Navigation – Plan du site

Quelles frontières pour les populations cholanes ?

What Boundaries for the Chol Population?
Cédric Becquey

Résumés

Les populations de langues cholanes ont eu longtemps une situation centrale, tant géographiquement que culturellement, au sein de l’aire maya. Le paysage actuel présente une situation bien différente : avec une répartition géographique devenue périphérique et une démographie réduite, deux des trois langues cholanes « survivantes » sont déjà classées parmi les langues en danger par l’Unesco. L’objectif de cet article est de rendre compte des principales phases dans l’évolution des frontières spatiales des populations cholanes à travers leurs histoires et de donner quelques clefs pour comprendre leurs mouvements. Une telle étude aurait certes pu se contenter de données historiques, mais des considérations d’ordres ethnologique et linguistique permettent d’affiner les paramètres nécessaires à la caractérisation de ces frontières et d’apprécier les interrelations de ces populations entre elles et avec l’« extérieur ».

Haut de page

Texte intégral

1Les populations du groupe des langues cholanes, définies comme l’ensemble des locuteurs de langues issues d’une langue-mère commune, le proto-cholan, représentent aujourd’hui environ 229 500 locuteurs1 répartis en trois communautés linguistiques hétérogènes : les Chol (80 % de la population cholane totale), les Chontal du Tabasco ou Yokot’anob’ (14 %) et les Ch’orti’ (6 %). Ce chiffre fait de ce groupe de langues le plus petit au sein de la famille des langues mayas après le groupe des langues huastèques. Par comparaison, les autres groupes2 dépassent tous les 300 000 locuteurs3, voire le million pour le groupe grand-k’iche’. Réparties dans la périphérie de l’aire maya (carte 1), ces langues présentent généralement des dynamiques décroissantes provenant de leur usage. Le chontal et le ch’orti’, particulièrement touchés par ce phénomène, sont tous deux classés parmi les langues en danger par l’Unesco, ce qui laisse peu d’espoir quant à leur avenir4. Ce bref constat préliminaire fait pâle figure face à l’histoire des populations cholanes qui ont longtemps eu une position centrale (politique, culturelle et économique) au sein de l’aire maya, ce au moins depuis le début de l’époque classique (250-900 apr. J.-C.). C’est à la fin de cette époque qu’un ensemble de facteurs internes mais aussi externes ont favorisé le déclin plus ou moins rapide de ces populations voire leur disparition.

  • 5 Sources des fonds de carte : © Sémhur/Wikimedia Commons/Free Art License.

carte 1 – Répartition actuelle des langues cholanes5

2L’objectif de cet article est de rendre compte des principaux événements qui ont mené à cette inéluctable altération/dégradation et d’en pressentir les grands mécanismes. Cette analyse schématique donnera lieu à des représentations graphiques des moments clés dans l’évolution des frontières constituées par la répartition géographique des différentes populations cholanes ; mais quelles frontières ? L’exercice difficile que constitue la représentation des frontières à l’échelle macroscopique des populations rencontre des obstacles d’ordres différents.

3Le premier d’entre eux relève des données disponibles pour chacune des populations cholanes. Si des études scientifiques et systématiques de ces communautés voient progressivement le jour depuis la fin du xixe siècle, les données de l’époque coloniale fournissent des informations très vagues concernant la division des populations indigènes et font appel à des catégorisations variables. Depuis les noms d’habitants de territoires plus ou moins étendus, de lignages, des langues, jusqu’à des désignations plus larges comme « chol » qui désigne une grande partie des populations cholanes, il est souvent malaisé de faire correspondre une langue à chacune des populations répertoriées. Ce constat nous pousse ici à faire d’une population « chol », située dans une discontinuité géographique et dont la langue n’est pas clairement identifiée, une entité indépendante. Ce découpage forme un ensemble de sept populations cholanes : les Ch’orti’, les Chol Manché, les Chol Palencano, les Chontal, les Toquegua, les Chol Lacandon et les Acalá. De même, la grande imprécision en ce qui concerne la distribution géographique de ces groupes jusqu’à une époque relativement récente nous oblige à recourir à des approximations pour circonscrire l’extension vraisemblable de ces populations.

4La deuxième grande difficulté tient à des faits sociologiques et historiques qui rendent difficile la représentation des frontières. Habitat dispersé, réductions, déportation, migration sont autant de phénomènes rencontrés dans l’histoire de ces populations qui ont eu comme effet d’épaissir, de déplacer, de créer voire de supprimer les frontières. Le choix fait ici de rendre compte uniquement des grandes lignes de leur évolution en accentuera inévitablement le caractère schématique.

5Enfin, les considérations concernant la dynamique de ces frontières permettent quant à elles d’en observer d’autres aspects. Caractériser l’épaisseur de ces frontières6, ainsi que les différentes modalités des interactions qu’elles entretiennent avec leur(s) « extérieur(s) », permet de comprendre comment, d’une situation relativement homogène qui était celle des populations cholanes de l’époque classique, nous sommes aujourd’hui en présence de communautés très hétérogènes, plus ou moins intégrées dans des systèmes régionaux très différents. Ces observations vont également nous permettre d’identifier quelques paramètres sociaux, économiques, politiques ou religieux qui, modulés selon des relations de domination, de solidarité ou de dépendance, vont favoriser des propagations centrifuges ou centripètes de traits identitaires. Mouvements qui sont parfois corrélés avec la dynamique des frontières.

6Cette présentation sera structurée en trois grandes parties suivant l’ordre chronologique. La première concernera la période précolombienne et ses différentes divisions, la deuxième, principalement historique, rendra compte des principaux événements depuis l’arrivée des Espagnols en terres cholanes jusqu’aujourd’hui. Une troisième partie sera consacrée à la situation actuelle dans trois villages appartenant aux trois derniers groupes cholans et se fondera sur des observations de terrain récentes d’ordre sociolinguistique. Chaque partie fera l’objet d’une synthèse rassemblant les principaux mouvements de frontière et tentera d’en extraire des mécanismes pertinents.

Période précolombienne

Préclassique (2 000 av. J.-C. - 250 apr. J.-C.)

  • 7 Site archéologique des Hautes Terres mayas non loin de la ville de Guatemala.

7Concernant la période préclassique, le corpus épigraphique très limité mais aussi le déchiffrement problématique de celui-ci ne permettent pas, dans l’état actuel de nos connaissances, de définir une situation linguistique défendable. Notons cependant que, pour la période préclassique tardive (400 av. J.-C. - 250 apr. J.-C.), les épigraphistes Fahsen et Grube (2005) proposent une affiliation de l’inscription de la « stèle » 10 de Kaminaljuyú7 avec les langues mayas des Basses Terres (cholanes, yucatèques et tseltalanes) et que Mora-Marín la rattache plus précisément aux langues cholanes (in Rice, 2007 : 133).

Classique (250-900 apr. J.-C.)

8Si la majorité des traits caractéristiques de la civilisation maya précolombienne urbaine est déjà présente au Préclassique, le Classique se singularise par la multiplication des centres urbains que constituent les cités-états, essentiellement dans les Moyennes et Basses Terres centrales de l’aire maya, le développement d’une intense activité commerciale maritime et surtout fluviale, mais aussi un certain épanouissement artistique, scientifique et technologique avec l’émergence d’une agriculture intensive. C’est aussi à cette époque que l’utilisation de l’écriture glyphique maya se répand de façon exponentielle. Depuis les années 1980, l’avancement du déchiffrement de cette écriture et principalement les travaux de Lacadena et Wichmann nous permettent d’avoir accès aux grandes lignes du paysage linguistique de cette époque (Lacadena et Wichmann, 2002 ; Wichmann, 2006). L’affiliation de la langue écrite à l’époque classique avec les langues cholanes situe cette population dans une aire couvrant toute la partie nord-ouest de l’état du Chiapas, l’état du Tabasco, le sud des états du Campeche et du Quintana Roo au Mexique, la totalité du Belize, les départements du Petén, d’Izabal, de Zacapa et de Chiquimula, le nord du département du Haut Verapaz au Guatemala ainsi que les franges occidentales du Honduras et du Salvador (carte 2). Plus récemment, la découverte d’un certain nombre de variations internes à cette langue a permis de délimiter deux aires dialectales au sein de la zone cholane dès le Classique récent (600-800 apr. J.-C.). Dans la région du nord-ouest de la péninsule du Yucatan, le corpus épigraphique montre tout d’abord une utilisation de cette même langue de prestige au Classique récent. À cette époque, des traits linguistiques attribuables au groupe de langues yucatèques apparaissent. Tout d’abord comme des variations dans un substrat clairement cholan, ces variations acquièrent un véritable statut de variante dès le viiie siècle et permettent de supposer la présence d’une population non cholane appartenant au groupe yucatèque dans cette région. Certaines inscriptions comme la colonne 4 de Xcalumkin (Lacadena et Wichmann, 2002) sont considérées comme entièrement écrites dans une langue yucatèque. D’autres variations rencontrées seulement dans la périphérie occidentale de l’aire cholane relèveraient quant à elles d’une probable présence tseltal (ibid. ; Wichmann, 2006).

9La fin de la période classique est marquée par l’abandon progressif des cités de l’aire cholane au cours du ixe siècle causé par un ensemble de facteurs encore mal identifiés et compris (guerres, révoltes, surpopulation, érosion des sols, sécheresse, etc.). Si quelques sites survivent jusqu’au début du xe siècle, ceux-ci révèlent des influences artistiques présentant des traits non mayas caractéristiques du centre du Mexique. Ces influences, certainement véhiculées par des populations mayas « mexicanisées », les Putun Maya, semblent originaires de la zone correspondant à celle des Chontal et s’étend de façon non aléatoire sur les principales routes commerciales fluviales des Basses et Moyennes Terres mayas. Malgré cette courte revitalisation, la fin du Classique est marquée par une grande chute démographique dans toute la zone centrale de l’aire cholane.

carte 2 – Situation linguistique au Classique (d’après Wichmann, 2006)

Postclassique (900 apr. J.-C. - xvie siècle)

10À la période postclassique (900 apr. J.-C. - xvie siècle), seules les cités urbaines de la zone yucatèque subsistent avec un usage limité de l’écriture glyphique dans une langue clairement associée à ce dernier groupe. Seule la population putun maya, certainement constituée en majorité par les populations chontal, va maintenir un rôle de premier plan au sein de l’aire maya grâce à un quasi-monopole du commerce maritime. Concernant les autres populations cholanes, la situation linguistique au moment de l’arrivée des Espagnols (carte 3), associée aux données ethno-historiques yucatèques (principalement fondées sur les interprétations des chroniques des Chilam Balam), permet d’appréhender un peu mieux les événements survenus pendant cette période. Nous pouvons observer tout d’abord qu’à l’aube de la conquête espagnole la population cholane s’est fractionnée en différents groupes distincts. Groupes que nous diviserons de la manière suivante : Chontal, Chol Palencano, Chol Lacandon, Acalá, Chol Manché et Ch’orti’. Tout comme à l’époque classique, les langues cholanes forment une bande traversant les Basses et Moyennes Terres centrales de l’aire maya depuis les côtes du Tabasco jusqu’à la baie d’Amatique et la partie avale du fleuve Motagua. La principale différence, par rapport à l’époque classique, est l’absence de populations cholanes dans les parties septentrionales et centrales du Petén. Ce recul des frontières peut être mis en relation avec des migrations successives de populations yucatèques, les Mopan, les Itza’ et les Cehach ou Ciach (carte 3). L’une de ces migrations, celle des Itza’ fuyant Mayapán, est datable grâce à la deuxième chronique du Chilam Balam de Chumayel qui indique la date du k’atun 8 ajaw (1441-1461 apr. J.-C. selon Hofling, 2004).

carte 3 – Répartition des langues cholanes au début du xvie siècle

Des frontières à la période précolombienne

Une configuration des frontières centrée sur le commerce et une barrière géographique

  • 8 Cf. Aliphat Fernández et Caso Barrera (2006) pour le commerce le long du réseau de l’Usumacinta à l (...)

