Navigation – Plan du site

Un trophée fait fille ou lorsque l’étranger n’existe pas

Simonne Pauwels

Résumés

Un trophée fait fille ou lorsque l’étranger n’existe pas. Il s’agit de montrer comment sur l’île de Selaru toute femme, tout homme, ou même une vache marine ou une tête coupée, en débarquant sur le rivage pour la première fois, est considéré comme une proie, un butin à rejeter à la mer ou à introduire dans le village. Dans le cas du second choix, l’arrivant est rituellement transformé en un parent avant la tombée de la nuit. Pour l’anthropologue cette intégration éclair a de quoi surprendre. Mais il s’agit d’une société prédatrice qui intègre tous ceux qu’elle peut transformer en parent et relègue les autres à sa périphérie en les qualifiant de « sorciers » ou de « non-humains ». Les uns et les autres jouent cependant un rôle dans les prédations majeures — la chasse et la chasse aux têtes —, qu’exigent la fertilité des jardins et la fécondité des femmes.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Indonésie
Haut de page

Texte intégral

1« Que faut-il savoir pour comprendre ? » Ethnologues, nous parlons rarement de nous sur le terrain et, lorsque nous le faisons, nous retraçons généralement notre incorporation dans la société. Nous rapportons donc des anecdotes qui font sens, mais nous nous montrons rarement curieux des raisons pour lesquelles les gens qui nous accueillent s’engagent de la sorte vis-à-vis de nous. Qui sommes-nous pour eux ? Pourquoi agissent-ils ainsi ? N’ont-ils pas le temps de la réflexion, lorsque ces gestes sont aussi définitifs que l’adoption ? Les anecdotes rapportées se sont de facto produites au début du séjour. Mais que l’on se donne la peine de se rappeler des faits plus tardifs, et un changement majeur accompagne alors le passage du temps : ce ne sont plus les membres de la société qui ont agi mais l’ethnologue lui-même qui, par un geste ou une parole, a fait preuve du franchissement d’une étape dans son intégration. Cette étape est détectée par l’entourage parce qu’il est à l’affût de tels signes : il les interprète comme autant de preuves que la personne de l’ethnologue est en accord avec le statut qui lui a été donné. L’exemple indonésien développé ici montre comment ce statut peut être à la fois celui d’une parente et d’un trophée.

  • 1 Cf. Pauwels, sous presse.
  • 2 Amande desséchée de la noix de coco, dont on extrait une huile utilisée dans l’alimentation et pour (...)

2Le voilier qui m’amenait ce jour-là dans l’île de Selaru sur le rivage de Hursu1 était le seul du village. Je l’avais attendu pendant trois semaines dans l’île voisine, où se trouvait une piste d’atterrissage. Finalement, quelques hommes du village étaient venus vendre leur coprah2 dans la petite ville et avaient été avertis par le bouche à oreille qu’une ethnologue voulait embarquer avec eux. L’un d’eux s’était déplacé afin de me dissuader de venir « car il n’y avait pas de loisirs dans son village ». Quelques heures plus tard, et après avoir mené son enquête à mon sujet, il m’a avertie que nous partions. Après une nuit et une demi-journée de navigation, nous sommes arrivés à hauteur du cap qui nous séparait encore de la baie située face au village de Hursu. Là, un membre de l’équipage a pris un morceau de tissu, en a fait un fanion improvisé et l’a attaché en haut du mât. Ensuite, nous sommes entrés dans la baie et nous avons louvoyé une heure parmi les récifs. Voyant la plage se remplir de monde, j’ai pensé que tout retour du voilier était un événement.

3À peine ai-je posé un pied sur la plage qu’un homme se précipite vers moi et me dessine une croix sur le front avec du sable. Ensuite, on me signifie de me mettre à l’ombre des greniers sur pilotis et d’attendre. Lorsque je dis que j’ai soif, l’homme qui m’a « trouvée » en ville demande à un jeune homme de monter dans un cocotier afin de me cueillir une noix de coco. Ce dernier refuse.

