Navigation – Plan du site

L’ethnographie et l’anthropologie religieuses de Cuba : repères historiques et bibliographiques

La etnografía y la antropología religiosas de Cuba: puntos de referencia históricos y bibliográficos
Emma Gobin et Géraldine Morel
Traduction(s) :
Ethnography and Religious Anthropology of Cuba: Historical and Bibliographical Landmarks

Résumés

Le développement que connaissent aujourd’hui les études sur Cuba, en particulier l’ethnographie des pratiques religieuses dites « d’origine africaine », n’est pas le fruit du hasard. Cet article introductif revient sur les conditions sociohistoriques spécifiques qui ont présidé à ce renouveau en les replaçant dans le contexte politique et idéologique cubain. Afin d’établir quelques repères bibliographiques dans un domaine d’études devenu particulièrement dynamique, il évoque aussi certaines tendances de la production scientifique relative aux religions cubaines en répertoriant et en commentant plusieurs études conduites récemment. Selon qu’elles proviennent des États-Unis, d’Europe ou de Cuba, ces dernières témoignent de sensibilités diverses qui sont brièvement pointées avant de présenter les principales caractéristiques du champ religieux « afro-cubain » puis d’évoquer les thématiques qui émergent de ce numéro, également représentatives de certaines orientations de l’anthropologie religieuse contemporaine.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Nous remercions les relecteurs choisis par la revue Ateliers d’anthropologie, qui nous ont incité (...)

1L’édition de ce dossier est issue d’un appel à contributions intitulé « Anthropologies émergentes de Cuba ». Initialement lancé par Valerio Simoni (université de Leeds) et Géraldine Morel (université de Neuchâtel), il a circulé au sein d’un réseau de « jeunes chercheurs » s’étant pour la plupart rencontrés à Cuba, durant des événements scientifiques ou sur le terrain. Sur une quinzaine de contributions reçues, près de la moitié portait sur la religion et provenait de chercheurs appartenant à des institutions européennes. Il semblait donc cohérent de les rassembler dans un numéro à part dont nous avons repris la coordination. Si le développement que connaissent aujourd’hui les études religieuses cubaines en Europe s’inscrit dans un renouveau plus général des études afro-américaines (Palmié, 2005 ; Capone, 2007), il se doit aussi à la conjonction de facteurs nationaux propres à Cuba. Ce n’est effectivement pas un hasard si les recherches ethnographiques sur ce pays, et sur le thème religieux en particulier, se sont singulièrement développées au cours des dernières années. Dans cet article introductif, nous reviendrons sur les conditions sociohistoriques spécifiques qui ont présidé à ce renouveau en les replaçant dans le contexte politique et idéologique cubain. Afin d’établir des jalons bibliographiques nécessaires au sein d’un domaine d’études devenu particulièrement dynamique, nous évoquerons aussi certaines tendances de la production scientifique relative aux religions cubaines en répertoriant et en commentant plusieurs études conduites récemment. Selon qu’elles proviennent des États-Unis, d’Europe ou de Cuba, ces dernières témoignent d’orientations diverses dont nous tenterons de dégager les lignes de force avant d’introduire les principales caractéristiques du champ religieux « afro-cubain » puis de présenter les thématiques qui émergent des articles réunis dans ce numéro1.

1959 et 1991 : deux marqueurs historiques pour la recherche cubaine et étrangère

  • 2 Pour des ouvrages de référence, cf., entre nombre d’autres, Levesque, 1976 ; Kirk, 1989 ; Moore, 19 (...)
  • 3 L’expulsion célèbre d’Oscar Lewis et de son équipe, qui avaient été accueillis par les autorités cu (...)

2Deux dates sont essentielles pour comprendre l’histoire de Cuba dans tous les domaines, y compris celle du développement de la recherche nationale et étrangère sur ce pays ou, a fortiori, celle du statut variable des religions locales. La première est bien sûr l’année 1959, qui a vu le triomphe de la Révolution castriste avec tous ses espoirs et ses promesses. La seconde est l’année 1991 qui a quant à elle marqué le début de la tristement célèbre « Période spéciale en temps de paix » — état d’urgence et de pénuries consécutif au démantèlement du principal partenaire économique de l’île qu’était l’URSS et dont le pays se remet à peine. Durant la période définie par ces deux repères majeurs, les recherches en sciences humaines et sociales sur Cuba ont été largement monopolisées par les chercheurs cubains eux-mêmes. En Europe et en Amérique du Nord, elles se sont souvent limitées aux sciences économiques et politiques ou bien encore à des recherches de type historique2, et pour cause. Quelques anthropologues étrangers intéressés par la question religieuse s’étaient ponctuellement rendus à Cuba avant 1959 — W. Bascom (1950, 1952, 1953) y avait mené des recherches dans les années 1940 ; A. Métraux et P. Verger (1994) avaient aussi visité l’île par curiosité comparative et sur l’invitation de leur collègue cubaine Lydia Cabrera. Après la Révolution cependant et dans le contexte de la guerre froide, la conduite d’enquêtes ethnographiques s’est rapidement révélée impossible pour des chercheurs occidentaux, à peu d’exceptions près (cf. par exemple Dumont, 1964 ou Lewis et al., 1977-19783).

  • 4 L’histoire de ces institutions est trop longue pour être retracée ici mais mentionnons parmi elles (...)
  • 5 Ce choix thématique faisait aussi écho à certains programmes de l’Unesco relatifs à la « présence a (...)
  • 6 S. T. Díaz Fabelo (1967, 1969, 1970) fut par exemple un auteur très prolixe mais qui demeure mécon (...)

3En matière de recherche et de recueil de données empiriques, l’État castriste entendait en effet orienter et encadrer la production scientifique dans l’objectif d’en faire l’un des artisans actifs de la construction révolutionnaire. Cette production fut ainsi dévolue à des chercheurs nationaux — folkloristes, ethnologues et musicologues, dans une moindre mesure, historiens — qui intégrèrent différentes institutions scientifiques et/ou culturelles d’État créées dans ce but4. Des tâches parfois paradoxales et répondant à des fins idéologiques explicites leur furent alors assignées. On attendit notamment d’eux qu’ils participent à la construction et à la promotion d’une identité nationale unifiée et unique, à la valorisation de cultures considérées jusqu’alors comme subalternes et revendiquées comme constitutives de l’identité non-européenne du pays ainsi qu’à l’identification et à l’étude de pratiques et de représentations considérées comme nuisibles à l’édification du socialisme et potentiellement destinées à être éradiquées. Selon cette triple optique et dans une continuité relative avec les écrits prérévolutionnaires de « pères-fondateurs » tels que F. Ortiz ([1906] 1995, [1951] 1981), R. Lachatañeré ([1943-1949] 1992) et L. Cabrera ([1954] 1996), l’une des premières thématiques abordées fut celle des religions « afro-cubaines », dites aussi « d’origine africaine ». Avant que de nouvelles priorités de recherche ne soient définies, de nombreux articles publiés dans des revues nationales défrichèrent le champ empirique en présence5 (panthéons locaux, aspects morphologiques et mythologiques de certaines pratiques cultuelles, iconographie et vocabulaire vernaculaire, organisation sociale et hiérarchies sacerdotales, etc., cf. Actas del Folklore, 1961, n° 1 à 12 ; Etnología y Folklore, 1966-1969, n° 1 à 9). Quelques ouvrages, tels que ceux de J. Luciano Franco (1959, 1961) ou de S. T. Díaz Fabelo (1960), parfois négligés (à tort) par la postérité du fait de leur mauvaise diffusion, furent aussi publiés parallèlement6.

  • 7 Cf. par exemple la réédition des textes de R. López Valdés (1985) datant pour la majorité des ann (...)
  • 8 Pour les premiers articles dans des revues scientifiques, cf. par exemple Sandoval, 1979 ; Martínez(...)

4Dans le courant des années 1970, le thème « afro-cubain » fut délaissé par les chercheurs cubains en raison d’une réorientation de la politique scientifique qui coïncida avec la mort du « père des sciences sociales cubaines », Fernando Ortiz (1881-1969), qui avait jusqu’alors occupé la présidence de l’Académie des sciences, créée en 1961 pour superviser la recherche nationale, et encouragé l’étude des pratiques religieuses locales. Comme en témoignent les parcours et les souvenirs de ceux qui étaient en activité à l’époque, cette réorientation se fit en faveur de l’étude extensive des cultures provinciales et « populaires » rurales (cultura popular tradicional). Elle se développa dans le cadre d’un ambitieux projet dit de l’« Atlas ethnographique de Cuba (Atlas etnográfico de Cuba) » qui mobilisa la communauté scientifique du pays pendant presque deux décennies pour aboutir à deux publications tardives (CIDCC/Centro de antropología, 1999a et b). L’étude des religions afro-cubaines ne tomba pourtant pas complètement en désuétude. Tout d’abord, quelques-uns continuèrent de publier ponctuellement sur la question7, mais surtout, ironie du sort, c’est aux États-Unis, pays ennemi par excellence, que ce thème de recherche se maintint en pointillé. Plusieurs auteurs cubains exilés y écrivirent sur la question, telle L. Cabrera ([1974] 1980, 1975, [1977] 1986, 1979, 1980), figure du mouvement afro-cubaniste prérévolutionnaire déjà citée ci-dessus, ou encore J. Castellanos, qui publiera tardivement une anthologie sur les religions afro-cubaines (Castellanos et Castellanos, 1992). Progressivement, alors que les pratiques religieuses afro-cubaines se répandaient à travers la communauté exilée dans des métropoles telles que Miami ou New York et parmi certains milieux américains, et notamment « afro-américains (African American) », elles suscitèrent aussi sur place l’attention croissante d’universitaires américains et de leurs collègues étrangers résidant dans ce pays8 (qu’ils soient d’origine cubaine ou non). Aux États-Unis, ces études commencèrent donc à s’institutionnaliser. Cependant, puisque l’île restait inaccessible, les pratiques religieuses cubaines y furent surtout évoquées à partir de données de seconde main (ou anciennes) et/ou de terrains états-uniens, ce qui est toujours le cas pour la plupart des textes rédigés dans ce pays. Si l’analyse de cette longue littérature dépasse en cela les limites de cette introduction, différents travaux initialement entamés dans ce contexte requièrent en revanche des commentaires plus précis.

Les recherches produites aux États-Unis et l’émergence d’une perspective ethnohistorique

  • 9 Cf. aussi Holbraad (2012 : 9-10) sur ce point, qui insiste très justement sur les déterminants poli (...)
  • 10 Le récent ouvrage publié en Angleterre mais co-dirigé par A. Apter et L. Derby (2010), tous deux me (...)

5Dans le champ des études religieuses cubaines, les travaux universitaires et les récentes publications de l’historien de l’art D. H. Brown (1989, 2003a et b) et de l’historien-anthropologue S. Palmié (1986, 1991, 2002) se sont imposées comme des références incontournables, tant en raison de la qualité des données qu’ils exposent que de leurs réflexions épistémologiques novatrices. Fondés sur des recherches entreprises dans les années 1980 aux États-Unis — respectivement dans le New-Jersey et à Miami — et poursuivies sur le terrain cubain à partir des années 1990, ceux-ci s’appuient sur le traitement de matériaux issus d’une histoire (ou d’histoires) orale(s) locale(s) ainsi que sur le dépouillement d’archives publiques et/ou privées. Ils consistent en effet en des travaux d’envergure d’orientation pluridisciplinaire qui traitent des dynamiques de constitution des systèmes rituels « afro-cubains » et de leurs formes de (re)production dans le temps, et ce dans une vocation comparatiste. À partir de prémisses constructivistes sensibles à la question de l’innovation et de l’agency dans la constitution de « traditions », D. H. Brown et S. Palmié ont tous deux particulièrement développé des concepts tels que ceux d’hybridité et de modernité qu’ils ont contribué à substituer à ceux, plus essentialistes, de « rétentions africaines » et de « traditions africaines » qui avaient classiquement défini les religions afro-cubaines et, plus généralement, les religions afro-américaines. Ils sont de plus exemplaires d’une orientation majeure des études afro-américanistes contemporaines — domaine que certains englobent aujourd’hui dans celui des études dites « afro-atlantiques » (Yelvington, 2006 ; Palmié, 2008), expression significative de l’échelle d’analyse adoptée et de son ancrage historique. Influencés par les propositions initiales de S. Mintz et R. Price (1992), par le paradigme de l’« Atlantique Noir » du britannique P. Gilroy (1993) de même que par un courant d’anthropologie historique ou d’ethnohistoire très représenté aux États-Unis pour ce qui concerne les études yoruba d’Afrique avec lesquelles D. H. Brown et S. Palmié dialoguent expressément et vice-versacf. Apter (1992), Matory (1994, 2005) —, ces travaux incarnent en réalité le « tournant historiographique » qu’ont connu les études états-uniennes sur ces questions9. À quelques exceptions près — telles celle de K. Wirtz (2007), linguiste et anthropologue qui s’est intéressée aux dynamiques discursives engagées dans la construction interne des « communautés » religieuses à Cuba, ou de T. R. Ochoa (2010), au départ politiste, qui a examiné certaines implications pratiques des représentations religieuses dans l’île —, cette préoccupation ethnohistorique domine effectivement, bien qu’à différents degrés, les recherches conduites aux États-Unis dans ce domaine (cf., entre autres, Ramos, 2000, 2003 ; Routon, 2005, 2008 ou encore l’ouvrage de K. Hagedorn, 2001, toutefois très sensible aussi à la question de la performance rituelle10). Cet élément distingue généralement ces travaux de ceux récemment produits en Europe et à Cuba, quant à eux plus préoccupés, on va le voir, par l’ethnographie et/ou l’analyse des religions afro-cubaines dans la synchronie.

