Navigation – Plan du site

L’agentivité en ethnosyntaxe

Agency and ethnosyntax
Michel de Fornel

Résumés

L’auteur montre la pertinence, dans la recherche de ces dernières années, d’une perspective pragmatique et interactionnelle. Il pose les jalons d’une réflexion qui envisage l’ethnosyntaxe comme lieu possible, selon la langue considérée et selon les positions différentielles de l’agent et du patient, d’une validation ou d’une invalidation de l’agentivité révélatrice du formatage de faits de culture par des faits de langue.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Le terme agency a été traduit de façon très variable : action, capacité d’action. Nous avons retenu (...)

1Depuis quelques années, l’agentivité1 — la propriété pour une action d’avoir un agent — est devenue une question centrale en anthropologie linguistique. Il suffit d’ouvrir un manuel portant sur ce domaine pour constater qu’est placée au cœur du dispositif ethnographique une perspective pragmatique et interactionnelle : le langage est conçu comme une forme d’action, et l’action est elle-même rapportée à ses expressions discursives (l’étude d’un rituel chamanique inclut ainsi l’analyse pragmatique des incantations qu’il comporte). D’où l’influence en anthropologie linguistique des théories en sciences sociales qui se sont préoccupées de comprendre la relation entre un agent et une action et qui proposent une approche qui ne résolve pas le dualisme action/structure en postulant que les structures sociales sont incorporées ou internalisées sous forme de normes partagées servant de guide voire de disposition causale à l’action. Des courants tels que la théorie de l’habitus de Pierre Bourdieu et l’ethnométhodologie ont en particulier montré que la réduction des capacités d’action des agents au rang de simple corrélat des structures sociales revenait à faire de ceux-ci des « automates » (Bourdieu, 1980) ou des « idiots culturels » (Garfinkel, 1967) qui sont agis par les règles ou les normes. Bourdieu dans Le sens pratique soutient que l’action pratique est différente, dans son accomplissement, de la reconstruction objective qu’en réalise le chercheur. Par un retour réflexif sur les conditions de l’objectivation, celui-ci peut avoir accès à la structure spécifique de l’action pratique de même qu’au sens pratique de l’agent pris dans une interaction (caractéristique temporelle propre, etc.). L’ethnométhodologie s’intéresse à l’action pratique non seulement en tant qu’elle est vécue par les acteurs, mais aussi et surtout en tant qu’elle se déroule de façon visible dans un cadre donné. C’est le processus complexe de coordination des actions qui donne forme à l’interaction — qu’il s’agisse d’une conversation ou d’un rituel — et que l’on cherche à analyser. Selon cette conception, pour rendre compte de l’agentivité, il faut étudier les interactions en tant que telles, c’est-à-dire comme un thème et non comme une ressource, ce qui implique de partir de l’étude empirique d’enregistrements sonores et audiovisuels de discours oraux.

2L’hypothèse est que si les actions peuvent être décrites et catégorisées par le chercheur (autrement dit si elles sont « accountables »), c’est d’abord parce qu’elles ont fait l’objet d’une attribution réciproque de sens par les agents. Le primat de l’agentivité renvoie donc au fait que l’action pratique est à la fois indexicale et réflexive : indexicale parce que, comme les termes déictiques, le sens d’une action dépend de son contexte d’occurrence, tout en contribuant à le transformer ; réflexive parce que le contexte donne son sens à une action, mais inversement l’action contribue à élaborer le contexte. Sous des variantes diverses, l’idée que les personnes ne sont pas seulement soumises aux contraintes de la culture dans laquelle elles s’inscrivent, mais manifestent une agentivité en contribuant activement à la produire et à la reproduire au travers de leurs activités a joué un rôle croissant dans les travaux en ethnologie et en anthropologie linguistique, en particulier dans les études de la performativité des rituels, des cadres de participation à l’œuvre dans les situations cérémonielles, etc. Si le primat de l’agentivité ne fait guère de doute pour les humains, l’anthropologie a été confrontée à la question de savoir s’il en est de même pour les non-humains.

  • 2 Les langues ergatives, présentes en particulier dans le Caucase, en Australie et en Amazonie, sont (...)
  • 3 Cf. par exemple Croft, 2001 ; Dixon, 1994 ; Dowty, 1991 ; Hopper et Thompson, 1980 ; Manning, 1996.