4Après une heure d’attente, un petit cortège mené par un vieil homme se dirige vers moi. Le vieux récite une prière et pose une chique de bétel dans un trou du sol devant moi. Puis, tous les curieux m’escortent vers le village. Nous nous rendons chez celui qui m’a trouvée. Très vite la maison est bondée, les gens poussent de l’extérieur, les murs en bambou tressé tremblent. Mon hôte m’explique que nous allons nous rendre chez le chef du village qui, grand seigneur, ne s’est pas déplacé. Il me prévient qu’ensuite nous reviendrons chez lui : je devrais alors dire si je veux habiter chez lui ou chez le chef du village. Accompagnée d’une petite délégation, j’accomplis ma visite chez le chef. Revenue dans la première maison, j’exprime mon désir d’y habiter. « Bien », dit l’homme qui m’a trouvée, « alors je suis ton père, et voici ta mère, ton oncle maternel, ta tante paternelle, ton frère aîné, ta belle-sœur, ta sœur cadette, ta nièce, etc. ». À partir de ce moment-là, il n’y avait plus une personne au village, dans l’île et dans l’archipel avec laquelle je n’étais pas en relation de parenté. L’adoption dont j’avais fait l’objet est un acte relativement fréquent dans le village (Pauwels, 1994).

5La maison ne désemplit pas. Les questions se succèdent, sur mon âge, ma religion, mon mari, mon pays. On m’interroge aussi sur les joueurs de football de l’équipe de France dont une photo de magazine orne un mur, à l’occasion du mondial. Je ne connais pas leurs noms, mon auditoire montre sa profonde déception, et commence à se détourner de moi, discutant maintenant non plus en indonésien mais en selarunais. Afin de lutter contre la fatigue, je sors de mes bagages des reproductions photographiques de clichés réalisés par un missionnaire au début du xxe siècle dans l’île voisine : des portraits, des maisons, des paysages, des places de village, des danses, etc. Je les fais circuler sans trop de succès jusqu’au moment où quelques hommes commencent à s’agiter autour d’une photo. Ils me demandent de qui il s’agit.

6Normalement, j’aurais été incapable de répondre à cette question mais une erreur de cadrage lors de la reproduction avait préservé la légende de la photographie, et j’ai donc pu dire qu’il s’agissait d’une statue en bois d’Atufu que le missionnaire avait emportée pour la donner au musée colonial d’Amsterdam (l’actuel Tropenmuseum). Pour tous les habitants de l’archipel, Atufu est un héros culturel, créateur du jour et de la nuit, et qui, mais ça je l’ignorais alors, compte ses descendants parmi les habitants du village. Ce qui conduit un homme à me dire : « Si tu as la photo d’Atufu, c’est qu’il est de ta famille et donc c’est ça qui t’a conduite jusqu’ici. » L’affirmation est corroborée par le fait que l’oncle maternel de ma mère s’appelle Atufu. Les noms des hommes sont transmis en ligne patrilinéaire ; par ma mère, je suis une parente des deux Atufu, le héros culturel et son descendant (Pauwels, 1999).

7Dans leurs gestes quotidiens comme pendant les rituels, les habitants m’ont donné maintes preuves du fait qu’ils me considéraient comme une parente. Ils m’ont présentée à leurs ancêtres et à leurs esprits, mes pères et frères m’ont construit une petite maison, mes oncles maternels et mes enfants de sœurs ont fait les prestations « couvrir le toit » et « ramasser les miettes » qui accompagnent ces travaux. J’ai appris à interpeller les uns et les autres avec les termes de parenté adéquats. Au bout d’un an de séjour, j’ai compris que je n’avais pourtant toujours pas donné toutes les preuves de mon intégration. Ce jour-là, tous les « jeunes adultes » sont dans les jardins pour les semailles. Je reste au village avec les enfants et les vieillards. Quand je vérifie la cuisson du riz pour les enfants de la maison, mes informateurs et moi, je m’aperçois que pour la nième fois de la semaine, il n’y a plus de feu sous la marmite et plus de bois dans la cuisine. En fait, les habitants, n’ayant pour la plupart pas d’allumettes, envoient volontiers un enfant dans la maison voisine pour y prendre un tison. Cette opération, lorsqu’elle se répète, met en péril la cuisson du repas, augmente la consommation de bois dans la maison et exaspère l’ethnologue. Il faut savoir qu’il reste très peu de bois sur l’île et qu’il faut aller à plusieurs kilomètres du village avant d’en trouver. C’est souvent le travail pénible des enfants scolarisés après la classe.

