Navigation – Plan du site
Deuxième partie : Identité, ethnicité et violence

Coups d’État, guerres de survie, guerres de prédation

Quelques illustrations de guerres africaines contemporaines (1991-1999)1
Michel Adam

Texte intégral

  • 1 Le présent texte représente le développement d’une fraction de la communication et des intervention (...)

1En même temps que ses conséquences dramatiques mobilisent l’activité des organisations humanitaires, la multiplication au cours de la période récente des guerres civiles en Afrique intertropicale retient l’attention des historiens, des anthropologues et des politologues. Historiquement, et si l’on se réfère aux témoignages des anciens voyageurs, les Africains ne paraissent pas témoigner de propensions belliqueuses particulières (Adam, 2003 ; Numelin, 1963). Les guerres du passé se caractérisent au contraire par leur brièveté et leur modération relative (faible nombre des victimes, caractère ciblé de la violence exercée à l’encontre des ennemis, épargnant notamment les femmes et les enfants). Il est impossible, en second lieu, d’établir une quelconque corrélation entre fréquence ou intensité des guerres et caractéristiques culturelles propres à un groupe ethnique déterminé, toutes les régions d’Afrique — aussi disparates soient-elles à tous égards — ayant connu depuis moins d’un demi-siècle un état quasi permanent de conflits fratricides (Adam, 2003). S’il fallait trouver un point commun aux multiples situations de belligérance, seule l’histoire récente pourrait apporter des ébauches d’explication. Bouleversées de fond en comble en quelques décennies par l’entreprise coloniale — conjoncture qui n’a d’équivalent nulle part dans le monde —, les sociétés africaines ont été dotées de formes étatiques de gouvernement exerçant, de manière non démocratique, leur autorité sur des groupes patriarcaux (à base ethnique ou gentilice) devenus eux-mêmes concurrents pour l’accès au pouvoir.

2La plupart des États africains possèdent un caractère paradoxal. Opérateurs économiques essentiels (en l’absence de grands investisseurs privés), et principaux bénéficiaires de l’aide internationale et des rentes d’exploitation minière et agricole (pétrole et autres denrées d’exportation), ils attirent la convoitise des politiciens et des administrés, tous s’efforçant de tirer parti — à titre personnel ou familial — des ressources publiques. Cette situation explique que, quoique gouvernés par des logiques autocentrées, les groupes antagonistes soient rarement amenés à des positions sécessionnistes, chacun d’entre eux s’efforçant au contraire d’accaparer l’État central à son profit. L’appropriation privative de la richesse nationale — assortie d’une redistribution limitée à l’intention des groupes concurrents — explique le caractère instable et violent des fluctuations politiques, le coup d’État (plus ou moins sanglant) devenant le mode quasi normal d’alternance des gouvernements. Ainsi, les pays africains sont-ils voués à un état chronique de guerre civile, sans que (à l’exception de la Casamance, de l’Érythrée et de la Somalie) soit jamais contesté le tracé des frontières coloniales dont le caractère artificiel frappe pourtant tous les observateurs (Adam, 2003).

3Depuis quelques années, toutefois, le fonctionnement de « l’État patrimonial » (Bayart, 1989 ; Médard, 1990, 1992) est remis en cause, tant par les transformations internes aux sociétés africaines (croissance démographique mal contrôlée, pression foncière, exode rural, urbanisation sauvage) que par les changements intervenus à l’échelle du monde et dont les conséquences affectent l’Afrique dans son ensemble (fin de la guerre froide et réduction de l’aide occidentale, effondrement du marché des matières premières en raison de l’émergence de nouveaux producteurs, réduction des ressources budgétaires, appauvrissement de la paysannerie et des classes moyennes fonctionnarisées). En même temps que l’État clientéliste est incapable de satisfaire ses propres affidés — encourageant les mouvements de désobéissance civile et les rébellions ponctuelles de militaires mécontents —, il met fin aux équilibres précaires maintenus entre les régions et les groupes ethniques. Alors que ces derniers se trouvaient jusque-là, soit maintenus sous tutelle par une redistribution avisée des ressources (Sénégal, Côte d’Ivoire, Gabon, Cameroun, Kenya, etc.), soit « en position d’attente » pour accéder au pouvoir par un coup de force (Mali, Niger, Burkina Faso, Congo, etc.), les vastes mouvements d’exode rural et le décloisonnement général des activités et des établissements territoriaux créent des tensions interethniques incontrôlées entre des populations devenues concurrentes et menacées dans leur survie au jour le jour (Côte d’Ivoire, république démocratique du Congo, Kenya, Zimbabwe, etc.).

4De nouveaux types de conflits se développent alors dans tout le continent. Faute de consultation électorale claire — en dépit de l’établissement du pluripartisme au début des années 1990 —, les adversaires politiques sont incités à régler leurs différends par le recours à la violence. Entraînées par des militaires en déroute et des aventuriers de tous bords, des armées de mercenaires pratiquent, sur des bases ethniques, des replis territoriaux, vivant du pillage des ressources locales (exploitation minière, bois, caoutchouc, etc.). Œuvrant pour leur propre compte, ces milices entretiennent l’insécurité dans des régions entières, mal combattues par des militaires indisciplinés, subsistant eux-mêmes du pillage des habitants.

5Un peu en marge du schéma général qui vient d’être exposé ici — mais s’y référant à plusieurs égards —, trois illustrations de guerres africaines récentes seront évoquées dans les lignes qui vont suivre. Le premier cas (le conflit somalien) met en lumière la dégradation (puis la métamorphose) d’un conflit segmentaire de type « traditionnel ». Survenant à l’intérieur d’un ensemble ethniquement homogène, il oppose des clans ou des sous-ensembles claniques progressivement éloignés les uns des autres depuis un siècle par les vicissitudes de l’histoire : oppositions religieuses, frontières coloniales, modes différenciels d’acculturation (française, britannique, italienne), inégalités de richesse. Entretenue par la haine vis-à-vis des fauteurs de meurtre, la dérive ethnicisante est perceptible dans chaque camp, l’ennemi étant de plus en plus perçu comme appartenant à une « essence » étrangère.

6Dans le second cas (la guerre civile dans la région des Grands Lacs), le génocide commis par l’un des deux camps résulte de l’ethnicisation d’un conflit social ancien sur fond de pénurie foncière et de crise de la jeunesse scolarisée. Plusieurs étapes peuvent être distinguées dans la genèse de ce processus : à l’époque coloniale, racialisation et traitement différencié des communautés ; à la veille de l’indépendance, renversement des positions coloniales ; après l’indépendance, stigmatisation des anciens maîtres tutsi, rébellion, exil, désir de vengeance. À partir de 1995, la guerre civile du Rwanda et du Burundi se propage dans les pays voisins (Congo et Ouganda).

7Le troisième cas de guerre civile africaine illustre l’utilisation de jeunes chômeurs mécontents par des seigneurs de la guerre. Les pays considérés (Congo, république démocratique du Congo, Sierra Leone) se caractérisent par l’absence de tradition étatique, l’isolement des groupes ethniques, la difficulté à imposer une loi transcendante aux particularismes. Dans les deux Congo, les premiers gouvernements sont portés par des soutiens exclusivement ethniques et l’alternance obéit à la logique du coup d’État (le général Mobutu parvenant, néanmoins, à stabiliser son régime pendant plus de vingt-cinq ans). Toutefois, les excès de la mauvaise gestion (dilapidation des fonds publics, endettement international) réduisent les effets de la redistribution patrimoniale tandis que l’urbanisation incontrôlée produit des sous-ensembles culturellement syncrétiques, progressivement détachés de leurs attaches ethniques. Dans un contexte de raréfaction des ressources de rente (pétrole, minéraux divers, etc.), de crise de la fonction publique (arrêt des recrutements, fonctionnaires non payés, militaires mécontents) et de chômage urbain, les détenteurs du pouvoir aussi bien que leurs rivaux clientélistes sont condamnés à l’isolement, abandonnés par les forces armées ou impuissants à mobiliser leurs ressources communautaires. Le recours à des milices de jeunes mercenaires départage les candidats au pouvoir. S’attaquant aux bases ethniques des adversaires, cette guerre de gangs réactive la guerre ethnique en voie d’apaisement.

8En Sierra Leone, où le ruf (Front révolutionnaire uni) est en rébellion contre le président Ahmad Tejan Kabbah (soutenu de son côté par les Anglais, les Américains et le Nigeria), Foday Sankoh, chef du ruf, a dirigé une milice de jeunes enrôlés au Liberia ou enlevés en Sierra Leone. Contrôlant les zones diamantifères frontalières du Liberia et de la Guinée, le ruf a semé la terreur pendant huit ans (massacres de civils, amputation d’enfants, etc.).

1. Les guerres entre clans ethnicisés, la guerre civile en Somalie

9Au nombre d’environ dix-huit millions, les Somali occupent sans partage toute la partie orientale de la Corne de l’Afrique, de Djibouti à la rivière Tana (Kenya) et de l’Ogaden à l’océan Indien, mais la langue somalie est également répandue chez une partie des populations oromo, majoritaires en Éthiopie. Nomadisant sur un territoire aride, les Somali sont des pasteurs de langue couchitique et de religion musulmane, mais ils ont assimilé une influence arabe et indienne. L’organisation sociale des Somali obéit à une logique segmentaire strictement égalitaire et ne reconnaît pas de division en classes d’âge ou en classes générationnelles. Les cinq grandes confédérations claniques (Hawiye, Issaq, Darood, Dir, Digil-Rahanweyn) sont divisées en clans, sous-clans et lignages (reer). Il existe toutefois une différence entre le nord et le sud du pays, ou même entre l’intérieur et la zone côtière. Alors que les groupes du nord (et de l’intérieur) semblent davantage correspondre à l’idéal type des sociétés de purs pasteurs, les clans méridionaux présentent un caractère culturellement composite résultant de l’intégration progressive d’anciens dépendants bantous (Lewis, 1961). Certains lignages, dont les membres sont sédentarisés et pratiquent l’agriculture, y ont un statut inférieur (probablement s’agit-il d’anciens esclaves émancipés). L’investissement d’autres lignages dans les activités commerçantes se reconnaît enfin dans l’existence de villes portuaires (Mogadiscio, Kisimayo), perméables aux influences extérieures et sièges d’anciens sultanats (xvie-xixe siècles). De tels sultanats, moins puissants il est vrai, ont existé sur la côte nord-est du pays où ils se livraient au commerce maritime (encens, gomme arabique, etc.) en direction de la mer Rouge (Djama, 1997 : 411).