  • 11 Ces contraintes qui, hors de programmes d’échanges spécifiques, visent tous les résidents américain (...)

6Notons que si les ancrages théoriques brièvement évoqués rendent en partie compte du souci de ces études d’inscrire les religions « afro-cubaines » dans la diachronie, un facteur d’une autre nature doit être considéré. Les autorités des États-Unis imposent en effet des contraintes particulières aux résidents de leur pays, étudiants et chercheurs compris, qui désirent séjourner à Cuba, a fortiori pour longtemps comme l’exige le travail de terrain11. Les ethnographes les plus déterminés peuvent bien sûr contourner ces difficultés — les auteurs mentionnés ci-dessus en sont des exemples —, mais cette situation constitue aussi indubitablement un obstacle de taille à la conduite de terrains de longue durée et, par conséquent, au plus grand développement d’études états-uniennes consacrées aux implications et aux dynamiques contemporaines des expressions religieuses locales de même qu’à leur dimension de praxis.

7En cela, c’est donc plutôt du côté européen que l’ethnologie, précisément subordonnée aux conditions de faisabilité d’enquêtes de longue durée, a commencé à investir le terrain cubain et le terrain religieux en particulier, du fait notamment des réorientations économiques et idéologiques opérées dès le début de la Période spéciale et qui ont bénéficié indirectement aux ressortissants du vieux continent.

La recherche en Europe et l’intensification des études ethnographiques

  • 12 S’il n’existe toujours pas de visa de recherche, il est possible pour quiconque, moyennant rémunéra (...)

8Au fil des années 1990, en raison de directives visant à relancer l’économie cubaine et l’entrée de devises par des moyens alternatifs tel le tourisme de masse (contre un tourisme auparavant plus encadré et à caractère « idéologique »), les séjours d’étrangers sur le territoire national se sont tout d’abord vus facilités. Progressivement, il est ainsi devenu de plus en plus aisé de visiter l’île, et même d’y séjourner temporairement, un élément qui a favorisé la venue d’étudiants européens désireux d’entamer des recherches personnelles12. Une libéralisation religieuse a de plus été décrétée en 1991 par le ive congrès du Parti communiste cubain. Aboutissement d’une tendance amorcée avec le « Processus de rectification des erreurs et des tendances négatives » annoncé par Fidel Castro en avril 1986 et d’une nouvelle stratégie d’appui visant en l’occurrence l’Église catholique, cette libéralisation s’est cristallisée, dès 1992, dans un amendement de la Constitution (cf. infra) qui a eu d’évidentes conséquences. En premier lieu, de façon inédite, de nombreux Cubains ont entrepris de mettre en avant, individuellement ou collectivement, leur religiosité et, singulièrement, leur appartenance au monde des religions afro-cubaines (tenues vestimentaires d’initiés, discours de présentation de soi, gestuelle, etc.). Cette situation a ensuite contribué à « dépolitiser » en quelque sorte le sujet : puisqu’une affiliation religieuse ne compromettait plus une carrière de militant socialiste, ni ne remettait en cause un engagement révolutionnaire, les pratiques religieuses locales ont commencé à acquérir une visibilité sociale grandissante et il est devenu possible de les étudier sans devoir pour autant toucher directement — ce qui demeure aujourd’hui encore problématique — à des questions politiques et idéologiques. En somme, c’est très logiquement que les premiers ethnographes européens se sont intéressés à ces pratiques qui, outre qu’elles avaient déjà intrigué les fondateurs des études religieuses afro-américaines, semblaient être au cœur de l’expérience de leurs interlocuteurs.

9En la matière, le travail précurseur de K. Argyriadis (1999), qui commence par étudier la danse (sur le conseil des autorités) puis se réoriente, dès que possible, vers le thème religieux, est éloquent. Fondé sur une enquête ethnographique approfondie menée à La Havane dans les débuts de la Période spéciale (entre 1990 et 1995 dans le cadre d’un doctorat), son ouvrage brosse un tableau général détaillé des pratiques religieuses havanaises en insistant sur la logique thérapeutique, l’unité de fond et la complémentarité qui les gouvernent. Ses descriptions du climat singulier de l’époque et son analyse des relations entre Révolution et religion en font aussi une source importante pour des chercheurs francophones travaillant sur d’autres objets à Cuba. Peu après, un deuxième ouvrage en français sur la question religieuse à La Havane, également issu d’une thèse, est publié par E. Dianteill (2000). Sociologue religieux, il conduit ses enquêtes en 1994-1995 et s’intéresse quant à lui à deux thématiques plus spécifiques : celle du genre, comprise comme l’une des clefs de la diversité religieuse havanaise ; celle ensuite — dans la veine des propositions de J. Goody sur l’oralité et l’écriture — des implications de l’écriture dans la constitution et, à un moindre degré, la transmission de certains savoirs rituels associés aux pratiques religieuses cubaines.

  • 13 Parmi les travaux produits à l’époque, l’exception de l’ethnographe suédoise M. Rosendhal (1997), d (...)

10Au sein d’une anthropologie européenne « cubaniste » encore balbutiante, la religion s’érige rapidement comme un domaine d’investigation majeur, renouant en quelque sorte, si ce n’est en termes d’approches en tout cas en termes d’objet, avec une tradition avortée13. Cela est particulièrement apparent pour les années 2000 durant lesquelles les perspectives vont se diversifier et le nombre des travaux universitaires se multiplier. En Suède, J. Wedel terminera par exemple en 2002 une thèse sur la dimension thérapeutique et médicale des pratiques rituelles afro-cubaines et publiera rapidement un ouvrage sur la question (Wedel, 2002, 2004). Au Royaume-Uni, la même année, une thèse sur Ifá sera aussi soutenue par M. Holbraad (2002) qui vient d’en tirer un ouvrage ambitieux : portant sur l’« ontologie » de la notion de « vérité » telle qu’elle se décline dans le cadre de la divination par Ifá, celui-ci soulève des questions épistémologiques qui dépassent de loin un souci uniquement ethnographique ou régionaliste (Holbraad, 2012). D’autres recherches doctorales, publiées ou non, ont de même été récemment menées dans diverses institutions européennes (Testa, 2006 ; Rauhut, 2011, 2012 ; Panagiotopoulos, 2011), parmi lesquelles celles de plusieurs auteurs de ce numéro (Konen, 2006, 2009 ; Espirito Santo, 2009 ; Kerestetzi, 2011 ; Morel, 2012 ; Gobin, 2012).

  • 14 D’autres travaux universitaires fondés sur des terrains européens ou latino-américains ont aussi ab (...)

11Alors que, aux États-Unis comme à Cuba, la pratique de la santería (ou regla de ocha) tend à mobiliser l’attention de bien des chercheurs, les auteurs européens semblent quant à eux élargir le spectre ethnographique. Pour ne citer que les travaux déjà mentionnés, K. Argyriadis, E. Dianteill et A. Panagiotopoulos prennent en compte plusieurs modalités religieuses (spiritisme, palo monte, catholicisme populaire, etc.). M. Holbraad, A. Konen et E. Gobin s’intéressent de façon plus systématisée à Ifá, souvent traité comme le simple corollaire divinatoire de la santería au détriment de l’analyse de ses logiques internes et distinctives. D. Espirito Santo et G. Morel s’intéressent quant à elles à des pratiques uniformément négligées d’un point de vue ethnographique. J. Wedel, S. Testa et K. Kerestetzi, qui ont respectivement conduit leurs enquêtes dans les provinces de Matanzas, de Ciego de Avila et de Cienfuegos, sortent du « havano-centrisme » dont pèchent, à peu d’exception près, les études religieuses sur Cuba (cf. aussi Wirtz, 2007 pour le cas de Santiago de Cuba). C. Rauhut évoque la santería du point de vue de son processus de « globalisation », thème de plus en plus couru des études afro-américanistes s’étant développées autour du thème de la « transnationalisation » religieuse — phénomène lié aux migrations et au tourisme et qui renvoie, dans ce cas, à l’implantation des pratiques cubaines hors de leur contexte originaire14.

carte 1 – Cuba et ses provinces en 2013

carte 1 – Cuba et ses provinces en 2013

Cette carte tient compte du redécoupage administratif de 2011 qui a subdivisé l’ancienne province de La Havane en trois : La Havane (limitée à la capitale et à ses banlieues proches), Artemisa et Mayabeque

Sandrine Soriano, CNRS–UMR7186, licence CC BY-SA 3.0 (sources : Daniel Dalet/d-maps.com, http://d-maps.com/​carte.php?&num_car=38497&lang=fr ; Rei-artur, CC BY-SA 3.0, Wikimedia commons)

12Parallèlement au développement de ces études étrangères et pour les mêmes raisons, les religions afro-cubaines ont aussi bénéficié d’un fort regain d’intérêt à Cuba, au sein et hors de l’académie. Avant d’aborder ces études ainsi que quelques-unes des thématiques des actuels travaux européens, introduisons un peu mieux les pratiques auxquelles nous nous référons.

Le champ thérapeutico-religieux cubain : un univers foisonnant et dynamique

  • 15 À Cuba, bien que les catégorisations populaires soient plus complexes, trois catégories raciales of (...)
  • 16 Les enjeux nationaux qui ont présidé à l’étude de ces phénomènes ont largement influé sur la conser (...)

13Comme nous venons brièvement de le suggérer, les religions dites « afro-cubaines » sont bien plus variées et diverses que n’avaient pu le soupçonner les premiers visiteurs étrangers ou ceux qui publièrent sur la question à partir de données de seconde main (cf. Bastide, 1967 par exemple). À ce propos, il convient de préciser que, dans le contexte cubain, l’adjectif « afro-cubain » ne recouvre en général pas d’acception raciale et ne renvoie pas à une identité de type « ethnique », contrairement à ce que l’on observe dans d’autres contextes « afro-américains ». À l’exception de l’Abakuá (cf. G. Morel dans ce numéro), ces pratiques sont aujourd’hui le fait de très nombreux Cubains, indépendamment de leur niveau d’étude, de leur milieu social ou de leur appartenance « raciale » telle qu’elle est définie dans l’île15. Popularisé à l’aube du xxe siècle par F. Ortiz ([1906] 1995) dans le domaine des sciences sociales, le terme a perduré dans le langage académique et quotidien pour désigner certaines productions culturelles, artistiques et surtout religieuses. Tout en intégrant dans une dynamique syncrétique différents éléments exogènes, particulièrement d’origine africaine, celles-ci se sont développées de façon spécifique, comme des productions locales sui generis et font de plus une large place à la créativité rituelle et à des dynamiques récurrentes d’innovation. Comme l’ont très tôt souligné de nombreux auteurs cubains, il est au final tout aussi légitime de simplement les qualifier de « cubaines »16.