8Passablement énervée, je décide alors de me faire accompagner de tous mes petits frères et petites sœurs pour ramasser une grande quantité de bois, que nous transporterons à l’aide d’une pirogue. En fin d’après-midi, nous prenons le chemin du retour un peu tardivement et la nuit tombe. Lorsque nous arrivons à proximité du village, je me rends compte que plusieurs hommes nous cherchent. Parmi eux, il y a évidemment mon père. Je m’attends à de sérieuses réprimandes mais il me demande d’abord des explications. Quand je lui raconte que j’ai embauché les enfants pour aller chercher du bois avec moi, il s’exclame : « Ah, enfin ! » « Enfin quoi ? » ai-je demandé. « Enfin, tu t’es comportée en sœur aînée et tu leur as donné des ordres. » Il avait vraisemblablement attendu cette preuve de mon intégration avec impatience, un peu comme s’il estimait m’avoir donné un statut, celui de sa fille, auquel je ne me conformais pas, ou du moins pas tout à fait.

9Quelque temps après, je me trouvais en compagnie d’une vieille femme, nous bavardions paresseusement, des silences ponctuaient notre conversation, quand soudainement, elle soupira d’aise. Lorsque je lui demandais ce qui la rendait si satisfaite, elle me répondit : « Ce fut une grande année ! On a eu une bonne récolte, on a gagné la coupe de foot inter-îles et on t’a eue, toi !» Je fus très surprise de me retrouver classée avec la récolte et la coupe de foot, et la phrase resta gravée dans ma mémoire, avec l’envie irrépressible de la comprendre un jour. En effet, j’avais dès mon arrivée été classée avec le trophée de foot, mais que venait faire la récolte parmi les proies de la société ?

10Reprenons les choses dans l’ordre. En arrivant pour la première fois au village, quand j’ai vu la plage se remplir de monde, j’ai pensé que tout retour du voilier était un événement. Cette réflexion témoigne du fait que j’ignorais alors la signification du message porté par le fanion qui avait été hissé sur le mât. J’ai appris plus tard qu’il annonce la présence à bord d’un butin. Chacun veut alors connaître sa nature — tête coupée, nouvelle épouse, vache marine, trophée de foot, ethnologue — et se rend sur la plage pour participer aux spéculations en attendant la réponse. Quel qu’il soit, le butin est amené sur le rivage. On le réceptionne en mettant du sable ou de l’eau douce sur son front. D’aquatique, il devient terrestre. À partir de cet instant, il faut déterminer s’il va être introduit dans le village ou renvoyé vers la mer, voire vers un village ennemi. Pendant les conciliabules, le statut du butin est encore incertain, ce qui explique pourquoi, lorsqu’il s’agit d’une ethnologue, on refuse de lui donner à boire. Dès lors que la décision est prise de le présenter aux ancêtres et aux esprits, il faut leur faire une offrande d’une chique de bétel tout en leur exposant la situation. Leur accord est indispensable à une intégration réussie. Il est confirmé par une divination. En particulier, le consentement d’une divinité féminine associée à la terre est crucial. Si un butin devait passer la nuit dans le village sans lui être présenté, elle causerait un tremblement de terre, c’est-à-dire que la terre s’ouvrirait et engloutirait tout le monde.

