Navigation – Plan du site

Le parrainage civil : une pratique française revisitée

Rachel Guidoni

Texte intégral

  • 1 Ce terme est pris dans son sens d’« action d’accomplir avec solennité ». Il est interchangeable ave (...)
  • 2 On peut parler de « pratique » par opposition à l’acte officiel. Cette célébration n’entre pas, en (...)

1Parmi les démarches administratives auxquelles satisfont les mairies françaises, plus particulièrement leur bureau d’état civil, figure pour certaines la célébration1 du baptême civil. Très peu connue, elle offre à ceux qui le désirent la possibilité d’organiser, dans un cadre institutionnel, une cérémonie non religieuse pour un enfant, plus rarement un adulte. Cette pratique2 n’étant pas répertoriée dans le Code civil, le maire n’est pas dans l’obligation d’effectuer une telle cérémonie et le cas échéant, il est en droit d’y formuler d’éventuelles conditions. Selon les bases historiques avancées par les municipalités qui le pratiquent, le parrainage civil serait apparu à l’époque de la Convention (1792-1795), sur l’initiative de Robespierre. Mes recherches ont cependant invalidé cette affirmation et montré que cette tradition n’était pas fondée historiquement. Par conséquent, l’origine de ce type de baptême célébré en mairie peut être considérée comme un mythe. Le thème de cet article s’articule autour de deux axes : d’une part, décrire le discours et les pratiques liés au parrainage civil, d’autre part, envisager cette tradition comme relevant d’un mythe contemporain dans la mesure où elle s’enracine dans un récit et un héros fondateurs dont la véracité et la geste ne sont jamais contestées.

  • 3 C’est la raison pour laquelle j’ai choisi cette formule pour le titre de mon article.

2Cette coutume est connue à travers plusieurs expressions interchangeables, formées à partir de quatre termes, à savoir « baptême » et « parrainage », associés aux deux adjectifs « républicain » et « civil ». Le baptême est l’un des sept sacrements de l’église catholique, mais peut également, par extension, désigner une cérémonie plus générale qui comprend une bénédiction et le don d’un nom (à une cloche ou un bateau, par exemple). Le terme de parrainage n’est pas aussi connoté religieusement puisqu’il consiste en la caution morale d’une personne, c’est-à-dire au devoir d’assistance auquel cette dernière s’engage envers un tiers. Les acceptions des adjectifs « républicain » et « civil » sont en revanche plus proches l’une de l’autre : le premier exprime un rapport à la République tandis que le second peut se comprendre, soit comme un terme relatif à l’État et aux citoyens, soit comme un état qui n’est ni militaire ni religieux. Toutefois, dictionnaires et encyclopédies ne semblent pas connaître cette tradition pratiquée dans les mairies puisque l’expression n’est jamais nommée, ni même mentionnée. De prime abord, la démarche consiste à choisir des parrains pour une personne, le plus souvent un enfant, lors d’une cérémonie solennelle dépourvue de toute composante religieuse. La formule la plus apte à rendre cette notion serait par conséquent celle de « parrainage civil ». Cependant, du fait de l’absence d’un texte qui systématiserait cette appellation, j’utiliserai indifféremment les quatre expressions : « baptême républicain », « baptême civil », « parrainage républicain » ou « parrainage civil ». Notons toutefois qu’à l’écrit, c’est la dernière d’entre elles qui tend à se généraliser, du moins si l’on en croit les certificats délivrés en mairie le jour de la cérémonie3, ainsi que les coupures de presse. À l’oral, les personnes parlent plus volontiers de « baptême civil ».

Un phénomène méconnu

3Au début de cette enquête, j’avais envisagé de concentrer cette recherche sur les parents qui sollicitent ce type de baptême. Il semblait intéressant de relever leurs discours relatifs à cette pratique, notamment comment ils en avaient eu connaissance et quelle signification ils lui conféraient, en tenant compte de certains éléments tels leur profil socioprofessionnel, leurs opinions politiques et/ou religieuses, le choix des parrains. La question de la motivation me semblait en effet essentielle : pourquoi et comment des citoyens français avaient-ils eu l’idée de baptiser un enfant à la mairie, surtout lorsqu’ils avaient été informés que cet acte n’était pas entériné par la loi ? Malheureusement, le manque de temps et la découverte de l’absence de tout fondement historique à cette pratique m’ont amenée à renoncer à cette orientation. Il est en effet remarquable que cette pratique française, organisée autour d’une structure officielle et légitime — la mairie et ses élus — puisse exister sans véritable fondement juridique et que personne n’ait pensé, jusqu’à ce jour, à vérifier ses origines. Deux raisons peuvent éventuellement expliquer pourquoi ce caractère fictif n’a jamais été décelé : le parrainage civil se revendique comme héritier de la Révolution française, précédent suffisamment prestigieux pour ne pas être discuté ; par ailleurs, il s’agit d’une démarche purement formelle qui n’oblige, ni à une protection de l’État, ni à l’instruction civique, et ne comporte aucun effet juridique : ses enjeux sont donc limités à un cadre purement symbolique.

4Les sources écrites sont pour le moins concises : aucune référence dans les livres d’histoire ou les textes de droit et quelques rares allusions — souvent en des termes obscurs — dans les écrits de la Convention (cf. le journal révolutionnaire Le Moniteur). Quant à la littérature ethnographique, elle contient de brèves références dans des ouvrages relatifs à la parenté (plus particulièrement la parenté spirituelle) ou dans des études traitant du folklore français. Le baptême pratiqué en mairie n’a, semble-t-il, jamais fait l’objet d’un travail spécifique, lequel permettrait pourtant de mieux le comprendre en dégageant les nombreux concepts afférents à cette tradition.

  • 4 Van Gennep, 1972 : 145.

5Les sources peuvent se diviser en deux catégories : la première traite du baptême civil comme d’une coutume française parmi d’autres, la seconde se réfère à des enquêtes spécifiques concluant au caractère légal ou non de la pratique. Associé au premier groupe, A. Van Gennep explique que le baptême, dont l’objectif principal consiste à faire passer le « non-chrétien » dans le monde chrétien, « correspond exactement au schéma type des rites d’initiation tels qu’on les trouve dans le monde entier » (1972 : 126). Il cite brièvement le baptême civil en expliquant qu’il fut élaboré par des anticléricaux dans certaines villes, entre 1789 et 1793, dans le but de « tenir compte des mœurs et coutumes » et, de façon anecdotique, relie cette pratique à celle des baptêmes célébrés lors de l’inauguration de monuments ou de navires4. Plus proche de nous, F. Zonabend mentionne le parrainage civil dans un article relatif au baptême et aux relations qu’il institue et normalise. Elle explique que « l’attachement de nos sociétés à cette institution » (le baptême) est tel qu’il fut adapté et transformé à la Révolution en « parrainage républicain » (1990 : 215). En revanche, elle n’y fait pas référence dans une étude antérieure (1980) menée dans un village de Bourgogne, les habitants ne connaissant sans doute pas cette cérémonie particulière. On peut encore mentionner le livre dirigé par A. Akoun (1985), lequel contient la photo d’un baptême civil célébré en 1909, ainsi que différents articles trouvés dans la presse qui se font simplement les rapporteurs d’un événement dont ils ne discutent pas la légitimité.

6Pour ce qui est de la seconde catégorie, il faut citer en premier lieu l’article de R. Lamouche (1994), très partisan, paru dans une revue de Seine-et-Marne. L’auteur présente cette pratique en des termes très généraux, puis dévoile son opinion en militant en faveur de la généralisation du parrainage civil. Selon cet adepte du baptême républicain, ceux qui refusent de le célébrer sont responsables d’une « injustice criarde à l’égard des jeunes enfants qui se trouvent privés du bénéfice moral et souvent matériel » (1994 : 24) de leurs parrains. Malheureusement, les données qu’il présente pour justifier cette cérémonie laïque se révèlent, pour certaines, erronées. Dans un article paru en 1995 dans un ouvrage collectif sur la parenté spirituelle, A. Fine mentionne l’équivalent laïque du baptême dans un court paragraphe (p. 55). En somme, les références à cette tradition, rares et brèves, rendent néanmoins bien compte de la connaissance générale liée à ce thème.

  • 5 Dès le début de cette étude, en 1998, j’ai contacté toutes les mairies de Paris ainsi que quelques (...)
  • 6 Élargir cette enquête à toute la France présenterait un grand intérêt. Citons d’ores et déjà les ré (...)

7Du fait de son caractère non officiel, le parrainage civil n’est enregistré que dans la mairie qui le pratique, il n’est ni pris en compte par les statistiques nationales (Insee), ni comptabilisé au niveau de la préfecture dont dépendent les municipalités concernées. Par conséquent, il est impossible, à moins de mener une enquête dans chaque commune, de noter son évolution et de donner une estimation quant à son caractère marginal ou non sur l’ensemble de la France. J’ai limité mon enquête à quelques régions de l’Est, notamment l’Alsace, ainsi qu’à la ville de Paris5. Le choix de l’Alsace repose sur la déclaration, réitérée dans maintes sources, selon laquelle cette pratique serait née à Strasbourg, d’où l’intérêt d’observer ce qu’il en reste aujourd’hui dans la région. Quant à la capitale, elle constitue un point de comparaison pertinent dans la mesure où c’est là, toujours d’après les mêmes sources, qu’elle aurait été institutionnalisée6.

  • 7 Cf. Barthes, 1957 et Turner, 1972.

8Un premier volet rendra compte de la tradition du parrainage civil telle que la présentent les mairies qui l’organisent ; le second analysera ces matériaux à la lumière des phénomènes relevant du mythe, car il est apparu que c’était là une composante à la fois importante et intéressante de cette coutume. En effet, cette notion permet de mettre en exergue la manière dont son ancienneté et sa supposée base légale cautionnent la pertinence de sa pratique encore aujourd’hui7.

