Navigation – Plan du site

Le corps numérique des données

Le transfert des fiches documentaires des objets du musée de l’Homme au musée du quai Branly
The Digital Body of Data: the Transfer of Artefact Fact Sheets from the Museum of Man to the Musée du quai Branly
Tiziana Nicoletta Beltrame

Résumés

Le transfert des collections extra-européennes du musée de l’Homme au musée du quai Branly implique le déplacement des informations documentaires sur les objets. Des différentes fiches en papier (de collection ou d’inventaire, descriptive de l’objet, méthodique) créées et classées au sein des départements du musée de l’Homme, on passe à la fiche informatique « TMS objets » au musée du quai Branly. L’information ne change pas simplement de place et de matière, elle est reconfigurée dans de nouvelles articulations du savoir sur les collections. L’inventaire muséal est ici conçu comme le système qui matérialise un savoir structuré. Pour pouvoir analyser ce système, il faut mettre en relation les propriétés des documents et les modalités de leur classement dans un espace créé ad hoc. La matérialité des supports, les multiples possibilités de rangements et de création de liens (la mise en relations entre rubriques de la fiche informatique) agissent sur le contenu des données et ouvrent ainsi de nouvelles voies pour la construction du savoir.

Haut de page

Texte intégral

1Il y a environ dix ans, pour consulter la fiche descriptive d’un masque kanaga du musée de l’Homme (MH), il fallait en formuler la demande au département « Afrique ». Le chercheur externe à l’institution était alors conduit dans la salle de travail du département où se déployaient des parois de fichiers en bois. Une fois qu’il s’était repéré dans l’organisation des différents fichiers, le chercheur tirait le tiroir contenant la fiche, lorsqu’elle avait été rédigée. Le chercheur consultait la fiche en papier cartonné, reliée à la structure de l’armoire par une tige en métal. Aujourd’hui, ce masque est conservé au musée du quai Branly (MQB) et les données de la fiche descriptive ont été numérisées dans la base de données « TMS objets » (The Museum System Objects) consultable sur place, sur rendez-vous avec le service « documentation et archives ». Pour accéder aux informations enregistrées sur la fiche informatique du masque, le chercheur doit entrer dans la base et choisir une catégorie de requête. Le chercheur peut en effet trouver la fiche de cet objet dans des ensembles créés par « appellation », « ethnonyme », « toponymes », etc. Choisir le numéro d’inventaire du masque comme mode de requête permet d’obtenir la fiche isolée. Au MQB, dans la fiche « TMS objets » du masque, on peut trouver également (en lien multimédia) l’image numérisée de la fiche descriptive en papier du MH, alors que celle-ci est actuellement conservée par le service « archive et manuscrits » du Muséum national d’histoire naturelle.

2Le monde des musées a de nos jours massivement recours à la technologie pour la gestion des collections. Le musée collectionne de l’information tout autant qu’il collectionne des objets et la capacité des ordinateurs à traiter, stocker et diffuser l’information s’est avérée tout à fait compatible avec cette fonction (Parry, 2007 : 70).

3Je m’interroge ici sur la façon dont l’infrastructure informatique forge des dispositifs de traitement documentaire au sein desquels la donnée se change en matière numérique. Les modes d’accès et de consultation des fiches des objets d’une collection muséale dépendent de la matérialité et du fonctionnement du système documentaire mis en place. Dans mon propos, l’inventaire muséal est le système qui matérialise un savoir structuré. Pour pouvoir analyser ce système, il faudrait mettre en relation les propriétés des documents et les modalités de leur classement dans un espace créé ad hoc. L’analyse proposée par cet article se situe dans la lignée des travaux sur la matérialisation du savoir, coordonnés par Christian Jacob (2007). Celui-ci souligne ainsi en introduction du premier volume des Lieux de savoirs :

Les savoirs circulent grâce à ces vecteurs concrets, vivants ou matériels, que sont les textes, les artefacts, les discours et les langues, les agents humains et les techniques de communication […]. Mais, simultanément, les savoirs font lieu à travers des institutions qui les enracinent et déterminent leur sphère d’influence, sur le double mode de l’attraction et de la diffusion. Ils peuvent aussi se matérialiser dans un dispositif architectural et mobilier, dans une collection de livres ou d’objets, dans une institution vouée à leur production, à leur archivage ou à leur rayonnement public (ibid. : 21).

  • 1 Cf. par exemple Galinier et Molinié, 1998.