11Trop peu de données permettent de poser des hypothèses sur l’extension initiale des langues cholanes au cœur de l’aire maya et notamment d’en connaître le point d’origine. Nous pouvons cependant remarquer que la propagation géographique de la culture urbaine est déjà maximale dès la fin de la période préclassique. La période classique se caractérise avant tout par la densification du maillage que constituent les cités-états, particulièrement au sein de la zone cholane identifiée grâce aux inscriptions glyphiques. Cette période est également celle de l’apogée du commerce fluvial8 dans l’histoire maya (Sharer, 1994 : 460-462). Cette considération permet de mieux comprendre la distribution des populations cholanes à l’époque classique qui coïncide avec celle des voix fluviales de l’aire maya dans sa partie centrale et orientale (carte 4). Un autre paramètre semble conditionner cette répartition : si nous superposons la distribution de ces populations avec les zones présentant une altitude supérieure à 1 500 m, nous observons que ces dernières constituent une véritable barrière naturelle que ce groupe ne franchit pas. La seule exception à cette coupure nette est rencontrée dans l’état du Chiapas et correspond exactement à la zone où la langue écrite présente des variations attribuables à la langue tseltal. Fait qui favoriserait l’interprétation de ces variations comme celle de la langue vernaculaire parlée dans cette zone.

carte 4 – Principaux réseaux fluviaux de l’aire maya

12La fin de la période classique est marquée par deux grands événements qui vont principalement concerner les populations cholanes. La première est l’effondrement de la civilisation urbaine dans la zone cholane. Le second est la restructuration des voix commerciales qui vont devenir presque exclusivement côtières sous l’impulsion de populations cholanes mexicanisées, les Putun Maya ; conjoncture qui entraîne une importante chute démographique dans l’intérieur des terres de l’aire cholane (Suck, 2008). Il s’agit à coup sûr d’un phénomène qui fragilise voire réduit les frontières des populations cholanes de cette région et qui facilite la migration des différents groupes yucatèques (Itza’, Mopán et Cehach/Ciach) dans la partie centrale du Petén alors très faiblement peuplée (Rice et Rice, 2012). À l’inverse, la nouvelle configuration commerciale favorise les populations cholanes présentes sur les côtes, les Putun Maya — ancêtres des Chontal — et les Chol Manché, qui constitueront les deux plus grands groupes en termes d’extension géographique à l’arrivée des Espagnols. Les Putun, qui vont dominer le commerce maritime à grande échelle dans l’aire maya, vont connaître un véritable essor pendant l’époque postclassique, ils posséderont un comptoir commercial à Nito dans la baie d’Amatique et se feront payer des tributs par la ville de Chetumal (carte 4). Nonobstant, seul le maintien d’une activité commerciale fluviale « résiduelle » peut expliquer la distribution des populations survivantes dans l’intérieur des terres centrales. En effet, la distribution des différents groupes cholans à l’aube de la conquête s’est maintenue seulement à proximité des deux principales routes commerciales fluviales constituées par le Río Usumacinta et le Río Motagua — les Chontal à l’embouchure de l’Usumacinta, les Chol Palencano le long du Río Chacamax, un de ses affluents, les Chol Lacandon le long de son principal bras, les Acalá le long du Río Chixoy, les Chol Manché à proximité du Río Pasión, les Toquegua à l’embouchure du Río Motagua et les Ch’orti’ à proximité de ce fleuve et de son affluent, le Río Grande de Zacapa. Il existe d’ailleurs plusieurs preuves du maintien de cette activité commerciale à grande échelle jusqu’à la conquête espagnole. Gabriel Salazar mentionne un grand nombre de témoignages concernant les liens qu’entretenaient les Chol Manché avec le reste du monde maya (Feldman, 2000). Nous apprenons ainsi que ces derniers commerçaient ou étaient en relation avec les Acalá, les Chol Lacandon, les Chontal, les Tzendales (Tseltal), les Itza’, les Mopán et les Yucatèques.

D’une bipartition naissante à une bipartition inattendue

  • 9 L’unique témoignage de cette langue est le document intitulé Arte y diccionario en lengua cholti co (...)
  • 10 Ximénez (1929-1931, livre 5, chap. 23) raconte qu’un religieux qui possédait une grammaire de cette (...)
  • 11 Le frère Alonso de Escobar (1841) nous informe que le echolchi [cholti] est la langue des Lacandons
  • 12 En 1620, Gabriel Salazar décrit la langue de San Marcos comme similaire au cholti’ (Feldman, 2000 : (...)
  • 13 Pourcentage obtenu à partir d’un échantillon de 555 racines lexicales cholti’ versus 729 ch’orti’ e (...)
  • 14 230 racines chontal d’Acalán versus 916 chol et 101 affixes versus 177.

13À partir du Classique récent s’ébauche la première division dans la frontière interne du cholan classique à travers l’émergence de variations dialectales. Cette sous-division, qui préfigure un véritable remodelage des frontières en deux groupes distincts, est encore trop peu marquée pendant toute l’époque classique pour parler de langues différentes. Wichmann (2006) identifie seulement onze variables (lexicales, morphologiques et phonologiques) pour les différencier. L’homogénéité de cette langue est cependant quelque peu suspecte. Si la frontière entre langue écrite et langue naturelle ne constitue généralement pas une frontière hermétique — les variations identifiées l’attestent —, il est fort peu probable que le cholan classique reflète la réalité linguistique de l’époque classique. Seule l’existence d’une norme forte pourrait expliquer un tel conservatisme, surtout dans une configuration aussi favorable aux changements linguistiques. Une répartition géographique très étendue — l’approximation de l’aire cholane à la période classique qui est donnée dans la carte 2 représente une superficie supérieure à celle de la Grèce —, l’absence d’une organisation politique centrale, une économie en grande partie fondée sur le commerce à grande échelle qui implique des interactions continues avec l’extérieur, sont des facteurs qui, cumulés, favorisent grandement la diversité géographique des langues. Il est alors possible d’imaginer que les dialectes du cholan classique correspondent à des langues vernaculaires distinctes. De plus, l’une des variations du dialecte oriental données par Wichmann (ibid.) relève un changement systémique, i.e. la perte de l’opposition entre voyelles longues et voyelles courtes, qui a certainement favorisé des changements en chaînes dans la langue vernaculaire correspondante. Cette situation s’est très probablement accélérée à la période suivante, le postclassique. La chute massive de la population et l’abandon des zones urbaines qui regroupaient les infrastructures d’irrigation permettant une agriculture intensive ont dû mener à l’établissement des populations en un grand nombre de communautés plus réduites à l’intérieur des terres de l’aire cholane. Malgré la multitude de langues attendues, les premières informations fournies par les Espagnols lors de la conquête montrent une situation bien différente. Si seulement deux langues parlées au début du xviie sont documentées, le chontal d’Acalán (Smailus, 1975) — la langue cholane occidentale — et le cholti’9 — la langue cholane orientale —, d’autres témoignages soulignent la proximité voire l’identité de la langue des Toquegua10, des Chol Lacandon11 et des Acalá12 avec le cholti’. Le ch’orti’, langue seulement documentée à la fin du xixe siècle, présente lui aussi une très grande proximité avec cette dernière langue — 83% des racines lexicales cholti’ sont partagées avec le ch’orti’ et 88 % de ses affixes en dépit des quatre siècles qui séparent les données13. Le chol palencano, langue appartenant aux langues cholanes occidentales et qui fera l’objet d’un premier lexique en 1789 (Hopkins et al., 2008), présente, quant à lui, une grande proximité avec le chontal d’Acalán — ce dernier partage 83 % de ses racines avec le chol (palencano) et 79 % de ses affixes14. Quels phénomènes ont contribué à une telle cohésion ? Peu d’éléments archéologiques permettent de se faire une idée précise de la répartition de ces populations pendant la période postclassique. Nous pouvons cependant noter que certaines études mettent en évidence l’abandon total de certaines régions à cette époque, comme le nord et le centre du Petén (Rice, 1996 ; Wahl et al., 2007). Ce fait pourrait impliquer une réorganisation des populations cholanes des terres intérieures le long des principales voix fluviales, attirées par le pôle économique que ces zones constituent, combiné avec un accès facile à l’eau pendant toute l’année. Une telle restructuration des frontières en une zone plus compacte axée sur les principaux fleuves qui, à une échelle plus modeste, reproduit le même schéma que celui de la période classique, aurait favorisé l’apparente uniformité linguistique observée par les Espagnols dans toute la partie centrale de l’aire maya. Il existe cependant une différence notable entre le Classique et le Postclassique : l’importance prépondérante du commerce maritime dans lequel la population cholane des Putun Maya est impliquée. Cette intégration dans un système commercial et économique différent de celui des autres populations ne peut être sans conséquence sur les langues.

Les populations cholanes et leurs « extérieurs »

14Avec la constitution d’une base de données regroupant un certain nombre de mots choisis dans l’ensemble des langues mayas par Terrence Kaufman (2003), base qui constitue aujourd’hui le dictionnaire étymologique préliminaire maya, de véritables études comparées au niveau de cette famille de langues ont vu le jour. L’un des aspects de ces études a été de mettre en évidence le partage de mots ne pouvant s’expliquer qu’à travers des phénomènes de contact et d’identifier ainsi des aires de convergence linguistique. La plus importante de ces aires, dénommée « grande aire linguistique des Basses Terres » par Justeson et al. (1985), met en évidence, encore une fois, le statut central des langues cholanes au cœur de l’aire maya (carte 5). Confirmant les contacts séculaires que ces langues ont eu avec les populations yucatèques et tseltal, cette aire met également en évidence les contacts importants qu’elles ont entretenus avec l’ensemble des langues voisines réparties sur la barrière des 1 500 mètres d’altitude de l’aire du cholan classique et des langues cholanes à la période postclassique (cf. carte 4). Si les convergences qu’impliquent ces aires dépassent le seul niveau des mots pour influencer les langues à des niveaux différents (phonologie, morphologie, syntaxe), l’avantage avec l’emprunt lexical est qu’il est généralement possible de déterminer la directionnalité d’un tel phénomène. Bien que non datables, il ressort d’études comme celles de Wichmann et Brown (2002), Wichmann et Hull (2009) et Hofling (2004) que les langues cholanes constituent les principales pourvoyeuses de mots à travers les langues mayas — à l’exception du castillan qui a aujourd’hui une importance sans comparaison possible dans ce domaine —, phénomène qui a dû commencer dès la période classique.

carte 5 – Grande aire linguistique des Basses Terres

15Qu’en est-il de l’influence des langues périphériques de l’aire cholane sur ce groupe ? Excepté un petit nombre de mots empruntés aux langues yucatèques (comme ‘atan « épouse », tuup « ornement d’oreille »), le cholan classique ne présente aucune influence notable provenant de phénomènes de contact. Ce constat peut être en partie mis sur le compte du rayonnement de la culture cholane pendant cette période, favorisant des influences depuis l’intérieur de cette aire vers l’extérieur. À cela nous pouvons ajouter que le cholan classique, langue de prestige, était certainement une langue utilisée principalement ou exclusivement par les élites. Nous pouvons également remarquer qu’à travers les diverses interactions qu’ont eues les cités-états entre elles (guerres, alliance, allégeance), répertoriées par Martin et Grube (2000 : 21), il se manifeste une certaine ségrégation des élites cholanes par rapport aux populations yucatèques et tseltal. En effet, si des guerres ont eu lieu entre des cités de l’aire cholane et celles de l’aire tseltal, aucune alliance matrimoniale ne s’est faite entre elles ; les alliances se sont établies seulement entre cités-états cholanes, parfois éloignées par plus de quatre cents kilomètres de distance (Palenque-Copán) ou au sein de l’aire tseltal (Tonina-Pomona). Si les données épigraphiques de l’aire yucatèque sont souvent trop dégradées pour nous donner une idée précise des relations que ces cités entretenaient avec les cités cholanes, il ne semble pas y avoir eu d’interrelations notables entre leurs élites.

