Navigation – Plan du site

Une famille chinoise à la découverte de Notre-Dame-des-Naufragés

Édouard Flamans

Texte intégral

1La découverte de Notre-Dame-des-Naufragés, en Bretagne, par une famille chinoise, la famille Yang, pourrait très bien être interprétée comme étant le signe d’une rencontre possible entre deux cultures. Comme si les croyances de l’une et de l’autre s’étaient retrouvées en un même lieu. Mais qu’en est-il réellement ? Peut-on parler de rencontre en matière de religion quand les uns ignorent la pratique des autres ? Et qu’a donc cette famille chinoise de si singulier pour s’intéresser à la représentation de la Vierge, protectrice des naufragés, située à l’extrémité de la Bretagne ?

La famille Yang, une famille chinoise comme les autres

  • 1 Cf. Berthier 1987.

2Originaire de Hong Kong, mais installée en France depuis le début des années 1980, la famille Yang réunit aujourd’hui les parents et leurs huit enfants. Mais dans un premier temps c’est monsieur Yang père qui retiendra notre attention. C’est un homme très attentif à tout ce qui relève de la religion chinoise. À ce titre, il considère l’astrologie avec le plus grand sérieux. Ainsi, à la naissance de chacun de ses enfants il n’a pas manqué de faire faire leur thème astral. Ceci n’a rien d’exceptionnel en soi. La plupart des familles chinoises — et celles qui vivent à Hong Kong ou à Taiwan ne font pas exception — attachent beaucoup d’importance aux « huit caractères de naissance », les bazi. Il s’agit de signes cycliques correspondant à l’année, au mois, au jour et à l’heure de naissance. Ces données confèrent à l’individu son identité propre et les éléments particuliers de son destin dans le système cosmologique, lequel peut entrer en contradiction avec celui d’autres membres de la famille, et être à l’origine de maladies ou d’accidents1. Voilà pourquoi certains parents, soucieux de prévenir les risques encourus, veulent connaître le thème de leurs enfants, afin de pouvoir réagir quand de tels risques se présentent pour l’enfant et en retour pour l’ensemble de la famille.

3Or, il se trouva que pour Ah-Jie, l’un des fils de la famille Yang, le danger d’une incompatibilité avec la destinée du père était manifeste. Ce dernier dut donc agir en conséquence afin d’éviter qu’un malheur éventuel ne survienne. Comme cela est classique en ce cas, on décida de faire adopter l’enfant. Vouloir détourner son destin et l’éloigner ne signifiait pas pour autant lui faire quitter la lignée paternelle. Il fut donc adopté par le frère de son père qui n’avait alors pas d’enfant. Dès lors, les termes d’adresse et de parenté soulignèrent ce changement. Ah-Jie, inversant les termes, appela désormais son père biologique « oncle » et le frère de son père biologique « père ». Peu de temps après, l’oncle et père adoptif d’Ah-Jie mourut, et celui-ci dut prendre en charge le culte familial, l’autel et la tablette ancestrale de son père. Son adoption avait répondu en cela à un schéma classique d’échange entre deux frères permettant à celui qui adopte d’assurer la paix de son âme après sa mort. Ici il s’agissait de surcroît de parer au danger que représentait Ah-Jie pour son père. Aussi, à la mort de l’oncle, fut-il malgré tout élevé par sa famille d’origine. Ah-Jie continue de nommer son père biologique « oncle », mais nomme pourtant ses collatéraux « frères » et « sœurs », ce qui est courant. Au sein de la famille Yang, il n’est cependant pas tout à fait un fils comme les autres. Cela était-il dû plutôt au risque qu’il représentait pour son père ou bien en raison de son adoption ? Toujours est-il que le discours tenu par son entourage, aujourd’hui encore, fait d’Ah-Jie Yang le « mal aimé » de la famille, en comparaison de ses frères et sœurs pour lesquels ses parents ont plus de considération. Il a d’ailleurs quitté assez tôt le cadre familial pour travailler, avant d’avoir terminé ses études au lycée.

4Directement concerné par les croyances de son père depuis sa naissance, Ah-Jie Yang allait, lui aussi, se montrer particulièrement sensible à tout ce qui touche la religion chinoise. Son rôle dans la découverte de Notre-Dame-des-Naufragés, puis la place qu’il prit dans la relation qui s’instaura sont significatifs à cet égard.