4Je prends ici le cas du déplacement des collections extra-européennes du musée de l’Homme au musée du quai Branly, déplacement des objets qui a commencé autour des années 2000. Le transfert des collections s’est aussi accompagné d’un enjeu sur la collection comme objet de savoir : au MH, les collections étaient sous la tutelle du ministère de l’Éducation nationale, alors qu’au MQB elles sont sous la direction du département « Patrimoine et collection », lequel est sous la tutelle du service des musées de France. Autrefois objet de science, l’artefact devient ainsi « œuvre d’art et de civilisation » à travers des choix muséographiques qui privilégient les qualités formelles aux séries documentaires adoptées auparavant au MH. Le déplacement des objets implique ainsi celui du regard sur ces derniers, déplacement qui a d’ailleurs suscité des controverses entre la communauté des anthropologues et les responsables de la nouvelle institution1.

  • 2 Vocabulaire structuré en sous-catégories de recherche par équivalence ou hiérarchie.

5Le déplacement des objets implique également une autre forme de reconfiguration du savoir sur les collections : celle produite par le transfert documentaire. Pour pouvoir faire partie d’une collection muséale, un objet doit en effet être inventorié par l’institution de référence dans des registres et des catalogues qui gèrent un ensemble d’informations documentaires sur l’artefact : matière, taille, forme, coloration, à savoir des caractéristiques préconçues qui le définissent. Chaque fiche documentaire est manipulée par les acteurs institutionnels ; son emplacement est défini par les dispositifs créés spécialement pour le fonctionnement de l’institution : au MH, le système des fichiers en bois (à tiroirs) ; au musée du Quai Branly, celui de l’interface par rubriques et thésaurus2 de la base de données numérisées « TMS Objets ». Des fiches en papier du MH au nouveau dispositif informatisé que forme la base de données « TMS objets », l’information ne change pas seulement d’emplacement. La matérialité des supports, les multiples possibilités de rangements et de création de liens (la mise en relations entre rubriques de la fiche) agissent sur le contenu des données relationnelles et ouvrent ainsi de nouvelles voies pour la recherche documentaire et la construction du savoir. La base de données relationnelle est un système où chaque petit élément de l’information est inséré dans un champ qui est mis en relation avec les autres (Keene, 1998). L’emplacement de la donnée documentaire ne fait pas que traduire un espace de stockage, mais définit aussi le système auquel elle appartient. Certes, les pratiques des nouveaux acteurs institutionnels (conservateurs, administrateurs de la base de données, prestataires de service du récolement et du déploiement des objets dans les réserves, régisseurs d’œuvres) jouent un rôle central dans la construction de la place des données et de leur circulation au sein de la base. Je souhaiterais ici mettre en évidence les propriétés du dispositif informatique qui contribuent à la fabrication du savoir sur les collections. L’infrastructure informatique engendre elle-même son propre code d’articulation entre humains et non-humains et produit ainsi des affordances (Gibson, 1979), soit la capacité de cet environnement à suggérer la manipulation des données. Dans cette perspective, l’administrateur de la base, en tant qu’acteur du rangement de la donnée, est invité par les propriétés de l’espace numérique à mettre l’information en relation continuelle avec les autres données.

  • 3 Cette réflexion sur la matérialité et le rangement des fiches repose sur des entretiens avec le per (...)

6Au musée, l’infrastructure informatique, comme suggéré par Parry, trouve sa place ; grâce à sa capacité de créer des liens entre informations, elle « matérialise », en suivant Christian Jacob, la complexité de l’articulation du savoir. J’interrogerai ici les effets du changement de matière (du papier au numérique pour la création des fiches) sur le système documentaire mis en place au musée du quai Branly ; ensuite je questionnerai la relation entre les documents qui proviennent des collections MH et les fiches numériques MQB3. La première partie de l’article est consacrée au processus de transformation des fiches où l’invention de nouvelles articulations entre données ouvre de nouvelles trajectoires de création du savoir. Au cours de la numérisation de la documentation, cependant, des fiches n’ont pas été prises en compte : les fiches méthodiques qui servaient à la recherche documentaire par aire « géographique » ou par « thématique » (par exemple technique) au MH. Une enquête sur leur état actuel m’a amenée à parler de « fiches dormantes », ce qui sera abordé dans une seconde partie.

Fiches, enregistrement et inventaire au musée de l’Homme

  • 4 Document « Notes sur le système d’enregistrement » (18 août 1932).

