Navigation – Plan du site

Mises en scène du pouvoir et enjeux statutaires chez les jeunes Palestiniens réfugiés (Liban)

Power presentations and status issues among Palestinian refugees (Lebanon)
Agnès Gharbi Mesmar

Résumés

Fondé sur une ethnographie réalisée entre 2005 et 2006 dans le centre de l’ONG El Markez du camp de réfugiés palestinien de Nahr el-Barid (Nord-Liban), cet article explore les enjeux de pouvoir, de statuts et de réputation pour des jeunes qui doivent se construire un avenir dans un contexte économique extrêmement difficile. Dans une première partie est exposé le contexte de marginalisation des Palestiniens réfugiés au Liban et le développement des ONG comme structures d’encadrement et ressource culturelle et économique importante ainsi que l’organisation d’El Markez, sa vocation et les positions relatives de ses cadres. Le cœur de l’article est ensuite consacré à l’analyse d’une situation d’épreuve entre les différents protagonistes du centre : la dénonciation de l’immodestie du bras droit du responsable surpris alors qu’il flirtait avec une Française en visite. Les rebondissements de l’affaire sont soigneusement analysés, chacun reposant sur une mise en scène relativement formalisée, de la manière « d’ouvrir » et de « fermer » les problèmes, caractéristique du jeu politique oriental. Cette étude donne à voir les modalités de l’apprentissage de la chose politique par les jeunes Palestiniens du Liban, comment cette période de formation construit des réputations et enfin quelles sont les ressources qui permettent de les asseoir ou, au contraire, de les transformer.

Haut de page

Entrées d’index

Géographique :

Liban, Nahr el-Barid
Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ainsi, c’est seulement en 2006 que l’OLP a rouvert une antenne officielle à Beyrouth.
  • 2 En effet, les réfugiés palestiniens de confession chrétienne se sont aussitôt vus offrir la nationa (...)

1Estimée à près de 400 000 personnes, la population palestinienne réfugiée au Liban constitue la plus importante communauté installée hors des frontières de la Palestine mandataire (Doraï, 2006 : 15). Le Liban est aussi l’espace politique dans lequel les déplacés palestiniens de la guerre de 1948 ont connu l’histoire politique la plus tumultueuse : activisme de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) de 1969 jusqu’à son éviction en 1982 à la suite de l’invasion israélienne au Liban ; participation active à la guerre civile libanaise (1975-1990) ; conflits entre factions palestiniennes lors de la « guerre des camps » (1985-1987). Après avoir longtemps été considérés comme « un État dans l’État » autour du noyau politique de l’OLP, les Palestiniens ont été marginalisés sur la scène politique libanaise au sortir de la guerre pour des raisons à la fois géopolitiques et locales. À la suite des accords d’Oslo en 1993, la direction politique palestinienne s’est d’abord clairement recentrée sur les territoires palestiniens (installation de l’Autorité palestinienne à Ramallah en Cisjordanie) au détriment de la diaspora1. Si au début de la guerre libanaise la Syrie appelée à intervenir a soutenu certaines factions palestiniennes jusque dans les années 1980, elle s’est ensuite beaucoup plus appuyée sur des composantes politiques libanaises (le Hezbollah et certaines composantes chrétiennes) au détriment d’une population palestinienne majoritairement sunnite2. Enfin, afin de garantir les équilibres confessionnels internes dans un système politique reconduit sur la base d’une représentation politique proportionnelle, les gouvernements libanais de l’après-guerre ont tous œuvré pour refuser l’intégration des réfugiés palestiniens à la société libanaise.

  • 3 Pour un exposé détaillé sur le statut juridique des Palestiniens au Liban, cf. Doraï, 2006 : 116 sq(...)
  • 4 On compte actuellement une quarantaine d’ONG palestiniennes œuvrant au Liban ainsi qu’une vingtaine (...)

2Privés de la possibilité d’acquérir la nationalité libanaise, les Palestiniens qui restent ne peuvent accéder à la propriété même si la majorité d’entre eux tendent à s’installer hors de l’espace des camps ; leur accès au marché du travail est extrêmement contraint et, de manière générale, leurs possibilités de mobilité sont restreintes3. Sur le plan politique, les organisations et mouvements politiques palestiniens sont proscrits. La population palestinienne au Liban dépend largement de l’aide internationale agissant par l’intermédiaire de diverses ONG4 et plus particulièrement du programme mis en place par l’United Nations Relief and Works Agency for Palestinian refugees (UNRWA), agence créée en décembre 1949, dans les domaines de l’éducation, de la santé et du logement. La gestion exclusive des camps par l’UNRWA contribue à conférer à cet espace un statut d’extraterritorialité auquel les Palestiniens attachent une grande importance. Dans les années 1990, une part grandissante des activités de l’UNRWA a été consacrée à la lutte contre le sous-emploi, conséquence de l’impossibilité pour les Palestiniens d’accéder librement au marché du travail dans leur pays d’accueil. L’aide accordée passe notamment par des emplois dans les ONG.

  • 5 Le camp de Nahr el-Barid est situé à dix-sept kilomètres de la ville de Tripoli. Coupé du tissu urb (...)
  • 6 Pour des raisons de confidentialité, nous nommerons cette ONG El Markez qui signifie « Le centre ». (...)
  • 7 Cf. Gharbi Mesmar, 2006.

3C’est dans le cadre d’une ONG à vocation éducative dans le camp palestinien de Nahr el-Barid5 situé à proximité de Tripoli que j’ai voulu étudier la catégorie « jeune » d’une manière qui permette de saisir les dynamiques à l’œuvre dans un contexte offrant une relative « autonomie », en dehors donc du cadre familial et de ses espaces de sociabilité traditionnels tels que la rue et l’école. Créée en 1998, El Markez6 fait partie des nombreuses ONG qui se sont développées sur le territoire des camps en appui à l’UNRWA dans les années d’après-guerre. Cette ONG se présente comme un centre de communication sociale qui a pour but de recréer du lien social et intergénérationnel à travers la transmission de la culture palestinienne. Cette structure propose aux jeunes de 15 à 30 ans des activités culturelles et artistiques, des formations professionnelles et des camps d’été internationaux. En raison de l’absence de cadres politiques, ces ONG, sous couvert d’activités socioculturelles, sont devenues des lieux de formation et d’éducation politique. Ce n’est en effet pas un hasard si le directeur général, militant politique proche du Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) est à la direction de cette ONG d’encadrement pour la jeunesse. Les jeunes du centre issus de différents camps se rendaient au siège de l’association à Beyrouth pour assister aux discours politiques de son président. Cette étude a été réalisée dans son antenne du camp de Nahr el-Barid au cours de plusieurs séjours de terrain en 2004 et 20057.

  • 8 Le FAFO est un centre de recherche fondé par la confédération syndicale norvégienne, qui produit de (...)

4Selon les résultats d’une enquête réalisée par le Institute for Applied International Studies (FAFO) en 20018, l’adhésion à ces ONG est majoritairement le fait de jeunes hommes célibataires disposant déjà d’une éducation secondaire ; les associations ne comptent qu’un faible pourcentage de jeunes femmes non mariées parmi leurs membres (Ugland, 2003 : 241-244). Ces statistiques quant à l’implication des jeunes hommes dans le milieu associatif palestinien permettent de formuler l’hypothèse selon laquelle ces derniers tentent d’y négocier une place ou un statut, en somme une légitimité et une reconnaissance sociale. Quels mécanismes sociaux déploient les jeunes afin d’accéder à une forme de responsabilité ? Comment les jeunes tentent-ils de se donner une importance dans ce contexte pour acquérir une certaine autorité, garante d’un accès possible à des fonctions plus institutionnalisées ? Nous verrons comment ces espaces associatifs, qui sont évidemment traversés par les rivalités familiales, factionnelles et partisanes, sont aussi utilisés par les jeunes comme un espace de rivalités théâtralisées pour faire et défaire les réputations des uns et des autres.