À la pointe du Raz

5Au cours de l’été 1983, au gré de visites touristiques, la famille Yang, c’est-à-dire les parents et quelques-uns de leurs enfants, se rendit en Bretagne jusqu’à la pointe du Raz. Pointe de la Cornouaille dans le Finistère, il s’agit d’un site conseillé par tous les guides pour la beauté de ses récifs ainsi que pour son panorama très étendu sur le large, l’océan et le « terrible » raz de Sein, que « nul n’a passé sans peur ou sans douleur », précise-t-on dans ces mêmes guides.

6Pour profiter pleinement de la vue sur la pointe, qui plonge dans l’océan Atlantique, les visiteurs doivent contourner le sémaphore à pied. Ainsi découvre-t-on au passage, en avant du sémaphore et en direction de la pointe et de l’île de Sein, la statue de Notre-Dame-des-Naufragés érigée au début du siècle. C’est ce chemin que dut emprunter la famille Yang, visiteuse parmi d’autres, lorsque le père, monsieur Yang, interrompit sa marche et prêta particulièrement attention à la statue. Il s’arrêta et s’en approcha tandis que la plupart des visiteurs, y compris ses enfants, continuaient leur chemin, attirés par la perspective des récifs et la vue sur l’océan. Ni marin, ni chrétien, monsieur Yang est comme nous l’avons dit attaché à la religion chinoise. Il passe également aux yeux de sa famille pour un connaisseur en matière de géomancie chinoise (fengshui). Au pied de la statue, il fut bientôt rejoint par son épouse et leurs enfants intrigués. Il leur expliqua que cette statue était pour lui une découverte car son environnement et la raison patente pour laquelle elle avait été érigée lui conféraient ce qu’il appela une « présence ». Suivant l’exemple du père, toute la famille fit alors silence devant la statue.

7Ainsi, cette même année, la famille Yang avait-elle spontanément amorcé ce qui allait devenir un véritable culte. Depuis lors en effet, les mêmes membres de la famille retournent régulièrement sur les lieux, afin d’y retrouver en particulier la statue de Notre-Dame-des-Naufragés. Les premiers temps, il s’agissait d’un voyage annuel toujours organisé par le père. Puis, dès que les enfants, les fils surtout, purent s’y rendre par leurs propres moyens, ils firent le voyage à différents moments. À ce propos nous retrouvons l’un d’entre eux, Ah-Jie, Michel de son prénom français, qui, âgé d’une trentaine d’années aujourd’hui, dit s’y être rendu quatre fois par an en moyenne, depuis ces six ou sept dernières années. Il peut donc être considéré comme la personne de la famille la plus attachée au culte. Le plus souvent, en compagnie de son épouse chinoise de Taiwan, et parfois même accompagné de quelques amis, il fait donc l’aller-retour en voiture depuis Paris (1 400 km), en l’espace de deux jours, sans autre destination que le site et sans autre but que cette visite.

8Aujourd’hui, la pratique du fils en ce lieu semble se conformer à celle du père. La procédure reste la même et s’effectue en deux temps différents, correspondant chacun à un voyage. La première visite a pour but d’adresser à la statue — la Vierge — une demande très précise, très concrète, concernant des problèmes ponctuels, personnels ou professionnels. La seconde a pour seul dessein d’exprimer des remerciements, si le vœu a été exaucé. Dans les deux cas, on offre des fleurs fraîches, achetées en chemin, que l’on dépose au pied de la statue. Puis, comme c’est le cas pour adresser une requête à une divinité en Chine, on se présente à elle en silence en lui déclinant son identité, c’est-à-dire ses nom, prénom et adresse, pour « qu’il n’y ait pas erreur sur la personne », précise Ah-Jie, et donc pour que la « présence divine » en cette statue puisse clairement identifier son interlocuteur. Dans ce souci d’être compris, de voir son message clairement perçu, le fidèle préfère généralement s’adresser à elle dans sa langue maternelle. Ainsi, en présence de la statue, Ah-Jie s’exprime en cantonais, tandis que son épouse Lin Ya-Zhen préfère l’emploi du mandarin qui lui est plus familier. Les présentations faites, c’est alors que peuvent être énoncés en silence la demande ou bien les remerciements. Les vœux exaucés justifient le voyage suivant et celui-ci ne peut qu’en annoncer un autre si l’évolution de la situation personnelle du fidèle suscite chez lui de nouvelles inquiétudes.