16Si une telle barrière linguistique peut être mise en correspondance avec une réalité sociale, les quelques variations dialectales nous permettant d’accéder aux langues vernaculaires de cette époque ne nous disent rien concernant la population. La période postclassique et les langues reflétant cette époque, le chontal d’Acalán et le cholti’, nous permettent, quant à elles, de déterminer des zones de contact et d’inférer des interactions privilégiées avec certaines des populations voisines.

  • 15 Si ces emprunts sont principalement présents dans le vocabulaire, ils sont souvent très intégrés da (...)
  • 16 Le chontal colonial ou d’Acalán semble à première vue particulièrement influencé par les langues ut (...)

17Le cholti’ est lexicalement très influencé par les langues voisines, le q’eqchi’ et les langues yucatèques15 (le mopán et l’itza’). Ces deux derniers groupes ont été également très influencés lexicalement par le cholti’ (Hofling, 2004 ; Wichmann et Brown, 2002). Les données historiques (Feldman, 2000 ; Caso Barrera et Aliphat Fernández, 2007) mettent en évidence l’importance du commerce que ces différentes populations entretenaient entre elles, les terres chol manché en constituant le cœur. Si ces phénomènes de contact ont influencé le lexique du cholti’, ils n’ont pas atteint d’autres niveaux de la langue. Le chontal d’Acalán présente également des emprunts attribuables aux langues yucatèques et des emprunts d’origine uto-nahuatl16. Cette double influence permet d’identifier plus clairement cette population avec le peuple mexicanisé que constituent les Putun. Contrairement au cholti’, cette langue est plus profondément influencée par les langues yucatèques aux niveaux phonologique et morphosyntaxique. Cette influence peut être corrélée avec l’intégration de cette population dans un système économique principalement basé sur le commerce maritime qui a eu comme conséquence de favoriser des rapports quasi exclusifs avec les habitants de la péninsule yucatèque.

De la conquête espagnole à nos jours

18Nous détaillons, dans cette partie, les informations relatives à la localisation de chaque population cholane lors de l’arrivée des Espagnols. Ces considérations sont à chaque fois suivies d’un aperçu historique évoquant les principaux événements qui se sont déroulés depuis leur conquête respective jusqu’à nos jours, ou jusqu’à leur disparition le cas échéant.

Les Chol Manché

  • 17 Dans les documents coloniaux, ils sont également désignés comme Manché ou Chol voire Choles et Manc (...)

19Le recueil de documents coloniaux de Lawrence H. Feldman (2000) nous permet d’avoir une idée assez précise de la distribution géographique des Chol Manché à travers leur courte histoire connue17 (carte 6). Ces derniers se rencontraient, organisés en petits villages agricoles constitués de maisons multifamiliales (Remesal, [1619] 1966), sur les côtes du golfe du Honduras (mer des Caraïbes) depuis l’embouchure du Río Dulce à la ville de (T)zoite qui se situait près de l’embouchure de l’actuel Sitee River. Ils s’étendaient dans les terres aux abords des fleuves et rivières Yaxal [Moho River], Sarstún [ou Sarstoon River], Polochic et Cancuén. La ville éponyme de cette région, et aussi la plus importante en terme de population à cette époque (Feldman, 2000 : 230), était Manché. Elle se situait à mi-chemin entre les fleuves Cancuén et Yaxal, soit entre plusieurs réseaux de communication et commerciaux constitués à l’ouest par le réseau de l’Usumacinta et à l’est par l’accès à la baie d’Amatique, au golfe du Honduras et aux différents fleuves se jetant dans ces eaux et dans la mer des Caraïbes.

carte 6 – Distribution des Chol Manché à l’arrivée des Espagnols

20Officiellement, la première incursion espagnole en terres chol manché est datée de 1603. Il y a cependant plusieurs événements documentés qui laissent supposer une rencontre antérieure d’un peu moins d’un siècle. En effet, le tout premier contact avec les Espagnols a dû se produire vers 1524 sur les côtes du golfe du Honduras et dans la baie d’Amatique lors de l’arrivée de la flotte menée par Gil Gonzáles Dávila qui établit la ville de San Gil Buenavista près du port commercial de Nito (Juarros, 1857, vol. 2 : 169). De même, en 1525, Cortés traverse à pied le Petén en partant du Tabasco jusqu’à Nito accompagné de plusieurs milliers d’hommes (lettre de Cortés à l’Empereur du 3 septembre 1526, 1866). Comme le suggèrent les frères dominicains Viana, Gallego et Cadena en 1574, la présence espagnole avait déjà dû conduire à la réduction de plusieurs villages chol manché de la côte comme Yaxal et Campin à San Mateo Xocolo (carte 7), sur la rive orientale du lac Izabal (Feldman, 2000 : 13). En 1603, les Dominicains, après une conquête pacifique menée par Bartolomé de las Casas de la province du Verapaz « la véritable paix », décident d’étendre cet exploit à leurs nouveaux voisins septentrionaux, les Chol Manché. Cette approche non militarisée se révèle fructueuse puisqu’en 1628 dix-huit réductions sont recensées dans cette région. Cet état de grâce ne dure malheureusement pas longtemps. En 1630, plusieurs raids de la part des Itza’, hostiles à cette présence voisine espagnole et chrétienne, font fuir les Chol Manché de ces réductions. De plus, si ces derniers ont accepté la présence des Dominicains, ils n’ont pas encore fait allégeance à la couronne du roi d’Espagne, ce qui n’est pas au goût du nouveau gouverneur du Verapaz, Martín Alfonso Tovilla, qui décide alors de changer la politique de conquête. Tovilla, soutenu par le frère dominicain Francisco Morán, impatient de briser la politique pacifiste de son ordre, réussit laborieusement à lever une armée en 1631. Cette expédition est un véritable échec. Après avoir réussi à refonder quelques réductions à force de poursuites et de tortures, cette armée se trouve très vite confrontée à des attaques de la part des Itza’. La même année, alors que l’Espagne est engagée dans la guerre de Quatre-vingts ans, l’Audience royale du Guatemala décide de ne plus soutenir cette expédition. S’ensuit une quarantaine d’années pendant lesquelles les Chol Manché sont à nouveau hors de la domination espagnole. Seule la nouvelle tentative d’évangélisation du frère Francisco Morán, qui prend fin à sa mort en 1664, trouble cette période de répit relatif. En 1677, la volonté de l’Audience royale du Guatemala d’ouvrir une route commerciale reliant les Capitaineries générales du Yucatán et du Guatemala remet sur la table le problème chol manché (Bricker, 1981). Face à la nouvelle fuite des populations du Manché causée par l’expansion géographique des Q’eqchi’ vers le nord et à l’incapacité des frères dominicains d’évangéliser les Chol Manché sur leurs terres, une nouvelle politique de conquête est instaurée, celle de la déportation. De 1685 à 1700, six expéditions se succèdent pour déplacer les populations chol manché, prises en étau entre les Espagnols et les Q’eqchi’ au sud et les Mopán et les Itza’ au nord. Ils sont déportés en différents lieux comme Cahabón, San Lucas Zalac, les bords du lac Izabal à Castillo San Felipe et à San Antonio de las Bodegas ainsi que Santa Cruz de Belén de los Indios Choles, au sud de Rabinal, dans les Hautes Terres de l’actuel état de Baja Verapaz (carte 7).

carte 7 – Principaux déplacements de la population chol manché

21Si les différentes populations sont progressivement assimilées à Cahabón et Santa Cruz de Belén, les attaques des Mosquitos Zambos, armés par les Anglais, sur les côtes du golfe du Honduras à partir de 1704 dispersent les populations côtières et réduisent en esclavage les derniers survivants chol de cette région du Manché (Feldman, 2000 : 218).

Les Toquegua

22Peu de choses sont connues concernant les Toquegua, aussi appelés Tequeguas (Paula García Peláez, 1851) ou Taguegas (Anonyme, 1625 in Feldman, 1998 : 10). La majorité des données se rapportant à cette communauté est regroupée par Lawrence Feldman (1998). En 1602, le nouveau capitaine général du Guatemala, Alonso Criado de Castilla, nous informe que les terres entre la rivière Techín, affluent du Motagua, la pointe Manabique et la baie d’Amatique (carte 8) sont celles des indiens Toquegua (Feldman, 1998 : 8).

carte 8 – Distribution des Toquegua à l’arrivée des Espagnols

23En 1598, Alfonso Criado de Castilla abandonne le port de Puerto de Caballos [Puerto Cortés] pour un lieu plus salubre et plus défendable. Lors des prospections dans la baie d’Amatique, il découvre le port toquegua de Santo Tomas et décide de fonder le port de Puerto Barrios. Considérée comme hostile aux populations de la côte et afin de développer la région, cette petite communauté répartie en petits villages gouvernés par trois dynasties différentes (Feldman, 1998 : 21), qui cultivaient le maïs et le cacao et produisaient du sel sur la côte de façon saisonnière, sera réduite dès 1604 à Amatique (Feldman, 1998 : 10 ; Juarros, 1857, vol. 2 : 160). Ils ne seront plus qu’entre 60 et 80 en 1699 dans cette même ville (Feldman, 1998 : 10) et finiront par disparaître complètement peu de temps après.

Les Chol (Palencano)

  • 18 Si tous les dialectes de cette langue nomment cette dernière lakty’añ « notre langue », le terme «  (...)

24Il n’existe pas de document donnant une idée précise sur les centres de peuplement chol palencano avant le début de la colonisation et du travail de réduction. Seules quelques indications d’ordre historique permettent de nous donner une approximation de leur extension initiale. Ainsi, les Chol ou Ch’ol18, aussi appelés Chol Palencano pour les différencier des Chol Manché et des Chol Lacandon, occupaient au moment de l’arrivée espagnole toute la partie nord de la forêt lacandone et plus précisément les Montañas del Norte du Chiapas sur les bords du fleuve Tulijá et les Basses Terres de la vallée du Río Chacamax (carte 9).

carte 9 – Distribution des Chol (Palencano) à l’arrivée des Espagnols

25L’histoire des Chol s’amalgame souvent avec celle de leurs voisins les Tseltal. En effet de nombreux auteurs de la période coloniale (Juarros, Fuentes y Guzmán) ne mentionnent même pas les Chol qui sont alors inclus dans la province nommée province des Tseltal (« provincia de Tzendales »). Si cet amalgame est en partie une réalité historique comme le montrent les soulèvements conjoints en 1712 et 1994 impliquant ces deux communautés, une autre confusion est, elle, plus problématique, celle faite avec l’ensemble des populations cholanes nommées également chol à l’époque coloniale. Encore aujourd’hui, dans certains ouvrages, chol est parfois synonyme de cholane, c’est-à-dire que ce terme désigne à la fois la langue mais aussi le groupe de langues, ce qui est source de confusions voire d’erreurs d’interprétation. Des données concernant exclusivement les Chol nous sont offertes par l’Encyclopédie des Municipios du Mexique19.

  • 20 Le système espagnol de l’encomienda consistait à regrouper des populations indigènes dans un territ (...)

26La conquête en terres chol ne commence qu’à la troisième incursion espagnole au Chiapas en 1528 après l’établissement de Ciudad Real [San Cristobal de la Casas] (Lenkersdorf, 1995 : 78). Cette conquête imposera la domination espagnole aux Tseltal et à une partie des Chol, dans la région de Tila, ville qui dominera politiquement et religieusement l’aire chol jusqu’au milieu du xixe siècle. En 1559, les Espagnols sont contraints de fonder Tumbalá, là où de nombreux Chol déplacés dans l’encomienda20 de Yajalón (majoritairement tseltal) ont fuit. En 1567, le frère Pedro Lorenzo de la Nada évangélise les Chol vivant dans la vallée du Río Chacamax et fonde Palenque où il réduit cette population (Vos, 1995 : 57). Il restructurera également les villes de Tila, Tumbalá, Yajalón, Chilón, Bachajón et Ocosingo.