Un discours diffusé par les mairies

9Malgré la rareté des références écrites, il existe un discours, « municipal » pourrait-on dire, quasi unanime sur les origines et le bien-fondé du parrainage civil, véhiculé aussi bien par ceux qui le proposent que par ceux qui en font la demande. Tous s’accordent à mentionner une loi votée en 1794, sous le régime de la Convention nationale et tous relèvent le rôle essentiel de Robespierre dans l’émergence de cette cérémonie laïque. En quoi ce contexte pouvait-il s’avérer propice à l’émergence d’une telle coutume ? Alors que je cherchais les décrets et les lois où il aurait été fait mention de baptême ou de parrainage, ainsi que les objectifs premiers qui auraient présidé à la création de cette célébration, j’ai découvert qu’il n’existait pas de loi, ni même de décret, encore moins une quelconque référence à un éventuel baptême républicain. Autrement dit, le parrainage civil n’était pas né sous la Convention, ni même avant ou après, et Robespierre n’avait sans doute jamais fait référence à un tel projet !

  • 8 Cf. Turner, 1972 : 578.

10Même s’il est désormais avéré que le parrainage civil n’a pas de fondement institutionnel, il demeure intéressant de reprendre les informations diffusées par les mairies auprès des personnes qui en font la demande. Or, c’est précisément ce discours, qui se transmet de la mairie aux parents, puis des parents à la famille et aux amis, que je qualifie de mythe. Il possède en effet plusieurs des caractéristiques qui définissent le mythe : il constitue un récit sur les origines de l’action rituelle, ou, comme le dit Turner, « il renvoie à la façon dont les choses en sont venues à être ce qu’elles sont » (1972 : 577), de plus, il implique un cérémoniel précis, un habit particulier (limité dans notre cas à l’écharpe tricolore de l’officiant) et il est « réel » dans la mesure où il renvoie à une chose vécue et non pas au domaine de la création mentale8. A priori, étant donné le contexte spécifique dans lequel le baptême civil est prétendument né, à savoir la Révolution française et le sentiment anticlérical largement répandu dans la population de l’époque, il est probable qu’il n’a pas d’équivalent dans d’autres pays. La majorité des informations, qui émanent de documents recueillis auprès des mairies, constitue le point de départ à un discours qui est ensuite repris dans maintes discussions autour du parrainage civil.
 

11Le sacrement catholique du baptême est le rite par lequel une personne entre dans la communauté des enfants de Dieu. Pour symboliser ce changement de statut, le baptisé reçoit une simple ablution sur le front ou est, parfois, plus ou moins immergé dans l’eau. À cette occasion, un nom lui est conféré solennellement et définitivement. Le parrainage civil, en revanche, est une cérémonie pratiquée à la mairie qui introduit l’enfant dans la communauté laïque en tant que « filleul(e) de la République ». La différence entre les deux traditions est évidente. Le rite catholique implique un changement de statut : le baptisé, devenu un membre à part entière de la communauté des catholiques, est dorénavant tenu à un certain nombre de droits et de devoirs, alors que la cérémonie en mairie n’induit aucun changement particulier de statut et ne procure aucun privilège, même à un niveau purement symbolique.

  • 9 Lamouche, 1994 : 26.

12Selon la formule stéréotypée, « D’après les archives du ministère de la Justice », figurant dans les documents des mairies, la célébration des premiers parrainages civils remonterait à la fête de la Fédération célébrée à Strasbourg le 13 juillet 1790. La pratique y est restée relativement populaire. Seule une source9 réfute cette date et propose celle du 16 juin 1790, expliquant qu’il s’agissait alors d’un baptême civique et non civil, où deux enfants, l’un catholique et l’autre protestant, furent baptisés ensemble, en public, « devant l’autel de la Nation ». Cependant, toutes les archives du ministère de la Justice que j’ai consultées sont restées muettes sur ce sujet. En réalité, il n’a pas été possible d’en extraire la moindre citation qui appuierait la thèse défendue par les partisans modernes du baptême républicain. Selon les mêmes documents des mairies, cette cérémonie, constamment associée à la ville de Strasbourg, ne parvint à Paris que quatre ans plus tard, en 1794. C’est là qu’elle aurait été institutionnalisée.

  • 10 Vol. XII : 706-709.

13Les premiers changements en matière d’état civil apparaissent en 1792, lorsque, par la loi du 20 septembre, les représentants de la Convention retirent à l’Église la tenue des registres d’état civil pour les confier à l’État. Dorénavant, les registres sont communaux et doivent être remplis par un officier d’état civil, le maire ou l’un de ses adjoints. C’est dans ce contexte de laïcisation et de transfert de l’autorité de l’Église vers l’État que se développe l’idée d’un pendant civil aux principales célébrations religieuses : mariage, funérailles, baptême. Des discussions sont ainsi engagées à l’Assemblée nationale, dès le 19 juin 1792, à propos des « Actes déclaratoires des naissances, mariages et décès ». Le journal révolutionnaire Le Moniteur relate par exemple, en date du 21 juin 1792, le discours à l’Assemblée nationale du député Pastoret sur « la manière de constater civilement les naissances, mariages, et décès »10. À propos des naissances, il propose que l’enfant « soit porté sur l’autel de la patrie et présenté aux magistrats du peuple » et que :

Les magistrats lui annoncent que la nation, sa seconde mère, ne veut pas même qu’il soit esclave de l’erreur, qu’elle s’engage à lui procurer une instruction digne d’un citoyen libre ; qu’à son tour le père, le parent ou le citoyen qui le remplace dans cette cérémonie touchante, promette, au nom de l’enfant, fidélité à la nation, soumission à la loi et respect aux autorités constituées, et que cette espèce d’inauguration civique soit terminée par le cri de vivre libre ou mourir ; que désormais enfin l’acte de naissance d’un Français ne se borne pas à énoncer que l’enfant est le fils de tel ou tel citoyen, mais qu’il continue l’engagement synallagmatique qui lie le citoyen à la patrie et la patrie au citoyen.

  • 11 Le Moniteur, vol. XII : 764.

14Ce passage est particulièrement important car il ne mentionne jamais les termes de baptême ou de parrainage, mais préfère parler d’« inauguration ». De plus, non seulement il met en exergue un idéal d’homme au service de sa patrie, mais propose également l’institution d’un nouveau type de filiation : il y est question d’un « fils » instruit par la nation, « sa seconde mère ». La relation symbolique idéalisée est ainsi celle d’une mère garantissant à son fils liberté et instruction, en échange de quoi ce dernier lui promet fidélité. Il est question d’engagement moral et non de protection éventuelle. La discussion continue les jours suivants puisque le même journal, le 27 juin 179211, reprend les propos de M. Goyer qui fait la proposition suivante :

Je demande qu’il soit élevé dans chaque commune un autel à la patrie, sur lequel seront inscrites la déclaration des droits et cette épigraphe : « Le citoyen naît et meurt à la patrie » (on applaudit). Je demande que tout nouveau-né soit présenté devant cet autel à l’officier public et que là soit reçu l’acte déclaratoire de sa naissance.

  • 12 La retranscription des discussions à l’Assemblée ne laisse pourtant pas de place à l’ambiguïté puis (...)

15Cette idée est toutefois abandonnée car les membres de l’Assemblée la jugent « impossible ». L’expression de la dévotion du citoyen français à son pays est néanmoins totale et nous sommes très loin du modèle de baptême en tant que rite conférant un sacrement. Le baptisé n’est plus mis sous la protection d’une entité supérieure, en l’occurrence Dieu, au contraire, c’est lui qui doit protéger et devenir le défenseur de cette nouvelle structure, qui plus est laïque, qu’est la patrie. Notons cependant que ces propos ont été détournés de leur sens originel dans l’article de R. Lamouche qui les présente comme les termes d’un décret. Il s’agit sans doute d’une erreur d’interprétation ou d’un abus, lequel aurait pu servir, dans ce cas, à alimenter sa thèse d’une origine officielle du baptême civil12. Toujours est-il qu’au lendemain de la Révolution française, dans cette période de profonds bouleversements de la société, l’idée qui prévaut est la création d’un cadre institutionnel et laïque qui prendrait en charge ce qui relevait précédemment du domaine de l’Église catholique romaine. L’histoire retiendra toutefois que seuls les mariages et les décès seront consignés dans les registres d’état civil.

  • 13 Ce discours, prononcé le jour de la Fête de l’Être suprême, est repris dans le dossier du Journal d (...)
  • 14 Cette hypothèse expliquerait aussi le développement de dénominations et de coutumes différentes les (...)