9Ce culte familial, ininterrompu jusqu’à présent, est entretenu en raison, dit-on, de son efficacité. Les voyages s’effectuent donc ponctuellement, selon une périodicité extrêmement variable ; selon les personnes et les événements, les visites sont espacées de quelques mois à quelques années. Trois mois environ séparent chaque visite du fils Ah-Jie Michel Yang qui connaît, ces dernières années, une vie professionnelle particulièrement instable. Il attribue à la « statue » chacun de ses revirements de situation, notamment lorsqu’il s’agit de contrats inespérés. Chez les autres fils Yang, les voyages sont moins fréquents, ils peuvent varier d’une visite par semestre environ à une tous les deux ou trois ans. Leur situation professionnelle étant globalement plus stable que celle de leur frère cadet Ah-Jie, les décisions espérées ou les événements désirés ne justifient pas toujours, à leurs yeux, une visite à la pointe du Raz. Celle-ci n’est envisagée que si la situation est jugée suffisamment grave. Il est par conséquent difficile de mettre en rapport les visites à la statue avec une date précise, ou bien même avec une période du calendrier qui ferait figure d’anniversaire.

  • 2 « Les pèlerinages et les pardons sont des manifestations pieuses entraînant pour ceux qui y partici (...)

10Localement, au contraire, Notre-Dame-des-Naufragés est célébrée une fois l’an, le premier dimanche d’août. Cette fête, créée en 1904 lorsque fut érigée la statue, s’inscrit dans le cadre du renouveau des pardons2 dans la Bretagne de la fin du xixe siècle. À cette époque, de telles cérémonies s’étaient multipliées et prenaient place à travers la région, à Lanriot-en-Moëlan notamment, comme à Audierne. Aujourd’hui, le pardon de Notre-Dame-des-Naufragés réunit essentiellement les familles de marins bretons qui, de près ou de loin, ont eu affaire au raz de Sein, qu’un parent s’y soit confronté ou bien y ait disparu. On assiste à la célébration solennelle de l’Eucharistie, suivie d’une courte procession jusqu’à la pointe, au cours de laquelle peuvent être présentés des ex-voto, essentiellement des maquettes de bateaux. De retour au pied de la statue, le prêtre prononce l’homélie. Autrefois, les fêtes de pardon étaient plus spectaculaires, comme celle de Plogoff, le premier village à proximité de la pointe du Raz, au début du siècle. Voici ce qu’en dit Paul Sébillot :

On voit à la chapelle de Notre-Dame-de-Bon-Voyage en Plogoff, les pêcheurs qui ont fait vœu de s’y rendre dans l’état où ils se trouvaient au moment du danger, en habit de travail ou demi nus. Ils vont aussi se jeter à la mer, et assistent tout mouillés à la procession (Sébillot 1900 : 110).

11Le culte à Notre-Dame-des-Naufragés entretenu par la famille Yang, tel que nous l’avons décrit, s’est donc instauré parallèlement à la pratique locale déjà existante. Les pratiques semblent être en place sur le même site sans se croiser et sans que les participants de l’une aient connaissance de l’autre. Est-ce à dire qu’elles n’ont rien en commun ?

12Le site de la pointe du Raz étant un lieu touristique, il est particulièrement visité. Mais il est intéressant de noter que ce qui fait l’objet d’attraction habituel pour la quasi-totalité des visiteurs, la pointe elle-même et le panorama, a toujours été tout à fait secondaire pour la famille Yang. En revanche, localement, en dehors de la fête du Pardon de Notre-Dame-des-Naufragés, la statue semble n’être l’objet d’aucune attention de la part des pèlerins bretons et des promeneurs. Ah-Jie Michel Yang affirme même qu’au cours de ces années il n’a jamais vu quelqu’un s’adresser à la statue. « À peine est-elle remarquée par les Français », précise-t-il. Si bien que l’on peut s’interroger sur ce qui motive cette spécificité du regard chinois.

13Nous verrons que le comportement de la famille Yang, tel qu’on peut l’observer à la pointe du Raz, semble correspondre à une pratique cultuelle chinoise habituelle. Il peut même être interprété comme étant la transposition d’une pratique chinoise sur un culte occidental. Mais comment expliquer une telle transposition ? Du point de vue chinois, le fait qu’une famille rende un culte à Notre-Dame-des-Naufragés tout en étant étrangère à la culture chrétienne n’a rien de paradoxal en soi. À ce propos, deux niveaux d’explications sont alors envisageables ; l’un concerne « l’ouverture » du panthéon chinois, et l’autre questionne l’inscription possible d’un culte comme celui de Notre-Dame-des-Naufragés dans une conception chinoise globale du monde. Quant aux croyances locales, nous verrons finalement qu’elles ne sont pas si éloignées de celles de la famille Yang, et même que de curieuses correspondances peuvent être établies entre elles.

  • 3 Boyer 1997.