27En 1770, lors d’une grande sécheresse, le village de Sabanilla est fondé à partir de populations fuyant Tila et Tumbalá. En 1794, afin de développer la vallée fertile du Río Tulijá et de faciliter l’accès à la main d’œuvre indigène, le village de Salto de Agua est fondé. Municipio qui va surtout se développer à la fin du xixe siècle quand de grandes firmes de production caféière vont s’implanter en terres chol et remettre au goût du jour l’exploitation indigène. Cette période, connue comme mosojäntyel (« action d’être utilisé comme serviteur ») par les Chol, constitue l’événement le plus ancien dans la mémoire collective des Chol d’aujourd’hui (Alejos García, 1994).

28Au xxe siècle, les Chol profitent de la réforme agraire et deviennent la seule communauté cholane à connaître une expansion géographique.

Les Chol Lacandon

  • 21 Parfois orthographié Sac-Balan (Vos, 1988), Sac-bahlán (Vos, 1995), sacbalam (Bricker, 1981) et Cag (...)

29Les Chol Lacandon souvent désignés dans les documents coloniaux par les différents centres de population qu’ils occupaient, les Pochutla, les Topiltepeque ou les Lacantún ou Lacandón vivaient jusqu’au début du xviiie siècle dans une bonne partie orientale de la forêt lacandone (carte 10). Il est possible de localiser certains de ces centres permettant ainsi une vision assez précise de leur distribution à l’époque de la conquête espagnole. Le principal centre était Lacantún ou El Lacandón situé sur une île sur le lac Miramar. Topiltepeque se situait près du confluent entre les rivières Tzaconejá et Jataté et Pochutla sur le lac Ocotal Grande. Le dernier grand centre chol lacandon, qui résistera jusqu’à la fin du xviie siècle, Sak Bahlam21, était situé au nord du point de confluence entre la rivière Ixcán et le fleuve Lacantún.

carte 10 – Répartition des Chol Lacandon et des Acalá

  • 22 Là encore, l’orthographe varie d’un auteur à l’autre : Tecpan (Bricker, 1981) et Tequepan (Ruz, 199 (...)

30La plus ancienne évocation relative à cette communauté se trouve dans les mémoires de Bernal Díaz del Castillo ([1632] 1795) quand, en 1525, accompagné par Cortés, ils sont mis en garde par les Chontal d’Acalán de la présence de leurs ennemis, les Chol Lacandon, sur le chemin qu’ils vont prendre pour se rendre à Nito. Il faut cependant attendre 1530 pour que s’opère la première incursion espagnole dans les terres de cette communauté. Cette année-là, quand les Espagnols s’approchent de l’île de Lacantún, la population fuit. Les conquérants pillent alors la ville déserte, ce qui expliquera en partie la très grande hostilité des Chol Lacandon envers les Espagnols par la suite (Vos, 1995 : 337). En 1536, le capitaine Francisco Gil prend possession de la ville de Pochutla, elle aussi désertée avant l’arrivée des troupes espagnoles. Les Lacandons organiseront alors de nombreux raids, par vengeance mais aussi pour des raisons religieuses (sacrifice humain), contre des réductions au Chiapas, comme à Bachajón en 1552, dans les montagnes du Cuchumatanes comme à Chajul en 1608 et 1664 et dans le Verapaz comme à Cobán en 1628 et 1678 (Bricker, 1981). Ils attaqueront en 1555, à la demande d’une partie de sa population, la ville de San Marcos dans la province du Verapaz où ils finiront par tuer les Dominicains Domingo de Vico et Andrés Lopéz. Les Espagnols vont alors monter une expédition punitive en 1559 à l’encontre des Chol Lacandon, c’est la guerra de El Lacandón. Après la déroute de ces derniers, seul un petit nombre sera capturé puis déporté, et une grande partie de la population fuyarde va réinvestir l’île d’El Lacandón quelques temps après. À partir de 1563, le Dominicain Pedro Lorenzo de la Nada évangélise pacifiquement les populations du nord de la zone lacandone, l’année suivante des habitants de Pochutla sont déplacés à Ocosingo puis, en 1576, à Palenque, Tila, Tumbalá et Bachajón (ibid. : 49). Une seconde expédition militaire sera organisée en 1586 qui mènera à la destruction de El Lacandón et à la prise de Topiltepeque et Tecpan ou Tequepan22 dont les populations seront déplacées à Cobán au Verapaz. Une fois encore, une partie importante de la population pourra fuir et fondera la ville de Sak Bahlam où elle vivra près d’un siècle d’autonomie.

  • 23 La ville de Mapa apparaît sous la forme dans Bricker (1981) et Mop dans Sapper (1907).

31En 1694, ce site sera découvert par les Espagnols et dès l’année suivante le jour du « vendredi des douleurs » une nouvelle grande expédition sera menée sur plusieurs fronts et conduira à la conquête de Sak Bahlam alors rebaptisé Nuestra señora de los Dolores. Y seront déplacées également les populations d’autres centres d’habitation lacandons comme ceux de Petá et Mapa23. À la suite d’épidémies, la population va diminuer et sera déplacée dans la première partie du xviiie siècle à Aquespala dans le municipio de La Trinitaria entre les villes de San Caralampio et Cristobal Colón au Chiapas et au sud-ouest du Guatemala à Santa Catarina Retalhuleu, aujourd’hui Retalhuleu dans le département du même nom (carte 11). Ce n’est qu’après cette disparition des communautés cholanes dans cette partie de la forêt lacandone que s’installent des populations de langue yucatèque que nous connaissons aujourd’hui comme Lacandons ou Maya Lacandon. Au xxe également, des populations tseltal et tojolabal investiront à leur tour une partie de la zone chol lacandon (Vos, 1988).

carte 11 – Principaux déplacements des populations chol lacandon et des Acalá

Les Acalá

32Les Acalá ou Acalán (à ne pas confondre avec les Chontal d’Acalán) — appelés également Axoyes ou Ahxoyes mais aussi Chol Lacandon par le président de l’Audience royale du Guatemala, Fernando Altamirano y Velazco (Feldman, 2000 : 165) — vivaient près de la rivière Icbolay, affluent du fleuve Chixoy à une trentaine de kilomètres au nord de Cobán principalement dans la ville de San Marcos (cf. carte 10). Grands voyageurs, leur territoire s’étendait jusqu’à la colline de sel Salinas de Nueve Cerros selon Gabriel Salazar en 1620 (ibid. : 25). Toujours d’après Salazar, la langue de San Marcos était assez similaire au cholti’ (ibid. : 37) et était vraisemblablement la même que celle des Chol Lacandon (Vos, 1995 : 335).

33En 1530, les dominicains envoient Tomás de la Torre et Domingo de Vico dans la province d’Acalá pour l’évangéliser. Vico sera tué à San Marcos en 1555 par les Chol Lacandon, invités par la population non christianisée des Acalá. Une partie des habitants de San Marcos sera alors déplacée à Cobán. En 1653, les Ahxoyes (certainement sujets de Gaspar Xoy) seront emmenés par Francisco Morán dans la province du Manché pour les évangéliser puis seront déplacés à Cobán. En 1676, cette même population sera déplacée une dernière fois à Atiquipaque au sud du Guatemala dans le département d’Escuintla (Feldman, 2000 : 165).

Les Chontal du Tabasco

  • 24 Un ajawlel est un territoire gouverné par une autorité dont le titre principal est ajaw dans la tra (...)

34Lors de l’arrivée des Espagnols dans cette région, dès 1518, les Chontal étaient répartis en différentes juridictions (payolel) (Izquierdo, 2006) présentées dans la carte 12. L’ajawlel d’Acalán24 s’étend depuis sa capitale, Itzamkanac, au sud, jusqu’à la mer, à Tixchel. Les habitants de ce territoire étaient nommés Acalán ou Chontal d’Acalán, (A[h])Mactun ou Tamactun. Les habitants des autres juridictions, quant à eux, étaient désignés comme Putun ou Taabascoob. Parmi les principales villes appartenant à ce dernier groupe, nous pouvons citer Tanodzic [Tenosique] dans la juridiction d’Ixtapa-Usumacinta ; Xicalango et Jonuta dans la juridiction de Xicalango ; Potonchán, Tabasquillo et Centla dans la juridiction de Potonchán ; Nacaxuxuca [Nacajuca], Xalpa [Jalpa de Méndez], Tamul [Tamulté de las Sabanas], Tapocingo [Tapotzingo] et Tecolutla [Tecoluta] dans la juridiction de Copilco ; Xalapa [Jalapa] et Macuspana dans la juridiction de Zahuatan-Chilapan. Notons que l’ensemble de ces villes a perduré jusqu’à aujourd’hui.

35L’économie des Chontal reposait principalement sur le commerce à grande distance et ils étaient présents dans une grande partie de l’aire maya. La ville de Chetumal payait un tribut à l’ajaw d’Acalán ; ils étaient également présents à Nito où ils possédaient un quartier entier. Le frère de l’ajaw d’Acalán y résidait en 1518 (Cortés, 1908 : 264 et 280).

carte 12 – Distribution des Chontal et de leurs juridictions à l’arrivée des Espagnols

36En 1518, Juan de Grijalva découvre la ville chontal de Potonchán (Díaz, [1518] 1858) L’année suivante, Cortés arrive par bateau depuis Cuba au niveau de l’embouchure du fleuve Tabasco (dès lors nommé Grijalva). Là va se dérouler la sanglante bataille de Centla entre les Espagnols et les Chontal occidentaux ou Taabscoob (Díaz del Castillo, [1632] 1795, chap. IX-XI XXXI-XXXVII). S’ensuivront trois expéditions militaires menées en 1524 par Luis Marín et Rodrigo Rangel (ibid.).

37En 1525, Cortés revient. Après avoir traversé les terres putun, notamment les villes de Pontonchán, Anaxuxuca [Nacajuca] et Chilapán [Chilapa], il apprend l’existence de l’ajawlel d’Acalán et se rend dans sa capitale Itzamkanac (5e lettre de relation de Cortés à l’Empereur datée du 3 septembre 1526). La conquête s’y fera plutôt pacifiquement. À partir de 1526 commence la difficile pacification de la nouvelle province du Tabasco par Baltazar d’Osorio puis Francisco Montejo. Dès 1557, la population d’Itzamkanac va être déplacée et réduite à Tixchel (ancienne capitale de cet ajawlel). De même, en 1579, la population de Xicalango est déplacée à Jonuta afin de développer le port d’Isla del Carmen.

38Cette colonisation va être une catastrophe pour la population locale et l’économie de toute la région. Si la population est estimée à 300 000 au Tabasco avant l’arrivée des Espagnols, elle n’est plus que de 12 100 en 1579, de 7 200 en 1606 pour toute la province et la population indigène en 1656 est estimée à 2 797 (Andrade Torres, 2003). Peu de choses nous sont connues sur l’histoire postérieure des Chontal à l’exception de soulèvements de plusieurs villages entre les années 1668 et 1671 (Ruz, 2005) suivis de nouvelles épidémies à la fin du xviiie et au début du xixe siècle (ibid.). Cette population subira à nouveau de profonds changements sociaux, économiques, politiques, climatiques et environnementaux au xxe siècle, notamment sous le régime du gouverneur Tomás Garrido Canabal (1922-1936), quand ce dernier eut interdit le port du costume traditionnel et l’usage de la langue yokot’an.