Le centre : (ré)inscrire les jeunes dans une culture palestinienne

5Dans le contexte du camp, être « jeune » se caractérise principalement par le fait de ne pas être marié, donc pas tout à fait un adulte qui accède à un statut social en qualité de père. À Nahr el-Barid, le camp est en effet un espace social particulier qui tend plus à se structurer autour d’une opposition factionnelle marquée qu’à travers la pérennisation des lignages. Entre l’horizon de la lutte pour le droit au retour et la reconnaissance de la cause politique palestinienne et la réalité de la vie contrainte dans l’espace social du camp, la dimension lignagère n’est pas fortement investie. Être « fils de » est rarement une ressource, « être père de », en revanche, est essentiel pour accéder à un statut social d’homme adulte. Cet accomplissement est d’autant plus important que l’inactivité, le chômage, renvoient pour les jeunes une image « dévalorisante » d’eux-mêmes qui accentue leur sentiment de mise à l’écart. En effet, l’autonomie économique est souvent le sésame qui autorise l’accès au mariage. Cependant, bien qu’emploi et mariage soient des jalons essentiels dans la reconnaissance sociale des jeunes Palestiniens, ils ne sont pas les premières ressources disponibles pour avancer dans la « carrière d’homme adulte ». Au travers des activités du centre, les jeunes tentent d’exister, en devenant des figures positives, des acteurs de la société.

  • 9 Propos tenu par Mehdi, Nahr el-Barid, juin 2005.

6El Markez propose en effet des activités de « préservation de la culture palestinienne », auxquelles les jeunes participent d’autant plus volontiers qu’ils déplorent leur ignorance de l’histoire et de la culture palestiniennes ; ignorance imputable, selon eux, à un défaut de transmission de la part des générations précédentes. Dans ce centre, ils apprennent « tout ce qu’un Palestinien doit savoir9 ». Nous sommes loin de l’idée largement admise selon laquelle les Palestiniens réfugiés auraient conservé leur « histoire » en la transmettant de génération en génération par le moyen de la mémoire familiale, notamment les récits de vie (qisas) (Sayigh, 1998). La responsabilité de la transmission culturelle est en effet passée, à la génération précédente, de la famille à l’OLP et aux écoles de l’UNRWA, dans un mouvement qui s’est accompagné d’une redéfinition de l’héritage culturel devenue le fondement de la formation politique des futurs résistants. Ces modalités de transmission ont été profondément remises en question après le départ de l’OLP en 1982, sans que les familles, ni les structures locales ne prennent en charge un discours sur l’histoire et la culture palestinienne. Depuis une dizaine d’années, les ONG locales au Liban tentent de combler ce vide en valorisant le capital culturel palestinien, tel que la dabké (danse), le chant et la musique (Grégoire, 2003).

  • 10 Le suhur est un repas, généralement léger, que prennent les musulmans juste avant l’aube durant le (...)
  • 11 En ce sens, la socialisation des jeunes Palestiniens du camp de Nahr el-Barid se rapproche des mode (...)

7Si El Markez joue un rôle important en apportant un « savoir » sur la Palestine que les jeunes disent ignorer, les jeunes apprennent également dans cette ONG à mettre en scène la figure du « bon Palestinien », à se comporter en « bon jeune ». Cet apprentissage passe d’une part par l’organisation de camps d’été durant lesquels les jeunes se retrouvent entre eux et dans une relation à un ensemble d’adultes autorisés qui vont encadrer leurs activités, transmettre la « culture » palestinienne et un discours politique militant en faveur du droit au retour des réfugiés. Les jeunes apprennent à mettre en scène des pièces de théâtre, des « ‘ateba », forme de joutes oratoires à travers lesquels les jeunes expriment leur attachement et leur amour de la terre-patrie Palestine. Au quotidien, les jeunes se mettent volontiers au service des habitants du camp. Pendant le mois de Ramadan, les jeunes du centre ont ainsi organisé des tournées dans le camp, afin de réveiller la population pour le suhur10. Leurs activités ne sont pas cantonnées au camp et ils sont régulièrement sollicités pour organiser des manifestations politiques et culturelles à l’extérieur. Grâce à cette implication et à ces activités, ils acquièrent une visibilité en tant que « groupe de jeunes liés à El Markez », en tant que « bons jeunes ». C’est avec beaucoup de fierté qu’ils détaillent les réalisations d’El Markez, sa notoriété et la réputation acquises grâce à leurs activités qui rayonnaient sur tout le camp de Nahr el-Barid et au Liban. Participer à El Markez, c’est servir la cause palestinienne et se mettre au service de la population dans le camp. Et pour les jeunes, cela signifie aussi devenir des acteurs à part entière de la société, se valoriser et commencer à accéder à une forme de légitimité sociale qui repose d’abord sur la maîtrise d’un patrimoine palestinien dans le contexte d’une sociabilité de « jeunes »11.

8Lorsque les jeunes atteignent l’âge de la responsabilité, celle de devenir un homme et d’acquérir un statut social reconnu, la participation à ces mises en scène politiques ne suffit plus. Le mariage devient alors une préoccupation première, car il permet ce passage de jeune (shabb) à adulte (rajoul).

Les postes, positions et oppositions : enjeux de la compétition entre jeunes

9Le centre d’El Markez a ouvert en 2000 à Nahr el-Barid. La plupart des jeunes qui ont intégré El Markez avaient entre 13 et 20 ans. Cette antenne est entièrement gérée par quelques jeunes qui jouissent de positions salariées. Ils sont au nombre de trois, le directeur Eimen, le professeur d’anglais Karim et la secrétaire Racha. Le reste de l’encadrement est assuré par des bénévoles (moutatawa‘). Les visiteurs occasionnels et les élèves, bien que faisant partie intégrante de la vie du centre, ne sont pas considérés comme bénévoles. Selon les jeunes, il faut pour cela travailler, investir de son temps pour monter des projets et participer aux activités. Ils sont à la fois donneurs et bénéficiaires de leur travail.

10Être bénévole reconnu confère donc une certaine position de par l’engagement personnel dans le centre, qui se traduit d’abord par un droit de regard sur ce qui se passe, la présence des uns et des autres, sur le comportement des visiteurs, voire des autres bénévoles, dans l’espace physique du centre. Cette qualité repose sur la pratique et la reconnaissance implicite des autres jeunes du centre. Il n’existe ni contrat, ni engagement écrit ou oral, formalisation d’une adhésion ou d’une participation qui donnerait une forme stable à cette catégorie de bénévole dans le centre. Dans cet espace social compétitif qu’est El Markez, où les jeunes cherchent à gagner du respect entre eux et aux yeux des aînés, à se mesurer dans la capacité à imposer une autorité, une parole, la position de bénévole est au centre du jeu. Il faut être capable de faire montre d’initiative et de capacité d’encadrement — donc d’autorité — pour être reconnu comme tel. Mais la reconnaissance est toujours instable et mise au défi, car qui sont-ils et au nom de quoi les bénévoles s’arrogent-ils le droit de faire des remarques, de tancer et de rappeler les autres jeunes à l’ordre dans l’espace du centre ?

  • 12 J’ai décidé de nommer ce groupe Safoury du fait de leur opposition et de leur discours vis-à-vis de (...)

11El Markez n’est pas seulement organisé selon une hiérarchie des positions, la rivalité factionnelle qui organise le camp y est également très active. Les jeunes se divisent en deux groupes qui s’opposent radicalement : Sa’sa’ contre Safoury. Sa’sa’ et Safourya sont les noms des deux villages de Palestine d’où sont originaires une majorité des habitants de Nahr el-Barid, qui forment également deux quartiers importants du camp, et auxquels se rapportent donc les désignations d’appartenance. Il existe depuis « toujours » un clivage entre ces deux villages. Les gens racontent que cette opposition remonte au temps de la Palestine, pourtant cette situation conflictuelle ne semble exister qu’à Nahr el-Barid. La division du centre en Sa’sa’/Safoury est en fait une transposition par les jeunes de la rivalité villageoise présente à Nahr el-Barid. Dans le centre, le noyau du groupe Sa’sa’ est composé de quatre jeunes : Hassan, le leader du groupe, Nabil, Mehdi et Ahmad. Ils vivent dans le même quartier. Aucun d’entre eux n’a de situation stable, ni scolairement, ni professionnellement, généralement ils sont sans occupation. D’autres jeunes font également partie de ce groupe, mais passent moins régulièrement au centre : il s’agit de Wael, Ghassan, Ahmad et Rabi’. À la différence des quatre premiers, ces jeunes poursuivent leurs études ou disposent déjà d’une situation professionnelle, souvent héritée du père de famille. Bien qu’on les identifie comme Sa’sa’, parce qu’associés aux Sa’sa’ dans la structure du centre, certains d’entre eux sont Safoury ou originaire d’autres villages de Palestine. Le groupe des Safoury12 est formé par Karim, Eimen et Nader. Ce dernier est en réalité le seul Safoury du groupe. Karim tient une place centrale dans ce trio, en raison de sa position de bras droit du directeur, mais aussi du fait de son charisme et de sa forte personnalité. Il jouit d’une liberté totale dans le centre dont il est le seul à posséder les clés. Originaires d’autres villages, Karim et Eimen se rangent du côté Safoury, car ils partagent un intérêt commun avec Nader, celui de s’opposer aux Sa’sa’. Ainsi, l’opposition factionnelle n’entre pas forcément en coïncidence avec les appartenances réelles des individus ; celle-ci sert simplement à lui donner une justification historique.