14Loin de n’être qu’anecdotique, cette histoire peut donc être source de nombreuses interrogations, d’un point de vue plus général. Elle semble notamment aller dans le sens que propose Pascal Boyer3, selon lequel une pratique religieuse pourrait véritablement être envisagée indépendamment de tout modèle culturel.

Transposition d’une pratique chinoise sur un culte occidental

15La découverte de Notre-Dame-des-Naufragés, puis le culte qui lui fut ensuite rendu pendant un certain nombre d’années semblent s’être installés de façon naturelle, sans que les membres de la famille Yang y voient le moindre paradoxe, ni, bien sûr, les signes d’une éventuelle conversion.

16Dans un premier temps, nous observerons en quoi la pratique de la famille Yang peut être dite tout à fait chinoise. Car il semble bien que l’on assiste à la transposition d’une pratique chinoise sur un culte occidental, le culte de Marie en l’occurrence.

17Le comportement de la famille Yang à la pointe du Raz peut être comparé à celui des fidèles chinois, tel qu’on peut l’observer dans les temples bouddhistes et taoïstes, ou bien lors de cultes rendus à des divinités des panthéons populaires.

18Tout d’abord, on peut considérer que le culte rendu à Notre-Dame-des-Naufragés se réduit en fait à l’essentiel d’une pratique chinoise : l’achat d’une protection surnaturelle au moyen d’offrandes. Tel est ici le rôle des fleurs, offertes et déposées au pied de la statue, comme on le fait habituellement pour les divinités. Pourtant, le choix de n’offrir que des fleurs est l’illustration du souci de la famille Yang de s’adapter au contexte occidental, tout en effectuant un rituel chinois. Dans un temple chinois, les fleurs seraient en effet accompagnées de présents d’encens, de papier-monnaie d’offrande, et de toutes sortes de victuailles : les cinq viandes rituelles, du riz, des fruits, des gâteaux, etc. Par ailleurs, si les fleurs occupent certes une place dans le culte chrétien, elles y sont la marque de la vénération des fidèles. Pour la famille Yang en revanche, conformément à l’habitude chinoise, les fleurs sont un cadeau qui s’inscrit dans une logique d’échange contractuel entre la divinité et le fidèle. Ici donc, la signification d’une même offrande est différente.

19Par ailleurs, la formulation d’une demande très concrète par les membres de la famille Yang, fidèles du culte de Notre-Dame-des-Naufragés, peut être mise en rapport avec les vœux exprimés habituellement lors de visites aux temples chinois. Le nombre important des divinités et des spécialités qui les caractérisent conduit en effet les fidèles chinois à exprimer des demandes extrêmement ciblées. La formulation d’une prière trop générale ne pourrait, pense-t-on, ni être réalisée par la divinité, ni permettre au fidèle de vérifier l’efficacité du culte. Nous retrouvons cette logique d’échange lors des voyages de la famille Yang effectués à la pointe du Raz, notamment pour « remercier », c’est-à-dire en fait « récompenser », la statue pour son efficacité.

20La famille Yang ne s’est pas posé la question de savoir quelle attitude adopter pour rendre un culte à Marie. La pratique décrite plus haut souligne tout de même une certaine adaptation d’ordre purement formel, qu’il s’agisse de l’emploi des fleurs ou du caractère sobre et simplifié du culte rendu dans son ensemble. En effet, le seul dépôt de fleurs peut contraster avec la profusion d’offrandes à l’intention des divinités habituellement observables dans les temples. Mais ici, la pratique peut être dite tout à fait chinoise dans la mesure où l’essentiel des attitudes ainsi que leur signification demeurent.

21Comment une telle transposition est-elle possible ? Comme le souligne Jacques Pimpanneau, la religion en Chine peut être considérée à deux niveaux :

[…] d’une part, un aspect tangible pour les fidèles, présenté comme un décalquage du monde humain, avec des vivants qui passent dans l’au-delà et occupent un poste […] ; et d’autre part, à un niveau plus profond, un ensemble de forces qui commandent l’univers, […] et dont les notions, trop abstraites, sont transcrites dans un langage plus accessible au peuple : le panthéon, avec ses rites et ses croyances (Pimpanneau 1988 : 194).

