Navigation – Plan du site
Première partie : Nouvelles identités

Désaffiliation et affiliation en Europe occidentale

Robert Castel

Texte intégral

1Deux questions peuvent servir de préalables aux contributions qui vont suivre.
Premièrement, les nouvelles identités se construisent en général à partir de situations de déstructuration sociale qui ont mis à mal des identités antérieures. Il peut donc être pertinent de s’interroger sur ces processus de déstructuration qui conduisent les individus et les groupes déstabilisés à répondre à ces situations critiques en essayant de forger de nouvelles réponses identitaires pour remplacer leurs identités perdues. Il s’agira de prolégomènes, mais de prolégomènes nécessaires pour aborder la question de la construction de nouvelles identités à partir d’une situation antérieure de perte d’identité.
Deuxièmement, ces mécanismes de déstructuration-restructuration jouent différemment selon les cultures, et il serait important de prendre en compte ces particularités. En Europe occidentale, si l’on peut retrouver des tentatives de reconstruction identitaire, elles s’inscrivent dans un contexte très différent de celui des pays du Sud pour des raisons historiques et culturelles qu’il faudrait préciser. Il est évidemment impossible de faire ici une analyse comparative approfondie de ces différences — analyse qui devrait d’ailleurs porter à la fois sur les disparités qui existent entre les pays du Sud eux-mêmes, et entre ces pays et les régions du « premier monde ». On peut cependant avancer quelques points de repère qui pourraient orienter cette comparaison. Je me propose donc de présenter ce que je pense être la spécificité de cette thématique de déconstruction-reconstruction des identités en Europe occidentale, et singulièrement en France. J’essaierai de montrer que des identités sociales fortes avaient pu s’y construire dans le cadre d’une « société salariale », c’est-à-dire d’une structure sociale qui assurait un statut stable et des protections solides à la grande majorité des travailleurs. On conçoit alors que la déstabilisation de cette structure qui paraît s’accentuer depuis une vingtaine d’années pose des problèmes identitaires, avec en particulier l’existence d’un profil d’individus qui ont perdu leurs supports et leurs protections et se retrouvent ainsi « désaffiliés ». On pourrait alors s’interroger sur ce que représente de spécifique dans ce contexte la question de la constitution de nouvelles identités. Mais on pourra aussi se demander, sans que je sois en mesure de pousser très loin la comparaison, en quoi cette problématique diffère de celle de pays représentés ici qui avaient beaucoup moins largement disposé de l’assise d’une condition salariale solide pour fonder l’identité sociale de leurs membres.

2S’agissant de l’Europe occidentale, ou de la France, il est indispensable de prendre un minimum de champ historique pour saisir la spécificité de la problématique contemporaine des identités. C’est sans doute l’identité politique qui y a été la première et la plus clairement caractérisée à travers la notion de citoyen. Alors que les individus étaient différemment identifiés sur la base de leur ordre, de leur statut, de leur métier, de leur religion, de leur appartenance régionale et locale, etc., la citoyenneté politique instaurée à la fin du xviiie siècle pose le principe d’une identité substantielle entre les sujets de la République qui sont censés bénéficier des mêmes droits inaliénables.

3Mais la citoyenneté politique n’a pas été immédiatement suivie, il s’en faut, par une citoyenneté sociale. On a pu dénoncer cette citoyenneté comme « formelle » parce qu’elle laissait subsister d’énormes disparités de condition. On peut ainsi douter par exemple que le prolétaire et le patron du xixe siècle aient vraiment partagé une même identité sociale : non seulement leurs revenus sont incomparables, mais ils n’ont quasiment rien de commun en matière de modes de vie, de loisirs, de culture et, évidemment, de reconnaissance sociale. De même, tout ou presque séparait un petit paysan breton d’un bourgeois parisien, et au xixe siècle encore ils ne parlent même pas la même langue. À ce stade, l’identité sociale des individus composant la nation française, comme leur identité politique, apparaît davantage comme une fiction que comme une réalité. Pour analyser les fondements des identités des différents groupes qui composent la société française (ou anglaise, ou allemande…), il faut encore principalement s’appuyer sur des particularités concrètes qui soulignent les disparités entre les groupes d’appartenance. En particulier, les travailleurs qui n’ont que la force de leurs bras pour vivre, ou pour survivre, ne disposent que d’une identité sociale négative. Ils sont non seulement misérables mais méprisés, et ne jouissent d’aucuns droits sociaux.