12La différenciation des statuts et des positions qui existent entre les membres provoque des crises et des moments de fortes tensions, qui fragilisent l’ensemble de la structure. Bien que minoritaires, les Safoury détiennent le pouvoir dans le centre, car Eimen et Karim bénéficient d’un revenu, d’un emploi rémunéré, si rares dans le camp.

Statuts et groupes au sein d’El Markez

Statuts et groupes au sein d’El Markez

La « déviance » de Nader ou la construction d’un scandale

13Dans le monde arabe, il est rare que les jeunes garçons subissent un contrôle social concernant leur vie sexuelle. Ce sont essentiellement les filles qui sont dépositaires de l’honneur de la famille. Cependant, les attitudes des jeunes peuvent être prétextes à des conflits. Durant l’été 2005, j’ai été témoin d’une crise révélatrice. La relation amoureuse entre un jeune du centre (Nader) et une Française accueillie dans le cadre d’un camp d’été (Sophie) a soulevé de vives protestations, au point d’avoir été qualifiée de transgression manifeste des normes et des valeurs de la société palestinienne.

  • 13 La venue de jeunes Européens est fréquente, particulièrement l’été. Ce groupe de Français est venu (...)
  • 14 Nabil : un jeune récemment devenu bénévole au centre.

14En 2005, pour la seconde année consécutive, un groupe de jeunes Français passe un mois dans le centre d’El Markez13. L’année précédente, Karim était intimement lié à Sophie, l’une des filles du groupe. Cette relation a pris fin, lorsque celle-ci a refusé la proposition de mariage de Karim. Peu de temps après cette rupture, Nader, le meilleur ami de Karim, et Sophie sont surpris ensemble par les jeunes du centre. Il se raconte immédiatement que Nader et Sophie ont eu des « comportements osés » en public et qu’un autre jeune du centre, Zyad, a été surpris en leur compagnie en train de consommer de l’alcool (une consommation prohibée dans le camp). La nouvelle circule comme une traînée de poudre. Chacun échange tour à tour les informations qu’il détient dans les petites réunions informelles de quelques jeunes. L’affaire enfle et, pour en rendre compte, Eimen raconte une scène qui a eu lieu peu de temps après l’épisode : « Sophie a été acclamée dans les rues, les enfants se sont mis devant le centre en criant “Sophie, Sophie, Sophie”. » Il tient à souligner que l’histoire est désormais connue de tous, puisque les cris depuis la rue des enfants ont achevé de la rendre public, sans que les faits n’aient été mentionnés (c’est-à-dire pour la société à l’extérieur du centre). Ici, les enfants tiennent le rôle de transmetteurs de la parole des jeunes à un public plus large, ce que ne peuvent faire directement de jeunes inaccomplis. Ce rôle est d’autant mieux rempli que les enfants sont, eux, encore totalement étrangers aux obligations de réserve, ne maîtrisant pas les frontières des non-dits et des tabous. Nabil14 évoque l’événement en se référant à des figures symboliques de la parole publique :

Cette histoire va être connue dans tout le camp ! Lors du prêche de vendredi, l’imam de la mosquée va parler de cette histoire, condamnant les personnes et le centre d’El Markez.

15L’imam, figure emblématique de la parole publique, incarne le discours officiel, qui s’oppose à la rumeur, à ce qu’on raconte. La seule évocation de cette figure d’autorité religieuse et morale, même hypothétique on s’en doute, donne à l’histoire une tournure dramatique laissant entendre que les adultes les regardent. Tout le jeu consiste bien ici à faire « sortir » cette histoire du centre, à la rendre publique pour défier les protagonistes. La manière de relayer la rumeur, d’y associer des références extérieures d’autorité, a pour objectif d’inscrire l’épisode dans des sphères publiques, celle du camp et celle des adultes garant des valeurs de la société, qui sont les ressources indispensables de la dramatisation.

  • 15 Je fais ici référence à la notion « d’épreuve » théorisée dans la sociologie pragmatique de L. Bolt (...)

16L’affaire ainsi devenue publique touche désormais tous les membres d’El Markez par la construction d’une épreuve de réputation15. Tous doivent se définir désormais par rapport à « l’événement » et les protagonistes se retrouvent rapidement seuls. Ainsi, bien que Nader ait toujours accordé un soutien sans faille à Eimen, le directeur du centre, dans son opposition aux jeunes Sa’sa’, Eimen ne peut prendre parti pour son ami, ni même rester neutre, car la dimension publique de l’affaire pourrait avoir une incidence sur sa propre réputation. Il dira d’ailleurs en privé :

Si personne n’était au courant de l’histoire, Nader et Sophie sont dans leur droit, cela ne nous regarde pas, mais tout le monde est au courant de l’histoire, alors on ne peut pas le cacher, nous sommes obligés de le sanctionner.

  • 16 Le caractère condamnable fonctionne bien sur deux registres : le premier relève de la relation d’in (...)
  • 17 Tariq est un allié des Sa’sa’ (originaire du même village), il est également un fervent opposant à (...)

17C’est le caractère présumé public qui transforme le comportement allégué de Nader et Sophie en faits condamnables16. La rumeur est parvenue à donner à l’épisode une dimension publique et dramatique, mais ne suffit pas à provoquer le scandale. Il faut pour cela poursuivre l’élaboration. C’est ainsi que Ghassan, un jeune Sa’sa’, racontera plus tard avoir assisté à l’élaboration du plan dans lequel les Sa’sa’ projettent d’utiliser les Français, afin de provoquer le scandale. Selon lui, Hassan et Ahmad, deux membres des Sa’sa’, font appel à Tariq17, qui a pour rôle d’envenimer la situation. Ghassan me précise que cette histoire est l’occasion idéale pour Tariq de mener sa revanche contre les Safoury qui l’avaient exclu d’El Markez, quelques mois auparavant. Hassan et Ahmad ont demandé à celui-ci de dire à chacun des Français que Sophie a eu un mauvais comportement et cela dans l’objectif de faire honte à la jeune fille. Alors que les jeunes et les Français sont réunis dans la cour, Tariq saisit l’occasion pour mettre en exécution le plan ainsi fomenté. Face aux remontrances publiques du jeune homme, Sophie se met à crier et à pleurer.

18Le scandale est ainsi véritablement provoqué lorsque la personne concernée par la rumeur est mise au courant publiquement de ce qui se dit sur elle. Les pleurs et les cris de Sophie sont les réactions attendues face à l’humiliation et à la honte. De ce fait, l’infraction sociale est dénoncée et rendue publique à double titre : d’une part, par les discours des jeunes qui laissent entendre que l’histoire est connue dans tout le camp et, d’autre part, par cette mise en scène du scandale. Selon Barbara Drieskens (2005 : 4 ; ma traduction), on parle de scandale (fadiha) « quand le mauvais comportement est connu et discuté publiquement et que plus personne ne peut l’ignorer ». Peu de temps après cet épisode, Hassan informe l’ensemble des jeunes présents de la tenue d’une réunion, le soir même, au sujet de cette histoire. Le scandale ainsi déclaré permet finalement « d’ouvrir le problème » (aftah al moshkle) — dont le français « poser le problème » restitue bien le sens — à l’ensemble des jeunes, pour les amener à prendre position.