22Or, le culte rendu à Notre-Dame-des-Naufragés par la famille Yang permet d’illustrer ces deux aspects. D’une part, le père s’exprime, quant à ce culte, dans la logique du discours de la géomancie. D’autre part, ses enfants y introduisent les éléments d’une croyance à une divinité chinoise. À ces deux aspects correspondent alors deux discours différents : celui du père évoque une « présence » liée aux éléments, et celui d’Ah-Jie voit en Marie une autre Mazu, divinité bien connue des Chinois. Si ces deux aspects sont bien sûr liés, il s’agit là néanmoins de deux regards différents portés sur une même réalité, qui tous deux tendent à montrer la possibilité de l’application d’une pratique chinoise dans un contexte occidental. Ainsi, nous allons observer dans un premier temps l’« ouverture » du Panthéon chinois à des divinités extérieures où Notre-Dame-des-Naufragés serait admise parmi d’autres. Dans un second temps, il s’agira de définir comment cette « présence » à la pointe du Raz s’inscrit dans une représentation cosmologique chinoise.

23Dans la pratique, comme le note Henri Maspero, le panthéon chinois est ouvert : toutes sortes de divinités étrangères y sont admises.

La mythologie de la Chine moderne s’est formée au cours des siècles, par la juxtaposition d’éléments d’origine diverse : on y trouve pêle-mêle, à côté de vieilles divinités indigènes, certaines grandes figures d’origine bouddhique, des héros historiques divinisés à une époque récente, des personnages taoïstes, etc. (Maspero 1971 : 77).

  • 4 Pimpanneau 1988 : 203.

24Aujourd’hui encore, dans les cultes chinois, la pluralité est la règle. Dans un même temple cohabitent le plus souvent des divinités appartenant à des panthéons différents — bouddhique, taoïste ou confucianiste. On y trouve aussi des divinités purement locales, ou appartenant aux cultes ancestraux de certaines familles. On y rencontre même des cultes rendus à telle pierre ou tel arbre divinisé. En outre, il n’est pas nouveau de constater également des exemples d’ouverture du panthéon chinois aux panthéons occidentaux. Ce fut aussi le cas « de certaines sectes qui [y] ajoutaient le Christ et Mahomet »4. Les exemples en sont nombreux. Cette ouverture est liée au fait qu’il n’y a pas de dogme en matière de religion chinoise, et que, dans la religion populaire, l’importance est donnée à l’efficacité du culte ; le rôle attribué à la divinité importe plus que son appartenance à tel ou tel panthéon. Par conséquent, le culte rendu à Notre-Dame-des-Naufragés par la famille Yang ne contrevient pas aux habitudes chinoises.

25Un pas plus loin, le discours tenu par Ah-Jie Michel Yang vient même prolonger cette idée. « Pourquoi s’étonner ? Ici, c’est Marie, chez moi à Hong Kong, je m’adresserais à Mazu », propos qui laisse entendre l’éventualité d’une interchangeabilité entre Marie et Mazu, déesse chinoise des gens de mer, notamment. Qu’a donc la Vierge Marie des chrétiens en commun avec Mazu ou, selon l’expression de Kristofer Schipper, « la sainte Mazu » ? Il existe bien certaines correspondances entre leurs destinées et leurs rôles.

Marie, une autre Mazu ?

  • 5 Cf. Topley 1975.

26Mazu, Mazu po, est l’appellation familière de « l’Impératrice du ciel », Tian Hou. Son culte est originaire du Fujian, il s’est développé dans toute la Chine et reste très présent à Taiwan. Selon le récit de sa vie le plus communément admis, elle est très tôt devenue médium et a refusé de se marier, ayant fait vœu de rester vierge. Ceci, dans le contexte chinois renvoie cependant à une réalité bien différente de celle du contexte chrétien. On pense par exemple au refus des mariages précoces arrangés par les familles, et au désir de certaines jeunes filles de se dévouer à la déesse Guan-Yin5.

27Mais, il est une facette bien singulière qui pourrait faire croire à la possibilité de cette interchangeabilité évoquée par le fils Yang. Il s’agit du rapport aux naufragés. C’est en effet afin d’accompagner ces derniers dans la mort et pour assurer la protection des marins en difficulté dans le raz de Sein qu’a été érigée la statue de Notre-Dame-des-Naufragés. Elle représente Marie debout, tenant l’enfant Jésus, tandis qu’un naufragé à l’agonie à ses pieds lui tend les bras. Sur la côte chinoise et dans les îles, Mazu, fille de pêcheur est considérée comme la patronne des navigateurs. Toute jeune, elle serait, lors d’une transe, venue en aide par son esprit délégué au secours de son père et de ses frères perdus dans une tempête en haute mer.