7Avant le transfert des collections au MQB, il existait au MH différents types de registres d’inventaire, de catalogage et de fiches :
– un registre d’attribution des numéros des collections, conservé au secrétariat du laboratoire d’ethnologie du musée, où se trouvait également une copie du registre d’inventaire, avec la numérotation des objets de la collection. Le registre d’attribution des numéros enregistrait la collection dans son ensemble alors que le registre d’inventaire enregistrait la collection objet par objet. Toutes les fiches étaient créées et rangées au département de référence de la collection (Afrique, Asie, Technologie comparée, etc.) ;
– trois exemplaires de la « fiche d’inventaire » ou « fiche de la collection » en format A4 : un en papier bristol et un en papier ordinaire, conservés dans l’un des départements de référence des collections, et un troisième en papier ordinaire rangé dans un dossier au secrétariat. La « fiche d’inventaire » en papier bristol était suspendue dans un fichier mobile, utilisée pour chercher les informations sur la collection d’un objet qui venait d’être retrouvé, par exemple, dans les réserves du département de référence. La fiche en papier ordinaire était stockée dans des dossiers plus officiels (sorte de registre administratif pour le département) dont une copie était conservée au secrétariat (où l’on avait un registre plus général qui regroupait les différents registres d’inventaires des départements) ;
– un exemplaire de « fiches descriptives » des objets (lorsqu’elles avaient été rédigées) était conservé également de manière arbitraire par chaque département. Ces fiches étaient aussi nommées « à dix points » en référence au nombre de rubriques qu’elles présentaient (lieu d’origine ; dénomination et nom ; description et matière ; fabrication, usage et typologie ; ethnographie, peuple ; par qui et quand l’objet a été recueilli ; conditions d’entrée au musée, don, achat, prêt, dépôt ; références photographiques et iconographiques ; références muséographiques ; bibliographie, date et rédaction de la fiche). Ces fiches avaient été élaborées également pour servir de document de terrain, à remplir lors des missions de collecte d’objets. Un exemple est fourni par la mission Dakar-Djibouti (1931) : 3 000 objets et 3 000 fiches constituées sur le terrain4 ;
– deux exemplaires de « fiches méthodiques » qui reprennent les informations sur le lieu d’origine et l’usage de chaque objet. Elles étaient rangées dans des armoires par logique géographique et thématique. Le fichier méthodique est un système de classement et de recherche documentaire des objets organisé par chaque département, sur un principe commun, mais qui a donné lieu à des variations.

  • 5 Rédigé par Angèle Martin (2008), chargée des archives scientifiques au service « documentation et a (...)

8Ces fiches étaient en usage au musée d’ethnographie du Trocadéro (MET) avant sa transformation en musée de l’Homme en 1937. Cependant, le rangement des fiches fut modifié avec la multiplication des départements au musée de l’Homme. Les fiches documentaires changèrent d’emplacement au fur et à mesure de la constitution des catalogues rattachés aux différents départements : selon les recommandations du document « Rédaction des fiches » au MH (1937), « la fiche descriptive est conservée dans le département (Anthropologie, Préhistoire, Afrique blanche, Afrique noire, Amérique, Asie et peuples arctiques, Ethnologie musicale, Europe, Madagascar, Océanie, Technologie comparée) et intercalée dans un fichier standard selon l’ordre numérique (c’est-à-dire chronologique) des collections ». Le document « Mémento inventaires »5 indique quant à lui que l’enregistrement des objets au musée d’ethnographie du Trocadéro (de 1878 à 1930 environ) était effectué par numérotation continue (inventaire des objets jusqu’à 65 660). Au musée d’ethnographie du Trocadéro, chaque objet était enregistré dans le catalogue général sans être classé par aire géographique et la collection était appréhendée par rapport au collecteur. Lors de la création du musée de l’Homme, le catalogue général enregistra la collection et le nombre d’objets qui la composaient, sans détailler les objets. Les objets furent répertoriés dans les catalogues d’inventaire de chaque département.

9Dès qu’un objet (dans la plupart des cas, il s’agissait d’un ensemble d’objets) était collecté et qu’il arrivait au département de référence au sein du MH, le chercheur/collecteur de l’objet demandait au secrétariat du laboratoire d’ethnologie du musée l’attribution d’un numéro de collection (séquentiel par rapport à l’ordre d’entrée dans l’année). Une fois obtenu, le premier travail sur l’objet était son enregistrement dans un registre d’inventaire (de collection).

10Féodorowsky, responsable du service technique au moment du passage entre MET et MH en 1937 et rédacteur d’un document « L’identification, l’enregistrement et le numérotage des objets des collections dans le musée de l’Homme » souligne qu’« en admettant qu’il n’y ait qu’un seul “Catalogue Général” et que l’on ait une dizaine de départements dans le musée — sans parler des étudiants, des collaborateurs bénévoles ou des travailleurs étrangers — qui puissent avoir besoin au même temps de ce livre, il est facile de concevoir que les consultations simultanées du livre sont impossibles et qu’elles amèneraient très rapidement sa mise “hors d’usage”, comme c’est le cas pour les catalogues de Musées ou de Bibliothèques publiques ».

