Navigation – Plan du site
Retour sur une « grande enquête » : les Baronnies des Pyrénées

Introduction : l’ethnographie revisitée d'un terrain français

Georges Augustins et Éric Garine

Entrées d’index

Géographique :

France, Baronnies, Pyrénées
Haut de page

Texte intégral

1Dans beaucoup de sociétés de tradition orale, les ethnologues ont dû pendant longtemps se confronter à des sources anciennes qui portaient témoignage sur le passé des sociétés, mais elles étaient souvent rares, pas toujours bien conservées, et elles n’émanaient pas directement des individus ou des institutions des communautés étudiées. Combien d’anthropologues des terrains exotiques ont regretté de ne pouvoir comparer les récits que leurs hôtes leur confiaient sur les temps anciens de leur société à d’autres visions, forcément partiales, que celles qui provenaient de voyageurs dilettantes, des membres de l’administration coloniale aux compétences inégales ou de missionnaires plus ou moins zélés ?

2L’ethnologie pourtant, n’est plus tout à fait dans sa première jeunesse, et parmi les sources hétéroclites qui s’offrent au praticien d’aujourd’hui se trouvent parfois, outre ces mêmes corpus anciens, les traces du travail de ses prédécesseurs ethnographes. Il n’est pas certain qu’en toutes circonstances ces matériaux de terrain produits par leurs aînés soient d’un usage plus aisé pour les ethnologues contemporains ; la mise au point du dispositif critique nécessaire à une exploitation rationnelle de ces documents non publiés ne va pas de soi.

3L’histoire de l’étude ethnologique des sociétés paysannes de l’Europe offre la possibilité d’envisager sur un même terrain le traitement des archives administratives et celles des ethnologues. C’est à cette tâche, auquel l’ethnologue de terrain n’est guère accoutumé ni même formé, que Claude Mercier, Anne Sourdril et Sophie Ladet, Rolande Bonnain et Georges Augustins se sont attelés tour à tour.

4Les contributions de Cl. Mercier, G. Augustins et R. Bonnain ont ceci de piquant qu’elles concernent le même terrain d’enquête, les Baronnies des Pyrénées, étudié à des époques différentes et qu’elles utilisent des méthodes distinctes. C’est, en effet, dans les années 1970 que furent menées les recherches pluridisciplinaires sur les Baronnies des Pyrénées (sous les auspices de l’ehess, du Laboratoire d’anthropologie sociale du Collège de France et du Centre d’hémotypologie de l’hôpital Purpan de Toulouse). R. Bonnain relate la manière dont ces recherches s’inscrivaient pour elle dans un parcours intellectuel de chercheur à l’interface de l’ethnologie et de l’histoire, deux disciplines qui s’efforçaient alors de trouver des objets communs (effort qu’elles poursuivent, du reste, aujourd’hui). G. Augustins détaille certaines méthodes d’analyse des matériaux de terrain expérimentées il y a une trentaine d’années. Ces méthodes encore empiriques mais pleinement efficaces, telle l’utilisation de fiches perforées triées par le moyen d’aiguilles à tricoter, visaient à mettre au jour les réseaux d’alliance matrimoniale ou les processus de dévolution entre générations. Cl. Mercier, enfin, détaille, dans un premier article, l’usage et l’intérêt de méthodes plus contemporaines (liées, cela va de soi, à l’utilisation de l’informatique). Il s’avère que les matériaux ethnographiques produits par la première enquête ne sont pas forcément les plus utiles ou les plus faciles à traiter. Dans un second texte, Cl. Mercier donne nombre d’éléments d’une ethnographie revisitée des Baronnies trente ans après la première enquête. On y découvre, entre autres, que les prédictions ultra-pessimistes des habitants des Baronnies des années 1970, lesquelles laissent prévoir un pays retournant à la friche, ne se sont pas réalisées : la population a changé dans sa composition, mais elle n’a pas diminué, les terres sont toujours appropriées et la friche n’a que peu progressé. En revanche, le sentiment d’isolement, voire d’abandon est toujours, et plus que jamais peut-être, présent à la conscience des habitants.

5Il apparaissait intéressant de confronter les approches de l’ethnologue à celle d’autres spécialistes, et pour traiter de la relation d’une communauté au paysage qu’elle façonne, de se tourner vers la géographie et les techniques d’instrumentation modernes qu’elle a notamment développées depuis l’avènement de l’informatique. A. Sourdril et S. Ladet présentent une illustration tout à fait saisissante de l’usage des logiciels d’information géographique qui offrent un moyen d’analyse exceptionnel lorsqu’ils sont couplés aux données cadastrales et notariées. À travers la superposition de plans détaillés relatifs à différentes époques, on voit admirablement comment dans une région, géographiquement et culturellement proche des Baronnies, celle du Bas Comminges (piémont pyrénéen) se sont transmis les patrimoines et comment, réellement, un système particulier de perpétuation – le système dit « à maison » – a non seulement façonné sur près de deux siècles les exploitations agricoles, mais a aussi contribué au maintien d’un paysage diversifié associant les composantes nécessaires à la reproduction des maisonnées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Georges Augustins et Éric Garine, « Introduction : l’ethnographie revisitée d'un terrain français », Ateliers du LESC [En ligne], 32 | 2008, mis en ligne le 26 juillet 2008, consulté le 25 avril 2017. URL : http://ateliers.revues.org/1243 ; DOI : 10.4000/ateliers.1243

Haut de page

Auteurs

Georges Augustins

LESC, CNRS/Université Paris X-Nanterre

Articles du même auteur

Éric Garine

LESC, CNRS/Université Paris X-Nanterre

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org