Le scandale : poser le problème

19Bien qu’il n’ait pas encore été désigné publiquement (l’annonce a été adressée à Sophie), Nader a été clairement humilié par cette situation. En calomniant le comportement de Sophie et par extension celui des Français, les propos de Tariq visaient en réalité la conduite de Nader. Finalement, le mauvais comportement des Français importe peu, même si les jeunes font croire le contraire. C’est le comportement de Nader que les jeunes Sa’sa’ pointent du doigt. La scène, qui a eu lieu peu après le scandale, montre que Nader a été touché par la honte.

20Les jeunes sont assis dans la cour : Mehdi, Ahmad, Ghassan, Rabi’ et Tariq, ainsi que deux autres jeunes. Les Français sont debout derrière eux. Nader est assis dans une partie en retrait à l’ombre de la cour. Sa position est excentrée par rapport aux autres. Il est assis dans la parcelle de jardin clôturé par un petit muret qui le sépare de la cour. Sa chaise est appuyée contre un arbre, il a les bras croisés, la tête et les yeux baissés, son visage est fermé et crispé. La position de Nader entérine son exclusion, marquant une séparation nette entre lui et les autres. Il est seul, enfermé sur lui-même, comme « pris au piège ». Il a été touché par la honte et ne peut faire comme si de rien n’était.

  • 18 En effet, les jeunes racontent que Eimen a des relations avec des jeunes filles qui passent occasio (...)

21Dès lors que Nader, les Français suivis de Karim et de Hassan se réunissent dans le bureau, les jeunes s’activent dans la cour. À ce moment-là, il n’est plus question des Français, ni même de Zyad, présent ce soir-là et condamnable lui aussi puisqu’il avait consommé de l’alcool, mais uniquement de Nader. Il y a là une volonté claire d’une partie des jeunes de condamner Nader pour son comportement, qualifié de déviant. Tour à tour, les jeunes prennent la parole pour donner leur avis à l’auditoire. Ahmad dénonce le comportement déviant de Nader. Rabi’ s’oppose et réplique à Ahmad : « Pourquoi devrait-on condamner Nader pour ce qu’il a fait, alors que Eimen fait la même chose, mais personne ne lui dit rien18. »

22Bien qu’il soit Safoury, Rabi’ fait partie du groupe des Sa’sa’. Néanmoins, ici il prend la défense de Nader. Selon l’exégèse de Ghassan, dans un conflit tel que celui-ci, la solidarité villageoise doit primer, ce qui expliquerait la position de Rabi’. Pourtant, la solidarité à l’intérieur de chaque faction n’est pas aussi simple qu’il n’y paraît. Le groupe Sa’sa’ est fondé sur des liens de solidarité et d’intérêt entre des jeunes des deux villages. Les groupes et les alliances sont mouvants et ne semblent pas résulter aussi simplement de cette logique de solidarité villageoise.

23Quant à Tariq, il passe de groupe en groupe, en tentant de convaincre chacun de s’opposer à Nader. Il attire l’attention sur la transgression. Dans son discours, il se pose en tant que garant de la morale :

C’est moi qui ai parlé aux Français et je leur ai expliqué le problème, moi je veux que le problème se règle (el moshkle tanfatih). On doit juger Nader pour ce qu’il a fait, car c’est interdit, lui est un bénévole à El Markez ; Eimen c’est différent, c’est un responsable.

Le terme arabe aftah signifie ouvrir, que je traduis ici par « régler ». En français, on dirait mettre fin au problème, c’est-à-dire le clore. Ici, au contraire, régler le problème, c’est l’ouvrir aux autres, de façon à ce que tout le monde le règle ; c’est l’ouvrir à la communauté et au jugement de la communauté. La mise en scène des jeunes décrite précédemment est une illustration même de ce terme « ouvrir le problème ».

24Selon Howard Becker ([1963] 1985), la déviance résulte d’une appréciation subjective de la norme. Dans cette histoire, deux cas de déviance se posent, celle de Nader flirtant avec Sophie et celle de Zyad qui a consommé de l’alcool. Il ne s’agit pas seulement d’intimer aux jeunes Palestiniens le respect de la morale puisque la transgression manifeste de l’interdit religieux par l’un des leurs n’a soulevé aucune réaction des jeunes. Notre cas montre bien que la déviance résulte avant tout d’une appréciation subjective de la norme, et que cette subjectivité est étroitement liée au statut et à la place que l’on occupe dans un groupe. Zyad fréquente peu le centre, c’est la présence des Français qui l’amène à passer du temps à El Markez. Il n’a pas de statut dans le centre et n’appartient même à aucune faction identifiée dans le centre. C’est pourquoi, sa position ne constitue pas un enjeu pour les membres. À l’inverse, la position de Nader sur l’échiquier d’El Markez constitue un véritable enjeu.

Les stratégies d’alliance

25Safoury et Sa’sa’ luttent, d’une part, pour maintenir leur position de leadership, d’autre part, pour renverser les rapports de force. L’opposition entre ces deux groupes est née à la suite du changement de directeur. Les jeunes Sa’sa’ avaient créé le centre avec l’ancien directeur, Yassine ; et ils avaient, à ce moment-là, un pouvoir important. Lorsque Eimen est devenu directeur, il s’est entouré de nouveaux jeunes (Karim et Nader), qui lui étaient favorables et sur qui il s’est appuyé. Les Sa’sa’ ont perdu ainsi toute influence dans le centre et se trouvent face à un directeur qui leur est défavorable. Hassan a hérité de la position de leader de cette faction à la suite du départ de son frère aîné, lequel a quitté El Markez après le départ de l’ancien directeur. Bien que Nader n’ait pas véritablement de pouvoir dans le centre, il constitue du point de vue des Sa’sa’ un soutien inconditionnel à Eimen : le défier, c’est donc défier Eimen. Les Sa’sa’ considèrent Karim et Nader comme des complices. C’est en cela que Nader tient une position stratégique. Cette histoire est l’occasion pour les Sa’sa’ de mener leur revanche, à un moment où les Safoury sont affaiblis par des tensions et des conflits internes. En effet, Eimen et Karim sont à ce moment-là en opposition. Chacun cherche à défendre ses propres intérêts. De plus, la relation de Nader avec l’ex-amie de Karim a fortement remis en question l’amitié entre les deux compères. Face à cette crise, Karim met en place une stratégie qui consiste, d’une part, à conserver sa place tant bien que mal et, d’autre part, à redéfinir sa position dans le centre. La remise en question de son alliance avec Eimen et Nader lui fait perdre ses appuis. Il est tout à fait conscient de la fragilité de sa position, et du risque qu’il encourt à cause de cette affaire. Si Karim veut conserver sa place de leader dans le centre, il lui faut manipuler avec habileté les différents partis, quitte à s’allier avec ses adversaires. Selon ses propres termes, sa « stratégie d’équilibre » consiste alors à se rapprocher des Sa’sa’.

26Lorsque la réunion, tenue peu après le scandale, prend fin, les jeunes se précipitent à la porte du bureau. Karim est assis à la place du directeur, Hassan est assis en face sur le bureau, tourné vers les Français qui se trouvent debout devant eux. Nader se trouve à leur droite. Les Français ainsi que Nader sortent les premiers. Karim a le torse légèrement relevé, ses avant-bras sont posés sur la table, il a retroussé ses manches. Sa posture exprime une grande confiance en lui, il renvoie l’image d’un directeur en occupant symboliquement sa place. À la vue de tous, Karim frappe son poing sur la table et dit sur un ton énervé : « Nader nous a eus, il est marié avec elle, il est donc dans son droit. »

27Ces propos, adressés à Hassan et indirectement aux autres jeunes, traduisent son changement de position vis-à-vis de Nader. Il rejoint ainsi l’opinion générale, c’est-à-dire celle des Sa’sa’. Il laisse ainsi sous-entendre qu’il est contre Nader. La formulation « Nader nous a eus » signifie également qu’il se compte parmi les Sa’sa’. En effet, dans ce contexte, où les Sa’sa’ sont en position de force, Karim ne peut s’opposer à eux, au risque de perdre sa place. Néanmoins, un enjeu plus important se joue dans le bureau. Face aux Français et à Nader, ce sont les deux leaders Karim et Hassan qui sont mis en concurrence.