11La nécessité d’une prolifération de catalogues par département est due ainsi aux besoins de consultation « externe » (étudiants, collaborateurs bénévoles ou travailleurs étrangers) au delà de raisons d’ordre scientifique de gestion interne des objets (par département). La multiplication des inventaires offrait une possibilité de survie au catalogue comme système documentaire.

12La numérotation des objets sur la liste d’inventaire était créée par les chercheurs selon leur propre logique d’organisation de la collection par ensemble. La rédaction de l’inventaire au MH était la première étape d’une future (éventuelle) recherche, une remise en forme intellectuelle d’un ensemble dont l’ordre chronologique de l’acquisition des objets sur le terrain disparaissait. L’enregistrement de l’objet dans l’inventaire était mené au musée de l’Homme par ensembles collectés : ainsi c’était la collection qui était enregistrée. La fiche descriptive de l’objet était un outil documentaire qui n’avait pas fonction d’enregistrement. À chaque catégorie de fiches en papier, classées dans un fichier à tiroir en bois, correspondait une opération singulière sur l’objet de la collection du musée (d’enregistrement, d’inventaire et de recherche documentaire).

13Le transfert des collections au MQB et l’informatisation du dispositif de gestion ont induit une rupture avec ce système de classement des objets et des données afférentes pour réélaborer un système d’unification des opérations. De la logique de collection adoptée au MH, dérivant du paradigme de la collecte sur le terrain (L’Estoile, 2007), on passe à celle de l’enregistrement par objet isolé dans la base de données « TMS objets » au MQB. L’outil informatique offre dès lors la possibilité de corréler l’enregistrement de l’objet isolé et l’unification des différents documents et opérations dans la fiche « TMS objets » grâce à la création de liens.

La numérisation des documents au musée du quai Branly : la fiche unique et les nouveaux liens entre données

14La base de données « TMS objets » permet un dispositif d’unification des opérations, auparavant distinctes, d’enregistrement, d’inventaire et de catalogage documentaires. La fiche numérique « TMS objets » rassemble ces opérations qui étaient distribuées au MH dans des fichiers différents et des départements multiples. La fiche « TMS objets » est ainsi un support d’enregistrement des objets (patrimoniaux et non patrimoniaux, parmi lesquels les objets en attente pour les nouvelles acquisitions), d’inventaire (l’ensemble des objets inventoriés avec un numéro normalisé TMS fournit l’inventaire décennal requis par le service des musées de France constituant le patrimoine national) et de catalogage des données pour les recherches documentaires sur les objets. L’unification des données et des différentes opérations change la relation entre les informations, les objets et les humains.

  • 6 Entretien avec l’auteure.

15Les fiches descriptives et d’inventaire (de collection) du MH, à l’époque du transfert des collections au MQB et de la mise en place de la base de données « TMS objets », ont été numérisées et insérées dans la base comme liens multimédias attachés à la fiche « TMS objets ». Selon une chercheuse spécialiste en textiles ayant collaboré avec le MH à partir de 1967 puis travaillé au MQB jusqu’en 2008, les pratiques d’accès aux données reportées dans les fiches informatiques laissent craindre toutefois une perte d’information. En effet, « s’il s’agit d’une grande collection, la fiche d’inventaire sera rédigée sur plusieurs pages, dont seulement la première présentera l’articulation raisonnée des ensembles créés par le chercheur/collecteur au MH. Par exemple en 1971, au retour de ma mission en Inde, j’ai rapporté autour de 300 objets que j’ai numérotés selon une subdivision d’abord géographique (Rajasthan et Gujarat) et ensuite par thématique, j’ai commencé avec la “broderie”. On peut voir cela à la première page de la fiche de collection. Lorsqu’il s’agit de consulter la fiche TMS d’un objet dont la numérotation passe en deuxième page de la fiche d’inventaire MH numérisée, cette articulation disparaît. Il faudrait ainsi aller chercher la feuille numérisée (la première page) pour voir la description de l’ensemble et donc de la logique d’organisation et de numérotation créée par le chercheur »6. Sur la fiche « TMS objets », l’articulation de l’ensemble structuré par le collecteur au MH n’est pas évidente, l’objet est en effet inventorié individuellement sans transposition informatique apparente de la répartition de la collection en sous-ensembles thématiques construits par le collecteur. C’est ainsi que l’information sur l’organisation du collecteur n’est pas « visible » sur la fiche informatique ; pour la retrouver, il faut remonter à la page de la fiche d’inventaire MH numérisée comme lien multimédia de l’objet consulté, où apparaît la mention du sous-ensemble.

fig. 1 – Fiche d’inventaire au musée de l’Homme : 71.53.1 à 190 Rajasthan ; 71.53.1 à 11 Broderie : objet 71.53.2 (1 & 2) broderie sur peau pour chaussures de femmes
L’image de cette fiche de collection est visible par le biais de l’onglet « multimédias » de l’interface standard data entry de la fiche « TMS objets » des empeignes des chaussures de femmes (fig. 2)

© musée du quai Branly

  • 7 TMS est un logiciel de gestion muséale élaboré par l’entreprise américaine Gallery Systems. Ce logi (...)