  • 17 On a coutume de le classifier en trois variantes dominantes (mayombe, kimbisa, brillumba) qui s’ada (...)
  • 18 Le Béninois Brice H. Sogbossi (1998), qui a fait ses études universitaires à Cuba, est jusqu’à prés (...)
  • 19 Sur le vodú, le seul ouvrage disponible est celui, largement prospectif, des auteurs cubains James (...)
  • 20 Tout comme pour le palo monte, une typologie en diverses « traditions » spirites isolées a été prop (...)

14Parmi ces manifestations religieuses locales, la plus connue du public « cubanophile » demeure de loin la santería que l’on désigne aussi parfois du terme etic d’ocha-Ifá (López Valdés, 1985) pour signaler son interdépendance avec le pôle divinatoire d’Ifá. Communément considérée comme d’origine yoruba, la santería (ou le complexe d’ocha-Ifá) est particulièrement valorisée et représentée dans le discours des intellectuels locaux et des universitaires étrangers, mais se partage le panorama religieux avec d’autres pratiques non moins populaires. Ainsi, le palo monte, principalement fondé sur des éléments cultuels associés à une aire culturelle et linguistique bantoue et qui a été bien moins étudié, est également présent dans toute l’île17. En fonction des configurations régionales, d’autres pratiques viennent aussi composer le paysage thérapeutico-religieux local. Dans les provinces occidentales de La Havane et de Matanzas, l’Abakuá, qui trouve un point de départ dans les sociétés secrètes masculines de la région du Calabar (actuels Nigeria et Cameroun), est ainsi particulièrement visible. Dans la région de Matanzas, et dans une moindre mesure de Cienfuegos, l’arará dit d’origine dahoméenne (ewé-fon), rarement étudié, occupe aussi une place importante18. Dans les provinces orientales du pays, telles Santiago de Cuba et Guantánamo, de même que dans toutes les villes ayant accueilli depuis le xviiie siècle et jusqu’à aujourd’hui une immigration (parfois clandestine) en provenance de l’île voisine d’Haïti, une modalité du vaudou, localement appelé vodú, est pratiquée19. À travers l’île, dans certaines localités, et même spécifiquement dans certaines familles (cf. Basso Ortiz, 2005 et Testa, 2005), on trouve par ailleurs des expressions cultuelles qui se distinguent des précédentes par leur mode de reproduction fondé sur une transmission au sein de la famille biologique (les plus répandues reposant au contraire, tout au moins aujourd’hui, sur un système de parenté rituelle). Celles-ci jouent également à un niveau extrêmement local un rôle central dans la négociation des identités et des statuts religieux. Partout, des pratiques diverses, tantôt appelées muertería, tantôt espiritismo et spécifiquement fondées sur la communication avec les « morts », sont de plus en vigueur. Le spiritisme cubain, initialement issu d’une tradition occidentale mais qui, tant dans ses formes dites « populaires » que « scientifiques », intègre aussi des éléments d’origine africaine, est en effet une composante intrinsèque du champ religieux cubain. Il est étroitement lié, rituellement et conceptuellement, aux autres manifestations religieuses évoquées20. Toutes ces pratiques prennent enfin pour toile de fond un catholicisme populaire fondé sur le culte des saints — figures identifiées à certaines entités de la santería et, parfois, du palo monte — et constituent des exemples emblématiques des syncrétismes issus de l’histoire coloniale et esclavagiste américaine. Dans une moindre mesure, certaines intègrent d’ailleurs de lointaines influences chinoises et jamaïcaines due à des immigrations du xxe siècle ou encore des éléments dits taïno à travers des figures spirituelles telle celle de l’« Indien » que l’on trouve en particulier dans le spiritisme.

carte 2 – Fêtes religieuses afro-cubaines selon l’Atlas ethnographique de Cuba (Centro de Antropología/CIDCC, 1999b)

carte 2 – Fêtes religieuses afro-cubaines selon l’Atlas ethnographique de Cuba (Centro de Antropología/CIDCC, 1999b)

Si le projet déjà mentionné de l’Atlas ethnographique de Cuba a négligé l’étude des pratiques religieuses, il les a indirectement recensées en considérant certaines de leurs cérémonies à caractère collectif (ou « célébrations traditionnelles »). La carte 2 fusionne deux cartes élaborées par le Dr. Virtudes Feliú, respectivement intitulées « fêtes religieuses d’origine sub-saharienne » (tableau de gauche) et « fêtes religieuses d’origine haïtienne » (tableau de droite). Ces dernières ne sont pas exhaustives (le vodú n’y apparaît par exemple pas à La Havane alors qu’il y est pratiqué) et certaines des entrées adoptées peuvent être discutées (la santería ou le palo y sont par exemple catégorisés selon leur degré de perméabilité aux autres pratiques afro-cubaines, ce qui ne rend pas compte des dynamiques internes à l’univers religieux cubain, cf. infra). La carte a néanmoins le mérite de montrer que les pratiques religieuses (afro‑)cubaines sont présentes sur l’intégralité du territoire national. Elle révèle aussi leur lien à des fêtes catholiques et le fait que, selon la région ou l’époque envisagée, certaines d’entre elles sont plus significatives que d’autres

Nous remercions l’ICAN (anciennement Centre d’anthropologie) et l’ICIC Juan Marinello (anciennement CIDCC) pour nous avoir permis d’utiliser ces cartes

  • 21 Exception faite cependant de l’Abakuá qui ne propose aucun service religieux à ses initiés ou aux p (...)

15Prises ensemble, toutes ces pratiques dessinent donc les contours d’un champ ou continuum thérapeutico-religieux vaste et dynamique au sein duquel elles peuvent fonctionner de façon complémentaire pour les adeptes : au niveau des trajectoires thérapeutiques et individuelles, les parcours poly-initiatiques sont ainsi légion et le recours simultané ou successif à des spécialistes de différentes traditions est fréquent. Une personne peut par exemple se dire spirite, palera, santera et, pour les hommes, abakuá (même si des règles canoniques ordonnent le passage entre l’une ou l’autre affiliation et que l’une de celles-ci finira par primer sur les autres lorsque la personne assumera des charges rituelles spécifiques). En outre, ces différentes pratiques se sont historiquement construites simultanément et en interaction et s’influencent mutuellement : leurs spécialistes, au gré de conceptions et d’innovations personnelles, s’empruntent et s’échangent des concepts, des symboles, des techniques, des artefacts ou des éléments esthétiques. Comme l’ont souligné plusieurs auteurs (cf. James Figarola, 2001 ; Palmié, 2002 ; et surtout Argyriadis, 1999), ces pratiques mobilisent de fait un univers de représentations homogène. Notamment, elles font appel à une théorie de la personne relativement unifiée, qui postule que chacun peut simultanément être en relation avec des entités telles que des « morts spirituels » — entités propres au spiritisme —, avec un ou des orichas et des ancêtres rituels (eggun) — entités propres à la santería et à Ifá — ou encore qu’il est possible de sceller des alliances avec des nfumbi/nfumbe — morts matérialisés propres au palo monte. Leurs techniques « magico-religieuses » reposent aussi sur une grammaire en partie commune : la plupart d’entre elles sont fondées sur l’initiation et engagent une logique de la réciprocité et de l’échange constant avec ces entités extra-humaines diverses, par l’intermédiaire de la divination, de la possession et de différentes procédures d’oblation matérielles et spirituelles. Bien sûr, elles n’en sont pas pour autant diluées dans un tout indistinct et, par les dispositifs rituels spécifiques qu’elles mettent en branle ou les constructions du sujet et des carrières religieuses qui en découlent, chacune possède ses dynamiques et son organisation propres. Qui plus est, la situation de pluralisme religieux évoquée dessine, on s’en doute, les contours d’un « marché religieux » au sens bourdieusien du terme, traversé par d’importantes dynamiques de clientélisme21. Du fait de la production dans cet univers de formes alternatives de pouvoir (individuel et collectif) et d’une organisation pluricéphale et segmentaire — les groupes de culte sont souvent organisés autour de la figure d’un initié ou spécialiste charismatique —, il comprend aussi de fortes dynamiques concurrentielles. Celles-ci se jouent à la fois entre pairs au sein d’un même complexe rituel et sacerdotal et entre spécialistes de « traditions » distinctes, qui se livrent constamment à un puissant travail des « frontières », au sens que F. Barth (1969) accorde à ce terme (cf. aussi Wirtz, 2007 sur ce point). L’univers religieux (afro‑)cubain est ainsi dynamique et foisonnant, animé par des tendances à la fois centripètes et centrifuges, caractérisé par une certaine fluidité en même temps que par des démarcations et des négociations internes incessantes.

16Ces quelques caractéristiques, communes à d’autres contextes afro-américains tel celui du Brésil, permettent d’ailleurs d’envisager ces pratiques religieuses de deux façons — toutes deux représentées dans les articles de ce numéro. Par exemple, si l’on se propose de restituer des cheminements thérapeutiques et spirituels d’adeptes, leurs biographies religieuses, d’expliquer les formes de passage d’une pratique à une autre ou, plus encore, les dynamiques globales qui traversent le champ religieux cubain, les pratiques mentionnées peuvent être abordées dans leur continuité et leur complémentarité, c’est-à-dire comme un ensemble relativement monolithique dans lequel elles apparaissent interconnectées. C’est l’approche adoptée dans ce numéro par D. Espirito Santo et A. S. de Almeida Cunha. Si l’on entend en revanche décrypter les techniques et l’organisation rituelle de l’une ou l’autre de ces pratiques, les sentiments et modes d’appartenance par lesquels les acteurs se définissent quotidiennement ou encore appréhender la construction des statuts et des compétences de spécialistes, chacune de ces pratiques apparaît cette fois justiciable d’une analyse en elle-même et pour elle-même. C’est l’approche déployée par les autres auteurs de ce numéro. En soi, il n’y a là rien de contradictoire puisque l’adoption de l’une ou l’autre perspective dépend bien de l’objet que l’on se propose d’éclairer et de l’échelle d’analyse qui s’impose alors comme la plus pertinente. Toutes deux peuvent sans aucun doute nous faire parvenir à une meilleure compréhension anthropologique des logiques rituelles et sociales à l’œuvre dans l’univers religieux cubain.

Socialisme, religion et renouveau des publications cubaines

  • 22 L’article 54 (alinéa 1) de la première Constitution révolutionnaire (1976) indiquait ainsi : « L’Ét (...)
  • 23 La question du syncrétisme ou de la « transculturation » (Ortiz, 1940), importante dans la concepti (...)

17Les lecteurs néophytes s’étonneront peut-être que les pratiques en question aient perduré dans leur diversité et dans leur intensité dans un pays tour à tour admiré ou récrié pour son régime politique. En matière religieuse, malgré l’enseignement organisé du matérialisme scientifique depuis l’école primaire jusqu’aux plus hautes formations universitaires, la Révolution cubaine ne s’est pourtant pas distinguée par une lutte institutionnalisée contre les croyances religieuses ou par des tentatives systématisées d’athéisation du peuple semblables à celle qui ont eu lieu dans d’autres pays socialistes. Dans les faits, jusqu’en 1991 et le début de la Période spéciale, les individus professant ouvertement une foi ou une pratique quelle qu’elle soit étaient certes discriminés dans leurs carrières professionnelles et politiques ou dans leur progression universitaire — en particulier, les organisations militantes et le Parti leur demeuraient fermés, quelques initiés furent aussi victimes de peines d’emprisonnement —, mais la Constitution affirmait en même temps la liberté religieuse individuelle dès lors qu’elle n’empiétait pas directement sur les intérêts du processus révolutionnaire22. Plus encore, dans le cadre d’une construction et d’une promotion de l’identité nationale, les dimensions choréico-musicales associées à ces pratiques (particulièrement celles de la santería et de l’Abakuá que l’on prétendait parallèlement vider de leur contenu sémantique et symbolique) ont même été partiellement valorisées et mises en scène dans une logique de « patrimonialisation » guidée par les enjeux propres à la construction révolutionnaire23.

  • 24 Cf. à ce sujet Espirito Santo, 2009 ; Morel, 2010 et les articles de E. Gobin et A. Konen dans ce n (...)