3Les matériaux ethnographiques, en particulier les divers genres de discours où se manifestent de façon particulièrement saillante les phénomènes d’agentivité, ne pouvaient manquer d’attirer l’attention sur la façon dont l’agentivité est conceptualisée dans les langues. De nombreux travaux en linguistique se sont en effet attachés à en décrire les propriétés grammaticales, en particulier dans les langues ergatives2, où il s’avère nécessaire de distinguer entre d’une part le sujet d’une phrase transitive (qui est souvent sur le plan sémantique l’agent) et d’autre part l’objet d’une phrase transitive et le sujet d’une phrase intransitive. La linguistique cognitive a en particulier contribué au renouveau des études sémantiques sur l’agentivité en introduisant l’idée qu’une catégorie de type agent ne devait pas être conçue en termes de conditions nécessaires et suffisantes, mais sous forme de dimensions sémantiques variables de type causalité, volition, animéité, contrôle3. Seuls les agents prototypiques comportent l’ensemble de ces dimensions, les déviations du prototype étant attendues et se traduisant par l’emploi d’une morphosyntaxe ou de constructions grammaticales particulières.

Une synthèse de deux approches ?

4Au refus d’une conception de l’agent agi par des normes, soumis à des contraintes sociales et à l’affirmation des multiples formes d’agentivité que manifeste l’accomplissement ethnographiquement situé des pratiques sociales, semble donc faire écho, du côté de la linguistique, l’abandon d’une conception unitaire de l’agent au profit d’entités manifestant divers degrés d’agentivité. Une telle convergence d’intérêt entre les recherches anthropologiques et linguistiques a incité récemment certains chercheurs à tenter de réaliser une synthèse entre les travaux anthropologiques et linguistiques, tentative qui s’est traduite par la recherche d’une caractérisation de l’agentivité commune aux deux domaines. Pour Laura M. Ahearn (2001a et b), l’agentivité renvoie à la capacité à agir, conçue comme socioculturellement médiatisée. L’intérêt du rapprochement lui paraît être que :

While practice theory offers several promising avenues that treat agency and structure as mutually constitutive, I maintain that attending closely to linguistic structures and practices can shed even more light on practice theorists’ main dilemma : how social reproduction becomes social transformation. Because grammatical categories within particular languages construct the roles of Subject, Agent, and Object differently, researchers can benefit from examining such categories carefully when listening to how people attribute responsability, credit, or blame for an event (Ahearn, 2001b : 131).

On notera cependant que la définition qu’elle propose s’inscrit encore dans un cadre normatif. Il est aussi fort douteux que l’étude des relations casuelles dans une langue donnée et des propriétés agentives (et « patientives ») de certains membres d’un cadre de participation puisse contribuer à l’élucidation de questionnements d’ordre macrosocial (la dialectique entre reproduction et transformation d’un ordre social). De même, Alessandro Duranti propose la définition suivante :

Agency is here understood as the property of those entities (i) that have some degree of control over their own behavior, (ii) whose actions in the world affect other entities’ (and sometimes their own), and (iii) whose actions are the object of evaluation (e. g. in terms of their responsability for a given outcome) (Duranti, 2006 : 453).

5Il est clair que cette définition n’est pas aisément compatible avec celle d’Ahearn. La notion d’agentivité telle qu’elle est utilisée (et critiquée) par les sciences sociales (et reprise par Ahearn) est centrée sur l’agent et sa capacité à agir, alors que la linguistique s’intéresse à la relation agent-patient au travers d’une relation transitive (définition reprise par Duranti). Il est vrai que Duranti essaie d’introduire (par le trait (i)) une dimension intentionnelle de l’action que l’on retrouve dans certains courants des sciences sociales. Le problème est que ce trait apparaît superfétatoire pour caractériser la relation agent-patient dans les langues. Une telle définition ne fait que conjoindre les caractéristiques des deux domaines, alors qu’il faudrait plutôt ne pas perdre de vue leur tension critique. De telles définitions ne font en définitive ni justice aux avancées récentes en sciences sociales (il s’agit de se défaire d’une conception normative de l’action) ni en linguistique (où l’on s’est attaché à décomposer en de multiples dimensions les rôles d’agent et de patient). Certes courageuses, les tentatives de synthèse d’Ahearn et de Duranti ne sont qu’un premier pas. Reconnaissons que les acquis récents en matière d’agentivité dans les sciences du langage ne peuvent être directement intégrés par les recherches sociologique et anthropologique. Inversement, les directions nouvelles prises par l’anthropologie linguistique et visant à surmonter le dualisme agent/structure ne peuvent contribuer, en l’état, aux recherches linguistiques.