11Les différentes sortes de proies sont traitées rituellement de manière relativement semblable. La tête coupée de l’ennemi, la tête de la vache marine et le trophée de foot sont réceptionnés dans un textile de fabrication locale. Tous trois sont transformés en force d’attraction pour d’autres têtes ou d’autres trophées, et disposés la face en direction de leurs futures proies potentielles. L’âme de l’ennemi, elle, est d’abord transmuée en frère de celui qui lui a coupé la tête, afin de lui ôter toute velléité de vengeance. La nouvelle épouse ou l’ethnologue doit devenir fille ou sœur dans une maison d’adoption avant la tombée de la nuit. Dans un village qui préconise le mariage endogame, ceci est une façon — si l’on me permet le néologisme — d’autochtoniser les femmes qui viennent de l’extérieur. Dans le cas d’une épouse, sa maison d’adoption devient le lieu où est négocié son prix de la fiancée et le lieu d’accueil pour les membres de sa maison d’origine. L’époux de l’ethnologue, absent, se voit attribué comme mère, la sœur du père de l’ethnologue. Il devient ainsi l’époux idéal dans cette société où le mariage avec la cousine croisée matrilatérale est préférentiel.

12En résumé, dès que les membres de la société décident d’intégrer un élément venu de l’extérieur, ils s’efforcent aussitôt d’effacer les traces de son altérité. Comme s’ils ne la supportaient pas en leur sein. En même temps, ils considèrent tout ce qui vient de l’extérieur et qu’ils daignent intégrer, comme un butin, un trophée pris à l’« ennemi ».

  • 3 Maison avec une majuscule désigne l’unité sociale maison et non l’habitation.

13Ces idées se manifestent dès la constitution de la société telle qu’elle est racontée dans les récits d’origine. Au début, il y a un bambou dans lequel vivent un frère et une sœur, qui sont mariés. Peu de temps après, apparaît un frère cadet dans une pousse de ce premier bambou. Tous trois décident de quitter leur bambou et le frère aîné donne en mariage à son cadet la première femme immigrante qui arrive par la mer, agrippée au panier qui contient sa dot. Les frères sont dits effectuer un échange de sœurs, et l’immigrante est la première femme autochtonisée. Ces deux mariages sont à l’origine des deux Maisons3 autochtones du village. Ensuite, sont arrivés d’autres candidats à l’immigration. Les récits ne mentionnent plus que des hommes. À chaque fois, les autochtones sélectionnent ceux qui peuvent rester parce qu’ils détiennent des objets de valeur ou un savoir ou encore un savoir-faire. Afin de les retenir, ils leur donnent leurs filles en mariage. Leurs Maisons deviennent les Maisons des gendres. Aux deux premiers, ils donnent également une responsabilité rituelle. C’est à ce moment-là que les membres des quatre premières Maisons décident de constituer une société sur le modèle d’un voilier, avec son équipage et ses passagers. L’équipage est composé d’une vigie, d’un timonier, de celui qui écope et de celui qui tue les proies qui se présentent. Ces quatre fonctions sont les métaphores des quatre responsabilités rituelles permanentes dans cette société. Les passagers sont toutes les Maisons, sept en nombre, qui sont arrivées après la constitution de l’équipage. Le voilier porte le nom de Metanleru, « Richesses réputées ». C’est aussi le nom de la société (considérée) comme un voilier. Le village, Hursu, porte le nom du lieu d’ancrage actuel du voilier Metanleru.

14L’idéologie endogame de la société, du moins en ce qui concerne le mariage de ses femmes dont il est préférable de garder la fécondité pour soi, est confortée par la présence des gendres à bord. Le mariage des hommes peut éventuellement être exogame mais à condition d’être effectué par rapt, afin de ne pas s’encombrer de beaux-frères à l’extérieur du voilier et d’autochtoniser la femme par le biais de l’adoption.