18Alors que les nouveaux impératifs économiques et culturels liés au développement du tourisme ont parachevé après 1991 ce processus de mise en scène tout en lui ôtant son soubassement idéologique initial, la pratique elle-même de ces cultes a logiquement acquis une publicité sans commune mesure. Certains adeptes du spiritisme, du palo monte, de la santería et de l’Abakuá, engagés dans des luttes internes pour le monopole d’un leadership religieux, ont même revendiqué avec plus ou moins de succès l’institutionnalisation de leurs pratiques auprès du Bureau d’attention aux affaires religieuses du Comité central24. À tous les niveaux, individuels ou collectifs, les enjeux symboliques, identitaires, (micro‑)politiques et, dans une certaine mesure, économiques inhérents à la pratique sont devenus particulièrement apparents. L’essor d’une littérature foisonnante sur place a aussi contribué à cette visibilité nouvelle.

19En raison là encore de la libéralisation de la parole sur la religion dans la société cubaine, cette littérature très diverse est aujourd’hui produite tant par des académiques cubains que par des chercheurs hors-statut, parfois autodidactes, et des pratiquants (bien que cela soit souvent moins vrai dans le cas des spirites ou dans le cas des rites familiaux mentionnés). Se réclamant de l’anthropologie, ces derniers entendent justement par là donner leurs lettres de noblesse et une dimension publique à leurs pratiques. Les ouvrages « grand public » et d’autres, à caractère plus scientifique, se côtoient ainsi dans les librairies du pays, sur les étagères étiquetées « folklore », « religion » ou encore parfois « littérature politico-sociale ». Les premiers, tout en proposant ponctuellement des analyses et/ou des données intéressantes, participent souvent de tentatives de légitimation qui répondent à des logiques locales et micro-politiques (au sens large du terme). D’autres demeurent marqués par les anciennes préoccupations folklorisantes caractéristiques des recherches cubaines du début de la période révolutionnaire et par une volonté de sauvegarde d’une « richesse culturelle », négligeant en cela l’aspect dynamique de ces pratiques. Pour beaucoup, ces textes ressemblent d’ailleurs à ceux produits dans les années 1960. Ils consistent en des recueils de mythes, en des énumérations des particularités attachées à telle ou telle entité ou divinité, en la présentation des correspondances qui unissent les « panthéons » du spiritisme, du palo, de la santería, etc (cf., entre autres exemples, Bolivar Aróstegui, [1990] 1994 ; Barnet, 1995 ; Góvin Barani, 1996 ; Arce Burguera et Ferrer Castro, 1999). Si les premiers textes cubains portant sur ces dimensions adoptaient, par conviction ou par obligation, une position idéologique conforme à un marxisme-léninisme orthodoxe et stigmatisaient parfois ces pratiques, ils témoignaient d’un véritable souci ethnographique. Tout en présentant parfois une image que l’on peut, à rebours, qualifier de réifiée et d’essentialisante de ces pratiques, les descriptions fournies étaient très novatrices pour l’époque et elles constituent aujourd’hui encore un point d’entrée stimulant pour tout chercheur contemporain. Logiquement, les publications récentes sont bien moins originales, comme le soulignent aussi une poignée d’universitaires cubains qui récriminent cette tendance, plus « folklorisante » qu’ethnographique, comme nuisible à une conceptualisation efficace des phénomènes religieux envisagés (cf. notamment Menéndez, 2002 : 22-23, 312-319).

20Cet élément doit toutefois être mis en rapport avec le fait que même si l’anthropologie a pu être choisie dans plusieurs universités de Cuba comme une spécialité pour la rédaction de mémoires de master (maestría) dans les années 2000, il n’existe encore à Cuba ni chaire, ni formation d’ethnographie ou d’anthropologie, que ce soit au niveau du doctorat ou même de la licence, qui favoriserait l’exploration et la diffusion de paradigmes analytiques ou théoriques marqués (la finalité de la recherche cubaine demeure souvent appliquée). De même, alors qu’ils attisent la curiosité et l’intérêt des jeunes générations d’étudiants et de chercheurs, les textes classiques ou récents des sciences humaines et sociales anglo-saxonnes et françaises, mais aussi latino-américaines, circulent difficilement à Cuba (ils n’y sont pas édités). La plupart des chercheurs de l’île formés en anthropologie pendant la période révolutionnaire — moins d’une douzaine et très peu d’entre eux travaillant sur la religion — l’ont été en Union soviétique dans les années 1970-1980 et tendent toujours à transmettre autour d’eux, dans des conférences destinées au grand public aussi bien qu’à des étudiants, des références et une méthodologie empirique empruntée à l’école soviétique. Tout cela concourt à ce que la littérature locale sur les pratiques religieuses soit de fait dispersée et inégale. À bien des égards, on peut même affirmer que les sciences sociales cubaines et l’« anthropologie mondiale » s’expriment et fonctionnent, pour paraphraser une analyse de V. Kabo (1990 : 166) concernant l’ethnographie soviétique, « sur deux registres différents et, comme on dit souvent, ne parlent pas le même langage ».

  • 25 Bien des universitaires cubains sont d’ailleurs eux-mêmes des pratiquants, que cela soit lié ou pas (...)

21Dans tous les cas, on ne négligera pas non plus l’existence d’une difficulté supplémentaire pour les chercheurs cubains. Plus que les auteurs publiant en langue étrangère, ils doivent composer avec les formes de contrôle que les initiés eux-mêmes — certains sont des lecteurs assidus — tentent d’exercer sur les productions qui les concernent. Comme c’est aussi généralement le cas dans l’univers religieux afro-américain, les rivalités entre spécialistes ou entre « maisons de culte » prennent parfois assise sur des publications qui légitiment ou non certaines pratiques ou rendent compte de procédés rituels placés sous le sceau du secret. Bien qu’il n’y ait là rien de nouveau (les pratiquants des religions cubaines ayant déjà été, de différentes façons, partie prenante de la production d’un savoir sur leurs propres pratiques, cf. Brown, 2003b ; Palmié, 2005 ; Argyriadis, 2006), cette situation ne s’en trouve pas moins exacerbée par la légitimité et la visibilité actuelle de ces manifestations religieuses ainsi que par l’intérêt renouvelé qu’elles suscitent chez les chercheurs (ou même initiés) étrangers et cubains25. Cette contrainte, la plupart du temps passée sous silence mais bien présente, est toutefois moins apparente dans les communications orales et/ou les textes internes, souvent des rapports non publiés, produits par les membres d’institutions scientifiques telles que l’Institut cubain d’anthropologie (ICAN, anciennement connu sous le nom de Centre d’anthropologie), l’Institut cubain de recherche culturelle (ICIC Juan Marinello, anciennement connu sous le nom de Centre d’investigation et de développement de la culture cubaine CIDCC), le Centre d’investigations de psychologie sociale (CIPS), la Fondation Fernando Ortiz ou encore la Casa del Caribe de Santiago de Cuba, qui organisent régulièrement des événements scientifiques promouvant d’ailleurs, depuis quelques années, un dialogue neuf et plus direct avec les chercheurs étrangers.

22Malgré les contraintes liées à cet environnement de travail, du point de vue de la production académique stricto sensu, l’assouplissement des enjeux idéologiques qui avaient autrefois stimulé l’étude des phénomènes religieux à Cuba a clairement permis à plusieurs chercheurs de renom de revisiter le champ de ces études et de le renouveler par des contributions et des ethnographies originales. Puisque la production du savoir scientifique à Cuba reste soumise à certaines formes de contrôle et de validation mais aussi à une tradition de pensée qui balise le champ de l’analyse et de la réflexion théorique, le cadre conceptuel de l’analyse demeure parfois ouvertement marxiste. Cela n’empêche guère que les données et les réflexions développées soient bien novatrices. Pour prendre quelques exemples éloquents, certains ont ainsi envisagé les articulations internes existant entre différents ensembles rituels (Argüelles Mederos et Hodge Limonta, 1991), d’autres se sont intéressés aux représentations des acteurs eux-mêmes sur leurs pratiques en s’attachant à recueillir leurs discours (Fernández Robaina, 1994). D’autres encore ont abordé les processus d’innovation esthétique qui les traversent (Menéndez, [1995] 2001, 2002) ou ont étudié des traditions rituelles jusqu’alors négligées (James Figarola, 2006), convergeant partiellement, par ces biais, avec des dimensions également abordées par leurs collègues « du Nord » ou d’Europe.

  • 26 Rappelons que les jeunes chercheurs provenant d’Europe sont souvent affiliés ou accueillis pour la (...)

23Sans qu’il soit donc judicieux d’opposer de façon monolithique les productions cubaines aux productions étrangères26, les études récentes menées par de « jeunes chercheurs » d’universités européennes s’orientent quant à elles aussi autour de problématiques spécifiques qu’il nous reste à évoquer pour présenter le contenu de ce numéro. Disons d’emblée que ces études, fondées sur des outils conceptuels variés, actualisent, à notre sens, une forme de fécondité propre au « regard éloigné » et reflètent également des sensibilités représentatives de certaines approches qui se sont progressivement imposées dans l’anthropologie contemporaine des religions, y compris sur d’autres terrains. Ces dernières sont encore peu représentées à Cuba mais les matériaux religieux cubains peuvent justement contribuer, par leurs caractéristiques, à les enrichir.

Expérience religieuse, dynamiques de pouvoir et créativité rituelle : trois thèmes de recherche saillants

24Nous avons déjà brièvement mentionné l’orientation à dominante ethnohistorique des principaux travaux produits aux États-Unis à partir de terrains religieux cubains et leur souci de penser les religions afro-cubaines dans la diachronie. Du côté européen, bien qu’en termes de publications d’ouvrages la production ne soit pas encore entièrement significative, on peut de même dégager un certain nombre de dynamiques et de processus au centre de l’attention de plusieurs chercheurs. Sans volonté d’exhaustivité ici, nous en pointerons trois qui nous semblent relativement saillants et qui sont représentés dans les articles qui suivent. Ils sont d’autant plus remarquables que l’appel à contribution à l’origine de ce dossier insistait sur le déploiement d’ethnographies systématisées et sur la mise en avant d’apports empiriques nouveaux mais n’incluait pas de suggestion thématique précise ; ces convergences se sont donc dessinées d’elles-mêmes.

  • 27 Pour une théorisation majeure et déjà classique de l’approche « relationnelle », cf. Houseman et Se (...)

25Tout d’abord, un accent est mis sur l’analyse des logiques qui guident les expériences personnelles des acteurs ; plus spécifiquement, les modalités de construction de la personne ou du sujet religieux de même que les différentes relations qui les soutiennent suscitent un intérêt particulier. Rien d’étrange à cela si l’on considère que dans plusieurs des « traditions » rituelles en présence (spiritisme, palo monte, santería), ces dynamiques relationnelles, qui engagent et actualisent des rapports particuliers à soi, aux autres mais aussi à des entités extra-humaines, sont justement au cœur même de la reproduction de la pratique. Elles font ainsi de ces expressions religieuses un objet privilégié pour le développement d’approches interactionnelles et relationnelles des rituels ou encore d’approches, parfois plus « phénoménologiques », centrées sur la question de l’« ontologie » et du « soi » (self)27. C’est à ces aspects, qui confèrent une certaine primauté à l’analyse de logiques rituelles sur celle de logiques proprement sociales, que sont consacrés les deux premiers articles de ce dossier.

26Se fondant sur une ethnographie conduite dans la région de Cienfuegos, Katerina Kerestetzi s’intéresse aux dynamiques du palo monte, longtemps stigmatisé dans la littérature cubaine comme de peu d’intérêt en raison de l’absence d’une mythologie et d’une hiérarchie sacerdotale et cultuelle structurées. Elle évoque ainsi les relations qui s’y jouent entre les adeptes et les « morts » (nfumbi) et leur lien avec l’émergence d’un sujet religieux particulier. À travers la description de l’initiation dans le palo (rayamiento), durant laquelle un adepte contracte ce type de relations, puis par la prise en compte de leur construction postérieure, intime, au quotidien, cet auteur met en relief à la fois la dynamique fortement personnalisée du palo monte — son degré extrême d’individuation — et le fait que son unité — i. e. le mode de génération de la pratique perçu dans la synchronie — réside avant tout dans l’instauration et le maintien de ces relations entre adeptes et nfumbi.