16Toujours selon les textes disponibles dans les mairies, l’Assemblée nationale présidée par Robespierre parvint, forte de son pouvoir, à satisfaire son désir de laïcité en adoptant la loi révolutionnaire du 20 prairial de l’an II (8 juin 1794) qui instituait la pratique du parrainage civil. Le texte aurait fait référence à un « baptême civil (ou républicain) » et aucune condition n’aurait été fixée quant au choix des parrain et marraine. Ce parrainage constituait un phénomène certes civil, mais aussi anticlérical de par le contexte qui entoura son émergence. La ville de Paris est la seule à ne pas avoir fait référence à cette date pourtant fondamentale, alors qu’elle a fait parvenir, en 1995, une directive au sujet des parrainages civils à tous ses maires d’arrondissement. Le texte ne mentionnait pas cette loi, mais citait brièvement la « période révolutionnaire ». Dès ses prétendus débuts, ce baptême aurait été considéré, d’après ses partisans, comme « une espèce d’adoption morale […] une sorte de parenté […] une affection particulière » (discours du représentant Leclerc13). Ce jour du 20 prairial se déroula également la cérémonie de l’Être suprême, organisée au Champ de Mars et rassemblant plus de vingt-cinq mille membres de la « Fédération nationale des libres-penseurs ». Plusieurs documents fournis en mairie affirment que c’est à cette occasion que Robespierre aurait célébré le premier parrainage civil. Or, si les documents historiques attestent bien la célébration de cette fête, il n’y est en revanche jamais question d’un quelconque parrainage. C’est donc sur cet événement précis que fut ultérieurement greffée la création du baptême républicain. Une autre incohérence dans le récit « mythique » de ce premier type de baptême mérite d’être relevée : aucune loi ne fut votée le 20 prairial pour la simple raison que ce jour était férié ! Ainsi, l’idée d’un baptême civil serait peut-être née à la suite de cette fête populaire, puis une prétendue reconnaissance juridique, datée du même jour, y aurait été ajoutée par la suite. Mais ce n’est là qu’une hypothèse. On peut en effet imaginer qu’à l’Assemblée nationale aurait émergé un concept plus ou moins proche du parrainage civil — les rapports officiels témoignent des nombreux débats qui alimentèrent la question des problèmes de laïcisation des moments importants de la vie — et que certains députés (ou députés-maires) auraient pris l’initiative de concrétiser ces projets dans leur circonscription en adaptant certaines idées, sans en référer forcément à leurs instances supérieures14. Malheureusement, rien ne permet de confirmer ou d’infirmer un tel scénario.

17La Fête de l’Être suprême se voulait une sorte de grand-messe non religieuse où la dévotion se tournait, non plus vers Dieu, mais vers cette nouvelle entité gardienne des valeurs républicaines qu’on avait appelée Être suprême. Dans cette perspective, cette fête pouvait effectivement constituer le contexte idéal pour accueillir le premier baptême civil. Toutefois, tel ne fut pas le cas et l’histoire de France semble s’être écrite sans l’invention — dûment attestée — d’une telle cérémonie : le parrainage civil existe et perdure donc sans qu’il soit possible, pour le moment, d’en retracer précisément l’origine. Mais, toujours d’après les informations données en mairie, les cérémonies furent dès lors pratiquées par un magistrat élu au suffrage universel.

  • 15 Lamouche, 1994 : 27.

18De ces éléments, il ressort que Robespierre est toujours présenté comme un personnage central : il fait certes figure d’emblème de la Révolution française, mais il est surtout cité comme l’initiateur, le « père fondateur » de cette pratique. R. Lamouche consacre un long développement à la vie et aux combats de cet homme politique, qu’il décrit comme un homme vertueux, faisant preuve d’une « bonne conduite et [d’]un travail acharné », animé d’un « souci d’humanité et de justice »15. L’auteur insiste également sur le désir de Robespierre de « créer une sorte de religion d’État » et amplifie son rôle jusqu’à reconnaître en lui le père de « la religion civile ». Ce portrait fait donc de lui le fondateur idéal du baptême civil.

  • 16 Faute de matériaux, je ne discuterai pas ce point, mais renverrai plutôt aux travaux d’A. Fine (199 (...)

19Cependant, l’historique fourni en mairie précise que si la « loi » relative au parrainage civil votée sous la Première République ne figure pas dans le Code civil, c’est parce qu’elle ne fut pas reconduite par la suite. Comment la tradition a-t-elle perduré ? Aucun texte ne le dit, mais la littérature promouvant le parrainage civil affirme à plusieurs reprises que la célébration a décliné pendant les premières décennies suivant son apparition, ne recouvrant une nouvelle jeunesse que bien plus tard, au moment du Front populaire16. Au xxe siècle, la séparation de l’Église et de l’État n’a visiblement pas eu de conséquence directe sur la pratique du parrainage civil et il faudra attendre les années trente pour qu’elle retrouve un (relatif) dynamisme.

20Les mairies reconnaissent donc l’absence de valeur juridique de cet acte ; néanmoins, si l’on en juge par les questions récurrentes posées à l’Assemblée nationale, ce n’est pas le cas de certains députés. Depuis une trentaine d’années en effet, le thème du baptême civil revient régulièrement à l’ordre du jour et les interrogations sont toujours les mêmes : Quelles sont les instructions officielles en la matière ? Le maire doit-il le célébrer ou peut-il refuser de le faire ? Pourquoi cet acte n’est-il pas reconnu par la loi ? En avril 1973, par exemple, il avait été demandé au ministre de l’Intérieur de justifier cette coutume ; or, celui-ci expliqua qu’en dépit des recherches effectuées dans les documents administratifs publiés entre 1789 et 1794, il n’avait pas été en mesure de localiser un éventuel texte relatif à cette pratique. L’année suivante, en décembre 1974, le même ministre, sollicité à nouveau, informa les députés qu’il n’obligeait ni n’interdisait aux maires de pratiquer les parrainages civils. Pourtant, le Journal des maires jugea utile de publier en 1975 un dossier spécial sur le baptême civil, insistant à nouveau sur certains points : d’un côté, il donnait des détails d’ordre pratique quant à l’exécution de la cérémonie, de l’autre, il en rappelait le caractère « purement officieux […] les certificats n’ont pas de valeur juridique ». Depuis, le débat n’est toujours pas clos et le sujet revient régulièrement sur le devant de la scène, comme le montre encore cet exemple daté de décembre 1979 : à un élu qui, cette fois, regrettait que le parrainage civil ne soit pas reconnu officiellement, il fut répondu très clairement par le ministère de la Justice que d’autres mesures étaient prévues dans le cas où les parents ne pouvaient pas s’occuper de leurs enfants, « la chancellerie n’envisage[ait] pas de donner un effet juridique à la pratique des parrainages civils ».

  • 17 Les maires des IIIe, Xe, XVIIIe, XIXe et XXe sont membres du Parti socialiste (ps), celui du XIe ap (...)

21Aujourd’hui, ce type de parrainage semble connaître un certain regain d’intérêt ; du moins, les quelques chiffres disponibles indiquent une indéniable augmentation : cent soixante-treize célébrations à Strasbourg entre 1989 et 1996 (trente-cinq rien qu’en 1995), vingt-deux et quatorze entre 1977 et 1993 dans deux villages de sa périphérie, deux à trois célébrations par an dans deux communes du Haut-Rhin. À Paris (estimations approximatives pour la période 1995-1998), une dizaine de baptêmes ont été célébrés dans les mairies du IIIe et du XIe arrondissement, deux à quatre par mois dans les mairies du XIXe et du XXe, enfin vingt et un dans le Xe. 1995 constitue une date importante puisqu’au cours des élections municipales organisées cette année-là six mairies de la capitale ont basculé à gauche17. Or, ce sont précisément elles qui ont inauguré la pratique du parrainage civil. Par conséquent, il est probable que le phénomène représente une première dans l’histoire de la ville de Paris. Ce regain est cependant relatif puisque le parrainage civil reste marginal : il concernait 0,65 % des enfants résidant à Strasbourg en 1991 et à Paris, les chiffres sont passés de zéro à une dizaine par mois, ce qui révèle tout de même une certaine vivacité. Il conviendrait d’élargir l’étude à d’autres régions pour évaluer l’importance de cette pratique et déterminer les facteurs qui jouent en faveur ou au détriment de sa popularité.

Le cadre de la Révolution française : la suprématie de la laïcité

  • 18 On pourra trouver des précisions sur cet aspect de la Révolution dans l’ouvrage de G. Lefebvre, 195 (...)

22L’époque exaltée qui aurait vu naître la tradition du baptême civil est ancienne et se caractérise par l’innovation dans tous les domaines : c’est la Révolution française. Elle marque un passage, la possibilité de tenter de nouvelles choses, c’est donc une période favorable pour situer la naissance d’un tel événement. Si le concept d’idéalisme révolutionnaire peut avoir un sens, c’est celui-ci qu’il faut lui donner : la volonté de créer un système qui s’inspire de la religion pour mieux s’en démarquer, mais qui modifie en même temps le référent, la patrie au lieu de Dieu18. Le nouvel État se fonde sur d’anciennes institutions religieuses, qu’il s’approprie ensuite pour les transformer en leur opposant une contrepartie laïque. Les institutions catholiques sont alors délaissées au profit de celles du nouvel État-providence, le clergé est démis de la plupart de ses fonctions et le peuple s’unit autour d’un idéal républicain plutôt que religieux.

  • 19 Sur l’introduction de nouveaux prénoms révolutionnaires, on pourra lire avec intérêt (et amusement) (...)

23Le parrainage civil est, en quelque sorte, une révolution à sa propre échelle : le référent n’est plus l’Église mais l’État, le sacrement a cédé la place à l’engagement et, plutôt que la protection de Dieu, l’adulte, devenu désormais autonome et responsable, se met au service de ceux qui représentent le peuple français. Dans ce contexte, peut-on alors parler de « foi en l’État » ? Il est possible de le penser, surtout quand on relit les propos de certains députés de l’époque, mais il faut se rappeler que leur enthousiasme était alors à la mesure de la nouveauté, c’est-à-dire considérable, car lié au pouvoir tout nouveau que venait juste d’acquérir le peuple. Il suffit pour s’en convaincre de lire d’autres écrits de cette période : on se plaît à rêver d’une société idéale et l’on envisage de nouveaux prénoms, de nouvelles fêtes, des certificats de civisme. En somme, on s’efforce de créer une nouvelle culture française, détachée de son passé religieux et tournée tout entière vers ce nouvel État-providence. Le calendrier révolutionnaire avait par exemple pour objectif de bannir tous les anciens saints du calendrier en introduisant une nouvelle conception du temps en harmonie avec la nature19. L’idée du baptême civil n’était donc pas totalement incongrue dans un tel contexte. Pourtant, mes recherches pour trouver ne serait-ce que la mention d’un éventuel parrainage civil n’ont pas abouti… Il semblerait donc que la fête de l’Être suprême, bien attestée dans les sources historiques, ait été présentée comme le point de départ de cette pratique, certains la comparant à une messe laïque à laquelle il était aisé d’associer ultérieurement la cérémonie du baptême.