28Mais ce rapport à la mer et aux navigateurs, sur lequel nous reviendrons, ne semble pas être primordial aux yeux de la famille Yang. Celle-ci en effet, bien qu’originaire de la baie de Hong Kong, se défend d’appartenir à cet univers de pêcheurs et de marins qui se trouve plus facilement associé à ce genre de culte. Nous devons donc considérer sous un autre jour le rapprochement entre Marie et Mazu évoqué par Ah-Jie. Notons à ce propos que sa situation singulière de fils adopté peut expliquer son attachement particulier à Notre-Dame-des-Naufragés. Car il est un autre caractère commun aux deux figures que sont Marie et Mazu : leur dimension maternelle, appréciée des familles ou des enfants en détresse. Selon son épouse en effet, Ah-Jie éprouve encore un manque d’affection, qui serait directement lié à sa position de fils adopté. N’est-ce donc pas là pour lui, plus encore que pour ses frères et sœurs, une raison fondamentale de s’adresser à Marie, à défaut de pouvoir s’adresser à Mazu ? Ce sentiment conduit d’ailleurs le couple à s’interroger sur sa propre conception de la famille et semble notamment se traduire par la volonté affirmée de ne pas avoir d’enfants.

29Le rapport personnel entre Ah-Jie Michel Yang et la statue de Notre-Dame-des-Naufragés se retrouve justement dans les termes d’adresse qu’il emploie : « La Marie » en français, tandis qu’en chinois il préfère Shengmu Niang ou Shengmu Niangniang, « Sainte Mère », autre terme d’adresse courant à Mazu. Ces expressions témoignent d’un certain respect à la fois pour la mère et pour la sainte qu’elle représente.

  • 6 Marlière 1981-1982 : 129.

30Il est par ailleurs un auteur, Michel Marlière, qui, lorsqu’il décrit le culte de Mazu à Taiwan, fait également le rapprochement entre Mazu et une figure chrétienne : « C’est la Notre-Dame de Boulogne et la Notre-Dame du Perpétuel Secours à la fois, déesse de la mer et déesse auxiliatrice. »6

31Cela dit, si le caractère ouvert du panthéon chinois permet de souligner le fait que le culte rendu à la Vierge par une famille chinoise ne doit pas être surprenant en soi, il ne suffit pas à expliquer son existence en tant que telle, qui est étroitement liée au site même de la pointe du Raz.

Une conception globale du monde

32L’origine du culte rendu à Notre-Dame-des-Naufragés par la famille Yang trouve son explication dans le discours tenu par monsieur Yang, père, discours qui laisse apparaître une certaine conception chinoise globale du monde, applicable en tout lieu et en tout temps. Le culte rendu à la pointe du Raz en serait donc une illustration. Comme le dit monsieur Yang, l’environnement et le passé tragique du lieu sont des facteurs propices à une « présence », laquelle est même leur conséquence logique.

  • 7 Granet [1934] 1968 : 287.

33En premier lieu, le site même de la statue de Notre-Dame-des-Naufragés joue un rôle fondamental aux yeux du père, à cause de ses caractéristiques géomantiques, le fengshui. En effet, la géomancie donne la prééminence à la notion d’« harmonie » typique de la conception chinoise du monde. Marcel Granet en dit ceci : « Ce sont des interdépendances, des solidarités qui constituent l’ordre de l’univers. »7 Il s’agit en fait d’observer l’équilibre entre les univers humain, terrestre et céleste. Or, le discours de monsieur Yang décrit cette situation d’harmonie dans le rapport entre la statue érigée et le cadre naturel environnant selon des critères précis. Dominant les récifs, « face à l’océan, et sans obstacles devant elle », la position de la statue semble, à ses yeux, correspondre tout à fait à ce qu’attendent les géomanciens chinois.

34En second lieu, monsieur Yang fait allusion aux causes tragiques qui ont conduit à l’érection de la statue de Notre-Dame-des-Naufragés. En effet, en ce lieu sont morts de nombreux marins. La manière dont Marie est figurée par sa statue elle-même, telle que nous l’avons décrite plus haut, est à ce propos très explicite. Mais il s’agit de voir en quoi ce passé tragique constitue un argument aux yeux de monsieur Yang.

  • 8 P.-Y. Sébillot 1968 : 195-196.
  • 9 Ibid. : 195.

