Navigation – Plan du site

Préface

Brigitte Baptandier

Texte intégral

1Ce volume d’Ateliers est composé de textes écrits par de jeunes sinologues. Ils ont acquis une double formation : à l’apprentissage de la langue et des notions d’histoire et de culture propres à la Chine (à l’Inalco, ou à l’université Paris VII et en Chine même), ils ont, par choix personnel, décidé d’adjoindre une formation en ethnologie, au département et au laboratoire d’ethnologie de Paris X-Nanterre où ils font une maîtrise, un DEA ou une thèse. Ces deux savoirs ne sauraient en effet être disjoints au sein d’une telle recherche, quels que soient les populations ou le thème considérés, sans risquer de passer à côté de son objet. Tous ont déjà accompli des séjours plus ou moins prolongés sur le terrain (de plusieurs mois à plusieurs années), dans des régions diverses de Taïwan et de la Chine. Ceci les a amenés, en outre, à se former petit à petit au bilinguisme chinois.

2L’idée de base de ce volume, prolongeant en quelque sorte une tradition de cette publication nanterroise, était de donner une idée des travaux d’ethnologie sur la Chine qui sont en train d’y prendre forme. C’était encore le souhait d’apporter une modeste contribution en essayant — tout en soulignant la complexité de ce pays — de faire affleurer le discours sous-jacent qui le traverse et lui donne malgré tout une forme d’unité souvent peu comprise : chacune de ses facettes a contribué depuis toujours à façonner l’ensemble du pays actuel. La distinction qu’on marque parfois entre les études effectuées auprès des populations han et celles menées auprès d’autres ethnies chinoises dites, selon une classification politique, « minoritaires », relève souvent d’une mauvaise compréhension de la situation de ce pays. La diversité des populations du territoire national est une chose, le projet politique de la hiérarchie gouvernementale à leur sujet en est une autre. Les textes proposés ici ont le mérite de faire apparaître clairement ces deux points.

3Leur visée est aussi plus constructive. Les auteurs avaient pour objectif de présenter leur terrain de recherche et de s’y situer eux-mêmes. Un équilibre manifeste qui doit être significatif est alors apparu spontanément. En effet, trois textes portent sur l’étude des Drung, des Miao et des Sani qui vivent au Yunnan ; et trois textes portent sur différents thèmes étudiés en milieu han, au Shaanxi, au Sichuan, à Pékin et à Taïwan. Le septième texte analyse une coutume de pèlerinage à Notre-Dame-des-Naufragés de la Pointe du Raz, en Bretagne, perpétuée par une famille de Hong-Kong émigrée en France.

4On s’en doute, les points de vue sont différents. Parfois, il s’agira de mener une réflexion sur un thème au cœur même d’une thèse ou d’une maîtrise : comme les catégories de sexes des moines taoïstes présentées par A. Herrou, ou l’enseignement de l’écriture et de la lecture aux enfants, par G. Chicharro, ou encore l’usage chamanique de l’écriture sani, par A. Névot.

5D’autres fois il s’agira, en particulier pour les textes concernant les Drung par S. Gros, les Miao par C. Grillot et aussi les Sani par A. Névot, de faire apparaître les spécificités culturelles, souvent rituelles, de ces sociétés, aux prises avec la politique gouvernementale d’uniformisation et de déstructuration à visée socialiste ; on y montre en même temps à quel point le ressort de cette politique est semblable, toutes choses égales par ailleurs, à celui d’autres pratiques chinoises de gouvernement, appliquées en milieu han, et qui se perpétuent depuis des millénaires. On peut voir aussi comment, si l’on passe l’écran du discours politique, on retrouve à travers l’ensemble du pays un fil directeur proprement chinois, notamment à travers des aspects de la religion, du rituel et de l’écriture.

6Le texte d’É. Flamans est, à l’origine, une étude réalisée pour son article de DEA remanié pour l’occasion, sur la manière dont les croyances et les schèmes de pensée peuvent sans peine être transférés en d’autres lieux — en France par exemple — où ils suscitent des pratiques qui semblent être restées « bien chinoises » : Notre-Dame-des-Naufragés, la « Marie » de la pointe du Raz et la déesse chinoise Mazu ne forment plus qu’une seule et même divinité qui exauce les vœux de la famille Yang !

7Enfin, C. Grillot, rendant compte de son nouveau terrain, dresse un état des lieux ethnologique de la société des jeunes musiciens de rock de la ville de Chengdu, en son lieu privilégié : le Little Bar. La quête de « modernité », la volonté de cette jeunesse « rebelle » de se frayer un accès au monde n’est pas sans rappeler, à certains égards, la démarche des jeunes moines taoïstes à la recherche, eux aussi, aujourd’hui, d’une culture de soi.

8Ce numéro d’Ateliers aura permis de mettre en place entre ses auteurs une dynamique de travail qui devrait se poursuivre à l’avenir. Tous les textes ont circulé, suscitant remarques, suggestions et commentaires de la part de chacun, notamment lors de deux réunions de discussion à leur sujet. Il est donc bien évident que chacun des auteurs est redevable aux autres de leurs remarques et commentaires.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ateliers, n° 24 (août 2001), pp. 5-7.

Référence électronique

Brigitte Baptandier, « Préface », Ateliers [En ligne], 24 | 2001, mis en ligne le 12 mai 2015, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://ateliers.revues.org/8715 ; DOI : 10.4000/ateliers.8715

Haut de page

Auteur

Brigitte Baptandier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org