Les Ch’orti’

  • 25 « [...] por los años de 1530, [...] muchos pueblos, y entre ellos los del partido de Chiquimula, to (...)
  • 26 Parmi ces données, nous pouvons citer la liste de 52 mots récoltés par Juan Galindo près de Copán p (...)

39Il existe très peu de textes faisant référence aux Ch’orti’ à l’époque coloniale (Brewer, 2002). Ce manque rend très difficile leur localisation et a mené souvent à des surinterprétations hasardeuses. Juarros (1857, vol. 2 : 148) nous informe qu’en 1530 plusieurs peuples25 de la partie orientale du Guatemala se soulèvent. Une armée est alors levée par les Espagnols pour pacifier cette région. Les conquérants se trouvèrent confrontés à une coalition de 30 000 guerriers menés par le cacique de Copán, Copán Calel, accompagné du cacique de Chiquimula et d’Esquipulas ainsi que des renforts venus de Zacapa, Sensentí, Guixar et d’Ustúa. Si cet événement impliquait les ch’orti’, leur localisation actuelle se situe au centre de cette coalition, il n’est nulle part fait mention d’ethnonymes ou de langues rattachés à ce(s) peuple(s). En 1576, García de Palacio ([1576] 1873) donne deux noms de langues parlées dans les vallées d’Acacevastlan, de Chiquimula de la Sierra et de Copán, le tlacabastleca et l’apay. Si la première langue est facilement indentifiable avec la langue nahuatl d’Acasaguastlán, aussi connue comme alaguilac (Brinton, 1887 : 366-377) et aujourd’hui éteinte, la deuxième est très vraisemblablement le ch’orti’. Il faut attendre le début du xixe siècle avec Juarros (1857, vol. 1 : 40) pour que le terme de chorti soit utilisé pour la première fois. Malheureusement, il nous apprend sans grande précision que cette langue est celle de la province de Chiquimula qui correspondait, à l’époque, à toute la frange orientale du Guatemala (aujourd’hui les départements de Chiquimula, Zacapa, Izabal, Jalapa et Jutiapa). Ce n’est qu’à la fin du xixe siècle qu’apparaissent les premières observations directes26 permettant de délimiter l’usage de cette langue. La répartition proposée dans la carte 13 au moment de la conquête espagnole est une approximation fondée sur la répartition maximale connue du ch’orti’ (cf. carte 1).

carte 13 – Distribution des Ch’orti’

40Après la prise de possession espagnole des terres ch’orti’ en 1530 par les capitaines du conquistador Pedro de Alvarado, la colonisation ne commence véritablement qu’une vingtaine d’années plus tard. Elle débute avec la fondation notamment de Chiquimula de la Sierra, Jocotán et Camotán. Face à la chute brutale de la population de la province de Chiquimula, 90 % de la population indigène disparaît entre 1550 et 1580 à cause des maladies et des mauvais traitements (Pérez, 1997 : 106). Le système de réduction et de travail forcé (encomienda) est abandonné en faveur de travaux saisonniers (repartimiento) permettant aux populations de rester dans leurs hameaux.

41C’est à partir de 1580 que le Guatemala connaît une dépression économique dont la conséquence est une forte migration espagnole venant de la capitale dans la fertile vallée du Río Motagua, notamment à Chiquimula, ce qui entraîne la fuite des populations ch’orti’ de ce municipio vers Jocotán et Camotán (Metz, 2006 : 44).

42Jusqu’en 1750, la région de Jocotán connaît un bon développement économique grâce à l’industrie de l’indigo, et donc un accroissement démographique. La population ch’orti’ de Jocotán atteint 15 680 en 1750, population qui chute drastiquement par la suite à cause des sécheresses et des maladies qui ont ponctué l’histoire ch’orti’ jusqu’à nos jours mais aussi en raison de la crise de l’industrie de l’indigo (Batres et al., 2004). En 1816, cette même population n’est plus que de 4 245 âmes.

43En 1871, la Révolution libérale a comme conséquence la confiscation de la plupart des bonnes terres rurales de l’aire. C’est aussi le temps du retour des travaux forcés dans les plantations de café, exactions qui connaissent une forme particulièrement brutale sous le régime d’Ubico (années 1930). Ces événements ont un impact profond sur les Ch’orti’ qui, devenus très méfiants, ne prennent pratiquement pas parti dans la réforme agraire avortée de 1952.

  • 27 Cela explique l’absence de textes religieux en langues indigènes dans cette région à l’inverse du r (...)

44L’Église, qui a eu une relation plus vénale que spirituelle avec les Ch’orti’, opère un changement stratégique dans les années 1960. Alors que toute l’aire maya a été évangélisée par le clergé régulier et ses différents ordres, l’Est guatémaltèque et les Ch’orti’ le sont sous la férule du clergé séculier27. Les prêtres de Jocotán se plaignent pendant des siècles de l’éloignement de la population et de la réticence des Ch’orti’ envers l’Église catholique. C’est cette situation qui amène l’Église à établir des prêtres fidei domum italiens et surtout belges dans les années 1960 (toujours présents), afin de parfaire une évangélisation jugée insuffisante. Ils sont très vite suivis par les évangélistes, extrêmement présents aujourd’hui dans les hameaux, et plus récemment encore par les mouvements charismatiques.

Une interaction involontaire et stratégique

45Si la politique de conquête a pris plusieurs formes plus ou moins destructrices sur les frontières des populations cholanes à travers leur histoire, celle qui a été la plus conséquente est aussi la moins documentée. L’introduction d’agents pathogènes venus d’un extérieur avec lequel les populations cholanes n’avaient eu aucune interaction auparavant faute de frontière commune a constitué l’intrusion la plus conséquente de la part des Espagnols. Le manque de données démographiques ne permet que de supposer l’ampleur de cette « xeno-infection » qui a dû sensiblement modifier la distribution des populations avant les premiers témoignages castillans. Pour donner un ordre d’idée, les chutes démographiques calculées à partir des populations indigènes estimées au moment de l’arrivée des Espagnols en terres mayas sont de 90 % en 1550 dans la région de Chiquimula où résident les Ch’orti’ (Metz, 2006 : 45-46 ; Pérez, 1997) et de 97 % en 1606 dans l’état du Tabasco où résident les Chontal (Andrade Torres, 2003).

46Les stratégies employées par les Espagnols dans la conquête des frontières physiques ont été de deux ordres : la réduction et la déportation. La réduction consiste à rassembler les populations dans une frontière diminuée au sein de leur frontière interne initiale ; la déportation, visant à détruire les frontières, consiste à déplacer les populations dans l’extérieur de leurs frontières initiales.

47La réduction a été la stratégie employée sur les populations jugées les moins hostiles et les moins résistantes, c’est-à-dire celles avec qui une interaction continue a pu s’établir relativement rapidement. C’est le cas des Chontal, des Chol (Palencano), des Ch’orti’ et probablement des Toquega. Le résultat d’une telle politique a généralement été la survie des populations. Seuls les Toquegua, numériquement très faibles puisqu’ils étaient moins de 100 en 1699, n’ont pas survécu. La déportation, en revanche, moyen coercitif et violent utilisé avec les populations chol manché, chol lacandon et acalá, a très vite mené à l’assimilation et à la disparition de ces communautés.

Situation actuelle : langues et cultures

48Comme prolongement d’une telle histoire, la situation actuelle des populations survivantes, déjà évoqué au début de cet article, est très préoccupante. Inquiétude à laquelle s’ajoute celle d’une ethnologie très en retard par rapport à celles d’autres populations mayas. On a montré l’extrême difficulté à comprendre les zones de relations et de frictions entre les populations cholanes et leurs voisins à l’époque précolombienne et historique ; la situation actuelle entre les groupes n’est guère plus facile à démêler. Nous avons dû faire d’abord, à la manière des archéologues, des survey de régions potentiellement occupées, interrogeant les habitants et participant à la vie quotidienne dans tel ou tel village ou hameau, afin d’évaluer les plus infimes détails qui différencient ou associent les unités dispersées ici ou là. L’ethnologie comparative des trois lieux d’enquête donnera lieu à des travaux futurs ; pour l’heure, il est important d’en donner seulement quelques éléments, si ténus soient-ils, afin de contraster les évolutions les plus actuelles de chaque communauté ; il est crucial de souligner l’inquiétude ressentie quant à la survie de certaines d’entre elles et de mettre en avant la nécessité de leurs études afin de les préserver.

Le chol

  • 28 Propriétés collectives attribuées à des groupes de paysans suite à la réforme agraire et à la Ley d (...)
  • 29 XII Censo general de población y vivienda, México, Instituto Nacional de Estadística, Geografía e I (...)

49Le chol (ou ch’ol) est aujourd’hui parlé dans les municipios de Tila, Tumbalá, Sabanilla et Salto de Agua (carte 14) ainsi que dans des ejidos28 disséminés dans le municipio de Palenque, dans l’état du Tabasco et au sud de l’état du Campeche. C’est la seule langue cholane à présenter une certaine revitalisation, le nombre de locuteurs semble en constante augmentation même en ce début de xxie siècle (153 289 locuteurs en 2000 et 185 299 en 200529). C’est également la seule à présenter un taux de monolinguisme aussi important puisqu’il est de 20,6 % en 2005 (INEGI).

  • 30 Cf. entre autres Aulie et Aulie, 1978 ; Montejo López et al., 2001.
  • 31 Cf. entre autres Warkentin et Scott, 1980 ; Vázquez Álvarez, 2002 ; Gutiérrez Sánchez, 2004.
  • 32 Cf. entre autres Coon, 2099, 2010.

50Cette langue est relativement bien documentée. Il existe plusieurs dictionnaires30 et grammaires31 principalement constitués par le Summer Institute of Linguistics mais également de véritables travaux linguistiques grâce au CIESAS et à Jessica Coon32.

carte 14 – Répartition actuelle des locuteurs du chol

Influences extérieures

51L’influence du tseltal sur le chol est notable. Elle est manifeste autant sur le plan linguistique que culturel. Outre de nombreux emprunts lexicaux, l’influence tseltal s’étend à divers niveaux de la langue, en particulier sur les plans morphologique et syntaxique. Proximité qui se manifeste, notamment, en favorisant la conservation de certains traits linguistiques, là où les autres langues cholanes ont innové ou ont connu des simplifications. Les Chol partagent aussi avec les Tseltal un écosystème particulier en étant la seule langue de ce sous-groupe à être parlée sur des terres s’élevant à presque 1 500 mètres d’altitude. Enfin, notons que Tila, aujourd’hui chol, était l’une des cités-états à l’époque classique et qu’elle se trouvait dans la zone d’influence tseltal à cette époque. Le chol a également emprunté aux langues uto-nahuatl, par exemple kaktye’ « sandale » (cf. kakti en nawat) et quelques mots au zoque (koya’ « tomate », tsuk « souris »…). De même, au moment de la conquête, les populations chol et tseltal ont été un temps réduites dans des villes communes. Ce fait pourrait aussi expliquer une communauté de croyances (cosmologie, certains composants de la personne…) et des éléments semblables d’organisation économique et sociale (système de charge par exemple).

Terrain d’étude : La Cascada (Wejlib ja’), Palenque

52La Cascada est un ejido chol du dialecte de Tila dépendant du municipio de Palenque. Située à vingt-cinq kilomètres au sud-est de Palenque, La Cascada est localisée au bord du Río Chancalá, dans une vallée déjà fortement peuplée à l’époque classique.

53Le bassin de la rivière Chancalá (carte 15) est fortement multilingue et multiculturel (Tseltal, Chol de Tila/Tumbalá, ladino). La majorité des habitants est arrivée il y a une cinquantaine d’années pour trouver de nouvelles terres (la surpopulation et le manque de bonnes terres sont donnés comme principales raisons de cette migration). L’ensemble des ejidos de cette microrégion est relié par des intermariages (Tseltal, Chol), et des rituels (seulement entre les populations chol).