24Tous les maires, en plus de cette période révolutionnaire, mentionnent le rôle essentiel de Robespierre, choisi pour diriger la nouvelle formation des représentants du peuple élus au suffrage universel, les députés. Connu et reconnu pour ses qualités morales, il était idéaliste et déiste à sa façon, allant jusqu’à espérer créer une nouvelle religion civique. L’histoire montrera que ce projet connut une fin rapide et peu glorieuse. Ce qui compte toutefois, c’est le fait que Robespierre agissait et parlait, de par ses fonctions, au nom du peuple et qu’il n’était pas réfractaire aux idées religieuses. Il était donc la personne idéale, en cette période précise, pour incarner plus tard le fondateur du parrainage civil. Ainsi, cette cérémonie revendique une légitimité reposant sur deux bases historiques solides : une loi reflétant le désir de la nation, un homme célèbre représentant cette même nation. Il paraît par conséquent inconvenant, voire inutile, de discuter la légitimité de ces deux éléments. Par cette double validité, les personnes élues qui officient lors de telles cérémonies se posent finalement en gardiennes de l’ordre laïque et républicain.

25Dans la perspective que j’ai adoptée, ces données constituent les conditions favorables et pertinentes pour assimiler le baptême républicain à un mythe, tant historiquement que juridiquement. En effet, même si l’origine de cette tradition n’est pas validée par les sources anciennes, elle est toujours rappelée puis soulignée, à la fois hors du rite et pendant son déroulement. Enfin, les personnes engagées dans cette démarche admettent ce précédent révolutionnaire sans même avoir l’idée de le remettre en cause.

26Comme tout phénomène rituel, le baptême civil s’articule autour de deux éléments : un discours et une pratique ; c’est pourquoi, après avoir présenté le premier, il convient à présent d’aborder le second.

Préparation de la cérémonie

  • 20 Cf. Fine, 1995 : 55.

27Les quelques documents qui nous ont été transmis, quant au déroulement du parrainage civil, se ressemblent dans leur aspect général, mais présentent chacun de petites particularités. Il est intéressant tout d’abord de mettre en avant les composantes officielles de la cérémonie, c’est-à-dire le lieu et les documents écrits, puis d’établir le parallèle avec deux autres rites : le mariage civil, en ce qu’il est lui aussi une cérémonie laïque, et le baptême chrétien, en ce qu’il est une autre modalité de baptême. Selon A. Fine, cette « liturgie » civile du baptême date du mouvement de la Libre Pensée, né sous la Troisième République20.

28La demande de célébration du parrainage civil n’est pas adressée aux services administratifs habituels, mais uniquement au secrétariat général, voire au bureau du maire, ce en raison de son caractère non officiel. De même, et cela a toujours été précisé au cours des entrevues que j’ai eues dans les mairies, seul le maire ou l’un de ses adjoints est habilité à assurer cette célébration ; l’officier d’état civil n’a pas le droit d’être présent. Cette précision est d’importance puisque, à l’inverse, une naissance, un mariage ou un décès ne peut être enregistré officiellement que par ce même officier d’état civil. Quant aux mairies qui refusent les demandes, elles se justifient par le fait que cet acte n’a pas d’existence légale.

29Bien qu’ils ne demandent quasiment jamais aux parents les motifs de leur requête, les adjoints rencontrés nous ont tous confié qu’il s’agissait, à leur avis, « d’une certaine conception de la laïcité (ou de la République) ». Lors de la demande, l’un ou les deux parents sont reçus par le maire ou l’un de ses adjoints : un questionnaire doit être rempli qui porte sur le domicile, l’état civil et la profession des parents, les noms, prénoms, professions et domiciles du parrain et de la marraine, enfin, la date et l’heure de la célébration. Le livret de famille et l’extrait d’acte de naissance de l’enfant ne sont pas systématiquement exigés, de même, la nationalité n’est pas demandée, ni pour les parents, ni pour les parrains. Certains maires exigent que les demandeurs habitent la même commune. À Paris, il est des élus pour refuser par exemple les demandes de parents vivant en dehors de l’arrondissement où est déposée la requête ; d’autres, en revanche, honorent toutes les demandes, « parce que notre rôle est d’être au service de tous les citoyens », et qu’« il ne faut pas sanctionner ceux qui n’ont pas la chance d’habiter un arrondissement où le maire accepte ce genre de pratiques ». Quelques-uns insistent sur la présence obligatoire des deux parents, d’autres se renseignent sur l’âge des parrain et marraine, les mineurs n’étant pas toujours acceptés. Il n’existe donc pas de règle stricte, ni généralisée en la matière, au point que certaines exigences dans une mairie peuvent être ignorées dans une autre !

30C’est lors de cette première démarche en mairie que les parents sont généralement informés du caractère purement formel, et donc symbolique, du parrainage civil et de son absence de valeur juridique. Certains ont d’ailleurs annulé leur demande à la suite de cette information. Une fois la date de la cérémonie fixée, plus aucune démarche n’est nécessaire.

31Pour des raisons pratiques, presque tous les parrainages civils ont lieu le samedi matin, après les mariages civils, dans la salle des mariages de la mairie. La cérémonie est présidée par le maire ou l’un de ses adjoints (identifié par le port de l’écharpe tricolore) et la famille est présente autour de l’enfant (qui est ou non habillé de blanc), accompagné de ses parrain et marraine, parfois aussi d’amis. L’âge du baptisé, variable, se situe généralement entre six mois et dix ans. Dans certains cas exceptionnels, il peut s’agir d’adultes. Il existe quelques variantes à ce modèle général : la cérémonie peut concerner une fratrie, parfois même (dans un cas) des frères et leurs cousins ; il est arrivé dans certaines communes que le maire successivement marie les parents puis baptise leur enfant. Le parrainage civil est donc une pratique relativement souple, facilement adaptable, probablement à cause de l’absence de textes la codifiant.

Célébration du baptême civil

  • 21 Dans la mesure où la très grande majorité des baptêmes concerne un enfant, je mentionnerai la perso (...)

32Le déroulement de la cérémonie21 peut se résumer de la façon suivante : la famille est accueillie par le maire (ou son adjoint) qui préside la cérémonie, ce dernier commence par un discours, puis demande aux parents, au parrain et à la marraine leur consentement. Il procède ensuite à la lecture complète de l’acte, requiert la signature des personnes concernées sur un registre, puis remet solennellement un extrait de l’acte ainsi qu’un « certificat » à chacun des signataires.

33Le discours du maire ou de l’adjoint qui officie se réfère presque toujours aux origines de cette cérémonie telles que je les ai évoquées plus haut et situe l’événement dans la continuité d’une tradition française ancienne. Voici par exemple l’extrait du discours d’un adjoint au maire parisien :

Les législateurs de 1794 comprirent que […] il manquait une cérémonie légale concernant le parrainage. C’est un texte révolutionnaire qui, par la loi du 20 prairial de l’an II, institue la procédure du baptême civil ; dès son origine, de par la loi, il possède une valeur officielle. C’est une cérémonie célébrée au nom du pouvoir civil, par un magistrat élu tenant son autorité du suffrage universel […].

Les lois fondamentales de la République ne prévoient dans les mairies que trois registres d’état civil : naissance, mariage, décès. Le parrainage civil s’est perpétué dans certaines régions, communes, et recommence dans certains arrondissements de Paris.

34Nous l’avons vu, la « cérémonie légale » explicitement évoquée n’est pas avérée d’un point de vue historique ; malgré tout, ce discours possède une certaine efficacité : il légitime l’acte cérémoniel en lui conférant une origine sociale et légale, cette dernière entérinant à la fois son existence et sa perpétuation. Des élus d’une autre mairie de Paris insistent exactement sur les mêmes points, dans un style légèrement différent :

[…] cette mission-là, celle qui organise la longue chaîne humaine de la solidarité, de l’amitié et de la fraternité, pour assurer la protection morale et matérielle de l’enfant, ne disparaissait pas du simple fait que le baptême n’était plus une cérémonie officielle, mais simplement une cérémonie religieuse.

Les députés de la Convention l’avaient bien compris puisqu’en 1794, le 20 prairial de l’an II, c’est-à-dire le 8 juin 1794, une cérémonie au Champ de Mars, présidée par Robespierre, légalise le parrainage civil, ou baptême républicain […].

  • 22 À moins que cela n’ait à voir avec « Citoyen », titre qui remplaça pendant un temps l’appellation M (...)

35À l’instar du modèle bien connu du rituel, l’évocation des origines mythiques constitue un prélude indispensable à toute cérémonie. Celle-ci s’ouvre souvent en ces termes : « Veuillez vous lever. Nous allons procéder en cette mairie au baptême républicain (ou parrainage civil, selon les mairies) de l’enfant N, né à … le …, fils (ou fille) de M. … et Mme …, domiciliés à … » L’officiant demande alors si le parrain et la marraine sont présents, puis les invite à venir se tenir de part et d’autre de l’enfant. Suit un questionnaire au cours duquel on demande respectivement aux parents, au parrain puis à la marraine s’ils consentent, les premiers, à présenter leur enfant « au parrainage civil afin de le placer sous la protection des institutions républicaines et laïques », aux seconds, d’« accepter cette noble mission d’être le parrain (ou la marraine) civil(e) de l’enfant ». Tous ayant accepté, l’enfant est déclaré « filleul(e) de la République ». Quelques-uns, plus rares, utilisent l’appellation relativement inhabituelle de « citoyen libre ». Outre le fait de ne pas être explicitement associée au baptême, cette expression implique en effet le passage d’un statut originel peu enviable — celui d’une personne qui n’était pas libre — à celui d’un être auquel on reconnaît désormais une place dans la société22. Mais quel rapport avec le parrainage et avec quel statut antérieur ce rite est-il censé marquer la césure ? Cette appellation illustre plus probablement, à sa manière, le caractère un peu théâtral et idéaliste de ce baptême.