16Pendant les premières années de vie de la base « TMS objets », le lien n’était pas recréé, les ensembles élaborés par le collecteur n’apparaissaient pas sur la fiche « TMS objets ». TMS est un logiciel générique de gestion muséale plutôt qu’un programme destiné à un musée spécifique7. La fiche présente une structure d’interface en rubriques figées, mais la composition des thésaurus reste flexible. Actuellement, avec l’évolution de la base et sa mise en forme effectuée en réponse aux besoins soulevés continuellement par ses utilisateurs, la création des thesaurus permet de reconstituer des ensembles thématiques d’aide à la recherche. Les ensembles thématiques définis par le collecteur du MH sont en partie rétablis par le biais de l’indexation opérée par l’administratrice de la base, mais selon une logique différente de celle du collecteur à l’époque du MH : les données de toutes les unités patrimoniales sont unifiées. La subdivision par aire géographique reste, cependant, une information visible et utilisable pour les requêtes.

fig. 2 – Interface standard data entry de la fiche informatique TMS de l’objet N° inventaire 71.1971.53.2.1-2

© musée du quai Branly

17Prenons l’exemple du deuxième objet répertorié dans la fiche de collection du MH : « broderie sur peau pour chaussures de femmes ». Au MQB, l’appellation de cet objet change en « empeignes de chaussures de femmes ». Ces empeignes ont été indexées (fig. 2) par la responsable de la base de données dans la catégorie « broderie » sous-catégorie de « décor » faisant partie du thésaurus « Technique ». Dans ce cas, le thésaurus « Technique » est également en relation avec le thésaurus « vêtement ». Toutefois, le thésaurus « Technique » ne présente pas l’ensemble exhaustif des données de la base en rapport avec la broderie. L’intégration des données dépend en effet de l’intérêt que lui accorde le conservateur concerné et de sa collaboration effective ou pas avec l’administratrice de la base. Dans le cas de cette collection, l’objet n° 1 (fig. 1) ne rentre pas dans la catégorie « broderie », puisqu’il s’agit d’un outil (le crochet) et non d’un tissu.

18Au MQB, dans le cadre de la recréation des liens entre fiches « TMS objets », la constitution des ensembles peut reprendre des catégories élaborées par les collecteurs au MET ou MH, mais les fiches (et donc les objets) peuvent également être reliées à d’autres ensembles élaborés par l’administrateur de la base ou par les conservateurs. D’une part, un objet peut être indexé dans la base de données « TMS objets » dans une catégorie différente de celle construite par son collecteur (visible sur sa fiche d’inventaire) ; d’autre part, il peut à la fois entrer dans celle-ci mais également dans d’autres, puisque l’informatique permet d’indexer les objets dans plusieurs catégories (multi-indexation).

19La multiplicité des classifications dont relève chaque objet n’est pas due à un désir d’affirmation d’une vision centralisée des données qui l’emporterait sur la restitution des ensembles structurés par les collecteurs au MH. Il s’agit plutôt, dans ce cadre, de considérer que la reconstitution d’ensembles opérée lors de l’indexation par la responsable de la base de données « TMS objets » répond à des logiques croisées : informatiques, comme la recherche par « récurrences » d’un terme ou la possibilité de déplacer une masse de données en une seule opération ; logistique et de conservation, dans le cas de la création de catégories d’objets liées à l’organisation de leur emplacement physique, lui-même fonction des matériaux, par exemple périssables ou non ; scientifiques, pour répondre aux besoins formulés par les conservateurs, par exemple lors de la conception d’une exposition.

20D’un point de vue scientifique et de recherche documentaire, la création de liens informatiques met en relation des objets isolés ; elle reconfigure ainsi les catégories établies dans les musées d’origine des collections. Dans la logique de la collection MQB à l’œuvre, le paradigme change avec la gestion actuelle de l’objet isolé dans un système unifié, alors qu’au MH chaque département gérait un ensemble d’objets collectés. L’utilisateur de la fiche « TMS objets » travaillera avec une interface qui affiche les données de l’objet conçu comme singularité. De l’objet, on peut remonter à la collection et aux ensembles parmi lesquels il a été classé. La translation de l’objet à la collection fait apparaître la mobilité de la matière numérique. Le corps des données est plastique, susceptible d’être continuellement façonné, il rétrécit, il grossit. Il est modelé comme une sculpture jamais terminée et toujours agissante avec ses « défauts » ou ses erreurs qui circulent jusqu’à leur détournement, effacement, reconfiguration ou gestation. C’est à eux que l’on doit le rythme de la création incessante de la base de données, même si ce dispositif n’est pas immortel, comme dans le cas d’un changement de logiciel ou d’un transfert des collections dans une autre institution.