10Le risque de fractionnement indéfini lié au caractère segmentaire du système social somali est atténué par l’existence de diverses formules associatives à l’intérieur (et parfois même à l’extérieur) d’un même clan. Certaines de ces formules ont une fonction purement économique dans un milieu géographique caractérisé par le risque permanent de sécheresse et de pénurie (Gascon, 1997) : prêts de bétail ou de pâturages, échanges marchands avec des lignages commerçants établis en bord de mer (viande de boucherie commercialisée dans les pays du Golfe contre des céréales importées). D’autres dispositifs contractuels sont destinés à établir une alliance entre des segments dispersés et à limiter la violence entre eux. C’est ainsi qu’un ensemble de lignages — qui ne se confond pas toujours avec le clan dans sa totalité — forme un tol herleh, groupe lié par un même pacte ou xeer dont l’un des principes est l’interdiction de la violence (Lewis, 1961). Le xeer codifie la conduite des individus en matière d’initiation, de mariage, de funérailles, de droit foncier, de règlement des conflits, etc. Sa sphère d’application peut être élargie à plusieurs tol herleh. À la suite d’assemblées démocratiques (shir), et conformément au même principe de négociation, les infractions ou, à l’extérieur de la juridiction d’un même xeer, les conflits ayant entraîné mort d’homme (dil) peuvent être réparés ou apaisés moyennant le versement de la dette de sang (mag, fixée traditionnellement à cent dromadaires pour la mort d’un homme, cinquante pour celle d’une femme). Au sein du tol herleh,enfin, chaque individu appartient à une sorte de mutuelle (mag wadaag, encore désigné par le terme arabo-anglais diya paying group). Formé de plusieurs familles, le diya paying group est destiné à faire face collectivement aux dettes de sang ou à des amendes imposées à la suite d’infractions aux règles du xeer. À l’intérieur comme à l’extérieur d’un clan, une dette non payée entraîne la guerre privée (feud) entre diya.

11Enfin, un troisième type d’association, dénommé gaashaanbuur, est destiné à former des alliances purement militaires entre segments autonomes, indépendamment de tout pacte constitutionnel comme le xeer. Généralement conclu entre des sous-clans ou des lignages faibles ou marginalisés, le gaashaanbuur peut réunir des lignages non parents, voire éloignés géographiquement. Son terme est imprévisible, une défaite militaire provoquant généralement sa dissolution (Prunier, 1997 : 385).

12Si la violence fait l’objet, chez les Somali, de mesures de préventions particulières, c’est que le risque de son occurrence est entretenu, à la fois par les rudes conditions de l’existence et par les dispositifs culturels propres à une société de nomades amenée à se défendre par les armes contre la menace permanente de razzias (ghazzua ou vol de bétail). L’un des caractères des groupes gentilices somali (clans, sous-clans ou lignages) est en effet que, quoique possédant les attributs de corporate group, ils n’ont pas d’attache résidentielle ou territoriale précise (Djama, 1997 : 407). Une telle particularité résulte, semble-t-il, du caractère imprévisible du régime des pluies qui, en imposant une transhumance irrégulière, exclut toute forme d’appropriation privative (individuelle ou collective) des ressources pastorales. Ainsi les groupes de transhumance sont-ils exposés à se heurter en permanence au sein de l’espace englobant somali. « Cette violence traditionnelle aux buts simples et fonctionnels, écrit Gérard Prunier, est à la fois éternellement récurrente et relative. Si la paix n’est jamais qu’un état provisoire, lié à l’absence temporaire de querelles et à de bonnes pluies, la guerre est, elle aussi, un état provisoire visant certains objectifs sous certaines conditions et s’arrêtant lorsque les uns sont atteints ou que les autres ont changé » (Prunier, 1997 : 383).

13Contre les risques d’une interprétation substantiviste des conflits contemporains dans cette région d’Afrique, une approche historiciste met en évidence le rôle joué par des facteurs de changement. Comme le remarque justement Prunier (1997), au cours des deux siècles précédents, de nouveaux types de conflits dont la nature était bien différente des conflits traditionnels apparurent dans l’espace culturel somali. La diffusion, au milieu du xixe siècle, d’un islam rigoriste et défenseur de la chari’a (lutte contre les saints locaux et les vestiges religieux préislamiques, séparation stricte des sexes, condamnation du commerce de l’ivoire) perturba en premier lieu l’autorité des chefs lignagers et jusqu’aux fondements du xeer dont bien des énoncés s’écartaient de la loi prophétique (ibid. : 387). En se distinguant des motifs et des enjeux habituels de la guerre (violation du xeer, vol de bétail, homicide, etc.), cette offensive créait une situation de confrontation inédite entre les groupes réformistes et les autres dont les alliances antérieures pouvaient être mises à mal par l’infiltration insidieuse des partisans du changement. Dans la guerre de conversion qui suivit, l’un et l’autre des protagonistes durent faire appel à des alliances nouvelles sur le mode, jusque-là secondaire, du gaashaanbuur. En l’absence de code commun (chaque camp niant en quelque sorte le code de l’adversaire), les adversaires s’affrontèrent avec une violence extrême (ibid.).

14Une situation similaire se présenta à l’occasion des premières guerres anticoloniales. Dressant initialement les Somali contre les étrangers envahisseurs, elles opposèrent également plusieurs groupes somali dont certains avaient pactisé avec l’ennemi. Dans cette circonstance, comme dans celle précédemment mentionnée, les positions des groupes ennemis échappaient aux règles du xeer,rejetant du même coup les formules habituelles de règlement pacifique des conflits. C’est ainsi que l’antique principe de la dette de sang devenant caduc, la guerre totale succéda aux conflits limités de voisinage.

15Engagé à la fin du xixe siècle sous l’effet des rivalités entre puissances européennes, le dépeçage brutal de la Somalie fut d’autant plus vivement ressenti que les Somali dans leur ensemble présentaient, sur un même territoire (appelé aujourd’hui « Grande Somalie » par les partisans de l’irrédentisme), une extraordinaire unité culturelle et linguistique. Entre 1886 et 1887, la province de l’Ogaden fut annexée par l’Éthiopie tandis que le Wajir, situé au sud du territoire, était incorporé à la nouvelle colonie britannique du Kenya. Le reste du pays (Issa, Mijourtine, Benaadir) fit l’objet d’un partage entre la France (colonie de Djibouti), la Grande-Bretagne (Somaliland) et l’Italie (Somalia). Devenu indépendant en 1960, l’État de Somalie dut se contenter de réunir les deux territoires du Somaliland et de la Somalia italienne, formant ainsi, sur une grande moitié de son espace virtuel, un ensemble ethniquement homogène. Les autres parties de la Grande Somalie demeurèrent enclavées sous les anciennes dominations étrangères. Cas unique en Afrique d’un État mono-ethnique, la Somalie fut aussi le seul État africain refusant de reconnaître le caractère intangible des frontières coloniales, principe incorporé dans la charte de l’Organisation de l’unité africaine (oua). Cette situation ne connut aucun changement à l’issue de l’accession à l’indépendance du Kenya (1963), puis de Djibouti (1975). Quant à la question de l’Ogaden, elle fut étroitement liée à l’évolution politique de l’Éthiopie et à l’intervention de l’Union soviétique.

  • 2 En quelques jours, un consortium militaire russo-cubain réalisa l’un des plus grands ponts aériens (...)

16Intronisé en 1960, le premier gouvernement somalien engagea une première guerre contre l’Éthiopie (1961-1964). L’attaque somalienne se heurta à la forte résistance de l’armée éthiopienne, assistée de conseillers américains. Renversé en 1969, le gouvernement civil somalien dut céder la place à une junte militaire, laquelle fit appel à l’Union soviétique pour développer l’armée et l’aviation — devenue en quelques années la plus moderne d’Afrique. Sous la férule du dictateur Siad Barre, la Somalie flirta avec le socialisme et modernisa le pays (adoption de l’alphabet latin en 1972, campagnes massives d’alphabétisation, etc.), engageant simultanément une campagne intense de lutte contre le clanisme (interdiction aux enfants de révéler à l’école leur appartenance clanique). Profitant des troubles provoqués par la révolution éthiopienne de 1974 (règlements de comptes au sein du Comité révolutionnaire, première rébellion de l’Érythrée, etc.), l’armée somalienne attaqua de nouveau l’Éthiopie. Celle-ci implora, mais en vain, le secours des États-Unis, qui étaient désireux de sanctionner les violations des droits de l’Homme et les politiques de nationalisations engagées par le Dirgue éthiopien. Contre toute attente, celui-ci négocia alors une assistance soviétique2. Ce spectaculaire renversement d’alliance eut son pendant sur le versant somalien. Rompant avec l’Union soviétique, Siad Barre signa avec les États-Unis des accords de coopération. La Somalie bascula dans le camp occidental, renonçant du même coup à réclamer le Wajir (peuplé d’habitants somali) au Kenya, fidèle allié des États-Unis.

17La fin de la guerre de l’Ogaden augurait l’effondrement prochain de l’État somalien. Repliés dans l’ancien Somaliland, les réfugiés de l’Ogaden et les restes de l’armée somalienne se heurtèrent aux clans locaux dont ils occupaient, à leurs yeux légitimement, les « territoires » habituels de transhumance. L’antique question de l’inscription territoriale se reposait cette fois à grande échelle dans un contexte de sécheresse et de pénurie. Des heurts s’en suivirent qui dégénérèrent rapidement en guerre civile (1982). Dans ces circonstances, les règles anciennes de règlement du mag devenaient d’autant plus difficiles à mettre en œuvre que, en raison de la puissance nouvelle des armements modernes, le nombre élevé des victimes rendait presque impossible le paiement des compensations coutumières. Tandis que, à la suite du maintien des formules traditionnelles d’alliance (dorénavant surtout du type gaashaanbuur), la guerre civile se propageait à travers tout le pays, la chute de Siad Barre (1991) entraînait de nouvelles disputes pour le pouvoir, bientôt assorties de leur cortège de massacres, de haine et de vengeance non assouvie. En 1991, l’ancien Somaliland fit sécession, échappant ainsi aux combats les plus violents entre clans du Sud.

18À l’issue de l’intervention américaine en 1993, la Somalie a disparu en tant qu’État — l’ancien Somaliland ayant entre-temps recouvré un semblant de gouvernement autonome —, la question de l’Ogaden n’est pas réglée et les incidents y sont nombreux. On sait, depuis le début des années 1980, que la province recèle d’énormes quantités de gaz naturel. Pour son exploitation, le gouvernement éthiopien a sollicité et obtenu l’aide controversée de la Banque mondiale.

