Navigation – Plan du site

Le temps d’un président. Étude ethnographique d’une cérémonie républicaine

Christine Jungen

Texte intégral

1La Constitution mise en place sous l’impulsion de Charles de Gaulle prévoit à partir de 1962 l’élection au suffrage universel du président de la République pour une durée initialement de sept ans, ramenée en 2000 à cinq ans. Le respect de cette limitation dans le temps du mandat présidentiel, allié à l’alternance à la charge de président, constitue de toute évidence une des clés du fonctionnement de la Ve République. Cette conception institutionnelle du pouvoir suprême et de celui qui en a la charge pourrait se résumer par la formule Primus inter pares ; en d’autres termes, le président n’est qu’un citoyen parmi d’autres auquel incombe, pour un temps seulement, la charge de mener la destinée de la nation.

2C’est une conception qui s’oppose radicalement à celle de la France sous l’Ancien Régime. Rappelons en effet que la royauté française s’est construit une légitimité dynastique et de droit divin tendant à l’expression de la personne royale dans le registre du sacré. Cette tentative de sacralisation royale a par ailleurs été soutenue au Moyen Âge par la fiction théologique des deux corps du roi mise en lumière par Kantorowicz (1989). Celle-ci visait à relier le corps naturel du roi à un corps mystique, impérissable, de manière à transcender la discontinuité des rois par la pérennité du roi. Cette théorie élaborée par les juristes et les théologiens a tenté d’apporter une réponse au paradoxe que constitue inévitablement la rupture à chaque fois renouvelée — la discontinuité des corps naturels — d’une entité conçue comme pérenne — la continuité du corps mystique et politique.

3Or, il convient de remarquer que si la République s’est avant tout construite contre la royauté, la question de la sacralisation du chef de l’État est néanmoins redevenue d’actualité sous la Ve République, et ce tout particulièrement durant la présidence de François Mitterrand dont les humoristes se sont plu à souligner le caractère monarchique, voire divin. Peut-on, comme l’a suggéré Marc Abélès (1990), transposer la théorie des deux corps du roi à l’actuel régime républicain ? Plus précisément, comment s’articulent aujourd’hui l’alternance des présidents, structurelle à la République, et la continuité de cette même république ? Pour tenter de répondre à ces questions, j’ai choisi de m’intéresser à la journée d’investiture des présidents de la République, ce moment privilégié de l’installation publique d’un président à la tête de l’État, telle que l’ont pratiquée les chefs d’État français depuis 1958. J’y analyserai les logiques propres au cérémonial tout comme les stratégies personnelles qui s’y font jour en montrant la manière dont s’articule la tension toujours renouvelée entre d’une part l’alternance à la tête de l’État d’hommes, de politiques, de stratégies, et d’autre part la pérennité républicaine.

4L’étude concerne globalement les investitures des débuts de la Ve République jusqu’en 1995, et plus particulièrement celles de 1974 (Valéry Giscard d’Estaing), 1981 (François Mitterrand) et 1995 (Jacques Chirac), à travers les articles de la presse quotidienne, dont les descriptions et les commentaires seront utilisés comme des éléments d’une ethnographie particulière.

La journée d’investiture : descriptif

  • 1 J’appelle « cérémonie type » la cérémonie telle qu’on la retrouve dans ses grands traits au long de (...)

5Le cérémonial d’investiture se caractérise à la fois par sa longueur et sa complexité, au point qu’on peut dire qu’il est constitué de plusieurs cérémonies distinctes. Ces différentes phases, dont chacune a une signification propre, s’ordonnent dans le temps sur une journée entière. Le cérémonial type1 se déroulerait ainsi en quatre étapes, formées à leur tour d’une série de séquences.

6Première étape : le président de la République nouvellement élu arrive à l’Élysée ; il emprunte, seul, le tapis rouge qui mène au perron, en bas duquel l’attend le président sortant. Les deux hommes se serrent la main, puis se rendent ensemble à l’intérieur du palais. Ils ont un entretien privé au cours duquel sont transmis un certain nombre de secrets d’État, dont le code activant la force de frappe nucléaire. Tandis que les deux hommes sont en tête-à-tête, les invités à la cérémonie arrivent progressivement et se rassemblent dans la salle des fêtes de l’Élysée. L’entretien terminé, le nouveau président raccompagne l’ancien sur le perron. Le président sortant descend seul les marches vers la voiture dans laquelle il quitte le palais présidentiel.

  • 2 La règle de l’ordre veut que seul un grand-croix de la Légion d’honneur puisse devenir grand maître (...)

7Deuxième étape : le nouveau président de la République se rend dans la salle des fêtes où sont désormais réunis les corps constitués de l’État. C’est là que le président du Conseil constitutionnel investit officiellement le président dans ses fonctions : il proclame au nom du Conseil constitutionnel son élection à la charge de la présidence de la République, et lui remet à ce titre le document officiel confirmant son élection. Le grand chancelier de l’ordre national de la Légion d’honneur présente alors le collier de l’ordre au président de la République, qui est désormais grand maître de la Légion d’honneur2. Vingt et un coups de canons tirés depuis les Invalides marquent la prise de fonction. Celle-ci est suivie par une brève allocution du président nouvellement investi, lequel salue ensuite un par un les invités présents. Enfin, il se rend à l’extérieur du palais afin de saluer le drapeau français au son de l’hymne national joué par la Garde républicaine, et de passer en revue les troupes de la Garde.

8Troisième étape : en début d’après-midi, le président de la République quitte l’Élysée en direction de l’Arc de triomphe. Accueilli par le président du comité de la Flamme, il dépose une gerbe de fleurs sur la tombe du Soldat inconnu et en ranime la flamme. Une minute de silence est observée pendant laquelle retentit la sonnerie aux morts. À la fin de la cérémonie, le président retourne à l’Élysée.

9Quatrième et dernière étape : le président se rend à l’Hôtel de Ville, où il est reçu par le maire et les conseillers parisiens avec les mêmes honneurs que ceux rendus à un chef d’État étranger. Après les discours prononcés respectivement par le maire de Paris puis par le chef de l’État, la visite officielle s’achève par la remise à ce dernier de la médaille de la Ville de Paris.