27Dans une perspective un peu différente, en s’interrogeant d’emblée sur la façon dont représentations sociales et rituelles se façonnent mutuellement, Diana Espirito Santo accorde, à travers la notion de « self », la priorité à la personne de l’adepte. Elle met de même en valeur les modalités de construction de soi dans le spiritisme en s’intéressant au rapport qu’entretiennent les spécialistes avec les entités qu’ils invoquent — des « morts » dits « spirituels » cette fois — ainsi que la façon dont ces rapports et les caractéristiques de ces entités peuvent constituer un moteur dynamique (une « cosmo-logique » selon ses termes, plutôt qu’un syncrétisme mécanique) vers les autres pratiques religieuses « afro-cubaines ». L’article a lui aussi le mérite de remettre au centre de l’analyse une pratique parfois considérée, à tort, comme périphérique et dont l’auteur entend au contraire montrer le rôle de pivot potentiel dans les logiques d’articulation plus globale du champ religieux et dans celles, idiosyncrasiques, des différents engagements cultuels personnels.

  • 28 S’il est superflu de renvoyer aux ouvrages classiques de P. Bourdieu et de E. Goffman, mentionnons (...)

28La deuxième thématique représentée dans ce dossier et qui s’est récemment imposée comme centrale dans les études européennes aussi bien qu’américaines (bien que, dans le second cas, elle ait été surtout envisagée comme un moteur historique efficace du développement des religions cubaines) est celle qui tient à l’analyse de la question du pouvoir. En effet, dans les différentes religions afro-cubaines, le pouvoir recouvre des acceptions à la fois mystico-religieuses, symboliques et sociales qui mobilisent aussi des conceptions endogènes spécifiques. Sous différentes modalités, il se décline et s’articule tant au niveau individuel que collectif et sa construction et sa négociation constantes sont fonction à la fois de dynamiques internes et externes à la pratique cultuelle mais qui s’influencent et se rétro-alimentent. Tout cela conduit à ce que les religions cubaines (en particulier le palo, l’Abakuá, la santería et Ifá) se prêtent particulièrement bien à des lectures du religieux en termes bourdieusiens ou goffmaniens, attentives à l’étude des micro-interactions, mais aussi à leurs dimensions performatives et aux définitions « indigènes » du « pouvoir » qu’elles mettent en branle28. C’est principalement de ces questions — également abordées en filigrane dans les articles de K. Kerestetzi et de A. Konen — que traitent les deux articles suivants de ce numéro.

29L’article d’Emma Gobin est par exemple consacré à l’étude d’un phénomène qu’il est aujourd’hui difficile d’ignorer sur le terrain havanais : l’intégration croissante dans la santería et Ifá d’étrangers qui visitent Cuba à des fins initiatiques et rituelles. Il revient ainsi sur les effets de cette situation récente dans la construction, rituellement conditionnée et parfois concurrentielle, des statuts personnels chez les prêtres de ces cultes ainsi que sur les relations à soi et aux autres et sur les perceptions qui en découlent. Tout en adoptant une lecture de type micro-politique, considérée comme l’une des plus pertinentes dans la compréhension de cette situation singulière et de ses implications sociales, l’article insiste aussi sur le rapport intrinsèquement critique et réflexif que les intéressés entretiennent avec leur propre pratique rituelle. En analysant ainsi certaines innovations menées par le commun des initiés ou par des groupes d’« élites » dans ce nouveau contexte, l’auteur soutient finalement que la situation envisagée, plus qu’elle n’engendre des dynamiques entièrement neuves, favorise et exacerbe des dynamiques préexistantes de même que les logiques vernaculaires d’« empowerment » propres à l’univers considéré.

30La thématique du pouvoir est aussi plus spécifiquement placée au cœur de l’article de Géraldine Morel. Dans le cadre de la société secrète abakuá, société exclusivement masculine reposant sur un code de l’honneur à fondement rituel, cette question se pose avant tout en termes de construction du genre et renvoie en même temps — cas spécifique dans l’univers religieux cubain — à des représentations propres au milieu social marginal (l’ambiente) dans lequel se développe cette pratique. Dans un article qui privilégie clairement l’analyse de logiques sociales sur celle de logiques rituelles, mais qui montre aussi comment l’une et l’autre se construisent et se légitiment réciproquement, l’auteur se livre à un examen de la production et de la mise en scène d’une (hyper‑)masculinité élaborée socialement et « religieusement », dans des représentations mythologiques et dans des « performances de genre ». Par là, elle montre comment l’établissement et le maintien de cette identité et de cette définition (hyper‑)masculine de soi et du groupe se révèle être l’un des enjeux cruciaux de l’appartenance abakuá.

  • 29 Pour des travaux généraux prônant une telle approche dans le domaine de l’anthropologie religieuse, (...)

31Un troisième volet thématique est, enfin, celui des processus créatifs qui traversent avec acuité les religions (afro‑)cubaines à différents niveaux, rituels et discursifs, et qui en font des matériaux empiriques propices au déploiement d’analyses des phénomènes culturels et sociaux, en particulier religieux, en termes de créativité et d’improvisation29. Cette question renvoie aussi plus largement dans notre cas à celle des dynamiques d’inclusion, de plasticité et de flexibilité des manifestations religieuses cubaines, ainsi qu’au rôle des acteurs ou agents qui les façonnent. Le thème de l’inventivité rituelle est, de fait, présent en filigrane dans plusieurs des articles précédents, mais il est placé au centre même des deux derniers textes présentés.

  • 30 Le travail de Brown (2003b) articule en réalité expressément les notions de pouvoir, d’innovation e (...)

32L’article d’Alain Konen, qui propose une approche monographique d’une maison de culte d’Ifá fort singulière (Ilé Tuntun), doit être compris dans ce cadre. Dominé par la figure charismatique de son fondateur et engagé dans des tentatives d’unification et de réformes rituelles au succès controversé, ce groupe havanais repense intensément la double ancestralité, cubaine et africaine, d’Ifá — l’auteur préfère quant à lui la dénomination « rite Ifá » — et ce, en tentant de recréer des liens avec des représentants contemporains d’Ifá au Nigeria et en mariant un discours historiographique et politique savant sur Cuba et sur l’Afrique. Par là, ce texte renvoie au thème de la construction contemporaine et passée d’espaces religieux « transnationaux », notamment liée à de récents échanges et collaborations noués entre quelques initiés cubains et africains (pour d’autres éléments ethnographiques sur ce point, cf. aussi l’article de E. Gobin qui dialogue directement avec celui de A. Konen et vice-versa). Soulignons que, dans la mise en contexte et l’analyse de ce type de processus, les travaux états-uniens déjà mentionnés se révèlent particulièrement utiles à éclairer des ethnographies modernes et à identifier la dimension structurelle (ou pas) de dynamiques synchroniques30.

33En dernier lieu, la mise en valeur de processus individuels et créatifs engagés, au quotidien, dans les itinéraires de certains pratiquants du palo monte et d’autres religions (afro‑)cubaines constitue également la trame de l’article d’Ana Stela de Almeida Cunha. Celui-ci montre notamment comment ces processus acquièrent une visibilité particulière lors des funérailles de pratiquants, plus spécifiquement du palo monte. Dans une approche centrée sur la restitution de parcours individuels et sur la description de rituels, l’auteur aborde ainsi les cérémonies funèbres (llantos) comme l’un des lieux privilégiés où se joue l’inventivité religieuse cubaine, qu’elle identifie dans l’interaction des différentes « communautés » religieuses d’appartenance du défunt et dans l’articulation de ses affiliations religieuses cumulatives (spirite, santera et, dans un cas, abakuá). Dans la composition de ce numéro, ce sixième et dernier texte consacré aux ultimes rituels d’une vie de palero dialogue d’ailleurs directement avec celui de K. Kerestetzi consacré à l’initiation qui marque l’entrée dans une vie de palero, et l’un et l’autre s’éclairent ainsi de façon particulièrement pertinente. Ce texte résonne de même avec celui de D. Espirito Santo qui aborde aussi, on l’a dit, la question du passage entre différentes pratiques religieuses.

En guise d’ouverture…

34Qu’ils insistent plutôt sur les logiques rituelles ou sur les logiques sociales qui organisent cet univers de pratique et accordent aux unes ou aux autres une primauté plus ou moins franche, tous les articles rassemblés dans ce numéro mettent finalement en avant la façon dont, à l’échelle individuelle et/ou collective, des acteurs se construisent et se négocient constamment, et dans l’interaction, un rapport à soi singulier ainsi qu’une identité complexe, un statut et une place spécifiques dans la société cubaine dans laquelle ils évoluent, en marge ou au cœur des enjeux les plus forts qui la traversent aujourd’hui. Par-delà la diversité relative des problématiques abordées et des ancrages théoriques mobilisés, leur unité réside de plus, conformément à l’appel à contribution initial, dans l’adoption d’une perspective résolument empiriste. Ces textes souscrivent en effet à l’idée que seule une démarche ethnographique approfondie, soucieuse de restituer les complexités du terrain, constitue la condition d’une meilleure compréhension des dynamiques à l’œuvre dans les pratiques religieuses cubaines, quelles que soient les perspectives comparatives qu’elle offre et les réflexions théoriques sur lesquelles elle ouvre. Chacun de ces articles présente ainsi des données originales et largement inédites.

  • 31 Cette thématique est aussi présente, de façon transversale, dans plusieurs des articles de ce numér (...)

35Avant de laisser la parole aux auteurs, disons peut-être que ce numéro ne prétend pas, loin s’en faut, fournir un échantillon exhaustif des orientations des études afro-cubaines et moins encore des pratiques religieuses envisagées : plusieurs modalités cultuelles régionales, dont certaines demeurent peu ou pas explorées, n’y sont ainsi pas évoquées et, malgré la longueur de la bibliographie sur le sujet et la multitude des études en cours, le champ empirique et théorique à explorer reste encore très large du point de vue d’une anthropologie religieuse de Cuba. Comme le prônent les chercheurs cubains eux-mêmes, des études ethnographiques restent en particulier à mener dans les provinces cubaines afin de nuancer le tableau havano-centré qui domine aujourd’hui la présentation de ces pratiques et conduit parfois à négliger l’étude de pratiques religieuses plus locales et méconnues. Par ailleurs, le lecteur s’en rendra compte en consultant la bibliographie proposée ci-après, la santería mobilise encore beaucoup l’attention des chercheurs (cela étant cependant de moins en moins vrai, comme le révèle ce dossier qui ne déroge en revanche que très peu au « havano-centrisme »). Dans la capitale cubaine et au delà, des recherches mériteraient en outre d’être menées sur les évolutions les plus contemporaines relatives à l’émergence de pratiques de type New Age, notamment incarnées par le reiki, qui connaissent une popularité grandissante parmi les adeptes des pratiques évoquées31. Les réagencements des parcours religieux à la lumière de l’essor des églises protestantes et évangéliques de tous bords qui se sont développées depuis les années 1990 sur le territoire cubain constitueraient encore un autre thème de recherche fécond. Négligées des recherches aussi bien cubaines qu’étrangères, ces études permettraient d’ailleurs d’approfondir l’analyse des expériences religieuses individuelles, des dynamiques de pouvoir personnelles et collectives ou encore des processus de créativité rituelle à l’œuvre ici. À sa façon, cet ensemble de textes espère néanmoins témoigner de la vivacité et du dynamisme des pratiques religieuses cubaines telles qu’on les observe aujourd’hui dans l’île ainsi qu’offrir un aperçu de la diversité des approches qu’elles suscitent actuellement dans les domaines de l’ethnographie et de l’anthropologie.

Haut de page

Bibliographie

Actas del folklore
1961 12 numéros (La Havane, Centro de estudios del Folklore del TNC).

Agudelo, Carlos, Boidin, Capucine et Sansone, Livio (éd.)
2009 Autour de l’« Atlantique Noir ». Une polyphonie de perspectives (Paris, Éditions de l’IHEAL).

Águilar, Alejandra, Argyriadis, Kali, De la Torre, Renée et Gutiérrez, Cristina (éd.)
2008 Raíces en movimiento : Prácticas religiosas tradicionales en contextos translocales (Guadalajara/Mexico, CIESAS/CEMCA/IRD).

Andreu, Guillermo
1992 Los Ararás en Cuba (La Havane, Editorial de Ciencias Sociales).

Apter, Andrew
1992 Black critics and kings : The hermeneutics of power in Yoruba society (Chicago, University of Chicago Press).

Apter, Andrew et Derby, Lauren (éd.)
2010 Activating the past : History and memory in the Black Atlantic world (Cambridge, Cambridge scholar publishing).

Arce Burguera, Arisel et Ferrer Castro, Armando
1999 El mundo de los orishas (La Havane, Ediciones Unión).