2. Les guerres entre groupes statutaires ethnicisés

19Incluant les États du Rwanda et du Burundi, les provinces congolaises du Kivu et de l’Ituri, la partie occidentale de l’Ouganda et l’extrémité occidentale de la Tanzanie, la région montagneuse dite des Grands Lacs est située au centre de l’Afrique, de part et d’autre de la crête volcanique qui forme une ligne de partage des eaux entre le fleuve Nil à l’est et le fleuve Congo à l’ouest (chaîne des monts Mitumba). Le climat est de type équatorial d’altitude. Les terres sont fertiles et permettent des cultures intensives de céréales, bananes plantain, tubercules, café, thé, ainsi que l’élevage de bovins. C’est aussi une région riche en bois précieux (dans les zones forestières) et en ressources minérales rares (or, diamants). Les densités démographiques rurales sont parmi les plus élevées du monde : de 200 à 500 au kilomètre carré (en Afrique même, des situations comparables ne se rencontrent que dans le sud du Cameroun, au centre du Kenya et dans le nord-est de la Tanzanie). Dans sa majorité de langue et de culture bantoues, mais marquée par l’influence couchitique, la population est socialement et statutairement stratifiée. Jusqu’à l’époque coloniale, plusieurs royaumes, répartis entre le Rwanda (débordant à l’époque sur le Kivu), le Burundi, l’Ouganda et la Tanzanie, se sont partagé le gouvernement de la région. Au Rwanda et au Burundi, trois groupes statutaires interdépendants coexistent : les Tutsi (environ 10 %), les Hutu (presque 90 %) et les Twa (pourcentage inférieur à 1 %). Dotés d’ethnonymes spécifiques (mais avec les mêmes caractéristiques par ailleurs), ces groupes sont également présents dans les zones frontalières du Kivu et de l’Ituri congolais, de la Tanzanie et de l’Ouganda où ils cohabitent avec d’autres populations bantoues. Tutsi, Hutu et Twa partagent les mêmes attributs culturels : même langue, même mythe d’origine, même système de parenté (parfois mêmes clans), mêmes rituels, mêmes usages de la vie quotidienne, etc. Ils se distinguent de trois façons.

20Par l’orientation professionnelle, correspondant à une ancienne division du travail : quoique l’activité agropastorale soit aujourd’hui dominante partout, les Tutsi sont plus fréquemment éleveurs, les Hutu agriculteurs sans bétail — la situation inverse n’étant nullement inconnue. Apparentés aux Pygmées de la forêt congolaise, les Twa, initialement chasseurs-collecteurs (twa signifie « chasseur » en kinyarwanda), mais aujourd’hui expulsés de la forêt, étaient naguère musiciens et danseurs ambulants, plus communément domestiques, manœuvres, éboueurs, fossoyeurs, etc., l’ensemble de ces tâches correspondant à leurs anciennes fonctions à la cour des monarques (où ils faisaient également office de bourreaux). Traditionnellement, les femmes twa sont potières.

21Par le rang : les Tutsi sont en majorité nobles, à la différence des Hutu, le plus souvent roturiers. Les Twa ont un statut infériorisé de serviteurs. Ces identités sont transmises exclusivement par voie agnatique, mais les intermariages sont relativement fréquents et les ennoblissements (kiwihutura) étaient autrefois possibles (et même relativement fréquents au profit des Hutu enrichis, notamment au Burundi où la monarchie était probablement d’origine hutu). Les différences de rang avaient leur prolongement dans des différences de statut politique et de richesse, beaucoup moins sensibles aujourd’hui où se rencontrent fréquemment des Tutsi pauvres. Le système foncier reconnaissait la propriété de la terre aux lignages, indifféremment tutsi ou hutu, chaque lignage propriétaire pouvant, sous réserve d’une obligation de protection, entretenir des clients (créanciers en bétail, outils ou semences, tenanciers d’une parcelle de terre). La majorité des clients était hutu, mais la situation inverse pouvait se présenter.

22Par le type physique : les Twa ont le type pygmée, la majorité des Tutsi ont un phénotype éthiopien et longiligne, type également répandu chez les Hutu, mais de manière moins fréquente et avec un caractère moins accentué. L’ethnohistoire apporte la confirmation que, issus de pasteurs oromo arrivés au xve siècle, les ancêtres des Tutsi s’acculturèrent aux Bantous après les avoir dominés politiquement. Les colonisateurs européens de la région : britanniques en Ouganda, allemands puis belges au Rwanda-Burundi, belges au Congo, ont largement contribué à essentialiser ces différences physiques en assurant la diffusion d’un schéma ethnico-racial connu sous le nom d’« hypothèse hamitique » (Adam, 1988 ; Tornay, 1995). Cette construction idéologique, de caractère explicitement raciste, s’appuie sur les théories diffusionnistes de l’école de Vienne reprises par plusieurs africanistes du début du siècle (Baumann et Westermann, les époux Seligman, etc.). Les prédicats de l’hypothèse hamitique sont les suivants :
– tous les faits de civilisation observés en Afrique — entendant par là des traits culturels caractéristiques des sociétés euro-méditerranéennes tels que la monarchie héréditaire, la division de la société en classes sociales, la croyance en un dieu créateur, l’architecture de pierre du grand Zimbabwe, les pyramides de Nubie, etc. — sont attribués à des peuples étrangers à l’Afrique et apparentés aux anciens Égyptiens. Ces peuples sont appelés Hamites ou Chamites ;
– ces Hamites sont des « Blancs » à peau noire. Les grands pasteurs, tels que les Peul, les Maasai, les Samburu, etc., sont aussi des descendants de ces « faux nègres » chez qui se reconnaît la marque égyptienne de l’adoration du taureau Apis ;
– les Tutsi sont des Hamites. Après avoir dominé et « civilisé » les Hutu, ils sont en quelque sorte voués à prendre en charge les responsabilités du pays. C’est à eux, par conséquent, que s’adressent en priorité les institutions éducatives destinées à promouvoir une « élite » de gouvernement.

a) La guerre au Rwanda et au Burundi

23Ayant évincé de fait les anciennes monarchies, les administrations coloniales allemande et belge renforcèrent les pouvoirs territoriaux des chefferies locales au sein desquelles les chefs vassaux hutu furent écartés et remplacés par des Tutsi. C’est ainsi que la majorité des Hutu extrémistes d’aujourd’hui appartiennent à des clans originaires du nord du Rwanda, autrefois titulaires de chefferies et dépossédés à l’époque coloniale. Par ailleurs, le gouvernement colonial et l’Église catholique recomposèrent les identités des deux groupes tutsi et hutu sur des bases raciales :
– dès 1931, les cartes d’identité firent mention du groupe d’appartenance ;
– sur instructions de la hiérarchie ecclésiastique, on réserva l’accès des écoles secondaires aux enfants tutsi ;
– en 1950-1951, une grande enquête anthropométrique fut menée au Rwanda et au Burundi. Ses conclusions, largement diffusées dans les deux pays, établissaient de pseudo-corrélations entre types physiques, aptitudes intellectuelles et statuts sociaux (Tutsi intelligents, contemplatifs, réservés, aptes aux fonctions de commandement ; Hutu peu intelligents, naïfs, paresseux, timides, joyeux, faits pour obéir et d’ailleurs doués pour l’agriculture, etc.).

24Reproduites jusque dans les écoles par les soins de l’administration coloniale, les images respectives des Tutsi, descendants des souverains égyptiens ou éthiopiens, et celles, tout à fait dépréciatives, des Hutu, réputés frustres et inaccessibles à l’éducation, se sont, aux dires de tous les observateurs, imprégnées dans les consciences. Acquise en 1962, l’indépendance a entériné la division pseudo-ethnique et entretenu ou consolidé des réseaux de solidarité politique au sein de chaque communauté. L’adéquation de l’identité communautaire et de l’identité politique était accomplie. Comment a-t-elle pu conduire ses effets jusqu’au génocide ? Aucune réponse claire, sans doute, n’a été jusqu’ici apportée à cette question. Après beaucoup d’autres auteurs, mentionnons, cependant, quelques-unes des étapes du processus de « recomposition identitaire » dans lequel on peut rechercher quelques éléments d’explication.

25Dans les dix années qui précédèrent l’indépendance, une fraction de l’Église catholique, sous l’influence de l’Action catholique, opéra son mea culpa et entreprit la promotion des Hutu. De là fut issue la création d’un parti hutu au Rwanda qui dénonça la collaboration des Tutsi avec l’administration coloniale belge. Après avoir remporté successivement les élections communales et législatives destinées à préparer l’indépendance, le parti hutu recueillit, contre toute attente, le pouvoir politique en 1962. Fut alors appliquée au Rwanda une politique brutale de contre-discrimination et de règlement de compte à l’encontre des Tutsi : expulsion de la fonction publique, numerus clausus dans les écoles, humiliations publiques, emprisonnement et exécutions des protestataires, etc. De nombreux Tutsi s’enfuirent en Ouganda. De complot en révolte et en répression, l’antagonisme intercommunautaire ne cessa de s’aggraver au cours des années, attisant la soif de vengeance. Dorénavant installée au cœur du pays, la guerre civile chronique produisit, dans un raccourci saisissant, toujours plus de victimes : 10 000 morts en 1964 ; 40 000 morts en 1973 ; peut-être 100 000 morts en 1991 ; au moins 700 000 morts chez les Tutsi et une partie des Hutu libéraux en 1994. Depuis lors, les Tutsi ont repris le pouvoir et 1,5 million de Hutu (parmi lesquels les principaux responsables des massacres) se sont enfuis dans le Kivu congolais (la plupart ont regagné leur pays après 1996).