28Par ailleurs, Karim n’a pas coupé sa relation avec Eimen, ni même avec Nader. Ils continuent à se retrouver le soir à la cafétéria. Il est important pour Karim de s’afficher avec eux et en particulier avec Nader. En conservant publiquement son amitié avec lui, il montre qu’il n’est pas touché par la « trahison » de Nader. Excepté ces quelques sorties publiques, la relation entre Karim et Nader a été réellement bouleversée. En privé, Karim ne manque pas une occasion pour critiquer et dévaloriser Nader. Mais Karim n’est pas le seul à chercher à se repositionner. Paradoxalement (il est Sa’sa’), Ghassan est le seul jeune en faveur de Nader. Sa relation avec une autre Française du groupe le contraint d’une certaine manière à rester solidaire de celui-ci sous peine de voir sa propre idylle menacée. Il tente donc de se rapprocher des Safoury. Ainsi, Ghassan et Nader deviennent « les meilleurs amis du monde ». Il affirme qu’ils se connaissent depuis leur petite enfance, comme pour se convaincre de la sincérité de leur nouvelle amitié. Néanmoins, cette prise de position risque fort de remettre en question la place de Ghassan parmi les Sa’sa’. Les critiques fusent dans son groupe, les jeunes n’hésitent pas à lui signifier sa trahison. De plus, sa tentative de rapprochement avec les Safoury échoue. En effet, lorsqu’il se retrouve avec ces derniers, ceux-ci se moquent et humilient les Sa’sa’ comme pour lui signifier que, à leurs yeux, il est et reste un Sa’sa’ et que sa nouvelle amitié avec Nader n’y changera rien.

Déstabilisation et stratégies d’alliance au sein d’El Markez

Déstabilisation et stratégies d’alliance au sein d’El Markez

« Clore » le problème : la déclaration de mariage et le « tribunal des jeunes »

29Le soir du scandale, la transgression de Nader a été dévoilée publiquement dans le centre. La propension des jeunes à commenter l’affaire montre à quel point son dévoilement public autorise quiconque à s’immiscer dans « la chose politique ». Nader cherche par tous les moyens à les faire taire, sans résultat. Alors que Karim et Hassan sont toujours réunis dans le bureau avec les Français, Nader sort brusquement et se dirige vers la cuisine qui donne sur la cour. Ses mains tiennent fermement les barreaux de la fenêtre, son regard froid et violent est dirigé vers les jeunes lorsqu’il prononce ces paroles : « Qu’aucune parole ne sorte de vos bouches ! »

30L’injonction provoque un moment de silence dans la cour : Nader se décide à affronter ses détracteurs. Il exige qu’ils cessent de médire sur son compte. Dans une situation de défi et de mise à l’épreuve, le problème peut, nous l’avons vu ici, « s’ouvrir » ou « se fermer ». Cette opposition des termes fait écho à l’opposition des deux partis. D’un côté celui qui veut ouvrir le problème, en attirant l’attention du public sur la transgression ; de l’autre, celui qui veut clore le problème en faisant « fermer les bouches ». Nader a en effet intérêt à ce que les jeunes ne parlent pas de son histoire, car plus les jeunes en parleront, plus il lui sera difficile de régler le problème à huis clos, c’est-à-dire sans dommage pour sa réputation. Néanmoins, son intervention verbale n’est absolument pas suivie d’effet, sa parole n’est plus légitime. Nader utilise alors une autre stratégie pour « les faire taire » en annonçant son mariage avec Sophie. De cette façon, il pense faire perdre toute légitimité aux arguments de ses détracteurs et les faire taire. En tentant de poser la relation dans un cadre licite, il s’agit de la réinscrire dans la sphère privée et intime.

  • 19 Le mahr désigne le trousseau et l’ensemble des biens que la famille du marié donne à la mariée avan (...)

31Tout le problème reste néanmoins de faire reconnaître ce mariage, puisqu’il n’a pas eu lieu. En effet, le mariage sunnite doit être célébré publiquement, en présence de témoins et avec le consentement explicite de la jeune fille et de son père ou tuteur. Le mari doit à cette occasion lui remettre le mahr19. Ici, aucune de ses conditions n’est réunie, c’est pourquoi, personne ne le reconnaît, ni ne l’accepte comme résolution incontestable de l’affaire. La tentative de Nader de « fermer le problème » échoue. Pour les jeunes, Nader a transgressé, il doit être sanctionné.

  • 20 Le récit de cette réunion se fait à travers le regard de Ghassan.

32Deux jours plus tard, les jeunes organisent une seconde réunion20 (ijtima‘) pour, selon leurs propres termes, « juger » Nader et Zyad. Bien que Zyad n’entre pas dans les enjeux du centre, il doit être jugé par principe, pour mieux cautionner le jugement de Nader. Le terme « juger » hakam prend ici tout son sens. En effet, l’espace du centre se transforme en un tribunal tout à fait particulier. Selon Ghassan, environ seize jeunes sont présents, nombre bien au-dessus de la fréquentation moyenne du lieu. La réunion commence par une entrevue dans le bureau réunissant Eimen, Karim, Nader, Zyad et les Français. Les autres jeunes attendent dans la cour. La présence de Karim confirme sa place tout à fait privilégiée dans le centre. Selon Ghassan, Eimen tente d’éviter le « passage en jugement » pour les deux jeunes. Il entérine cependant la reconnaissance de leurs erreurs, mais demande que Dieu les pardonne pour leurs actes. Il tend ainsi à s’en remettre à un jugement divin tout en adressant un discours moralisateur aux Français, à qui il rappelle les normes et les valeurs de la société palestinienne. Sa position et ses propos déplaisent fortement aux jeunes qui se réunissent dans la cour et relancent la polémique pour obtenir la sanction qu’ils attendent de ce « jugement ». Les Sa’sa’ justifient leur insistance en arguant que le mauvais comportement de Nader et de Zyad aurait pu mettre en péril la réputation des jeunes du centre dans le camp et, au-delà, devant son directeur. Puisque l’affaire est désormais rendue publique, les jeunes Sa’sa’ revendiquent le droit de juger Nader.

33Pour éviter que le conflit ne s’envenime davantage, l’un des jeunes invite les cadres à réfléchir à une sanction pour Nader et Zyad. Les protagonistes entrent à nouveau dans le bureau afin de décider. Le jugement prend finalement la forme d’un vote entre deux sanctions dont l’une est proposée par Eimen et l’autre par Hassan.

34Le premier « jugement » concerne le cas de Nader. Ce dernier se trouve à l’extérieur du bureau lorsque les jeunes votent une sanction contre lui. Le procédé consiste ainsi à laisser le premier « coupable » à l’extérieur et à faire entrer le second avec les autres jeunes. Eimen propose l’exclusion définitive de Nader. Sa proposition semble tout à fait contradictoire compte tenu des positions qu’il a tenues précédemment. À l’inverse, Hassan opte pour une sanction plus modérée en proposant que Nader soit exclu du centre pour la durée d’un mois seulement. La solution de Hassan est également surprenante à ce titre, puisque celle-ci est contraire à l’intérêt de son groupe. Hassan cherche avant tout à s’opposer à Eimen.

35Ce vote symbolise la rivalité ultime entre les deux parties. La rivalité ne se pose plus entre Karim et Hassan, mais entre Eimen et Hassan. Les jeunes doivent ainsi voter entre les deux sanctions. La majorité des mains se lèvent pour la proposition de Hassan. Bien que les Sa’sa’ soient pour l’exclusion définitive de Nader, ils ne peuvent ici s’opposer au choix de Hassan. Voter pour l’exclusion définitive de Nader serait, en effet, voter en faveur d’Eimen. Ce « jugement » est le moment où les deux partis confrontent leurs forces, et pèsent leur poids respectif dans le centre. Ici, les Sa’sa’ semblent bien être à leur avantage. Nader et Zyad sont donc exclus pour la durée d’un mois.