10Il est à remarquer que ce rituel ne s’applique que partiellement lors d’une réélection. En effet, en 1965 (réélection de Charles de Gaulle) comme en 1988 (réélection de François Mitterrand), seule l’investiture officielle est effectuée. Le président réélu ne se rend ni à l’Arc de triomphe, ni à l’Hôtel de Ville.

11D’autre part, le départ prématuré d’un président modifie la signification de la cérémonie. À la suite de la démission de Charles de Gaulle en 1969, et du décès de Georges Pompidou en 1974, c’est le président du Sénat (Alain Poher dans les deux cas) qui, en sa qualité de président de la République par intérim, a reçu respectivement Georges Pompidou et Valéry Giscard d’Estaing lors de leurs installations à l’Élysée, sans que du reste le protocole général de la cérémonie n’ait subi de modifications. Or, dans ce cas, la prise de pouvoir précède l’installation officielle : c’est ainsi qu’en 1969 les pouvoirs présidentiels sont conférés à Georges Pompidou la veille de son investiture, et que, de même, Valéry Giscard d’Estaing entre en fonction en 1974 trois jours avant la cérémonie officielle.

12On peut d’ores et déjà proposer deux éléments d’analyse. En premier lieu, nous avons vu que la cérémonie restait circonscrite au palais présidentiel dans le cas d’une réélection ; le parcours présidentiel qui s’effectue dans Paris à la suite de la prise de fonctions à l’Élysée marque par conséquent une investiture incluant le changement de personnes à la tête de l’État. En second lieu, comme on vient de le voir, seule la passation de pouvoirs entre deux présidents de charge et de légitimité égales marque la cérémonie d’investiture comme véritable moment de la prise de fonctions du nouveau président.

Une République éternelle

Entre spectacle et liturgie

13Ce lieu de l’alternance qu’est la cérémonie est aussi et en premier lieu une répétition scénique et codifiée d’un rituel immuable. C’est en effet la continuité de la république qui est visée, permettant dans un premier temps de réduire l’alternance au profit de la perpétuation, ou du moins d’inscrire la première au cœur de la seconde.

  • 3 Le Monde, 18 janvier 1954.

14Le protocole en est l’expression la plus visible. Il se veut immuable, et réitéré de manière inaltérable à chaque investiture. Il prend ses sources dans les débuts de la république, il traduit la continuité du fond au-delà de la modification des formes. Le registre de continuité historique qu’on peut déceler en filigrane ressort clairement à certaines occasions : le journal Le Monde signalait en 1954, lors de l’accession de René Coty à la présidence de la République, les difficultés du service protocolaire confronté à la première passation (entre Vincent Auriol et René Coty) depuis la guerre ; il était en effet nécessaire de reproduire scrupuleusement les conditions d’investiture d’avant-guerre, alors même qu’une bonne partie des archives avait disparu au cours du conflit3. Pour des raisons évidentes, il était vital, durant la période de reconstruction qui a suivi la Libération, de symboliser par tous les moyens la pérennité de la république par-delà les soubresauts de l’Histoire. Le déroulement protocolaire conforme dans ses moindres détails à celui qui l’a précédé dans le temps est un garant de la continuité de la république, un marqueur de sa perpétuité.

15Par ailleurs, la fonction répétitive du protocole se double d’une mise en scène, d’un spectacle préparé soigneusement. Sa grande pompe (tapis rouges, gardes républicains chamarrés, huissiers en tenue d’époque) et son déroulement précis participent à son efficacité. L’ordre scénique passe également par une mise en exergue dans la relation journalistique des moments privilégiés ; tous les actes, dont le programme est annoncé à l’avance, sont ensuite méticuleusement chronométrés par les journalistes. En voici quelques exemples :

À 10 h 24, en avance de six minutes sur l’horaire prévu, M. Giscard d’Estaing […] pénètre dans la salle des fêtes (Le Monde, 28 mai 1974).

À 10 h 34, dans la salle des fêtes […] M. Roger Frey, président du Conseil constitutionnel, proclame officiellement les résultats de l’élection présidentielle (Le Monde, 22 mai 1981).

À 10 h 59, la pluie cessa de tomber. François Mitterrand apparut en haut du perron (Le Monde, 19 mai 1995).

Le minutage précis — et le respect de l’horaire — participe ainsi à l’ordonnance de la cérémonie, support de la mise en scène. L’organisation du récit journalistique souligne de cette manière l’importance, voire la dramatisation de ce qui en constitue les actes clés.

16Aucune entorse au protocole n’échappe par ailleurs à la vigilance des journalistes présents : en 1969, ils relèvent que Roger Frey, président du Conseil constitutionnel, refuse de serrer la main d’Alain Poher, président du Sénat, à l’issue de l’investiture de Georges Pompidou. Or, de toute évidence, aucun incident ne saurait affecter le bon ordre de la cérémonie : les cabinets respectifs des deux hommes publieront dès le lendemain un communiqué commun démentant cette anicroche ; la nécessité de rétablir une vérité officielle sur ce « mini-événement » indique à quel point l’importance accordée au bon déroulement de la cérémonie prime sur un désordre éventuel.
 

17La ritualisation de l’événement, la solennité qui en découle passent ainsi par la pompe, l’ordre et la mise en relief des temps successifs de l’investiture.

  • 4 Cf. Rivière, 1988.
  • 5 Le général de Boissieu était alors le gendre de Charles de Gaulle…

18On peut toutefois se poser la question de l’impact réel du cérémonial au vu de l’affaiblissement progressif que connaissent de nos jours les fêtes républicaines et les symboles qui leur sont liés4. Et pourtant, ce ne sont pas des actes dépourvus de signification, comme en témoigne notamment l’incident qui s’est produit en 1981 : le général de Boissieu, alors grand chancelier de la Légion d’honneur, s’était refusé à faire allégeance au président Mitterrand5 ; sa démission soudaine avait provoqué la panique au cœur des services présidentiels. C’est finalement le général Biard, en sa qualité de doyen des grands-croix de l’Ordre, qui avait été désigné in extremis pour remettre le collier de l’ordre au président. On voit ici que les gestes exécutés au cours du protocole sont tous pleinement ressentis par les acteurs. Le code suivi par chacun des protagonistes, la signification qu’ils y projettent permettent la ritualisation de la mise en scène, qui finalement est une mise en ordre. Elle rend possible la transcendance de l’aspect « spectacle » de la cérémonie dans un registre émotionnel comparable au registre liturgique.