26Au Burundi, l’évolution fut comparable : à l’indépendance, les élections furent gagnées par les Hutu, mais, en 1966, un coup d’État donna le pouvoir aux Tutsi. En 1972, une guerre civile entraîna la mort d’au moins 200 000 Hutu. Détenu par des Tutsi, le gouvernement actuel résiste difficilement à une situation de guerre civile chronique.

b) L’extension de la guerre au Kivu congolais

27Dans le Kivu congolais, voisin oriental du Rwanda et du Burundi, vit une forte minorité de Tutsi et de Hutu appelés tous deux Banyarwanda, le restant de la population appartenant à d’autres groupes bantous (Nande Nyanga, Hunde, etc.). Certains de ces Banyarwanda sont installés au Kivu depuis plusieurs siècles, d’autres sont arrivés à l’incitation des autorités belges, désireuses d’écouler vers le Kivu, moins peuplé, les surplus de la population rwandaise et burundaise (Mathieu et Tsongo, 1998). Après l’indépendance du Congo, la nationalité congolaise fut refusée à la majorité des Banyarwanda au motif qu’ils étaient des immigrés récents. L’animosité existant à leur égard fut attisée du fait qu’ils occupaient au Kivu des positions dominantes, en particulier s’agissant des Tutsi (propriétaires de nombreuses fermes d’élevage, de fromageries, d’entreprises commerciales, etc.). En 1993, à la suite d’incidents sur un marché, plus de 7 000 Banyarwanda furent massacrés au Kivu par leurs voisins congolais se proclamant autochtones. Faisant bloc à l’époque contre leurs agresseurs, Hutu et Tutsi subirent ensemble au Congo ce qu’ils s’infligeaient les uns les autres au Rwanda et au Burundi. En 1994, toutefois, plus de un million de Rwandais — Tutsi dans un premier temps, Hutu ensuite — déferlèrent sur le Kivu, cherchant refuge dans leurs communautés d’appartenance respectives. En même temps que cette arrivée massive attisait l’affrontement avec les Congolais, elle transportait chez les Banyarwanda la guerre civile rwandaise. La situation devenait dès lors incontrôlable :
– aidés des armées ougandaise et burundaise, les nouveaux dirigeants tutsi du Rwanda (fpr, Front patriotique rwandais et apr, Armée patriotique rwandaise) décidèrent de pourchasser au Kivu les vestiges de l’ancienne armée rwandaise (Forces armées rwandaises ou far), au sein de laquelle se cachaient les principaux responsables du génocide (milices hutu Interhamwe), et dont ils redoutaient le retour offensif ;
– chargée de maintenir l’ordre et de faire face aux pillages commis par les ex-far, l’armée congolaise (dont les soldats n’étaient plus payés depuis plusieurs mois) en profita pour piller à son tour les principaux troupeaux tutsi. Le Kivu, jusque-là vitrine de l’Afrique centrale, fut entièrement et durablement ruiné ;
– la communauté banyarwanda du Kivu se scinda en deux blocs irréductibles. Les Tutsi du Sud-Kivu (dits localement Banyamulenge) organisèrent la résistance contre l’armée congolaise, en concertation avec leurs alliés rwandais, ougandais et burundais. Des actions de représailles furent engagées contre les Congolais dits « autochtones », responsables des massacres de 1993. De part et d’autre, des milices virent le jour (en particulier, du côté « congolais », les Mayi Mayi) ;
– exploitant le mouvement de mécontentement contre le général Mobutu, l’un des dirigeants historiques de l’opposition congolaise, Laurent-Désiré Kabila constitua vers le milieu de 1996, et avec l’appui d’un consortium international — dans lequel figuraient le Rwanda, le Burundi, l’Ouganda, mais aussi l’Afrique du Sud et les États-Unis —, une importante milice. Ce fut là le prélude de l’offensive devant conduire, en 1997, au renversement de Mobutu.

c) La guerre civile en Ouganda et l’intervention ougandaise dans le Kivu congolais

28Autrefois dominé par des monarchies bantoues (royaumes d’Ankole, du Bunyoro, du Buganda), l’Ouganda devint indépendant en 1962, après soixante-dix ans de domination britannique. Initialement confié à une monarchie ganda, héritière du trône, le pouvoir passa successivement entre les mains du socialiste Obote, Nilotique du Nord, puis du dictateur Idi Amin Dada, musulman acholi (autre groupe nilotique). Renversé en 1979 à la suite d’une intervention tanzanienne, Amin Dada céda la place à un régime à prétentions démocratiques. À la suite d’une nouvelle guerre civile, le pouvoir revint en 1982 au socialiste Yoweri Museveni, d’origine ankole (groupe bantou de l’Ouest apparenté aux Tutsi du Rwanda).

29Les divisions du pays reposent sur un découpage complexe d’origine ethnique, mais aussi religieuse et sociale. Deux grands groupes linguistiques se partagent le pays : les Nilotiques (Acholi, Longo, Teso, Jie, Karamojong, etc.) peuplent la région située au nord du grand lac Kioga ; les Bantous (Ankole ou Banyankole, Banyoro, Baganda, Basoga, Kavirondo, etc.) occupent la partie sud du pays, le long des rivages du lac Victoria et entre les frontières congolaise et kényanne. Alors que, à l’intérieur de ces deux grands groupes linguistiques, les différents groupes ethniques ne présentent guère d’unité (à l’exception de ceux incorporés dans l’ancien royaume de Buganda), la différenciation ethnico-linguistique est traversée par une importante division religieuse : celle qui sépare les musulmans (Nilotiques du Nord-Ouest et partie des Baganda), les chrétiens (partie catholiques, partie protestants, en rivalité chez les Baganda), et les adeptes des religions africaines (Karamojong, Jie et partie des Nilotiques du Nord), ces derniers en position minoritaire. Enfin, les groupes bantous connaissent une importante différenciation statutaire de caractère héréditaire analogue à celle existant au Rwanda et au Burundi entre Tutsi et Hutu. C’est ainsi que l’actuel président Yoweri Museveni est un hima (aristocrate) munyankole.

30Allié des gouvernements tutsi du Rwanda et du Burundi, l’Ouganda est intervenu à deux reprises sur le terrain congolais : une première fois en 1997 pour soutenir l’entreprise de renversement du régime de Mobutu par Laurent-Désiré Kabila ; une seconde fois, à partir de 1998, pour renforcer, à la suite d’un retournement d’alliance, plusieurs mouvements de guérillas hostiles à Kabila.

31On a tenté d’expliquer l’intervention ougandaise en rdc par des pressions de la part des intérêts américains — alliance avec les Tutsi du Rwanda et du Burundi pour imposer une hégémonie hima-tutsi sur la cuvette congolaise, le tout en assurant la protection des zones minières stratégiques et en favorisant l’implantation d’entreprises américaines dans la région. Une autre interprétation (Prunier, 1999) met l’accent sur des intérêts propres à l’Ouganda. L’est du Zaïre (Nord et Sud-Kivu, Shaba) est une des régions les plus riches d’Afrique (exploitation de bois précieux, plantations de thé, café, quinquina, mines d’or, de diamant, de cuivre, etc.). En l’absence de liaison régulière avec Kinshasa, capitale de la rdc (à deux mille kilomètres à vol d’oiseau à l’ouest), une partie importante des relations économiques du Kivu (fournitures d’essence et d’articles manufacturés, exportations de café, de bétail et de métaux précieux) s’opère, tant bien que mal, en direction de l’océan Indien, via Kampala (relié à Mombasa par chemin de fer), Kigali ou Bujumbura (reliés à Dar-es-Salam par de bonnes routes et le chemin de fer transtanzanien). Bénéficiaire aux quatre pays des Grands Lacs (Rwanda, Burundi, Tanzanie et Ouganda), le trafic du Kivu serait encore davantage profitable à l’Ouganda dans l’hypothèse d’une route moderne reliant les deux versants de la chaîne des Mitumba (séparant le Kivu de Kampala). Conscient en son temps de cette menace, Mobutu, pour s’en défendre, entreprit, aux dires de certains, de provoquer le renversement de Museveni (Prunier, 1999). Ancien allié du régime de Khartoum, l’ancien chef de l’État zaïrois pouvait aussi compter sur le fait que les islamistes du Nord-Soudan étaient des ennemis déclarés de l’actuel chef d’État de l’Ouganda, ami et ancien condisciple à l’université de Dar-es-Salam de John Garang, le chef des rebelles du Sud. C’est ainsi que, pour abattre Museveni, Khartoum arma et finança trois guérillas ougandaises implantées à la frontière du Soudan et (avec le soutien de Mobutu) dans le nord du Zaïre : le Lord’s Resistance Army (lra), petit mouvement millénariste à recrutement acholi (nilotique) ; le West Nile Bank Liberation Front (wnblf), ancienne milice du général Idi Amin, également nilotique ; l’Allied Democratic Front (adf), mouvement issu de la secte islamiste Tabliq et recrutant dans une population de miséreux (Prunier, 1999 : 46). En 1997, l’intervention ougandaise en rdc fut donc à la fois offensive et défensive : asseoir les intérêts ougandais au Kivu ; mettre fin aux agissements d’activités subversives opérant principalement à partir du Zaïre.

32L’initiative de Museveni se solda d’abord par un succès. En paiement de services rendus à Kabila, Museveni obtint d’importantes concessions de mines d’or à Kilimoto, au nord-est du Kivu. En mai 1997, alors que Kabila était intronisé à Kinshasa, le wnblf, principale guérilla subversive, était écrasé à la frontière soudano-zaïroise. Décidé à venir à bout des autres guérillas, et perdant déjà confiance dans les capacités de Kabila à rénover le pays, Museveni décida néanmoins de maintenir ses troupes au Kivu. La situation devenait gênante pour Kabila, soucieux de restaurer l’autorité de son gouvernement sur l’ensemble du territoire congolais. Pendant ce temps, le corps expéditionnaire ougandais, un peu livré à lui-même, vivait en territoire conquis, pillant les ressources du pays, pratiquant le trafic du bois précieux, de l’or et des diamants, s’emparant des stocks de commerçants, des véhicules de transport, des réserves de carburant (Perrot, 1999). Tirant prétexte de la situation, Kabila se rapprocha des guérillas ougandaises, jusqu’à leur apporter son aide au début de 1998. Répliquant à Kabila, et cherchant à restaurer l’image de son armée dans la région, Museveni donna des gages au Mouvement de libération congolais (mlc), principal mouvement d’opposition à Kabila, très implanté dans la province de l’Équateur. En 2000, le mlc avait mobilisé près de quinze mille hommes et occupait tout le nord de la rdc. Il supplantait ainsi largement le rcd (Rassemblement démocratique congolais), surtout composé de Tutsi congolais banyamulenge (Prunier, 1999). Il est clair que l’Ouganda et le Rwanda tirèrent parti de cette situation, toute la production aurifère des provinces de l’Équateur et du Haut Zaïre échappant à Kinshasa et transitant dorénavant par Kampala et Kigali.

33Toutefois, les initiatives de Museveni se heurtèrent aux ambitions concurrentes des gouvernants du Rwanda et du Burundi, désireux, au même titre que l’Ouganda, de s’approprier les importants marchés du Sud-Kivu. Également soucieux de protéger leur frontière des incursions de rebelles hutu (l’Union des forces vives pour la libération et la démocratie regroupant les ex-far rwandais, les Mayi Mayi congolais et, au nord, les Interhamwe, sans compter les petits groupes de rebelles burundais), ils s’efforcèrent d’étendre leurs zones respectives d’influence en territoire congolais (ibid.).