36Les sanctions votées, la réconciliation (solha) entre les jeunes peut avoir lieu. Les jeunes s’embrassent tour à tour, en se prenant dans les bras. D’après Ghassan, cette réconciliation a d’ailleurs ému les Français qui ont versé quelques larmes de joie. Cette mise en scène de la solha marque la fin du conflit. Les choses peuvent désormais rentrer dans l’ordre. Néanmoins, les positions des uns et des autres s’en trouvent modifiées. Mais c’est sans aucun doute pour Nader que les conséquences ont été les plus importantes et irréversibles.

La marginalisation de Nader : théâtralisation, faux semblants et provocation

37Cinq mois après l’épisode, Nader est toujours à la marge du centre et de son propre groupe d’amis. Sa « transgression » et les événements qui ont suivi ont profondément modifié les rapports sociaux qu’il entretenait dans le centre et au-delà. On peut rapprocher cette situation de l’analyse de B. Drieskens (2005 : 4 ; ma traduction) concernant la mauvaise réputation : « [Elle] est tenue pour contagieuse, raison pour laquelle les autres préfèrent alors ignorer, éviter voire traiter de façon impolie l’individu en question. » Il semble que les « amis » de Nader préfèrent éviter de lui être associés. Ainsi, Karim s’est constitué un nouveau groupe d’amis, dans lequel Nader n’a pas sa place. En le maintenant à l’écart de son groupe, Karim sait qu’il lui fait perdre la seule place à laquelle il pouvait prétendre. Sans Karim, Nader n’est « rien » dans le centre. En conséquence, Nader a perdu toute crédibilité, mais aussi tout soutien dans le centre. Il lui est donc difficile de se trouver une nouvelle légitimité dans cet espace.

  • 21 Abadaye est la figure du chef de bande, du caïd, de l’homme fort.

38Alors que l’opposition entre les Sa’sa’ et les Safoury a perdu de son sens en ces circonstances, une nouvelle opposition apparaît : celle entre Nader et Karim. En effet, Nader se pose comme un concurrent de son ancien ami, en défiant Karim ou son groupe. Ignoré de tous et ayant perdu sa position, il tente par des mises en scène répétées de se donner de la prestance, de l’importance et d’autres qualités valorisantes. En voici un exemple : les jeunes Sa’sa’ sont installés dans la cuisine du centre. Nader, alors présent dans la cour avec d’autres jeunes, les salue à travers les barreaux de la cuisine. Quelques minutes plus tard, il entre dans la pièce de façon très arrogante. Il ouvre grand la porte, entre et traverse la pièce en bombant fièrement le torse et en regardant les jeunes avec mépris. Il reste quelques minutes parmi eux sans rien dire, puis participe à la conversation normalement. Par ce comportement, Nader affirme son entrée et sa présence parmi eux. En mettant en avant les gestuelles symboliques de la masculinité et de la virilité et en utilisant la figure de l’abadaye21, il donne à voir la stature d’un homme fort et charismatique. Il tente ainsi de masquer le fait qu’il a été rejeté, voire humilié par le groupe.

39Ce spectacle peut être interprété comme un jeu de tafnis, selon un terme qui signifie « exposer, faire preuve de, se montrer ». Le tafnis est une technique qui consiste à mettre en scène des paroles ou des gestes servant « à imposer une image de soi » (Jamous, 1993). Néanmoins, la démonstration de Nader n’a pas eu l’effet escompté, puisque les jeunes poursuivent leur conversation, comme si de rien n’était. Un peu plus tard, Nader refuse de me serrer la main sous prétexte « qu’il ne serre plus la main aux femmes », jouant ainsi sur la dimension morale de l’homme religieux. Une situation comparable a été étudiée par M. Gilsenan (2001 : 103-142) qui relate l’histoire d’un jeune menacé de marginalisation sociale à la suite d’une histoire qui l’oppose à son cousin, et dont personne ne connaît les raisons, mais qui risque fort de lui faire perdre sa place dans la société. Toutes les médiations ayant été épuisées, le jeune adopte l’habit et la vie de religieux, ce qui lui a permis d’échapper à la marginalisation. Dans certains contextes, la voie de la religion se révèle être un moyen d’acquérir un nouveau statut. Bien que Nader ne cherche pas véritablement à adopter la position du religieux, ce procédé a toujours pour objectif de le sortir de sa mise à l’écart.

40Nader tente aussi de se faire respecter par le biais de la provocation. Un jour, plusieurs jeunes assis dans le bureau de Eimen visionnent des clips vidéo de musique. Nader arrive, participe à la discussion en coupant la parole à plusieurs reprises. Il s’accroche avec Nabil. Sur le ton de la plaisanterie, il le provoque en le menaçant avec des pierres situées sous son siège. Puis, Nader quitte la pièce et revient le provoquer de nouveau en amorçant presque la confrontation physique. Finalement il s’en va. Exaspéré, Nabil déclare que « tout ce qu’il dit est de la merde ! » (shou hakiou khara). Nader met à l’épreuve son adversaire par un jeu de défiance et de provocation, l’invitant implicitement à une confrontation physique. Mais, il ne l’assume pas et quitte aussitôt les lieux. Nabil lui reproche de ne pas savoir manier le verbe et la parole, un jugement qui décrédibilise encore davantage Nader, d’autant que personne n’a réagi à sa provocation. Nader n’est absolument pas pris au sérieux. Il est de ceux dont on dit que leur « parole est vide » (haki fadi), selon l’expression couramment utilisée au Liban pour pointer l’insignifiance.

41Dans son étude sur les groupes de « déviants » (tels que les fumeurs de Marijuana), H. Becker ([1963] 1985) a montré que le processus de marginalisation dans ce cas tient au fait que l’individu reconnu publiquement comme déviant change son identité aux yeux des autres. L’identité déviante est progressivement perçue comme la principale caractéristique sur laquelle les autres se fondent pour définir la personne. L’individu devient « exclu » de la société, par cette mise à l’écart de l’entourage.

42Mis à l’écart de son groupe de relation amical, Nader subit une double marginalisation, celle des jeunes du centre et, au-delà, celle de son propre groupe social dans le camp. Par cette transgression, il a perdu la seule place à laquelle il pouvait prétendre, c’est-à-dire son appartenance à un groupe d’El Markez. Tous les procédés qu’il a mis en œuvre pour réintégrer son groupe ont échoué. Entrer dans le groupe social des adultes reste alors la seule solution.

Quitter le centre, entrer dans l’âge adulte

  • 22 Le Comité catholique contre la faim et pour le développement est un organisme financeur d’El Markez
  • 23 Il s’agit d’une petite pièce dans laquelle ils disposent de quelques ordinateurs (entre 5 et 7) et (...)

43Pour ce faire, le mariage est l’étape obligatoire pour acquérir le statut d’homme adulte. La préoccupation du mariage devient alors pressante. Parmi nos protagonistes, Eimen, le directeur, est le seul à bénéficier d’un statut et d’un salaire satisfaisant qui lui permette d’envisager un projet de mariage. Les autres jeunes, bénévoles, envient sa position. Ainsi, les Sa’sa’ cherchent à le décrédibiliser dans le but d’arriver à son exclusion et à son remplacement. D’ailleurs, ils ne sont pas les seuls à souhaiter son exclusion. Lorsque Karim n’obtient pas le poste qu’il escomptait (celui de remplaçant du directeur) et comprend que Eimen ne lui permettra pas d’évoluer dans le centre, il cesse de le soutenir. Bien que les intérêts des Sa’sa’ et de Karim soient divergents, tous se mettent d’accord pour dénoncer au CCFD22 les malversations financières réalisées par Eimen par le biais des Français. Bien qu’ils ne soient pas parvenus à faire exclure Eimen, ils réussissent néanmoins à exercer une pression sur les responsables d’El Markez. Une délégation du CCFD est dépêchée sur place pour s’entretenir avec la direction et les jeunes. Ils montrent ainsi qu’ils peuvent mettre en danger le centre et les intérêts du directeur général. À la suite de cette pression, les jeunes ont pu négocier des possibilités de revenus. Les jeunes Sa’sa’, quant à eux, ont obtenu la création d’un centre Internet23. Source de revenus certes limités pour les jeunes, ce centre Internet met fin au conflit entre Eimen et les Sa’sa’ ; opposition qui se solde par une scission d’El Markez en deux et donc le départ des jeunes Sa’sa’.