19Cette transcendance émotionnelle, qui donne son sens au spectacle et permet de dépasser la simple mise en scène, se retrouve dans l’interaction entre le public et les acteurs qui partagent la même émotion. Rappelons la remarque de D. Dayan et E. Katz à ce sujet : « Les réactions du public sont essentielles à ce qui fait une cérémonie. Sans elles il ne reste qu’un cadre rituellement vacant » (1983 : 5).

20Le public, présent devant l’Élysée et massé sur les lieux que le président visite au cours de la journée, d’une part est spectateur (on vient en premier lieu pour assister à la cérémonie, pour voir le président), et d’autre part fait partie inhérente du cérémonial en ce qu’il y participe par sa présence et par son action. Il acclame le président, il vit une émotion proche du registre liturgique :

Les jeunes courent dans les contre-allées en criant tandis que crépitent les applaudissements […] S’écrabouillant dans la bonne humeur contre les barrières, nombreux sont ceux qui ne voient rien. « Tant pis ! On a au moins l’atmosphère ! Pour les images, j’attendrai ce soir ; à la télé… » (Le Figaro, 18 mai 1995).

  • 6 Le Figaro, 28 mai 1974.

Le Figaro décrit de même en 1974 le « frisson » soulevant la foule au fur et à mesure du passage de Giscard d’Estaing lorsqu’il remonte les Champs-Élysées6. La communion dans le rituel des acteurs et des spectateurs est indispensable pour donner à la mise en scène un caractère véritablement liturgique.

21À la fois spectacle et liturgie, la cérémonie est créatrice de solennité et d’émotion. C’est également la démonstration de sa capacité à intégrer les acteurs au cœur d’un rituel qui, on va le voir, est proprement républicain.

L’imaginaire de la République

22La cérémonie d’investiture permet également la mise en relation de la personne présidentielle avec l’essence républicaine. Un aspect évident du rituel est en effet la mise en exergue des symboles républicains : le drapeau tricolore, la Marseillaise, la Garde républicaine sont communs à toutes les fêtes républicaines (notamment le 14-Juillet et le 11-Novembre). Cependant, contrairement à celles-ci, le président ici ne préside pas la cérémonie, il en est l’acteur principal : il salue le drapeau, la Garde lui rend les honneurs, etc. ; il s’inscrit de cette manière au cœur du cérémonial, au cœur de la liturgie républicaine. Citons également à cet effet la proclamation des résultats de l’élection présidentielle, dont le texte est ensuite remis en mains propres au président. C’est bien sûr le symbole de sa légitimité, mais aussi un lien concret entre le président et l’essence de la Ve République.

  • 7 C’est une de ses fonctions définie par la Constitution, comme le rappelle l’article 5 : « Le Présid (...)

23De surcroît, l’usage veut que le président salue une par une toutes les personnes présentes à l’Élysée à la suite de l’intronisation officielle. C’est, là encore, l’inscription du président au sein du système et de ceux qui le représentent (présidents et délégués des Assemblées, Conseil constitutionnel…) qui est privilégiée, en ce qu’elle permet la mise en place au centre des institutions républicaines de l’homme qui sera le garant de leur continuité7.

24Cette mise en relation personnalisée vise à insérer le président dans un cadre républicain qui, par ailleurs, fait appel à une symbolique bien précise. Les références et les symboles républicains forment en effet un ensemble assez composite d’éléments qui parfois n’ont que peu en commun, mais qui tous sont inscrits dans l’histoire la France, tels l’hymne national qui se réfère à l’époque révolutionnaire, la Légion d’honneur remontant à l’ère napoléonienne… L’Arc de triomphe fait appel à une double référence, puisqu’il commémore à la fois les victoires françaises sous le Premier Empire et la Première Guerre mondiale à travers la tombe du Soldat inconnu.

25L’investiture d’un nouveau président est ainsi l’occasion d’intégrer un certain nombre d’éléments de l’histoire française dans la mémoire républicaine. Car c’est bien celle-ci, qui est ici en jeu. Remarquons en effet un grand absent dans ces références : la royauté française. Le registre royal est totalement exclu du cérémonial (contrairement d’ailleurs à l’ère napoléonienne dont la « gloire » a déteint sur la république). La négation de la royauté contre laquelle s’est construite la République permet par là même l’affirmation de cette dernière comme accomplissement ultime.

26Pierre Nora observe dans son introduction aux Lieux de la mémoire que « la mémoire en effet est un cadre plus qu’un contenu, un enjeu toujours disponible, un ensemble de stratégies, un être-là qui vaut plus par ce qu’il est que par ce que l’on en fait » (1984 : viii). C’est bien cette mémoire sélective, « stratégique », qui rassemble les éléments utilisés par le rituel ; elle les ordonne, les structure dans l’« imaginaire » de la République. Les éléments mis en scène sont autant de parcours symboliques dans un temps exclusivement républicain, et leur choix et leur utilisation font plus que se référer à un savoir. Ils ramènent la mémoire dans le présent, réinstaurent pendant la durée du rituel un espace-temps qui est celui de la République intangible.

27Le cadre républicain au centre duquel est placé le président, et dont la cérémonie d’investiture devient le lieu d’expression, a ici une valeur double : une valeur « cadrative », au sens où il circonscrit la symbolique présidentielle à l’espace républicain ; une valeur « transcendante », qui permet la construction d’un imaginaire républicain dépassant le moment du rituel pour s’inscrire dans l’intemporalité.