34À la fin de l’an 1998, la situation de l’armée ougandaise était de plus en plus difficile : coût exorbitant du corps expéditionnaire (1 million de dollars par mois pour 15 000 hommes d’après Prunier, 1999), dissensions croissantes entre jeunes recrues et officiers (Barnes, 1999 : 126). Dans les rangs de l’armée et jusqu’au sommet de la hiérarchie, les trafics en tout genre étaient devenus monnaie courante : commissions sur les fournitures, vente de matériel militaire, de carburant et de vivres ; détournement de la solde des hommes de troupe, y compris de ceux dont la mort n’avait pas été déclarée à l’administration (Prunier, 1999 : 51 ; Perrot, 1999 : 65).

d) Les rebondissements de la crise des Grands Lacs

35Parvenu au pouvoir, Kabila chercha en vain, comme on vient de le mentionner, à obtenir le retour dans leur pays des armées de l’Ouganda, du Rwanda et du Burundi. À partir du mois d’août 1998, il s’engagea dans une seconde guerre civile qui dressait, cette fois contre lui, une coalition un peu hétéroclite d’opposants divers : nostalgiques du mobutisme et populations tutsi de la région du Kivu appuyés par l’Ouganda, le Rwanda et le Burundi, alliés d’hier devenus les principaux ennemis extérieurs du nouveau régime. De son côté, Kabila pouvait compter, à l’époque, sur l’aide de plusieurs pays étrangers : Angola (qui attendait de Kabila une attitude sans concessions vis-à-vis de l’Unita dont une fraction était réfugiée au Congo), Namibie (alliée de l’Angola et souffrant elle-même des incursions de l’Unita), Soudan (ennemi de l’Ouganda en raison du soutien apporté par ce pays à la rébellion sudiste de John Garang), Zimbabwe. En contrepartie, Kabila offrit d’importants avantages financiers et commerciaux. C’est ainsi que le président du Zimbabwe, Robert Mugabe, obtint deux concessions de diamants au Kasai par l’entremise de la société Oryx Diamonds, filiale de Petra Diamonds, société sud-africaine contrôlée par divers intérêts zimbabwéens, congolais, omanais, etc. Par ailleurs, des proches de Robert Mugabe prirent une participation majoritaire dans la Gécamines, principale mine congolaise de cuivre, cobalt et zinc.

36Environ 40 000 soldats étrangers et un nombre indéterminé de Congolais (50 000 à 100 000 ?) étaient engagés en rdc en 1999. En dépit du caractère occasionnel des combats, le conflit avait déjà provoqué à cette époque plusieurs centaines de milliers de victimes (essentiellement des populations civiles d’après les évaluations des ong, les armées ou les milices faisant le vide sur leur passage, massacrant ou chassant les villageois). Quoique des accords de paix eussent été signés entre les belligérants à Lusaka (Zambie) au mois de juillet 1999, ils ne furent, dans les mois qui suivirent, respectés par personne.

3. Les guerres de milices (Congo, Sierra Leone)

a) La guerre civile en république du Congo (Brazzaville)

37L’histoire politique récente du Congo est marquée par l’instabilité chronique et la violence. Indépendant en 1960, le Congo, d’abord sous le patronage de l’abbé Youlou, puis sous l’égide de gouvernements militaro-marxistes, a connu un régime de parti unique jusqu’en 1992. Au cours de cette période, la révolution de palais et l’assassinat politique furent les modes habituels de l’alternance.

38Ancienne colonie française, le Congo appartient à la zone équatoriale forestière. Sa population, au nombre d’environ 2,5 millions de personnes (correspondant à une densité très faible de 7 habitants au kilomètre carré), est formée, à l’exception de petites minorités oubanguiennes, de groupes bantous organisés conformément à un modèle lignager répandu dans la région. Trois types de populations, culturellement proches les unes des autres, coexistent dans le pays : au nord, des groupes d’agriculteurs-chasseurs sont dispersés dans les marécages forestiers de la cuvette congolaise (Sangha, Mbochi) ; au sud, plus densément peuplé, plusieurs sous-groupes kongo, débordant largement sur la rdc voisine et sur l’Angola, sont les héritiers des peuples du Mani-Kongo, ancien royaume disparu au xviiie siècle (Lari, Bembe, Vili, etc.) ; à l’ouest et au centre, des sociétés plus disparates, débordent largement sur le Gabon dont le Congo n’était pas séparé dans les débuts de l’époque coloniale (Teke, Mbere, Punu, etc.). Deux langues véhiculaires coexistent (kikongo et lingala), fédérant un petit nombre d’idiomes vernaculaires, assez peu différenciés.

39Riche en pétrole, le Congo représente le prototype du pays rentier, les recettes pétrolières assurant plus de 80 % des recettes d’exportation. Ancienne capitale de l’aef et limite occidentale de navigabilité du fleuve Congo, Brazzaville a concentré les activités administratives et tertiaires tandis que, reliée à Brazzaville par chemin de fer, Pointe-Noire devenait le port majeur de l’Afrique centrale. C’est ainsi que — situation favorisée par l’existence de la rente pétrolière — le Congo détient aujourd’hui le record africain de la population urbaine (75 %) et celui de la plus faible production intérieure par tête. De surcroît, la plupart des activités commerciales ou artisanales sont tenues par des étrangers (Africains de l’Ouest, Zaïrois). Important la quasi-totalité des biens de première nécessité (manioc, farine, poisson, viande, tissus, ciment, carburants, etc.), le Congo est, en dépit de ses importantes ressources extérieures, le pays ayant atteint (par tête d’habitant) le taux d’endettement le plus élevé du continent. L’hypertrophie de la fonction publique (88 000 fonctionnaires en 1992) entretient une importante classe moyenne, laquelle alimente à son tour une forte demande scolaire. La mauvaise gestion des finances publiques a entraîné depuis longtemps de graves défaillances dans le fonctionnement des services publics (écoles, hôpitaux, réseau routier, etc.) ainsi qu’un retard chronique dans le paiement des salaires des fonctionnaires (jusqu’à quinze mois en 1988). Pendant plusieurs décennies, le système clientéliste a apporté des correctifs à cette situation, chaque patron redistribuant une partie de ses détournements, intervenant pour l’inscription des enfants à l’école, faisant pression auprès des autorités académiques pour le relèvement des notes d’examen, facilitant l’embauche de ses clients dans la fonction publique, etc. (Dorier Apprill, 1996a).

40En bloquant le fonctionnement du système clientéliste, la conjoncture internationale a progressivement acculé le Congo à une impasse. Dans un premier temps, la chute brutale des cours du pétrole en 1986 a privé le gouvernement d’une partie de ses recettes, le contraignant à emprunter pour faire face à ses dépenses inconsidérées (rémunération de milliers de fonctionnaires inutiles, financement à perte des entreprises publiques, gaspillages des dirigeants, etc.). En 1990, la fermeture de la ligne de chemin de fer évacuant vers la ville congolaise de Pointe-Noire le minerai de manganèse du Gabon (ligne dite comilog) affectait durablement l’activité de cette métropole portuaire (dorénavant surpassée par Douala). À la fin de 1990, la dette extérieure du pays représentait plus du double du pnb — compte tenu de l’effondrement de la production intérieure, elle est aujourd’hui évaluée à un montant équivalent à quatre fois le pnb (Pourtier, 1998 : 31). Dans un second temps, les changements d’orientation de la politique du fmi (réduction des dépenses publiques et du nombre de fonctionnaires, privatisation des entreprises d’État pléthoriques et improductives) suivis de la dévaluation du franc cfa en 1994 précipitèrent le pays dans la crise, les gouvernements se révélant incapables d’affronter une telle situation de pénurie. Alors que la fonction publique, déjà pléthorique, représentait la principale ressource d’embauche, celle-ci était de plus en plus compromise par les mesures de restriction budgétaire imposées par le fmi. Des statistiques datant de 1994 mettent en évidence la gravité, à l’issue de ces mesures, de la situation de l’emploi : 100 000 employés du secteur public ; 16 000 employés du secteur privé ; 200 000 chômeurs (Pourtier, 1998 : 26).

41Dans les débuts des années 1990 — correspondant à l’instauration du pluripartisme —, trois partis se disputent le pouvoir : le Parti congolais du travail (pct), ancien parti unique dirigé par Denis Sassou Nguesso, ex-président de la République ; l’Union panafricaine pour la démocratie sociale (upads), présidée par Pascal Lissouba ; le Mouvement congolais pour la démocratie et le développement intégral (mcddi), animé par Bernard Kolelas. À quelques nuances près, cette division politique exprime à l’époque une division ethnique (ou du moins, on va le voir, « néo-ethnique » ou « ethnicisée ») : le pct recrute massivement dans les populations originaires du Nord, symptomatiquement regroupées à Brazzaville dans la frange nord de la ville ; le mcddi est le parti des Lari, groupe kongo issu du sud du pays et concentré dans les quartiers sud de Brazzaville (Bakongo et Makélékélé) ; l’upads a ses bases politiques chez des groupes minoritaires originaires des régions centre-occidentales du pays.

42Le caractère « ethnique » du découpage politique dans un pays fortement urbanisé comme le Congo résulte en grande partie d’un mode de résidence urbain d’origine coloniale qui a transporté et concentré dans la capitale du pays la répartition territoriale des groupes ethniques dans l’ensemble du pays (Pourtier, 1998). Ne pouvant accéder au centre urbain, occupé exclusivement par les Européens, les migrants se sont progressivement massés à la périphérie, dans l’axe de leurs itinéraires de migration. Tout en empêchant la mixité entre quartiers « indigènes », séparés par la barrière de la ville européenne, ces regroupements ont toutefois occasionné, au sein de chaque quartier, des amalgames culturels entre groupes parfois très variés. C’est ainsi que, sous l’étiquette de Bakongo, ont dû coexister et se recomposer plusieurs sous-groupes bien distincts dans leurs zones d’origine : Lari, Bembe, Mayombe, Vili, etc. Renforcée par l’usage distinctif de certains parlers véhiculaires en pleine mutation (le kikongo, langue commune aux populations du Sud ; le lingala, néo-sabir parlé au nord de Brazzaville et dans une partie du Zaïre), une telle ségrégation géographique a produit de toutes pièces de nouvelles identités « ethniques », fortement territorialisées.

43À l’échelle du pays tout entier, les découpages ethnico-régionaux ainsi recomposés ont engendré des ethnonymes inédits exprimant la fusion de plusieurs groupes ethniques linguistiquement et culturellement proches : Mbochi est le métonyme désignant les populations du Nord, majoritairement adeptes du Parti congolais du travail (pct, ex-Parti communiste) ; Nibolek est un acronyme des trois régions occidentales acquises à Pascal Lissouba (Niari, Bouenza, Lekoumou) ; Tchek est un autre acronyme désignant les provinces voisines de la capitale, démographiquement très majoritaires et apportant leur soutien à Bernard Kolelas.

44Au Congo, comme dans de nombreux pays d’Afrique, la logique ethnique, toutefois, se heurtait à la nécessité de prendre en compte les principes des consultations électorales. Majoritaires dans l’armée — et disposant, avec la force militaire, de la capacité à se saisir du pouvoir par le coup d’État ou la révolution de palais —, les ethnies du Nord demeuraient démographiquement, et donc électoralement, très minoritaires. C’est ainsi que, dominé par ces mêmes populations originaires du Nord, le pct (proclamé « parti unique ») a cherché à élargir sa base électorale et clientéliste, en particulier auprès des groupes minoritaires du Sud tels les Vili, sous-groupe kongo peuplant la région de Pointe-Noire. Inversement, et avec l’alternance du pouvoir, nombreux furent les gens du Nord (en particulier dans les milieux intellectuels), qui, déçus par les fausses promesses du pct, rallièrent le parti de Pascal Lissouba dominé par les ethnies du Sud-Ouest. Situation nouvelle par rapport à un passé récent : seul le parti de Bernard Kolelas (Lari) fut à même de correspondre encore à la définition classique du « parti ethnique ».