Argüelles Mederos, Aníbal et Hodge Limonta, Ileana
1991 Los llamados cultos sincréticos y el espiritismo (La Havane, Editorial Academia).

Argyriadis, Kali
1999 La religión à la Havane. Actualité des représentations et des pratiques cultuelles havanaises (Paris, Éditions des Archives contemporaines).
2006 Les Batá deux fois sacrés, la construction de la tradition musicale et chorégraphique afro-cubaine, Civilisations, LIII (1-2) : 45-74.

Argyriadis, Kali et Capone, Stefania (éd.)
2011 La religion des orisha. Un champ social transnational en pleine recomposition (Paris, Hermann).

ASAonline (Journal of Association of Social Anthropologists of the UK and Commonwealth)
2012 numéros 4 et 5, en ligne : http://www.theasa.org/publications/asaonline/asaonline_articles.shtml.

Ayorinde, Christine
2004 Afro-Cuban religiosity, revolution, and national identity (Gainesville, University Press of Florida).

Barnet, Miguel
1995 Cultos afrocubanos. La regla de ocha, la regla de palo monte (La Havane, Ediciones Unión).

Barth, Fredrik
1969 Introduction, in F. Barth (éd.), Ethnic groups and boundaries : The social organization of difference (Bergen/Londres, Oslo Universitetsforlaget/George Allen and Unwin) : 9-38.
1987 Cosmologies in the making : A generative approach to cultural variation in inner New Guinea (Cambridge, Cambridge University Press).

Bascom, William
1950 The focus of Cuban Santería, Southwestern Journal of Anthropology, 6 : 64-68.
1952 Two forms of Afro-Cuban divination, in S. Tax (éd.) Acculturation in the Americas (Chicago, University of Chicago Press) : 63-69.
1953 Yoruba acculturation in Cuba, in Les Afro-Américains (Dakar, IFAN) : 163-167 [Mémoires de l’IFAN, 27].

Basso Ortiz, Alessandra
2005 Los Gangá en Cuba (La Havane, Fundación Fernando Ortiz).

Bastide, Roger
1967 Les Amériques noires : les civilisations africaines dans le Nouveau Monde (Paris, Payot).

Bataillon, Claude
2006 Cuba castriste, visites universitaires, Communisme, 85-86 : 37-43.

Blanco Pérez, Rolando F.
2007 El Reiki en la Habana Vieja. Aproximaciones a la iniciación de segundo grado y sus conexiones con prácticas religiosas, mémoire de Master, université de La Havane.

Bloch, Vincent
2006 Réflexions sur les études cubaines, Communisme, 85-86 : 9-24.

Bolivar Aróstegui, Natalia
[1990] 1994 Los orichas en Cuba (La Havane, Ediciones Unión).

Brandon, George
1983 The dead sell memories : An anthropological study of santería in New York City, PhD dissertation, Rutgers University (New Jersey).
1993 Santeria from Africa to the New World : The dead sell memories (Bloomington, Indiana University Press).

Brown, David H.
1989 Garden in the machine : Afro-Cuban sacred art and the performance in urban New Jersey and New York, PhD dissertation, Yale University.
2003a The light inside : Abakuá society, arts and Cuban cultural history (Washington, Smithsonian Institution Press).
2003b Santería enthroned : Art, ritual and innovation in an Afro-Cuban religion (Chicago, University of Chicago Press).

Butler, Judith
1990 Gender trouble : Feminism and the subversion of identity (New York-Abingdon, Routledge).

Cabrera, Lydia
[1954] 1996 El monte. Igbo, Finda, Ewe orisha, Vititinfinda (La Havane, Editorial SI-MAR S.A.).
[1974] 1980 Yemayá y Ochún (New York, Torres).
1975 Anaforuana, ritual y símbolos de la iniciación en la sociedad secreta abakuá (Madrid, Ediciones R).
[1977] 1986 La regla kimbisa del Santo Cristo del Buen Viaje (Miami, Ediciones Universal).
1979 Reglas de Congo-Palo Monte-Mayombe (Miami, Peninsular Books).
1980 Koeko Iyawó : Aprende novicia. Pequeño tratado de regla lucumi (Miami, Ediciones Universal).

Capone, Stefania
2007 Introduction, Ateliers du LESC, 31, en ligne : http://ateliers.revues.org/301.

Castellanos, Jorge et Castellanos, Isabel
1992 Cultura afrocubana. Las religiones y las lenguas (Miami, Ediciones Universal).

Chivallon, Christine
2008 Black atlantic revisited. Une relecture de Paul Gilroy pour quelques prolongements vers le jazz, L’Homme, 187-188 (3-4) : 343-374.

CIDCC Juan Marinello/Centro de antropología (éd.)
1999aCultura popular tradicional cubana (La Havane, CIDCC).
1999bAtlas etnográfico de Cuba : Cultura popular tradicional, CD-ROM bilingue (1 vol), La Havane.

Csordas, Thomas J.
1994 The sacred Self. A cultural phenomenology of charismatic healing (Berkeley et Los Angeles, University of California press).
[1997] 2012 Language, charisma, and creativity : The ritual life of a religious movement (New York, Palgrave MacMillan).

Cunha, Ana Stela de Almeida, Espirito Santo, Diana et Panagiotopoulos, Anastasios (éd.)
à paraître Beyond tradition, beyond invention: Cosmic technologies and creativity in contemporary Afro-Cuban religions (Londres, Sean Kingston Publishers).

Departamento de Orientación Revolucionaria del Comité Central del Partido Comunista de Cuba
1975 Tesis sobre la lucha ideológica (La Havane, COR del CC del PCC).

Dianteill, Erwan
1995 Le savant et le santero : naissance de l’étude scientifique des religions afro-cubaines (1906-1954) (Paris, L’Harmattan).
2000 Des dieux et des signes : initiations, écriture et divination dans les religions afro-cubaines (Paris, Éditions de l’ehess).

Díaz Fabelo, Simión Teodoro
1960 Olorun (La Havane, Departamento de Folklore del TNC).
1967 Análisis y evaluación cultural del diloggun, La Havane, manuscrit non publié.
1969 Los Abakuá, La Havane, manuscrit non publié.
1970 Los íremes abakuás de Cuba, La Havane, manuscrit non publié.

Dumont, René
1964 Cuba. Socialisme et développement (Paris, Le Seuil).

Espirito Santo, Diana
2009 Developing the dead : The nature of knowledge, mediumship, and self in Cuban espiritismo, PhD dissertation, University College London.

Etnología y Folklore
1966-1969 9 numéros (La Havane, Academia de Ciencias).

Faraldo-Boulet, Julie
2009 Politique et religion à Cuba sous la révolution : l’étonnant statut particulier de la Santeria, mémoire de maîtrise, université de Montréal.

Fernández Robaina, Tomás
1994 Hablen paleros y santeros (La Havane, Editorial de Ciencias Sociales).

Geoffray, Marie-Laure et Testa, Silvina (éd.)
2009 Cuba : un demi-siècle d’expérience révolutionnaire [n° thématique], Cahiers des Amériques latines, 57-58.

Gilroy, Paul
1993 The Black Atlantic : Modernity and double consciousness (Londres, Verso).

Gobin, Emma
2009 À propos des cultes d’origine yoruba dans la Cuba socialiste (1959 à nos jours), Cahiers des Amériques latines, 57-58 : 143-158.
2012 Un complexe sacerdotal cubain : les santeros, les babalaos et la réflexivité critique, thèse de doctorat, université Paris Ouest Nanterre La Défense.

Govín Barani, Silvia
1996 Miscelánea sobre santería (La Havane, Publicaciones Imago).

Gregory, Steven
1986 Santería in New York City : A study in cultural resistance, PhD dissertation, New School for Social Research (New York).
1999 Santería in New York City. A study in cultural resistance (New York, Garland Publishing).

Guanche, Jesús
1983 Procesos etnoculturales de Cuba (La Havane, Editorial de Ciencias Sociales).

Habel, Janette
1989 Ruptures à Cuba : le castrisme en crise (Paris, La Brèche).

Hagedorn, Katherine J.
2001 Divine utterances : The performance of afro-cuban santería (Washington, Smithsonian Institution Press).

Hallam, Elizabeth et Ingold, Tim (éd.)
2007 Creativity and cultural improvisation (Oxford et New York, Berg).

Hearn, Adrian H.
2008 Cuba : Religion, social capital, and development (Durham, Duke University Press).

Holbraad, Martin S.
2002 Belief in necessity : Ifá divination and money in contemporary Havana, PhD dissertation, University of Cambridge.
2012 Truth in motion. The recursive anthropology of divination (Chicago et Londres, University of Chicago Press).

Houseman, Michael et Severi, Carlo
1994 Naven ou le donner à voir. Essai d’interprétation de l’action rituelle (Paris, CNRS Éditions).

James Figarola, Joel
2001 Sistemas mágico-religiosos cubanos : principios rectores (La Havane, Union).
2006 La brujería cubana : El Palo Monte, aproximación al pensamiento abstracto de la cubanía (Santiago de Cuba, Editorial Oriente).

James Figarola, Joel, Millet, José et Alarcón, Alexis
1992 El vodú en Cuba (Santo Domingo et Santiago de Cuba, Casa del Caribe).

Jímenez, Sonia, Perera, Ana Celia et al.
2005 Algunas tendencias y manifestaciones del movimiento de la Nueva Era en Ciudad de la Habana, Informe de Investigación, DESR-CIPS.

Juárez Huet, Nahayeilli
2007 Un pedacito de Dios en casa : transnacionalización, relocalización y práctica de la santería en la ciudad de México, thèse de doctorat, El Colegio de Michoacán.

Kabo, Vladimir R.
1990 Études de la structure sociale traditionnelle dans l’anthropologie soviétique hier et aujourd’hui, Cahiers du monde russe et soviétique, XXXI (2-3) : 163-168.

Karnoouh, Lorraine
2011 Processus de recomposition religieuse à La Havane : la religion et le New Age, in K. Argyriadis et S. Capone (éd.), La religion des orisha. Un champ social transnational en pleine recomposition (Paris, Hermann) : 211-239.

Kerestetzi, Katerina
2011 Vivre avec les morts. Réinvention, transmission et légitimation des pratiques du palo monte (Cuba), thèse de doctorat, Université Paris Ouest Nanterre La Défense.

Kirby, Diana et Sanchez, Sara María
1988 Santería from Africa to Miami via Cuba : Five hundred years of worship, Tequesta, the journal of the historical association of Southern Florida, XLVIII : 36-52.

Kirk, John M.
1989 Between God and the party. Religion and politics in revolutionary Cuba (Tampa, University of South Florida Press).

Konen, Alain
2006 La mécanique des secrets d’Ifá. Compétences et savoir-faire des babalawo dans un rituel divinatoire cubain à La Havane, thèse de doctorat, Université libre de Bruxelles/École pratique des hautes études.
2009 Rites divinatoires et initiatiques à La Havane : la main des Dieux (Paris, L’Harmattan).

Lachatañeré, Romulo
[1943-1949] 1992 El sistema religioso de los afrocubanos (La Havane, Editorial de Ciencias Sociales).

Lamarre, Marie-Ève
2007 Reconfiguration de l’espace culturel à Cuba, mémoire de maîtrise, université de Montréal.

Levesque, Jacques
1976 L’URSS et la Révolution cubaine (Montréal, Presses de l’université de Montréal).

Lewis, Oscar, Lewis, Ruth M. et Rigdon, Susan M.
1977-1978 Living the revolution : An oral history of contemporary Cuba (Urbana, University of Illinois Press) [vol. 1 : Four men, vol. 2 : Four women, vol. 3 : Neighbors].

López Calleja, Sonia
2005 Diffusion des cultes afro-cubains à Paris et à Valencia : influence des processus cognitifs dans l’adhésion à une nouvelle religion, mémoire de DEA, université Paris X-Nanterre.

López Valdés, Rafael L.
1985 Componentes africanos en el etnos cubano (La Havane, Editorial de Ciencias Sociales).

Luciano Franco, José
1959 Folklore criollo y afrocubano (La Havane, Publicación de la Junta Nacional de Arqueología y Etnología).
1961 Afroamérica (La Havane, Imprenta Nacional).