De l’ouverture du tiroir au MH à celle de la fiche « TMS objets » au MQB : le changement du système classificatoire adopté au xxe siècle

21  

Les deux fiches méthodiques sont dactylographiées (petits caractères) en noir au ruban dit indélébile, l’une sur bristol blanc, l’autre sur bristol teinté. Les dimensions standard sont : larg. 12,5 cm et hauteur 7,5 cm. La rédaction de ces deux fiches est identique. Elle comporte, d’abord en haut et à droite, le numéro correspondant au registre d’inventaire, puis deux articles :

Le lieu d’origine. Cet article reproduit sous forme abrégée, les articles 1 et 5 de la fiche descriptive numérique : pays politique, localité (ou site, s’il s’agit d’un objet archéologique), population (peuple, tribu, sous-tribu).

La nature de l’objet. Cet article reproduit sous forme également abrégée, les articles 2 et 3 de la fiche descriptive ; dénomination en langue française et, s’il y a lieu, en langue indigène ; matière et, s’il y a lieu, forme ou technique particulière.

  • 8 Document « Rédaction des fiches », MH (1937).

Les deux fiches sont conservées dans le département intéressé. La fiche A, de couleur blanche, est classée dans un fichier, selon : d’abord le lieu d’origine, puis selon la technique de l’objet, enfin selon le numéro d’inventaire. La fiche B, teintée, est placée dans un autre fichier, d’abord selon la technique de l’objet (armes, poterie, etc.) et les subdivisions de cette technique, puis selon le lieu d’origine, enfin selon le numéro d’inventaire. Exceptionnellement, si l’objet est un instrument de musique, seule la fiche A est conservée dans le département d’Ethnologie musicale, tandis que la fiche B est classée dans le département intéressé8.

Telles étaient les plus petites fiches de travail sur les objets qui, selon notre chercheuse, « ont été considérées comme un “doublon” des informations reportées sur la fiche descriptive ». Parmi les fiches à disposition du chercheur dans la salle de travail sur les objets au MH, seules les fiches méthodiques n’ont pas été numérisées lors du transfert des collections au MQB et de la mise en place de la base « TMS objets ».

  • 9 Sur la manière dont sont réattachés informations, objets et personnes au MQB, cf. également Beltram (...)

22Je propose ici d’appréhender ce lot de « doublons » comme un problème de métadonnées qui n’ont pas été retenues. J’entends ici « métadonnée » telle que l’a définie Geoffrey Bowker (2000), à savoir une donnée permettant le maintien en vie d’une série d’autres données, et dont la suppression implique la création de nouvelles articulations entre informations9.

  • 10 Cf. L’Homme et la matière (1943) et Milieu et techniques (1945).

23L’utilisation des fichiers méthodiques et leur classement retracent des modalités du faire ethnologique en France pendant un siècle, le dernier. Dans les années 1930, Marcel Mauss dispensait des cours à l’Institut d’Ethnologie qui ont été rassemblés par Denise Paulme dans un « manuel d’ethnographie » (Mauss et Paulme, [1947] 1989). Dans le document « Plan du fichier méthodique Arctique », conservé dans le département Asie au MH et suivi jusqu’au transfert des collections au MQB, on peut retrouver la structure classificatoire de Mauss et de Leroi-Gourhan10. Or l’articulation des données en tant qu’information sur le système documentaire pour la recherche au MH disparaît dans le nouveau dispositif « TMS objets ». Il ne s’agit pas d’un « oubli » de transfert des informations, mais d’une reconfiguration continuelle de liens entre données au sein du dispositif. Du système de fichiers en bois par tiroirs, on passe à la recherche par vocabulaires structurés en ensembles et sous-ensembles. L’infrastructure prescrit des modes d’accumulation et de classement des données qui conduisent à de nouvelles pratiques de manipulation de la fiche « TMS objets ». Au MET et au MH, les murs à armoires, composés des différents fichiers, organisaient la place des données. L’information concernant chaque objet était ainsi placée dans l’espace du département de référence, où l’ampleur d’une collection était visible. Au MQB, la fiche informatique TMS d’un objet recueille une pluralité d’opérations et d’informations accumulées. Les tiroirs contenaient les fiches, alors qu’actuellement la fiche « TMS objets » contient ses classements (rubriques et thésaurus). Pour le fonctionnement de ce nouveau système, la fiche « TMS objets » n’est pas la simple somme des éléments documentaires des différentes fiches en papier du MH, elle devient l’avatar numérique de l’objet de la collection avec lequel le conservateur travaille. L’objet fait corps avec la fiche. La transformation du système documentaire accompagne ainsi celle de la relation entre conservateur et objet.