45En juin 1992, Pascal Lissouba fut élu président de la République à la suite d’une coalition upads-pct. Toutefois, mécontent de la répartition des portefeuilles ministériels, le pct rejoignit rapidement l’opposition. Incapable de gouverner, Lissouba décida de dissoudre l’Assemblée nationale et réprima dans le sang les protestations de l’opposition. Dès lors la guerre était ouverte : se méfiant de l’armée, composée surtout de gens du Nord, Lissouba créa (avec des fonds publics) une milice présidentielle composée de jeunes originaires de la Bouenza, sa région d’origine (les Cocoyes ou « durs à cuire »). Tour à tour, tous les partis créèrent leur propre milice, certains n’hésitant pas à multiplier leur nombre sur le modèle régimentaire : les Ninja pour Kolelas, les Cobra pour le pct, les Zoulou et les Mamba (nom d’un serpent très venimeux) pour Lissouba, lesquels vinrent doubler la milice présidentielle des Cocoyes. Formées, pour certaines, par des instructeurs étrangers (des Israéliens et des Sud-Africains pour les milices présidentielles), toutes ces milices recrutaient dans les milieux de jeunes chômeurs et semi-délinquants de la capitale, mais aussi dans les villes secondaires de province hypertrophiées par l’exode rural (Owando, Ouesso, Djambala, Kinkala, Mindouli, Mossendjo, Dolisie, etc.). Les miliciens recevaient des per diem, dont le paiement devint vite irrégulier (Bazenguissa-Ganga, 1998).

46Même si la guerre civile prit la forme d’un règlement de comptes entre politiciens, ceux-ci n’auraient pas pu s’opposer militairement sans la participation des milices. Les milices sont au Congo un phénomène de jeunes dont il est impossible de comprendre la genèse sans un bref retour aux dernières années de l’histoire coloniale. Capitale de l’Afrique équatoriale française, Brazzaville a bénéficié très tôt d’un très important équipement scolaire destiné en partie à assurer la formation des fonctionnaires du territoire. Cette situation ne valut pas seulement au Congo d’être l’un des pays les plus scolarisés d’Afrique, elle a entraîné à brève échéance des effets pervers dus à l’hiatus entre la pléthore de diplômés et la quasi-absence de développement agricole et industriel du pays. Dès la fin des années 1950 existait à Brazzaville une jeunesse oisive, sensible aux effets de mode, turbulente et à demi rebelle (Balandier, 1955a ; Adam, 1984). Participant au mouvement culturel néo-congolais — également très actif à Kinshasa dans ses manifestations musicales, théâtrales, vestimentaires, etc. —, la jeunesse brazzavilloise se fit également connaître par des engagements politiques contestataires, tant à l’égard de la puissance coloniale que vis-à-vis des aînés tutélaires, dépositaires du pouvoir familial et redoutés en raison de leur capacité à faire agir des sanctions de caractère surnaturel (sorcellerie lignagère). Alors même que se développaient dans les deux Congo des mouvements politiques anti-sorciers (Balandier, 1955b), des actes de violence à l’encontre de certains vieillards furent signalés à Brazzaville (lynchages, assassinats précédés de tortures, etc.). À l’époque du gouvernement de l’abbé Youlou, premier gouvernement de l’indépendance acquis à la collaboration avec la France, l’opposition socialiste recruta, pour les besoins des manifestations de rue, des groupes de jeunes, rapidement transformés en milices populaires. Bras armé de la jmnr (Jeunesse du mouvement national de la révolution), ces milices, essentiellement formées de gens du Sud, imposèrent leur présence menaçante à l’époque du premier gouvernement socialiste (Massamba-Débat) tout en provoquant l’inquiétude des militaires, en majorité originaires du Nord. Par la suite, et alors que l’exode rural achevait de vider les campagnes de sa jeunesse, les milices furent pour tous les gouvernements des appoints stratégiques essentiels, destinés tant à se protéger des manifestations de rue qu’à contenir les appétits des militaires, toujours suspects de complot contre l’État (Bonnafé, 1968).

47Les milices possèdent des caractéristiques socioculturelles qui mettent en évidence les sentiments ambivalents de leurs membres (rébellion contre les aînés, attachement aux pratiques coutumières) en même temps que leur dépendance vis-à-vis de la classe politique « traditionnelle » :
– les milices sont, en premier lieu, territorialisées en fonction des regroupements ethniques propres à la capitale : les Ninja sont implantés à Bakongo et Makélékélé, quartiers sud peuplés de Lari et de Kongo ; les Cobra ont leur siège à Poto Poto et M’pila, au nord de Brazzaville ; les Zoulou se regroupent dans l’arrondissement de M’filou, situé à l’ouest de la capitale ;
– en dépit de cet attachement ethnico-territorial, les miliciens, en second lieu, entretiennent un vocabulaire humoristique d’autodérision fondé sur des amalgames symboliques typiques de la néo-culture brazzavilloise : jeux de mots dans la construction des acronymes (nibolek), mariage « kitch » des références à envolée cosmopolite (cobra, ninja, cocoye), usage de pseudonymes empruntés à l’actualité internationale pour désigner sur un mode analogique les quartiers en guerre (Beyrouth, Sarajevo) ;
– dans un contexte, enfin, où quatre-vingts pour cent des jeunes miliciens sont nés à Brazzaville (dont certains dans des quartiers recomposés ethniquement) et après avoir connu la mixité ethnique à l’école (Dorier-Apprill, 1996a), les spécificités ethniques se vident progressivement de leur contenu au profit d’un modèle linguistique et culturel typiquement urbain (usage du lingala ou du franco-congolais, adoption du modèle vestimentaire de la sape, diffusion de la musique de style rumba, etc.). Alors que de nombreux miliciens n’éprouvaient pas de préjugé ethnique et se comportaient davantage en mercenaires (c’est ainsi que certains Ninja mécontents s’enrôlèrent chez les Cobra), la dynamique de la lutte a néanmoins renforcé le caractère ethnique du conflit (territorialisation des milices, épuration ethnique des quartiers, repli des Brazzavillois dans les régions ethniquement homogènes). Cependant, la révolte des jeunes contre les aînés a pu sembler plus forte que l’antagonisme interethnique. Ayant servi une cause avec contrepartie sonnante et trébuchante, à défaut de cette dernière, les miliciens se retournèrent facilement contre leurs « parents », n’hésitant pas à piller maisons et véhicules. Rémy Bazenguissa-Ganga (1998 : 53) signale même la destruction de registres d’état civil, gestes de caractère blasphématoire qui effacent symboliquement la relation de parenté.

  • 3 Au terme de ces affrontements, Lissouba et Kolelas se rapprochèrent pour former un gouvernement de (...)

48Les milices se firent une petite guerre pour le contrôle des quartiers, massacrant les opposants à leur cause (2 000 morts en 1993 à Brazzaville) et rackettant jusqu’à leurs propres partisans (ibid. : 52)3.

  • 4 Notons au passage que, dans cette circonstance, comme d’ailleurs à l’occasion du premier affronteme (...)

49En juin 1997, les Cobra, partisans de Sassou, et les milices de Lissouba (Mamba, Cocoye et Zoulou) s’affrontèrent violemment à Brazzaville, entraînant la mort de plus de 5 000 personnes. La ville subit d’importantes destructions. De nombreux Brazzavillois se réfugièrent en province dans leur région d’origine. Après s’être emparé d’un camp de blindés abandonné par l’armée, et grâce à l’aide attendue de l’armée angolaise (débarquée par avion dans le Nord et acheminée par la route), Sassou Nguesso l’emporta en octobre, s’efforçant sans succès, dans les mois qui suivirent, de démanteler les milices adverses4.

50Parallèlement à l’action des milices, il convient également d’examiner le rôle des nouvelles Églises protestantes et des Églises syncrétiques, toutes deux connues sous le nom d’Églises indépendantes (Dorier-Apprill, 1996b ; Dorier-Apprill et Kouvouama, 1998). Appartenant à des réseaux anglo-saxons, les Églises indépendantes s’implantèrent le plus souvent par le canal d’ong caritatives ou de développement : Églises du Réveil (méthodistes, baptistes, etc.), Église évangélique, Église pentecôtiste, Église de Jésus-Christ des saints des derniers jours (mormons), Association pour l’unification du christianisme mondial (Moon). Ajoutons à cette liste quelques représentants du Renouveau charismatique (catholique).

51Les Églises indépendantes recrutent dans des milieux urbains défavorisés déjà plus ou moins coupés de la tradition : chômeurs, jeunes diplômés en quête d’emploi, femmes seules. Les femmes stériles, les malades, les victimes de la sorcellerie figurent parmi des recrues de choix. Les Églises indépendantes prennent le contre-pied du modèle hédoniste urbain répandu au Congo (Dorier-Apprill, 1996b). Elles imposent le renoncement aux boissons alcoolisées et au tabac, la fidélité conjugale et la modération sexuelle ; elles exaltent le travail et l’épargne… Corrélativement, elles préconisent une attitude active et constructive dans la relation directe que le fidèle doit entretenir avec Dieu (lecture personnelle des Écritures, mise en communication du fidèle avec l’Esprit-Saint). La guérison des troubles physiques et psychiques est le signe d’une communication réussie (Dorier-Apprill et Kouvouama, 1998).

52Sous couvert d’investissement religieux, les nouvelles Églises s’efforcent plus généralement de répondre aux attentes de la jeunesse en rébellion contre la tutelle des aînés et fascinée par le modèle américano-occidental. La volonté de mettre fin aux clivages ethniques est manifeste. De même, la condamnation de certaines pratiques traditionnelles considérées comme des instruments de la tutelle des aînés ou comme des entraves à l’épanouissement de l’individu (ibid.) : sorcellerie (assimilée à l’emprise de Satan), polygynie, compensation matrimoniale, funérailles dispendieuses, obligations de reverser une partie des revenus aux aînés, etc. Contre le modèle traditionnel, les Églises indépendantes apportent une caution religieuse à l’émancipation de l’individu, à sa réussite économique « égoïste », à son repli sur la famille conjugale monogame (ibid. : 70). La valorisation de la monogamie signe ainsi l’indépendance du couple vis-à-vis de la parenté élargie, du lignage et de la tutelle pesante des aînés. Par ailleurs, les représentants des nouvelles Églises exhibent des symboles ostentatoires de la modernité (emploi de vidéo-cassettes, sonos, téléphones portables, etc.) ; ils parlent un langage du corps inspiré du conformisme anglo-américain : costume-cravate et attaché-case (Dorier-Apprill, 1996b : 131).