Martínez, Raphael et Wetli, Charles
1981 Forensic sciences aspects of Santeria, a religious cult of African origin, Journal of Forensic Science, 26 (3) : 506-514.
1983 Brujeria : Manifestations of Palo Mayombe in South Florida, Journal of Florida Medical Association, 70-8 : 629-34.

Martinez Furé, Rogelio
[1979] 1997 Diálogos imaginarios (La Havane, Editorial Letras Cubanas).

Matory, James L.
1994 Sex and the empire that is no more : Gender and the politics of metaphor in Oyo-Yoruba religion (Minneapolis, University of Minnesota Press).
2005 Black Atlantic religion: Tradition, transnationalism, and matriarchy in the Afro-Brazilian Candomblé (Princeton, Princeton University Press).

Menéndez, Lázara
[1995] 2001 « ¡¿Un cake para Obatalá?! », Temas.
2002 Rodar el coco. Procesos de cambio en la santería (La Havane, Fundación Ortiz).

Métraux, Alfred et Verger, Pierre
1994 Le pied à l’étrier. Correspondance 1946-1963 (Paris, Jean-Michel Place).

Mintz, Sidney W. et Price, Richard
1992 The birth of African American culture. An anthropological perspective (Boston, Beacon Press).

Moore, Carlos
1988 Castro, the Blacks and Africa (Los Angeles, University of California).

Morel, Géraldine
2010 Enjeux de pouvoir, pouvoir en jeu et institutionnalisation de la société secrète abakuá à La Havane, Echogeo, 12, en ligne : http://echogeo.revues.org/11706.
2011 Ancrage local et enjeux internationaux d’une transnationalisation des pratiques cultuelles abakuás, RITA, 5, en ligne : http://www.revue-rita.com/dossier/ancrage-local-et-enjeux-internationaux-d-une-transnationalisation-des-pratiques-cultuelles-abakuas.html.
2012 Être abakuá à La Havane : pouvoir en jeu, enjeux de pouvoir et mise en scène de soi, thèse de doctorat, université de Neuchâtel.

Murphy, Joseph M.
1980 Ritual Systems in Cuban Santería, PhD dissertation, Temple University, Philadelphia.
1988 Santeria : An African religion in America (Boston, Beacon Press).

Ochoa, Todd R.
2010 Society of the dead : Quita manaquita and Palo praise in Cuba (Berkeley, Los Angeles et Londres, University of California Press).

Ortiz, Fernando
[1906] 1995 Hampa afrocubana - Los negros brujos (La Havane, Editorial de Ciencias Sociales).
1940 Contrapunteo del tabaco y del azúcar (La Havane, Jesus Montero).
[1951] 1981 Los bailes y el teatro de los negros de Cuba en el folklore de Cuba (La Havane, Editorial Letras Cubanas).

Palmié, Stephan
1986 Afro-Cuban religion in exile : Santeria in South Florida, Journal of Carribean Studies, 5-3 : 171-179.
1991 Das Exil der Götter. Geschichte und Vorstellungswelt einer afrokubanischen Religion (Frankfurt, Peter Lang).
2002 Wizards and scientists : Exploration in Afro-Cuban modernity and tradition (Durham, Duke University Press).
2005 Santería grand slam : Afro-Cuban religious studies and the study of Afro-Cuban religion, New West Indian Guide/Nieuwe West-Indische Gids, 79 (1-2) : 281-300.
2008 (éd.) Africas of the Americas. Beyond the search for origins in the study of Afro-Atlantic religions (Leyde et Boston, Brill).

Panagiotopoulos, Anastasios
2011 The Island of crossed destinies : Human and other-than-human perspectives in Afro-Cuban divination, PhD dissertation, University of Edinburgh.

Pérez, Louis A. Jr.
[1988] 2006 Cuba between reform and revolution (New York, Oxford University Press).

Pérez Massola, Abel
2013 La práctica fon-ewe en Cuba. Perspectiva histórico-socio-cultural de la religión Vodú en la provincia de La Habana. Estudio del asentamiento de San Francisco de Paula, tesis de licenciatura, Instituto superior ecuménico de ciencias de la religión (La Havane).

Ramos, Miguel W.
2000 The Empire beats on : Oyo, batá drums and hegemony in nineteenth-century Cuba, mémoire de Master, Florida International University.
2003 La división de La Habana : Territorial conflict and cultural hegemony in the followers of Oyo Lucumi religion, 1850s-1920s, Cuban Studies, 34 : 38-70.

Rauhut, Claudia
2011 Santería in Kuba : Akteure, Wege and Diskurse der Globalisierung einer afrokubanischen Tradition, PhD dissertation, Universität Leipzig.
2012 Santería und ihre Globalisierung in Kuba. Tradition und Innovation in einer afrokubanischen Religion (Würzburg, Ergon-Verlag).

Rosendhal, Mona
1997 Inside the Revolution : Everyday life in socialist Cuba (Ithaca, Cornell University press).

Routon, Kenneth
2005 Unimaginable Homelands ? Africa and the abakuá historical imagination, Journal of Latin American anthropology, 10 (2) : 370-400.
2008 Conjuring the past : Slavery and the historical imagination in Cuba, American Ethnologist, 35 (4) : 632-649.

Sandoval, Mercedes
1979 Santería as a mental health care system. An historical overview, Social Science and Medicine, 13 : 137-151.

Schechner, Richard
2002 Performance studies : An introduction (Abingdon, Routledge).

Sogbossi, Brice H.
1998 La tradición ewé-fon en Cuba : contribución al estudio de la tradición ewé-fon (arará) en los pueblos de Jovellanos, Perico y Agramonte (La Havane, Fundación Fernando Ortiz).

Testa, Silvina
2005 La « lucumisation » des cultes d’origine africaine à Cuba : le cas de Sagua la Grande, Journal de la Société des américanistes, 91 (1) : 113-138.
2006 La conquête de l’Est. Reconfigurations régionales de la santería cubaine, thèse de doctorat, université Paris X-Nanterre.

Thompson, Robert Farris
[1968] 1983 The flash of the spirit : African and Afro-American art and philosophy (New York, Random House).

Turner, Victor W. et Schechner, Richard (éd.)
1986 The anthropology of performance (New York, PAJ Publications).

Wedel, Johan
2002 Santería healing in Cuba, PhD dissertation, Göteborg University.
2004 Santería healing. A journey into the Afro-Cuban world of divinities, spirits and sorcery (Gainesville, University Press of Florida).

Wirtz, Kristina
2007 Ritual, discourse, and community in Cuban santería. Speaking a sacred world (Gainesville, University Press of Florida).

Yelvington, Kevin A. (éd.)
2006 Afro-Atlantic dialogues (Santa Fe, School of American Research Press).

Haut de page

Notes

1 Nous remercions les relecteurs choisis par la revue Ateliers d’anthropologie, qui nous ont incitées à apporter nombre de précisions absentes d’une version antérieure et plus synthétique de ce texte.

2 Pour des ouvrages de référence, cf., entre nombre d’autres, Levesque, 1976 ; Kirk, 1989 ; Moore, 1988 ; Pérez, [1988] 2006 ; Habel, 1989. Sur les grandes tendances des études historiques et politiques cubaines ou Cuban studies telles qu’elles se sont institutionnalisées aux États-Unis, notamment dans les départements des universités de Pittsburgh et de Miami où des universitaires cubains exilés étaient présents, cf. notamment Bloch, 2006.

3 L’expulsion célèbre d’Oscar Lewis et de son équipe, qui avaient été accueillis par les autorités cubaines afin de recueillir des récits de vie parmi la population, a d’ailleurs en quelque sorte signé la fin de l’accueil officiel d’ethnographes étrangers à Cuba. Quelques universitaires occidentaux purent certes encore séjourner dans l’île dans les années 1970, mais ils y furent clairement entravés dans leurs recherches, comme en a par exemple témoigné C. Bataillon (2006).

4 L’histoire de ces institutions est trop longue pour être retracée ici mais mentionnons parmi elles l’Institut d’ethnologie et de folklore, aujourd’hui disparu. Créé en 1960, il a joué un rôle central dans le développement des études religieuses durant les années 1960 à Cuba. Signalons aussi qu’alors que l’île ne put guère s’ériger en un terrain anthropologique pour des chercheurs occidentaux, quelques étudiants soviétiques (le plus souvent russes) furent en revanche invités à collaborer avec les chercheurs cubains. Plus tard, nombre d’étudiants africains furent aussi accueillis dans l’île, mais peu d’entre eux s’orientèrent vers les sciences sociales.

5 Ce choix thématique faisait aussi écho à certains programmes de l’Unesco relatifs à la « présence africaine » dans les Amériques (l’Unesco appuya d’ailleurs financièrement la création de l’Institut d’ethnologie et de folklore), une situation qui favorisa pendant quelques années encore des échanges entre intellectuels de toutes nationalités. Pour plus de détails sur les travaux cubains prérévolutionnaires, cf. Dianteill, 1995 et Argyriadis, 2006.

6 S. T. Díaz Fabelo (1967, 1969, 1970) fut par exemple un auteur très prolixe mais qui demeure méconnu, la plupart de ses travaux étant restés à l’état de manuscrits mécanographiés non publiés et circulant avant tout de mains en mains.

7 Cf. par exemple la réédition des textes de R. López Valdés (1985) datant pour la majorité des années 1970.

8 Pour les premiers articles dans des revues scientifiques, cf. par exemple Sandoval, 1979 ; Martínez et Wetli, 1981, 1983 ; Palmié, 1986 ; Kirby et Sanchez, 1988. Pour les premiers travaux académiques, cf., entre autres, Murphy, 1980 ; Brandon, 1983 ; Gregory, 1986, qui, tous trois, publieront plus tard des ouvrages sur ces questions (cf. Murphy, 1988 ; Brandon, 1993 ; Gregory, 1999).

9 Cf. aussi Holbraad (2012 : 9-10) sur ce point, qui insiste très justement sur les déterminants politiques et éthiques qui ont concouru à ce « tournant historiographique » dans l’anthropologie africaniste et afro-américaniste. Rappelons peut-être que le concept d’ « Atlantique Noir » de Gilroy — terme originellement proposé par R. F. Thompson, [1968] 1983 — renvoie à un espace conçu comme relativement homogène de résistance et de recréation constante de nouvelles formes du culturel. Pour des discussions relativement récentes de cette notion, cf. notamment Chivallon, 2008 ; Agudelo et al., 2009.

10 Le récent ouvrage publié en Angleterre mais co-dirigé par A. Apter et L. Derby (2010), tous deux membres du département d’histoire de UCLA, est aussi très représentatif de ce courant. Il comprend plusieurs articles consacrés aux pratiques religieuses cubaines (dont un de S. Palmié) qui se voient ainsi d’emblée replacées dans un monde historique « transatlantique ».

11 Ces contraintes qui, hors de programmes d’échanges spécifiques, visent tous les résidents américains souhaitant se rendre dans l’île sont fluctuantes mais bien réelles, à la mesure de l’embargo sur l’île dont l’intensité varie elle aussi selon les époques et qui s’était durci dans les années 1990.

12 S’il n’existe toujours pas de visa de recherche, il est possible pour quiconque, moyennant rémunération à une institution scientifique ou culturelle cubaine de rattachement, d’obtenir un visa étudiant de longue durée (un an) et de jouir d’une réelle liberté dans la conduite de ses activités quotidiennes de recherche. Il est encore plus facile de se rendre dans l’île avec un visa tourisme décerné à tous par les consulats cubains, ou par des agences de voyage, et facilement renouvelable. Signalons que le recours au tourisme de masse comme moyen de pallier la crise après 1991 ne fut officiellement entériné que lors du ve congrès du Parti communiste cubain (1997).