  • 1 J’ai tenté de le faire dans les Métamorphoses de la question sociale (Castel, 1995).

4L’histoire sociale à partir du xixe siècle montre que c’est sur la base d’une stabilisation et d’une régulation des conditions de travail que s’est produite une relative homogénéisation des identités sociales. Il m’est évidemment impossible de rendre compte ici dans le détail de ce long processus aboutissant à la constitution d’une société salariale et qui s’épanouit en Europe occidentale après la Seconde Guerre mondiale1. Disons en schématisant beaucoup que la stabilité de la condition salariale — non seulement la stabilité des relations de travail proprement dites, mais aussi la force des protections attachées au travail — a fourni les conditions de base pour la réalisation d’une « société de semblables », pour reprendre l’expression d’un penseur et homme politique important de la Troisième République française, Léon Bourgeois. Une société de semblables n’est pas une société d’individus identiques, une société d’égaux, car il subsiste de très grandes disparités de richesses et de pouvoir entre ses membres (c’est encore une société « bourgeoise »). Ce n’est pas non plus une société où règne le consensus, car les individus et les groupes sont en concurrence entre eux et souvent même en lutte, en raison de la persistance de ces inégalités (c’est une société, pourrait dire Pierre Bourdieu, qui fonctionne à la distinction).

5Mais, dans ce type de société, tous les membres ou presque — car il demeure des franges marginales, ce que l’on appelle « le quart-monde » par exemple — jouissent d’un minimum de ressources, de droits, de protections pour assurer leur indépendance et développer des stratégies personnelles — pour être des individus au sens positif du mot. On pourrait ainsi montrer que l’un des modèles de l’individu moderne c’est le salarié protégé, qui n’est pas nécessairement un propriétaire, mais qui jouit d’un statut solide lui assurant un revenu décent et aussi, et peut-être surtout, des protections contre les principaux risques sociaux, la maladie, l’accident, la vieillesse impécunieuse, etc. C’est la base de son identité sociale, ou de sa citoyenneté sociale, à partir de laquelle il peut investir dans la consommation, la culture, les loisirs, l’éducation, et se sentir relativement assuré de l’avenir.

6Cette identité sociale représente ainsi une sorte de socle, ou de support, sur la base duquel les individus peuvent se conduire dans la société avec un minimum d’autonomie et jouir d’un minimum de reconnaissance sociale. Elle n’élimine évidemment pas les autres référents identitaires que peuvent être par exemple le territoire local, l’appartenance à des associations et des groupes divers, la religion, l’ethnie, le parti, la famille, le sexe, etc., et qui peuvent aussi être plus ou moins valorisés et plus ou moins importants pour structurer l’identité de chacun. Mais, dans la société moderne, la composante sociale de l’identité a représenté le référent le plus général et le plus important pour la constitution de l’identité de base d’une majorité d’individus. On pourrait même ajouter que l’accent mis sur cette identité a contribué à refouler le poids d’autres référents qui continuent pourtant à forger l’identité personnelle, comme la classe sociale ou le sexe dont on a eu tendance à sous-estimer l’importance jusqu’à une date récente.

  • 2 Il faudrait aussi évoquer un autre modèle d’identité sociale, celui qu’ont tenté de réaliser les pa (...)