6La raison d’un tel échec tient sans doute à ce qu’une synthèse fondée sur la recherche du plus petit commun dénominateur ne peut en définitive que conduire à des généralisations hâtives. Examinons brièvement les conclusions en matière de langues auxquelles arrive Duranti au terme de son rapprochement des problématiques des deux domaines :

(2a) Centrality of agency in languages. All languages have ways of representing agency.
(2b) Diversity of encoding of agency. There is variation both across languages and within the same language in the way in which agency is represented.
(2c) Mitigation of agency. All languages have ways of mitigating, that is, modulating some of the properties of agency as defined in (1) by means of a number of grammatical and discourse strategies, including omission (i. e. no mention of agent at all) and alternative grammatical framings (e. g. variation in the expressed connection between an event and the entity that might have caused it)
(Duranti, 2006 : 460).

  • 4 Sur ce point, on consultera Mithun, 1991 ; Désveaux et Fornel, 2006.

7S’il est indéniable que l’agentivité est un phénomène présent dans toutes les langues, on ne peut pour autant soutenir qu’il y occupe nécessairement une place centrale. C’est précisément un aspect que la diversité des langues invite à explorer. En effet, dans des langues comme le français et l’anglais, la distinction sujet-objet est au cœur de l’organisation grammaticale et celle d’agent-patient n’y occupe qu’un rôle secondaire (on a tout aussi bien en position sujet Pierre mange une pomme que Pierre s’ennuie). C’est le contraste avec les langues agent-patient (comme le dakota-lakhota, le pomo, etc.), qui comportent un système grammatical codant les arguments d’une partie des verbes intransitifs avec les agents des verbes transitifs, et les arguments de la partie restante avec les patients de ces verbes, qu’il faut comprendre4. Deux classes de pronoms servent à distinguer des arguments agent et patient selon le type de prédicat verbal, respectivement actif ou statif. Les verbes statifs (ou neutres) constituent la classe majoritaire et ne comprennent que des prédicats intransitifs. Les verbes actifs forment une classe restreinte de prédicats transitifs et intransitifs, les pronoms dits objectifs apparaissant aussi comme objet direct des phrases transitives. Ainsi, le dakota-lakhota constitue donc un système grammatical codant les arguments d’une partie des verbes intransitifs avec les agents des verbes transitifs, et les arguments de la partie restante avec les patients de ces verbes. Dans l’exemple suivant

amayaphe
/a-ma-ya-phe/
Locatif-1P-2P-frapper tu me frappes (L)

la construction transitive comporte le pronom sujet de seconde personne ya- et le pronom objet de première personne ma-, qui a la même forme que dans les emplois statifs de type :

imapuza
i-ma-puza
1P-avoir soif (ipuza) j’ai soif (L)

Pour des langues présentant un tel système, c’est au contraire le caractère secondaire (voire inexistant selon certains linguistes) du sujet qu’il faut expliquer. On conçoit alors que l’hypothèse du caractère universel des processus d’atténuation de l’agentivité, que reprend Duranti, soit contestable, puisqu’elle doit nécessairement être spécifiée différemment selon que la langue accorde ou non une place centrale à la notion d’agent. Les conclusions de Duranti en matière de langues apparaissent au total peu éclairantes.

L’agentivité des entités surnaturelles du monde amérindien

  • 5 Viveiros de Castro, 1992, 1996 ; Descola, 2005.
  • 6 Les esprits-maîtres sont les maîtres de certains animaux, ou espèces animales.