13 Parmi les travaux produits à l’époque, l’exception de l’ethnographe suédoise M. Rosendhal (1997), dont l’enquête s’est concentrée sur l’étude de la vie quotidienne à Cuba, doit être mentionnée. Signalons que depuis, l’anthropologie de Cuba a connu un véritable essor et que de nombreuses thématiques, parmi lesquelles l’économie informelle, le tourisme, la place des femmes, les productions musicales alternatives (rap et reggaeton) ou encore les micro-mécanismes de l’émergence d’une société civile, se sont développées. Un colloque organisé à Paris par V. Jolivet, S. Testa et M.‑L. Geoffray à l’occasion des cinquante ans de la Révolution cubaine a par exemple témoigné de cette diversité de sujets. Pour d’autres exemples, cf. aussi le dossier 57-58 des Cahiers des Amériques latines (Geoffray et Testa, 2009) et les numéros 4 et 5 de la revue ASAonline (2012). Remarquons peut-être qu’alors qu’il existe une tradition d’études politiques sur Cuba au Canada et qu’un grand nombre de Canadiens visitent l’île depuis les années 1990, les études ethnologiques sur Cuba n’y ont en revanche pas connu, à notre connaissance, de développement majeur ces dernières années. Quelques mémoires de master, sensibles à la question religieuse et incluant de courtes enquêtes à Cuba, ont cependant récemment vu le jour, cf. par exemple Lamarre, 2007 ; Faraldo-Boulet, 2009.

14 D’autres travaux universitaires fondés sur des terrains européens ou latino-américains ont aussi abordé cette dimension (cf. par exemple López Calleja, 2005 ; Júarez Huet, 2007). G. Morel (2011 ; 2012 : 239-294) a également montré que cette question acquiert actuellement une pertinence dans le cadre de l’Abakuá. En France, une ANR « Religions transnationales » (2007-2010) a donné lieu à plusieurs publications, dont une plus spécifiquement consacrée aux religions afro-américaines (Argyriadis et Capone, 2011). Dans une moindre mesure, cf. aussi Águilar et al., 2008.

15 À Cuba, bien que les catégorisations populaires soient plus complexes, trois catégories raciales officielles, répertoriées sur les documents d’identité, sont en vigueur : Noir, Blanc et Mulâtre (Mulato).

16 Les enjeux nationaux qui ont présidé à l’étude de ces phénomènes ont largement influé sur la conservation de ce terme dont les chercheurs cubains ont souligné l’intérêt pour la valorisation d’un apport africain à la culture et l’identité nationales en même temps que le caractère préjudiciable pour l’idéologie unitariste et l’homogénéité culturelle prônée par la Révolution. Les premiers textes émanant des plus hautes instances du Parti et traitant de la question religieuse instaurèrent quant à eux l’appellation générique (et en partie dépréciative) de « cultes syncrétiques » (cultos sincréticos, cf. Departamento de Orientación, 1975). On la trouve aussi reprise, bien qu’avec une certaine distance, sous la plume de certains académiques (cf. par exemple Argüelles Mederos et Hodge Limonta, 1991).

17 On a coutume de le classifier en trois variantes dominantes (mayombe, kimbisa, brillumba) qui s’adaptent en réalité assez mal à la plasticité et à l’extrême personnalisation de la pratique quotidienne (cf. K. Kerestetzi et A. S. de Almeida Cunha dans ce numéro).

18 Le Béninois Brice H. Sogbossi (1998), qui a fait ses études universitaires à Cuba, est jusqu’à présent le seul à s’y être intéressé. On trouve également quelques éléments à ce sujet dans Andreu (1992) et dans Brown (2003b).

19 Sur le vodú, le seul ouvrage disponible est celui, largement prospectif, des auteurs cubains James Figarola et al. (1992). Un récent mémoire de licence a également été rédigé par l’étudiant cubain A. Pérez Massola (2013). Sur le lien privilégié entre vodú et palo monte, cf. aussi Sogbossi (1998) et A. S. de Almeida Cunha dans ce numéro.

20 Tout comme pour le palo monte, une typologie en diverses « traditions » spirites isolées a été proposée. Dans ce cas aussi, elle répond plutôt à l’obsession classificatrice des auteurs qu’elle ne décrit une réalité empirique (cf. D. Espirito Santo dans ce numéro).

21 Exception faite cependant de l’Abakuá qui ne propose aucun service religieux à ses initiés ou aux profanes, ce qui ne le soustrait guère à des logiques de pouvoir spécifiques (cf. G. Morel dans ce numéro).

22 L’article 54 (alinéa 1) de la première Constitution révolutionnaire (1976) indiquait ainsi : « L’État socialiste, qui fonde son activité et éduque son peuple dans la conception matérialiste scientifique de l’univers, reconnaît et garantit la liberté de conscience, le droit de chacun à professer n’importe quelle croyance religieuse et à pratiquer, dans le respect de la loi, le culte de sa préférence » (notre traduction). L’alinéa 3 nuançait toutefois fortement cette affirmation : « Il est illégal et punissable d’opposer la foi ou la croyance religieuse à la Révolution, à l’éducation ou à l’accomplissement des devoirs de travailler, de défendre la patrie par les armes, de révérer ses symboles ainsi qu’aux autres devoirs établis par la Constitution. » Dans l’amendement effectué en 1992 suite au ive congrès du Parti, c’est justement ce dernier alinéa qui disparaîtra tandis que le précédent sera reformulé sous la forme suivante : « L’État, qui reconnaît, respecte et garantit la liberté de conscience et de religion, reconnaît, respecte et garantit la liberté de chaque citoyen de changer de croyance religieuse ou de n’en avoir aucune, et de professer, dans le respect de la loi, le culte religieux de sa préférence. » En outre, l’article 42 de cette Constitution révisée ajoutera aux discriminations proscrites et potentiellement punissables par la loi — c’est là que se joue une différence majeure (elles se restreignaient jusqu’alors au sexe, à la race et à l’origine géographique) — celui de la discrimination pour « croyance religieuse ».

23 La question du syncrétisme ou de la « transculturation » (Ortiz, 1940), importante dans la conception de ces mises en scène, est d’ailleurs toujours centrale dans les travaux des auteurs cubains, en tant que métaphore de l’identité cubaine elle-même. Pour des analyses de ce processus de « patrimonialisation », cf. Hagedorn, 2001 ; Argyriadis, 2006 ; Gobin, 2009. Pour des formulations particulièrement explicites de l’idéologie qui y a présidé, cf. par exemple Martínez Furé, [1979] 1997 ; Guanche, 1983. On trouve aussi des analyses des relations contemporaines entre religion et politique fondées sur des études de terrain dans l’ouvrage de la chercheuse britannique C. Ayorinde (2004) et dans celui de A. H. Hearn (2008), universitaire de Sydney ayant travaillé à La Havane et à Santiago de Cuba.

24 Cf. à ce sujet Espirito Santo, 2009 ; Morel, 2010 et les articles de E. Gobin et A. Konen dans ce numéro.

25 Bien des universitaires cubains sont d’ailleurs eux-mêmes des pratiquants, que cela soit lié ou pas à leurs investigations. C’est aussi le cas d’un nombre croissant de chercheurs étrangers.

26 Rappelons que les jeunes chercheurs provenant d’Europe sont souvent affiliés ou accueillis pour la durée de leur enquête à Cuba par des institutions nationales parmi lesquelles celles mentionnées ci-dessus et que les interactions formelles et informelles entre chercheurs de toutes nationalités sont fréquentes sur le terrain, ce qui contribue également à ce que les pistes de réflexion des uns et des autres puissent être des sources d’inspiration réciproque.

27 Pour une théorisation majeure et déjà classique de l’approche « relationnelle », cf. Houseman et Severi (1994). Pour celle de l’anthropologie et de la phénoménologie du « soi », cf. Csordas, 1994. Pour le développement revendiqué d’une approche « phénoménologique » liée à une lecture « perspectiviste » et « ontologique » dans l’univers des religions cubaines, cf. aussi l’ouvrage déjà cité de M. Holbraad (2012). Pour le développement de monographies sur les religions cubaines également sensibles à certains de ces courants, cf. aussi, entre autres, Panagiotopoulos, 2011 ; Gobin, 2012.

28 S’il est superflu de renvoyer aux ouvrages classiques de P. Bourdieu et de E. Goffman, mentionnons peut-être, pour des théorisations relatives à la question de la performance, les travaux — certes déjà un peu anciens mais influents — de V. Turner et R. Schechner (1986), de J. Butler (1990) et la synthèse de R. Schechner (2002). Notons aussi, comme on peut s’y attendre, que la thématique du pouvoir est l’une des problématiques les plus difficiles d’abord pour les chercheurs cubains en raison notamment des enjeux de légitimation locaux brièvement pointés. Signalons qu’un ouvrage collectif directement consacré à ces questions dans l’univers religieux cubain, codirigé par A. S. de Ameida Cunha, D. Espirito Santo et A. Panagiotopoulos, est actuellement en cours de préparation (cf. Cunha et. al., à paraître).

29 Pour des travaux généraux prônant une telle approche dans le domaine de l’anthropologie religieuse, cf. par exemple T. Csordas ([1997] 2012) ou le recueil plus récent édité par E. Hallam et T. Ingold (2007). Le travail classique mais véritablement fondateur en la matière de F. Barth (1987) doit aussi être mentionné.

30 Le travail de Brown (2003b) articule en réalité expressément les notions de pouvoir, d’innovation et d’agency dans son analyse du développement historique de la santería.

31 Cette thématique est aussi présente, de façon transversale, dans plusieurs des articles de ce numéro (cf. D. Espirito Santo, E. Gobin ou A. S. de Almeida Cunha). Pour l’instant, seuls un rapport d’investigation d’une équipe du CIPS cubain (Jímenez et al., 2005) et un mémoire de master rédigé par l’un des membres de cette équipe sensible à la question du rituel et de ses symboles (Blanco Pérez, 2007) y ont été consacrés. Pour un article de sociologie abordant quelques pratiques New Age comme le résultat d’une « transnationalisation religieuse », cf. Karnoouh, 2011.

Haut de page

Table des illustrations

Titre carte 1 – Cuba et ses provinces en 2013
Légende Cette carte tient compte du redécoupage administratif de 2011 qui a subdivisé l’ancienne province de La Havane en trois : La Havane (limitée à la capitale et à ses banlieues proches), Artemisa et Mayabeque
Crédits Sandrine Soriano, CNRS–UMR7186, licence CC BY-SA 3.0 (sources : Daniel Dalet/d-maps.com, http://d-maps.com/​carte.php?&num_car=38497&lang=fr ; Rei-artur, CC BY-SA 3.0, Wikimedia commons)
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9348/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre carte 2 – Fêtes religieuses afro-cubaines selon l’Atlas ethnographique de Cuba (Centro de Antropología/CIDCC, 1999b)
Légende Si le projet déjà mentionné de l’Atlas ethnographique de Cuba a négligé l’étude des pratiques religieuses, il les a indirectement recensées en considérant certaines de leurs cérémonies à caractère collectif (ou « célébrations traditionnelles »). La carte 2 fusionne deux cartes élaborées par le Dr. Virtudes Feliú, respectivement intitulées « fêtes religieuses d’origine sub-saharienne » (tableau de gauche) et « fêtes religieuses d’origine haïtienne » (tableau de droite). Ces dernières ne sont pas exhaustives (le vodú n’y apparaît par exemple pas à La Havane alors qu’il y est pratiqué) et certaines des entrées adoptées peuvent être discutées (la santería ou le palo y sont par exemple catégorisés selon leur degré de perméabilité aux autres pratiques afro-cubaines, ce qui ne rend pas compte des dynamiques internes à l’univers religieux cubain, cf. infra). La carte a néanmoins le mérite de montrer que les pratiques religieuses (afro‑)cubaines sont présentes sur l’intégralité du territoire national. Elle révèle aussi leur lien à des fêtes catholiques et le fait que, selon la région ou l’époque envisagée, certaines d’entre elles sont plus significatives que d’autres
Crédits Nous remercions l’ICAN (anciennement Centre d’anthropologie) et l’ICIC Juan Marinello (anciennement CIDCC) pour nous avoir permis d’utiliser ces cartes
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9348/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 680k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Emma Gobin et Géraldine Morel, « L’ethnographie et l’anthropologie religieuses de Cuba : repères historiques et bibliographiques », Ateliers d'anthropologie [En ligne], 38 | 2013, mis en ligne le 08 juillet 2013, consulté le 19 décembre 2014. URL : http://ateliers.revues.org/9348 ; DOI : 10.4000/ateliers.9348

Haut de page

Auteurs

Emma Gobin

Postdoctorante, musée du quai Branly, Département de la recherche et de l’enseignement
Docteur en ethnologie, LESC-UMR7186, université Paris Ouest Nanterre La Défense/CNRS
gobin_e@yahoo.fr

Articles du même auteur

Géraldine Morel

Docteur en ethnologie, université de Neuchâtel
geraldine.morel-baro@unine.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org