36L’acte est ensuite lu dans son intégralité, puis signé ; il est parfois consigné dans un registre. Enfin, un certificat est éventuellement remis aux parents, au parrain et à la marraine… mais pas à l’enfant ! Ce certificat, dont il existe divers modèles, est fabriqué par un imprimeur particulier et non par l’Imprimerie nationale chargée de fournir tous les documents délivrés en mairie. Il ressemble à un diplôme sur lequel on peut lire :

  • 23 Il est parfois ajouté « émanant du suffrage universel ».

Les parents […] ont présenté leur enfant N […] avec la volonté de le placer sous l’égide et la protection de l’autorité civile et républicaine23 au cas où ils viendraient à lui manquer. Les parrain et marraine ont déclaré accepter cette haute mission et prennent l’engagement solennel de suppléer les parents dans toute la mesure de leurs facultés morales et de leurs moyens matériels […] ils poursuivront l’éducation de N hors de tous préjugés d’ordre social et philosophique et dans le culte de la raison, de l’honneur, de la solidarité et de la défense des intérêts du peuple français.

  • 24 Toutes ces expressions proviennent des textes imprimés sur les certificats de baptême que j’ai pu r (...)

37La fonction du parrainage apparaît ici de manière relativement claire, à la fois dans le discours et dans le texte figurant sur le diplôme : il s’agit d’assurer une protection à l’enfant en lui trouvant des tuteurs au cas où ses parents viendraient à disparaître. D’ailleurs, les parents qui font cette démarche évoquent souvent cet argument. Toutefois, la cérémonie implique que les parrains ont également pour rôle symbolique d’inculquer à leur filleul(e) certaines valeurs périphériques à des notions chères à la République française, à savoir la liberté et la fraternité (étonnamment, l’égalité n’est jamais citée et à peine évoquée) : « qualités morales, humaines et civiques pour être un citoyen dévoué au bien public », « fraternité, compréhension et solidarité », « respect de la liberté et du bien d’autrui », « raison, honneur, amour du travail », « honnêteté, amour de la liberté et de la paix », « dévotion à sa famille et à ses semblables », « amour de la justice et de la loyauté »24. Pour les parents, le baptême civil est donc le moyen de désigner de façon symbolique des personnes aptes à pallier les besoins de leur enfant si nécessaire. Pour ceux qui le proposent en revanche, il implique d’autres valeurs qui passent visiblement au second plan dans les préoccupations des parents : une certaine instruction civique, ou encore l’entrée dans la communauté laïque regroupée autour d’un pouvoir central puissant qu’il faut honorer.

  • 25 Les textes collectés proviennent, outre Paris, de communes de la Nièvre, la Haute-Saône, le territo (...)

38Dans la pratique, la dimension idéologique paraît effectivement reléguée en arrière-plan et les objectifs qui s’expriment semblent se situer à un niveau clairement matériel. Le département du Doubs25, qui a conservé un mode de célébration un peu particulier, est l’illustration parfaite des enjeux tels qu’ils sont compris par ceux qui sollicitent le parrainage civil. Durant la cérémonie, deux symboles sont utilisés, une miche de pain et une rose. Le pain symbolise l’assistance matérielle que le parrain a le devoir d’apporter à son filleul, la fleur représente l’amour et l’affection que la marraine doit offrir à l’enfant, « en cas de disparition des parents ». Le plus souvent, c’est le maire qui remet le pain et la fleur aux parrains pendant la cérémonie, mais cette tradition connaît de légères variantes : la miche est parfois présentée comme le « symbole des baptêmes républicains »; dans quelques cas, elle est donnée aux parents. L’échange de ces deux objets illustre parfaitement deux idées relevées plus haut : le parrainage est avant tout la possibilité de nommer des tuteurs, la notion de citoyenneté étant secondaire. La miche et la rose résument néanmoins clairement le rôle desparrain et marraine civils d’un enfant : pourvoir aux besoins matériels et affectifs de l’enfant lorsque ses parents ne sont plus en mesure de les assurer. Il n’est jamais question d’éducation ni même d’orientation idéologique. L’officiant et la famille s’accordent ici sur les enjeux de la cérémonie, ce qui n’est pas toujours le cas dans les mairies parisiennes.

39À l’issue de certaines cérémonies, la mairie donne un cadeau à l’enfant ou des fleurs à la mère (en fonction du budget), certaines peuvent même offrir un verre de l’amitié à toute l’assemblée réunie. Parfois, la famille distribue des dragées à la sortie de la salle. Cet événement se termine en général par un repas offert par les parents à tous les invités.
 

40Plusieurs remarques méritent d’être formulées quant à l’organisation générale du baptême. Tout d’abord, il faut noter que toutes les descriptions de célébrations que j’ai pu me procurer, sans exception, se réfèrent aux origines de la tradition et citent expressément la loi fondatrice et celui qui en est à l’initiative. Nous avons là exactement le schéma classique du rituel : lors de la praxis, le précédent est raconté, avec son mythe d’origine et son « héros » fondateur, ce qui permet de légitimer le rituel en cours tout en en assurant son efficacité.

  • 26 Je n’ai pas d’exemples de baptême où la mère était absente.
  • 27 Je n’ignore pas l’aspect formel et traditionnel que peut parfois revêtir le baptême de nos jours, m (...)

41Il est pourtant possible de relever certaines incohérences. Tout d’abord, si la présence des parrain et marraine est obligatoire, celle des parents, elle, ne l’est pas. Certaines mairies ont ainsi baptisé des enfants sans la présence du père26, ce qui donne à penser que les organisateurs considèrent le parrainage comme un lien plus important que celui de la parenté. Par ailleurs, le problème de la motivation demeure entier : dans la religion catholique, les parents qui sollicitent le baptême pour leur enfant doivent être personnellement baptisés ou mariés à l’église, ce qui place le baptême dans la continuité de leurs convictions religieuses27. À la mairie, rien de tel n’est exigé : les parents ne sont jamais interrogés sur leurs « convictions laïques ». Pour l’exemple, citons le cas d’un couple qui désirait baptiser son fils à la mairie malgré leur désintérêt explicite pour la vie politique en général : entre autres, ils ne votaient jamais et avouaient ne pas suivre l’actualité politique, locale ou nationale. Ils vivaient en concubinage mais n’étaient pas mariés, autrement dit, ils n’avaient pas engagé de démarche attestant un certain intérêt pour la reconnaissance légale d’un statut particulier. Dans ce cas, on peut se demander quelle conception de la citoyenneté et, plus encore, quel attachement à des valeurs civiles et laïques ils auraient été en mesure d’inculquer à leur enfant, si telle avait été leur motivation. Dans ce genre de circonstances, on est tenté de croire que c’est l’importance de l’acte rituel qui prime, voire la désignation de tuteurs, mais probablement pas une conviction personnelle. J’ai également relevé des témoignages concernant des enfants qui avaient reçu au préalable le baptême religieux, ce qui vient contredire le message de la cérémonie à l’hôtel de ville qui se veut en effet laïque et « en dehors de tout préjugé philosophique ».

42En fait, les deux idées qui semblent se dégager sont, d’une part, une grande souplesse dans les règles du parrainage civil, chaque mairie l’organisant un peu comme elle le souhaite, de l’autre, un certain prestige qui pourrait toucher ceux qui participent à cette cérémonie (que ce soit du côté de l’équipe municipale ou de la famille), chacun gagnant de l’estime à organiser un baptême qui est avant tout insolite, peu connu du peuple et non reconnu par l’administration.

43Au terme de cette étude, beaucoup de questions restent en suspens. Il serait intéressant, par exemple, de reconstituer le processus par lequel les mentions des mariages et des décès furent finalement consignées dans le Code civil, alors que le baptême n’a pas connu le même sort. En effet, seul le mariage civil est reconnu par la loi ; de même, tout décès doit être déclaré à la mairie, alors que pour le baptême, aucune célébration n’est prise en considération dans le système civil, légal ou juridique. Pour revenir à l’Église, une brève enquête menée auprès de certains prêtres laisse penser que le baptême civil est une pratique qu’ils contestent assez fortement, critiquant son origine anticléricale (et révolutionnaire), c’est pourquoi beaucoup souhaiteraient le voir disparaître. L’avis de R. Lamouche sur cette question nous semble là encore caricatural et relever d’un parti pris ; il croit savoir que les juifs sont réticents et que les musulmans n’ont pas d’opinion sur cette pratique car ils ne la connaissent pas. Seule une étude approfondie permettra d’élucider la question, mais il est probable que de tels présupposés seront invalidés.
 

  • 28 Ce terme est pris ici dans son acception de transformation ou métamorphose. Sur ce sujet, on pourra (...)

44Le parrainage civil est une tradition bien vivante et, même si sa pratique demeure marginale, il évolue lentement et se transforme au contact des changements que connaît la société française. Des contextes particuliers ont en effet eu un impact sur cette forme de baptême, une idée qu’illustrent deux avatars28 contemporains inattendus de ce rite : le premier concerne la ville de Paris, où le parrainage civil est instrumentalisé dans les querelles politiques entre mairies, le second est une réponse au problème des « sans-papiers » qui a marqué la France à l’automne 1998, certains élus locaux insistant sur l’idée de solidarité qui serait contenue dans cette pratique.

« Le baptême civil est une mesure de gauche »

45Ce premier cas nous éloigne à peine de ce qui a été écrit précédemment, à la fois sur les idées et les pratiques en matière de parrainage civil, mais il mérite une mention particulière dans la mesure où son instrumentalisation est devenue une de ses principales caractéristiques. À Paris, le baptême républicain alimente en effet les divergences entre les mairies de droite et de gauche.