7De même, il faudrait souligner que cette identité sociale s’est construite dans un cadre national et d’abord européen — on pourrait en décrire une version française, anglaise, allemande, scandinave, etc. — et qu’elle s’est accommodée, pour ne pas dire qu’elle a bénéficié, du statut inférieur réservé aux populations d’autres régions, de ses propres colonies d’abord, mais aussi de pays « dépendants » comme ceux d’Amérique latine. Mais justement on pourrait dire que c’est là le grand privilège, ou la grande injustice, dont ont bénéficié les pays du « premier monde ». Ils ont pu mobiliser des ressources, en partie prélevées dans d’autres régions du monde, pour assurer à leurs ressortissants un ensemble d’occasions sur la base desquelles pouvait s’effectuer une homogénéisation, encore une fois relative, de leur identité sociale. Mais, dans le même temps, dans les régions dépendantes, l’identité sociale demeurait clivée par d’énormes disparités de condition comme dans la pampa argentine ou le Nord-Est brésilien entre le grand propriétaire terrien et la main-d’œuvre qu’il exploite. Ces pays n’ont pas disposé de ressources suffisantes pour surmonter le clivage quasi absolu entre propriétaires et non-propriétaires, classes possédantes et travailleurs, qui avait marqué aussi les débuts de la modernité en Europe occidentale2. En fait, il faudrait prolonger et affiner cette analyse. Pour le dire très schématiquement, les pays du « premier monde » avaient eu à la fois le temps et les moyens de devenir des sociétés salariales, c’est-à-dire de développer au long d’un processus qui a pris près d’un siècle les conditions d’une identité sociale solide pour la grande majorité de leurs membres. Au Mexique et en Amérique du Sud, des secteurs entiers de la société comme la grande industrie ou l’administration se développaient selon les mêmes principes et, dans une perspective de développement durable, on pouvait penser dans les années 1970 que ces pays allaient eux aussi devenir à terme des sociétés salariales. C’est cette conception optimiste et progressiste de la mondialisation qui a été cassée par les politiques dites d’ajustement. Telle est du moins l’hypothèse que l’on pourrait discuter pour comparer la problématique de l’identité sociale en Europe occidentale et en Amérique latine, mais auparavant j’en reviens à la situation en Europe occidentale pour indiquer en quel sens elle s’est elle aussi transformée depuis une vingtaine d’années.

8En Occident, la réhabilitation sociale des non-propriétaires s’est donc faite essentiellement sur la base de la constitution d’une condition salariale solide qui devient un statut social porteur de droits, droits du travail et droits à la protection garantis par l’État. On comprend dès lors que cette construction soit profondément ébranlée elle aussi par la « crise » qui a commencé à affecter les structures de la société salariale depuis le milieu des années 1970. Ici non plus, je ne peux analyser en détail cette dégradation dont le bilan commence d’ailleurs à être assez largement connu. Je me contenterai de dégager quelques-uns de ses principaux effets sur la problématique de l’identité sociale.

9Le point principal à souligner est, me semble-t-il, l’affaiblissement, qui peut aller jusqu’à la perte, des supports collectifs d’identité. En effet, un principe d’individualisation traverse les différents secteurs de l’organisation du travail aussi bien que des protections tirées de l’emploi : individualisation des tâches, des postes de travail, des carrières professionnelles, multiplication des types de contrats de travail… Un nombre croissant d’individus cesse d’être inscrit dans les régulations collectives de la période dite « fordiste » de l’organisation du travail. C’est la promotion de ce que le sociologue allemand Ulrich Beck appelle un « modèle biographique » (1992). Il appartient de plus en plus à l’individu lui-même de s’investir personnellement, d’affronter la concurrence, de faire la preuve de ses compétences en prenant des risques, de gérer lui-même sa carrière et d’assurer son avenir au lieu d’être soutenu par les grandes régulations collectives que représentaient les collectifs de travail, les syndicats de masse, les conventions collectives, les systèmes universalistes de protection sociale…

10On peut avoir deux lectures contrastées de cette transformation. Le discours néo-libéral célèbre la responsabilisation de l’individu, sa libération à l’égard des carcans collectifs qui l’enserraient dans des systèmes de contraintes rigides comme dans l’organisation taylorienne du travail. De fait, certains individus peuvent bénéficier d’un jeu désormais plus ouvert et maximiser leurs chances de réussite. Ce sont les gagnants de la grande transformation à l’œuvre dans les sociétés occidentales comme sur l’ensemble de la planète.