15En fait, il s’agit pour les membres du voilier Metanleru d’être, autant que possible, entourés d’un espace de prédation. Un espace dans lequel il est permis de prélever tous les butins qui manquent au voilier. Il faut savoir que l’environnement dans lequel évolue le voilier est ingrat : un récif de corail couvert de très peu de terre fertile et de beaucoup d’herbes hautes, sans forêt, pauvre en sources et où il ne pleut que trois mois par an. Les habitants disent ainsi qu’il y a tout ce qu’il faut sur l’île ou dans l’archipel, mais que tout n’existe qu’en quantité limitée : cela appartient donc à qui sait le soustraire aux autres. La réussite de cette entreprise se traduit en renommée, d’où le nom « Richesses réputées », et c’est un travail de tous les jours. La renommée est donc produite par un acte de prédation. Les membres du voilier considèrent que l’ennemi, ou celui à qui ils ont prélevé une richesse, médit au sujet de Metanleru, et que le simple fait de prononcer son nom dans ce contexte accroît sa renommée. À leurs yeux, la médisance n’est pas un déshonneur mais un honneur, non pas une calomnie mais un éloge, qui exprime l’impuissance de l’ennemi devant le savoir et le savoir-faire des membres de Metanleru.

16Dans les autres villages, sur les autres voiliers, il y a des cadets, autochtones et immigrants « qui », comme le disent les villageois, « sont un jour passés par le voilier Metanleru » et l’ont quitté après un conflit ou pour fuir ses terres arides. Ceux qui ne sont pas cadets peuvent éventuellement être des affins avérés ou potentiels. Et il y a aussi des sorciers « qui ne sont jamais passés par le voilier » : des « pas tout à fait humains », têtes à couper idéales en temps de guerre. Plus une société comme un voilier est dite compter des sorciers, plus elle a de chances d’être l’ennemi de Metanleru ; plus elle est dite héberger des frères, plus la relation avec elle est paisible.

17Dans les espaces non habités par les humains, à l’intérieur des terres, il y a des êtres autochtones de la terre. Pas tout à fait des humains, ils sont, soit (comme) des frères pour les membres de la société-voilier Metanleru, soit leur gibier pendant les chasses aux porcs rituelles. Enfin, les êtres autochtones de la mer sont les gendres potentiels des humains ou leurs proies, sous forme d’animaux marins.

18Les Maisons « gendre » du voilier Metanleru, avec l’aide précieuse de leurs ancêtres, et l’approbation indispensable des autochtones, entretiennent des relations spécifiques avec tous ces êtres, et ce dans le respect d’un calendrier rituel annuel.

19Ainsi, le cycle agricole commence par une recherche de chaleur : les jardins en ont besoin pour être en mesure de capturer et de séquestrer les âmes des nourritures. Cette chaleur est véhiculée par le sang des porcs capturés lors de chasses rituelles organisées en ouverture du travail agricole. Ces porcs sont des êtres autochtones de la forêt transformés en porcs et tués grâce aux charmes donnés aux chasseurs par d’autres êtres autochtones de la forêt. Ces derniers sont les « frères » des humains et les ennemis de ceux qui sont tués sous forme de porc. Les âmes des nourritures, elles, sont volées dans les villages voisins et aux quatre coins du monde par cinq ancêtres mal morts appartenant à deux Maisons allochtones. Dès que ces âmes sont installées au centre du jardin, les hommes doivent y ajouter des semences masculines pêchées sous forme de poissons, grâce aux bonnes relations qu’ils entretiennent avec leurs « gendres » de la mer. Finalement, la récolte du centre du jardin collectif de l’année précédente est utilisée pour ensemencer le jardin actuel.