  • 5 Tout comme les Églises du Réveil, les Églises syncrétiques sollicitent l’intervention de l’Esprit-S (...)

53On a pu croire que, venues du monde anglo-saxon, les Églises indépendantes seraient en mesure de concurrencer vivement les Églises syncrétiques africaines (matswanisme, ngounzisme, etc.), réputées moins efficaces dans la lutte contre la sorcellerie. En réalité, celles-ci se sont maintenues avec vigueur, en particulier au sein des groupes d’origine kongo (Dorier-Apprill et Kouvouama, 1998)5. Très actives dans le camp de Bernard Kolelas, elles représentent une forme néo-traditionnelle de réaction identitaire qui reconnaît l’émergence des individus. Quant aux Églises indépendantes, elles se tinrent délibérément en marge des luttes politiques, leurs membres s’efforçant, au contraire, d’en démontrer l’inanité. Pris en tenailles entre les camps, certains de leurs membres eurent à souffrir d’exactions et de pillages. Comme l’écrit Roland Pourtier (1998 : 26), « la floraison simultanée des milices et des Églises n’est certes pas fortuite ; elle exprime, d’une certaine façon, le désarroi d’une société dont la majorité des enfants n’a d’autre choix qu’entre le rouge et le noir ».
 

54L’élargissement du conflit et les interventions extérieures. Les liens de solidarité ethnique autant que les anciennes amitiés politiques ont contribué à l’internationalisation du conflit : à défaut du soutien de Kabila qu’il avait sollicité, Lissouba chercha un appui auprès de l’unita de Jonas Savimbi via certains de ses proches, originaires de l’enclave angolaise de Cabinda (où le Front de libération de l’enclave de Cabinda était acquis à l’unita). En réaction, le président angolais Dos Santos proposa son aide à Sassou Nguesso au nom d’une ancienne fraternité marxiste-léniniste datant de la précédente décennie. Sassou Nguesso recruta également quelques contingents d’ex-far ainsi que des éléments de la garde rapprochée de Mobutu. La participation de ces professionnels aguerris contribua sans doute au succès du camp des Cobra face aux miliciens inexpérimentés et mal armés de Lissouba.

55Si les interventions extérieures ne furent pas la cause des conflits, elles contribuèrent puissamment à orienter l’issue des combats. Derrière les appuis apportés par les alliés des deux camps (unita et gouvernement angolais) se profile également l’ombre des compagnies pétrolières. On a vu l’importance pour le Congo des ressources pétrolières dont la production a été multipliée par deux depuis quinze ans. De surcroît, l’exploitation off-shore du pétrole congolais met les principales compagnies concessionnaires (Elf et Agip) à l’abri des fluctuations politiques du pays. Ayant essuyé en 1992 un refus d’Elf-Congo à sa demande d’avance de trésorerie, destinée à payer les fonctionnaires comme garantie de succès électoral, Lissouba céda contre l’avance demandée une importante concession de prospection à la compagnie américaine Oxy (Occidental Petroleum). Simultanément, il renégocia les contrats pétroliers à l’avantage du Congo (Pourtier, 1998 : 29). Dans ces conditions, et sachant que Sassou Nguesso est, au titre d’ancien chef d’État, un partenaire familier d’Elf-Congo, il n’est pas interdit de penser qu’il ait pu bénéficier, pour le financement de la reconquête du pays, des largesses de ce groupe pétrolier (Yengo, 1998 : 483 et 500). Indépendamment des rumeurs circulant à ce sujet, cette hypothèse semble concorder avec les alliances du nouveau président dans les deux pays limitrophes du Congo, pays dans lesquels Elf détient la majorité des concessions : l’Angola (par le truchement du président Dos Santos) et le Gabon (par le truchement du président Omar Bongo dont Sassou Nguesso est le beau-père).

b) La guerre civile en Sierra Leone

56Ancienne colonie anglaise, la Sierra Leone appartient à la zone tropicale humide et possède des plantations de café et de cacao. Peuplée de groupes guinéens, mandingues et peuls, elle fut autrefois la propriété de la société antiesclavagiste anglaise qui y installa en 1787 des anciens esclaves affranchis en Amérique — c’est l’origine de la ville de Freetown, capitale du territoire. Indépendant en 1962, le pays fut, à partir de 1971, dominé par des dictatures.

  • 6 Foday Sankoh, chef du ruf, a vécu largement du trafic de diamants, revendant ceux-ci pour le compte (...)

57La guerre éclata en 1991 sous l’impulsion du Front uni révolutionnaire (ruf), mouvement populiste dirigé par Foday Sankoh, ancien caporal de l’armée sierra-léonaise, disciple de Kadafi, entraîné en Libye en compagnie de Charles Taylor, aujourd’hui président du Liberia. Rassemblant tout d’abord de jeunes chômeurs urbains, puis réfugié dans un sanctuaire du nord-est du pays, à la frontière du Liberia, le ruf prit le contrôle des puits diamantifères, principale ressource d’exportation du pays et appartenant à des Libanais alliés au régime corrompu du All-Party Congress de l’ancien président Joseph Momoh6. Assiégé par les forces gouvernementales, le mouvement procéda par enlèvement de très jeunes gens, certains issus d’écoles rurales, d’autres employés comme ouvriers dans les puits diamantifères. Une fois embrigadés, les combattants ne pouvaient plus s’enfuir, de peur de subir les châtiments du ruf (amputation du pied) ou de s’exposer aux représailles de l’armée (les rebelles capturés étant systématiquement pendus).

58Les combattants drogués du ruf semèrent la terreur sur leur passage. Pour résister à leurs assauts, l’armée nationale, mal équipée et mal payée, procéda à son tour à des « recrutements » d’auxiliaires, puis finit par se révolter contre le régime en avril 1992. Soutenu par les milieux d’affaires, un gouvernement putschiste réorganisa et renforça l’armée en recrutant massivement des déshérités des faubourgs de Freetown.

  • 7 Après l’échec final des négociations, Foday Sankoh s’est réfugié au Nigeria. Arrêté, il fut ensuite (...)

59Davantage encore que la précédente, la nouvelle armée se révéla indisciplinée et inefficace. Investissant les zones diamantifères, officiers et soldats opérèrent pour leur propre compte. Ils simulèrent des attaques rebelles pour expulser les civils, allant jusqu’à revendre les armes au ruf. Au terme de quelques mois, toutefois, le ruf fut acculé et redoubla de violence. Excédée par les exactions et pillages de tous bords, la population civile créa des groupes d’autodéfense paysanne appelés kamajo ou tamaboro. Dotés, selon leurs dires, de défenses surnaturelles les mettant à l’abri des balles, les kamajo furent encouragés et renforcés à l’issue d’un second changement de gouvernement intervenu en 1995. La lutte contre le ruf devint féroce, ce dernier pratiquant à l’encontre des paysans des mutilations « sélectives » (le nez et les lèvres pour empêcher les dénonciations auprès des milices, les phalanges pour empêcher de voter, les mains pour interdire le ramassage du riz). À la suite d’un troisième putsch, la politique à l’égard des rebelles changea du tout au tout. Au terme d’obscures négociations, le ruf fut appelé à collaborer au nouveau pouvoir. Les troupes rebelles pénétrèrent dans Freetown et participèrent à la mise en place d’une nouvelle « armée populaire » formée essentiellement de va-nu-pieds7.

60Pour avoir interviewé des anciens combattants de toutes les factions, Krijn Peters et Paul Richards (1998) livrent du ruf le portrait suivant :
– les jeunes combattants se décrivent comme des victimes et des exclus du système scolaire (classes surchargées, droits de scolarité trop élevés, diplômes achetés, etc.) ; parmi ceux qui n’ont pas été enlevés, beaucoup de combattants sont entrés dans la rébellion après la fermeture des écoles pour cause de guerre. Les jeunes gens enlevés rapportent que les dirigeants se sont efforcés de les convaincre qu’ils luttaient pour défendre les intérêts de la jeunesse. Souvent anciens étudiants, les dirigeants du ruf prétendent, de leur côté, reprocher au pouvoir en place le détournement des deniers publics, le sous-développement des campagnes, le favoritisme et le népotisme au détriment des « personnes instruites et diplômées », etc. À noter que les jeunes recrues des milices kamajo, quoique ennemis du ruf, partagent les mêmes appréciations, mais accusent le ruf de s’être trompé de cible en s’attaquant aux populations rurales ;
– le ruf applique des consignes d’un égalitarisme strict, reconstruisant une hiérarchie fonctionnelle uniquement à partir des critères d’éducation ; les produits du pillage sont redistribués entre tous les combattants ; les rares médicaments et les soins sont équitablement répartis, etc. ;
– le ruf prétend dépasser les particularismes religieux et ethniques ; les appartenances religieuses sont respectées (les groupes de combat sont formés de recrues originaires de plusieurs ethnies ; l’usage du krio, langue véhiculaire, est imposé ; les camps disposent tous d’une mosquée et d’une église de campagne) ;
– Foday Sankoh se présente sous les traits du leader charismatique, voire du prophète laïc, intervenant plutôt à la radio, cultivant le mythe de l’invisibilité, ne faisant que de rares descentes en hélicoptère dans les camps, comme s’il descendait des cieux ;
– isolée dans la forêt, l’enclave évoque le sanctuaire millénariste. À l’intérieur de ses frontières règne une sorte de justice immanente. C’est aussi une zone de sécurité, par contraste avec les régions intermédiaires, exposées à la violence.


*

* *

61Les sombres perspectives qui planent sur l’avenir politique de l’Afrique ne doivent pas faire oublier les difficultés d’une appréciation mesurée à défaut d’un nombre suffisant d’informations claires et honnêtes concernant certains conflits qui se déroulent aujourd’hui dans des régions peu accessibles aux observateurs et livrées au contrôle des milices et des bandes armées (Somalie, république démocratique du Congo, Liberia, Sierra Leone, etc.). La multiplication des milices est une constante des guerres africaines de ces dernières années. Outre les exemples cités ici (Rwanda, Ouganda, rdc, Congo, Sierra Leone, Liberia), des milices sont actives dans la guerre civile du Soudan (milices gouvernementales et milices privées de la compagnie pétrolière Chevron), ainsi que dans les conflits plus récents de la Centrafrique et de la Côte d’Ivoire. La nature et le fonctionnement de ces armées privées sont mal connus, même s’il existe, à coup sûr, entre elles plusieurs analogies. Comme le Front uni révolutionnaire sierra-léonais, les guérillas ougandaises (la Lord’s Resistance Army et surtout l’Allied Democratic Front formé de combattants musulmans) recrutent par enlèvement de jeunes gens, maintenus prisonniers par la crainte des représailles et entraînés à tuer les populations civiles. Sans aller jusqu’aux enlèvements, les Banyamulenge (Tutsi congolais) et leurs rivaux Mayi Mayi mobilisent des adolescents. Comme le laissent penser plusieurs témoignages, les Mayi Mayi pourraient être des équivalents des kamajo sierra-léonais. Issus de la paysannerie, ils restaurent les traditions des anciens guerriers, investis de pouvoirs magiques.