28S’agit-il toutefois de la République-État, ou de la République-nation ? Il faut noter qu’une partie significative du cérémonial se déroule à l’intérieur de l’Élysée. Le rite d’investiture est aussi un rite étatique : c’est en présence des corps constitués de l’État, de tous ceux qui représentent l’État, qu’il est pratiqué. Si certes l’ensemble de la nation peut en suivre le déroulement grâce à la retransmission télévisée, il n’en reste pas moins qu’elle n’y assiste pas. L’investiture à l’Élysée paraît bien être une cérémonie mise en scène par l’État, et pour l’État. Elle n’est pas sans évoquer les sacres royaux à Reims, à propos desquels Jacques Le Goff remarque que « la mémoire nationale produite à Reims ne fut jamais qu’une mémoire de rois, de prélats, de nobles et de hauts fonctionnaires » (1986 : 131). La symbolique républicaine resterait-elle circonscrite à la mémoire de l’État ? Ce serait oublier l’importance du parcours présidentiel qui suit l’intronisation proprement dite : c’est par son biais que le rituel étatique va devenir un rituel national.

De l’État vers la nation

Un investissement de l’espace

29Après son investiture, le président se rend d’abord de l’Élysée à l’Arc de triomphe, puis de l’Élysée à l’Hôtel de Ville. Ce parcours est tout d’abord identifiable à un investissement de l’espace : le président sort du palais de l’Élysée, espace clos, symbole de l’État et du pouvoir étatique ; il investit l’espace public, un espace occupé cette fois-ci non plus par les représentants de l’État, mais par la foule qui se presse sur les lieux.

  • 8 Giscard est le seul à avoir parcouru à pied les Champs-Élysées.
  • 9 Le Monde, 19 mai 1995.

30Le public, présent devant l’Élysée et massé sur les lieux que le président visite au cours de la journée, est pleinement, à travers sa présence, acteur du cérémonial. Il ramène sur le devant de la scène l’interaction nécessaire entre le nouveau chef de l’État et la foule. Cette interaction reste toutefois limitée : en dehors du fait que le trajet est usuellement effectué en voiture8, et donc rapide, les gens peuvent voir le président, peuvent l’acclamer, mais ils demeurent en deçà des barrières mises en place par les forces de l’ordre. Le président, et ce fut particulièrement flagrant lors de la remontée des Champs-Élysées à pied par Giscard d’Estaing en 1974, n’est jamais en contact direct avec la foule. Toute portion d’espace qu’il occupe peut alors être qualifiée de « présidentielle »; celui-ci est soigneusement délimité par la haie des Gardes républicains, qui coupent le peuple du président de manière autant effective que symbolique. Les frontières qui séparent les espaces attribués aux différents acteurs lors du déplacement permettent la « mise à part » du président dans une logique qui n’est pas loin d’être sacralisatrice : en témoignerait la panique des gardes du corps lorsque Jacques Chirac, bousculant le protocole pendant son passage à l’Arc de triomphe, a tenu à effectuer un court bain de foule9

31L’organisation spatiale qui prévaut montre qu’en fin de compte le président fait plus que se déplacer à l’extérieur de l’Élysée. À la suite de Clifford Geertz (1986) qui a analysé les processions royales aussi bien dans l’Angleterre de la Renaissance qu’au Maroc du xixe siècle, on peut dire ici que le déplacement est un moyen de marquer rituellement le territoire ; le président investit l’espace, en ce qu’il transforme les lieux qu’il parcourt en de véritables localisations momentanées du pouvoir présidentiel. « Le vrai pouvoir est le pouvoir qui bouge », note J. Dakhlia (1988 : 757) dans son étude des symboliques du pouvoir chez les sultans maghrébins. Si certes on ne peut ici parler de logique itinérante du pouvoir comme ce fut le cas pour le Maghreb, il semblerait bien que l’organisation de l’investiture découle, lors de ce moment précis, d’une idée voisine : le déplacement hors de l’Élysée, suite nécessaire à l’installation officielle, permet non seulement au président de se montrer à la foule, mais aussi de procéder à la mise en mouvement du pouvoir à l’extérieur de son centre symbolique qu’est le palais de l’Élysée. Au pouvoir figé, centré sur un espace clos, succède un pouvoir en mouvement, ouvert.

32C’est en suivant cette perspective qu’on peut appréhender cette étape de la journée d’investiture sous un angle nouveau. Car la mise en mouvement du pouvoir étatique est aussi une mise en mouvement du président vers la nation. L’investissement des lieux devient l’occasion de dynamiser à la fois la relation à l’espace et à la nation, dans une double perspective, à la fois concrète et symbolique.

Le déplacement à l’Arc de triomphe : au cœur de la nation

33C’est la cérémonie à l’Arc de triomphe qui permet l’expression la plus complète de cette relation du président à la nation. Elle est en premier lieu un hommage à ses morts, dont la tombe du Soldat inconnu constitue la quintessence. Mais c’est en même temps une évocation de son immortalité, marquée par la ranimation de la flamme qu’effectue le chef de l’État, car celle-ci est également le symbole du caractère impérissable de la nation au travers de l’histoire de France. Rappelons qu’un des premiers gestes de De Gaulle lors de la libération fut de se rendre à l’Arc de triomphe afin d’en ranimer la flamme. Le geste du président affirme donc à la fois l’inaltérabilité et la pérennité de la nation.

  • 10 Le Figaro, 27 mai 1974.
  • 11 Le Figaro, 28 mai 1974.

34Le registre proprement national de la cérémonie à l’Arc de triomphe est également ressenti comme tel par les spectateurs qui y assistent. C’est ainsi qu’à l’occasion de la journée d’investiture de Valéry Giscard d’Estaing, le président du Conseil de Paris a appelé les Parisiens à participer à la cérémonie de l’Arc de triomphe, puis à accueillir le chef de l’État à l’Hôtel de Ville10. Tandis que ce sera le peuple de Paris qui accueillera plus tard le président à l’Hôtel de Ville, c’est donc bien l’entité « nation » qui se trouve sur la place de l’Étoile. La nation est de surcroît conçue à ce moment comme une entité exclusive, qui seule participe à l’émotion de la cérémonie. Toujours en 1974, les journalistes du Figaro opposent les acclamations et le frisson qui parcourt la foule-nation à l’arrivée de Giscard à l’indifférence d’ouvriers immigrés qui regardent la scène, les mains dans les poches, sans applaudir11. Le contraste entre ceux qui sont en dehors de l’entité nationale, et ceux qui sont en dedans, s’accompagne du consensus, de l’unité de la foule autour de son président :

Mêlés aux ovations, on a noté quelques sifflets, mais ceux-ci étaient vraisemblablement des acclamations à la mode américaine, et il ne semble pas qu’il faille voir là des manifestations contestataires (Le Monde, 28 mai 1974).