Qualifier : le cas des fiches méthodiques comme « documents dormants » ?

24Les fiches méthodiques peuvent être vues comme des « mobiles immuables » dormants. Bruno Latour désigne par ce terme « tous ces objets qui se situent au début et à la fin d’un cycle d’accumulation similaire ; peu importe s’ils sont proches ou éloignés, infiniment grands ou petits, infiniment vieux ou jeunes, ils finissent tous par exister à une échelle que quelques-uns peuvent dominer du regard ; à un moment ou à un autre, ils prendront tous la forme d’une feuille de papier qui peut être archivée, épinglée au mur et combinée à d’autres » (1989 : 545).

25Les mobiliers (fichiers) ont été déplacés du MH (à cause de travaux de rénovation) à la bibliothèque du Muséum national d’histoire naturelle. Au delà de la numérisation des fiches documentaires des objets, gérées par le service de gestion de la base de données « TMS objets », la documentation (scientifique, administrative, technique, etc.) concernant les collections transférées du MH au MQB a été numérisée dans la base « Docmuse » du service « documentation et archives » de la nouvelle institution. Cependant, la documentation en papier reste stockée dans les locaux du service « manuscrits et archives » du Muséum, où l’on retrouve le catalogue en version papier « Inventaire des fonds d’archives du musée d’ethnographie du Trocadéro et du musée de l’Homme » (2000/2001). Dans l’introduction au catalogue, on peut lire : « La bibliothèque se trouve en possession d’un important fonds d’archives MET et MH, d’un point de vue autant matériel que documentaire et scientifique. Ce sont en effet près de 85 cartons qui sont mis en consultation. Le fonds “archives du Musée” est composé de 13 sous-fonds, dont 12 constituent le présent inventaire. » Au Muséum, on conserve ainsi sous format papier l’ensemble de la documentation du MET et du MH, y compris les fiches d’inventaires, descriptives et méthodiques des collections dans leur fichier en bois.

26Muséum et MQB gardent des documents, provenant du MH, structurés dans un système commun mais utilisable selon différents dispositifs qui dépendent des différents supports matériels du document. L’artefact papier donnant lieu au document au MH est séparé de l’artefact constituant l’objet de la collection au MQB. La numérisation permet la circulation dans un autre format et dans une autre matière du document qui se trouve être ainsi distribué dans l’espace physique et politique de deux institutions. Une partie des fiches documentaires (d’inventaire et descriptives) a été numérisée au MQB, les méthodiques sont restées dans leur structure fichiers/tiroirs au MH jusqu’à leur transfert (provisoire) au Muséum pour la rénovation du MH. Savoir où les fichiers méthodiques étaient stockés ne résout pas encore la question de leur statut actuel, et le rôle à jouer pour ces artefacts en papier demeure suspendu. Les fiches méthodiques et leur système de rangement, selon les mots de la responsable du service « manuscrits et archives » du Muséum, « restent des outils de recherche pour les scientifiques du MH ». Elles constituent un « document de travail » possible pour les chercheurs du MH, qui ne sont plus à proximité des objets.


*

* *

27Loin de vouloir déployer un schéma linéaire de l’histoire des fiches, j’ai montré des existences qui se juxtaposent, se chevauchent entre institutions ou entre services différents d’une même institution. Le savoir sur les collections qui appartiennent actuellement au musée du quai Branly se matérialise et circule grâce à une multiplicité de documents.

fig. 3 – Schéma de circulation des différentes fiches documentaires du MH au MQB : les fiches méthodiques restent stockées au Muséum et n’ont pas été numérisées

28La documentation archivée existe en format papier au Muséum et en format numérique au MQB. Les fiches documentaires des objets qui ont été numérisées sont devenues des liens multimédias, accessibles en tant qu’« image » du document via la fiche « TMS objets ». Parmi l’ensemble des fiches, les fiches méthodiques n’ont pas été numérisées et sont actuellement « en attente » au service « archives et manuscrits » du Muséum. Elles sont conservées dans les locaux du Muséum, mises à côté de la documentation archivée. Elles restent hypothétiquement appréhendées au MH comme outils de travail documentaire sur les objets manipulés par d’autres acteurs institutionnels au MQB et pour lesquels d’autres instruments (comme le thésaurus) ont été créés. Les données des fiches, une fois numérisées, changent d’institution, et ainsi d’existence et d’histoire. Elles se situent donc dans l’espace de la discontinuité et de la rupture avec le système de classification utilisé auparavant. D’un côté, il ne s’agit pas de considérer la numérisation des fiches en tant que transfert de l’information d’une institution à l’autre ou d’un support matériel à un autre, comme si l’information restait la même ; de l’autre, il n’est pas question ici d’inscrire le parcours des fiches dans un discours sur l’évolution, permise par les moyens technologiques, d’un dispositif de gestion des données. La base « TMS objets » devient l’espace de traduction des données transférées, numérisées et réarticulées en ensembles raisonnés et manipulés par de nouveaux acteurs institutionnels. Dans la base « TMS objets », ces données entament donc une nouvelle existence, matérielle, sociale et scientifique.