  • 29 Il s’agit sans doute d’une demande formulée en premier par le maire du IIIe arrondissement parce qu (...)

46Tout a commencé lors des élections municipales de 1995. Jusqu’alors, les vingt mairies d’arrondissement de Paris étaient toutes détenues par les divers partis de droite, mais en 1995, une petite révolution secoue l’administration de Paris, avec le passage à gauche de six d’entre elles. Très vite, les nouveaux maires acceptent de pratiquer le baptême en mairie, pour répondre à une demande et, dans deux cas, après en avoir fait la proposition au conseil municipal. Sans se concerter, tous trouvent les informations et les procédures à suivre, souvent grâce à leur réseau personnel. Toutefois, l’un des maires de l’opposition adresse une lettre à ce propos au secrétaire général de la mairie de Paris, J.-M. Hubert. Ce dernier répond en novembre 1995 par l’envoi d’une directive aux vingt mairies d’arrondissement, précisant que c’est à la suite de sollicitations qu’il a pris la décision d’envoyer ce courrier29 : il demande expressément de ne pas pratiquer les baptêmes civils. Ses arguments sont les suivants : « ces cérémonies n’ont aucun fondement juridique et ne créent qu’un lien moral entre les parrains et les enfants »; il souhaite éviter de « créer dans l’esprit du public une assimilation entre des actes d’état civil institués par la loi et des actes qui n’ont pas de valeur juridique, et leur attribuer ainsi abusivement un caractère légal qu’ils n’ont pas ». Il ajoute que les services administratifs ne sont pas autorisés à participer d’une quelconque manière à ces cérémonies et il rappelle que si les maires d’arrondissement ont plein pouvoir en matière d’état civil sur la collectivité qu’ils dirigent, le maire de Paris et ses adjoints ont aussi ce pouvoir, sur l’ensemble de la capitale. Ce rappel équivaut clairement à une menace d’intervention si les maires ne respectent pas cette directive. Il joint en annexe une fiche d’informations sur les lois existantes en matière d’administration légale pour les enfants. En dépit de cela, le baptême civil continue d’être pratiqué à Paris.

47En réponse au courrier que j’avais adressé à toutes les mairies parisiennes afin de connaître leur position sur le baptême civil, quelques mairies de droite déclarèrent qu’elles ne procédaient pas à de telles célébrations, certaines précisant même que « aucune mairie d’arrondissement de Paris n’organis[ait] ce genre de cérémonie ». Pourtant, quelques jours plus tard, le secrétaire général d’une mairie de gauche m’invitait à venir le rencontrer parce qu’il officiait lors de baptêmes civils. Finalement, toutes les mairies d’opposition (sauf celle du XVIIIe) acceptèrent de répondre à mes questions et me remirent volontiers tous les documents qu’elles possédaient sur ce sujet.

  • 30 Ceci sous réserve qu’il s’agisse bien de la première cérémonie à Paris, mais difficile à vérifier p (...)
  • 31 Au moment de notre enquête, ce problème constituait l’actualité principale en matière de politique (...)

48Les parrainages civils semblent se dérouler dans un climat de légère provocation à l’égard des mairies de droite. Le premier de ces baptêmes aurait eu lieu30 dans le IIIe arrondissement, le 6 octobre 1996, et pour fêter l’événement, la mairie offrit à la famille et aux invités un buffet accompagné de champagne. De son côté, le maire du Xe arrondissement a fait insérer le « baptême républicain » dans le Guide d’information sur son arrondissement, non seulement à la rubrique « Démarches administratives », mais à la première page de cette section, en deuxième position (p. 15), dans le but évident d’officialiser un acte qui ne l’est pas tout en le rendant populaire. La mairie du XIXe arrondissement remet à la fin de la cérémonie un diplôme de très belle facture, orné d’une bande aux couleurs de la France. Un élu d’une autre mairie milite activement pour inclure cette pratique dans le Code civil. Le sentiment de provocation est d’autant plus palpable qu’une majorité de ces maires va plus loin dans la démarcation politique : ce sont les mêmes qui accordent, entre autres, des contrats d’union civile aux homosexuels, ou qui soutiennent la régularisation de tous les sans-papiers31. C’est donc tout un état d’esprit qui se révèle, lequel consiste à agir à l’encontre de la norme politique en général, de la voie dictée par le maire de Paris, J. Tiberi, en particulier. D’ailleurs, l’idée de contrarier ce dernier est exprimée plus ou moins ouvertement et explique en partie la détermination de certains à célébrer le parrainage civil ; ce qui n’empêche pas, chez quelques-uns, l’expression sans doute sincère d’un attachement aux valeurs laïques et républicaines.

49À la question de savoir ce qui les avait conduits à officier à ces baptêmes, les adjoints ou les secrétaires des maires parisiens de gauche ont répondu que la laïcité et la république exaltées dans cet acte étaient des valeurs de gauche. De fait, même s’il n’existe pas de règle en la matière et bien que le cas soit théoriquement possible, je n’ai aucun témoignage concernant un baptême pratiqué par un maire de droite. Que les parents soient communistes, nationalistes ou pratiquants leur importe peu ; en revanche, qu’un maire de droite puisse présider ce genre de cérémonies leur paraît inconcevable. Par conséquent, ils suggèrent que le parrainage civil est leur spécialité et renforcent du même coup l’opposition entre eux et ceux qui ne le célèbrent pas.

Diplôme remis dans des mairies d’Alsace et de Bourgogne.

50On ne parle alors plus tant du baptême civil pour ce qu’il est que pour ce qu’il représente : un rite concentré autour de son officiant — une personne de gauche — et du motif qui a présidé à sa réalisation — la laïcité comme valeur de gauche. Le baptême devient ainsi un instrument, il n’est important qu’en ce qu’il alimente le clivage entre les deux camps politiques. D’ailleurs, le discours sur la laïcité et la République ne nous a pas toujours paru convaincant, et ce pour plusieurs raisons. Tout d’abord, parmi les personnes interrogées, seul un maire de gauche le pratiquait avant d’avoir été élu à Paris ; la plupart des adjoints nous ont expliqué qu’ils l’avaient organisé à la suite d’une requête émanant des parents, ce qui prouve que les conseils municipaux sont rares à connaître ce baptême avant qu’une demande ne leur soit adressée. D’autre part, comme je l’ai déjà souligné, on ne s’informe jamais auprès des parents de leurs convictions idéologiques. Enfin, je ne pense pas que tous les maires (et leurs adjoints) qui le pratiquent l’aient fait pour leurs propres enfants… La « conviction » affichée paraît donc toute relative.

51Pourtant, il est étonnant de constater que ce mouvement de contestation n’est pas le fruit d’une stratégie, les mairies de gauche travaillant de façon relativement isolée : on peut aisément concevoir que les municipalités de droite et de gauche communiquent peu entre elles ; en revanche, il est plus surprenant de constater que c’est aussi le cas de celles qui appartiennent à l’opposition. Pour preuve, elles m’ont souvent interrogée sur les pratiques des autres mairies, le nombre de cérémonies qu’elles avaient à leur actif et leur façon de faire, révélant une véritable ignorance des activités de leurs confrères. De fait, chacune utilise des documents et des certificats différents, obtenus en contactant des mairies de province (parfois la précédente circonscription d’un des élus). En somme, le fait que les maires parisiens de gauche pratiquent tous sans exception le parrainage civil et qu’ils admettent y avoir recours pour se démarquer des maires de droite est d’autant plus remarquable qu’il s’agit d’une action spontanée et non préméditée.

  • 32 Cf. l’article « Allons enfants de Marianne… », Dernières Nouvelles d’Alsace, 22 janvier 1993.

52L’idée selon laquelle le parrainage civil est une mesure de gauche ne semble toutefois pas se limiter à Paris, elle est également mise en avant à Strasbourg depuis 1989, date à laquelle Catherine Trautmann, élue socialiste, a remporté les élections. D’ailleurs, le journaliste qui commentait le premier baptême célébré dans la ville alsacienne releva le lien entre parrainage civil et idéologie de gauche : « autant d’exemples qui […] confirment l’attachement traditionnel à cette coutume des municipalités de gauche »32.

Le baptême civil vaut aussi pour les « sans-papiers »

53Dans certaines communes, le parrainage civil a revêtu une dimension toute nouvelle : il permet de « mettre en relation, en solidarité, un citoyen français et un résident sans papiers ». Le cas est attesté en Alsace, dans une ville proche de Mulhouse (Haut-Rhin). Il relève de l’initiative du maire qui souhaitait, à travers cette cérémonie, montrer « une volonté de soutenir des personnes en grandes difficultés ». Bien que cette expression du parrainage civil soit marginale et spécifique, il me semble intéressant de m’y référer afin de montrer comment la tradition peut subir de continuelles transformations en fonction d’objectifs relativement éloignés des « origines ». En outre, ce cas particulier constitue peut-être le prototype d’une nouvelle expression du baptême dont l’avenir seul dira si elle est promise à s’intensifier.

54Dans les faits, des élus d’autres villes ainsi que des représentants de diverses associations se sont fait connaître auprès de la mairie organisatrice pour devenir les parrains et marraines d’une dizaine de personnes résidant sur le territoire français de façon illégale. Ces associations étaient politiques, humanitaires, parfois confessionnelles. Les parrains et marraines se sont alors engagés à accompagner et à soutenir leurs protégés dans les multiples démarches destinées à obtenir leur régularisation.

55Le déroulement de ce parrainage diffère en bien des points du modèle présenté plus haut : absence des parents, âge des baptisés, choix des parrains. Dans ce type de baptême, le maire se place en substitut de l’autorité parentale puisqu’il est à la fois l’initiateur de la cérémonie et le sélectionneur des parrains. Quant à la cérémonie, présidée là encore par le maire, elle revêt une dimension essentiellement symbolique puisque, à son terme, les « baptisés » reçoivent, non pas un certificat, mais une carte de « citoyen du monde ». Ce parrainage marque donc l’engagement moral et solidaire qui unit désormais les parrains et les sans-papiers.