11Ce discours optimiste omet cependant de prendre en compte l’envers de la médaille. Pour gagner à ce jeu de l’individu conquérant, il faut disposer d’un minimum, et même de préférence d’un maximum, de supports ou de ressources, ou encore de « capitaux » au sens de Bourdieu, pas seulement économiques mais aussi culturels, relationnels, sociaux. Or, pour nombre d’individus, la transformation par l’individualisation se traduit par une perte dans la mesure où, comme on l’a dit, leurs ressources provenaient dans une large mesure de leur participation à des systèmes de régulations collectives. Ils se retrouvent ainsi individualisés par défaut. Soit, par exemple, un chômeur de longue durée. Il disposait des conditions d’une identité sociale positive non seulement par le fait de toucher un salaire, mais aussi par la disposition de protections associées à l’emploi qui se prolongeaient même après la période d’activité (la retraite). En décrochant de ces appartenances collectives, il se retrouve désaffilié, c’est-à-dire abandonné à lui-même. On lui demande à lui aussi de se conduire comme un individu, il faut chercher du travail, répondre à des annonces, subir des entretiens d’embauche. Mais c’est une façon très problématique d’être un individu. Sa situation présente se dégrade et il est guetté par l’incertitude du lendemain. Ce qui lui manque, c’est un support stable pour maintenir ou reconstruire son identité sociale. La plupart des enquêtes sociologiques sur le chômage soulignent ainsi les graves problèmes identitaires qui affectent souvent les travailleurs privés d’emploi et qui peuvent se répercuter, par-delà le travail à proprement parler, dans les sphères familiales et relationnelles. Mais il peut en aller de même pour le jeune à la recherche d’un premier emploi, qui « galère » comme on dit, condamné à vivre « au jour la journée ». Sur quoi pourrait-il fonder une identité sociale stable ?

  • 3 C’est un argument souvent avancé par les adversaires de l’État social que l’ampleur des protections (...)

12Ces situations ont sans doute une gravité, ou en tout cas une tonalité particulière dans des pays comme la France ou en Europe occidentale, dans ces sociétés salariales où les politiques sociales ont été les plus élaborées et les plus étendues sous l’égide de l’État social. L’un des effets paradoxaux du développement des protections sociales a été d’affaiblir, parce qu’ils étaient moins utiles, d’autres types de protections dispensés par la famille ou les communautés de voisinage3. Il en résulte que, si les supports ménagés par les services publics et les administrations du social font défaut, l’individu risque de se trouver complètement démuni pour faire face aux aléas de l’existence. Il manque alors totalement d’assises pour asseoir son identité sociale. La question de savoir sur quelles bases reconstituer une identité sociale dans ces sociétés prend alors une forme particulière et peut-être plus dramatique que dans les sociétés, comme celles d’Amérique latine, où le développement du salariat protégé a eu moins d’ampleur (conservation d’un secteur important de « travail informel ») et où des formes de protection antérieures aux politiques publiques ont été mieux conservées. En tout cas, on voit bien que la problématique de l’identité est différente dans des pays comme la France, où l’identité sociale a été fortement homogénéisée et perd une partie des supports de cette homogénéisation, et dans des pays comme le Mexique, qui n’avaient pas connu à ce point une telle homogénéisation. On pourrait aussi tenter sur ces bases une comparaison entre différents pays d’Amérique latine. Ainsi, il semble que l’Argentine soit particulièrement affectée par les dérégulations imposées par les politiques d’ajustement, parce que de larges secteurs de la société argentine étaient homogénéisés par les régulations de la société salariale. D’autres pays d’Amérique latine résisteraient mieux aux turbulences actuelles parce qu’ils auraient davantage conservé de supports traditionnels de l’identité. On voit en particulier l’importance décisive que prend la composante ethnique dans les régions — et ce n’est pas le cas de l’Argentine — où les communautés indiennes sont restées fortes, ou luttent pour retrouver de la force.