Quelle qu’ait été la signification véritable de ces sifflets, le fait marquant est que la rupture du consensus national est difficilement concevable. Le parcours au cœur de la nation effectué par le président se fait sous le signe de l’unité nationale. L’homme politique qui n’a rassemblé guère plus de la moitié des suffrages devient le représentant de la nation en son entier.

35Il s’opère par là un jeu entre l’Arc de triomphe, symbole de la patrie inaltérable, la foule-nation, et le président, principal acteur de la cérémonie. L’acte commémoratif effectué par ce dernier unit les trois termes, en ce qu’ils deviennent trois registres d’une essence unique qui est la nation. À l’Arc de triomphe, le président dynamise cette mise en relation à travers le rituel qu’il effectue. Il se place par là au centre de la symbolique nationale, avant d’accomplir un retour vers le local lorsqu’il se rend à l’Hôtel de Ville.

Entre le local et l’universel

36Le déplacement à l’Hôtel de Ville constitue la première visite officielle du président. Elle est en premier lieu un investissement du local par le chef de l’État ; c’est pour lui l’occasion de s’adresser à toutes les villes françaises :

C’est donc à toutes les villes et à tous les villages de France qu’à travers vous j’exprime ici ma sympathie et ma confiance (Georges Pompidou, cité par Le Monde, 22-23 juin 1969).

Mais je préfère aujourd’hui, à travers vous, m’adresser à toutes les communes de France (François Mitterrand, Le Monde, 21 mai 1981).

  • 12 C’est également dans cette perspective qu’on pourrait interpréter comme un symbole d’allégeance la (...)

37Paris est ainsi désignée comme le lieu par excellence du pouvoir municipal. La référence au local qui apparaît dans les discours permet, par ce biais, d’incorporer l’ensemble des localités françaises à l’espace investi lors de la journée d’installation. C’est également un moyen de réintégrer le pouvoir municipal au sein de l’espace national : rappelons que le président est reçu à l’Hôtel de Ville comme le serait un chef d’État étranger. La définition de l’espace municipal se fait donc implicitement en dehors de l’espace étatique et national. Par la visite officielle, cet espace municipal est réinséré dans le territoire national sur lequel s’exerce le pouvoir présidentiel12.

38Mais en même temps qu’elle constitue un double rapport au local et au national, la visite est le lieu d’expression d’un lien à l’universel. En effet, alors que dans l’allocution d’investiture le président fraîchement intronisé insiste sur l’unité et la solidarité nationales, les discours prononcés à l’Hôtel de Ville autant par les hôtes que par leurs visiteurs changent singulièrement de registre :

Qui ne se rappelle l’écho exceptionnel qu’a rencontré la libération de Paris, considérée dans le monde entier comme signe de la victoire, signe de la liberté ? (Georges Pompidou, cité par Le Monde, 22-23 juin 1969).

Je souhaite que nous puissions, ensemble, accroître le rayonnement de la France […] (Valéry Giscard d’Estaing, cité par Le Monde, 29 mai 1974).

Paris était bien ce lieu choisi par le destin lorsque la ville, à l’appel de sainte Geneviève […] se dressa pour le salut de l’Occident ; […] elle l’était aussi quand les États généraux proclamèrent, devant la nation et devant l’univers, les droits de l’homme (Jacques Chirac, maire de Paris, Le Monde, 21 mai 1981).

J’ai pensé qu’à Paris, je peux parler, je dois parler, de république et de fraternité (François Mitterrand, Le Monde, 21 mai 1981).

39Dans les conceptions évoquées ici, Paris est considérée, au-delà d’une perspective nationale, comme un symbole des valeurs universelles — liberté, démocratie, droits de l’homme — que la France aurait apportées au reste du monde.

40Louis Dumont (1990) a noté cette singularité française qui fait de l’idéologie de gauche une idéologie prédominante. Celle-ci s’inscrit au niveau des valeurs universelles dont la France se veut la réalisation locale. On retrouve dans les discours prononcés à l’Hôtel de Ville l’expression de cette « idéologie politique française » qui place la visite du chef de l’État dans une perspective universaliste. Le président de la République se situe là sur un plan qui transcende le national pour atteindre une dimension universelle.

41La cérémonie d’investiture apparaît donc comme l’occasion d’exprimer la dynamique centrée sur le corps présidentiel. Elle permet de relier les différentes entités qui constituent l’ensemble France : la République, la nation, l’État… et le propulse vers une dimension qui dépasse le registre national. La référence à l’universel exprime la transcendance, renouvelée à chaque investiture, du chef de l’État dans un registre intemporel et immanent. Peut-on parler, dans cette perspective, d’une perpétuation du corps politique souverain qui dépasserait l’alternance du pouvoir ?

Entre alternance et continuité

42J’ai privilégié jusqu’ici l’étude globale de la cérémonie dans sa logique pérennisatrice de l’essence républicaine et du pouvoir présidentiel. Or, il faut rappeler que c’est bien l’expression de l’alternance qui ici est en jeu. La cérémonie d’investiture est l’accomplissement de la volonté de changement politique exprimée par le suffrage des électeurs. L’alternance, qui est aussi et surtout une alternance politique, est exprimée comme telle par chacun des présidents lors de leur journée d’installation. J’y reviendrai, mais notons simplement pour l’instant que le renouveau politique et les modifications personnalisées qui en résultent vont donner un second souffle à la cérémonie. Celle-ci en effet semblait s’être engluée dans une solennité un peu figée, de moins en moins médiatisée ; Georges Pompidou n’avait eu droit à cette occasion qu’à une page en fin du journal Le Monde. C’est à partir de 1974, avec l’élection de Valéry Giscard d’Estaing, que la presse redonne de l’importance à la journée d’investiture ; les pages qui lui sont consacrées s’allongent progressivement, et la description gagne à nouveau la une des journaux.