20À partir de là, il ne manque que la froidure et l’humidité des pluies pour déclencher la germination. Cette dernière est antinomique avec tout ce qui est source de chaleur — la chasse aux têtes, la chasse aux porcs, le mariage, etc. La gestion des précipitations est une chose complexe dont se chargent les descendants des cinq ancêtres mal morts. Ces cinq ancêtres résident à proximité d’une source d’eau dans un bois sacré et interdit de coupe. C’est de cet endroit, et à condition de recevoir de leurs descendants l’offrande adéquate, qu’ils font remonter les vers marins du fond de la mer. Ces derniers sont les âmes de tous les mal morts de la société-voilier Metanleru. Ils pleurent et leurs larmes montent au ciel et forment des nuages chargés de pluie. Ces mal morts, expulsés de la société sans funérailles appropriées, reviennent annuellement dans l’espoir de voir cette injustice réparée. Dans le ciel, les nuages chargés de leurs larmes sont attirés au-dessus des terres de Hursu par les âmes des guerriers de Metanleru, morts au combat. Sans leur présence dans le ciel, les pluies seraient capturées par les guerriers d’une autre société-voilier. Contrairement aux autres mal morts, les guerriers reçoivent des funérailles, mais ils sont néanmoins bannis — au ciel et non dans le fond de la mer comme les autres mal morts. Deux types de relégation d’ancêtres mal morts constituent donc les conditions préalables à l’arrivée des pluies. Le retour annuel de ceux qui ont été privés de funérailles permet à ceux qui ont reçu des hommages collectifs de les attirer au-dessus du territoire du voilier afin de le refroidir et de permettre la germination. Signalons que le millet qui pousse est appelé « les enfants du jardin collectif » et que la récolte, une fois entreposée dans les greniers, est appelée « butin ».

21Lorsqu’ils offrent aux ancêtres la part du butin qui leur revient, les membres de la société-voilier constituent une pile de nourritures végétales, appelée « porc » en souvenir des êtres autochtones de la forêt chassés sous forme de porcs et dont le sang chaud a été le premier élément constitutif de la fertilité. Si l’on tient compte de la circulation orientée des prestations dans cette société, l’offrande de ce porc par les vivants aux ancêtres confirme que ces derniers sont des donateurs de vie aux vivants. La pile est peut-être appelée « porc » pour rappeler que la récolte est un butin capturé, à l’instar de cette proie générique qu’est le porc. Ajoutons qu’un ennemi mort sur le champ de bataille est également désigné par le nom de cet animal.

  • 4 « Hursu Abondance » ou Hursu Ribun est l’expression par laquelle les villageois font référence à le (...)

22Au moment même où cette récolte est mangée pour la première fois par les hommes, elle est proclamée par le timonier de la société-voilier Metanleru comme appartenant, non pas à « Hursu abondance »4, mais au voilier « Richesses réputées ». Évidemment abondante, elle participe à l’édification de son grand nom. Et, résultat de plusieurs prédations, elle se trouve classée avec le trophée de foot et l’ethnologue.

  • 5 Les hommes vont à la pêche pour les semences masculines que sont les poissons. Le mariage prépare l (...)

23La fertilité des jardins comme la fécondité des femmes sont composées de plusieurs éléments qui doivent être capturés en respectant une chronologie en tous points semblable : le sang et sa chaleur, l’âme des nourritures ou des enfants, les semences masculines obtenues à l’occasion d’un réel ou métaphorique voyage en mer5, la froidure de la pluie ou du sperme. Pour les jardins, le sang et sa chaleur proviennent des êtres autochtones de la forêt qui sont les ennemis des « frères » autochtones de la forêt et que les hommes chassent sous forme de porcs. Pour les femmes, le sang provient des oncles maternels, et sa chaleur des têtes coupées des ennemis du voilier Metanleru. Lorsqu’une tête est introduite dans le village, toutes les femmes en âge de procréer se précipitent comme des furies afin de la toucher. En l’absence de conflit, la chasse aux porcs a également une influence positive sur la capacité de chaque femme en âge de procréer de capturer « de l’âme d’enfant ». Mais les hommes, pendant la période où ils remplissent le rôle de sentinelles du voilier Metanleru, affirment très souvent et avec grandiloquence qu’ils aspirent à couper des têtes au moins une fois, afin d’apporter eux-mêmes à leurs nouvelles épouses la chaleur nécessaire pour s’emparer de l’âme d’enfant. Appartenir à la classe d’âge des sentinelles, c’est être un jeune adulte qui vient d’obtenir le droit de se marier et qui a l’obligation de protéger le village de ses ennemis.