8L’anthropologie du monde amérindien peut occuper une place importante dans l’étude des phénomènes d’agentivité, car les matériaux ethnographiques qu’elle recueille l’incitent nécessairement à élargir la perspective et à s’interroger non seulement sur la façon dont les sociétés conceptualisent l’agentivité des humains, mais aussi celle des non-humains, en particulier des entités surnaturelles, des esprits qui peuplent les mondes des communautés qu’elle étudie. Pour s’en tenir à la question de l’animisme des sociétés amazoniennes, il est clair que l’hypothèse d’une réciprocité ou d’un antagonisme, d’une hiérarchie entre humains et non-humains, entre humains et esprits, et de façon générale la thèse du perspectivisme, dépend du calibrage réciproque des propriétés agentives5. On ne doit pas en conséquence présupposer l’existence de ces dernières, mais les étudier en tant que telles dans leur diversité. De même, définir, tel que le fait Eduardo Viveiros de Castro, le chamanisme comme la capacité que possèdent certains individus de franchir les frontières ontologiques de façon délibérée suppose de définir au préalable les dimensions de l’agentivité que l’on met implicitement en œuvre. Un programme se dessine donc, celui de l’étude des propriétés agentives (volition, intentionnalité, contrôle, performativité) des entités humaines et surnaturelles que l’on rencontre dans les mythes et les rituels de nombreuses communautés de l’Amérique indigène. Ce programme vise à mieux comprendre les capacités d’action d’entités telles que les maîtres des animaux6, les esprits-gardiens, et les modes d’interactions qu’ils entretiennent avec les humains. Cette compréhension passe par l’étude approfondie des relations d’agentivité entre les entités présentes dans les divers genres discursifs — mythes, rituels, chants, etc. — recueillis (et transcrits) lors des enquêtes ethnographiques. En conséquence, il est nécessaire de mobiliser l’examen approfondi de fragments souvent importants de corpus, qui ne servent pas seulement à illustrer tel ou tel argument, mais constituent la base empirique indispensable aux analyses.

9Une telle approche ouvre la voie à un rapprochement avec les études sur l’agentivité menées en linguistique et offre un cadre de travail permettant d’associer de façon productive faits de culture et faits de langue. Ainsi, les contributions ethnologiques ne doivent pas se préoccuper seulement de déterminer les caractéristiques agentives des entités humaines et surnaturelles, mais être attentives à leur expression discursive et grammaticale. En particulier, il est important de se demander si les esprits-maîtres sont traités sur le plan grammatical comme des agents (ou des expérienceurs, des instruments, etc.) et si les entités affectées sont traitées comme des patients, ce qui suppose de déterminer quelles propriétés sémantiques leur sont attribuées. Cette orientation implique de déterminer le statut précis que la langue dans laquelle sont formulés le mythe ou le rituel accorde à ces rôles sémantiques. Il est fort possible que l’intersection se révèle nulle ou partielle, autrement dit que les entités surnaturelles soient pourvues de propriétés agentives sans pour autant être traitées sur le plan grammatical comme agent, soit parce que la langue n’accorde à celui-ci qu’un statut pragmatique (c’est la proposition de Van Valin et Wilkins pour l’anglais, 1996), soit parce qu’il lui assigne un autre rôle sémantique (experienceur, instrument, par exemple). Mais il se peut aussi que l’on ait affaire à une cohérence forte et que les représentations et le marquage morphosyntaxique marchent de concert, en particulier parce que la langue assigne un statut central, sur le plan grammatical, à la relation agent-patient.

*

* *

  • 7 Enfield, 2002. Selon cet auteur, l’ethnosyntaxe peut se définir au sens étroit comme l’étude des co (...)

10Dans la perspective d’ethnosyntaxe qui est la nôtre7, il peut être utile, pour comprendre le statut grammatical de l’agentivité, d’étudier les comportements différentiels des entités qui peuvent occuper la place d’agent et de patient, tout particulièrement dans les langues qui peuvent être considérées sur le plan typologique comme des langues Agent/Patient ou comme des langues ergatives. De façon complémentaire, une perspective ethnopragmatique d’étude du contexte d’intégration rituelle avec les esprits s’intéressera aux modes d’inscription pragmatiques, en particulier performatifs, de l’agentivité.

11Comme l’a remarqué Ronald Langacker, les rôles sémantiques « are first and foremost linguistic constructs, but rather pre-linguistic conceptions grounded in everyday experience » (1991 : 284). Le danger est d’utiliser pour ce faire l’arrière-plan culturel propre à une langue comme le français ou l’anglais et non celui de la communauté des locuteurs de la langue en question. La linguistique s’est largement limitée à une perspective universalisante, et n’a pas assez tenu compte du fait que les « conceptions prélinguistiques » en matière d’agentivité pouvaient varier socialement et culturellement. Pour l’ethnosyntaxe, il faut en conséquence analyser la place de l’agentivité dans les constructions grammaticales des langues étudiées en tenant compte des représentations et des croyances associées à ces entités fournies par les matériaux ethnographiques. Quel que soit le cas de figure en cause, on peut attendre de l’étude des relations entre les deux domaines une meilleure compréhension de l’originalité des phénomènes d’agentivité propres à ces langues et à ces cultures.