43C’est pourquoi l’on peut d’ores et déjà interpréter l’articulation entre la rupture et la continuité, et la tension qui en résulte, comme le véritable moteur de la cérémonie d’investiture. C’est par ce biais que s’effectue la dramatisation, voire la revitalisation périodique de la cérémonie et de la portée des symboles qu’elle met en jeu.

La mise en scène de l’alternance

44Au-delà de la perpétuation de l’essence républicaine et du pouvoir présidentiel se met progressivement en place au cœur de la cérémonie une mise en scène de l’alternance, qui privilégie une dramatisation de la rupture. Reprenons à cet effet l’ensemble des cérémonies durant la période concernée.

45On assiste en effet à des modifications graduelles, qui concernent, en premier lieu, les rapports au cours de la cérémonie entre le président sortant et le président élu. En 1958, comme l’avait établi la coutume, le dernier président de la IVe République René Coty reçoit Charles de Gaulle à l’Élysée, assiste à son investiture officielle, puis l’accompagne à l’Arc de triomphe et à l’Hôtel de Ville. En 1969 et 1974, c’est Alain Poher qui, en sa qualité de président de la République par intérim, accueille le nouveau président. Cependant, on peut noter que s’il est présent à l’ensemble de la cérémonie, c’est en sa qualité de président du Sénat qu’il assiste à la cérémonie d’investiture, comme l’indique le protocole : il ne se tient plus au côté du président, mais derrière lui. À compter de 1981, l’ancien président quitte le palais avant même que le nouveau président soit investi. C’est ainsi que, peu à peu, la pratique incluant les deux personnages se transforme en une cérémonie où seul le président élu a sa place. Or, il est à remarquer que, si en 1981 le passage des pouvoirs a été perçu comme orageux — comme l’a notamment symbolisé la chaise vide de Giscard d’Estaing filmée par la caméra de télévision —, ce moment a fini par prendre une place naturelle dans le cours de la journée d’investiture. C’est ainsi que la sortie « outragée » de Giscard en 1981 a contrasté en 1995 avec celle, « sereine », de Mitterrand, alors que le déroulement en a été exactement le même : arrivée du président élu, départ du président sortant avant l’investiture proprement dite, accompagnés respectivement d’acclamations et de sifflets.

  • 13 Le Figaro, 21-22 juin 1969.

46En second lieu, on assiste à une mise en relief croissante de l’entretien précédant l’investiture officielle. C’est au cours de ce dernier que sont transmis un certain nombre de secrets d’État touchant à la politique extérieure et le code secret activant la force de frappe nucléaire. Ce dernier élément, introduit par Charles de Gaulle, est devenu un enjeu de pouvoir, ou du moins de prestige, comme en témoigne l’incident qui s’est produit en 1969 : Alain Poher, alors président par intérim, avait exprimé le désir de transmettre personnellement le code nucléaire au nouveau président élu Georges Pompidou ; cette demande s’était soldée par un refus de la part du service protocolaire13. D’autre part, l’écho de cet entretien dans la presse a pris progressivement une importance croissante, au point d’apparaître comme le lieu de la véritable passation des pouvoirs. Car on ne peut manquer d’être frappé par le relief que prend le caractère secret de ce tête-à-tête dans les commentaires des journalistes. Une mise en scène du secret ? Sans doute, les journalistes signalent chaque fois l’événement avec solennité, mesurant la longueur de l’entretien à la minute près — c’est ainsi que le tête-à-tête entre Valéry Giscard d’Estaing et François Mitterrand a duré très exactement quarante-sept minutes :

On s’impatientait curieux, intrigués ; ça faisait près d’une heure qu’ils étaient enfermés à l’Élysée dans le bureau où le président sortant devait remettre au président élu la clé du code secret. La durée normale de l’entretien était largement dépassée. Qu’est-ce qu’ils pouvaient bien se raconter ? (Le Monde, 22 mai 1981).

  • 14 Le Monde, 19 mai 1995.

47Le secret est tout autant entretenu par les acteurs eux-mêmes, comme en témoigne la phrase de François Mitterrand interrogé sur la teneur de sa conversation avec Jacques Chirac : « Je lui ai recommandé de prendre soin des canards »14. La banalité voulue du propos tranche avec l’importance supposée de l’entretien, une importance autant admise par les journalistes, qui brûlent d’en savoir plus, que par l’ancien président, qui se refuse à en dire plus. C’est donc en fin de compte un secret qui vaut avant tout par sa qualité, précisément, de secret. Touche-t-on ici à l’immanence du pouvoir, dont l’initiation est conçue comme inaccessible au commun des citoyens et à l’opinion publique ? Il semblerait bien que l’accession à la tête de l’État, et donc au pouvoir suprême, nécessite ce passage par une initiation secrète paradoxalement ostentatoire.

48Il y a en effet un contraste absolu entre le caractère secret du tête-à-tête et la pompe, le spectacle de l’investiture qui lui succède. Ce qui me paraît essentiel ici est l’organisation des deux séquences en couple d’oppositions : d’un côté, la transmission « effective » (ou perçue comme telle) du pouvoir, caractérisée par le privé, le secret, le caché ; de l’autre, la transmission « symbolique », publique et ostensible. C’est une fois qu’il est initié dans le secret par son prédécesseur que le président de la République peut être investi solennellement. Cette opposition, qu’on pourrait qualifier de dualiste, amène à se demander si les deux séquences ne sont pas structurellement nécessaires à la mise en scène de l’investiture élyséenne, prise cette fois dans sa globalité. Dans cette perspective, c’est le secret qui donne tout son éclat au spectacle ; l’alternance des hommes à la tête de l’État se trouve progressivement inscrite au cœur de la cérémonie, par le biais d’une mise en scène qui privilégie la rupture ou, mieux, la met en lumière.