13Quoi qu’il en soit de ces comparaisons, l’existence d’un nombre important d’individus désaffiliés, au sens d’avoir perdu leur inscription dans les systèmes de régulation de la société salariale, pose en Europe occidentale des problèmes spécifiques. Schématiquement, la question pourrait se formuler ainsi : Existe-t-il des supports identitaires alternatifs pour pallier la carence des supports construits par la société salariale ? De fait, on observe une certaine réactivation de supports d’identité plus anciens comme la religion ou l’enracinement local. On parle ainsi du « retour du religieux », on revalorise l’appartenance à des entités régionales comme en France le fait d’être corse ou breton, les sectes paraissent jouir d’un renouveau de popularité, etc. Parallèlement, on assiste aussi à des tentatives pour construire de l’identité, ou de la citoyenneté sociale, sur d’autres bases que le travail. Ainsi, ce que l’on appelle en France « les politiques d’insertion » ou « la politique de la ville » consiste pour une part à créer des activités, à monter des projets plus ou moins en marge du travail régulier. L’idée est que par leur participation à ces activités certains publics en difficulté comme « les jeunes des banlieues » pourraient retrouver des assises pour donner un sens à leur existence et tirer de ces occupations une certaine reconnaissance sociale. En se stabilisant, ils acquerraient une identité plus forte.

14Il existe ainsi des processus de réaffiliation qui mériteraient d’être analysés avec soin, ce qui est évidemment impossible ici (c’est pourquoi je parlais en commençant de « prolégomènes » aux analyses plus approfondies qu’il faudrait avoir le temps de mener). Je me contenterai donc, en conclusion, de deux remarques. D’une part, ces tentatives de réaffiliation gagnent à être comprises à partir de situations de désaffiliation, qui elles-mêmes renvoient à l’analyse de la déstabilisation des identités construites dans les sociétés salariales. Ces situations me paraissent très différentes de situations homologues de précarité et d’instabilité sociales, telles qu’elles existent dans des cultures différentes comme en Amérique latine. Il faudrait en particulier distinguer une précarité qui renvoie aux conditions précaires du travail informel et une précarité d’après les protections qui apparaît avec les dérégulations du travail protégé. Le premier type de précarité est plus accusé en Amérique latine, le second en Europe occidentale.

15D’autre part, s’agissant de l’Europe occidentale, l’analyse de nouvelles formes d’identités sociales représente à coup sûr un champ d’analyses riche et diversifié. Mais il faut, me semble-t-il, se garder d’une tendance à exalter ces innovations comme lorsqu’on les présente systématiquement comme porteuses d’avenir et de progrès. Ces discours sont très idéologiques car de telles réalisations sont souvent fragiles et menacées. On pourrait fréquemment parler à leur propos d’identités de repli plutôt que de véritables affirmations identitaires. Il faudrait aussi prendre en compte les effets pervers de certaines de ces crispations identitaires comme le phénomène sectaire, le fondamentalisme religieux, des formes exacerbées de communautarisme, etc.