54La Cascada se trouve au bord de l’« autoroute » Carretera Fronteriza del Sur qui va de Palenque à la frontière guatémaltèque : il s’agit évidemment d’une infrastructure routière qui favorise la mobilité, notamment celle des jeunes Chol qui voyagent très souvent dans les autres ejidos pour trouver du travail, phénomène influençant la langue.

carte 15 – La Cascada et les ejidos voisins

Le chontal

  • 33 Chiffres de l’Institut national de statistique, de géographie et d’informatique du Mexique (INEGI) (...)
  • 34 D’après les données de l’INEGI de 2000.

55Aujourd’hui le nombre de locuteurs chontal du Tabasco semble en constante diminution. Le recensement de 2000 en comptabilisait 38 334 alors que celui de 2005 n’en comptait que 32 47033. Comme nous l’avons dit plus haut, de 1922 à 1936, cette langue et cette culture vont considérablement reculer à la suite d’une forte politique d’assimilation. Cette population est répartie dans sept poches, celles de Tucta-Tecoluta, Oxiacaque, Cantemoc, Centla, Tamulté de las Sabanas, Benito Juárez et Melchor Ocampo34 (carte 16).

  • 35 Parmi les principaux travaux réalisés sur cette langue, notons ceux de Keller et Luciano Gerónimo ( (...)

56On compte très peu de travaux linguistiques sur le chontal d’aujourd’hui en dehors de ceux de l’Institut d’été de linguistique35 (SIL). Il est aussi remarquable qu’il n’existe aucun véritable travail ethnologique sur ces populations. De même, peu de travaux comparatifs et de descriptifs permettent d’apprécier les variations internes de cette langue dans les différentes poches, à l’exception de celles de Tucta-Tecoluta et de Tamulté de las Sabanas.

carte 16 – Distribution actuelle des poches où le chontal est encore parlé

Influences extérieures

57Cette langue est la plus profondément influencée par l’espagnol, lexicalement mais aussi morphologiquement. Comme le chontal d’Acalán ou chontal colonial, elle présente des emprunts aux langues yucatèques. Seul le système phonologique offre des différences significatives entre les deux synchronies chontales, notamment la perte d’un système avec une opposition voyelle/courte (passage du a court à la sixième voyelle ä). Trait que partagent toutes les langues des Basses Terres centrales et occidentales (chol, chontal, maya lacandon, itza’ et mopán). Elle présente aussi quelques emprunts lexicaux zoque.

Terrain d’étude : Tapotzingo, Nacajuca

58Le pueblo de Tapotzingo (environ 2 500 habitants) est situé le long du Río Nacajuca, aujourd’hui non navigable et impropre à la pêche. Déjà mentionné au xvie siècle sous la forme Tapocingo, il fait aujourd’hui partie de la poche de Tucta-Tecoluta. Si cette dernière est l’une des plus préservées, moins de 50 % (estimation des habitants) des parents enseignent le chontal à leurs enfants. Et seulement 60 à 70 % de la population des pueblos parlent cette langue.

Le ch’orti’

  • 36 XI Censo nacional de población y VI de habitación, Guatemala

59Aujourd’hui, le ch’orti’ est parlé dans 22 hameaux situés dans les frontières historiques de Jocotán. C’est-à-dire les municipios de Jocotán, d’Olopa (devenu indépendant en 1870) et de La Unión qui appartient au département de Zacapa depuis 1907. Le recensement de 200236 donne un chiffre de 11 734 locuteurs ch’orti’ sur l’ensemble du territoire national du Guatemala. Ce chiffre est en constante diminution depuis au moins le début du xxe siècle quand Charles Wisdom (1940) estime le nombre de locuteurs à Jocotán à 13 491 en 1921.

60Unique langue du groupe cholan oriental avec le cholti’, elle présente des traits originaux au sein des langues mayas avec une bifurcation de l’ergativité originale et l’innovation d’un nouveau paradigme de marques personnelles.

  • 37 Cf. entre autres Wisdom, 1950 ; Pérez Martínez et al., 1996.
  • 38 Cf. entre autres Pérez Martínez, 1994 ; Baquiax Barreno, 2004.

61Il existe de nombreux dictionnaires37 et grammaires38 du ch’orti’. Il existe également des monographies ethnologiques comme celle de Wisdom (1940) rendant compte de la situation dans les années 1930. Celle de Brent Metz (2006) rend compte de la catastrophique situation actuelle.

Influences extérieures

62Elle possède de nombreux emprunts lexicaux d’origine uto-nahuatl via l’Alaguilac ou le nawat (ou pipil) du sud d’El Salvador, mais aussi des emprunts d’origine poqomam avec qui les Ch’orti’ entretenaient des relations commerciales jusqu’au xxe siècle (Wisdom, 1940 : 24).

Terrain d’étude : Escobillal, Oquén, Jocotán

63Oquén est le hameau le plus proche de Jocotán, situé à cinq kilomètres au sud-ouest. Il est constitué principalement de regroupements familiaux dispersés. Aujourd’hui, l’augmentation de la population (progrès de la médecine, aide des ONG…) combinée avec le manque de terres favorisent des concentrations de populations. Les observations ont été réalisées dans la concentration nommée Escobillal. Tous les hameaux sont maintenant reliés par un réseau routier en terre où circule un service de transport en commun constitué de pick-up.


*

* *

64En conclusion, que signifie cette énumération d’occupations au long des siècles, de fondations de villages, de scissions, de fusions et de recompositions des populations ? Comment caractériser et définir des frontières avec peu de documentation ancienne et des mouvements constants ?

65Depuis une langue de prestige à tradition écrite jusqu’à la situation actuelle, cette histoire aurait pu être celle du latin ou de la koïnè. Les langues cholanes sont représentatives du destin d’un grand nombre de langues minoritaires d’aujourd’hui et plus particulièrement d’Amérique. Dans cette étude, nous avons pu dégager quelques mécanismes qui ont favorisé une telle évolution. Dans cette problématique des frontières et du passage de frontières, trois ordres de faits sont à considérer, qui sous-tendent ces disparitions de langues et l’affaissement brutal des cultures associées.

66Rappelons que le premier constat issu de cet ensemble de faits de caractère volontairement descriptif est la grande pauvreté de travaux sur cette région, relativement à d’autres ensembles culturels mayas. Un état des lieux devait obligatoirement prendre place avant de prétendre analyser finement des frontières ethnohistoriques extrêmement troublées et complexes, sans un ensemble de documents fiables.

67La deuxième conclusion est que, dans l’histoire des populations mésoaméricaines, les langues sont le paramètre le plus tangible que la méthodologie linguistique de description et de reconstruction peut scruter à partir de bases ethnologiques et linguistiques solides. C’est pourquoi ce tableau concerne le problème des langues devenues minoritaires. C’est seulement après avoir, pour la première fois, mis en place les différents groupes dans leur situation ancienne — pour ce que l’on peut en savoir — et actuelle que peut se faire le travail historique des passages d’un état à un autre. La reconstruction de l’histoire des langues cholanes fait partie d’un travail de thèse en cours.

68Ce que l’on appelle, selon les théories, des syncrétismes, des « métissages » ou des « identités recomposées » (la transformation des cultures traditionnelles en culture ladina — sur la définition de laquelle, d’ailleurs, les chercheurs diffèrent selon leur discipline !) demande une profondeur d’analyse inatteignable en l’absence d’un travail de comparaison sur un vaste espace et sur la longue durée. Nous ne faisons ici qu’esquisser le paysage sur lequel peut s’effectuer cette comparaison. Les considérations diachroniques de cette évolution permettent de mettre en évidence certains schémas récurrents.

69Si l’effondrement de la fin de la période classique est mal compris, la situation des paysans ch’orti’ actuels fait écho à plusieurs théories fondées sur des indices archéologiques : le manque de terre pour assurer une agriculture d’autosubsistance combiné à des changements climatiques favorisant l’érosion des sols, la remise en question des autorités religieuses consécutive à ces changements inexpliqués, une situation économique de plus en plus détériorée qui a également donné lieu à des révoltes et des manifestations contre le gouvernement encore au début des années 2000. Celles-ci demeurent marginales probablement compte tenu du regard négatif que les Ch’orti’ portent sur leur condition d’indigénéité et d’une peur des autorités face à leur histoire. De plus, la solution à l’appauvrissement du sol consistant à utiliser des engrais empire la situation économique, les laissant de plus en plus dépendants des populations de ladinos.

70Cette pauvreté et cette dépendance économique, également rencontrées chez les Chontal, poussent les populations à la migration économique pour s’intégrer et le plus souvent s’assimiler à un autre système culturel et linguistique, celui des populations hispaniques ; intégration facilitée par le fort taux de bilinguisme de ces deux populations, favorisé par la politique effective de l’éducation au Tabasco et au Guatemala.

71Les Chol, quant à eux, présentent plusieurs facteurs qui sont propres à leur situation et favorisent à l’inverse l’accroissement de la population. Les communautés chol sont les seules à moins dépendre économiquement, politiquement et religieusement des populations hispaniques. Si ce système fonctionne parmi les communautés les plus traditionnelles, les ambitions d’accès à l’éducation supérieure entraînent souvent le recours à des systèmes de prêt qui créent une dépendance financière et donc une perte d’autonomie économique. L’intégration du jeune dans la société hispanique est alors inévitable, puisqu’il faut gagner l’argent du remboursement. Cette population nous permet également d’observer quelques facteurs qui ne semblent pas liés au déclin d’une langue : la frontière interne que constitue l’appartenance à un dialecte, frontière variable et, en tout état de cause, progressive, est parfois emphatisée, parfois peu pertinente (intermariage, convivence, contexte rituel). La frontière que constitue l’appartenance à une certaine forme de religion est elle aussi variable. Si elle est hermétique dans une communauté en quête de nouveaux repères, la situation des communautés chol semble favoriser une frontière plus épaisse. Autre dimension remarquable intéressant la frontière dans son paramètre économique, nous constatons qu’à travers l’histoire de populations cholanes depuis la période classique, celles-ci se sont le plus souvent adaptées aux changements en reproduisant des modèles économiques à des échelles de plus en plus petites — du commerce à grande échelle, à niveau régional pour passer aujourd’hui à des niveaux locaux très réduits ; de nos jours, les conditions nécessaires au commerce, qu’il s’agisse de la production, des voies d’acheminement et des possibilités de distribution, sont insuffisantes et/ou désormais inexistantes ou aux mains des ladinos.

72Si le chontal et le ch’orti’ semblent condamnés à une disparition certaine à plus ou moins court terme, ce sont également les moins documentés et les moins étudiés. Outre cette perte à la fois humaine et culturelle, c’est également un pan entier des données permettant de mieux comprendre la langue de leur lointaine parente, celle transcrite par l’écriture glyphique, qui va disparaître. De même, le manque flagrant de travaux ethnologiques, ne serait-ce que descriptifs, concernant ces deux populations auxquelles s’ajoute celle des Chol n’est qu’une inquiétude de plus au vu de la vitesse à laquelle ces cultures changent et s’intègrent dans des systèmes plus connus. Si les Ch’orti’, grâce à Wisdom, semblent avoir donné à recueillir beaucoup de leur richesse culturelle, ils ont encore beaucoup à offrir et leur culture disparaîtra d’autant plus vite qu’elle est perçue comme un obstacle dans l’assimilation au monde ladino, fausse promesse d’un avenir meilleur.

Haut de page

Bibliographie

Alejos García, José
1994 Mosojäntel, etnografía del discurso agrarista entre los ch’oles de Chiapas (Mexico, Universidad Nacional Autónoma de México).

Aliphat Fernández, Mario et Caso Barrera, Laura
2006 Arqueología y etnohistoria : Circuitos de intercambio en el río Usumacinta y sus afluentes, in J. P. Laporte, B. Arroyo et H. Mejía (éd.), XIX Simposio de Investigaciones Arqueológicas en Guatemala, 2005 (Guatemala, Museo Nacional de Arqueología y Etnología) : 886-898.