35Selon la pensée chinoise, les morts par accident, par naufrage en l’occurrence, deviennent des âmes errantes. Sorties du cycle des réincarnations et des générations ancestrales, ces âmes demeurent parmi les vivants et les menacent, car, pour sortir de leur condition, elles doivent « trouver un remplaçant ». Ce n’est qu’en leur rendant un culte qu’on peut les sauver et protéger les vivants. Le caractère tragique du lieu, le raz de Sein, représenté par un naufragé agonisant aux pieds de la Vierge, renvoie donc monsieur Yang à cette conception chinoise de la mort. L’intention des marins locaux d’ériger la statue est interprétée par lui à juste titre en ce sens. Il pense, comme eux, que Notre-Dame-des-Naufragés joue un rôle sur ce site. Mais, à la différence de ceux qui ne verraient en elle que la protectrice des navigateurs vivants et des naufragés, monsieur Yang la considère aussi comme le soutien salvateur des morts qui errent en ce lieu. Qui sait d’ailleurs, finalement, si les marins locaux n’en pensent pas autant ? En effet, les croyances relatives à la région que l’on retrouve dans un grand nombre de récits relatés sur la côte bretonne sont, à ce sujet, très explicites. Ils ont été rapportés par Paul Sébillot pour les plus anciens, puis par Paul-Yves Sébillot et Albert Pollain pour les plus récents. Ces récits mettent en évidence la croyance en l’errance des âmes, assez répandue en Bretagne. On rejoint justement ici la pensée chinoise qui répertorie diverses catégories de revenants. Les morts par violence, accident ou noyade sont eux aussi considérés comme perdus, condamnés à hanter les lieux du drame dans l’attente d’être sauvés. Pour sauver ces âmes en peine, « il faut dire des messes et effectuer un pèlerinage à l’intention du mort »8. Quand il s’agit d’âmes de noyés ou de naufragés, la conception bretonne pourrait presque se confondre avec la conception chinoise évoquée plus haut. En effet, selon la croyance locale également, ces âmes sont considérées comme particulièrement menaçantes pour les vivants. Comme les accidentés, ces naufragés n’ont pas bénéficié de la présence d’un prêtre à leur dernière heure pour leur donner l’absolution, ce qui les condamne de fait à l’errance. Mais « qui se jette à la mer se fie à la mort, qui meurt en mer meurt donc par sa faute. C’est pourquoi les noyés, qu’ils aient péri volontairement ou non, restent à faire pénitence à l’endroit où ils ont été engloutis jusqu’à ce que d’autres viennent se noyer à leur place. Alors seulement ils sont délivrés. »9 Le pardon de Notre-Dame-des-Naufragés a donc bien pour objectif à la fois de venir en aide à ces malemorts et de protéger les vivants. Le site même de la pointe du Raz était donc, semble-t-il, connu pour être hanté d’âmes en peine. Voici ce que l’on racontait à leur propos :

Des noyés se tiennent près de la Pointe du Raz, toujours au même endroit. On les appelle ar « chouerien » (les crieurs) ; on les entend crier matin et soir, surtout à l’approche du mauvais temps ; ils crient alors : Ho ! La ! La ! Terra ar bajou da sec’ha ! (Tenez les bateaux à sec !). Ils sont généralement invisibles, mais parfois apparaissent comme s’ils venaient de faire naufrage (Sébillot 1968 : 196).

36Dans le discours de monsieur Yang, le second argument vise donc à souligner la nécessité de cette « présence » à la pointe du Raz, liée à la nature même du lieu, ce qui implique son passé comme son présent et son futur. Et nous avons vu qu’en cela sa conception n’était pas si éloignée de celle des marins locaux. Du point de vue chinois, cet élément ne vient que compléter le fait que la statue occupe déjà physiquement une position géomantique « idéale », pour accueillir une « présence ». Nous rejoignons là les différents discours tenus dans la famille Yang par le père et par le fils en ce qui concerne la « présence » de la pointe du Raz.

37Le discours du père fait référence à la géomancie chinoise et à son arrière-plan cosmologique, qui fonde la pensée même du « Livre des mutations », le Yi-Jing. On y voit comment un ensemble de forces, de souffles, a créé le monde et ses classifications complexes. Pour monsieur Yang, il s’agit d’évoquer la présence d’une « puissance vitale », selon l’expression de Marcel Granet, liée au site et à sa configuration et qui aurait trouvé en la statue de Notre-Dame-des-Naufragés son lieu de résidence appropriée.

38Ah-Jie, quant à lui, préfère se référer directement à une autre interprétation. Pour lui, la « présence » ne peut qu’être celle de « Marie », elle-même, perçue comme étant une divinité parmi d’autres.

*

* *

39Le culte rendu à Notre-Dame-des-Naufragés par une famille chinoise, pour surprenant qu’il puisse paraître aux yeux d’Occidentaux, est donc vécu par la famille Yang de façon toute naturelle. En aucun cas, les membres de cette famille n’y voient un quelconque paradoxe.