*

* *

24Revenons à l’énumération de la vieille femme qui estimait que l’année avait été bonne grâce à la récolte, au trophée de foot et à l’ethnologue. On comprend maintenant que tous trois se transforment en renommée. La récolte, résultat de plusieurs prédations réussies, est d’abord signe de fertilité, mais lorsqu’elle est abondante, elle permet de proclamer rituellement le grand nom de « Richesses réputées ». Le trophée fait parler de Metanleru et chaque évocation de son nom accroît également sa renommée. L’ethnologue n’était peut-être en premier lieu que le butin que les voisins n’avaient pas eu. Elle s’est par la suite avérée être une bonne source de réputation en participant, entre autres dès le milieu de son premier séjour, à un colloque international transportant ainsi « le nom de Metanleru jusqu’en France et même en Amérique » !

25Cela n’a pas échappé aux membres des autres voiliers de l’archipel. En témoigne le fait que tous ceux que je pouvais rencontrer lors de mes passages dans l’île voisine ont toujours essayé de me convaincre que j’avais choisi le mauvais voilier, un voilier sans envergure, sans renommée, et que j’aurais dû choisir le leur. Lorsque je rapportais ces propos à Hursu, les habitants s’en délectaient et me faisaient plusieurs fois répéter mon récit. Pour eux, ces diffamations étaient la constituante et la preuve de leur renommée.

Haut de page

Bibliographie

Pauwels, Simonne
1994 L’adoption : le travail rituel des relations de germanité dans une société d’Indonésie orientale, in J. Koubi et J. Massard-Vincent (éd.), L’enfant en Asie du Sud-Est (Paris, L’Harmattan) : 65-81.
1999 Nom et renom à Hursu (Tanimbar, Indonésie de l’Est), in J. Massard-Vincent et S. Pauwels (éd.), D’un nom à l’autre en Asie du Sud-Est. Approches ethnologiques (Paris, Karthala) : 45-60.
sous presse Metanleru, un voilier prédateur. Renommée et fertilité dans l’île de Selaru (Paris, Les Indes savantes).

Haut de page

Notes

1 Cf. Pauwels, sous presse.

2 Amande desséchée de la noix de coco, dont on extrait une huile utilisée dans l’alimentation et pour la fabrication du savon.

3 Maison avec une majuscule désigne l’unité sociale maison et non l’habitation.

4 « Hursu Abondance » ou Hursu Ribun est l’expression par laquelle les villageois font référence à leur société pendant les neuf mois consacrés aux travaux et aux rituels agricoles.

5 Les hommes vont à la pêche pour les semences masculines que sont les poissons. Le mariage prépare la femme à un métaphorique voyage en mer comme le montre l’ensemble des expressions utilisées à son sujet. Ainsi, lorsqu’elle apparaît parée des bijoux de sa dot, les spectateurs disent : « Les siens ont gréé la pirogue pour qu’elle aille en mer. » Plus tard, lorsqu’elle est enceinte, l’entourage, pour le signifier, dit : « La pirogue est en mer. » L’expression « elle a atteint la terre » est utilisée au moment de l’accouchement. La locution « la pirogue s’est cassée » désigne une femme morte en couche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simonne Pauwels, « Un trophée fait fille ou lorsque l’étranger n’existe pas », Ateliers du LESC [En ligne], 33 | 2009, mis en ligne le 18 mars 2009, consulté le 26 avril 2017. URL : http://ateliers.revues.org/8212 ; DOI : 10.4000/ateliers.8212

Haut de page

Auteur

Simonne Pauwels

Chargée de recherche cnrs, credo-umr 6574, université de Provence/cnrs/ehess

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org