur du corps, conçue comme la combinaison d’une force sombre, froide et humide, représentée dans ce cas par la figure du dieu de l’orage, et d’une force lumineuse, chaude et sèche, incarnée par l’oiseau guerrier. Dans cette interprétation, les figurines déposées à l’intérieur de cette enveloppe corporelle seraient bien la représentation des forces animiques, elles-mêmes renvoyant à la constitution même des strates du cosmos (López Austin, 1980 : 398). Ces êtres physiques contenus dans l’enveloppe humaine pourraient figurer ainsi les entités indépendantes qui constituent, telle une mosaïque, l’essence de la personne humaine.

*

* *

38Dans cette étude, nous avons tenté d’explorer en quoi ce qui est montré ou occulté dans les représentations anthropomorphes précolombiennes des hautes terres du Mexique central au Préclassique et au Classique semble faire écho à la conception du corps et de la personne telle qu’elle est souvent décrite dans les sources textuelles et les études anthropologiques. Cette conception se manifeste de façon différente selon les époques, suivant qu’il s’agit de sociétés villageoises ou étatiques, ou encore selon la fonction de l’objet anthropomorphe et notamment s’il est destiné à incorporer des scènes narratives ou bien à être vu par lui-même. Néanmoins elle persiste comme un élément structurant de la manière de penser. Au Préclassique, l’emphase est portée sur une figuration plus « individualisée » qui représente l’humain ou des entités surnaturelles de façon assez réaliste ; l’investissement est porté surtout sur le visage, la coiffure et la coiffe, les bijoux, mais aussi sur les organes sensoriels et semble-t-il sur certaines parties du corps où se concentrent, selon López Austin, les forces animiques (thorax, cou, articulations). Les ornements ne sont pas distribués au hasard mais placés de façon préférentielle près ou sur des centres animiques, comme s’ils en constituaient des prolongations. L’idée même du cycle de la vie est transcrite par la représentation de la femme enceinte. Ces objets, probablement destinés à participer à des scènes collectives, pouvaient ensuite être utilisés pars pro toto de façon isolée. Au Classique, les figurines sont désormais majoritairement habillées et produites dans un cadre plus standardisé. L’individu est représenté, cette fois clairement, au service des rituels de l’appareil d’État. Les entités divines de l’art officiel s’éloignent souvent de l’anthropomorphisme pour adopter un langage conceptuel et symbolique, alors que des scènes de groupe montrent des activités humaines, dans le cadre de rituels. L’expression apparemment figurative du Préclassique est en quelque sorte conceptualisée dans des images plus abstraites au Classique, en particulier quand il s’agit de représenter des êtres surnaturels. Les éléments du costume et de la parure composent alors un langage explicite qui vient se substituer à celui contenu dans la simple représentation du corps. Enfin, les figurines gigognes montrent, là aussi de façon explicite, que l’être humain est habité par des forces indépendantes. L’enveloppe corporelle recouvre, au Classique comme au Préclassique, une mosaïque de composantes différentes qui peuvent s’exprimer ou circuler par les orifices : le souffle et la perception des bruits et des odeurs notamment. Quant aux yeux, ils pourraient bien révéler l’essence même de l’être, comme cela apparaît clairement pour les représentations aux yeux en forme de rhomboïde et aux bouches dentées. Ces quelques éléments dénotent que le corps, des pieds à la tête, tel qu’il est montré ou occulté, mais aussi ce qui est montré de l’intérieur du corps dans les pièces archéologiques, transcrit une manière particulière des Mésoaméricains de penser l’humain.

Haut de page

Bibliographie

Ball, Joseph W.
1974
A Teotihuacan-style cache from the Maya Lowlands, Archaeology, 27 (1) : 1-9.

Baudez, Claude-François
1999 Le sens caché des caches, Bulletin de la Société suisse des américanistes, 63 : 11-23.
2012 La douleur rédemptrice : l’autosacrifice précolombien (Paris, Riveneuve Éditions).

Bonnafoux, Patrice, Latsanopoulos, Nicolas, Patrois, Julie, Arnauld, Marie-Charlotte, Michelet, Dominique, Nondédéo, Philippe et Pereira, Grégory
2011 L’un dans l’autre : figurines gigognes du Dépôt Spécial 69-2 de Becan, Mexique, in F. Wateau, C. Perlès et P. Soulier (éd.), Profils d’objets : approches d’anthropologues et d’archéologues (Paris, De Boccard) : 59-69 [colloques de la maison René-Ginouvès, 7].

Broda, Johanna, Iwaniszewski, Stanislaw et Montero, Arturo (éd.)
2001
La montaña en el paisaje ritual (Mexico, Consejo Nacional para la Cultura y las Artes/Universidad Nacional Autónoma de México, Instituto Nacional de Antropología e Historia/Universidad Autónoma de Puebla).