16Si l’on se fait une conception un peu exigeante de l’identité sociale entendue au sens de citoyenneté sociale, si l’on pose aussi qu’il n’y a pas d’identités stables sans supports stables, force est de convenir que la plupart de ces fragments d’identité restent bien en deçà du modèle d’identité sociale qui avait été construit dans la société salariale à partir de la stabilisation des relations de travail et qui engageait la responsabilité de l’État social. Peut-être en ira-t-il autrement à l’avenir. Mais il me semble que l’un des problèmes cruciaux qu’ont actuellement à affronter les sociétés du « premier monde » est de trouver des supports d’identité alternatifs au travail qui aient une certaine consistance — à moins qu’il s’agisse plutôt de restaurer la solidité des supports-travail pour refonder la citoyenneté sociale menacée par la progression de l’idéologie et des pratiques néo-libérales.

17Ceci déboucherait sur un autre type de question : Quelles sont les stratégies possibles pour essayer de faire face à la crise des identités qui affecte les sociétés contemporaines à l’heure de la mondialisation ? Sans avoir la possibilité d’élaborer ici une réponse argumentée, il me semble en tout cas qu’il faut partir d’un diagnostic aussi précis que possible de la diversité des situations qui résultent aujourd’hui de l’ébranlement des supports d’identités antérieurs. Ce serait aussi une entrée pour réfléchir à la complexité des problèmes que pose la globalisation. Celle-ci est un phénomène planétaire qui affecte aujourd’hui toutes les cultures. Mais elle ne les homogénéise pas complètement pour autant. Elle laisse subsister des disparités culturelles et sans doute même renforce-t-elle certaines de ces disparités. Il est nécessaire de prendre en compte ces effets contrastés pour évaluer l’impact de la mondialisation.

Haut de page

Bibliographie

Beck, Ulrich
1992 Risk society. Towards a new modernity (Londres, Sage publications) [trad. anglaise].

Castel, Robert
1995 Métamorphoses de la question sociale. Une chronique du salariat (Paris, Fayard, 1995) [rééd. Folio-Gallimard, 1999]. Trad. espagnole : Las metamorfosis de la cuestión social (Buenos Aires, Paidos, 1997).

Haut de page

Notes

1 J’ai tenté de le faire dans les Métamorphoses de la question sociale (Castel, 1995).

2 Il faudrait aussi évoquer un autre modèle d’identité sociale, celui qu’ont tenté de réaliser les pays du « socialisme réel », dans la mouvance de la révolution bolchevique sur la base de la collectivisation de la propriété. Pour donner très schématiquement le principe de la différence : les pays d’Europe occidentale n’ont pas tenté de promouvoir la propriété collective, ni le partage de la propriété privée. En revanche, ils ont instauré une forme originale de propriété, la propriété sociale, qui, à travers le développement d’assurances pour tous (la Sécurité sociale) et des services publics, a garanti même aux non-propriétaires les conditions de base de leur autonomie sociale

3 C’est un argument souvent avancé par les adversaires de l’État social que l’ampleur des protections dispensées et le caractère bureaucratique de leur administration ont tué les formes concrètes de la solidarité et rendu le sujet social complètement dépendant des secours dispensés par l’État. Je ne reprends pas à mon compte cette critique car les choses sont beaucoup plus compliquées. On peut montrer que les protections montées par l’État se sont mises en place parce que, du fait de l’industrialisation, de l’urbanisation, de l’exode rural, etc., ces « protections rapprochées » dispensées par la famille et les communautés, par le voisinage n’étaient plus suffisantes pour maintenir la cohésion sociale. Mais il n’en demeure pas moins qu’une fois que les protections qui passent par l’intermédiaire des administrations étatiques sont établies, elles rendent superflues les protections rapprochées, et elles contribuent ainsi à les affaiblir. Et si elles sont supprimées, leur absence creuse un grand vide.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ateliers, n° 26 (décembre 2003), pp. 19-28.

Référence électronique

Robert Castel, « Désaffiliation et affiliation en Europe occidentale », Ateliers [En ligne], 26 | 2003, mis en ligne le 09 juin 2011, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://ateliers.revues.org/8725

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org