44Toutefois, certains quitteront El Markez pour chercher des opportunités d’emploi ailleurs. C’est le cas de Karim qui obtient une augmentation de son salaire de professeur d’anglais, mais celle-ci reste insuffisante pour étayer réalistement ses projets de mariage. C’est pourquoi, à la suite de ses fiançailles, il quitte El Markez et trouve un poste de professeur d’anglais dans des écoles libanaises de la région. Ainsi, l’accession au statut d’homme marié et de futur chef de famille le contraint à trouver des ressources économiques plus importantes que ce qu’il peut obtenir à El Markez, et sa sortie d’El Markez correspond dans le même temps à son entrée dans le statut d’homme adulte.

45Quant à Nader, quelques mois après les événements, il obtient un contrat de travail dans le Golfe. L’émigration est considérée par les Palestiniens du Liban comme le moyen le plus sûr d’accéder à une meilleure situation économique, condition sine qua non pour prétendre subvenir aux besoins d’une femme et plus largement de sa future famille. De fait, Nader ne tarde pas à trouver une épouse et à convoler. Grâce à cette union, il peut, désormais, prétendre au statut d’homme marié et quitter le groupe social des jeunes où il n’avait plus sa place. De plus, le statut d’émigrant est très valorisant et lui confère une nouvelle considération de la part de son entourage.

46Cette histoire est révélatrice de la question plus large du statut et de la place réservée aux jeunes dans la société palestinienne du camp. De ce point de vue, le centre El Markez, lieu de formation professionnelle et de transmission de la culture palestinienne, est clairement une ressource dans le sens où il constitue (1) un espace social de transmission de la culture indispensable pour devenir un bon Palestinien ; (2) un espace d’apprentissage de la politique et des modalités de compétition et d’imposition de l’autorité ; et (3) un espace d’entre-soi pour des jeunes qui posent des jalons pour la construction de leur personne sociale, par la participation à des « événements » biographiques où chacun peut être amené à se constituer une légende ou une (mauvaise) réputation.

47Cette analyse ethnographique a finalement permis de mettre en lumière deux « générations » ou catégories d’âge au sein d’El Markez : les adolescents, en train d’acquérir un statut par le moyen des mises en scène, et les jeunes pour lesquels cela ne suffit plus et qui tentent de passer à l’étape suivante par le truchement de la professionnalisation à travers El Markez. À travers les crises qui scandent l’histoire de ce centre, nous avons pu lire les tensions, les enjeux que suppose ce passage de jeune (shabb) à homme adulte (rajoul). Cette étude a également montré que les ONG locales palestiniennes, dépendantes des financements étrangers, offrent des débouchés économiques supplémentaires et qu’elles constituent une source d’emploi non négligeable au sein même du camp.

  • 24 Cf. l’article de I. Rivoal dans ce volume.

48Certains jeunes l’ont bien compris, c’est pourquoi ils se lancent dans l’entreprise de l’ONG. Pour ne plus dépendre des organisations locales dirigées par leurs aînés, hommes politiques établis et disposant de réseaux, ils tentent de créer en effet leur propre structure. J’ai pu constater ce fait, sur le terrain, auprès d’un groupe de jeunes qui a créé « le club culturel des réfugiés » au camp de Chatila à Beyrouth. Ces jeunes sont tous issus d’ONG où ils se sont formés. Parmi eux, un jeune émerge, se différencie, tient les discours, s’habille différemment (chemise, pantalon) ; en bref, il campe manifestement la figure du futur directeur d’ONG. Les critiques virulentes des jeunes à l’égard des ONG révèlent la manière dont ceux-ci essaient de défier en réalité le pouvoir des aînés qui ont le contrôle sur les réseaux déjà mis en place. On voit à l’œuvre un processus de reproduction politique, de rupture générationnelle dans lequel les jeunes défient leurs aînés, dans des espaces qui leur sont en quelque sorte aménagés pour faire leur apprentissage du « politique », celui de la lutte palestinienne, comme annoncé, mais pas seulement, comme j’ai tenté de le montrer. À la différence de la politique militante des organisations partisanes de jeunesse où les positions se définissent plus unilatéralement en relation au leader24, la division factionnelle très vive qui organise ce camp palestinien trouve avec force sa traduction dans cette « politique » que les jeunes « apprennent » et qui définit plus ou moins durablement leur identité personnelle.

Épilogue

  • 25 C’est la poursuite par l’armée des auteurs d’un braquage de banque jusque dans le camp de Nahr el-B (...)
  • 26 Soit plus exactement 1 350 logements sur les 4 391 identifiés dans le camp originel et 350 commerce (...)

49Un peu plus de dix-huit mois après les microévénements rapportés dans le cadre de cet article, la situation pour ces jeunes et pour le camp de Nahr el-Barid a dramatiquement changé. Entre le 20 mai et le 2 septembre 2007, le camp a été assiégé par l’armée libanaise, pilonné par des tirs d’artillerie et finalement détruit à près de 95 %25. Les 105 jours de siège se sont soldés par près de 450 victimes (un tiers de soldats, deux tiers de militants islamistes) et le déplacement des 31 000 habitants du camp vers les autres camps palestiniens au Liban — majoritairement vers celui voisin de Baddawi. En 2008, l’UNRWA a été chargé lors de la conférence de Vienne de superviser la reconstruction de Nahr el-Barid. Cinq années plus tard, en juin 2013, seul un tiers des maisons et à peine un peu plus des commerces sont reconstruits26. Ce sont d’abord les difficultés juridiques des habitants du camp à faire valoir leur droit de propriété qui ont causé des lenteurs dans la mise en œuvre du projet de reconstruction. Mais surtout, depuis le printemps 2011, le déclenchement du conflit syrien et l’afflux de réfugiés dans cette zone frontalière ont redirigé l’aide internationale vers d’autres priorités. Les fonds attendus par l’UNRWA pour la reconstruction du camp ne sont plus versés depuis 2012.

  • 27 Daily Star (Beyrouth), 2 juillet 2012, p. 3.

50En juin 2012, les jeunes du camp de Nahr el-Barid ont connu leur « printemps », lorsqu’ils ont organisé des manifestations à Beyrouth, avec un sit-in sur la Corniche, pour réclamer la levée des permis d’accès, le retrait de l’armée libanaise et la reconstruction du camp27. Ils sont aussi en contact avec d’autres Palestiniens, en Jordanie notamment, qui ont relayé leur cause en manifestant devant l’ambassade du Liban à Amman.

51La situation de l’emploi est devenue critique : de 27 % avant le conflit, le taux de chômage s’élève désormais à 80 % en raison de l’annihilation du tissu commercial qui s’était développé dans le camp et, surtout, des contraintes qui demeurent sur l’accès au camp et aux zones de relogement provisoires (l’accès au camp pour les non-habitants est soumis à la délivrance d’un permis par l’armée). À la suite du conflit, certains jeunes que j’ai côtoyés ont quitté le Liban et vivent actuellement en Europe. Les conditions socio-économique et sécuritaire dans le camp de Nahr el Barid ont facilité l’obtention de visas. C’est le cas de Karim, qui après s’être vu refuser pendant deux ans un visa pour le Danemark afin de rejoindre son épouse, a vu sa demande agréée durant la période du conflit. L’émigration est plus que jamais considérée par les Palestiniens du Liban comme le moyen le plus sûr d’accéder à un emploi, des droits civiques, en somme un statut social valorisant. L’adhésion des jeunes à ces ONG, qui dépendent principalement de financements étrangers, constitue toujours un accès possible à l’émigration au travers de projets coopératifs et d’échanges ou encore grâce à la possibilité ainsi offerte de rencontrer des étrangers. Mais combien sont-ils à quitter le Liban pour un avenir meilleur ?

Haut de page

Bibliographie

Becker, Howard
[1963] 1985 Outsiders : études de sociologie de la déviance (Paris, Métailié) [traduit de l’anglais].

Boltanski, Luc et Thévenot, Laurent
[1991] 2007 De la justification : les économies de la grandeur (Paris, Gallimard) [NRF Essais].

Doraï, Mohamed Kamel
2006 Les Réfugiés palestiniens du Liban : une géographie de l’exil (Paris, CNRS éditions) [Moyen-Orient].