Chamoux, Marie-Noëlle
1989
La notion nahua d’individu : un aspect du tonalli dans la région de Huachinango, Puebla, in D. Michelet (éd.), Enquêtes sur l’Amérique moyenne : mélanges offerts à Guy Stresser-Péan (Mexico, Centro de Estudios Mexicanos y Centroamericanos/Instituto Nacional de Antropología e Historia/Consejo Nacional para la Cultura y las Artes) : 303-311.
2011
Persona, animacidad, fuerza, in P. Pitrou, M. C. Valverde Valdés et J. Neurath (éd.), La noción de vida en Mesoamérica (Mexico, Centro de Estudios Mexicanos y Centroamericanos/Universidad Nacional Autónoma de México) : 155-180.

Descola, Philippe
2010 La fabrique des images : visions du monde et formes de la représentation (Paris, Musée du quai Branly/Somogy).

Drucker, Philip et al.
1959
Excavations at La Venta, Tabasco, 1955, Washington DC [Smithsonian Institution, Bureau of American Ethnology, 170].

Estrada Balmori, Elma
1949
Funeraria en Chupícuaro, Guanajuato, Anales del Instituto Nacional de Antropología e Historia, 3 : 79-87.

Faugère, Brigitte
sous-presse
Las figurillas Chupícuaro (600 a.C. – 250 d.C.) : aportes de la tecnología cerámica al conocimiento de los modos de producción durante el Preclásico reciente, in A. Daneels et C. Pomédio (éd.), La tecnología cerámica en Mesoamérica (Mexico, Universidad Nacional Autónoma de México, Instituto de Investigaciones Antropológicas).

Galinier, Jacques
1990
La mitad del mundo : cuerpo y cosmos en los rituales otomíes (Mexico, Universidad Nacional Autónoma de México/Centro de Estudios Mexicanos y Centroamericanos/Instituto Nacional Indigenista).

Halperin, Christina T., Faust, Katherine A., Taube, Rhonda et Giguet, Aurore
2009
Mesoamerican figurines : Small-scale indices of large-scale social phenomena (Gainesville, University Press of Florida).

Headrick, Annabeth
2007
The Teotihuacan trinity : The sociopolitical structure of an Ancient Mesoamerican city (Austin, University of Texas Press).

Joyce, Rosemary A.
2009
Making a world of their own : Mesoamerican figurines and Mesoamerican figurine analysis, in C. T. Halperin, K. A. Faust, R. Taube et A. Giguet (éd.), Mesoamerican figurines : Small-scale indices of large-scale social phenomena (Gainesville, University Press of Florida) : 407-426.

León Portilla, Miguel
1985 La pensée aztèque (Paris, Le Seuil).

López Austin, Alfredo
1980
Cuerpo humano e ideología : las concepciones de los Antiguos Nahuas, 2 vol. (Mexico, Universidad Nacional Autónoma de México, Instituto de Investigaciones Antropológicas).
1994
Tamoanchan y Tlalocan (Mexico, Fondo de cultura Económica).
1997 Les paradis de brume : mythes et pensée religieuse des anciens Mexicains (Paris, Maisonneuve et Larose).

Marcus, Joyce
1998
Women’s ritual in formative Oaxaca : Figurine-making, divination, death, and the ancestors (Ann Arbor, University of Michigan) [memoirs of the Museum of Anthropology, 33].
2009
Rethinking figurines, in C. T. Halperin, K. A. Faust, R. Taube et A. Giguet (éd.), Mesoamerican figurines : small-scale indices of large-scale social phenomena (Gainesville, University Press of Florida) : 25-50.

Martínez González, Roberto
2012
De pies a cabeza : una primera aproximación a la imagen corporal p’urhépecha a través de la Relación de Michoacán, Anales de Antropología, 46 : 155-202.

McVicker, Donald
2012
Figurines are us ? The social organization of Jaina Island, Campeche, Mexico, Ancient Mesoamerica, 23 (2) : 211-234.

Oliveros, Arturo
1972
Sobrevivencias del juego de pelota prehispánico, in J. Litvak et N. Castillo (éd.), Religión en Mesoamérica, XII Mesa Redonda (Mexico, México editores).

Pasztory, Esther
1976
The murals of Tepantitla, Teotihuacan (New York, Garland Publishing).
2005
Thinking with things : Toward a new vision of art (Austin, University of Texas Press).

Porter, Muriel
1969
A reappraisal of Chupícuaro, in J. D. Frierman (éd.), The Natalie Wood collection of Precolumbian ceramics from Chupicuaro, Guanajuato at UCLA (Los Angeles, University of California) : 5-15.

Robichaux, David
2008
Lluvia, granizo y rayos : especialistas meteorológicos y cosmovisión mesoamericana en la región de La Malinche, Tlaxcala, in A. Lammel, M. Goloubinoff et E. Katz (éd.), Aires y lluvias : antropología del clima en México (Mexico/Paris, Centro de Estudios Mexicanos y Centroamericanos, Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social/Institut de Recherche pour le Développement) : 395-432.

Sandstrom, Alan R.
2009
The weeping baby and the Nahua corn spirit. The human body as key symbol in the Huasteca veracruzana, Mexico, in C. T. Halperin, K. A. Faust, R. Taube et A. Giguet (éd.), Mesoamerican figurines : small-scale indices of large-scale social phenomena (Gainesville, University Press of Florida) : 261-296.