Andrade Torres, Juan H.
2003 La población colonial de la provincia de Tabasco : Las crónicas de una catástrofe económica, Hitos de las Ciencias Económico Administrativas (Université Juárez Autónoma de Tabasco), 25 : 105-110.

Aulie, Wilbur et Aulie, Evelin
1978 Diccionario Ch’ol-Español, Español-Ch’ol (Mexico, Summer Institute of Linguistics).

Baquiax Barreno, Modesto
2004 U’tirache ojroner Maya Ch’orti’. Gramática descriptiva Ch’orti’ (Guatemala, Academia de Lenguas Mayas de Guatemala).

Batres, Carlos, Batres, Lucrecia de, Garnica, Marlen, Martínez, Ramiro et Valle, Raquel
2004 Evidences of the indigo industry in the Copan-Ch’orti’ Basin, in J. P. Laporte, B. Arroyo et H. Mejía (éd.), XVIII Simposio de Investigaciones Arqueológicas en Guatemala, 2004 (Museo Nacional de Arqueología y Etnología) [version numérique].

Brewer, Stewart W.
2002 Spanish imperialism and the Ch’orti’ Maya (1524-1700) ; institutional effects of the Spanish colonial system on Spanish and Indian communities in the corregimiento of Chiquimula de la Sierra, Guatemala, thèse de doctorat, Université d’Albany, New York.

Bricker, Victoria R.
1981 The Indian Christ and the Indian King : The historical substrate of Maya myth and ritual (Austin, University of Texas Press).

Brinton, D. G.
1887 On the so-called Alaguilac language of Guatemala, Proceedings of the American Philosophical Society, vol. 24, n° 126 (Jul.-Dec.) : 366-377.

Caso Barrera, Laura et Aliphat Fernández, Mario
2006 Cacao, vanilla and annatto : Three production and exchange systems in the Southern Maya Lowlands, XVI-XVII Centuries, Journal of Latin American Geography, 5 (2) : 29-52.
2007 Relaciones de Verapaz y las Tierras Bajas Mayas Centrales en el siglo XVII, in J. P. Laporte, B. Arroyo et H. Mejía (éd.), XX Simposio de Investigaciones Arqueológicas en Guatemala, 2006 (Guatemala, Museo Nacional de Arqueología y Etnología) : 48-58.

Ciudad, Andrés et Lacadena, Alfonso
2001 Tamactún-Acalán : interpretación de una hegemonía política maya de los siglos XIV-XVI, Journal de la Société des américanistes, 87 : 9-38.

Coon, Jessica
2009 VOS as predicate fronting in Chol Mayan, Lingua, 120 : 345-378.
2010 Complementation in Chol (Mayan) : A theory of split ergativity, thèse de doctorat, MIT, Cambridge.

Cortés, Hernán
1866 Cartas y relaciones de Hernán Cortés al emperador Carlos V, édité par Pascual de Gayangos (Paris, A. Chaix y Ca).
1908 Fernando Cortes : His five letters of relation to the Emperor Charles, édité par Francis A. MacNutt (New York et Londres , A. H. Clark).

Díaz, Juan
[1518] 1858 Itinerario de la armada del rey católico a la isla de Yucatán, en la India, en el año de 1518, en la que fue por comandante y capitán general Juan de Grijalva, in Colección de documentos para la historia de México, t. 1, édité par Joaquín García Icazbalceta.

Díaz del Castillo, Bernal
[1632] 1795 Verdadera historia de los sucesos de la Conquista de la Nueva-España, t. 1 (Madrid, Benito Cano).

Escobar, Alonso de
1841 Account of the Province of Verapaz, in Guatemala, and of the Indian Settlements or Pueblos established therein, Journal of the Royal Geographical Society, XI : 87-97.

Fahsen, Frederico et Grube, Nikolai
2005 The origins of Maya writing, in V. M. Fields et D. Reents-Budet (éd.), Lords of creation : The origins of sacred Maya kingship (Los Angeles, Los Angeles County Museum of Art) : 75-79.

Feldman, Lawrence H.
1998 Motagua colonial : Conquest and colonization in the Motagua River Valley of Guatemala (Raleigh, North Carolina, Boson Books) [publication électronique].

2000 Lost shores, forgotten peoples : Spanish explorations of the South East Mayan lowlands, édité et traduit par Lawrence H. Feldman (Durham, Duke University Press).

García Ruíz, Jesúa
1992 El misionero, las lenguas mayas y la traducción. Nominalismo, tomismo y etnolingüística en Guatemala, Archives de sciences sociales des religions, 77 (janv.-mars) : 83-110.

Gutiérrez Sánchez, Pedro
2004 Las Clases de Verbos Intransitivos y el Alineamiento Agentivo en el Chol de Tila, Chiapas, mémoire de maîtrise, Mexico, Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social.

Hofling, Charles A.
2004 Language and cultural contacts among Yukatekan Mayans, Collegium Antropologicum, 28 (suppl. 1) : 241-248.

Hopkins, Nicholas A., Cruz Guzman, Ausencio et Josserand, Kathryn
2008 A Chol (Mayan) vocabulary from 1789, International Journal of American Linguistics, 74 (1) : 83-113.

Izquierdo, Ana Luisa
2006 Las jurisdicciones en la Chontalpa del siglo XVI, in Tsubasa Okoshi, L. A. Williams-Beck et A. L. Izquierdo (éd.), Nuevas perspectivas sobre la geografía política de los mayas (Mexico, Universidad Nacional Autónoma de México/Universidad Autónoma de Campeche/Foundation for the Advancement of Mesoamerican Studies) : 159-182.

Juarros, Domingo
1857 Compendio de la historia de la ciudad de Guatemala, 2 vol. (Guatemala, Imprimerie de Luna).

Justeson, John S., Norman, William M., Campbell, Lyle et Kaufman, Terrence S.
1985 The foreign impact on Lowland Mayan language and script (Nouvelle-Orléans, Tulane University) [Middle American Research Institute Publication, 53].

Kaufman, Terrence S. (avec la collaboration de J. Justeson)
2003 A preliminary Mayan etymological dictionary (Foundation for the Advancement of Mesoamerican Studies) [en ligne : http://www.famsi.org/reports/01051/index.html, consulté le 15/04/2005].

Keller, Kathryn C. et Luciano Gerónimo, Plácido
1997 Diccionario chontal de Tabasco (Tucson, Instituto Lingüístico de Verano).

Lacadena, Alfonso et Wichmann, Søren
2002 The distribution of Lowland Maya languages in the Classic period, in V. Tiesler, R. Cobos, et M. G. Robertson, La organización social entre los Mayas prehispánicos, coloniales y modernos, memoria de la Tercera Mesa Redonda de Palenque, vol. II (Mexico/Mérida, Instituto Nacional de Antropología e Historia/Universidad Autónoma de Yucatán) : 275-314.

Lardé y Larín, Jorge
1944 Los chortís en Honduras, Revista del Archivo y Biblioteca Nacional de Honduras, XXII (1) : 43-46.

Lenkersdorf, Gudrun
1995 La resistencia a la conquista española en Los Altos de Chiapas, in M. H. Ruz et J. P. Viqueira (éd.), Chiapas : Los rumbos de otra historia (Mexico, Universidad Nacional Autónoma de México, Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social) : 71-85.

Martin, Simon et Grube, Nikolai
2000 Chronicle of the Maya kings and queens : Deciphering the dynasties of the Ancient Maya (Londres, Thames & Hudson).

Membreño Marquez, Alberto
1897 Hondureñismos : vocabulario de los provincialismos de Honduras, Segunda edición corregida y aumentada (Tegucigalpa, Tipografía Nacional).

Metz, Brent E.
2006 Ch’orti’-Maya survival in Eastern Guatemala : Indigeneity in transition (Albuquerque, University of New Mexico Press).

Montejo López, Bernabé, Fernando Lara, Luis et Segovia Camelo, Francisco
2001 Säkläji’b Ty’añ Ch’ol (Tuxtla Gutiérrez, Chiapas, Gobierno del Estado, dirección de educación indígena).

Osorio May, José del Carmen
2005 Análisis de la morfología del yokot’an, “chontal” del poblado de Tecoluta, Nacajuca, Tabasco, mémoire de maîtrise, Mexico, Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social.

Palacio, Diego García de
[1576] 1873 Amtlicher Bericht des licenciaten Dr. Diego Garcia de Palacio an den König von Spanien über die centralamerikanischen Provinzen San Salvador und Honduras im jahre 1576, trad. par A. von Frantzius, édité par Reimer.

Paula García Peláez, Francisco de
1851 Memorias para la historia del antiguo reyno de Guatemala, vol. 1 (Guatemala, Establecimiento Tipográfico de Luna).

Pérez, Hector
1997 Estimates of the indigenous population of Central America (16th to 20th centuries), in A. R. Pebley et L. Rosero-Bixby (éd.), Demographic diversity and change in the Central American Isthmus (Santa Monica, CA, Rand) : 97-115.

Pérez González, Benjamin et Cruz, Santiago de la
1998 Diccionario chontal. Chontal-español, español-chontal (Mexico, Instituto Nacional de Antropología e Historia y Fondo Estatal par la Cultura y las Artes de Tabasco).

Pérez Martínez, Vitalino
1994 Gramática del idioma Ch’orti’ (Guatemala, Proyecto Lingüístico Francisco Marroquín).

Pérez Martínez, Vitalino, Martínez, Federico et López López, Jeremías
1996 Diccionario Ch’orti’ (Guatemala, Proyecto Lingüístico Francisco Marroquín).

Remesal, Fray Antonio de
[1619] 1966 Historia general de las Indias Occidentales y particular de la Gobernación de Chiapas y Guatemala, 4 vol. (Guatemala, José Pineda Ibarra).

Rice, Prudence M.
1996 Postclassic censers around lake Peten Itza, Guatemala, in Arqueología Mesoamericana : Homenaje a William T. Sanders, vol. 2 (México, Instituto Nacional de Antropología e Historia) : 123-135.
2007 Maya calendar origins : Monuments, mythistory, and the materialization of time (Austin, University of Texas Press).

Rice, Prudence M. et Rice, Don S.
2012 The Kowoj : Identity, migration, and geopolitics in late postclassic Petén, Guatamala (Boulder, University Press of Colorado).

Ruz, Mario Humberto
1995 Memorias del Río Grande (La resistencia indígena en la historia de Chiapas), in M. H. Ruz et J. P. Viqueira (éd.), Chiapas : Los rumbos de otra historia (Mexico, Universidad Nacional Autónoma de México, Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social) : 43-70.
2005 éd. Tabasco : antiguas letras, nuevas voces (Mexico, Universidad Nacional Autónoma de México, Instituto de Investigaciones Filológicas, Centro de Estudios Mayas/Unidad Académica de Ciencias Sociales y Humanidades).

Sapper, Carl
1907 Choles und Chorties, in Proceedings of the Fifteenth International Congress of Americanists (1906) : 423-465.

Scholes, France V. et Roys, Ralph L.
1996 Los chontales de Acalán-Tixchel (Mexico, Universidad Nacional Autónoma de México, Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social).

Sharer, Robert J.
1994 The ancient Maya (Stanford, Stanford University Press) [5e éd.].

Smailus, Ortwin
1975 El maya-chontal de Acalan : Análisis lingüístico de un documento de los años 1610-12 (Mexico, Universidad Nacional Autónoma de México, Centro de Estudios Mayas) [Cuaderno, 9].

Suck, Christine
2008 The classic Maya collapse, Totem, The University of Western Ontario Journal of Anthropology, 16 (1), art. 4 [en ligne : http://ir.lib.uwo.ca/totem/vol16/iss1/4, consulté le 04/10/2010].

Vázquez Álvarez, Juan Jesús
2002 Morfología del Verbo de la Lengua Chol de Tila, Chiapas, mémoire de maîtrise, Mexico, Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social.