56Sous une même appellation surgit ainsi un nouvel acte ritualisé qui diffère quant à ses participants, seul son enjeu garde une certaine cohérence, bien que l’idée de protection soit cette fois plus prégnante. Il ne s’agit plus d’enfants, ni de désignation symbolique de tuteurs, ni même de l’expression d’un attachement aux valeurs républicaines. Il s’agit de créer une dynamique, au sein d’une structure reconnue, qui « officialise » le lien nouveau unissant une personne que ne reconnaissent pas les lois de la République, et une autre qui justement incarne cette République. D’une certaine manière, on demande à l’État — avec ses valeurs laïques — de protéger des personnes qui sont théoriquement à l’extérieur de son champ d’action. Au cours de la cérémonie, le maire souligne l’ancienneté de cette pratique, mais il n’insiste plus tant sur le mythe des origines que sur celui de la portée de cette célébration : certes, la solidarité constitue l’un des objectifs du parrainage civil, mais il va peut-être au-delà de ses limites lorsqu’il s’agit d’étrangers en situation irrégulière ! Dans ce cadre, le mythe ne vaut plus que pour une partie du groupe, c’est-à-dire les personnes parrainées : tous les parrains et marraines présents savent que la valeur de leur engagement est purement symbolique. De leur côté, les étrangers sans papiers se sentent probablement plus rassurés du fait que les personnes désignées solennellement les épaulent désormais. C’est là peut-être que réside la notion de parrainage ou de tutorat, dans cette relation où l’avenir de l’étranger repose en partie dans les mains de ses parrains civils.


*

* *

57Outre la dimension mythique qui contraste tant avec son cadre officiel et républicain, le parrainage civil offre un terrain d’investigation propice ainsi qu’une palette de thèmes dignes d’intérêt. L’habit parfois blanc du baptisé, son jeune âge, la distribution de dragées, le repas de famille qui suit la cérémonie, tout ceci marque une proximité entre le rituel religieux et son pendant laïque. Celle-ci est encore renforcée par le parallèle que l’on peut faire quant à sa fonction, à savoir la désignation symbolique de tuteurs à l’occasion d’un acte public. Cela dit, il existe une nette différence entre les élus, qui font de cet acte la preuve d’un attachement aux valeurs laïques et républicaines, et les parents, qui le sollicitent avant tout pour nommer deux responsables susceptibles de pallier une incapacité dans l’éducation de leur enfant. Il y a là un idéal qui s’oppose à une visée pratique. Cette divergence se retrouve dans le cas du baptême religieux, où deux préoccupations fondamentales s’expriment : le choix des parrains et l’entrée dans la communauté de Dieu.

58Ce dernier aspect est d’ailleurs très intéressant. Les conditions pour baptiser civilement un enfant sont très souples et ne dépendent en définitive que de la volonté du maire. Dans un cas assez « classique » mais pourtant révélateur, les parents n’étaient pas mariés et le choix des parrains s’est fait dans leur groupe d’amis proches. Il n’existait donc aucun document administratif autre que l’acte de naissance pour attester de leur vie en commun. En outre, les parrain et marraine s’engageaient, en signant le certificat de parrainage, à tenir une place importante dans la vie de l’enfant. Ainsi, ce certificat définit d’une certaine façon une nouvelle famille, symbolique cette fois : ces quatre personnes constituent un groupe pertinent autour de l’enfant. Cette famille symbolique présente du reste une nouvelle structure, si l’on considère que sont permis des baptêmes avec un seul parent, voire parfois, pour les adultes, sans aucun parent, ou si l’on tient compte du lien qui existe entre ces derniers et les parrains. Cet aspect entre parfois en ligne de compte dans les motivations des demandeurs. Parfois aussi, les parents ne cachent pas un désintérêt vis-à-vis des devoirs du citoyen, ou de la vie politique en général, phénomène qui pose à nouveau la question de leur motivation : pourquoi baptiser un enfant à la mairie ?

59Outre certains préparatifs, le parrainage civil implique un déroulement et un officiant particuliers. Il est fondé sur un mythe d’origine constitué d’une histoire, la Révolution française, et d’un personnage, Robespierre. En ce sens, il pourrait relever de la catégorie des rites, catégorie à laquelle, pour le moment, je ne l’associerai pas, le problème de sa signification et celui de son efficacité restant entiers. En effet, par ce baptême, l’enfant devient « filleul de la République » (ou citoyen libre), ce qui ne correspond, nous l’avons vu, à aucun statut particulier, tant symbolique que juridique. Puisqu’il n’implique aucun changement pour l’enfant ou ses parents (si ce n’est pour ces derniers un relatif soulagement moral), on ne peut pas non plus l’envisager comme un rite de passage. Par conséquent, le parrainage civil apparaît comme vide de sens, son intérêt résidant uniquement dans sa nature : c’est l’acte ritualisé, plus que le rituel, qui prime. Dans la mesure où le baptême républicain ne change rien, la motivation ultime semble résider simplement dans le besoin de pratiques ritualisées.

60Cette coutume particulière nous amène à la question de la pérennité des deux phénomènes conjoints que sont le mythe et le rite : d’un côté, il perdure dans nos sociétés contemporaines des récits qui, sous des dehors historiques et officiels, restent étroitement liés aux notions anciennes de mythe, d’un autre côté, on peut encore assister à des pratiques qui se veulent des substituts de rites religieux (lesquels étaient dotés de sens et d’efficacité), mais qui ne parviennent pas à s’en différencier totalement. Le baptême laïque connaît peut-être un regain d’intérêt du fait que, justement, il propose un acte ritualisé dans un contexte qui n’est plus religieux, et dessine à sa manière de nouvelles limites à la définition de la famille.


*

* *

  • 33 Anne-Sophie Perrier, « Baptêmes dans l’air », in Zurban, 26 février 2003, p. 116. Elle cite en fin (...)

61Cet article se fonde sur une enquête réalisée en 1998. Depuis, un court article de presse33 est paru dans le magazine Zurban sur le même sujet. La journaliste y présente la situation actuelle en expliquant que cette cérémonie s’est généralisée dans les mairies de Paris et parle de plus d’une centaine de cas dans la capitale en 2002. Ceci, ajouté aux élections municipales de 2001 qui ont vu une nette victoire des candidats de gauche, confirme mon observation selon laquelle cette pratique est revendiquée par les partis de gauche. Notons toutefois la participation exceptionnelle, qui n’a pas échappé à la journaliste, du maire ump (Union pour un mouvement populaire) du Ier arrondissement. Elle reprend également deux points que j’ai largement développés : l’absence de reconnaissance légale de cet acte et la perpétuation d’un précédent mythique autour de la Révolution française ! Enfin, elle conclut, elle aussi, que le besoin de rites est le moteur de cette pratique.

  • 34 « La République baptise ses enfants », À Paris, nº 9 (2004) : 22.

62Plus partisan, le magazine de la mairie de Paris a fait insérer récemment un article destiné à promouvoir cette cérémonie laïque34. Le texte, accompagné de la photo du certificat et d’un dessin, donne la liste des quatorze mairies qui la pratiquent et cite deux élus qui militent en sa faveur. Sur un ton délibérément promotionnel, le rédacteur insiste sur l’ancienneté de la pratique — ce rite, écrit-il à deux reprises, « remonte à la Révolution française » — et sur la simplicité des démarches administratives : « Les demandes de parrainage sont de plus en plus nombreuses », « Il suffit d’en faire la demande par écrit », « N’hésitez pas à contacter votre mairie ». Contraint de reconnaître l’absence de tout fondement juridique de cet acte, il évoque une démarche « symbolique », un engagement « moral » et des « registres officieux », et rappelle que la désignation légale de tuteurs est prévue différemment par le Code civil. Ces précisions ne l’empêchent pas de conclure en invitant les parents intéressés à se renseigner auprès de leur mairie d’arrondissement. Initié jadis par une minorité de maires dans un esprit de provocation, le baptême républicain a donc aujourd’hui pleinement droit de cité, la conquête des mairies parisiennes par les partis de gauche allant de pair avec le rétablissement de cérémonies occultées par les précédentes municipalités de droite.

Haut de page

Bibliographie

Akoun, André (dir.)
1985 Mythes et croyances du monde entier. Tome V : Le monde occidental moderne (Paris, Lidis Brepols).

Barthes, Roland
1957 Le mythe, aujourd’hui, in R. Barthes (dir.), Mythologies (Paris, Le Seuil) : 191-247.

Fine, Agnès
1994 Parrain, Marraine. La parenté spirituelle en Europe (Paris, Fayard).
1995 La Parenté spirituelle, lieu et modèle de la bonne distance, in F. Héritier-Augé et É. Copet-Rougier (dir.), La parenté spirituelle (Paris, Archives contemporaines) : 51-81.

Lamouche, Robert
1994 Le parrainage civil. Qu’en est-il en Seine-et-Marne ?, Notre département la Seine-et-Marne, n° 36 (avril-mai) : 24-29.

Lefebvre, Georges
1957 La Révolution française (Paris, Presses universitaires de France) [1re éd. 1930].

Répertoire ou Mémorial périodique des décrets de la Convention nationale
s. d. 6 vol. (Paris, Imprimerie de Prault).

Turner, Victor W.
1972 Myth and symbol, in D. L. Sills (dir.), International encyclopaedia of the social sciences, vol. IX (London, Collier-Macmillan) : 576-582.

Van Gennep, Arnold
1972 Manuel de folklore français contemporain, t. I (Paris, Picard) [1re éd. 1943].