62Quelles que soient par ailleurs les causes des conflits — dont l’enchevêtrement, comme on l’a vu, n’est guère facile à démêler (manipulations ethniques de la part des anciennes puissances coloniales, détournement des ressources publiques, convoitises des puissances étrangères, croissance démographique incontrôlée sur fond de crise économique) —, certains facteurs, communs à toutes les guerres, en aggravent la portée et contribuent à retarder leur solution. La présence d’un nombre élevé de réfugiés, en premier lieu (six millions au début de 1995 pour l’ensemble du continent), est à l’origine de multiples conflits secondaires et provoque des antagonismes entre les populations non combattantes, déjà éprouvées par la guerre (Ouganda, Congo). La question des réfugiés, en second lieu, est en rapport avec l’existence de l’aide humanitaire dont le détournement contribue à entretenir les guérillas (Jean et Rufin, 1996). Devenus des professionnels du pillage, les divers protagonistes des guerres (en particulier les miliciens et les mercenaires) sont incapables de reconversion une fois les conditions de la paix revenues. Sous couvert de prétendus objectifs politiques, ils poursuivent leurs entreprises criminelles face à des armées impuissantes et corrompues (Somalie, guérillas ougandaises et congolaises, milices de Sierra Leone et du Liberia).

63La puissance destructrice des armements modernes, enfin, et le faible coût de leur acquisition sont largement responsables de l’exacerbation des conflits. En semant la mort sur tous les champs de bataille, l’usage de ces armements propage le ressentiment et le désir de vengeance. Tandis que les affrontements du passé se concluaient par des pertes minimes (et, dans certains cas, comme en Somalie, pouvaient être interrompus par le paiement du « prix du sang »), les massacres en nombre occasionnés par la moindre des escarmouches interdisent toute entreprise de règlement pacifique et déchaînent le cycle de la violence. Pas plus que dans le reste du monde, la vaillance et la noblesse du guerrier ne font encore recette dans l’Afrique d’aujourd’hui.

Haut de page

Bibliographie

Adam, Michel
1984 Signes et développement, Tiers-Monde, 100 : 855-870.
1988 Des Nils au Nil : Nilotes, Nilotiques, Nuba, Nubiens, Égyptiens. En suivant quelques méandres de l’histoire culturelle de la vallée du Nil, Bulletin du cedej, XVII, 24 : 79-90.
2003 Guerres africaines. De la compétition ethnique à l’anomie sociale, Études rurales, 163-164 : 167-186.

Balandier, Georges
1955aSociologie des Brazzavilles noires (Paris, Presses de la Fondation des sciences politiques) [Références] [2e éd. 1985].
1955bSociologie actuelle de l’Afrique noire. Dynamique sociale en Afrique centrale (Paris, Presses universitaires de France) [Bibliothèque de sociologie contemporaine] [2e éd. 1963].

Barnes, William
1999 Kivu : l’enlisement dans la violence, Politique africaine, 73 : 123-136.

Bayart, Jean-François
1989 L’État en Afrique (Paris, Fayard).

Bazenguissa-Ganga, Rémy
1998 Les milices politiques dans les affrontements, Afrique contemporaine,186 : 46-57.

Bonnafé, Pierre
1968 Une classe d’âge politique, la jmnr de la République du Congo-Brazzaville, Cahiers d’études africaines, VIII, 31 : 327-368.

Djama, Marcel
1997 Trajectoire du pouvoir en pays somali, Cahiers d’études africaines, XXXVII, 146 : 403-428.

Dorier-Apprill, Élisabeth
1996a Jeunesse et ethnicités citadines à Brazzaville, Politique africaine,64 : 73-88.
1996b Les enjeux socio-politiques du foisonnement religieux à Brazzaville, Politique africaine, 64 : 129-134.

Dorier-Apprill, Élisabeth et Kouvouama, Abel
1998 Pluralisme religieux et société urbaine à Brazzaville, Afrique contemporaine,186 : 58-76.

Gascon, Alain
1997 Le poids du nombre. La terre et les hommes dans la Corne de l’Afrique, Cahiers d’études africaines, XXXVII, 146 : 467-500.

Jean, François et Rufin, Jean-Christophe (éd.)
1996 Économie des guerres civiles (Paris, Hachette) [Pluriel].

Lewis, Ioan M.
1961 A pastoral democracy. A study of pastoralism and politics among the Northern Somali of the Horn of Africa (Londres, Oxford University Press).

Mathieu, Paul et Tsongo, A. Mafikiri
1998 Les guerres paysannes au Nord-Kivu (République démocratique du Congo), 1937-1994, Cahiers d’études africaines, 150-152, XXXVIII (2-4) : 385-416.

Médard, Jean-François
1990 L’État patrimonialisé, Politique africaine, 39 : 25-36.
1992 L’État néo-patrimonial en Afrique noire, in Jean-François Médard (éd.), États d’Afrique noire. Formations, mécanismes et crise (Paris, Karthala) : 336-350.

Numelin, Ragnar
1963 Intertribal relations in Central and South Africa (Helsinki-Helsingfors, Societas Scientarum Fennica).

Perrot, Sandrine
1999 Entrepreneurs de l’insécurité. La face cachée de l’armée ougandaise, Politique africaine, 75 : 60-71.

Peters, Krijn et Richards, Paul
1998 Why we fight. Voices of youth ex-combattants in Sierra Leone, Africa, 68 (2) : 183-210.

Pourtier, Roland
1998 Les raisons d’une guerre « incivile », Afrique contemporaine,186 : 7-45.

Prunier, Gérard
1997 Segmentarité et violence dans l’espace somali, 1840-1992, Cahiers d’études africaines, XXXVII, 146 : 379-402.
1999 L’Ouganda et les guerres congolaises, Politique africaine, 75 : 43-59.

Reno, William
1998 Warlord politics and African States (Londres, Lynne Rienner Publishers).

Tornay, Serge
1995 Pour mémoire : l’hypothèse hamitique, in Raymond Verdier, Emmanuel Décaux et Jean-Pierre Chrétien (éd.), Rwanda. Un génocide du xxe siècle (Paris, L’Harmattan) : 57-64.

Yengo, Patrice
1998 « Chacun aura sa part » : les fondements historiques de la (re)production de la guerre à Brazzaville, Cahiers d’études africaines, 150-152, XXXVIII (2-4) : 471-503.

Haut de page

Notes

1 Le présent texte représente le développement d’une fraction de la communication et des interventions présentées en langue espagnole le 7 novembre 2000 au colloque franco-mexicain « Identités, globalisation, démocratie ». Une version plus générale et synthétique du thème abordé ici a été publiée dans le numéro 163-164 de la revue Études rurales (Adam, 2003).

2 En quelques jours, un consortium militaire russo-cubain réalisa l’un des plus grands ponts aériens des temps modernes : un milliard de dollars de matériels militaires, 3 000 conseillers militaires et 20 000 soldats cubains furent transportés à Addis Abeba. En février 1978, l’armée somalienne fut écrasée et laissa 25 000 morts sur le terrain (Prunier, 1997).

3 Au terme de ces affrontements, Lissouba et Kolelas se rapprochèrent pour former un gouvernement de coalition (1995). Afin de mettre un terme à la vague de délinquance, un accord fut conclu pour désarmer les 10 000 hommes des milices et les intégrer dans la gendarmerie. Mais seuls les Zoulou et une partie des Ninja furent en réalité bénéficiaires de l’opération. Pour protester, Sassou Nguesso refusa de désarmer les Cobra qui se retirèrent dans le nord du pays ; Sassou quitta le pays pour la France. En réalité, il préparait sa revanche avec l’aide du président angolais Dos Santos, équipant les aéroports du Nord pour accueillir les avions angolais, envoyant ses milices en formation militaire à Cabinda (enclave de l’Angola au sud du Congo). De retour de France en mai 1997 en prévision des nouvelles élections présidentielles, Sassou s’empressa alors de rapatrier les Cobra à Brazzaville.

4 Notons au passage que, dans cette circonstance, comme d’ailleurs à l’occasion du premier affrontement de 1993, l’armée refusa d’intervenir, les principaux chefs militaires étant passés dans le camp de Sassou ou ayant trouvé refuge à Pointe-Noire (ibid.).

5 Tout comme les Églises du Réveil, les Églises syncrétiques sollicitent l’intervention de l’Esprit-Saint. Mais, bien loin d’établir une relation directe avec les fidèles, celui-ci est censé opérer par le médium des ancêtres ethniques (ngounza). Ce point de divergence avec les Églises du Réveil éloigne tout autant les Églises syncrétiques de la tradition congolaise classique où les ancêtres ethniques ne se confondent pas avec les ancêtres lignagers dont l’accès est interdit aux cadets. Figures fondatrices des identités collectives, les ancêtres ethniques sont accessibles en dehors de tout dispositif hiérarchique. S’exprimant dans des lieux sacrés, ils possèdent également un fort ancrage territorial et, à ce titre, actualisent l’antériorité de la prise de possession de l’espace par un groupe ethnique désigné. En même temps que les Églises syncrétiques alimentent l’ethnicisation des rapports sociaux, particulièrement sensibles dans les conflits civils récents, elles ne consacrent pas le maintien de la tutelle des aînés (ibid.).

6 Foday Sankoh, chef du ruf, a vécu largement du trafic de diamants, revendant ceux-ci pour le compte de son mouvement. Une partie de ce trafic passait par le Burkina, enrichissant au passage une partie de la classe politique de ce pays.

7 Après l’échec final des négociations, Foday Sankoh s’est réfugié au Nigeria. Arrêté, il fut ensuite livré aux autorités de Freetown, condamné à mort en 1998, puis amnistié à la suite de l’accord de paix de Lomé en juillet 1999. À la suite d’un rebondissement de la rébellion (conduisant à la prise d’otages de 500 Casques bleus), Foday Sankoh a été arrêté à Freetown en mai 2000.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ateliers, n° 26 (décembre 2003), pp. 197-230.

Référence électronique

Michel Adam, « Coups d’État, guerres de survie, guerres de prédation », Ateliers [En ligne], 26 | 2003, mis en ligne le 09 juin 2011, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://ateliers.revues.org/8732 ; DOI : 10.4000/ateliers.8732

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org