Drieskens, Barbara
2005 The Stain of doubt, unpublished paper presented at the American university in Beirut, mai 2005.

Gharbi Mesmar, Agnès
2006 Enjeux statutaires et mise en scène du pouvoir : étude ethnographique des jeunes dans une ONG palestinienne au Liban, Master 1, Université Paris X-Nanterre.

Gilsenan, Michael
2001 Connaissance de l’islam (Paris/Aix-en-Provence, Karthala/Iremam).

Grégoire, Bertrand
2003 Les réfugiés palestiniens du Liban, entre espoir de l’awda et peur du tawtin : la survie identitaire d’une communauté à l’avenir incertain, mémoire de l’IEP, Université de Rennes.

Jamous, Raymond
1993 Mensonge, violence et silence dans le monde méditerranéen, Terrain, 21 : 97-110.

Sayigh, Rosemary
1998 Femmes réfugiées, narratrices de l’histoire, Revue d’Études Palestiniennes, 16 : 30-42.

Sfeir, Jihane
2008 L’Exil palestinien au Liban : le temps des origines (1947-1952) (Paris/Beyrouth, Karthala/Institut Français du Proche-Orient).

Ugland, Ole Fr. (éd.)
2003 Difficult past, uncertain future : Living conditions among Palestinian refugees in camps and gatherings in Lebanon, FAFO Institute for Applied International Studies, report 409, Oslo, Centraltrykkeriet AS.

Haut de page

Notes

1 Ainsi, c’est seulement en 2006 que l’OLP a rouvert une antenne officielle à Beyrouth.

2 En effet, les réfugiés palestiniens de confession chrétienne se sont aussitôt vus offrir la nationalité libanaise en 1948 et ont donc été immédiatement intégrés, tandis que les musulmans ont été installés dans des camps sans possibilité d’acquérir la nationalité (sur l’histoire de l’installation des réfugiés palestiniens au Liban, cf. Sfeir, 2008).

3 Pour un exposé détaillé sur le statut juridique des Palestiniens au Liban, cf. Doraï, 2006 : 116 sq.

4 On compte actuellement une quarantaine d’ONG palestiniennes œuvrant au Liban ainsi qu’une vingtaine d’ONG internationales ayant pour fonction d’encadrer les associations locales (Salah, 2001 : 2).

5 Le camp de Nahr el-Barid est situé à dix-sept kilomètres de la ville de Tripoli. Coupé du tissu urbain de la capitale du Nord-Liban, sa position géographique est très isolée. Cependant, à la différence d’autres camps palestiniens, Nahr el-Barid a réussi à se développer en tant que centre économique important. L’absence de taxes a favorisé l’essor d’un tissu de petits commerces pour les Libanais des classes populaires de la région.

6 Pour des raisons de confidentialité, nous nommerons cette ONG El Markez qui signifie « Le centre ». Les noms des personnes citées dans l’article ont été modifiés.

7 Cf. Gharbi Mesmar, 2006.

8 Le FAFO est un centre de recherche fondé par la confédération syndicale norvégienne, qui produit des études sur les conditions du travail dans le monde (http://www.fafo.no/index.php/en/, consulté le 02/10/2015).

9 Propos tenu par Mehdi, Nahr el-Barid, juin 2005.

10 Le suhur est un repas, généralement léger, que prennent les musulmans juste avant l’aube durant le mois de ramadan, afin de mieux se préparer physiquement au jeûne.

11 En ce sens, la socialisation des jeunes Palestiniens du camp de Nahr el-Barid se rapproche des modes de socialisation « communautaires » des jeunes Libanais. Les organisations de scouts d’abord, puis les jeunesses partisanes contribuent à éloigner un temps les jeunes de leur appartenance lignagère ; pendant une période d’apprentissage, à l’occasion des réunions de camps, de retraite religieuse parfois, et des manifestations culturelles et politiques, les jeunes sont formés à une éthique communautaire et partisane spécifique. Cf. notamment, dans ce volume, l’article de I. Rivoal sur les jeunes du Parti socialiste progressiste du leader druze Walid Joumblatt.

12 J’ai décidé de nommer ce groupe Safoury du fait de leur opposition et de leur discours vis-à-vis des Sa’sa’.

13 La venue de jeunes Européens est fréquente, particulièrement l’été. Ce groupe de Français est venu à El Markez dans le but de réaliser un projet avec les jeunes du centre.

14 Nabil : un jeune récemment devenu bénévole au centre.

15 Je fais ici référence à la notion « d’épreuve » théorisée dans la sociologie pragmatique de L. Boltanski et L. Thévenot ([1991] 2007). Les catégories locales permettant de rendre compte de l’épreuve » seraient : le procès (hukm), la situation (‘amr), ce qui se passe (shu ‘am besir), l’histoire (al ‘ossa).

16 Le caractère condamnable fonctionne bien sur deux registres : le premier relève de la relation d’intimité extra-maritale que les jeunes gens entretiennent ; le second, celui qui déclenche véritablement le scandale, tient au fait que cette relation est rendue publique par les enfants dans une sphère qui dépasse les membres d’El Markez. Selon Barbara Drieskens (2005 : 7 ; ma traduction), « le mauvais comportement n’est pas considéré comme problématique, mais le fait que d’autres soient au courant et le désapprouvent le transforme en un problème […] ce n’est pas tant la déviance ou le non-conventionnalisme qui constitue un problème, mais le fait que cela devienne public ».

17 Tariq est un allié des Sa’sa’ (originaire du même village), il est également un fervent opposant à Karim.

18 En effet, les jeunes racontent que Eimen a des relations avec des jeunes filles qui passent occasionnellement dans le centre. Ils le soupçonnent également d’avoir une relation avec Racha, la secrétaire du centre.

19 Le mahr désigne le trousseau et l’ensemble des biens que la famille du marié donne à la mariée avant le mariage et qui constitue une forme « d’assurance-vie » en cas de divorce.

20 Le récit de cette réunion se fait à travers le regard de Ghassan.

21 Abadaye est la figure du chef de bande, du caïd, de l’homme fort.

22 Le Comité catholique contre la faim et pour le développement est un organisme financeur d’El Markez.

23 Il s’agit d’une petite pièce dans laquelle ils disposent de quelques ordinateurs (entre 5 et 7) et d’un mobilier très vétuste. Sur l’un des murs, les jeunes ont peint le drapeau de la Palestine. Des autocollants d’El Markez sont collés sur les ordinateurs et les murs de la pièce. Bien qu’ils affirment avoir financé seuls ce centre, El Markez a sans doute financé en grande partie ce centre internet, notamment par l’apport du matériel informatique.

24 Cf. l’article de I. Rivoal dans ce volume.

25 C’est la poursuite par l’armée des auteurs d’un braquage de banque jusque dans le camp de Nahr el-Barid qui a déclenché le conflit. Retranchés dans une maison, ces militants du groupe islamiste radical Fatah al-Islam ont riposté par les armes aux militaires venus les interpeller, alors que 27 militaires en fonction dans le poste de garde à l’entrée du camp étaient assassinés alors qu’ils dormaient ; la violence du défi a entraîné l’armée libanaise dans un bras de fer absolu avec les membres de Fatah al-Islam.

26 Soit plus exactement 1 350 logements sur les 4 391 identifiés dans le camp originel et 350 commerces sur 880 (Daily Star (Beyrouth), 5 juin 2013, p. 4).

27 Daily Star (Beyrouth), 2 juillet 2012, p. 3.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Statuts et groupes au sein d’El Markez
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/10004/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Déstabilisation et stratégies d’alliance au sein d’El Markez
URL http://ateliers.revues.org/docannexe/image/10004/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 83k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Agnès Gharbi Mesmar, « Mises en scène du pouvoir et enjeux statutaires chez les jeunes Palestiniens réfugiés (Liban) », Ateliers d'anthropologie [En ligne], 42 | 2015, mis en ligne le 17 novembre 2015, consulté le 30 juin 2016. URL : http://ateliers.revues.org/10004 ; DOI : 10.4000/ateliers.10004

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ateliers d'anthropologie – Revue éditée par le Laboratoire d'ethnologie et de sociologie comparative  est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo LESC - Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative
  • Logo Maison René Ginouvès - Archéologie & Ethnologie
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • Revues.org