Vos, Jan de
1988 Oro verde : la conquista de la selva lacandona por los madereros tabasqueños, 1822-1949 (Mexico, Editorial Fondo de Cultura Económica).
1995 El lacandón : Una introducción histórica, in M. H. Ruz et J. P. Viqueira (éd.), Chiapas : Los rumbos de otra historia (Mexico, Universidad Nacional Autónoma de México, Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social) : 331-361.

Ximénez, Fray Francisco
1929-1931 Historia de la provincia de San Vicente de Chiapa y Guatemala (Guatemala, Biblioteca Goathemala de la Sociedad de Geografía e Historia).

Wahl, David, Schreiner, Thomas, Byrne, Roger et Hansen, Richard
2007 A paleoecological record from a Late Classic Maya reservoir in the North Petén, Latin American Antiquity, 18 (2) : 212-222.

Warkentin, Viola et Scott, Ruby
1980 Gramática Ch’ol (Mexico, Summer Institute of Linguistics).

Wichmann, Søren
2006 Mayan historical linguistics and epigraphy : A new synthesis, Annual review of anthropology, 35 : 279-294.

Wichmann, Søren et Brown, Cecil H.
2002 Contacto lingüístico dentro del área maya : Los casos de ixhil, el q’eqchii’ y chikomuselteko, Pueblos y fronteras, 4 : 133-167.

Wichmann, Søren et Hull, Kerry
2009 Loanwords in Q’eqchi’, a Mayan language of Guatemala, in M. Haspelmath et U. Tadmor (éd.), Loanwords in the world’s languages (Berlin, De Gruyter Mouton) : 873-896.

Wisdom, Charles
1940 The Chorti Indians of Guatemala (Chicago, University of Chicago Press).
1950 Materials on the Chorti language (Chicago, University of Chicago Library) [version électronique transcrite par Brian Stross : http://www.utexas.edu/courses/stross/chorti/, consulté le 27/01/2004 ; microfilm collection of manuscript materials on American Indian cultural anthropology, 28].

Haut de page

Notes

1 185 299 locuteurs chol et 32 470 chontal selon le recensement de 2005 réalisé par l’INEGI (Instituto Nacional de Estadística, Geografía e Informática) du Mexique et 11 734 locuteurs ch’orti’ selon le recensement de 2002 réalisé par l’INE (Instituto Nacional de Estadística de Guatemala).

2 Les groupes de langues tseltalanes, yucatèques, kanjobal-chuj, grand-mam, grand-k’iche’. Les langues cholanes sont souvent regroupées avec les langues tseltalanes pour former le macro-groupe grand-tseltalan.

3 D’après les chiffres de Ethnologue (http://www.ethnologue.com, consulté le 01/12/2010). Cette source donne le plus souvent des chiffres qui sont (très) supérieurs à ceux des instituts de recensement.

4 http://www.unesco.org/culture/languages-atlas/, consulté le 07/05/2012.

5 Sources des fonds de carte : © Sémhur/Wikimedia Commons/Free Art License.

6 Cf. les articles respectifs d’Aurore Monod Becquelin et de Jean-Pierre Desclés dans ce numéro.

7 Site archéologique des Hautes Terres mayas non loin de la ville de Guatemala.

8 Cf. Aliphat Fernández et Caso Barrera (2006) pour le commerce le long du réseau de l’Usumacinta à l’époque précolombienne ; Caso Barrera et Aliphat Fernández (2006 et 2007) pour la période coloniale.

9 L’unique témoignage de cette langue est le document intitulé Arte y diccionario en lengua cholti composé d’une grammaire, de textes religieux et d’un vocabulaire.

10 Ximénez (1929-1931, livre 5, chap. 23) raconte qu’un religieux qui possédait une grammaire de cette langue (aujourd’hui disparue) a discuté avec des Chol Manché à Guatemala, il s’est alors rendu compte qu’il s’agissait de la même langue. De même, en 1605, le frère dominicain Juan Esquerra, locuteur du cholti’, est envoyé chez les Toquegua (Feldman, 2000 : 19).

11 Le frère Alonso de Escobar (1841) nous informe que le echolchi [cholti] est la langue des Lacandons.

12 En 1620, Gabriel Salazar décrit la langue de San Marcos comme similaire au cholti’ (Feldman, 2000 : 37).

13 Pourcentage obtenu à partir d’un échantillon de 555 racines lexicales cholti’ versus 729 ch’orti’ et de 145 affixes cholti’ versus 160 ch’orti’.

14 230 racines chontal d’Acalán versus 916 chol et 101 affixes versus 177.

15 Si ces emprunts sont principalement présents dans le vocabulaire, ils sont souvent très intégrés dans la langue cholti’ — ils peuvent recevoir la morphologie propre à cette langue. Cependant d’autres de ces « emprunts » semblent relever de locuteurs non cholti. Par exemple, les variantes te (cholane) et che (yucatèque) pour « arbre » ou chijc (cholane) et quehei (yucatèque) pour « cerf », laisseraient penser que les formes yucatèques aient été données par des locuteurs mopán ou itza’ lors de la réalisation de ce vocabulaire.

16 Le chontal colonial ou d’Acalán semble à première vue particulièrement influencé par les langues uto-nahuatl, de par la fréquence de termes attribuables à celles-ci. En dehors des toponymes et de quelques noms propres, seuls les deux termes sociopolitiques masewal « homme du commun » et tepewal « trône » semblent avoir été empruntés.

17 Dans les documents coloniaux, ils sont également désignés comme Manché ou Chol voire Choles et Manchées par Juarros (1857, vol. 2 : 131). Leur langue, le cholti’, apparaît également sous les formes Echolchi (Escobar, 1841 : 94) et Colchi (Palacio, [1576] 1873 : 64).

18 Si tous les dialectes de cette langue nomment cette dernière lakty’añ « notre langue », le terme « chol » est prononcé chol à Tila et ch’ol à Tumbalá (ch’ étant l’affriquée éjective post-alvéolaire). Les deux orthographes se rencontrent aujourd’hui indifféremment, et ne sont que très rarement utilisées pour différencier les deux principaux dialectes.

19 Enciclopedia de los Municipios de México en línea (www.e-local.gob.mx/wb/ELOCALNew/enciclopedia, consulté le 20/03/2010).

20 Le système espagnol de l’encomienda consistait à regrouper des populations indigènes dans un territoire afin de les faire travailler sans rémunération au bénéfice d’un Encomendero.

21 Parfois orthographié Sac-Balan (Vos, 1988), Sac-bahlán (Vos, 1995), sacbalam (Bricker, 1981) et Cagbalan par Martín Tovilla en 1635 (Feldman, 2000), ce dernier donne aussi une forme Caguatan.

22 Là encore, l’orthographe varie d’un auteur à l’autre : Tecpan (Bricker, 1981) et Tequepan (Ruz, 1995).

23 La ville de Mapa apparaît sous la forme dans Bricker (1981) et Mop dans Sapper (1907).

24 Un ajawlel est un territoire gouverné par une autorité dont le titre principal est ajaw dans la tradition maya précolombienne, terme qui est généralement traduit par « roi », « seigneur » ou encore « gouverneur ». Pour plus de détail sur les Chontal d’Acalán, cf. Scholes et Roys, 1996 ainsi que Ciudad et Lacadena, 2001.

25 « [...] por los años de 1530, [...] muchos pueblos, y entre ellos los del partido de Chiquimula, tomaron ocasion para sacudir el yuguo de los Españoles y recobrar su independencia » Juarros (1857, vol. 2 : 148).

26 Parmi ces données, nous pouvons citer la liste de 52 mots récoltés par Juan Galindo près de Copán publiée par Lardé y Larín (1944 : 44-45) ; le vocabulaire d’Alberto Ruano Suarez réalisé en 1892 à Chiquimula et publié par Membreño Marquez (1897) dans une compilation de vocabulaires des langues du Honduras — Membreño utilisa ce vocabulaire étant dans l’incapacité de trouver des locuteurs ch’orti’ dans ce pays ; la liste de mots de plusieurs dialectes réalisée par Karl Sapper (1907) au Guatemala dans le hameau d’El Obraje du municipio de Camotán, à Jocotán et à Quezaltenango ainsi que dans le hameau d’Hacienda Grande du département hondurien de Copán.

27 Cela explique l’absence de textes religieux en langues indigènes dans cette région à l’inverse du reste du Guatemala qui était placé sous la coupe des différents ordres dominicains et franciscains. Seuls ces derniers ont bravé l’interdiction faite par l’Inquisition de traduire les textes saints en langues indigènes (García Ruíz, 1992).

28 Propriétés collectives attribuées à des groupes de paysans suite à la réforme agraire et à la Ley de Ejidos de 1920.

29 XII Censo general de población y vivienda, México, Instituto Nacional de Estadística, Geografía e Informática (INEGI), Mexique, 2000 et II Conteo de población y vivienda, INEGI, Mexique, 2005.

30 Cf. entre autres Aulie et Aulie, 1978 ; Montejo López et al., 2001.

31 Cf. entre autres Warkentin et Scott, 1980 ; Vázquez Álvarez, 2002 ; Gutiérrez Sánchez, 2004.

32 Cf. entre autres Coon, 2099, 2010.

33 Chiffres de l’Institut national de statistique, de géographie et d’informatique du Mexique (INEGI) du XII Censo general de población y vivienda de 2000 et du II Conteo de población y vivienda de 2005.

34 D’après les données de l’INEGI de 2000.

35 Parmi les principaux travaux réalisés sur cette langue, notons ceux de Keller et Luciano Gerónimo (1997), Pérez González et Cruz (1998) et Osorio May (2005).

36 XI Censo nacional de población y VI de habitación, Guatemala

37 Cf. entre autres Wisdom, 1950 ; Pérez Martínez et al., 1996.

38 Cf. entre autres Pérez Martínez, 1994 ; Baquiax Barreno, 2004.

Haut de page

Table des illustrations

Légende carte 1 – Répartition actuelle des langues cholanes5
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9181/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende carte 2 – Situation linguistique au Classique (d’après Wichmann, 2006)
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9181/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende carte 3 – Répartition des langues cholanes au début du xvie siècle
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9181/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende carte 4 – Principaux réseaux fluviaux de l’aire maya
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9181/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende carte 5 – Grande aire linguistique des Basses Terres
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9181/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende carte 6 – Distribution des Chol Manché à l’arrivée des Espagnols
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9181/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende carte 7 – Principaux déplacements de la population chol manché
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9181/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende carte 8 – Distribution des Toquegua à l’arrivée des Espagnols
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9181/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende carte 9 – Distribution des Chol (Palencano) à l’arrivée des Espagnols
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9181/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende carte 10 – Répartition des Chol Lacandon et des Acalá
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9181/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende carte 11 – Principaux déplacements des populations chol lacandon et des Acalá
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9181/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende carte 12 – Distribution des Chontal et de leurs juridictions à l’arrivée des Espagnols
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9181/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende carte 13 – Distribution des Ch’orti’
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9181/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende carte 14 – Répartition actuelle des locuteurs du chol
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9181/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende carte 15 – La Cascada et les ejidos voisins
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9181/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende carte 16 – Distribution actuelle des poches où le chontal est encore parlé
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9181/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cédric Becquey, « Quelles frontières pour les populations cholanes ? », Ateliers d'anthropologie [En ligne], 37 | 2012, mis en ligne le 05 décembre 2012, consulté le 30 août 2014. URL : http://ateliers.revues.org/9181 ; DOI : 10.4000/ateliers.9181

Haut de page

Auteur

Cédric Becquey

Doctorant, Laboratoire de phonétique et de phonologie-UMR 7018, université Paris 3 Sorbonne nouvelle/CNRS
cedric[point]becquey[at]free[point]fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org