Haut de page

Bibliographie

Beltrame, Tiziana N.
2012 Un travail de Pénélope au musée : décomposer et recomposer une base de données, Revue d’anthropologie des connaissances, 6 (1) : 217-237.

Bowker, Geoffrey C.
2000 Biodiversity datadiversity, Social Studies of Science, 30 (5) : 643-683.

Galinier, Jacques et Molinié, Antoinette
1998 Le crépuscule des lieux : mort et renaissance du musée d’Anthropologie, Gradhiva, 24 : 93-102.

Gibson, James J.
1979 
The ecological approach to visual perception (Londres, Lawrence Erlbaum associates).

Jacob, Christian (éd.)
2007 Lieux de savoir. Espaces et communautés (Paris, Albin Michel).

Keene, Suzanne
1998 Digital collections : Museums and the information age (Oxford, Butterworth-Heinemann).

Latour, Bruno
1989 La science en action (Paris, La Découverte).

Leroi-Gourhan, André
1943 L’Homme et la matière (Paris, Albin Michel).
1945 Milieu et techniques (Paris, Albin Michel).

L’Estoile, Benoît de
2007 Le goût des autres. De l’exposition coloniale aux arts premiers (Paris, Flammarion).

Mauss, Marcel et Paulme, Denise (éd.)
[1947] 1989 Manuel d’ethnographie (Paris, Payot).

Parry, Ross (éd.)
2007 
Recoding the Museum. Digital heritage and the technologies of change (New York, Routledge) [Museum Meanings].

Haut de page

Notes

1 Cf. par exemple Galinier et Molinié, 1998.

2 Vocabulaire structuré en sous-catégories de recherche par équivalence ou hiérarchie.

3 Cette réflexion sur la matérialité et le rangement des fiches repose sur des entretiens avec le personnel du service « documentation et archives » du musée du quai Branly et du service « manuscrits et archives » de la bibliothèque du Muséum national d’histoire naturelle.

4 Document « Notes sur le système d’enregistrement » (18 août 1932).

5 Rédigé par Angèle Martin (2008), chargée des archives scientifiques au service « documentation et archives » du MQB, à l’occasion du commencement des chantiers de traitement documentaire des objets.

6 Entretien avec l’auteure.

7 TMS est un logiciel de gestion muséale élaboré par l’entreprise américaine Gallery Systems. Ce logiciel, adopté par un musée d’ethnographie de Leiden en Hollande, a été ensuite analysé et choisi par la responsable de la base de données du musée du quai Branly.

8 Document « Rédaction des fiches », MH (1937).

9 Sur la manière dont sont réattachés informations, objets et personnes au MQB, cf. également Beltrame, 2012.

10 Cf. L’Homme et la matière (1943) et Milieu et techniques (1945).

Haut de page

Table des illustrations

Légende fig. 1 – Fiche d’inventaire au musée de l’Homme : 71.53.1 à 190 Rajasthan ; 71.53.1 à 11 Broderie : objet 71.53.2 (1 & 2) broderie sur peau pour chaussures de femmesL’image de cette fiche de collection est visible par le biais de l’onglet « multimédias » de l’interface standard data entry de la fiche « TMS objets » des empeignes des chaussures de femmes (fig. 2)
Crédits © musée du quai Branly
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9081/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende fig. 2 – Interface standard data entry de la fiche informatique TMS de l’objet N° inventaire 71.1971.53.2.1-2
Crédits © musée du quai Branly
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9081/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende fig. 3 – Schéma de circulation des différentes fiches documentaires du MH au MQB : les fiches méthodiques restent stockées au Muséum et n’ont pas été numérisées
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/9081/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Tiziana Nicoletta Beltrame, « Le corps numérique des données », Ateliers d'anthropologie [En ligne], 36 | 2012, mis en ligne le 14 mai 2012, consulté le 01 septembre 2014. URL : http://ateliers.revues.org/9081 ; DOI : 10.4000/ateliers.9081

Haut de page

Auteur

Tiziana Nicoletta Beltrame

Doctorante, Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative (lesc), université Paris Ouest Nanterre La Défense/cnrs
tiziana[point]beltrame[at]u-paris10[point]fr

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org