Sugiyama, Saburo et López Luján, Leonardo
2006
Simbolismo y función de los entierros dedicatorios de la Pirámide de la Luna en Teotihuacán, in L. López Luján, D. Carrasco et L. Cué (éd.), Arqueología e Historia del Centro de México (Mexico, Instituto Nacional de Antropología e Historia) : 131-151.

Taube, Karl
2009
La religión en Teotihuacán, in Teotihuacan cuidad de los disoses (Mexico, Instituto Nacional de Antropología e Historia) : 47-51.

Haut de page

Notes

1 Je remercie sincèrement Danièle Dehouve ainsi que les deux évaluateurs de la version préliminaire pour leurs remarques constructives qui ont permis d’améliorer le texte et leurs précieuses orientations bibliographiques dans le domaine de l’anthropologie.

2 Broda et al., 2001 ; Chamoux, 1989, 2011 ; Galinier, 1990 ; López Austin, 1980 ; Martínez González, 2012 ; Robichaux, 2008 ; Sandstrom, 2009.

3 La proximité géographique du corpus étudié rend des comparaisons possibles et intéressantes.

4 L’étude du corpus de représentations miniatures en terre cuite du Projet Chupicuaro est, en effet, actuellement en cours.

5 Malheureusement, le manque de contexte de ces pièces ne permet pas de déterminer si elles étaient destinées à intégrer des groupes dans des scènes ou bien si elles étaient montrées isolées.

6 Entre autres Halperin et al., 2009 ; Joyce, 2009 ; Marcus, 1998, 2009.

Haut de page

Table des illustrations

Titre fig. 1 – Les centres de forces vitales selon López Austin (1980)
Crédits Dessin S. Eliès (CNRS, UMR 8096)
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9622/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre fig. 2 – Reconstitution de l’offrande datant de la phase Chupícuaro récent (San Cayetano, Guanajuato)
Crédits Relevé B. Faugère, dessin S. Eliès (CNRS, UMR 8096)
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9622/img-2.png
Fichier image/png, 297k
Titre fig. 3 – Femmes nues. Région du lac de Cuitzeo
Crédits Clichés S. Oboukhoff (CNRS, USR 3225)
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9622/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre fig. 4 – Hommes nus, culture Chupícuaro
Légende a) Collection Projet Chupícuaro b) Groupe provenant du site de Cerro de la Cruz, Querétaro
Crédits a) Cliché B. Faugère ; b) Dessin S. Eliès (CNRS, UMR 8096)
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9622/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre fig. 5 – Exemples de figurines masculines habillées provenant du site de Tlatilco
Crédits Dessins S. Eliès (CNRS, UMR 8096)
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9622/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre fig. 6 – Figurine Purua avec jupe (phase Mixtlan : 100 av. j.-c. -250 apr. j.-c.)
Crédits Cliché S. Oboukhoff (CNRS, USR 3225)
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9622/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Titre fig. 7 – Fresque de Teotihuacan : la Grande Déesse
Crédits Dessin S. Eliès (CNRS, UMR 8096)
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9622/img-7.png
Fichier image/png, 149k
Titre fig. 8 – Exemples de traitement du visage pour les types Munguia (600-400 av. j.-c.) et Chupícuaro (400-100 av. j.-c.) Tableau de la classification typologique des figurines du Projet Chupícuaro
Crédits B. Faugère, dessins D. Salarzar
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9622/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Titre fig. 9 – Éléments de parure portés par des figurines Chupícuaro
Crédits Cliché B. Faugère
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9622/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 316k
Titre fig. 10 – Figurine Chupícuaro avec traces de peinture
Crédits Cliché S. Oboukhoff (CNRS, USR 3225)
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9622/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre fig. 11 – Statuette creuse Chupícuaro
Crédits Cliché S. Oboukhoff (CNRS, USR 3225)
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9622/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre fig. 12 – Corps figurines Purua
Crédits Dessin F. Bagot (CEMCA)
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9622/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre fig. 13 – Tête de figurine de type Chupícuaro (400-100 av. j.-c.) montrant une bouche avec des dents pointues
Crédits Cliché B. Faugère
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9622/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre fig. 14 – Femme enceinte, culture Chupícuaro
Crédits Cliché S. Oboukhoff (CNRS, USR 3225)
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9622/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Titre fig. 15 – Figurine « host » de Teotihuacan
Crédits Dessin S. Eliès (CNRS, UMR 8096)
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9622/img-15.png
Fichier image/png, 19k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Brigitte Faugère, « Montrer ou cacher le corps humain », Ateliers d'anthropologie [En ligne], 40 | 2014, mis en ligne le 03 juillet 2014, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://ateliers.revues.org/9622 ; DOI : 10.4000/ateliers.9622

Haut de page

Auteur

Brigitte Faugère

Professeure, ArchAm–UMR8096, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne/CNRS
brigitte.faugere@univ-paris1.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org