Haut de page

Bibliographie

Ahearn, Laura M.
2001a Agency, Journal of Linguistic Anthropology, 9 (1) : 9-12.
2001b Language and agency, Annual Review of Anthropology, 30 : 109-137.

Bourdieu, Pierre
1980 Le sens pratique (Paris, Éditions de Minuit).

Croft, William
2001 Radical construction grammar : Syntactic theory in typological perspective (Oxford, Oxford University Press).

Descola, Philippe
2005 Par-delà nature et culture (Paris, Gallimard) [Bibliothèque des sciences humaines].

Désveaux, Emmanuel et Fornel, Michel de
2006 De l’ojibwa au dakota : pour une analyse transformationnelle des langues amérindiennes, Journal de la Société des américanistes, 92 (1-2) : 165-201.

Dixon, Robert M. W.
1994 Ergativity (Cambridge, Cambridge University Press).

Dowty, David R.
1991 Thematic proto-roles and argument selection, Language, 67 : 547-619.

Duranti, Alessandro
2006 Agency in language, in A. Duranti (éd.), A companion to linguistic anthropology (Malden, MA, Blackwell) : 451-473.

Enfield, Nick J. (éd.)
2002 Ethnosyntax : Explorations in grammar and culture (Oxford, Oxford University Press).

Garfinkel, Harold
1967 Studies in ethnomethodology (Englewood Cliffs, NJ, Prentice-Hall).

Hopper, Paul J. et Thompson, Sandra A.
1980 Transitivity in grammar and discourse, Language, 56 : 251-299.

Langacker, Ronald
1991 Foundations of cognitive grammar, vol. 2 (Stanford, Stanford University Press).

Manning, Christopher D.
1996 Ergativity : Argument structure and grammatical relations (Stanford, csli Publications).

Mithun, Marianne
1991 Active/agentive case marking and its motivations, Language, 67 : 510-546.

Van Valin, Robert D. Jr. et Wilkins, David P.
1996 The case for « Effector » : Case roles, agents and agency revisited, in Masayoshi Shibatani et S. A. Thompson (éd.), Grammatical constructions : Their form and meaning (Oxford, Oxford University Press) : 289-322.

Viveiros de Castro, Eduardo
1992 From the enemy’s point of view : Humanity and divinity in an Amazonian society (Chicago et Londres, University of Chicago Press).
1996 Images of nature and society in Amazonian ethnology, Annual Review of Anthropology, 25 : 179-200.

Haut de page

Notes

1 Le terme agency a été traduit de façon très variable : action, capacité d’action. Nous avons retenu le terme d’agentivité, courant en linguistique.

2 Les langues ergatives, présentes en particulier dans le Caucase, en Australie et en Amazonie, sont en général décrites comme des langues comportant un système de relations grammaticales où, à la différence des langues « accusatives », c’est le patient, et non pas l’agent, qui est syntaxiquement proéminent.

3 Cf. par exemple Croft, 2001 ; Dixon, 1994 ; Dowty, 1991 ; Hopper et Thompson, 1980 ; Manning, 1996.

4 Sur ce point, on consultera Mithun, 1991 ; Désveaux et Fornel, 2006.

5 Viveiros de Castro, 1992, 1996 ; Descola, 2005.

6 Les esprits-maîtres sont les maîtres de certains animaux, ou espèces animales.

7 Enfield, 2002. Selon cet auteur, l’ethnosyntaxe peut se définir au sens étroit comme l’étude des constructions grammaticales qui encodent sur le plan sémantique des significations culturelles et, au sens large, comme l’étude des contraintes sociales qui pèsent sur les choix grammaticaux et les manières dont la culture influence la description grammaticale elle-même. Sans nier l’intérêt de la définition large, c’est la définition étroite qui paraît à l’heure actuelle la plus prometteuse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel de Fornel, « L’agentivité en ethnosyntaxe », Ateliers du LESC [En ligne], 34 | 2010, mis en ligne le 27 septembre 2010, consulté le 19 août 2017. URL : http://ateliers.revues.org/8633 ; DOI : 10.4000/ateliers.8633

Haut de page

Auteur

Michel de Fornel

Directeur d’études ehess, Institut Marcel Mauss-umr 8178, cnrs/ehess (Paris)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org