49Qu’il s’agisse de l’entretien secret ou de l’absence du président sortant, si naturelle aujourd’hui qu’elle en devient nécessaire, les modifications introduites montrent qu’au-delà d’une pérennisation visant à transcender les ruptures inévitables une logique inverse se fait jour : c’est désormais le changement, voire l’opposition d’un président à l’autre, qui domine la cérémonie et reformule dans la durée le sens qui est donné à cette dernière.

À la recherche de nouvelles filiations

50Cela s’ajoute à la rupture exprimée ponctuellement à l’occasion de chaque nouvelle investiture. Chaque président a en effet depuis une vingtaine d’années introduit ses propres innovations. Celles-ci traduisent une personnalisation de la cérémonie, qui devient dans un premier temps un moyen de mettre en place de nouvelles logiques créatrices de continuité.

51Ceci est particulièrement clair dans le cas mitterrandien. Avant lui, Pompidou et Giscard avaient privilégié la référence gaullienne, à laquelle Giscard avait joint un hommage à Georges Pompidou (symbolisé notamment par une visite à madame Pompidou lors de sa journée d’investiture). Ces références au fondateur de la toute jeune Ve République, puis aussi, pour Giscard, à son prédécesseur à l’Élysée, s’inscrivent ici dans la perspective logique de l’hommage à l’ancien président qui a pesé d’un poids primordial dans les récentes périodes de crise de l’histoire française.

  • 15 D’autant plus nécessaire à une époque où le socialisme pouvait faire figure d’avant-poste du régime (...)

52Mitterrand rompt avec cette continuité gaullienne en ajoutant la cérémonie au Panthéon aux traditionnels déplacements hors de l’Élysée. Elle fait suite à celle de l’Arc de triomphe et précède la dernière manifestation officielle du chef de l’État que constitue la visite à l’Hôtel de Ville. Les références mitterrandiennes sont claires : le Panthéon est le lieu où sont rassemblés les grands hommes de la patrie ; parmi eux, Mitterrand choisit en particulier Jean Moulin, symbole de la Résistance martyrisée, et Jean Jaurès, « martyr » à sa manière du socialisme pacifiste et internationaliste. Il s’agit en premier lieu d’un réenracinement dans l’histoire de la France, mais une histoire conçue comme une filiation personnelle entre le président et les morts auxquels il rend hommage. Marc Abélès voit dans cette cérémonie au Panthéon la « continuité […] entre Mitterrand et les pères fondateurs de la République », et « la perpétuation du corps politique du Souverain, de sa dignité » (1990 : 146). Si, certes, il faut y voir la volonté de Mitterrand de se placer dans la continuité républicaine15, il convient néanmoins de souligner que celle-ci se double de l’établissement d’un lien personnel (mis en relief par le caractère solitaire de l’acte) entre le président et les Grands Hommes qu’il a choisi d’honorer.

53L’hommage de Jacques Chirac au général de Gaulle en 1995, s’il est moins spectaculaire que le rituel mitterrandien, n’en procède pas moins d’une logique similaire. Voici le récit qu’en fait Le Figaro, dans un article intitulé « Chirac : de Colombey à l’Arc de Triomphe » :

7 h 30 ; le nouveau président a placé la journée de son investiture sous le signe d’un hommage au général de Gaulle, hommage qu’il a voulu strictement privé. Arrivé en hélicoptère à Colombey, Jacques Chirac va, seul, déposer sur la tombe du général de Gaulle une gerbe tricolore en forme de croix de Lorraine, où était indiquée la mention « Le président de la République ». Il se recueille pendant une dizaine de minutes (Le Figaro, 18 mai 1995).

Sont là présents les principaux éléments relevés précédemment : le rite personnalisant l’ensemble de la journée d’investiture, l’hommage, la solitude (dans les deux cas doublée de publicité : le caractère « privé » de l’hommage de Jacques Chirac n’empêche ni la description journalistique, ni la prise d’un cliché…), le recueillement ou la méditation face au(x) mort(s).

54Les deux hommes s’inscrivent donc, chacun à sa manière, dans l’histoire nationale et républicaine. Mais c’est aussi cette confrontation à la mort qui leur permet de faire appel à l’intemporalité que celle-ci dépasse : l’hommage qu’ils rendent à ces morts ne serait-il pas le prélude à l’hommage qu’on leur rendra ?
 

55Une double référence s’exprime donc à travers les choix des présidents : à la République d’une part, à une filiation personnelle d’autre part. Il s’en dégage une référence commune qui est l’histoire nationale et républicaine ; mais les lignes qui s’établissent entre chaque président et son « ancêtre spirituel » marquent en même temps à chaque fois les ruptures qu’entraînent ces différents choix : l’alternance de la personne s’accompagne d’une alternance dans le choix des références historiques. Celle-ci toutefois peut s’exprimer de diverses manières : si François Mitterrand et Jacques Chirac ont privilégié la symbolique historique, Valéry Giscard d’Estaing, lui, a choisi de placer sa rupture sous le signe de la simplicité. Il décide d’alléger le protocole, modifie le rythme de la Marseillaise, introduit le costume de ville qui remplace l’habit, se rend à pied au palais de l’Élysée puis à l’Arc de triomphe.

56Ces détails peuvent paraître futiles et dénués d’une signification réelle. Ils ont néanmoins leur importance, comme l’indique la manière dont s’est déroulé le départ de Valéry Giscard d’Estaing en 1981. Celui-ci en effet avait tenu à quitter le palais de l’Élysée comme il était venu : à pied. Et ce, au risque de se voir hué lors de la descente de la rue Saint-Honoré. Même si son départ sous les sifflets tranche nettement avec son arrivée triomphale sept ans auparavant, nous en retiendrons surtout que les signes personnalisés de la journée d’investiture sont conçus comme des marqueurs d’un temps qui dépasse celui de la fonction présidentielle pour s’attacher à la personne de celui qui l’a incarnée : il est peu probable que Giscard aurait eu ce geste symbolisant la « simplicité » dont il a voulu faire preuve tout au long de son mandat s’il avait renoncé dès alors à tout avenir politique, ou du moins à tout prestige « présidentiel ».