Zonabend, Françoise
1980 La mémoire longue. Temps et histoires au village (Paris, Presses universitaires de France).
1990 La parenté baptismale, in T. Jolas, M.-C. Pingaud, Y. Verdier et F. Zonabend (dir.), Une campagne voisine (Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme) : 215-240.

Coupures de presse
Dossier fourni par le journal L’Alsace, 32 petits articles, s. d.
« Baptême civil pour Juliette », 1972.
« Un baptême civil à Cheny », 1972.
« Le baptême civil de Colette », L’Alsace, 8 juillet 1990.
« Allons enfants de Marianne… », Dernières Nouvelles d’Alsace, 22 janvier 1993.
« Baptêmes républicains comme en 89 », Le Républicain lorrain.
« Le baptême civil sème la zizanie », Le Parisien, 27 novembre 1995.
« Le filleul de la République », Dernières Nouvelles d’Alsace, 25 janvier 1996.
« Filleul de la République », Dernières Nouvelles d’Alsace, 20 mai 1997.
« Pour ne pas oublier les sans-papiers », Dernières Nouvelles d’Alsace, 6 mars 1999.

Haut de page

Annexe

Discours d’André Tabarly, premier adjoint au maire du IIIe arrondissement de Paris (Pierre Aidenbaum) lors du premier baptême civil auquel il officia.

Cette cérémonie étant terminée, je souhaiterais vous dire quelques mots concernant l’historique du parrainage civil et l’essentiel de sa signification.

Déjà, au siècle de Voltaire, de nombreuses familles souhaitaient, mais ne pouvaient pas, se tenir hors du sein de l’Église et l’inscription au registre du baptême était le seul acte officiel. Les législateurs de 1794 comprirent qu’à côté des institutions religieuses officialisant naissance, mariage, décès, il manquait une cérémonie légale concernant le parrainage. C’est un texte révolutionnaire qui, par la loi du 20 prairial de l’an II, institue la procédure du baptême civil qui, dès son origine, de par la loi, possède une valeur officielle… cérémonie célébrée au nom du pouvoir civil, par un magistrat élu tenant son autorité du suffrage universel. Il nous faut préciser que cette loi votée sous la 1re République ne fut jamais reconduite par la suite.

Les lois fondamentales de la République ne prévoient dans les mairies que trois registres d’état civil : naissance, mariage, décès.

Le parrainage civil s’est perpétué dans certaines régions, communes, et recommence dans certains arrondissements de Paris.

Vous avez ce jour, C., avec vos parents, votre marraine et votre parrain, fait ce choix, réfléchi, délibéré, d’élargir votre cercle familial vous permettant, par cette cérémonie, de créer un autre type de relation privilégiée avec vos marraine et parrain. Vous trouverez avec eux des conseillers qui pourront le cas échéant vous aider et vous guider à l’entrée de votre vie d’homme. Quand vous le souhaiterez, et cela se produira certainement, vous trouverez auprès d’eux convivialité, solidarité, confiance, écoute attentive, respect de vos opinions et sentiments, mais aussi et surtout, affection, protection et conseils lors de choix importants, et de difficultés inhérentes à la vie d’adulte.

Quant à vous, Mme N, marraine et M. N, parrain de C, vous avez ce jour, par cette cérémonie, le privilège de partager la responsabilité morale d’accompagner C dans son passage à l’âge d’adulte ; de l’écouter, l’aider si c’est nécessaire ; de répondre à ses interrogations ; de le guider dans ses choix s’il vous sollicite ; de le maintenir dans les valeurs fondamentales de notre société issues de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen.

Quant à vous, C, aux côtés de vos parents et de leur amour maternel et paternel, vous avez maintenant, en plus, deux adultes et compagnons de route, et je souhaite que celle-ci soit heureuse et réussie.

Haut de page

Notes

1 Ce terme est pris dans son sens d’« action d’accomplir avec solennité ». Il est interchangeable avec le terme de cérémonie, compris comme « l’ensemble des formalités observées dans certaines occasions importantes de la vie sociale ».

2 On peut parler de « pratique » par opposition à l’acte officiel. Cette célébration n’entre pas, en effet, dans la catégorie des démarches officielles et obligatoires.

3 C’est la raison pour laquelle j’ai choisi cette formule pour le titre de mon article.

4 Van Gennep, 1972 : 145.

5 Dès le début de cette étude, en 1998, j’ai contacté toutes les mairies de Paris ainsi que quelques communes où la pratique du baptême civil était attestée. Certains élus ont accepté de me recevoir et je les remercie de l’accueil qu’ils m’ont réservé : Dominique Baillaud, directeur adjoint du cabinet du maire du XIXe arrondissement ; Michel Champredon, directeur du cabinet du maire du XXe arrondissement ; Cyril Egner, chef de cabinet du maire du Xe arrondissement ; Yves Robert, secrétaire général de la mairie du XIe arrondissement ; André Tabarly, premier adjoint au maire de la mairie du IIIe arrondissement de Paris.

6 Élargir cette enquête à toute la France présenterait un grand intérêt. Citons d’ores et déjà les régions du Nord et de l’Est, où le parrainage civil semble relativement populaire.

7 Cf. Barthes, 1957 et Turner, 1972.

8 Cf. Turner, 1972 : 578.

9 Lamouche, 1994 : 26.

10 Vol. XII : 706-709.

11 Le Moniteur, vol. XII : 764.

12 La retranscription des discussions à l’Assemblée ne laisse pourtant pas de place à l’ambiguïté puisque le texte continue de la façon suivante : « L’Assemblée décrète, comme principe d’une loi dont elle charge son comité d’instruction publique de lui présenter les développements, qu’il y aura dans chaque commune un autel à la patrie » (ibid.). Il est bien question d’un projet de décret, mais en aucun cas de sa déclaration.

13 Ce discours, prononcé le jour de la Fête de l’Être suprême, est repris dans le dossier du Journal des maires.

14 Cette hypothèse expliquerait aussi le développement de dénominations et de coutumes différentes les unes des autres, puisqu’il n’y aurait eu ni concertation ni mouvement uni.

15 Lamouche, 1994 : 27.

16 Faute de matériaux, je ne discuterai pas ce point, mais renverrai plutôt aux travaux d’A. Fine (1994 et 1995) sur les baptêmes.

17 Les maires des IIIe, Xe, XVIIIe, XIXe et XXe sont membres du Parti socialiste (ps), celui du XIe appartient au Mouvement des citoyens (mdc).

18 On pourra trouver des précisions sur cet aspect de la Révolution dans l’ouvrage de G. Lefebvre, 1957.

19 Sur l’introduction de nouveaux prénoms révolutionnaires, on pourra lire avec intérêt (et amusement) le petit fascicule de J. A. Carney, Mémoire sur les noms à substituer aux noms de baptêmes.

20 Cf. Fine, 1995 : 55.

21 Dans la mesure où la très grande majorité des baptêmes concerne un enfant, je mentionnerai la personne à baptiser sous ce terme. Le cas particulier des adultes sera examiné plus loin.

22 À moins que cela n’ait à voir avec « Citoyen », titre qui remplaça pendant un temps l’appellation Monsieur juste après la Révolution française.

23 Il est parfois ajouté « émanant du suffrage universel ».

24 Toutes ces expressions proviennent des textes imprimés sur les certificats de baptême que j’ai pu recueillir.

25 Les textes collectés proviennent, outre Paris, de communes de la Nièvre, la Haute-Saône, le territoire de Belfort, le Haut-Rhin, le Bas-Rhin et le Doubs ; seul ce dernier département présente cette coutume.

26 Je n’ai pas d’exemples de baptême où la mère était absente.

27 Je n’ignore pas l’aspect formel et traditionnel que peut parfois revêtir le baptême de nos jours, mais certains prêtres continuent à poser leurs conditions pour lutter contre ce qu’ils considèrent comme une dérive.

28 Ce terme est pris ici dans son acception de transformation ou métamorphose. Sur ce sujet, on pourra consulter le très intéressant numéro d’Ethnologie française (1998, nº 2) consacré à ce thème.

29 Il s’agit sans doute d’une demande formulée en premier par le maire du IIIe arrondissement parce que nous avons copie de la lettre que M. Hubert lui a écrite personnellement le même jour, lettre qui accompagnait la directive générale et qui réitérait le refus de la Ville de Paris « d’organiser […] ces cérémonies non prévues par le Code civil ».

30 Ceci sous réserve qu’il s’agisse bien de la première cérémonie à Paris, mais difficile à vérifier puisque aucun registre commun n’est tenu.

31 Au moment de notre enquête, ce problème constituait l’actualité principale en matière de politique intérieure.

32 Cf. l’article « Allons enfants de Marianne… », Dernières Nouvelles d’Alsace, 22 janvier 1993.

33 Anne-Sophie Perrier, « Baptêmes dans l’air », in Zurban, 26 février 2003, p. 116. Elle cite en fin d’article l’anthropologue Michèle Fellous, auteur d’À la recherche de nouveaux rites (Paris, L’Harmattan, 2001), qui fait référence au baptême civil. Elle le juge comme « un rite [qui] reste un moyen de sortir de la vie au jour le jour pour s’inscrire dans l’espace et le temps ». Merci à F. Robin pour m’avoir donné copie de cet article.

34 « La République baptise ses enfants », À Paris, nº 9 (2004) : 22.

Haut de page

Table des illustrations

Légende Diplôme remis dans des mairies d’Alsace et de Bourgogne.
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/8452/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 145k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ateliers, n° 28 (décembre 2004), pp. 9-38.

Référence électronique

Rachel Guidoni, « Le parrainage civil : une pratique française revisitée », Ateliers [En ligne], 28 | 2004, mis en ligne le 06 avril 2010, consulté le 26 juin 2017. URL : http://ateliers.revues.org/8452 ; DOI : 10.4000/ateliers.8452

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org