40La « querelle des rites », au xviiie siècle, était une controverse entre Chinois nouvellement convertis par les missionnaires jésuites et l’Église chrétienne. En publiant la bulle Ex Illa Die, en 1715, le pape Clément XI, cherchait à éradiquer « toute pratique idolâtrique ». Mais, aux yeux des Chinois, il n’y a jamais eu de contradiction entre les différentes pratiques.

41Aujourd’hui, à la pointe du Raz, la famille Yang ne s’est guère convertie au christianisme. Elle a tout simplement pris le support d’un culte à la Vierge Marie pour y inscrire des pratiques proprement chinoises.

  • 10 Boyer, op. cit.
  • 11 « Bénédictions de la mer » : expression traduisant le recours à la religion et au culte chrétien, s (...)

42Un tel exemple nous conduit à considérer la pratique religieuse d’un point de vue plus général. Comme nous l’avons décrit, l’existence de « récurrences transculturelles », pour reprendre l’expression de Pascal Boyer10, semble être l’un des facteurs expliquant la possibilité d’un tel culte entretenu à la pointe du Raz : culte de Marie en Bretagne et de Mazu, déesse chinoise. Il s’agit aussi de différentes conceptions de la mort qui se croisent en ce lieu où les naufragés tiennent un rôle prépondérant, tout en suscitant des pratiques différentes. Ces naufrages fréquents sont à l’origine de l’instauration des « bénédictions de la mer »11 dès la fin du siècle dernier. Du point de vue chinois, la présence de la mort donne également au site une puissance particulière à laquelle il faut rendre un culte.

43La découverte du site de la pointe du Raz par la famille Yang fut fortuite mais leur choix de ce lieu comme but de pèlerinage n’est certes pas dû au hasard.

Haut de page

Bibliographie

Berthier, Brigitte
1987 Enfant de divination, voyageur du destin, L’Homme, 101, Du bon usage des dieux en Chine (janv.-mars) : 86-100.

Boyer, Pascal
1997 La religion comme phénomène naturel (Paris, Bayard éditions).

Cariou, A. et Le Stum, P.
1997 Pardons et pèlerinages de Bretagne (Rennes, Éditions Ouest France).

Granet, Marcel
[1934] 1968 La pensée chinoise (Paris, Albin Michel) [1re édition : Paris, La Renaissance du livre].

Marlière, Michel
1981-1982 Les cultes chinois traditionnels à Taïwan, un syncrétisme en évolution, L’Ethnographie, 85 : 125-136.

Maspero, Henri
1971 Le taoïsme et les religions chinoises (Paris, Gallimard).

Pimpanneau, Jacques
1988 Chine, « culture et tradition » (Paris, Philippe Picquier).

Pollain, Albert
1997 Sorcellerie, revenants et croyances en haute Bretagne (Rennes, Éditions Ouest France).

Schipper, Kristofer M.
1982 Le corps taoïste : corps physique, corps social (Paris, Fayard).

Sébillot, Paul
1900 Le folklore des pêcheurs (Paris, Maisonneuve et Larose).

Sébillot, Paul-Yves
1968 La Bretagne et ses traditions (Paris, Maisonneuve et Larose).

Topley, M.
1975 Marriage resistance in rural Kwangtung, in M. Wolf et R. Witke (éd.), Women in Chinese Society (Stanford, Stanford University Press) : 67-88.

Haut de page

Notes

1 Cf. Berthier 1987.

2 « Les pèlerinages et les pardons sont des manifestations pieuses entraînant pour ceux qui y participent, le pardon de leurs fautes ou l’octroi d’une grâce », in Cariou et Stumb 1997 : 127.

3 Boyer 1997.

4 Pimpanneau 1988 : 203.

5 Cf. Topley 1975.

6 Marlière 1981-1982 : 129.

7 Granet [1934] 1968 : 287.

8 P.-Y. Sébillot 1968 : 195-196.

9 Ibid. : 195.

10 Boyer, op. cit.

11 « Bénédictions de la mer » : expression traduisant le recours à la religion et au culte chrétien, sur la côte bretonne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ateliers, n° 24 (août 2001), pp. 259-273.

Référence électronique

Édouard Flamans, « Une famille chinoise à la découverte de Notre-Dame-des-Naufragés », Ateliers [En ligne], 24 | 2001, mis en ligne le 12 mai 2015, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://ateliers.revues.org/8746 ; DOI : 10.4000/ateliers.8746

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org