57Et c’est bien ce prestige personnel qui se fait également jour à travers les cérémonies. L’hommage et la confrontation aux morts dans le rituel mitterrandien est l’illustration la plus efficace de cette volonté de se placer d’emblée et à titre personnel au cœur de symboliques pérennisantes. La sacralisation du chef de l’État est avant tout une tentative de sacralisation personnelle, soutenue, certes, par l’accès à la dimension universelle que lui ouvre la charge présidentielle. Ce que Marc Abélès a appelé « le corps politique du Souverain » est en fin de compte moins perpétué que renouvelé à chaque investiture. L’unité du corps personnel et politique est limitée et provisoire ; c’est plus le corps politique qui existe à travers la personne présidentielle le temps d’un mandat que le président qui investit le corps pérenne, si tant est que la dimension intemporelle et « sacralisatrice » du chef de l’État parvienne à dépasser la fiction présidentielle ; on peut en douter au vu de la remarque acerbe qu’a suscitée l’initiative « panthéonienne » de François Mitterrand :

Quand François Mitterrand cessera-t-il de considérer qu’il est là pour assumer deux siècles d’histoire de France, alors qu’il est là pour assumer le présent et l’avenir ? (Le Quotidien de Paris, 20 mai 1981).

58Alain Boureau remarque à propos de la royauté française que « l’illusion de la sacralité royale n’a jamais pris corps ; […] la théorie du double corps indivisible n’a pas quitté son statut de fiction juridique » (1988 : 62). On retrouve dans le cadre présidentiel une logique similaire qui tente, au cours de l’investiture, de donner un caractère sacralisateur au corps présidentiel, dont il n’apparaît pourtant pas qu’il puisse prendre un caractère définitif.

59Les diverses symboliques qui se combinent au cours de la cérémonie d’investiture constituent une nouvelle forme de réponse au paradoxe existant entre continuité et discontinuité. La ritualisation de l’alternance au cœur de la cérémonie s’articule avec l’affirmation pérennisante d’une République inaltérable et les stratégies personnalisées visant à extraire le président du temps politique.

60Cependant, au-delà de cette articulation qui traduit à la fois les contradictions et le dynamisme du régime républicain, la cérémonie est le lieu où se rencontrent, s’unissent autour de la personne présidentielle l’État, la nation, la République. D’un régime qu’on a souvent considéré comme « fait sur mesure » par et pour le général de Gaulle, la Ve République est apparue, au rythme de modifications graduelles, comme productrice d’une « certaine idée » du président de la République tentant de s’affirmer au-delà de l’événementiel. Et c’est bien là qu’a résidé, pour un temps du moins, son efficacité politique : soustraire le président de la République au jeu politique — la politique politicienne — pour le placer au centre de l’entité publique France — le politique.

Haut de page

Bibliographie

Abélès, M.
1990 Anthropologie de l’État (Paris, Armand Colin).

Boureau, A.
1988 Le simple corps du roi. L’impossible sacralité des souverains français xve-xviie siècles (Paris, Éditions de Paris).

Dakhlia, J.
1988 Dans la mouvance du prince : la symbolique du pouvoir itinérant au Maghreb, Annales ESC, 43 (3) : 735-760.

Dayan, D. et Katz, E.
1983 Rituels publics à usage privé : métamorphose télévisée d’un mariage royal, Annales ESC, 38 (1) : 3-20.

Dumont, L.
1990 Sur l’idéologie politique française. Une perspective comparatiste, Le Débat, 58 : 128-152.

Geertz, C.
1986 Savoir local, savoir global. Les lieux du savoir (Paris, Presses universitaires de France).

Kantorowicz, E.
1989 Les deux corps du roi. Essai sur la théologie politique du Moyen Âge (Paris Gallimard).

Le Goff, J.
1986 Reims, ville du sacre, in P. Nora (dir.), Les lieux de mémoire. Tome II : La nation (Paris, Gallimard) : 89-183.

Nora, P. (dir.)
1984 Les lieux de mémoire. Tome I : La République (Paris, Gallimard).
1986 Les lieux de mémoire. Tome II : La nation (Paris, Gallimard).

Rivière, C.
1988 Les liturgies politiques (Paris, Presses universitaires de France).

Haut de page

Notes

1 J’appelle « cérémonie type » la cérémonie telle qu’on la retrouve dans ses grands traits au long de la Ve République. Je reviendrai sur les changements ou innovations qui en modifient le déroulement.

2 La règle de l’ordre veut que seul un grand-croix de la Légion d’honneur puisse devenir grand maître ; ainsi, au besoin, le grand chancelier procède à la remise de cette distinction juste avant l’investiture.

3 Le Monde, 18 janvier 1954.

4 Cf. Rivière, 1988.

5 Le général de Boissieu était alors le gendre de Charles de Gaulle…

6 Le Figaro, 28 mai 1974.

7 C’est une de ses fonctions définie par la Constitution, comme le rappelle l’article 5 : « Le Président de la République veille au respect de la Constitution. Il assure, par son arbitrage, le fonctionnement régulier des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l’État […]. »

8 Giscard est le seul à avoir parcouru à pied les Champs-Élysées.

9 Le Monde, 19 mai 1995.

10 Le Figaro, 27 mai 1974.

11 Le Figaro, 28 mai 1974.

12 C’est également dans cette perspective qu’on pourrait interpréter comme un symbole d’allégeance la remise de la médaille de la Ville de Paris au nouveau président.

13 Le Figaro, 21-22 juin 1969.

14 Le Monde, 19 mai 1995.

15 D’autant plus nécessaire à une époque où le socialisme pouvait faire figure d’avant-poste du régime soviétique…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ateliers, n° 28 (décembre 2004), pp. 39-59.

Référence électronique

Christine Jungen, « Le temps d’un président. Étude ethnographique d’une cérémonie républicaine », Ateliers [En ligne], 28 | 2004, mis en ligne le 06 avril 2010, consulté le 25 juin 2017. URL : http://ateliers.revues.org/8453 ; DOI : 10.4000/ateliers.8453

Haut de page

Auteur

Christine Jungen

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org